CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE"

Transcription

1 CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE Solweig Gerbier Colomban Unité d Hygiène et Epidémiologie Groupement hospitalier Nord Journée MATER 29/09/2016 Le 17 mai 2013 La cadre du secteur salle d accouchements alerte l EOH Une sage femme l a appelée pour l informer de son arrêt de travail pour coqueluche 2 1

2 CAT immédiate Dans le même temps Valider l alerte : description clinique, contagiosité, nature des contacts Repérage des sujets contacts Prophylaxie des contacts Informer les professionnels de la salle d accouchements Rappel des mesures d hygiène +++ port du masque chirurgical en cas de symptomatologie respiratoire ou rhino pharyngée pour la prise en charge de tout patient Collaboration EOH, médecine du personnel et Service d obstétrique 3 Description du cas Femme, 37 ans présente des signes début mai de rhino pharyngite 10 mai : toux Sifflante, lui faisant penser à de l'asthme à recrudescence nocturne accompagnée de fatigue Elle consulte son médecin traitant le 13/05/2013 Évoque coqueluche Prescrit prélèvement nasopharyngéavec PCR Bordetella Positive Mise sous antibiotiques : Azithromycine pour une durée de 3 jours Éviction dernier rappel dtp en

3 La coqueluche Infection respiratoire humaine due à Bordetella pertussis ou B. parapertussis Transmission par gouttelettes, lors d un contact rapproché, toux +++ Intrafamiliale Intra collectivités Incubation : 10 jours (7 21 jours) Contagiosité : 48 heures avant le début des signes cliniques, jusqu à 3 semaines après (en l absence d antibiothérapie) Tableau clinique variable : Formes pauci ou asymptomatiques chez des adultes déjà vaccinés ou ayant fait la maladie Toux quinteuse +++, avec reprise inspiratoire sonore émétisante détresse respiratoire et défaillance mutiviscérale chez les nourrissons non vaccinés 5 Confirmer le diagnostic de la coqueluche Prélèvement par aspiration ou écouvillonnage naso pharyngé Méthode Quand? Rapidité de la réponse Performances Culture Les 2 premières Isolement en 5 à 7 Spécificité ité100% semaines de la jours, sur milieu Sensibilité : 50 60% la maladie spécifique première semaine puis PCR ou RT PCR Sérologie Jusqu à 3 semaines après le début de la toux Non recommandé, Non remboursé Rapidité : résultat en 3 jours Meilleure sensibilité Diagnostique de Bordetella 6 3

4 Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche. Rapport. 10 juillet Définition de cas Définition du cas de coqueluche Cas suspect Cas confirmé biologiquement Cas confirmé cliniquement Cas confirmé épidémiologiquement Critère Toux persistante depuis plus de 7 jours avec quintes évocatrices Culture positive et/ou PCR positive Toux avec quintes évocatrices d'au moins 14 jours en l'absence d'une autre étiologie Toux avec quintes évocatrices et un de ses contacts dans les 3 semaines avant le début de sa toux (contaminateur potentiel) il) a été ééconfirmé biologiquement ou si une personne en contact avec lui pendant sa période de contagiosité (cas secondaire potentiel) avait été confirmée au laboratoire HCSP. Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche. Rapport. Juillet

5 La coqueluche Traitement Hospitalisation : Nourrissons de moins de 3 mois Siapnée,bradycardie,quintes asphyxiantes, formes gravesavecavec hyperleucocytose majeure Antibiothérapie : Macrolides azithromycine, clarithromycine Cotrimoxazole Eviction : 5 jours 3 jours si utilisation de l azithromycine Maladie à prévention vaccinale La vaccination, comme la maladie, ne confèrent pas une immunité à vie. La transmission de la coqueluche d un adulte vers un nourrisson non complètement vacciné pourrait avoir des conséquences dramatiques, pouvant aller jusqu au décès 9 Définition de cas Définition Sujets contacts Critère Toutes les personnes en contact avec le cas pendant sa phase contagieuse Contacts proches Contacts occasionnels Personnes à risque Personnes susceptibles : de faire des formes graves (ex. nourrissons non encore protégés par la vaccination) de décompenser des pathologies sous jacentes Personnes immunodéprimées Femmes enceintes Personnes protégées Nourrissons âgés de 11 mois ou moins ayant reçu 2 doses de vaccin Enfants de plus de 11 mois ayant reçu 3 doses de vaccin dont 1 dose de rappel et dont la dernière dose remonte à moins de 5 ans Ados de plus de 16 ans et adultes qui ont reçu une dose de vaccin depuis moins de 5 ans HCSP. Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche. Rapport. Juillet

6 Prophylaxie des sujets contacts Antibioprophylaxie : Contacts proches : enfant non ou mal vaccinés ou vaccination > 5 ans Adultes non vaccinés ou vaccination > 5 ans Contacts occasionnels : sujets à risque Vaccination : MAJ des vaccinations selon calendrier vaccinal en vigueur HCSP. Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche. Rapport. Juillet Repérage des sujets contacts Elle travaille : 5 et 6 mai de nuit en salles de naissances pas de port de masque 11 et 12 mai de jour en salle de naissances port du masque chirurgical auprès des patientes et de ses collègues Pas d examen de bébés 12 6

7 Repérage des sujets contacts Membres du personnel «contact» Cf algorithme Patients (mères, bébé) : contactées par téléphone 8 patientes : CAT selon algorithme 7 nouveau nés : prophylaxie systématique 7 bébés traités 4 consultantes (inventoriées le 30 mai) Accompagnants (pères, ) 13 Algorithme pour la prise en charge préventive chez les professionnels Oui Vaccination anticoquelucheuse à jour Non Date du dernier rappel dtcap Symptomatique < 5 ans > 5 ans Non Oui Précautions complémentaires adaptées aux symptômes azithromycine 3 jours Rappel dtcap + azithromycine 3 jours Prélèvement : PCR Bordetella Traitement curatif, Éviction Information 14 7

8 22 mai : Signalement d un 2 ème cas Description du cas Sage femme Homme de 30 ans Début des signes cliniques le 15 mai au soir Rhinopharyngite Petite toux A consulté la médecine du personnel le 21 mai, compte tenu de l alerte Prélèvement rhinopharyngé avec PCR Bordetella positive Traitement antibiotique Éviction Dernier dtp en 2005, pas de rappel anti coquelucheux 2 contacts avec le cas index, le 05 mai : 1 er : 45 minutes (relève du matin) 2 ème : plus bref Décision d organiser une réunion de CLIN 15 Tableau synoptique 16 8

9 Définition de cas Définition Cas groupés Critère Au moins 2 cas confirmés (clinique, biologique ou épidémiologique) decoqueluche contemporains ou successifs (séparés par une période d'incubation compatible avec une transmission directe, soit de 10 jours avec des extrêmes de 7 à 21 jours) et survenant dans une même unité géographique HCSP. Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche. Rapport. Juillet Repérage des sujets contacts du cas 2 Toutes les personnes ayant pu avoir un contact, même bref, avec le cas n 2 Membres du personnel Poursuite Patients (mères, bébé) : contactée au téléphone 4 patientes : CAT selon algorithme 4 nouveau nés : prophylaxie systématique 3 consultantes (contactée par courrier) 4 bébés hospitalisés en Néonatologie ont été «contact directs» des cas 1 et 2 Accompagnants (pères, ) 18 9

10 24 mai : signalement d un 3 ème cas 1 heure avant la réunion de CLIN prévue! Description du 3 ème cas : Elève sage femme Femme, 20 ans En stage dans l unité de Pathologies de la grossesse Début des signes cliniques : 21 mai Dysphagie Puis toux et rhinorrhée A consulté la médecine du personnel le 23 mai, compte tenu de l alerte Prélèvement rhinopharyngé avec PCR Bordetella positive Traitement antibiotique Éviction Dernier rappel dtcoqp 9 ans (à l âge de 11 ans) Contacts avec cas : Le 06 mai : contact bref dans les vestiaires avec le cas index

11 Investigation épidémiologique Elargie à l unité de Pathologies de la grossesse Puis à tout le service (décision CLIN du 24/05) Personnel de la néonatologie Patients (mères, bébé) 56 patientes hospitalisées su 06/05 au 22/05/2013 en pathologie de la grossesse : 51 contactées au téléphone, 5 par courrier Contacts potentiels = patientes ayant fréquenté le service entre le 05/05 et le 30/05/2013 : 300 accouchées, contactée par courrier Accompagnants (pères, ) mai : Signalement d un 4 ème cas Une maman (26 ans)! CLIN le jour même Début de la toux le 12 mai Toux d allure banale Durée 12 jours A séjourné en pathologie de la grossesse Contact avec le cas 1 évalué à 3 5 minutes Cas 1 a poussé son lit de l ascenseur jusqu au bloc Rendait visite à ses bébés en réanimation néonatale A porté un masque chirurgical lors de ses visites en néonatologie Traitement antibiotique prescrit en prophylaxie (contact cas 3) A débuté azythromycine le 18/05, idem nourrisson Prélèvement rhinopharyngé le 29 mai avec PCR bordetella négative Considérée comme cas épidémiologique, compte tenu du contexte 22 11

12 Description de l épisode 23 Investigation épidémiologique Elargie à la néonatologie : Toute personne circulant en néonatologie depuis le 6 mai (jour d arrivée des bébés prématurés et donc de visite de la maman) Membres du personnel 187 «contacts» 2 pvts PCR Bordetella pour s. respiratoire : négatives port masque systématique jusqu à la prophylaxie du dernier professionnel devant la recevoir Patients (bébés) Pas de contacts direct avec le cas 4 Parents Contacts possibles du cas 4 : 69 couples Courrier adressé aux parents (remis aux parents présents ou envoyé) 4 couples se sont présentés aux urgences Courriers adressé aux médecins traitant Info faite par l ARLIN aux services de néonatologie de la région pour les parents des bébés transférés dans d autres établissements 24 12

13 Bilan de l épisode 4 cas de coqueluche Cas pro/pat Type de cas Type de toux Signes associés Statut vaccinal Cas 1 Pro Confirmé biologiquement Cas 2 Pro Confirmé biologiquement Cas 3 Pro Confirmé biologiquement Cas 4 Patiente Épidémio logique Typique Rhume DDR Coq dans l enfance Banale modérée Banale modérée Rhinopharyngite Rhinopharyngite DDR Coq dans l enfance Rappel DTCP > 5 ans (2004) Banale Non DDR Coq dans l enfance lenfance Couverture vaccinale anticoquelucheuse des professionnels dont on connaissait le statut 77,4% pour les 2 services, et pour tout type de soignant 25 Bilan de l épisode Suivi de l épisode 3 réunions du comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN) + 1 réunion de suivi 1 signalement externe ARS et CCLIN Suivi par la DG 7 services impliqués obstétrique, néonatologie, urgences, maladies infectieuses, médecine du personnel, unité d hygiène et d épidémiologie, direction Implication des chefs de service dans le relais des mesures préconisées Impact régional 10 néonatologies concernées : l aide de l ARLIN de Rhône Alpes a été nécessaire pour informer les services Information générale «Coqueluche» faite par l ARLIN 26 13

14 Bilan de l épisode Gestion opérationnelle 66 appels téléphoniques aux patientes contact 373 courriers aux patientes contact (et médecin traitant avec recommandations pour les patientes, leurs conjoints, et leurs nouveau nés) Mesures exceptionnelles : travail le samedi des AMA, achat d enveloppes 1 numéro téléphonique d information infectiologie pour les médecins traitants 12 appels reçus et traités sur cette ligne Relai organisé avec le service d infectiologie pédiatrique de l HFME pour les appels concernant les enfants Circuit service des urgences pour les patients contacts : 8 consultations dans le service des urgences (4 couples de parents) 27 Fin de l épisode le 21/06/2013 période de 3 semaines (délai maximal de l incubation pour la coqueluche) après le dernier jour de traitement du dernier cas. Pas de nouveau cas signalé Parmi le personnel Parmi les patients rappelés 28 14

15 Pour prévenir la transmission des pathologies à risque épidémique respiratoires Vaccination Hygiène respiratoire Précautions standard Précautions complémentaires 29 15

16 Antibiotique Posologie Durée du Durée de Enfant Adulte traitement l éviction Azythromycine 20 mg/kg/j /j 500 mg/j 3 jours 3 jours ( 500 mg/j) En 1 prise/j En 1 prise/j Macrolides ides CI aux macrol Clarithromycine Cotrimoxazole 15 mg/kg/j En 2 prises/j Max 500mgx2/j 6 mg/kg/j En 2 prises/j! CI chez prématurés et n nés 500 mg à 1000 mg/j En 2 prises 7 jours 5 jours 320 mg/j En 2 prises 14 jours 5 jours!eviter 10 premières SA chez femme enceinte (suppl acide folique) CI chez femme allaitante si n né à risque de déficit en G6PD 31 16

Coqueluche. Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire. Dr PAUGAM SMFE Rectorat CVS élargie 21/01/2010

Coqueluche. Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire. Dr PAUGAM SMFE Rectorat CVS élargie 21/01/2010 Coqueluche Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire Haut conseil de la santé publique Rapport relatif à la conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche (5 septembre 2008) Aide mémoire

Plus en détail

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE Dominique Abiteboul, Marie-Cécile Bayeux-Dunglas Atelier GERES-INRS, SF2H Un cas suspect Le 15/12/16, une interne en Maternité signale une toux isolée et

Plus en détail

CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE SERVICES SMUR/RÉGULATION AOÛT ET SEPTEMBRE 2016

CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE SERVICES SMUR/RÉGULATION AOÛT ET SEPTEMBRE 2016 CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE SERVICES SMUR/RÉGULATION AOÛT ET SEPTEMBRE 2016 Dr Christine Manteaux Santé au Travail CHRU Besançon Congrès ANMTPH du 21/09/2017 1 er Cas de coqueluche le 24/08/16 Médecin Généraliste

Plus en détail

Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE

Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE AGENT PATHOGENE Bactérie: Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis (bacille de Bordet-Gengou)

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES _ Direction générale de la santé

Plus en détail

POUR EVITER DE TOUSSER

POUR EVITER DE TOUSSER POUR EVITER DE TOUSSER SF2H 2018 E. Rouveix GERES Dans un service de dermatologie C est l hiver, Un interne, vacciné contre la grippe, commence à tousser vers la fin du mois du décembre : il s en souvient

Plus en détail

Evaluation de l impact médico-économique

Evaluation de l impact médico-économique CAS GROUPES de COQUELUCHE observés parmi le personnel d un établissement de santé entre le 1 er juin et le 1er novembre 2006 : Evaluation de l impact médico-économique Dr Lionel SCTRICK SST 43èmes journées

Plus en détail

Contage de coqueluche chez les professionnels de santé dans un CHU

Contage de coqueluche chez les professionnels de santé dans un CHU Contage de coqueluche chez les professionnels de santé dans un CHU B.Tequi, S.Gibaud, C.Gordeeff 2, D.Tripodi 2, D.Lepelletier,.Raffi 3, H.B.Drugeon Laboratoire de Bactériologie-Hygiène, 2 édecine du travail,

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

Rechercher la coqueluche chez les enfants hospitalisés

Rechercher la coqueluche chez les enfants hospitalisés Rechercher la coqueluche chez les enfants hospitalisés Identifier des formes atypiques qui témoignent de la transmission du germe et améliorer la pratique vaccinale Dominique GENDREL Pr émerite Malgré

Plus en détail

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé JNI Dijon 13 au 15 juin 2007 I. Bonmarin, I. Poujol (Département des maladies infectieuses) Quelques clés sur le nosocomial Procédure

Plus en détail

Cas de rougeole en établissement de santé. Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS

Cas de rougeole en établissement de santé. Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS Cas de rougeole en établissement de santé Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS Liens d intérêt Pas de lien d intérêt financier Présidente du comité technique des vaccinations Cas clinique Mme X, 25

Plus en détail

Gestion d une épidémie de rougeole

Gestion d une épidémie de rougeole Gestion d une épidémie de rougeole Expérience du CHU de Bordeaux 14 ème journée de rencontre des correspondants en hygiène de Nouvelle-Aquitaine Contexte de la rougeole Extraits Tuto Rougeole CPIAS-NA

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE Direction Veille/Sécurité Sanitaire et Environnementale Département Veille et Alertes MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE La rougeole est surveillée par le réseau Sentinelles (Inserm U707) depuis 1985 et est

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité SEV 2010 Dr Eric Schwartzentruber Responsable du pôle santé publique SCHS/Ville de Montpellier Mesures à prendre (par le médecin en charge

Plus en détail

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Dr Claire AUDINET-BYHET Gériatre Dr Stéphanie ROCHON-EDOUARD Praticien

Plus en détail

Coqueluche nosocomiale :

Coqueluche nosocomiale : Coqueluche nosocomiale : Maladie : épidémio, ic, ttt Prévention I aire et II aire N. Floret & J. Leroy Journée annuelle des EOH & présidents de CLIN Besançon 14 décembre 2017 [ Données épidémiologiques

Plus en détail

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Epidémiologie et conduite à tenir autour d un cas Dr JAFFUEL Sylvain Définitions Maladies infectieuses à transmission directe inter-humaine

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

La coqueluche de l adulte

La coqueluche de l adulte La coqueluche de l adulte Est-elle un marqueur d épidémie? Dominique GENDREL La coqueluche a longtemps été considérée comme une maladie uniquement infantile Elle a été cliniquement identifiée au XVIe siècle

Plus en détail

Rougeoles et Coqueluches nosocomiales

Rougeoles et Coqueluches nosocomiales Rougeoles et Coqueluches nosocomiales JR Zahar, MD, PhD Micobiologie Hygiène Hospitalière GHU Necker Enfants Malades, Université Paris Descartes Journées Nationales d Infectiologie, 15 Juin 2012, Tours

Plus en détail

Rougeole au CHU Dijon Retour d expérience. 3 ème journée Bourgogne-Franche-Comté des EOH et présidents de CLIN Dr ASTRUC SEHH CHU Dijon / CPIAS BFC

Rougeole au CHU Dijon Retour d expérience. 3 ème journée Bourgogne-Franche-Comté des EOH et présidents de CLIN Dr ASTRUC SEHH CHU Dijon / CPIAS BFC Rougeole au CHU Dijon Retour d expérience 3 ème journée Bourgogne-Franche-Comté des EOH et présidents de CLIN Dr ASTRUC SEHH CHU Dijon / CPIAS BFC 1. LA ROUGEOLE EN BREF - Incubation 10 à 12j: - 1. Prodromes

Plus en détail

De l importance du signalement

De l importance du signalement De l importance du signalement Journée de formation en Hygiène Hospitalière 20 Nov 2015 Dr Clément Legeay UPLIN CHU d Angers Les infections associées aux soins Une infection est dite associée aux soins

Plus en détail

Vaccination des professionnels de santé

Vaccination des professionnels de santé Vaccination des professionnels de santé Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France Priorités pour les personnes responsables de la prévention du risque nosocomial? Evidente = mise en œuvre des moyens nécessaires

Plus en détail

JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen. JNI page 1

JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen. JNI page 1 Coqueluche nosocomiale JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen JNI 2007 - page 1 Incidence aux USA entre 1922 et 2003 Hewlett, NEJM March 2005 JNI

Plus en détail

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant débuté au visage il y a 48h (21 mars) Asthénie +++

Plus en détail

Réseau des Etablissements médicaux-sociaux Poitou-Charentes

Réseau des Etablissements médicaux-sociaux Poitou-Charentes Réseau des Etablissements médicaux-sociaux Poitou-Charentes Infos 16 avril 2015 1 Agenda 2 Agenda régional 2015 Prochaine Réunions des EMS 3 décembre 2015 3 XXVIème Congrès National de la SF2H Tours 3,

Plus en détail

Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte

Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte et CAT en maternité Journée Mater du 8 octobre 2015 MA Confesson CH Mâcon ML Valdeyron HFME Bron HCL Introduction Streptocoque A (S.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES RÉFÉRENTIEL : Page 1/6 GRIPPE ET GROSSESSE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES Validation :.2016 RÉFÉRENTIEL : Grossesse et troubles psychiques Page 2/6 AVERTISSEMENT Ces référentiels sont diffusés à titre

Plus en détail

Risque épidémique hospitalier des maladies respiratoires à prévention vaccinale

Risque épidémique hospitalier des maladies respiratoires à prévention vaccinale Risque épidémique hospitalier des maladies respiratoires à prévention vaccinale Journée d information pour les représentants des usagers 22 novembre 2018 Agnès Gaudichon Grippe saisonnière Généralités

Plus en détail

La coqueluche. Recrudescence Situation & Prise en charge

La coqueluche. Recrudescence Situation & Prise en charge La coqueluche Recrudescence Situation & Prise en charge V. Zinnen, S. Jacquinet & C. Schirvel Cellule de surveillance des maladies infectieuses surveillance.sante@cfwb.be Journée d échanges : maladies

Plus en détail

Cas groupés de grippe A (H1N1) en néonatalogie

Cas groupés de grippe A (H1N1) en néonatalogie Réunion PH Hygiène 20/01/10 Cas groupés de grippe A (H1N1) en néonatalogie Jean-Winoc DECOUSSER Claudine DUPORT Introduction Antoine Béclère: 417 lits + 30 places de jour Maternité niveau 3, 60 lits, 2

Plus en détail

Quelles explorations dans la coqueluche?

Quelles explorations dans la coqueluche? Quelles explorations dans la coqueluche? 1ère Journée de pneumo allergologie pédiatrique de Midi Pyrénées 26 septembre 2013 Dr Karine MORELLE ou définition plus scientifique! La coqueluche, qu'est ce donc??

Plus en détail

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ @MinSoliSante Suis-je protégé contre la rougeole? La rougeole est une des maladies infectieuses les plus contagieuses Un malade peut contaminer jusqu à 20 personnes

Plus en détail

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial.

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. 13ème journée régionale de formation 25 novembre 2008 Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. F. Bureau-Chalot 1, N. Oud 1, N. Lévêque 2, V. Brodard 2, O.Bajolet 1, C. de Champs

Plus en détail

GRIPPE Conduite à tenir lors d une épidémie

GRIPPE Conduite à tenir lors d une épidémie GRIPPE Conduite à tenir lors d une épidémie Xème journée hygiène du CHAN 13 octobre 2016 F.Gaucher IDE Hygiéniste CH de Cosne sur Loire Grippe saisonnière en France Grippe : maladie infectieuse virale

Plus en détail

Être vacciné pour se protéger et protéger

Être vacciné pour se protéger et protéger Être vacciné pour se protéger et protéger Dr EMILIA FRENTIU Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 26.06.2014 Cadre général Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

CAS SECONDAIRE DE ROUGEOLE CHEZ UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ VACCINÉ AVEC UN ANTÉCÉDENT DE LYMPHOME HODGKINIEN

CAS SECONDAIRE DE ROUGEOLE CHEZ UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ VACCINÉ AVEC UN ANTÉCÉDENT DE LYMPHOME HODGKINIEN CAS SECONDAIRE DE ROUGEOLE CHEZ UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ VACCINÉ AVEC UN ANTÉCÉDENT DE LYMPHOME HODGKINIEN MN. Billard, MSc 1, JR. Ndong, PhD 1, F. Durandin MD 2, V. Morange, MD 3, E. Morvan, MSc 1 1.

Plus en détail

Protection vaccinale du personnel en maternité

Protection vaccinale du personnel en maternité Protection vaccinale du personnel en maternité Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée du Réseau Mater- Lyon 29 Septembre 2016 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations

Plus en détail

Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique

Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique 7 ème journée prévention du risque infectieux en EHPAD 18/10/2018 Dr Maeva Lefebvre Maladies Infectieuses et Tropicales Centre de Prévention

Plus en détail

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE ADENOVIRUS 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

L Office fédéral de la santé publique

L Office fédéral de la santé publique Maladies transmissibles Mesures de prévention et de contrôle des flambées de coqueluche dans les établissements de santé et les structures d accueil collectif pour la protection des nourrissons de moins

Plus en détail

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE SF2H - juin 2017 CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE Dominique Abiteboul, Marie-Cécile Bayeux-Dunglas Atelier GERES, SF2H Cas de varicelle à l hôpital La cadre du service vous signale qu un enfant

Plus en détail

La Rougeole en Aquitaine

La Rougeole en Aquitaine MAPAR 2017 ANTISEPSIE EN REANIMATION La Rougeole en Aquitaine Dr Henri DELELISFANIEN PH Directeur Médical SAMU 86 Dr Sarah THEVENOT MCUPH Unité d Hygiène Hospitalière Mme Elise BENYAYER Directeur Adjointe

Plus en détail

Mise à jour : 28 Avril 2009

Mise à jour : 28 Avril 2009 Fiche D.1 A. - Grippe au virus émergent A/H1N1 - Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Mise à jour : 28 Avril 2009 Cette

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques lors de situations épidémiques. Journée 2011 du CCLIN Est Dr O. Chanay,, Centre Hospitalier de l Agglomération de Nevers

Guide de bonnes pratiques lors de situations épidémiques. Journée 2011 du CCLIN Est Dr O. Chanay,, Centre Hospitalier de l Agglomération de Nevers Guide de bonnes pratiques lors de situations épidémiques Journée 2011 du CCLIN Est Dr O. Chanay,, Centre Hospitalier de l Agglomération de Nevers S approprier? Adhésion à une proposition et volonté de

Plus en détail

Epidémie de coqueluche dans deux Lycées de Bar-le-Duc, Meuse, mai 2004

Epidémie de coqueluche dans deux Lycées de Bar-le-Duc, Meuse, mai 2004 Epidémie de coqueluche dans deux Lycées de Bar-le-Duc, Meuse, mai 2004 Contexte Le jeudi 29 avril 2004, deux suspicions de cas de coqueluche sont signalés par la DDASS 55 à la CIRE EST. Le premier cas

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

L ÉPIDÉMIE DE ROUGEOLE EN NOUVELLE-AQUITAINE

L ÉPIDÉMIE DE ROUGEOLE EN NOUVELLE-AQUITAINE L ÉPIDÉMIE DE ROUGEOLE EN NOUVELLE-AQUITAINE Anne Bernadou,Stéphanie Vandentorren Santé publique France - Nouvelle-Aquitaine, 14 ème journée de rencontre des correspondants en hygiène de Nouvelle-Aquitaine,

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE SAINT- ANTOINE CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE Référence : CAT/SOINS/RISQUES/01-2011 Page 1/9 Version : 1 REDACTION TABLEAU DE VALIDATION NOM DATE VISA Dr F. Barbut, Dr Bignebat, Dr Ch. Caron,

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2 Information du 31 octobre 2017 Prof. Pierre-Alexandre BART Directeur de l Ecole de médecine Pourquoi un plan de vaccination durant

Plus en détail

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION

Plus en détail

ALERTE ROUGEOLE 2018

ALERTE ROUGEOLE 2018 Réunion régionale 05/04/2018 Dr V Ronin ALERTE ROUGEOLE 2018 Généralités sur la rougeole Mesures de contrôle Recommandations vaccinales Actions menées et supports Rappels 2 Maladie à déclaration obligatoire

Plus en détail

GRIPPE A. ORGANISATION PEDIATRIQUE. 30 septembre 2009 G CHERON

GRIPPE A. ORGANISATION PEDIATRIQUE. 30 septembre 2009 G CHERON GRIPPE A. ORGANISATION PEDIATRIQUE 30 septembre 2009 G CHERON En pratique 40% de formes peu symptomatiques non suspectées Coexistence de plusieurs viroses saisonnières et un taux de positivité des prélèvements

Plus en détail

D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011

D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011 D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011 Fièvres hémorragiques virales (FHV) à transmission interhumaine = Ebola, Marburg, Lassa, CCHF rares mais parfois épidémies avec : mortalité élevée

Plus en détail

Comment améliorer le contrôle de la coqueluche en 2019?

Comment améliorer le contrôle de la coqueluche en 2019? Comment améliorer le contrôle de la coqueluche en 2019? Nicole GUISO Ex Directeur de recherches et du Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses à l Institut Pasteur La coqueluche

Plus en détail

Épidémie de rougeole dans la région Paca

Épidémie de rougeole dans la région Paca Incidence pour 100 000 habitants Épidémie de rougeole dans la région Paca Une épidémie de rougeole sévit en France depuis début 2008 et la circulation du virus s est intensifiée en début d année 2010.

Plus en détail

David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 Plan 1. Epidémiologie 2. Les virus grippaux 3. Clinique 4. Diagnostic 5. Traitement 6. Risques de pandémie 2 1- Epidémiologie Infection

Plus en détail

Épidémie(s) de grippe. Dr Thibaut FRAISSE CH ALES 22 Octobre 2015

Épidémie(s) de grippe. Dr Thibaut FRAISSE CH ALES 22 Octobre 2015 Épidémie(s) de grippe Dr Thibaut FRAISSE CH ALES 22 Octobre 2015 Conflits d intérêts Orateur: Novartis (Nouvelles dimensions en gériatrie) Invitation congrès: Astellas LES FONDAMENTAUX Les virus grippaux

Plus en détail

SRAS. 1- Généralités. Historique. Historique. Historique. 1a- historique 1b- le virus 1c- pathogénicité

SRAS. 1- Généralités. Historique. Historique. Historique. 1a- historique 1b- le virus 1c- pathogénicité SRAS 1- Généralités 1a- historique 1b- le virus 1c- pathogénicité S.Nguyen 04/2005 La province de Guangdong 85 millions d habitants 14 villes principales 11% PNB de la Chine 76 millions ont un rapport

Plus en détail

PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Samedi, 15 Mars :02

PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Samedi, 15 Mars :02 PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Le Haut Conseil de la santé publique a diffusé le 15 mars 2014 sur son site Internet un nouvel avis relatif

Plus en détail

K. GAMBAROTTO A. BLERIOT PRIEMSOI 2014

K. GAMBAROTTO A. BLERIOT PRIEMSOI 2014 K. GAMBAROTTO A. BLERIOT PRIEMSOI 2014 1 Service de maternité et de néonatologie 2 Avril 20: 3 cas de conjonctivite à Serratia marcescens à 3 jours d intervalle 3 nouveaux-nés: 2 en maternité, 1 en néonat

Plus en détail

Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012

Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012 Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012 Dr Charlotte BIRON Infectiologue Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Responsable du Centre de Vaccinations Polyvalentes du CHU de Nantes

Plus en détail

Surveillance de l infection à Middle East Respiratory Syndrome (MERS) Coronavirus Bilan du dispositif de détection en Ile-de-France

Surveillance de l infection à Middle East Respiratory Syndrome (MERS) Coronavirus Bilan du dispositif de détection en Ile-de-France Surveillance de l infection à Middle East Respiratory Syndrome (MERS) Coronavirus Bilan du dispositif de détection en Ile-de-France Annie-Claude Paty CIRE Ile de France, Champagne Ardenne JRVS, 21 novembre

Plus en détail

L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement

L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement Journée régionale de veille sanitaire 15 novembre 2011 - RENNES Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX Le contexte

Plus en détail

PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS

PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS Dr Nathalie Pestourie-Penault Assistant spécialiste Unité d Hygiène Hospitalière CHU de Limoges JNI 15 juin 2012 Généralités P.

Plus en détail

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique.

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique. Fiche D.1 B. Grippe au virus A/H5N1. Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre

Plus en détail

CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT

CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT 4ème Journée Régionale des Référents en Antibiothérapie OMéDIT Centre Val de Loire MÉNINGITE À MÉNINGOCOQUE, TUBERCULOSE, GALE CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT Dr Nathalie van der Mee-Marquet Praticien

Plus en détail

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Gestion d une saison de grippe à l hôpital Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Plan Généralités Historique Symptomatologie Conséquences Incubation et contagiosité

Plus en détail

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Publié le 20/07/2017 Indications des vaccinations en post-exposition M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Le guide du Haut Conseil de santé publique pour l immunisation

Plus en détail

Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB

Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB Le Strepto A n a napas disparu! Les précautions sont toujours d actualité Autour d un cas d endométrite sur AVB Journée Mater du 29 septembre 2016 M.A. Confesson CH Mâcon Introduction Streptocoque A ou

Plus en détail

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin Robert Cohen

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin Robert Cohen Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin 2009 Robert Cohen Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques B : uniquement humain, cas sporadiques + épidémiques,

Plus en détail

Infections respiratoires aigues basses (IRA-B) en EHPAD

Infections respiratoires aigues basses (IRA-B) en EHPAD Infections respiratoires aigues basses (IRA-B) en EHPAD Formation ARLIN CH de Blois -20 novembre 2012 ARS Centre-CVAGS-20/11/2012 1 Plan 1. références 2. conduite à tenir en cas d IRA-B 3. mesures à prendre

Plus en détail

Epidémie de rougeole avec transmission nosocomiale Provence-Alpes-Côte d Azur et Principauté de Monaco, mars - mai 2008

Epidémie de rougeole avec transmission nosocomiale Provence-Alpes-Côte d Azur et Principauté de Monaco, mars - mai 2008 Epidémie de rougeole avec transmission nosocomiale Provence-Alpes-Côte d Azur et Principauté de Monaco, mars - mai 2008 Franck Sillam Epidémiologiste PROFET Cellule interrégionale d épidémiologie Sud 9

Plus en détail

Vaccinations professionnelles

Vaccinations professionnelles Vaccinations professionnelles Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille sanitaire Journées du Réseau AES Sud-Est Lyon 15/12/09 Merci à Dominique Abiteboul Situation actuelle vaccination BCG Décret du 17 juillet

Plus en détail

Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 1 - IRA Annexe n 1-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir âgées A savoir

Plus en détail

L ALERTE AU NIVEAU DE LA CIRE : L EXEMPLE DE L ÉPIDÉMIE DE ROUGEOLE EN NOUVELLE-AQUITAINE

L ALERTE AU NIVEAU DE LA CIRE : L EXEMPLE DE L ÉPIDÉMIE DE ROUGEOLE EN NOUVELLE-AQUITAINE L ALERTE AU NIVEAU DE LA CIRE : L EXEMPLE DE L ÉPIDÉMIE DE ROUGEOLE EN NOUVELLE-AQUITAINE Anne Bernadou Santé publique France - Nouvelle-Aquitaine, European Programme for Intervention Epidemiology Training

Plus en détail

Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées. Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est

Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées. Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est Ses objectifs : Le signalement Détecter et signaler pour agir et prévenir

Plus en détail

Surveillance des pathologies saisonnières Bilan de la saison précédente et situation actuelle

Surveillance des pathologies saisonnières Bilan de la saison précédente et situation actuelle Surveillance des pathologies saisonnières Bilan de la saison précédente et situation actuelle Guadeloupe Saint-Martin Saint-Barthélémy CIRE ANTILLES GUYANE GUADELOUPE N 10/2016 Ce point épidémiologique

Plus en détail

Epidémies de gastro-entérites à norovirus en EHPAD. Cas groupés de GEA. Norovirus. Marc Carpentier & Chantal Fauchier

Epidémies de gastro-entérites à norovirus en EHPAD. Cas groupés de GEA. Norovirus. Marc Carpentier & Chantal Fauchier Epidémies de gastro-entérites à norovirus en EHPAD Marc Carpentier & Chantal Fauchier Journée ARLIN Bretagne 2011, Brest «Le risque infectieux en EHPAD et sa prévention» Cas groupés de GEA Données InVS

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE CIRCUIT DE SIGNALEMENT OBJECTIFS DU SIGNALEMENT Détecter et signaler pour agir et prévenir les risques d Analyser l évolution dans le temps des maladies et adapter les recommandations, les politiques de

Plus en détail

11/10/2013. Tuberculose en maternité à l HFME en décembre 2012 Unité d Hygiène et d Epidémiologie Médecine et santé au travail

11/10/2013. Tuberculose en maternité à l HFME en décembre 2012 Unité d Hygiène et d Epidémiologie Médecine et santé au travail Tuberculose en maternité à l HFME en décembre 2012 Unité d Hygiène et d Epidémiologie Médecine et santé au travail Alerte Le 3 décembre 2012, Suspicion de tuberculose chez Mme N en suite de couches car

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Procédure COREB - Santé publique France. Recommandations professionnelles pour la prise en charge des personnes - contact «Peste»

Procédure COREB - Santé publique France. Recommandations professionnelles pour la prise en charge des personnes - contact «Peste» Procédure COREB - Santé publique France Recommandations professionnelles pour la prise en charge des personnes - contact «Peste» Document actualisé au 13 novembre 2017 Procédure susceptible d évolution

Plus en détail

COQUELUCHES ATYPIQUES ET ENTOURAGE QUEL FUTUR? LA SITUATION AMBULATOIRE. R. Cohen (CHI - Créteil)

COQUELUCHES ATYPIQUES ET ENTOURAGE QUEL FUTUR? LA SITUATION AMBULATOIRE. R. Cohen (CHI - Créteil) COQUELUCHES ATYPIQUES ET ENTOURAGE QUEL FUTUR? LA SITUATION AMBULATOIRE R. Cohen (CHI - Créteil) Pourquoi des études en ambulatoire? 3 Les données hospitalières ne sontelles pas suffisantes? Certes elles

Plus en détail

REX. Gestion des épidémies en EHPAD Territoire Pyrénées-Ariégeoises ML SOUM 28/03/2017

REX. Gestion des épidémies en EHPAD Territoire Pyrénées-Ariégeoises ML SOUM 28/03/2017 REX Gestion des épidémies en EHPAD Territoire Pyrénées-Ariégeoises ML SOUM 28/03/2017 La gestion des épidémies Le territoire de santé s engage 2001: mise en place du RINA Les directeurs des 5 ETS de l

Plus en détail

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Guadeloupe Saint-Martin Saint-Barthélemy C I R E A N T I L L E S Période : S- à S- N / Synthèse de la situation épidémiologique Guadeloupe

Plus en détail

ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM. Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN)

ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM. Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN) ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM 1 Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN) Hygiène et prévention du risque infectieux en EMS Décembre 2013 LA GRIPPE o Maladie aiguë

Plus en détail

La rougeole en France en 2009 Exemples d épidémies nosocomiales

La rougeole en France en 2009 Exemples d épidémies nosocomiales La rougeole en France en 2009 Exemples d épidémies nosocomiales C Meffre 1, I Parent 2, S Alsibaï 1, F Sillam 3 1 InVS Cire Est, 2 InVS St Maurice, 3 InVS Cire Sud 8 octobre 2009 Introduction Infection

Plus en détail

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Je suis personnel de santé, est-ce que j expose les patients

Plus en détail

Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire

Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire H Marini, V Merle, MP Tavolacci, C Brifault, AM Coulon, I Jozefacki, C Lebaron, V Nardin, T Petel, P Czernichow Département d'épidémiologie

Plus en détail

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques 63000 CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE Maladie virale saisonnière très contagieuse Epidémie de 10

Plus en détail

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES Dans cette section, seules les particularités liées à la femme enceinte et son ou ses fœtus sont présentées. Pour plus de renseignements sur chacune des maladies, voir les sections correspondantes du chapitre

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Surveillance CIRE ANTILLES des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Période : S- à S- N / Synthèse de la situation épidémiologique Guadeloupe Saint-Martin Saint-Barthélemy Guadeloupe Epidémie

Plus en détail

Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015

Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015 Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015 Epidémie d infections invasives à Streptococcus pyogenes dans un EHPAD (septembre 2014 mai 2015) M Brun- M Philippo Equipe mobile

Plus en détail

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé A propos de l épisode grippal 2014-2015 3 ème Journée régionale de veille sanitaire en Bretagne -15 décembre 2015- Dr F. Cellier-Dr P. Kergaravat

Plus en détail