CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-QUENTIN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-QUENTIN"

Transcription

1 «La gale: mesures à mettre en place pour les malades et le personnel» Version C Nombre de Pages : 14 Rédaction Nom : Service Hygiène Date : Septembre 2008 Validation Nom : CLIN Date : 22 Septembre 2008 Réactualisation Rédigé et Validé par le CLIN du 14 septembre Réactualisé en septembre 2008 et validé par le CLIN du 22 septembre Réactualisé en Octobre 2011 I- DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE/DOCUMENTS ASSOCIÉS Epidémie de gale communautaire Guide d investigation et d aide à la gestion INVS Novembre 2008 Mesures pour la prévention et la maîtrise de la diffusion de la gale dans les établissements de santé, sanitair et sociaux CCLIN Paris-Nord 2007 Pratiques d hygiène en EHPA DRASS Midi-Pyrénées Ccrevi CCLIN 2007 Recommandations concernant la gestion de la gale dans les établissements de soins et médico-sociaux CCLIN Sud-Ouest Guide de bonnes pratiques - Lutte contre les ectoparasites et agents nuisibles CCLIN Paris-Nord 2001 La gale dans les établissements de soins CCLIN-Est Décret n du 15 février 1999 modifiant et complétant les tableaux des maladies professionnelles II- RESPONSABILITE POUR L APPLICATION Tout le personnel des services de soins. III- ARCHIVAGE Classeur de protocoles Intranet Affichage Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 1

2 IV- SOMMAIRE 1. Généralités 2. Mesures à appliquer en cas de gale isolée 3. Mesures à appliquer en cas de gale chez un membre du personnel 4. Mesures à appliquer dans le cas d une épidémie de gale 5. Fiche technique «traitement» Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 2

3 «La gale: mesures à mettre en place pour les malades et le personnel» V- DESCRPTION I GENERALITES Définition La gale est une dermatose fréquente due à un acarien : le Sarcoptes scabiei hominis. Elle est très prurigineuse surtout la nuit et très contagieuse. La transmission se fait par contact direct entre la peau d une personne atteinte de gale et celle d un sujet sain ou par contact indirect avec le linge, la literie et les surfaces inertes. Les lésions ont pour principaux sites : les plis interdigitaux, la face antérieure des poignets et des coudes, la ceinture, les cuisses, le nombril, les organes génitaux, les plis des seins et des fesses. Objectif Eviter la transmission croisée entre patients et/ou entre patients et personnel soignant. Tenue du personnel Pour tout soin nécessitant un contact direct avec le patient atteint, sa literie, ses vêtements et son environnement : o Porter une surblouse à manches longues à usage unique avec poignets élastiqués (à éliminer dans un sac poubelle jaune). o Mettre des gants de soins à usage unique recouvrant les poignets de la surblouse (à éliminer dans un sac poubelle jaune). Ne pas oublier, après le retrait des gants de réaliser un lavage minutieux des mains et des avantbras, suivi d une friction de Solution Hydro Alcoolique sur mains sèches. Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 3

4 II MESURES A APPLIQUER EN CAS DE GALE ISOLEE Prévenir le service Hygiène pour mise en place de l isolement. Traitement (voir fiche technique traitement) En cas de traitement oral, administrer les comprimés suivant le poids des patients et réaliser la toilette, le change complet du lit, le traitement du linge et le nettoyage de l environnement 8 heures minimum après le traitement ou le lendemain matin. En cas de traitement local : Réaliser une douche ou un bain avant le traitement afin de favoriser la pénétration du traitement et effectuer des changes complets de lit quotidiens pendant 48 heures. - Limiter les déplacements du patient en dehors de la chambre le temps du traitement. - Si intervention chirurgicale urgente ou examen, traiter le patient avant. - Dès suspicion et sur prescription médicale, placer le patient en «isolement» (précautions d hygiène complémentaire de type contact) en chambre seule si possible jusqu à 48 heures après le traitement. - Revêtir la tenue de protection préconisée lors des soins auprès du patient. Gestion du linge Les textiles à désinfecter sont tous les vêtements, les chaussons, les rideaux et la literie ayant été en contact avec le patient jusqu à 8 jours avant Linge supportant un lavage en machine > à 60 C : Envoyer rapidement ces textiles (ex: draps, linge de corps, pyjamas coton) à la blanchisserie dans des sacs plastique hydrosolubles rouges mis eux-mêmes dans des sacs tissu rouges. Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 4

5 Autres textiles ne supportant pas un lavage > à 60 C (ex : robes, lainages ) Pulvériser les articles textiles avec un produit antiparasitaire type A-PAR en tenant l aérosol à 30 cm des articles à désinsectiser. La pulvérisation ne doit pas être effectuée par un sujet asthmatique ou en sa présence. Pour éviter toute gène respiratoire, ouvrir les fenêtres des pièces dans lesquelles la pulvérisation est réalisée et mettre un masque avec visière Traiter à l endroit et à l envers en insistant sur les coutures, les emmanchures, l intérieur des chaussures et des chaussons (faire mettre en attendant des surchaussures au malade). Enfermer le linge traité dans un sac plastique transparent en notant l heure sur le sac. Laisser en contact au moins 3 heures, les textiles peuvent être réutilisés après 2 heures d aération sans lavage préalable ou après avoir été lavés à basse température. Pour le linge repris par les proches : Rendre le linge pouvant être lavé à 60 dans un sac fermé en demandant à la famille de le laver à part avec leur lessive habituelle. Pour les autres textiles, les pulvériser avec l A-PAR et les disposer dans un sac fermé. La literie L oreiller et le matelas plastifiés sont à nettoyer minutieusement avec du détergentdésinfectant. Si fissuré(s), prévoir impérativement leur remplacement dans les plus brefs délais. L oreiller et le matelas non plastifiés sont à pulvériser avec de l A-PAR, ils pourront être utilisable 12 heures après l application du produit. L environnement Effectuer un nettoyage complet de la chambre au détergent-désinfectant. Ne pas oublier l intérieur des meubles et les objets personnels type peigne Traiter les revêtements textiles avec A-PAR (brassards à tension, rideaux, fauteuils, tissu ). Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 5

6 III MESURES A APPLIQUER EN CAS DE GALE CHEZ UN MEMBRE DU PERSONNEL - En cas de suspicion, prendre contact avec le médecin traitant pour établir le diagnostic, la prescription du traitement et un arrêt de travail (éviction pendant la durée du traitement, environ 48 heures). - En cas de diagnostic confirmé, prendre contact avec la médecine du travail pour la déclaration d accident de travail et se rendre ensuite à la pharmacie de l établissement pour la délivrance du traitement individuel. - Laver en machine à 60 C le linge personnel qui a pu être contaminé (linge porté les 3 jours précédents les signes cliniques) - Penser à traiter avec un antiparasitaire le linge ne supportant pas un lavage à 60 C (literie, sièges de voiture, textiles non lavables). - Ne pas oublier de traiter, si besoin, l entourage familial selon les indications du médecin. Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 6

7 IV MESURES A APPLIQUER DANS LE CAS D UNE EPIDEMIE DE GALE (supérieur à 2 cas) Objectifs : - Traiter un maximum de patients en un minimum de temps. - Pas de notion d urgence, à réaliser une fois le personnel et le matériel disponible. Mesures générales Prévenir la Direction des Soins, le service Qualité, le service d Hygiène (pour aide à la gestion), la pharmacie (pour délivrance des traitements) et la blanchisserie (dotation draps, sacs plastique et tissu, surblouses manches longues, pyjamas, surchaussures ) Faire un recensement des patients atteints ou suspects, considérés comme contacts, avec l aide du service d Hygiène. Faire diagnostiquer les cas réels par un dermatologue et définir les patients à traiter. Traiter en priorité les patients ayant une gale déclarée et leurs voisins de chambre respectifs, les patients valides (qui sont amenés à se déplacer) puis les patients invalides. Ne plus faire d entrée ni de sortie de patients dans le service dans l objectif de circonscrire l épidémie (sauf cas urgent et à apprécier selon la gravité de l épidémie). Renforcer les précautions standard d hygiène dans tout le service en attendant les traitements : entre chaque patient et chaque chambre : changer de surblouse et de gants à usage unique et effectuer un lavage simple des mains et des avant-bras + friction de Solution Hydro Alcoolique sur mains sèches. Limiter les visites et prévenir les familles du risque de contagiosité. Sur prescription médicale, possibilité d envisager un traitement préventif et/ou curatif de l ensemble du personnel. Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 7

8 Mesures à prendre la veille S assurer de la présence de tous les traitements et préparer le matériel indispensable 1. SALLE DE BAIN - Enlever tout le linge de la salle de bain. - Nettoyer entièrement le mobilier avec du détergent-désinfectant. 2. SALLES COMMUNES - Nettoyer complètement le mobilier avec du détergent-désinfectant. 3. ARMOIRES A LINGE - Mettre la totalité du linge restant dans l armoire descendante dans des sacs plastiques rouges + sacs tissus rouges. - Evacuer également tout le linge stocké ailleurs dans le service (chariot de nursing + réserve). Mesures à prendre le jour même Utiliser l armoire de linge propre montante livrée le matin. En cas de traitement oral, administrer les comprimés suivant le poids des patients et réaliser la toilette, le change des lits, le traitement du linge et le nettoyage de l environnement 8 heures minimum après le traitement ou le lendemain matin. En cas de traitement local : former des équipes de 3 personnes minimum : 2 personnes s occupent du traitement local du patient et 1 se charge pendant ce temps de l environnement du patient (le linge, la literie et la chambre). Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 8

9 Consignes : - Revêtir la tenue spécifique préconisée : surblouse manches longues à usage unique et gants. - Changer de surblouse à usage unique et de gants à usage unique entre chaque patient ET chaque chambre (ne pas sortir de la chambre avec). Gestion du linge SE LAVER LES MAINS ET LES AVANT-BRAS + FRICTION DE SOLUTION HYDRO ALCOOLIQUE entre chaque patient ET chaque chambre. Les textiles à désinsectiser sont tous les vêtements, les chaussons, la literie et rideaux éventuellement ayant été en contact avec le patient jusqu à 8 jours avant. Linge supportant un lavage en machine > à 60 C : Envoyer rapidement ces textiles (ex: draps, linge de corps, pyjamas coton) à la blanchisserie dans des sacs plastique hydrosolubles rouges mis eux-mêmes dans des sacs tissu rouges. Autres textiles ne supportant pas un lavage > à 60 C (ex : robes, lainages ) Mettre un masque avec visière pendant l utilisation du produit.. Pulvériser les articles textiles avec un produit antiparasitaire type A-PAR en tenant l aérosol à 30 cm des articles à désinsectiser. La pulvérisation ne doit pas être effectuée par un sujet asthmatique ou en sa présence. Pour éviter toute gène respiratoire, ouvrir les fenêtres des pièces dans lesquelles la pulvérisation est réalisée. Traiter à l endroit et à l envers en insistant sur les coutures, les emmanchures, l intérieur des chaussures et des chaussons (faire mettre en attendant des surchaussures au malade). Enfermer le linge traité dans un sac plastique transparent en notant l heure sur le sac. Laisser en contact au moins 3 heures, les textiles peuvent être réutilisés après 2 heures d aération sans lavage préalable ou après avoir été lavés à basse température. Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 9

10 Pour le linge repris par les proches : Rendre le linge pouvant être lavé à 60 dans un sac fermé en demandant à la famille de le laver à part avec leur lessive habituelle. Pour les autres textiles, les pulvériser avec l A-PAR et les disposer dans un sac fermé. La literie L oreiller et le matelas plastifiés sont à nettoyer minutieusement avec du détergentdésinfectant. Si fissuré(s), prévoir impérativement leur remplacement dans les plus brefs délais. L oreiller et le matelas non plastifiés sont à pulvériser avec de l A-PAR, ils pourront être utilisable 12 heures après l application du produit. L environnement Ne pas oublier de nettoyer et de désinfecter au Détergeant-Désinfectant la baignoire ou la douche collective entre 2 patients. Effectuer un nettoyage complet des chambres au détergent-désinfectant. Ne pas oublier l intérieur des meubles et les objets personnels type peigne Traiter les revêtements textiles avec A-PAR (brassards à tension, rideaux, fauteuils, tissu ). Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 10

11 A LA FIN DE LA JOURNEE Quand tous les patients ont pu être douchés et l entretien des locaux réalisé : Nettoyer la salle de bain en entier au détergent-désinfectant. Vider et nettoyer les chariots de nursing et linge sale avec du Détergeant-Désinfectant, évacuer tout le linge, même celui qui n a pas servi, en blanchisserie. Vider et nettoyer le(s) chariot(s) de ménage et les balais. Ranger le linge propre livré par la blanchisserie. A la fin du poste de travail des agents : Mettre la tenue de travail complète au sale dans sac rouge. Sur prescription médicale, chez soi, prendre une douche et appliquer le traitement préventif local ou oral, laisser agir la nuit. Laver la tenue civile du jour séparément, si possible à 60 C, sinon traiter la tenue avec A- PAR Mesures à prendre pour le lendemain Au bout de 12 à 24 heures, selon le produit local utilisé, savonner tout le corps et rincer abondamment. Sécher avec une serviette de toilette propre. Habiller le patient avec du linge propre hospitalier. Changer les draps du lit une nouvelle fois. Sur prescription, réaliser à nouveau un traitement corporel (douche + traitement local) avec change complet du lit. Si besoin, hydrater la peau avec une crème «cold cream». En fonction de l évolution clinique et sur prescription médicale, renouveler le cas échéant le traitement local à J8. Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 11

12 V FICHE TECHNIQUE «TRAITEMENT» RESPECTER LA PRESCRIPTION MEDICALE TRAITEMENT ORAL : délai d action 8 heures Il consiste en une prise unique d Ivermectine (Stromectol ) chez l adulte et l enfant de plus de 15 kilos. Laisser le patient à jeun 2 heures avant et 2 heures après la prise des comprimés. Sur prescription médicale, prise d une 2 ème cure d Ivermectine 15 jours après la 1 ère. Le traitement oral remplace ou complète les applications locales. Précaution d emploi : l utilisation est déconseillée au 1 er trimestre de la grossesse. - Veiller à ce que le patient ait une bonne hygiène des ongles (courts et brossés). - Le lendemain ou 8 heures minimum après la prise du traitement, faire prendre une douche ou un bain au patient, réaliser un change complet du lit, traiter le linge et effectuer un nettoyage/désinfection de l environnement. TRAITEMENTS LOCAUX : délai d action immédiat Avant le traitement local - Veiller à ce que le patient ait une bonne hygiène des ongles (courts et brossés). - Faire prendre un bain ou une douche pour ouvrir les pores et favoriser la pénétration du produit (si impossibilité, réaliser une toilette complète au gant), suivi d un séchage doux. - Appliquer soigneusement le produit sur toute la surface corporelle en évitant le visage et le cuir chevelu et en insistant particulièrement sur tous les plis, les parties génitales, les espaces interdigitaux, les ongles et l ombilic - Ne pas appliquer sur le visage et le cuir chevelu Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 12

13 ASCABIOL : benzoate de benzyle (lotion) Chez l adulte - Le produit s applique au pinceau en soie (1 pinceau = 1 malade), à défaut prendre un gant à usage unique. - Réaliser 2 couches successives, en laissant sécher la première pendant 10 minutes. - Laisser au contact pendant 24 heures. - En règle générale, un seul traitement suffit. Chez l enfant de moins de 2 ans et la femme enceinte - Il est impératif de se limiter à une seule application avec un temps de contact inférieur à 12 heures. - Il est conseillé de mettre un bandage protecteur autour des mains de l enfant pour éviter l ingestion accidentelle de produit par succion et limiter les lésions de grattage. OU SPREGAL : pyréthrinoïdes (flacon pressurisé) - Faire porter un masque avec visière au soignant et au patient (masque protection + yeux). - Réaliser une seule pulvérisation à 20 ou 30 cm dans un endroit aéré (ouvrir la fenêtre). - Laisser en contact avec la peau pendant 12 heures. - Un flacon permet de traiter 3 personnes. - Ne pas utiliser en cas d asthme ou de gêne respiratoire chez le patient ou le personnel. - En cas de grossesse ou d allaitement, demander conseil au médecin Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 13

14 Après le traitement local - Si impossibilité de mise au fauteuil, remettre le patient dans un lit préalablement désinfecté dans des draps propres. - Eviter toute toilette ultérieure, y compris celle des mains pendant le temps de contact préconisé selon le produit. Dans le cas où un lavage des mains est nécessaire, il faut réaliser une nouvelle application. - Au bout du temps de contact préconisé selon le produit, savonner tout le corps et rincer abondamment, sécher avec une serviette de toilette propre. - Habiller le patient avec du linge hospitalier propre. - Changer les draps du lit une nouvelle fois. - Après le traitement, le prurit régresse le plus souvent en 2 à 3 jours. Cependant, les démangeaisons peuvent persister quelques semaines sans pour autant être un échec du traitement. - Il est conseillé d appliquer de la crème «cold cream» pour hydrater la peau après le traitement. Toute impression du document est déconseillée au vue des mises à jour éventuelles de celui-ci. 14

PROTOCOLE GALE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS ISOLE OU UNE EPIDEMIE

PROTOCOLE GALE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS ISOLE OU UNE EPIDEMIE Page : 1 de 9 MISE A JOUR N version : 2 OBJET DOMAINE D APPLICATION OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace le protocole GQR_GRV PR 11 V2 du 15/12/2006 Décrire la conduite à

Plus en détail

La gale c est pas la galère Fiche d information patient Traitement par Ivermectine 3 mg (Stromectol ) comprimés

La gale c est pas la galère Fiche d information patient Traitement par Ivermectine 3 mg (Stromectol ) comprimés La gale c est pas la galère Fiche d information patient Traitement par Ivermectine 3 mg (Stromectol ) comprimés Comment prendre l Ivermectine? Suivez la prescription médicale Le nombre de comprimés est

Plus en détail

Mesures de prévention et de contrôle

Mesures de prévention et de contrôle Investigations et prise en charge des épidémies de gale en EHPAD Mesures de prévention et de contrôle C. Gautier Antenne régionale aquitaine du CCLIN Sud Ouest Difficultés Diagnostic Disponibilité d un

Plus en détail

La gale Présentation ARLIN Midi-Pyrénées, juillet 2013

La gale Présentation ARLIN Midi-Pyrénées, juillet 2013 La gale Présentation ARLIN Midi-Pyrénées, juillet 2013 Beaucoup de difficultés à gérer Épidémie insidieuse premiers cas = partie émergée de l iceberg Diagnostic difficile à établir et maladie «honteuse»

Plus en détail

Prise en charge et gestion d épidémie

Prise en charge et gestion d épidémie LA GALE Prise en charge et gestion d épidémie Prévention des infections associées aux soins en EHPAD Mardi 15 octobre 2013 Amphithéâtre IFSI Brabois- Nancy Contexte Documents de référence disponibles pour

Plus en détail

La Gale (La Scabiose)

La Gale (La Scabiose) La Gale (La Scabiose) Dr N. Contet-Audonneau 04/10/2014 1 Définition Dermatose contagieuse due à un acarien Sarcoptes scabiei variété hominis Fréquente Cosmopolite Prurigineuse 04/10/2014 2 La gale 300

Plus en détail

Epidémie de gale en 2015 dans un EHPAD de la région retour d expérience. 18 novembre 2016 AM GALLERAND ARLIN Martinique

Epidémie de gale en 2015 dans un EHPAD de la région retour d expérience. 18 novembre 2016 AM GALLERAND ARLIN Martinique Epidémie de gale en 2015 dans un EHPAD de la région retour d expérience 18 novembre 2016 AM GALLERAND ARLIN Martinique Qu est-ce que la gale? (1) Parasitose cutanée due à un parasite le SARCOPTE de la

Plus en détail

La gale c est pas la galère Fiche Diagnostic médecin

La gale c est pas la galère Fiche Diagnostic médecin La gale c est pas la galère Fiche Diagnostic médecin La gale est une maladie infectieuse dermatologique d'origine parasitaire, transmissible et bénigne dans la plupart des cas. Elle est aussi considérée

Plus en détail

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS RELECTURE ET MISE A JOUR LE 6 AOUT 2012 OBJET Décrire la technique de réalisation du bio nettoyage appliquée dans

Plus en détail

ARLIN Pays de Loire le 24 septembre 2015 Dr Catherine Willer Médecin Coordonnateur/Hygiéniste Mme Anne de Thomaz Cadre de santé

ARLIN Pays de Loire le 24 septembre 2015 Dr Catherine Willer Médecin Coordonnateur/Hygiéniste Mme Anne de Thomaz Cadre de santé RETOUR D EXPERIENCE.. Epidémie de gale en EHPAD ARLIN Pays de Loire le 24 septembre 2015 Dr Catherine Willer Médecin Coordonnateur/Hygiéniste Mme Anne de Thomaz Cadre de santé La structure Les Résidences

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

Reseau de correspondants

Reseau de correspondants Reseau de correspondants Formation du 17 avril 2014 Objectif Aider à mettre en place une stratégie de gestion d une épidémie de gale et à appliquer les mesures de prévention adaptées à partir de l analyse

Plus en détail

III. RAPPEL DES PRINCIPALES MESURES D ISOLEMENT :

III. RAPPEL DES PRINCIPALES MESURES D ISOLEMENT : Page 1/5 I OBJECTIF : Eviter la transmission d un agent infectieux pandémique hautement pathogène pour l homme à partir d un patient infecté ou présumé, ou de son environnement immédiat, à des individus

Plus en détail

LA PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS A DOMICILE CCLIN EST JOURNEE DU 03/04/2012 MARTINE DORLEAC CADRE DE SANTE

LA PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS A DOMICILE CCLIN EST JOURNEE DU 03/04/2012 MARTINE DORLEAC CADRE DE SANTE LA PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS A DOMICILE CCLIN EST JOURNEE DU 03/04/2012 MARTINE DORLEAC CADRE DE SANTE PRESENTATION DE L HAD SOINS PRIS EN CHARGE DIFFICULTES RENCONTREES SOLUTIONS APPORTEES

Plus en détail

Gestion d'une épidémie de gale. N. NICOLAS, pharmacien, président du CLIN G. MAUUARY, praticien en hygiène G. BRION, infirmière hygiéniste HPMetz

Gestion d'une épidémie de gale. N. NICOLAS, pharmacien, président du CLIN G. MAUUARY, praticien en hygiène G. BRION, infirmière hygiéniste HPMetz Gestion d'une épidémie de gale N. NICOLAS, pharmacien, président du CLIN G. MAUUARY, praticien en hygiène G. BRION, infirmière hygiéniste HPMetz 1 Présentation de l'établissement Établissement PSPH de

Plus en détail

1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA GRIPPE AVIAIRE

1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA GRIPPE AVIAIRE 1 / 5 1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA 1.1 La tenue de protection : elle est revêtue sur un pyjama en tissu. Les chaussures

Plus en détail

La gale: Etat de la question. Dr Claire Dachelet, Dr Stéphanie Olivier Dermatologie CHU Dinant Godinne / UCL Namur

La gale: Etat de la question. Dr Claire Dachelet, Dr Stéphanie Olivier Dermatologie CHU Dinant Godinne / UCL Namur La gale: Etat de la question Dr Claire Dachelet, Dr Stéphanie Olivier Dermatologie CHU Dinant Godinne / UCL Namur La gale : le «grand» retour et beaucoup de questions Quand y penser? Comment poser le diagnostic?

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

AIDE A LA TOILETTE AU LAVABO

AIDE A LA TOILETTE AU LAVABO Page : 1/7 Date de création : Date de révision : Date d évaluation : Destinataires : Type Nom Profession Action / Info. Nom & Prénom Fonction ou Instance Date Rédaction Relecture Validation Approbation

Plus en détail

Journée régionale 12 octobre 2017

Journée régionale 12 octobre 2017 Prévention du risque infectieux dans les structures pour les personnes en situation handicap : Quelques points essentiels Journée régionale 12 octobre 2017 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Cpias Ile-de-France

Plus en détail

Epidémie de gale au CH de Chambéry

Epidémie de gale au CH de Chambéry Epidémie de gale au CH de Chambéry Services Service de rééducation FOUGERES : début prurit 26/11/2012 Unité de Soins Continus : début prurit 26/11/2012 Infectiologie B7 : début prurit 17/12/2012 Urgences

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Les précautions standard Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Cadre réglementaire r et Recommandations Décret 4 mai 1994 (protection des travailleurs)

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Cpias Ile-de-France Le lieu de soins et le risque infectieux

Plus en détail

Face à la gale, comment agir

Face à la gale, comment agir Face à la gale, comment agir Mme Guérin, Directrice adjointe Mme DELHAL, Stagiaire Direction EHPAD du Maharin, Anglet (64) 68 lits EHPAD en secteur ouvert 12 lits en unité de vie protégée 8 places d accueil

Plus en détail

REUNION REFERENTS HYGIENE CCLIN 19 MARS 2015

REUNION REFERENTS HYGIENE CCLIN 19 MARS 2015 REUNION REFERENTS HYGIENE CCLIN 19 MARS 2015 Le foyer St Michel en quelques mots. Foyer de vie avec double agrément : FO et FAM Ouverture en date du 25/11/2013 68 résidents en situation de handicap intellectuel

Plus en détail

Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison. Anne Brunon REPH 21 février 2013

Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison. Anne Brunon REPH 21 février 2013 Retour d expérience sur une épidémie de gale au CH de Montbrison Anne Brunon REPH 21 février 2013 SSG Le 30/05: EOHH informée d une suspicion de gale en SSG = Mme D (91 ans) prurit depuis +s mois + lésions

Plus en détail

Retour D expérience de l Equipe Mobile d Hygiène de l HPGM sur une «Epidémie de gale» en EHPAD. D.Nsotha IDE EMH et V.Mathé médecin hygiéniste EMH

Retour D expérience de l Equipe Mobile d Hygiène de l HPGM sur une «Epidémie de gale» en EHPAD. D.Nsotha IDE EMH et V.Mathé médecin hygiéniste EMH Retour D expérience de l Equipe Mobile d Hygiène de l HPGM sur une «Epidémie de gale» en EHPAD D.Nsotha IDE EMH et V.Mathé médecin hygiéniste EMH L EMH Projet «pilote» ARS DT 91/Hôpital Gériatrique Les

Plus en détail

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GRIPPE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GRIPPE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches Formation s adressant aux responsables et travailleurs des RPA GRIPPE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Direction de santé publique

Plus en détail

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire:

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire: Sommaire: Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS IFAS 2017. Module 6 CIDC Cadre formateur 1.Législation 2.Étude de cas Circuit du linge propre et 3.Le linge propre a. Stockage b. Du bon usage

Plus en détail

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest LA GALE Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest Jeudi 11 juin 2015 LE SARCOPTE DE LA GALE Définition Parasite de l ordre des acariens qui vit dans l épiderme humain

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard CPias Normandie Procédures Objectifs - Prévenir la transmission d'agents infectieux véhiculés par le sang ou les liquides biologiques - Réduire le risque de transmission croisée - Protéger le personnel

Plus en détail

MODE OPERATOIRE Page n 1 sur 8. NOM FONCTION DATE CRÉATION Dr. Malavaud S. Praticiens hygiénistes 2003

MODE OPERATOIRE Page n 1 sur 8. NOM FONCTION DATE CRÉATION Dr. Malavaud S. Praticiens hygiénistes 2003 MODE OPERATOIRE Page n 1 sur 8 NOM FONCTION DATE CRÉATION Dr. Malavaud S. Praticiens hygiénistes 2003 Dr. Verdeil X REDACTION Dr. Malavaud S. Dr. Verdeil X. Praticiens hygiénistes Octobre à novembre 2010

Plus en détail

Laboratoire BCLA Site Sarlat. D aprés CCLIN Sud-Est

Laboratoire BCLA Site Sarlat. D aprés CCLIN Sud-Est Laboratoire BCLA Site Sarlat. D aprés CCLIN Sud-Est Les précautions standard Leur application constitue la première stratégie de prévention de la transmission des micro- organismes protège le personnel

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Les précautions standard I. Généralités C est un ensemble de règles à appliquer en toutes situations pour la protection des patients et du personnel. C est la première stratégie de prévention de la transmission

Plus en détail

Jeudi 5 décembre 2013 Melle AUBRY Virginie Infirmière référente hygiène HAD mutualité de l AUBE

Jeudi 5 décembre 2013 Melle AUBRY Virginie Infirmière référente hygiène HAD mutualité de l AUBE Jeudi 5 décembre 2013 Melle AUBRY Virginie Infirmière référente hygiène HAD mutualité de l AUBE Objectifs : - Eviter les complications infectieuses lors de la réalisation des soins. - Maitriser la diffusion

Plus en détail

DP- GESTION PRATIQUE D'UNE ÉPIDÉMIE DE GASTRO-ENTÉRITE À NOROVIRUS OU À ROTAVIRUS

DP- GESTION PRATIQUE D'UNE ÉPIDÉMIE DE GASTRO-ENTÉRITE À NOROVIRUS OU À ROTAVIRUS DP- GESTION PRATIQUE D'UNE ÉPIDÉMIE DE GASTRO-ENTÉRITE À NOROVIRUS OU À ROTAVIRUS DOMAINE D'APPLICATION Département de psychiatrie Prise en charge des s '1' https://www.hpci.ch - pre_627-15/03/2018 1 /

Plus en détail

Gale ou Scabiose (Evaluations)

Gale ou Scabiose (Evaluations) Gale ou Scabiose (Evaluations) Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/3 : Parmi les propositions suivantes quelles sont celles se rapportant à la gale? A - elle est due à un acarien B -

Plus en détail

Guide d investigation et d aide à la gestion d une épidémie de gale communautaire

Guide d investigation et d aide à la gestion d une épidémie de gale communautaire Guide d investigation et d aide à la gestion d une épidémie de gale communautaire Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Diaporama créé par le RESLIN

Plus en détail

8 pages gale_mise en page 1 06/11/13 08:37 Page1 La gale, ça se soigne!

8 pages gale_mise en page 1 06/11/13 08:37 Page1 La gale, ça se soigne! La gale, ça se soigne! La gale, ça se soigne Vous, votre enfant ou l un de vos proches a la gale? Comment le savoir? Vous, votre enfant, un proche > > a des démangeaisons, > se gratte, > a des lésions

Plus en détail

SARCOPTES SCABIEI (Gale)

SARCOPTES SCABIEI (Gale) SARCOPTES SCABIEI (Gale) 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION

Plus en détail

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016 BMR, BHRe Mesures d hygiène et de protection renforcées Les recommandations Lundi 11 février 2016 Béatrice HEDOUX QUEAU Cadre Hygiéniste, UHLIN Louis Mourier BMR / BHRe Des mesures adaptées - Densité de

Plus en détail

Contexte. Audit Hygiène des mains en 2009 Pas d hygiène des mains pour 10% des soignants à la sortie de chambre de patients en PCC

Contexte. Audit Hygiène des mains en 2009 Pas d hygiène des mains pour 10% des soignants à la sortie de chambre de patients en PCC EVALUATION DES PCH Dr Florence Pospisil(CH Carpentras et Sault) Dr Sylvie Comparot (CH Vaison-la-Romaine) Dr Dominique Carrière (CH Vaison-la-Romaine) Visi Chaix (CH Carpentras, Sault et Vaison-la-Romaine)

Plus en détail

Mettre en œuvre les organisations et allouer les moyens nécessaires à la mise en place et l observance des précautions standard.

Mettre en œuvre les organisations et allouer les moyens nécessaires à la mise en place et l observance des précautions standard. Champ d application et stratégie de mise en œuvre Les précautions standard sont un ensemble de mesures visant à réduire le risque de transmission croisée des agents infectieux entre soignant, soigné et

Plus en détail

L hygiène des mains. CPias Normandie. Procédures. Page : 1 / 7. Rédaction Mise à jour Validation Version 3. Date : Sept 2017.

L hygiène des mains. CPias Normandie. Procédures. Page : 1 / 7. Rédaction Mise à jour Validation Version 3. Date : Sept 2017. Procédures Page : 1 / 7 Document réalisé par le, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source. PROTOCOLES Objet Décrire les différentes méthos d'hygiène s mains selon les objectifs

Plus en détail

Cette mite ne vole pas et ne saute pas. Elle ne survit pas plus de 4 jours hors de l hôte humain.

Cette mite ne vole pas et ne saute pas. Elle ne survit pas plus de 4 jours hors de l hôte humain. INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La gale est une infestation cutanée contagieuse causée par une mite : Sarcoptes scabiei variété hominis. Cette mite n est pas un vecteur d autres maladies. Cette mite

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

Formation CoCLINNOR du 17 septembre Hélène Marini Unité de Prévention des Infections Nosocomiales CHU de Rouen

Formation CoCLINNOR du 17 septembre Hélène Marini Unité de Prévention des Infections Nosocomiales CHU de Rouen Formation CoCLINNOR du 17 septembre 2013 Hélène Marini Unité de Prévention des Infections Nosocomiales CHU de Rouen Généralités Le traitement est basé sur l utilisation d acaricides par voie locale ou

Plus en détail

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION Page 1 sur 5 Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Nadine EVEN Coordinatrice hôtelière Mireille KERHOUANT Agent social Françoise BARJONET Cadre de Santé E. LAVOCAT 1 - OBJET Les précautions

Plus en détail

VENDREDI 13 OCTOBRE 2006 HYGIENE - MODULE 6

VENDREDI 13 OCTOBRE 2006 HYGIENE - MODULE 6 IFAS ANCENIS VENDREDI 13 OCTOBRE 2006 HYGIENE - MODULE 6 (Durée 1 heure notée S/20) A - Les objectifs du nettoyage sont : 1 d éliminer les salissures 2 d éliminer les traces de détergents 3 de réduire

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

Réunion régionale des EOH-28février 2013

Réunion régionale des EOH-28février 2013 INSTRUCTION N DGS/RI1/DGCS/2012/433 du 21 décembre 2012 relative aux conduites à tenir devant des infections respiratoires aiguës ou des gastroentérites aiguës dans les collectivités de personnes âgées.

Plus en détail

Page : 1 / 7. Rédaction Vérification Validation Version 1.2. Date : Sept RRH. Dr France BORGEY Marlène ROBERT Sophie VALLET.

Page : 1 / 7. Rédaction Vérification Validation Version 1.2. Date : Sept RRH. Dr France BORGEY Marlène ROBERT Sophie VALLET. ARLIN - Basse-Normandie Procédures Page : 1 / 7 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source. PROTOCOLES Objet Décrire les différentes

Plus en détail

TOILETTE INTIME AU PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE

TOILETTE INTIME AU PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE TOILETTE INTIME AU PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE FICHE TECHNIQUE DE SOINS Définition But Indication Soin de confort et de protection pour maintenir

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Ce quizz vous est proposé par L Équipe Opérationnelle d Hygiène Les précautions standard 1- C est vrai! «La désinfection des mains par friction est significativement plus efficace sur le plan microbiologique

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES M. MARTEAU IDE Hygiéniste - CH Fontainebleau Septembre 2014 M.MARTEAU IDE hygiéniste février 2014 1 DEFINITION Ensemble des mesures destinées à faire barrière à la transmission

Plus en détail

La gestion d une épidémie de poux dans un établissement de santé mentale. Centre Hospitalier du Rouvray. Janvier 2007

La gestion d une épidémie de poux dans un établissement de santé mentale. Centre Hospitalier du Rouvray. Janvier 2007 La gestion d une épidémie de poux dans un établissement de santé mentale Janvier 2007 Sylvie Gasparin Grisel 1 Contexte du 10 janvier 2007: La Pdte du CLIN me signale que 8 patients ont des poux dans une

Plus en détail

TOILETTE COMPLÈTE AU LAVABO

TOILETTE COMPLÈTE AU LAVABO CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE TOILETTE COMPLÈTE AU LAVABO FICHE TECHNIQUE DE SOINS Définition Soin qui permet d assurer la propreté du corps et des téguments et d en préserver l

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Journée Hygiène et Qualité des Soins 1 er octobre 2013 PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Respecter

Plus en détail

Cette mite ne vole pas et ne saute pas. Elle ne survit pas plus de 4 jours hors de l hôte humain.

Cette mite ne vole pas et ne saute pas. Elle ne survit pas plus de 4 jours hors de l hôte humain. CHAPITRE 7 MALADIES INFECTIEUSES INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La gale est une infestation cutanée contagieuse causée par une mite : Sarcoptes scabiei variété hominis. Cette mite n est pas un vecteur

Plus en détail

Champ d application et stratégie de mise en œuvre

Champ d application et stratégie de mise en œuvre Champ d application et stratégie de mise en œuvre Les précautions standard sont un ensemble de mesures visant à réduire le risque de transmission croisée des agents infectieux entre soignant, soigné et

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol :

TRAITEMENT DE LA GALE. Traitement local par Ascabiol : Logo CHU Clinique Dermatologique Tél 02 40 08 31 16 Fax :02 40 08 31 17 TRAITEMENT DE LA GALE Rédaction : Dr M. Wourch Proposition de schéma thérapeutique dans le cas d une gale Traitement local par Ascabiol

Plus en détail

OCTOBRE 2018 UE 2.10 PRÉCAUTIONS STANDARD 1- DÉFINITIONS 2- PRECAUTIONS STANDARD. a- L hygiène des mains

OCTOBRE 2018 UE 2.10 PRÉCAUTIONS STANDARD 1- DÉFINITIONS 2- PRECAUTIONS STANDARD. a- L hygiène des mains 1- DÉFINITIONS Il existe deux grands types de précautions en hygiène. Nous retrouvons les précautions standard et complémentaires. Les précautions standard sont à appliquer pour tout patient quel que soit

Plus en détail

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches Formation s adressant aux responsables et travailleurs des RPA GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Direction de

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER :

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER : Page 1/6 I. OBJECTIFS Décrire les recommandations à appliquer lors des autopsies afin de réduire les risques de transmission d agents transmissibles conventionnels et non conventionnels dans la chambre

Plus en détail

Les cahiers de l'aviq. La gale commune. Informations pour la personne infectée et son entourage. AVIQ Santé

Les cahiers de l'aviq. La gale commune. Informations pour la personne infectée et son entourage. AVIQ Santé Les cahiers de l'aviq La gale commune Informations pour la personne infectée et son entourage AVIQ Santé Les cahiers de l'aviq? Les cahiers de l AVIQ sont une collection de publications destinées à présenter

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE Epidémie de GALE

RETOUR D EXPERIENCE Epidémie de GALE RETOUR D EXPERIENCE Epidémie de GALE EHPAD LE FOULON La Ferté Bernard Patricia LEPROUST Lorène DUGAST Journée SLAE LUTIN 72 du 08 décembre 2017 L EHPAD LE FOULON Accueille 90 résidents répartis sur 5 secteurs

Plus en détail

Mesures barrières face à la grippe A(H1N1)

Mesures barrières face à la grippe A(H1N1) Mesures barrières face à la grippe A(H1N1) Protections individuelles pour se protéger et ne pas contaminer les autres Les principaux modes de transmission des virus sont : La voie aérienne, c est-à-dire

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsable des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

La gale. 1 Caractéristiques. 1.1 Parasite. 1.2 Transmission. 1.3 Facteurs de risque. 1.4 Incubation

La gale. 1 Caractéristiques. 1.1 Parasite. 1.2 Transmission. 1.3 Facteurs de risque. 1.4 Incubation La gale 1 Caractéristiques La gale est une dermatose parasitaire (maladie de la peau), liée à une contamination par un acarien : Sarcoptes scabiei hominis. La femelle fécondée creuse son sillon dans l

Plus en détail

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE E. WARIN, CESF CHUN, EOHH - 2017 IFAS GESTION DU LINGE INTRODUCTION Utilisation de linge dans tout l hôpital Tenues professionnelles Articles de literies et d hôtellerie Linge chirurgical Articles de ménage

Plus en détail

Les ectoparasitoses. arthropodes +++ : - la gale - les pédiculoses. Dr Denis Magne MCU-PH, Univ. Paris Descartes - St Antoine AP-HP

Les ectoparasitoses. arthropodes +++ : - la gale - les pédiculoses. Dr Denis Magne MCU-PH, Univ. Paris Descartes - St Antoine AP-HP Les ectoparasitoses arthropodes +++ : - la gale - les pédiculoses - Dr Denis Magne MCU-PH, Univ. Paris Descartes - St Antoine AP-HP Diagnose : Insecte / Acarien Classe des INSECTES Corps : 3 parties tête-thorax-abdomen

Plus en détail

La friction hydro-alcoolique des mains

La friction hydro-alcoolique des mains La friction hydro-alcoolique des mains Conçu et réalisé par D. VIGIER, infirmière hygiéniste, Dr M. SOUSSELIER, pharmacien. mars 2008 On estime que plus de 75% des infections nosocomiales seraient dues

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD»

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» Travail de groupes Nîmes le 30 mars 2012 1 1ère situation Vous êtes IDE/AS, vous allez faire une toilette à un résident et refaire son lit. Vous réalisez

Plus en détail

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015 MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DU LINGE EN EMS Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS Vendredi 27 mars 2015 CONTEXTE Vieillissement de la population, Augmentation du

Plus en détail

TOILETTE INTIME AU PORTEUR ET NON- PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE

TOILETTE INTIME AU PORTEUR ET NON- PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE TOILETTE INTIME AU PORTEUR ET NON- PORTEUR DE SONDE VÉSICALE À DEMEURE FICHE TECHNIQUE DE SOINS Selon l Ordonnance fédérale 2017 Définition But Indication

Plus en détail

Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015

Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015 Gestion des risques et IAS CHU DIJON, Isabelle Therme IDE Hygiéniste octobre 2015 Gestion des risques et IAS Plusieurs situations: Prévention au quotidien (1) Plan de lutte défini par le ministère, procédures,

Plus en détail

CAS CLINIQUES DERMATOLOGIE DU SUJET ÂGÉ. Dr Valérie BABIC Dermatologue CHRU NANCY Séminaire du 15 novembre 2018

CAS CLINIQUES DERMATOLOGIE DU SUJET ÂGÉ. Dr Valérie BABIC Dermatologue CHRU NANCY Séminaire du 15 novembre 2018 CAS CLINIQUES DERMATOLOGIE DU SUJET ÂGÉ Dr Valérie BABIC Dermatologue CHRU NANCY Séminaire du 15 novembre 2018 1 CAS CLINIQUE N 1 Monsieur G, 93 ans ATCD : HTA, IDM, AOMI, EP, troubles cognitifs TTT :

Plus en détail

Sans piqûre d anophèles pas de paludisme

Sans piqûre d anophèles pas de paludisme Introduction: Prévention du paludisme : nécessité d observer une protection contre les piqûres de moustiques et d associer une chimioprophylaxie en tenant compte des zones visitées. Sans piqûre d anophèles

Plus en détail

Petites scènes de la vie quotidienne

Petites scènes de la vie quotidienne 12 ème Journée du Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Protection des IAS chez les professionnels de santé, encore et toujours les précautions standard Petites scènes de la vie quotidienne Marie-Alix

Plus en détail

SSIAD de l Ehpad de Quiberon contrat individuel de prise en charge et règlement de fonctionnement CONTRAT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DU SSIAD

SSIAD de l Ehpad de Quiberon contrat individuel de prise en charge et règlement de fonctionnement CONTRAT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DU SSIAD Service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) Téléphone : 02.97.50.14.18 Portable Mme ALLAIN : 06.08.36.04.87 CONTRAT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DU SSIAD Préambule : Le SSIAD de l Ehpad de Quiberon

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PCI- DQSSER PROCÉDURE 32 ZONE SOUILLÉE. Objet : Circuit de traitement du linge

PROCÉDURE. Code : PCI- DQSSER PROCÉDURE 32 ZONE SOUILLÉE. Objet : Circuit de traitement du linge Code : PCI- DQSSER PROCÉDURE 32 Objet : Circuit de traitement du linge PROCÉDURE Émise par : Prévention et contrôle des infections, le 20 septembre 2012 Destinataires : Chefs d unités et personnel soignant

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production]

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] DISP LILLE BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] Circuit du personnel AU VESTIAIRE 1. Retirer l ensemble des accessoires sur les mains, les poignets et le visage 2. S habiller en tenue de

Plus en détail

Hygiène des mains. V2.1

Hygiène des mains. V2.1 Hygiène des mains. V2.1 Grille de questions Nom... Prénom.. Date... Pourquoi Les mains sont naturellement porteuses de micro-organismes. Vrai Les mains peuvent se contaminer à partir (Plusieurs réponses

Plus en détail

Désinfection du matériel contaminé et de l équipement médical avant réutilisation

Désinfection du matériel contaminé et de l équipement médical avant réutilisation Désinfection du matériel contaminé et de l équipement médical avant réutilisation Préparer les produits désinfectants. Nettoyer et désinfecter les gants avant réutilisation. Nettoyer et désinfecter l équipement

Plus en détail

HYGIÈNE DES MAINS GÉNÉRALITÉS QUAND DOIT-ON SE LAVER LES MAINS? CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE

HYGIÈNE DES MAINS GÉNÉRALITÉS QUAND DOIT-ON SE LAVER LES MAINS? CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE GÉNÉRALITÉS Le lavage des mains est le moyen le plus efficace de prévenir la transmission des infections. Cela est particulièrement vrai en service de garde et en milieu scolaire, où les personnes sont

Plus en détail

Épidémie de gale - Secteur de Tinténiac (Ille et Vilaine) Didier Huguenet, ARS Bretagne

Épidémie de gale - Secteur de Tinténiac (Ille et Vilaine) Didier Huguenet, ARS Bretagne Épidémie de gale - Secteur de Tinténiac (Ille et Vilaine) Didier Huguenet, ARS Bretagne Journée régionale veille sanitaire Bretagne 15 novembre 2011 1 Le démarrage de l épidémie 18 février 2011 : 5 cas

Plus en détail

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST La Gale Dr N. Contet-Audonneau 1 Définition Dermatose contagieuse due à un acarien Sarcoptes scabiei variété hominis Fréquente Cosmopolite Prurigineuse 2 La gale 300 millions de personnes/an dans le monde

Plus en détail

QUIZZ N 1. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonne(s) réponse(s)

QUIZZ N 1. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonne(s) réponse(s) QUIZZ N 1 Madame E. Talonasarm, suite à une fracture, présente une escarre talonnière colonisée par un staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM). Lire les questions attentivement, puis choisir

Plus en détail

Petite toilette chez un homme qui est en chambre seule, non infecté, non BMR avant pose de Sonde Urinaire par l IDE (service équipé lave-bassin)

Petite toilette chez un homme qui est en chambre seule, non infecté, non BMR avant pose de Sonde Urinaire par l IDE (service équipé lave-bassin) Etude cas concret Petite toilette chez un homme qui est en chambre seule, non infecté, non BMR avant pose de Sonde Urinaire par l IDE (service équipé lave-bassin) Introduction : Pendant que l IDE prépare

Plus en détail

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE I - Objet : PROCEDURE : Page 1/6 Cette procédure a pour objet de décrire les règles à suivre lors d un ou plusieurs cas de Clostridium difficile. II - Diffusion : Service Action / Info Date TOUS LES SERVICES

Plus en détail