TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS"

Transcription

1 TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

2 I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la cause à une même origine alimentaire.

3 II-EPIDEMIOLOGIE En France: à 600 foyers épidémiques déclarés/an à sujets/ an Le nombre réel pourrait être 10 fois plus compte tenu de l absence fréquente de déclaration - 80 % des malades guérissent en 3 jours - 1% en meurent

4 Les TIAC sont observées dans différents types de restaurations collectives : milieux scolaires Les entreprises Les foyers familiaux Les établissements de santé

5 Conditions de survenue d une TIAC : - aliment contaminé par un organisme pathogène - mauvaise manipulation, rupture de la chaîne du froid prolifération ration des germes - sensibilité individuelle

6 III- GERMES RESPONSABLES En France, les 3 bactéries les plus souvent en cause dans 90 % des cas sont : Salmonella (enteritidis ou typhimurium) Staphylococcus aureus Clostridium perfringens

7 1) Les salmonelloses - 1ère cause de TIAC - 50 % des cas - 6% sont hospitalisés - Surtout familiales - Mortalité 0,4%

8 Réservoir Dans 90 % ce sont les aliments: - volailles - viandes de boucher - charcuterie - œufs - produits laitiers - fruits de mer

9 symptômes Ils apparaissent 6 à 48 h après le repas. - douleurs d estomac - nausées, vomissements - diarrhées - fièvre - maux de tête, frissons Les signes disparaissent en 3 à 5 jours

10 2) Staphylococcus aureus - 2ème cause des TIAC - très fréquente car on en porte tous Réservoir - l homme (portage cutané,, rhinopharyngé) - les aliments (pâtisseries, glaces, conserves,charcuterie)

11 Symptômes Ils apparaissent 1 à 4 h après(incubation la plus courte) - diarrhées abondantes sans fièvre - nausées, vomissements+++

12 3) Clostridium perfringens - 3ème cause de TIAC - Thermorésistant Réservoir (partout) -les sauces - les viandes prépar parées

13 Symptômes - diarrhées 8 à 12 h après l ingestion de l aliment contaminé - douleurs abdominales

14 3) Autres germes responsables Shigella - réservoir: : l homme l (transmission inter- humaine) - incubation: : 1 à 3jours - symptômes: : diarrhées, sang,, douleurs abdominales, vomissement,fièvre vre

15 Yersinia (entérocolitica) - réservoir : viande de porc, eau - incubation :3 à 7 jours après avoir été infecté par la bactérie - symptômes :syndrome pseudo- appendiculaire. Fièvre modérée, nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées et parfois rougeurs sur la peau

16 Campylobacter - réservoir : animaux (volaille, lait ) - incubation : 2 à 5 jours - symptômes : douleurs, fièvre,diarrh vre,diarrhéeses

17 Listéria - réservoir : lait, viande, charcuterie, eaux, Légumes(se multiplie à + 4 ) 4 - incubation: : 1à1 2 jours - symptômes : syndrome pseudo-grippal Dangereux+++chez la femme enceinte et les immuno-déprim primés

18 Clostridium botulinum (grave) - réservoir : conserves insuf. Cuites - incubation : 12 à 36 h voir 8 jours - symptômes : signes neurologiques (diplopie, dysphagie,troubles respiratoires)

19 Vibrio parahemolyticus - réservoir : poissons peu cuits, fruits de mer crus - incubation : 12 à 24 heures - symptômes : douleurs et diarrhées aqueuses

20 IV- CAT DEVANT UNE TIAC 1) ) Confirmer le diagnostic Il est indispensable de suivre une démarche épidémiologique rigoureuse. Affirmer l él épidémie = augmentation de cas similaires groupés s dans le temps et dans un même lieu isolement du germe dans l alimentl isolement du germe dans les selles ou les vomissement du malade

21 2)Ecarter le diagnostic de diarrhées non infectieuses - d. hormonale (hyperthyroïdie) - d. tumorale - d. allergique - d. causée par un ttt..

22 3) Identifier l aliment responsable L enquête épidémiologique doit détailler les repas pris en commun dans les 3 j. - courbe épidémique - durée d incubation - taux d attaque ( vitesse à laquelle l épidémie avance)

23 L enquête bactériologique comprendra : - prélèvements d échantillons alimentaires - recherche de portage chez les sujets exposés - recherche de portage chez le personnel de cuisine (coproculture ou prélèvement de gorge et/ou nez)

24 Suppression des aliments suspects identifier les procédures alimentaires défectueuses = enquête sur l ensemble l de la chaîne froide (production, ttt, conservation, distribution) l objectif étant d amd améliorer les procédures d hygiène collective et individuelle des personnels travaillant aux différents maillons de la chaîne alimentaire.

25 V- PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE 1)Réhydratation hydro électrolytique C est la mesure thérapeutique essentielle. - Eaux plates, gazeuses + aliments salés - Solutions de réhydratation orales (sachets) - Si déshydratation sévère + vomissements +++, on utilisera la voie veineuse.

26 2) Mesures diététiques essentielles Éviter les aliments stimulants le péristaltisme intestinal - produits laitiers - café - alcool - jus de fruits

27 3) Anti diarrhéiques - ralentisseurs de transit comme le Loperamide (Immodium) ou le Lediphénoxylate (Diarsed)sauf en cas de d. invasives +++ car favorisent les colectasies(dilatation du côlon) - Le Smecta n a pas ces inconvénients

28 4) Le ttt anti-infectieux infectieux La majorité des TIAC nécessite rarement un recours à l antibiothérapie. De plus, elle peut : - prolonger le portage asymptomatique de Salmonella - développer des résistances aux fluoroquinolones Un ttt sera débuté selon la durée de l infection(+3 j), des terrains à risques(sujets âgés, immunodéprimés)

29 CONCLUSION Les TIAC sont fréquentes et dépendent étroitement du niveau d hygiène alimentaire des collectivités. Elles doivent faire l objet d une déclaration obligatoire auprès des organismes sanitaires (DDASS,préfet ) Il faut tjrs terminer par un rapport avec des recommandations, des propositions pour mettre un terme à l épidémie en cours et afin d éviter que cela se reproduise.

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES

TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES TIAC : TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES 17/09/09 Mlle Daumas Infectieux I. Définition II. Épidémiologie A. 26 maladies à déclaration obligatoire B. Lieu de survenue : III. Principaux agents des

Plus en détail

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections alimentaires Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principaux risques liés à la consommation d'eau ou

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives. Nelson Lourenço - DES

Toxi-infections alimentaires collectives. Nelson Lourenço - DES Toxi-infections alimentaires collectives Nelson Lourenço - DES Définition d une TIAC «Survenue d au moins 2 cas groupés, d une symptomatologie similaire, en général digestive, dont on peut rapporter la

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2012 En 2012, 1 288 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés en France,

Plus en détail

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES Coliformes thermotolérants, Escherichia coli fécale, eaux usées, sol, matières premières non décontaminées Pas, sauf Escherichia coli O157:H7 et E.coli STEC pathogène Développement entre 10 et 48 C ph

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

Infections d origine alimentaire : Importance et impact Henriette DE VALK Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses

Infections d origine alimentaire : Importance et impact Henriette DE VALK Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses Infections d origine alimentaire : Importance et impact Henriette DE VALK Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses Séminaire Surveillance de la qualité sanitaire des aliments;

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos Avant-propos Les Cahiers Sécurité des Aliments du Centre d Information des Viandes (CIV) ont pour objet de rendre plus facilement accessible l ensemble des données techniques, réglementaires et scientifiques

Plus en détail

EHPAD JEAN XXIII et Laurent Valzer (Acis France)

EHPAD JEAN XXIII et Laurent Valzer (Acis France) 1 EHPAD JEAN XXIII et Laurent Valzer (Acis France) EHPAD JEAN XXIII 115 résidents répartis sur 4 niveaux (RCH 1 2 3 ) EHPAD LAURENT VALZER 48 résidents Un accueil de jour 2 Intérêts de l atelier culinaire

Plus en détail

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad 28/03/2013 Plan de la présentation Définitions des IRA et GEA Etiologies Grippe et norovirus La surveillance de la grippe et de la GEA en France La surveillance des

Plus en détail

L hygiène alimentaire en EPHAD

L hygiène alimentaire en EPHAD L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 Introduction (1/2) Le repas est un moment «fort»de la journée des personnes

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire JRVS Midi-Pyrénées - 14 juin 2012 L Couleau 1 ; Maud Ginsbourger 1-2 ; N Sauthier 1 ; P Fabre 3 ;V Schwoebel 1 1. Cellule de l Institut de Veille

Plus en détail

Conduite à tenir devant une diarrhée au retour d un voyage

Conduite à tenir devant une diarrhée au retour d un voyage ACTUALITÉS THERAPEUTIQUES Samedi 3 décembre 2011 Dr. Briend-Godet Valérie Conduite à tenir devant une diarrhée au retour d un voyage Épidémiologie! Augmentation permanente des voyages sous les tropiques

Plus en détail

Item 302 : Diarrhée aiguë (infectieuse) chez l'enfant et chez l'adulte

Item 302 : Diarrhée aiguë (infectieuse) chez l'enfant et chez l'adulte Item 302 : Diarrhée aiguë (infectieuse) chez l'enfant et chez l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Devant une diarrhée aiguë chez l'enfant ou chez l'adulte,

Plus en détail

Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005)

Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Objectifs : Objectifs pédagogiques terminaux : diagnostiquer une diarrhée aiguë devant une diarrhée

Plus en détail

DIARRHEES AIGUES INFECTIEUSES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT

DIARRHEES AIGUES INFECTIEUSES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DIARRHEES AIGUES INFECTIEUSES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT Diarrhée apparition brutale de selles anormalement fréquentes et liquides. Déséquilibre entre l absorption et la sécrétion intestinale d eau et

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

Formation diététique et restauration

Formation diététique et restauration L alimentation Formation diététique et restauration Janvier 2016 L alimentation doit apporter une quantité suffisante des différents nutriments nécessaires pour assurer la couverture de l ensemble des

Plus en détail

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Importance de l analyse des dangers Connaissance de l évolution des dangers au cours

Plus en détail

La chaîne du froid des produits alimentaires

La chaîne du froid des produits alimentaires La chaîne du froid des produits alimentaires Le consommateur a aussi son rôle à jouer La chaîne du froid, qu est-ce que c est? C est maintenir les aliments réfrigérés à une température basse qui leur permet

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Toxi-infection infection alimentaire et Botulisme. Dr Buisson

Toxi-infection infection alimentaire et Botulisme. Dr Buisson Diarrhées, Typhoïde, Toxi-infection infection alimentaire et Botulisme Dr Buisson Diarrhée e : définition d? Élimination d une quantité anormale de selles et notamment d eau (> 350 ml/24h) Élimination

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives

Toxi-infections alimentaires collectives Importance en Santé Publique Une toxi-infection alimentaire collective (TIAC) est définie comme l apparition chez au moins deux cas groupés, d une symptomatologie similaire, le plus souvent de type gastro-intestinal

Plus en détail

Journée mondiale de la santé 2015 7 avril. La sécurité sanitaire des aliments

Journée mondiale de la santé 2015 7 avril. La sécurité sanitaire des aliments Journée mondiale de la santé 2015 7 avril La sécurité sanitaire des aliments 1 1 Déclaration mondiale FAO/OMS sur la nutrition (1992) «l accès à des aliments nutritionnellement appropriés et sans danger

Plus en détail

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments La Direction Départementale des Services Vétérinaires : DDSV Ministère de l Agriculture et de la Pêche Direction Générale de l Alimentation

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Informations conformément à l article 43 paragr. 1 de la loi sur la protection contre les infections (IfSG)

Informations conformément à l article 43 paragr. 1 de la loi sur la protection contre les infections (IfSG) Tampon des autorités sanitaires Informations conformément à l article 43 paragr. 1 de la loi sur la protection contre les infections (IfSG) Quelles personnes convient-il d informer? Conformément à l article

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES

LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Pr. N. MARTY (mail : ) Objectifs : I Introduction Les intoxications alimentaires sont fréquentes y compris dans

Plus en détail

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé ISPED 31 mars 2015 Présentation de l ARS Aquitaine Le siège :

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES 2015 Coliformes thermotolérants, Escherichia coli Coliformes thermotolérants, Escherichia coli fécale, eaux usées, sol, matières premières non décontaminées Pas, sauf

Plus en détail

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire VÉRONIQUE ZULIANI ET PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Avec l aimable autorisation de la revue "Salles

Plus en détail

Hygiène du personnel au sein des établissements de la chaîne alimentaire. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Hygiène du personnel au sein des établissements de la chaîne alimentaire. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée aux personnes employées dans les établissements où sont manipulées des denrées alimentaires Certificat médical

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Gouvernement du Canada. Government of Canada

Gouvernement du Canada. Government of Canada Qu est-ce qu un agent pathogène alimentaire? Les agents pathogènes alimentaires sont des microorganismes qui peuvent se retrouver dans les aliments et vous rendre malade. Ils comprennent : des bactéries

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires en Belgique en 2013

Toxi-infections alimentaires en Belgique en 2013 Toxi-infections alimentaires en Belgique en 2013 Direction opérationnelle Maladies transmissibles et infectieuses Service scientifique Pathogènes alimentaires Rue Juliette Wytsman 14 1050 Bruxelles Belgique

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Intoxications alimentaires en Belgique en 2014

Intoxications alimentaires en Belgique en 2014 Intoxications alimentaires en Belgique en 2014 Direction opérationnelle Maladies transmissibles et infectieuses Service scientifique Pathogènes alimentaires Rue Juliette Wytsman 14 1050 Bruxelles Belgique

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

ph Température en C 0 0,60 0,85 1 Anaérobie AAF Aérobie

ph Température en C 0 0,60 0,85 1 Anaérobie AAF Aérobie Facteur de gravité : 0 Fiche Microbe FM9 MOISISSURES 1 2 5 8 11 14-5 0 20 25 48 52 60 ph Température en C 0 0,60 0,85 1 Anaérobie AAF Aérobie 0 + ++ Activité de l eau Oxygène GERME D ALTERATION I. Origine

Plus en détail

2003-45 ème année - 3 ème Trim. - N 176

2003-45 ème année - 3 ème Trim. - N 176 AAEIP 176.qxd:AAEIP 176.qxd 26/01/10 18:02 Page 53 ASSOCIATION DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSTITUT PASTEUR 2003-45 ème année - 3 ème Trim. - N 176 SOMMAI LE MOT DU PRESIDENT p. 54 TOXI-INFECTIONS PAR L EAU

Plus en détail

LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998

LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998 TRIBUNE LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES 50-60 ANS : 1968-1998 En 1998, une enquête* a été menée auprès de 1000 jeunes seniors français pour connaître leurs habitudes alimentaires. Les résultats ont été

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003 Diarrhée à Rotavirus 1 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale,

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

La coproculture. Pr.. A. PHILIPPON René Descartes Paris - France

La coproculture. Pr.. A. PHILIPPON René Descartes Paris - France La coproculture Pr.. A. PHILIPPON Faculté de Médecine M René Descartes Paris - France Le plus souvent pour une diarrhée - Emission de selles liquides ou molles (non moulées) glaireuses ou hémorragiques.

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Prélèvements, demande d analyse... 2. Analyses bactériologiques... 2. Analyses chimiques... 5. Analyses combinées... 6. Analyses diverses...

Prélèvements, demande d analyse... 2. Analyses bactériologiques... 2. Analyses chimiques... 5. Analyses combinées... 6. Analyses diverses... FEVRIER 2015 Qualité des produits alimentaires Prélèvements, demande d analyse... 2 Analyses bactériologiques... 2 Analyses chimiques... 5 Analyses combinées... 6 Analyses diverses... 11 Autres prestations...

Plus en détail

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U DÉFINITIONS Allergie aux protéines du lait de vache = Réaction immunologique vis à vis d une ou plusieurs protéines du lait de

Plus en détail

RISQUES SANITAIRES LIES A L EAU ET A L ALIMENTATION. TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES

RISQUES SANITAIRES LIES A L EAU ET A L ALIMENTATION. TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES DCEM2 Module 7 - Item n 73 2013 2014 RISQUES SANITAIRES LIES A L EAU ET A L ALIMENTATION. TOXI-INFECTIONS ALIMENTAIRES Professeur Michel Drancourt Faculté de Médecine Aix-Marseille Université http://www.mediterranee-infection.com/

Plus en détail

Les zoonoses en élevage

Les zoonoses en élevage Le saviez-vous Les sujets fragiles Les personnes dont les défenses naturelles sont affaiblies (maladies chroniques, greffes, certains traitements ), les femmes enceintes se trouvant au contact d animaux,

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. Diarrhée passagère. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. Diarrhée passagère. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 Diarrhée passagère de l adulte Diarrhée passagère de l adulte Ce qu il faut savoir La diarrhée se manifeste par une modification

Plus en détail

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés Olivier SIRE OPEDUCA Day @ Lycée Lesage - Jeudi 22 mai 2014 Plan Introduction Quels organismes sont concernés? Quel est le cadre réglementaire?

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2014 En 2014, 1380 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat

Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: Les évolutions de la réglementation en matière de sécurité sanitaire des aliments «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat DDSV76 M Legrand

Plus en détail

Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS. EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014

Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS. EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014 Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014 1 Contexte - EMS Mission gériatrique 51 lits Sur 2 niveaux 2

Plus en détail

Sécurité alimentaire

Sécurité alimentaire Sécurité alimentaire Document élaboré par La Cuisine Éducative Mapleton 2011 CONSEILS ET RESSOURCES À L INTENTION DES MENTORS COMMUNAUTAIRES EN ALIMENTATION SALUBRITÉ ET INTOXICATION ALIMENTAIRE L approvisionnement

Plus en détail

Intoxications alimentaires

Intoxications alimentaires Intoxications alimentaires N. Rhalem, R. Soulaymani 1. Cas clinique Un groupe de quatre amis se présente aux urgences de l hôpital dans un tableau de gastro entérite fait de diarrhées, vomissements et

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Saison hivernale 2013-14 Journée régionale des Correspondants en Hygiène des Etablissements

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

219 Pilly - Préparation ECN - Items 194-302 - CMIT Item n 194 : Diarrhée aiguë et déshydratation chez le nourrisson, l enfant et l adulte Item n 302

219 Pilly - Préparation ECN - Items 194-302 - CMIT Item n 194 : Diarrhée aiguë et déshydratation chez le nourrisson, l enfant et l adulte Item n 302 219 Item n 194 : Diarrhée aiguë et déshydratation chez le nourrisson, l enfant et l adulte Item n 302 : Diarrhée aiguë chez l enfant et chez l adulte (avec le traitement) OBJECTIFS TERMINAUX I. (194) Diagnostiquer

Plus en détail

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes Ebola dans la pratique Se préparer en 10 étapes 1 1. Qu est-ce que la fièvre Ebola? Ebola est un virus filiforme qui se rencontre en Afrique sub-saharienne Hôte naturel = animaux sauvages P. ex. chauves-souris,

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.uniscontrelagrippe.ch www.bag.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en sont les

Plus en détail

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux Pandémie de grippe : mesures spécifiques Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux La grippe (ou influenza) Infection des voies respiratoires déclenchée par les

Plus en détail

Mise au point sur le traitement antibiotique des gastro-entérites à Shigella sonnei. Introduction. Où se trouve la population la plus exposée?

Mise au point sur le traitement antibiotique des gastro-entérites à Shigella sonnei. Introduction. Où se trouve la population la plus exposée? Mise au point sur le traitement antibiotique des gastro-entérites à Shigella sonnei Introduction Parmi les espèces bactériennes responsables de gastro-entérites, la seule pour laquelle un traitement antibiotique

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

Rappels exercice PSPC/Viande de Volailles Informations et Fiches agents pathogènes

Rappels exercice PSPC/Viande de Volailles Informations et Fiches agents pathogènes Rappels exercice PSPC/Viande de Volailles Informations et Fiches agents pathogènes Bactéries pathogènes Les espèces nnes potentiellement pathogènes susceptibles d'être isolées à partir d'une carcasse de

Plus en détail

Diarrhée aiguë chez l enfant et chez l adulte (avec le traitement)

Diarrhée aiguë chez l enfant et chez l adulte (avec le traitement) I-00-Q000 III-Q302 Diarrhée aiguë chez l enfant et chez l adulte (avec le traitement) Orientation diagnostique 1 re partie Diarrhée aiguë chez l adulte (avec le traitement) Dr Xavier Dray, Pr Philippe

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A.

LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A. LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A. 1. LES MICROORGANISMES DANS LES IAA 2. COMMENT MAÎTRISER CE RISQUE TD 1. LES TOXI-INFECTIONS D ORIGINE BACTERIENNE TD 2. LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES 1. LES MICROORGANISMES

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

Les toxi-infections alimentaires collectives : aspects cliniques et épidémiologiques

Les toxi-infections alimentaires collectives : aspects cliniques et épidémiologiques Les toxi-infections alimentaires collectives : aspects cliniques et épidémiologiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Description... 3 I.1

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

Avant 4-5 ans, faites très attention au risque de fausse route avec les cacahuètes, noix, noisettes, amandes

Avant 4-5 ans, faites très attention au risque de fausse route avec les cacahuètes, noix, noisettes, amandes En reportant la valeur de l IMC sur la courbe de corpulence (voir p.49 et p.51), vous pouvez savoir si votre enfant présente un surpoids, ou si sa corpulence a tendance à augmenter trop rapidement. Votre

Plus en détail

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS Si la prise alimentaire devient trop difficile il pourra être envisagée une nutrition artificielle en parallèle ou exclusive. Le but sera de diminuer la souffrance que peut impliquer l alimentation par

Plus en détail