Balance des paiements (rappel)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Balance des paiements (rappel)"

Transcription

1 et simpli ée la des et Balance des paiements (rappel) Td n 1 Tovonony Raza ndrabe EconomiX 01 octobre 2012

2 et simpli ée la des et Plan 1 et simpli ée la 2 des 3 et Les autres soldes

3 et simpli ée la des et paiements () est un document comptable qui résume l ensemble des (réelles, nancières et monétaires) entres les résidents d une économie et le reste du monde au cours d une période déterminée, en général l année. De manière générale, la enregistre en détails les qui impliquent l importation et l exportation de biens ou services ainsi que les qui servent à les nancer. Il existe ainsi 2 sortes de internationales dans la : celles qui impliquent l échange de biens et services et celles qui impliquent l échange d actifs.

4 et simpli ée la des et Les résidents d un pays désignent: (suite) les personnes physiques de nationalité française résidant en France, ou de nationalité étrangère établies en France depuis plus de 2 ans (excepté les fonctionnaires étrangers); les personnes morales françaises ou étrangères, sauf représentation diplomatiques et consulaires, ayant un établissement en France (c-à-d France Métropolitaine, principauté de Monaco, DOM-TOM, et collectivités territoriales de Mayotte et Saint-Pierre et Miquelon).

5 et simpli ée la des et (suite) Les agents résidents sont regroupés en 4 secteurs économiques: les autorités monétaires: Banque de France et fonds de stabilisation des changes; les administrations publiques: Etat (le Trésor Public), les organismes divers d administration centrale (ODAC), les collectivités locales et les organismes de sécurité sociale; le secteur bancaire: ensemble des banques et autres institutions nancières monétaires exerçant leur activité en France; les autres secteurs: sociétés non nancières (SNF), les institutions nancières non monétaires, les ménages.

6 et simpli ée la des et Conventions La est tenue dans la monnaie du pays concerné; elle enregistre des ux ou des variations de stock; elle est tenue en termes de et non de règlements. En e et, Les échanges entre résidents et non-résidents peuvent être saisis soit au moment de leur réalisation, soit de leur règlement. C est la 1ère approche qui est utilisée dans la majorité des pays, sur recommandation du FMI. Elle présente l avantage de faire apparaître les ux économiques en les distinguant des termes des paiements.

7 et simpli ée la des et en débit et crédit sont tenus en débit-crédit avec une règle simple: Toute opération qui induit une entrée d argent (vente) dans le pays doit s inscrire au crédit avec un signe positif (+). Exemple: exportation, vente d actif (emprunt). Toute opération qui induit une sortie d argent (achat) du pays doit s inscrire au débit avec un signe négatif (-). Exemple: importation, achat d actif (prêt).

8 et simpli ée la des et en partie double Toute transaction internationale est automatiquement enregistrée 2 fois, dans 2 comptes di érentes et en sens inverse dans la. Elle entraîne une double écriture dont une en débit et l autre en crédit. Ainsi en théorie, la doit être toujours équilibrée (solde = 0).

9 et simpli ée la des et Opérations Crédit(+) Débit(-) 1. Compte des 1.1 Marchandises (biens) 1.2 Services 1.3 Revenus ( salariés, investissements) 1.4 Tranferts courants exportations ventes reçus reçus importations achats versés versés 2. Compte 2.1 Transferts en 2.2 Acquisitions d actifs non-s reçus ventes versés achats 3. Compte 3.1 Investissements directs (LT) 3.2 Investissements de portefeuille (LT-CT) 3.3 Produits s dérivés 3.4 Autres investissements (CT) 3.5 Avoirs o ciel de réserve entrées entrées entrées entrées entrées sorties sorties sorties sorties sorties 4.Erreurs et

10 et simpli ée la des et Les ux économiques, s et monétaires à l origine des entre résidents et non-résidents sont répartis en 4 principaux comptes, à savoir: 1 le compte des 2 le compte 3 le compte de 4 les erreurs ou

11 et simpli ée la des et 1. le compte des Ce compte comporte 4 types d : 1 les échanges de biens: exportation et importation de biens; 2 les échanges de services: services juridiques, services de constructions, voyages,...; 3 les versements de revenus: rémunération des salariés (salaires versés aux travailleurs non-résidents par le pays, et aux travailleurs résidents par l étranger) revenus des investissements (intérêts et dividendes reçus et versés). 4 les transferts courants sans contrepartie: les transfert d Etat à Etat, les aides bilatérales, dons reçus et versés,...

12 et simpli ée la des et 2. retrace les ux s avec le reste du monde. Il comprend notament: les investissements directs (de "long terme") qui correspondent à une prise de participation d au moins 10% d une entreprise. les investissements de portefeuille qui répondent à une logique de placements diversi és (actions, obligations, instruments de marché,...) dans lesquels la prise de participation d une entreprise doit être inférieur à 10%.

13 et simpli ée la des et 2. (suite) les produits s dérivés: swaps, futures, options (les instruments de gestion des risques) les autres investissements: crédits commerciaux, prêts et dépôts. les avoirs o ciels de réserves: les avoirs du pays à l étranger ainsi que les avoirs étrangers au pays.

14 et simpli ée la des et 2. (suite): les avoirs de réserves Les avoirs o ciels de réserves ou réserves o ciels internationales sont des avoirs extérieurs à la disposition immédiate et sous le contrôle des autorités monétaires (la banque centrale) pour leur permettre de nancer les déséquilibre de paiments ou d intervenir pour réduire l ampleur. Ces réserves sont constituées d or, d actifs s (comme les obligations gouvernementales (ex: Bon du Trésor américain, les dettes bancaires étrangères,...), les droits de tirage spéciaux, la position nette de réserves au FMI et les devises étrangères (réserve de change).

15 et simpli ée la des et 2. (suite): les avoirs de réserves A noter que depuis la création de la zone euro, seuls les mouvements a ectant la partie des réserves de change (notée RC P ) non transférées à la BCE et qui restent gérées par la Banque de France gurent dans la balance des paiements de la France.

16 et simpli ée la des et 3. Les mouvements internationaux d actifs enregistrés dans le compte di èrent de ceux enregistrés dans le compte pour la simple raisons que ces mouvements proviennent d activités en dehors du marché. Il s agit principalement des changements dans la propriété des actifs existants qui a ectent le bilan de la richesse d un pays. Il enregistre aussi l acquisiton ou la liquidation d actifs non produits, non s et intangibles. A noter que ces mouvements d actifs sont généralement faibles par rapport à ceux dans le compte.

17 et simpli ée la des et 3. (suite) comprend ainsi deux postes: 1 les tranferts de : remises de dettes, aide internationale au développement,... Exemple: Le gouvernement français décide d annuler une dette de euros contractée par le Bangladesh. Cette décision équivaut pour la France à transférer un de euros au Bangladesh et sera enregistrée comme un débit dans le compte de de la zone euro. 2 les acquisitions ou cessions d actifs non s et non produits: les brevets, les droits d auteur, les marques,...

18 et simpli ée la des et 4. Etant donnée le principe en partie double, le total du débit doit être logiquement égal à celui du crédit et le solde doit ainsi être nul. Mais en réalité, ce solde n est jamais nul. D où vient alors cette di érence entre le total du débit et du crédit? Elle peut venir: des erreurs ou des oublis des opérateurs en charge de l enregistrement des, des volontairement non déclarées ou sur-(sous)facturées, de l utilisation de plusieures sources statistiques pour comptabiliser les.

19 et simpli ée la des et 4. (suite) Prenons l exemple d une importation d un PC portable Dell en provenance des USA. La valeur de l importation à débiter au compte courant provient par exemple des Douanes française tandis que la contrepartie à enregistrer au compte provient d une banque française où le réglement a été é éctué. Ces données peuvent ainsi di érer au niveau de leur dé nition, de leur précision et du moment de leur enregistrement. "erreurs ou " sert ainsi à rééquilibré la a n d obtenir un solde égal à 0.

20 et simpli ée la des et Remarques Pourquoi assimile-t-on la vente d un actif domestique à un emprunt ou à une rentrée de capitaux et de la même manière, l achat d un actif étranger à un prêt ou à une sortie de capitaux? Lorsqu un résident français empunte 1 euro à un résident étranger, il vend à celui-ci un actif qui matérialise la promesse d un paiement futur, avec les intérêts, de sa dette. Une vente d actif correspond donc à un emprunt et le versement de 1 euro au résident français correspond à une entrée de capitaux (d où le signe plus (+)). Au contraire, lorsqu un résident français prête de l argent à un résident étranger, il achète l actif émis par celui-ci en lui versant (sortie de capitaux) la somme correspondante à la valeur de l actif (d où le signe moins ( )).

21 et simpli ée la des et Remarques (suite) Ainsi, l accroissement des avoirs s domestiques vis-à-vis de l étranger se caractérise par l accroissement des achats d actifs étranger (inscrits au débit avec un signe moins ( )), tandis que l accroissement des avoirs s étrangers vis-à-vis du pays domestique se caractérise par l accroissement des ventes d actifs domestique (inscrits au crédit avec un signe plus (+)). Dit autrement, les achats d actifs sont des "importations d actifs" et les ventes des "exportations". Ceci pour donner aux nancières le même signe que celui qui est donné aux de biens et services (importation ( ) et exportation (+)).

22 et simpli ée la des et On peut regrouper les en 4 grandes catégories: 1 le solde courant (biens, services, revenus et transferts); 2 le solde du compte ; 3 le solde de la balance des : compte hormis les des organismes étatiques (exemple, le Trésor public) et de la banque centrale; 4 le solde des avoirs o ciels de réserves ou la balance des (les organismes étatiques et la banque centrale).

23 et simpli ée la des et 1. (notée BC) Le solde courant peut se subdiviser en trois catégories: 1 la balance commerciale (solde du poste 1.1) qui correspond à la di érence entre les exportations et les importations de marchandises. Elle permet de mesurer la compétitivité de l économie vis-à-vis du reste du monde. 2 la balance des biens et services (solde des postes ) qui comprend la balance commerciale à laquelle s ajoute la di érence entre les exportations et les importations de services. 3 le solde des (solde des postes ) qui est égale à la di érence entre le crédit des et le débit de ces mêmes.

24 et simpli ée la des et Remarques Etudier la balance des biens et services est important car un dé cit de la balance commerciale peut être atténué par un excédent de certains services, comme c est le cas pour la France. Pour simpli er, on assimile souvent toutes les du compte courant aux en biens et services. Ainsi dans le language courant, quand on parle de balance courante, on fait référence à la balance des biens et services (sauf éventuelle précision).

25 et simpli ée la des et Interprétation de la balance courante Elle permet de mesurer l ampleur et la direction de l emprunt international: un pays qui importe plus qu il n exporte (en dé cit) devra augmenter du montant correspondant son endettement extérieur net; et vice-verça, un pays qui exporte plus qu il n importe (en surplus) verra son avoir extérieur augmenter du même montant correspondant au surplus. Elle est ainsi égale au changement dans les avoirs éxtérieurs nets d un pays. Un pays dé citaire devra par exemple contracter des emprunts extérieurs, accepter l arrivée d investissements directs étrangers, ou bien encore diminuer ses réserves en or et en devises.

26 et simpli ée la des et 2. Le solde du compte (notée C) Le solde du compte (solde des postes ) correspond à la di érence entre le crédit des en, en dehors du marché, et le débit de ces mêmes (transferts et activités non-s). Ces mouvements internationaux d actifs (et le solde qui en découle) sont généralement faibles.

27 et simpli ée la des et 3. capitaux (notée K) capitaux correspond au solde des ux s, hormis ceux à court terme et à long terme de la Banque Centrale. Il s agit donc du solde des 3 premiers postes (3.1, 3.2 et 3.3) du compte auxquels s ajoutent les ux d autres investissement (poste 3.4) n impliquant pas la banque centrale.

28 et simpli ée la des et (notée RC P ) correspond à la di érence entre les créances étrangères en réserves (notament les réserves de change RC) sur le pays et les avoirs en réserves o ciels du pays. Il s agit donc du solde du poste 3.5 du compte. Ces réserves permettent à la banque centrale d in uencer les conditions macroéconomiques du pays en les achetant ou en les vendant.

29 et simpli ée la des et 1. Besoin ou capacité de nancement (notée BF) La somme du solde des (BC) et de de (C) correspond au besoin ou à la capacité de nancement de la nation. On parle aussi d épargne nancière nette de la nation. Néanmoins en pratique, vu l ampleur du solde du compte courant par rapport à de, on néglige ce dernier et on assimile le solde courant au besoin de nancement de la nation. Ainsi, au signe près, le solde courant est égal au solde du compte.

30 et simpli ée la des et 1. Besoin ou capacité de nancement (suite) Au-delà du principe comptable, cette dernière égalité relève d une logique économique. Tout excédent du compte courant doit être compensé par une sortie nette de capitaux, représentant le nancement consenti par le pays au reste du monde. Au contraire, tout dé cit courant doit être compensé par une entrée nette de capitaux qui traduisent les emprunts contractés par le pays à l étranger. En conséquence, le "bas" de la (compte et ) est équivalent, mais de signe opposé, à celui du compte courant et précise les modalités de nancement d une économie ouverte.

31 et simpli ée la des et 2. Le solde à nancer (notée F) Il correspond au solde de l ensemble des réelles auquel vient s ajouter celui des investissements directs. Il s agit du besoin ou de la capacité de nancement du pays (BF ) plus le solde du poste 3.1.

32 et simpli ée la des et 3. La balance globale (notée BG) La balance globale ou la balance des réglements o ciels est la somme du solde courant (BC), du solde du compte de (C) et de la balance des capitaux (K). On retrouve ici toutes les pour lesquelles les organismes étatiques et la banque centrale ne sont pas concernés. Logiquement, si BC < 0, l équilibre de la balance globale implique K > 0 ( nancement par les capitaux privés), c est à dire une augmentation des emprunts vis-à-vis du RDM pour la période considérée. Cependant, le solde BG n est pas forcément nul.

33 et simpli ée la des et 3. La balance globale (suite) La contrepartie de la balance globale BG (+ les erreurs et ) est alors donnée par la balance des ( RC P ) de la Banque Centrale permettant ainsi (en théorie) l équilibre de la balance des paiements dans sa totalité. Si la balance globale est dé citaire, alors la position des réserves (notament les réserves de change) sera a ectée d un signe "+", ce qui signi e une diminution des avoirs. Cela signi e tout simplement que le pays liquide ses avoirs internationaux ou s endette vis-à-vis des autorités monétaires des autres pays pour nancer le dé cit de la balance globale.

34 et simpli ée la des et Conclusion L analyse des balance des paiements met en évidence un principe important: "tout déséquilibre de la balance courante doit être exactement compensé, soit par le compte du secteur privé (solde de la balance des capitaux), soit par une variation des avoirs extérieure nette ( nancement par les autorités monétaires)". L équilibre de la balance des paiements, exprimée en unités de biens domestiques se traduit par l équation: (BC + K ) + RC P = 0 (1)

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS

LA BALANCE DES PAIEMENTS LA BALANCE DES PAIEMENTS Définition : Document statistique qui enregistre toutes les transactions économiques effectuées pendant une période donnée entre les résidents d un pays (région, union) et le reste

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Balance des paiements et déséquilibres internationaux

Balance des paiements et déséquilibres internationaux Chapitre 1 Balance des paiements et déséquilibres internationaux Le passage de l économie fermée à l économie ouverte s effectue par l intermédiaire de la balance de paiements. La balance des paiements

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

THEME 2 : LA TRADUCTION COMPTABLE DES FLUX

THEME 2 : LA TRADUCTION COMPTABLE DES FLUX UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 2 : LA TRADUCTION COMPTABLE DES FLUX SENS ET PORTEE DE L ETUDE : Assimiler

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE La cinquième édition du Manuel de la Balance des paiements, publiée par le Fonds monétaire international

Plus en détail

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE I] PERSPECTIVE HISTORIQUE QUANT A L EVOLUTION DU CAPITALISME 1. L ère du Gold-index : en quoi l or permet-il un rééquilibrage automatique de la BP? 2. Les accords

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale COURS 470 Série 03 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA

ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA I- La comptabilisation de la tva collectée C est une facture normale. Pour indiquer la TVA collectée, le fournisseur utilise le compte 44571 TVA collectée. II- TVA déductible

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire Travaux Dirigés 1 : Éléments de correction La balance des paiements

Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire Travaux Dirigés 1 : Éléments de correction La balance des paiements Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire 2016-2017 Master 1 MBFA / EA Macroéconomie Internationale Enseignant : Dramane Coulibaly (CM), Victor Court (TD) Travaux Dirigés 1 : Éléments

Plus en détail

S.A. actions minimum S.A.

S.A. actions minimum S.A. Pr. SAMIRA BOUNID La société anonyme : La S.A. est commerciale à raison de sa forme, quelque soit son objet. Son capital est divisé en actions négociables représentatives d apports en numéraire (argent)

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Comptabilité générale m.ka$h ^^!!

Comptabilité générale m.ka$h ^^!! Journal 1 LE JOURNAL LE JOURNAL, LE GRAND LIVRE, LA BALANCE Au lieu d être présentées dans des comptes schématiques les opérations commerciales sont enregistrées chronologiquement dans un registre appelé

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Chapitre 4 : La balance des paiements et le marché des changes

Chapitre 4 : La balance des paiements et le marché des changes Chapitre 4 : La balance des paiements et le marché des changes Introduction : les contours de l économie monétaire internationale. I La balance des paiements A) Les règles de construction de la balance

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001 Banque de la République d Haïti Janvier - Mars 2001 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10 Tableau 1.2 Situation

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Dessous d une balance commerciale. Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012

Dessous d une balance commerciale. Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012 Dessous d une balance commerciale Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012 Objectifs 1. Revenir sur les concepts 2. Données pour la Belgique 3. Lecture descriptive et critique Concept (1) Balance commerciale

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

RAPPORT RELATIF AUX TRAVAUX DE COMMISSARIAT AUX COMPTES DE L EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2011

RAPPORT RELATIF AUX TRAVAUX DE COMMISSARIAT AUX COMPTES DE L EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2011 RAPPORT RELATIF AUX TRAVAUX DE COMMISSARIAT AUX COMPTES DE L EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2011 CABINET MAZARS FIVOARANA Mars 2012 8 21. BILAN ACTIF Situation arrêtée au : 31 décembre 2011 ACTIF REF. NOTE

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES Objectif(s) : o o o Evaluation des créances et dettes libellées en monnaies étrangères, Traitements comptables : facturation, fin d'exercice, règlement, Conséquences

Plus en détail

CHAPITRE I LE CADRE COMPTABLE D'UNE ECONOMIE OUVERTE

CHAPITRE I LE CADRE COMPTABLE D'UNE ECONOMIE OUVERTE CHAPITRE I LE CADRE COPTABLE D'UNE ECONOIE OUVERTE Le cadre comptable d'une économie ouverte comporte trois composantes : -la balance des paiements qui enregistre les opérations d'une économie avec le

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

Chapitre VII : Les écritures de régularisation

Chapitre VII : Les écritures de régularisation Chapitre VII : Les écritures de régularisation L ajustement des comptes de gestion Dans la pratique, il peut y avoir un décalage dans le temps entre le moment où l entreprise a effectué une opération génératrice

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Chapitre 12- Du tableau de nancement au tableau des ux de trésorerie

Chapitre 12- Du tableau de nancement au tableau des ux de trésorerie Chapitre 12- Du tableau de nancement au tableau des ux de trésorerie Vincent Drobinski 13 février 2014 Table des matières 1 Le tableau de nancement du PCG 3 1.1 Première partie du tableau.....................

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE I LES PRINCIPES DE LA LOGIQUE COMPTA SECTION I LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE EN PARTIE DOUBLE I Le fonctionnement de l entreprise

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004 La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise 17 janvier 2004 1. Distinction stocks et flux 2. Une situation financière 3. Le bilan 4. Le compte

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS

LA BALANCE DES PAIEMENTS LA BALANCE DES PAIEMENTS Établissement et présentation MÉTHODOLOGIE DIRECTION GÉNÉRALE DES ÉTUDES ET DES RELATIONS INTERNATIONALES DIRECTION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS SOMMAIRE ÉTABLISSEMENT ET PRÉSENTATION

Plus en détail

mis à jour le 2 juin 2014

mis à jour le 2 juin 2014 mis à jour le 2 juin 2014 Réponses aux questions fréquemment posées sur le passage au 6 ème Manuel de balance des paiements et de la position extérieure globale (BPM6) et sur la disponibilité des données

Plus en détail