Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an"

Transcription

1 Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an Genestal M, Bouaziz M, Barthet MC, Silva S Centre de Médecine Hyperbare CHU Purpan Toulouse MEDSUBHYP Paris 29 mars 2014

2 Cystites radiques hématuriques Morbi-mortalité Les cystites radiques hématuriques sont des complications tardives de la radiothérapie Elles altèrent la qualité de vie des patients Elles génèrent une lourde morbi-mortalité: rétentions aigues d urine par caillotage vésical hémorragies avec anémie, carence en fer, besoin transfusionnel, décès hémorragique cystectomie d hémostase hospitalisations répétées

3 Hématurie des cystites postradiques Score SOMA : 4 grades de gravité Grade 1 Grade 2 Grade 3 Grade 4 Douleur Urgenturies Hématurie Hb(g/dl) Fer / CGR Pollakiurie Intervalle Incontinence protection(s) EVA Palier 1 Occasionnelle ou µscopique EVA Palier 2 Intermittente Hb 13 EVA Palier 3 Persistante Hb=11, ± sidéropénie EVA > Palier 3 Permanente Hb < 11,7 transfusions 3 à 4h 2 à 3h 1 à 2h 1h < 1 /semaine < 1 /jour 2 /jour Permanente Obstruction Occasionnelle Intermittente Catheter intermittent Catheter permanent

4 Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Objectif principal Evaluer l efficacité de 40 séances d OHB sur l hématurie des cystites radiques à 3 mois et 1 an de l inclusion Critère de jugement principal Diminution du grade de l hématurie à 3 mois de l inclusion dans le protocole (score SOMA) Objectifs secondaires Grade de l hématurie à 1 an de l inclusion Incidence du décès hémorragique et de la cystectomie d hémostase MG Medsubhyp Paris à an de l inclusion

5 Protocole Série de cas prospectifs monocentrique ( ) Patients adressés par des urologues ou des radiothérapeutes au Centre de Médecine Hyperbare pour bénéficier de séances d OHB Inclusion par médecin hyperbariste Antécédents de radiothérapie pour cancer pelvien Diagnostic de cystite radique hématurique par urologue après fibroscopie vésicale Evaluation du grade de l hématurie Absence de contre-indication à l OHB 40 séances OHB, 2,5 ATA, 90 min, 3 coupures air, 2 /j, 5 j/7 (grades 3 et 4: sans interruption les 10 premières)

6 Résultats Démographie 134 patients, M/F 122/17, Age médian 76 ans (32-90) Score OMS: 0 = 100, 1 = 30, 2 = 4 Cancers: prostate 113, col utérin 14, autres 7 Délai radiothérapie 1 hématurie: 40 mois (1-396) Délai 1 hématurie OHB: 19 mois (1-130) Endoscopie avant OHB: 129 (96%) Rétention aigue avec lavage sondage: 90 (67%) Electrocoagulation: 31 (23%) Instillation intra-vésicale: 8 (6%) Traitement anticoagulant/antiagrégant 59 (44%) Infection urinaire active 23 (17%)

7 Evolution de l hématurie à 3 mois Séances d OHB médiane 40 (1-83) Hématurie grade Avant OHB Bilan à 3 mois Grade diminué Grade Grade Grade stable Grade Grade augmenté Grade Grade Totaux (83%) patients inclus, le bilan à 3 mois montre: -Répondeurs 111 (83%): résolution totale ou partielle -Non répondeurs 23 (17%): 17 stables, 6 aggravés

8 Résultats sur les comorbidités Lésions radioinduites pelviennes associées non prédominantes 43 (31%) améliorées 31 (72%) Anticoagulants/antiagrégants: 59 (44%) arrêt et/ou adaptation thérapeutique 31 Infection urinaire active: 23 (17%) antibiothérapie Prise en charge de la douleur Prise en charge nutritionnelle

9 Cystites radiques hématuriques traitées Evolution à 1 an post-inclusion (n=134) IBilan 3 mois 134 OOHB 40 (1-83) IBilan 1 an 119 OOHB 50 (1-140) IExclus 15 O8 décés carcinologiques 2 décès médicaux 55 tumeurs vésicales Résolution 99 (74%) Totale 59 Partielle 40 IEchecs 20 (15%) 5 décès hémorragiques 8 cystectomies d hémostase 5 retours grade initial 2 caillotages

10 Cystites radiques hématuriques traitées Evolution à 1 an selon le bilan à 3 mois Résultat à 3 mois Résolution totale / partielle Patients à 3 mois Patients à 1 an OHB efficace Décès hémor. Cystec hémost Rechute Stabilité Aggravation patients évalués à 1 an (134 inclus-15 exclus): OHB résolution 99 (83%- 74% en ITT) Echec 20 (17%-15%) Evolution en fonction de la réponse à 3 mois Répondeurs à 3 mois: maintien 96, décès hém. 2, rechute 7 Stables à 3 mois: répondeurs 3, décès hém 2, cystec hém 6 Aggravés à 3 mois: décès hém 1, cystec hém 2

11 Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Résultats à 3 mois concordants avec la littérature Diminution du grade de l hématurie au 3 mois de l inclusion 83% avec résolution totale ou partielle de l hématurie (grade 0 et 1) Echec 17% Résultats maintenus à 1 an Gravité des patients en échec au 3 mois Bilan à 1 an en ITT: échecs 15% résolution 74% Décès hémorragique 5 Cystectomie d hémostase 8 Rechutes 7

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE SOMMAIRE : Qu est-ce-que le cancer de la prostate? Le cancer de la prostate en chiffres Les symptômes Diagnostic Examens complémentaires Traitements et conséquences Rôle de l AS Bibliographie

Plus en détail

Syndrome douloureux de vessie: Démembrement à partir des données du catalogue mictionnel. Étude prospective bicentrique

Syndrome douloureux de vessie: Démembrement à partir des données du catalogue mictionnel. Étude prospective bicentrique Syndrome douloureux de vessie: Démembrement à partir des données du catalogue mictionnel Étude prospective bicentrique Geneviève Boudry, interne en urologie Syndrome douloureux vésical (ESSIC) douleur

Plus en détail

Retard transfusionnel par non prise en compte des résultats de biologie. Présenté par le Dr. Martine BESSE-MOREAU

Retard transfusionnel par non prise en compte des résultats de biologie. Présenté par le Dr. Martine BESSE-MOREAU Retard transfusionnel par non prise en compte des résultats de biologie Présenté par le Dr. Martine BESSE-MOREAU 1 Description de l évènement : le patient Antécédents: Obésité:130Kg/168cm, BMI à 45 Diabète

Plus en détail

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion Références HAS 2001 et décembre 2010 Prise en charge de l IVG jusqu à 14 sa CNGOF 2012 Prise en charge des IGH Diagnostic et modalités

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 XATRAL LP 10 mg, comprimé à libération prolongée (B/30 et B/50) Laboratoires SANOFI-SYNTHELABO FRANCE chlorhydrate

Plus en détail

Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015

Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015 Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015 G.COMPACI infirmière coordonnatrice service hématologie IUCT PR G.LAURENT service hématologie IUCT PROJET AMA Assistance des Malades

Plus en détail

Item 123 (Item 247) Hypertrophie bénigne de la prostate EVALUATIONS

Item 123 (Item 247) Hypertrophie bénigne de la prostate EVALUATIONS Item 123 (Item 247) Hypertrophie bénigne de la prostate EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quels sont les diagnostics différentiels de l HBP? A - Vessie neurologique B - Cancer de la prostate C - Sténose

Plus en détail

Prévention des infection urinaires associées aux soins x soins

Prévention des infection urinaires associées aux soins x soins Prévention des infection urinaires associées aux soins x soins Pascale CHAIZE Cadre de santé en hygiène hospitalière - MONTPELLIER 1 Les différents types de sondage 2 types de sondages : Sondage intermittent

Plus en détail

Année et période des données concernées : de à FG 10 CCAM Version 6 Nombre de situations cliniques de la saisine : 01

Année et période des données concernées : de à FG 10 CCAM Version 6 Nombre de situations cliniques de la saisine : 01 Cadre de saisine de l ATIH pour demande d expertise sur le codage PMSI dans le cadre des contrôles T2A Saisine initiée par : l UCR le DARH Région : Midi-Pyrénées Responsable de l UCR : Dr G Dubail Année

Plus en détail

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Fédération des médecins omnipraticiens du Québec 7 avril 2017 14h45 Plénière L hématurie microscopique et macroscopique Dr Annie-Claude Blouin Urologue CHU de Québec - L Hôtel-Dieu de Québec 16 D re Annie-Claude

Plus en détail

OHB et Cystites post- radiques

OHB et Cystites post- radiques OHB et Cystites post- radiques M. Génestal DIU de Médecine Subaquatique et Hyperbare Journée nationale Lille 19 Mars 2010 Cystites radiques Lésions vésicales consécutives à une irradiation des organes

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Généralités Incidence (France 2012 (estimations)): 56841cas par an 1 er cancer chez l hommel Pic d incidence d et âge médian m : 70ans Mortalité (France 2012) : 8950 décès d s par

Plus en détail

Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation. Dr Thierry Lambert

Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation. Dr Thierry Lambert Atelier : prostate, pathologie urologique, vieillissement et troubles de la coagulation Dr Thierry Lambert La prostate Problème : La prévalence de l hypertrophie bénigne de la prostate est de : 42 % entre

Plus en détail

29/11/2016. Réunion COH - 24 novembre

29/11/2016. Réunion COH - 24 novembre Conférence de consensus sur les infections urinaires nosocomiales SPILF AFU, novembre 2002 Définition des IN, mai 2007 Surveiller et prévenir les infections associées aux soins, SFHH, septembre 2010, références

Plus en détail

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Mémoire de DESC Libourne, 16 novembre 2008 Laure Crognier 2 problématiques du patient en

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

Vaporisation prostatique par laser Greenlight

Vaporisation prostatique par laser Greenlight Vaporisation prostatique par laser Greenlight Site des urologues de la polyclinique de Picardie Amiens Adresse du site : www.docvadis.fr/www.urologie-polycliniquedepicardie Vous allez être opéré d un adénome

Plus en détail

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna 1 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION

Plus en détail

Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS

Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quelles substances sont des carcinogènes vésicaux? A - Tabac B - Alcool C - Virus HPV D - Amines aromatiques E - Cyclosporine

Plus en détail

Conduite à tenir en cas d avortements spontanés. Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF

Conduite à tenir en cas d avortements spontanés. Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF Conduite à tenir en cas d avortements spontanés Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF Avortement spontané O Synonymes : O fausse couche spontanée = FCS O Définition

Plus en détail

HBP (Hypertrophie bénigne de la Prostate) Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

HBP (Hypertrophie bénigne de la Prostate) Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis HBP HBP (Hypertrophie bénigne de la Prostate) Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Description - Diagnostic Traitements

Plus en détail

l hématurie Mise au point sur Dans cet article : Le cas de Monsieur Houle

l hématurie Mise au point sur Dans cet article : Le cas de Monsieur Houle Mise au point sur l hématurie Par Louis-René Barrette, MD, FRCSC Présenté à la conférence sur l urologie, la néphrologie et les allergies de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, le 12 juin

Plus en détail

Alexandre GRYN. Le 6 Janvier 2017

Alexandre GRYN. Le 6 Janvier 2017 Chimiothérapie néoadjuvante pour carcinome urothélial de vessie infiltrant le muscle : complications post opératoires, résultats oncologiques et sélection des patients Alexandre GRYN Le 6 Janvier 2017

Plus en détail

Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques?

Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques? Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 3/04/2015 Introduction Fréquence élevée : 1 patiente sur

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

RETENTION AIGUE/CHRONIQUE DES URINES. Le point de vue de l urologue. Rétention vésicale : les causes. Augmentation des résistances uréthrales

RETENTION AIGUE/CHRONIQUE DES URINES. Le point de vue de l urologue. Rétention vésicale : les causes. Augmentation des résistances uréthrales RETENTION AIGUE/CHRONIQUE DES URINES Le point de vue de l urologue JF HERMIEU Clinique urologique CHU Bichat Paris Rétention vésicale : les causes - Augmentation des résistances uréthrales - Diminution

Plus en détail

Action radiosensibilisante de l OHB. Application aux gliomes de haut grade. Journée national du DIU. D Andréa.C, Harms J-D

Action radiosensibilisante de l OHB. Application aux gliomes de haut grade. Journée national du DIU. D Andréa.C, Harms J-D Action radiosensibilisante de l OHB Application aux gliomes de haut grade Journée national du DIU D Andréa.C, Harms J-D La radiothérapie La radiothérapie externe utilise essentiellement des photons et

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec

Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec Antoine Delage MDCM, FRCPC Institut universitaire de cardiologie et pneumolgie de Québec Introduction: Quatre questions fondamentales Un sujet atteint de cancer développe un épanchement pleural: S agit-il

Plus en détail

Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen

Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen Dr Clément Boniol 11 juin 2015 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 1 Les urgences de Rouen 25 médecins urgentistes 18 internes en stage

Plus en détail

CANCER DE LA VESSIE. UE 2.9 S5 Compétence

CANCER DE LA VESSIE. UE 2.9 S5 Compétence CANCER DE LA VESSIE UE 2.9 S5 Compétence Institut de Formation en Soins Infirmiers 3 ème Année Année universitaire 2014-2015 Mentions légales L'ensemble de ce document relève des législations française

Plus en détail

Cancers de prostate du «sujet âgé» Bénéfices des techniques de radiothérapie de haute précision. Bruno Chauvet

Cancers de prostate du «sujet âgé» Bénéfices des techniques de radiothérapie de haute précision. Bruno Chauvet Cancers de prostate du «sujet âgé» Bénéfices des techniques de radiothérapie de haute précision Bruno Chauvet Age et cancer de prostate 15% 55% 30% Traitement du cancer localisé Prostatectomie radicale

Plus en détail

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BAB EL OUED SERVICE D ÉPIDÉMIOLOGIE ET MÉDECINE PRÉVENTIVE Deuxième forum paramédical international de Sétif 08 et 09 décembre 2010 INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

Prévention de l infection urinaire nosocomiale. Infection urinaire. Infection urinaire compliquée. Forum Hygiène Frank Bally ICHV, Sion

Prévention de l infection urinaire nosocomiale. Infection urinaire. Infection urinaire compliquée. Forum Hygiène Frank Bally ICHV, Sion Prévention de l infection urinaire nosocomiale Forum Hygiène 23.02.2005 Frank Bally ICHV, Sion Infection urinaire Infection urinaire simple Cystite de la femme Pyélonéphrite Infection urinaire compliquée

Plus en détail

L IVG médicamenteuse en ville, complications, qu en est-il?

L IVG médicamenteuse en ville, complications, qu en est-il? L IVG médicamenteuse en ville, complications, qu en est-il? Introduction L IVG n est pas un acte exceptionnel 2015 218 000 IVG en France Moyenne nationale: 14,4 IVG/1000 femmes métropolitaines âgées de

Plus en détail

Traumatisme rénal : quelle prise en charge?

Traumatisme rénal : quelle prise en charge? CHU GRENOBLE Traumatisme rénal : quelle prise en charge? Dr Nicolas TERRIER Service d Urologie et de la Transplantation Centre Hospitalier et Universitaire de Grenoble JOURNEES EN TRAUMATOLOGIE 9 octobre

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre

Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre CANCER DE LA PROSTATE: ÉVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE EN MIDI-PYRÉNÉES EN 2011 Jérôme Goddard, Laetitia Daubisse-Marliac, Christophe Lagadic, Pierre Lunardi, Edvie

Plus en détail

Tumeurs de vessie et de la voie excrétrice supérieure

Tumeurs de vessie et de la voie excrétrice supérieure DIU d onco-hématologie du sujet âgé Tumeurs de vessie et de la voie excrétrice supérieure Professeur Philippe Sèbe Service d Urologie Vendredi 27 mars 2015 DIU d onco-hématologie du sujet âgé PLAN: Tumeurs

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE L OBESITE (complications)

LA CHIRURGIE DE L OBESITE (complications) LA CHIRURGIE DE L OBESITE (complications) Dr LE PAGE Sébastien / Dr CENEDESE Alice Clinique St Vincent de Paul de BOURGOIN Maison des consultants Rappel des INDICATIONS de la CHIRURGIE Age > 18 ans (

Plus en détail

Symptômes du Bas Appareil Urinaire «SBAU»

Symptômes du Bas Appareil Urinaire «SBAU» Clinique de chirurgie urologique et de transplantation rénale EHS DAKSI CONSTANTINE Symptômes du Bas Appareil Urinaire «SBAU» LOUCIF.M SAYOUD.R DAHDOUH.A Plan : I/- Introduction II/- Classification III-Les

Plus en détail

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif?

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Guideline for the Management of Clically Localized Prostate Cancer : 2007 update. From the American Urological Association Education and Research,

Plus en détail

Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un service des urgences

Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un service des urgences Article publié dans le journal American Journal of Emergency Medecine en Mai 2012 Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un

Plus en détail

Item 121 (Item 341) Troubles de la miction EVALUATIONS

Item 121 (Item 341) Troubles de la miction EVALUATIONS Item 121 (Item 341) Troubles de la miction EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quelles sont parmi les pathologies suivantes celles qui peuvent être responsables de sténose de l urètre? A - Infections urinaires

Plus en détail

Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte

Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte A. Toumi, C. Loussaïef, F. Ben Romdhane, N. Bouzouaïa, M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses, EPS F. Bourguiba, Monastir,

Plus en détail

Anastomose pancréticogastrique versus pancréaticojéjunale pour la reconstruction après duodénopancréatectomie. Cédric SCHEIWE

Anastomose pancréticogastrique versus pancréaticojéjunale pour la reconstruction après duodénopancréatectomie. Cédric SCHEIWE Anastomose pancréticogastrique versus pancréaticojéjunale pour la reconstruction après duodénopancréatectomie Cédric SCHEIWE Petite pensée pour les allemands 1 e chirurgie du pancréas: 1909 1 e série par

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME

INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME DR.F MENACER I/DEFINITION Fuite d urine involontaire par le méat urétral et ayant un retentissement social ou hygiénique et démontré de manière objective La prévalence

Plus en détail

Infections urinaires de l enfant. 1 er cas clinique. Examens complémentaires 16/05/12. Diagnostic Traitements

Infections urinaires de l enfant. 1 er cas clinique. Examens complémentaires 16/05/12. Diagnostic Traitements Infections urinaires de l enfant Diagnostic Traitements 1 er cas clinique Enzo, âgé de 7 mois, sans antécédent Amené aux urgences pédiatriques pour fièvre à 39 2, a fait un épisode de frissons Enfant grognon,

Plus en détail

Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus

Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus Jean-Marc Simon Service d Oncologie Radiothérapique CHU Pitié-Salpêtrière GHU Est Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome

Plus en détail

Inscriptions et radiations d actes CCAM. Les présentes dispositions prennent effet au 19 juin Inscription des actes suivants à la CCAM

Inscriptions et radiations d actes CCAM. Les présentes dispositions prennent effet au 19 juin Inscription des actes suivants à la CCAM Médecins 7 juin 2 Inscriptions et radiations d actes CCAM Les présentes dispositions prennent effet au 9 juin 2. Inscription des actes suivants à la CCAM Code Texte Activité Phase Remboursement sous condition

Plus en détail

Adénomectomie prostatique par voie haute

Adénomectomie prostatique par voie haute Adénomectomie prostatique par voie haute Service d'urologie à Lens Adresse du site : www.docvadis.fr/urologie.lens Fiche d'information destinée au patients créé par l'association française d'urologie pour

Plus en détail

Sous thème 2 l éthique de la profession

Sous thème 2 l éthique de la profession Sous thème 2 l éthique de la profession Module 3 L interruption volontaire de grossesse (IVG) L interruption volontaire de grossesse (IVG), encore appelée avortement, consiste à interrompre médicalement,

Plus en détail

Les thrombi dans la microcirculation hépatique sont associés à :

Les thrombi dans la microcirculation hépatique sont associés à : Impact de l anticoagulation à dose préventive par héparine de bas poids moléculaire sur la morbi-mortalité chez des patients cirrhotiques Child B : essai randomisé multicentrique CHILDBENOX Armelle Poujol-Robert

Plus en détail

Incontinence urinaire masculine

Incontinence urinaire masculine Incontinence urinaire masculine «Toute perte involontaire d urine dont se plaint le patient» (International Continence Society, Abrams and Coll, 2003) A distinguer des «gouttes retardataires» en fin de

Plus en détail

SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE

SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE VENDREDI 11 MARS 2011 CATHERINE VAUTRIN PRESENTATION DE L UNITÉ Secteur de chirurgie de 26 LITS Patients traités en cancérologie pour : - Cancer de la prostate - Cancer de la

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 GYMISO 200 microgrammes, comprimé Boîte de 2 Laboratoire HRA Pharma Liste I Date de l AMM : 29 octobre 2003 Caractéristiques

Plus en détail

HE MORRAGIES et TRANSFUSION

HE MORRAGIES et TRANSFUSION 10h-10h30 HE MORRAGIES et TRANSFUSION Hémoptysie Poumon Elies ANDRE (Urgences - CHR Metz-Thionville) Modérateurs : Bruno MAIRE (CH Verdun) Et Thomas SCHMUTZ (Urgences - CHR Metz-Thionville) Déclaration

Plus en détail

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Introduction Amélioration des résultats de la transplantation Extension des indications,

Plus en détail

Insuffisance cardiaque aigue. DR ATTARD Nathalie DR KARSENTY Géraldine Services des urgences spécialisées SU Timone

Insuffisance cardiaque aigue. DR ATTARD Nathalie DR KARSENTY Géraldine Services des urgences spécialisées SU Timone Insuffisance cardiaque aigue DR ATTARD Nathalie DR KARSENTY Géraldine Services des urgences spécialisées SU Timone 21 mars 2014 Liens d intérêts NOVARTIS LILLY BAYER BOEHRINGER SANOFI DAIICHI SANKYO Le

Plus en détail

COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN

COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN Introduction COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN Les fractures du bassin sont potentiellement graves ; il s agit le plus souvent d un polytraumatisé avec de nombreuses complications viscérales,

Plus en détail

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Situation fréquente. Physiopathologie multifactorielle +++ : Infiltration

Plus en détail

Injection endoscopique de Cyanoacrylate dans le traitement des varices gastriques : Résultats préliminaires de la 1ère série Algérienne

Injection endoscopique de Cyanoacrylate dans le traitement des varices gastriques : Résultats préliminaires de la 1ère série Algérienne Injection endoscopique de Cyanoacrylate dans le traitement des varices gastriques : Résultats préliminaires de la 1ère série Algérienne K. Saidani,A. Bousseloub,A. Soualmia,R.Smadhi, K.Amalou, F. Belghanem,

Plus en détail

Lésions de petite taille et ponction sous écho-endoscopie

Lésions de petite taille et ponction sous écho-endoscopie Lésions de petite taille et ponction sous écho-endoscopie Quels sont les gestes astucieux? Résultats préliminaires Docteur Simone GUARALDI DA SILVA écho-endoscopie et les cancers digestifs et thoraciques

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D ÉVALUATION MIFÉGYNE 200 mg, comprimé (mifépristone) SEPTEMBRE 2007

RAPPORT PUBLIC D ÉVALUATION MIFÉGYNE 200 mg, comprimé (mifépristone) SEPTEMBRE 2007 RAPPORT PUBLIC D ÉVALUATION MIFÉGYNE 200 mg, comprimé (mifépristone) SEPTEMBRE 2007 INTRODUCTION Le 14 juin 2007, le délai d utilisation et la posologie de la spécialité Mifégyne 200 mg, comprimé dans

Plus en détail

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Le cancer de prostate AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA = 2,35 ng/ml L/T = 11% TR normal echo normale Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION

DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Novembre n 12 CORRECTION ANNEE 2012/2013 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE NOVEMB 2012 Mme T. âgée de 40 ans vous est adressée par son médecin traitant pour des métrorragies capricieuses

Plus en détail

Je souffre d'incontinence urinaire : que faire?

Je souffre d'incontinence urinaire : que faire? Je souffre d'incontinence urinaire : que faire? Service de Chirurgie Gynécologique -Clinique Beau Soleil- Adresse du site : www.docvadis.fr/gynecologie.beausoleil.montpellier Validé par le Comité Scientifique

Plus en détail

16 ème Journée Caennaise de prévention des IAS. Priscilla Feïstl 11 octobre 2016

16 ème Journée Caennaise de prévention des IAS. Priscilla Feïstl 11 octobre 2016 16 ème Journée Caennaise de prévention des IAS Priscilla Feïstl 11 octobre 2016 Sonde urinaire vésicale = Appareil tubulaire creux destiné à être introduit dans la vessie en passant par l urètre pour évacuer

Plus en détail

Tumeurs de vessie (chirurgie de la vessie - stomies)

Tumeurs de vessie (chirurgie de la vessie - stomies) Tumeurs de vessie (chirurgie de la vessie - stomies) Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Tumeurs de vessie Traitements

Plus en détail

QUESTIONS ABORDEES : Thématique principale :

QUESTIONS ABORDEES : Thématique principale : Dossier clinique Examen janvier 2011 DCEM 2 Pr Philippe PAPAREL Service d urologie Centre Hospitalier Lyon Sud Faculté de médecine Lyon Sud Charles Mérieux QUESTIONS ABORDEES : Thématique principale :

Plus en détail

La curiethérapie de la prostate

La curiethérapie de la prostate Fiche 5 La curiethérapie de la prostate En quoi consiste une curiethérapie de la prostate? Une curiethérapie de la prostate consiste à mettre en place à l intérieur de la prostate des sources radioactives,

Plus en détail

LA DETECTION DES TUMEURS DE VESSIE D ORIGINE PROFESSIONNELLE EN outils et indications? Ch. COULANGE Marseille 15 novembre 2008.

LA DETECTION DES TUMEURS DE VESSIE D ORIGINE PROFESSIONNELLE EN outils et indications? Ch. COULANGE Marseille 15 novembre 2008. LA DETECTION DES TUMEURS DE VESSIE D ORIGINE PROFESSIONNELLE EN 2008 outils et indications? Ch. COULANGE Marseille 15 novembre 2008. données épidémiologiques en France Incidence Age moyen 11 000 nouveaux

Plus en détail

VEUILLEZ TÉLÉCOPIER CE FORMULAIRE AU :

VEUILLEZ TÉLÉCOPIER CE FORMULAIRE AU : Hôpital Jean-Talon 1385, rue Jean-Talon Est Montréal (Québec) H2E 1S6 Téléphone : 514 495-6767 *CDI667* CDI667 ADRESSOGRAPHE Numéro de dossier : Nom : RÉFÉRENCE À L ACCUEIL CLINIQUE- Prénom : NAM : Exp.

Plus en détail

CURE DE HERNIE DE L AINE PAR LAPAROSCOPIE PAR VOIE TEP AVEC PROTHESE FENDUE LATERALEMENT (PARIETEX ADP 2).

CURE DE HERNIE DE L AINE PAR LAPAROSCOPIE PAR VOIE TEP AVEC PROTHESE FENDUE LATERALEMENT (PARIETEX ADP 2). CURE DE HERNIE DE L AINE PAR LAPAROSCOPIE PAR VOIE TEP AVEC PROTHESE FENDUE LATERALEMENT (PARIETEX ADP 2). Résultats à plus de un an de 210 hernies. Docteur Bernard Detruit Centre Médico-Chirugical de

Plus en détail

Signes cliniques des infections urinaires

Signes cliniques des infections urinaires Signes cliniques des infections urinaires Renaud DEFEBVRE Aucun conflit d intérêt Signes cliniques classiques Dans les livres et chez les patients jeunes. : Signes de cystite : dysurie, brulures mictionnelles,

Plus en détail

CAS CLINIQUE. E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse

CAS CLINIQUE. E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse CAS CLINIQUE E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse Situation initiale Mr B, 81ans Vieillissement réussi Vit entre la France et le Brésil (compagne brésilienne) Est

Plus en détail

Paris Pitié-Salpêtrière, Angers, Paris St Antoine, Lille, Villejuif, Reims, Toulouse

Paris Pitié-Salpêtrière, Angers, Paris St Antoine, Lille, Villejuif, Reims, Toulouse Performance diagnostique des critères de Baveno IV chez les patients cirrhotiques ayant une hémorragie digestive haute : une étude prospective multicentrique. D Thabut, N Dib, N Carbonell, P Mathurin,

Plus en détail

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie de la paroi vésicale...3 2. Épidémiologie... 3 3. Types histologiques

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque !! Unités d hospitalisations! Service de chirurgie digestive! Unité de soins continue!! Equipe médicale! Chirurgiens digestif (2)! Anesthésistes

Plus en détail

Les cystites àrépétition

Les cystites àrépétition Les cystites àrépétition RAPPELS Au moins 4 épisodes par an Compte de Kass: 10.5 (20% n ont pas d infection àce taux et 20% ont une authentique infection pour un taux en dessous 10.3 et 10.4) Si frissons

Plus en détail

COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES

COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES COMPARAISON DE DEUX STRATEGIES D IMMOBILISATION AU COURS DES SPONDYLODISCITES A PYOGENES H. HARRABI 1, A. DINH 2, G. GRAS 1, D. MULLEMAN 3, L. BERNARD 1 1- Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Avril 2017

DOSSIER DE PRESSE Avril 2017 DOSSIER DE PRESSE Avril 2017 NOVALIS TX Une première dans le Val d Oise, la stéréotaxie au service des patients à l Institut de Cancérologie Paris Nord Inauguration officielle : Jeudi 27 avril 2017 à partir

Plus en détail

Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017

Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017 (( Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017 Journée annuelle du centre de référence des cytopénies auto-immunes Créteil HM, 09/06/2017 Dr S. CHEZE cheze-s@chu-caen.fr Institut d Hématologie

Plus en détail

Cancers de la vessie Place de la radiothérapie

Cancers de la vessie Place de la radiothérapie DU Carcinologie Clinique Cancers de la vessie Place de la radiothérapie Alberto BOSSI Pierre BLANCHARD Département de Radiothérapie Institut Gustave Roussy Rappels diagnostiques Hématurie macroscopique

Plus en détail

LES OSTÉOSARCOMES DE SURFACE DE L ENFANT. Etude française multicentrique (SURFOS)

LES OSTÉOSARCOMES DE SURFACE DE L ENFANT. Etude française multicentrique (SURFOS) LES OSTÉOSAOMES DE SURFACE DE L ENFANT. Etude française multicentrique (SURFOS) C Boulanger, MP Castex 2013 GSF GETO Juin INTRODUCTION Classification OMS 2013 des tumeurs osseuses Ostéosarcomes (OS) de

Plus en détail

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? -Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic -Traitements reçus -Etat de santé à deux ans -Qualité de vie à deux ans Modes de découverte

Plus en détail

SUITES DE COUCHES NORMALES ET PATHOLOGIQUES. SF: H.Messerer CHU Ibn Rochd, service de Gynécologie Obstérique Annaba

SUITES DE COUCHES NORMALES ET PATHOLOGIQUES. SF: H.Messerer CHU Ibn Rochd, service de Gynécologie Obstérique Annaba SUITES DE COUCHES NORMALES ET PATHOLOGIQUES SF: H.Messerer CHU Ibn Rochd, service de Gynécologie Obstérique Annaba I-INTRODUCTION: o Les suites de couches est la période qui s etend de l accouchement jusqu

Plus en détail