Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie. Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie. Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau"

Transcription

1 Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau

2 Généralités Taux pour habitants 150,000 Évolution de l incidence 112,500 75,000 37,500 Prostate Sein Colorectal Poumon Vessie Rein ORL D après A. Belot, Revue d épidemiologie et de santé publique 2008

3 Cancer de la prostate

4 Cancer de la prostate Histoire naturelle Phase hormonosensible Médiane : 18 mois à 2 ans Phase hormonorésistante Médiane de survie : 1 an Nombreux symptômes

5 Cancer de la prostate Mécanisme d action de l acétate d abiratérone Inhibition du complexe enzymatique 17 α-hydroxylase/c lyase ou CYP17 Blocage de la biosynthèse des androgènes testiculaires et surrénaliens

6 Cancer de la prostate - Cancer de la prostate métastatique hormonorésistant - En échec après 1 ou 2 lignes de chimiothérapie patients inclus 10,9 mois 14,8 mois

7 Cancer de la prostate En pratique : l Acétate d Abiratérone = ZYTIGA Indication : cancer de la prostate métastatique en échec après une 1 ère ligne de chimiothérapie par Taxotère Posologie : mg/j soit 4 comprimés de 250mg/j Administration continue, en 1 seule prise par jour, à distance des repas Association avec prednisone ou prednisolone : 10 mg/j en 1 ou 2 prises Effets secondaires : Réactions minéralo-corticoïdes : hypokaliémie, œdème périphérique, HTA Rares nausées, infections urinaires Surveillance : Clinique : rétention hydrique, tension artérielle Biologique : transaminases tous les 15 jours pendant les 3 premiers mois puis tous les mois. Kaliémie tous les mois

8 Cancer du sein

9 Cancer du sein Prise en charge en situation métastatique Facteurs Facteurs Critères : - Rechute < 1 an - RH- Traitements : - Essai thérapeutique ++ Critères : - Rechute > 1 an - RH + Traitements : - Hormonothérapie

10 Cancer du sein

11 Cancer du sein Mécanisme d action de l everolimus Inhibition de mtor (mammalian Target of Rapamycin) = inhibition de la croissance cellulaire

12 Cancer du sein - Cancer du sein métastatique RH + - En échec après anatrozole ou letrozole patientes incluses 10,6 mois 4,1 mois

13 Cancer du sein En pratique : l everolimus = AFINITOR Indication : cancer du sein RH + avancé après échec d un inhibiteur non stéroïdien de l aromatase Posologie : 10 mg/j soit 1 comprimé/j Administration continue, en 1 seule prise par jour, avec les repas Association à l exemestane (Aromasine ), 1cp/j Effets secondaires : Mucite, fatigue Hyperglycémie, anémie Pneumopathie allergique, infections Surveillance : Clinique : examen de la cavité buccale Biologique : glycémie et NFS tous les mois

14 Métastases osseuses

15 Métastases osseuses L équilibre entre synthèse et résorption osseuse est déterminée par 3 molécules : RANK : récepteur situé sur les ostéoclastes RANK Ligand : active les ostéoclastes Ostéoprotégérine : leurre de RANKL, inhibe les ostéoclastes

16 Métastases osseuses Ostéolyse Ostéosynthèse

17 Métastases osseuses Mécanisme d action du dénosumab Anticorps monoclonal entièrement humain Dirigé contre RANKL = mime le rôle de l ostéoprotégérine Denosuma b

18 Métastases osseuses Mécanisme d action du dénosumab Anticorps monoclonal entièrement humain Dirigé contre RANKL = mime le rôle de l ostéoprotégérine Denosuma b Efficacité équivalente à l acide zolédronique

19 Métastases osseuses En pratique : le denosumab = XGEVA Indication : prévention des complications osseuses des cancers du sein et de la prostate métastatiques Posologie : 120 mg en injection s.c. toutes les 4 semaines Association à 500 mg de calcium et 400 UI de vitamine D/j Pas d adaptation à la fonction rénale Effets secondaires : Fièvre, frissons, douleurs musculaires, nausées Hypocalcémie Ostéonécrose de la mâchoire Surveillance : Biologique : iono, calcium, phosphore tous les mois Clinique : surveillance de la mâchoire tous les mois

20 Sport et cancer

21 Sport et cancer L activité physique pendant les traitements de chimiothérapie, radiothérapie ou hormonothérapie : Améliore la tolérance des traitements Réduit les symptômes de la maladie Réduit la fatigue Diminue la sarcopénie Améliore la qualité de vie et l estime de soi

22 Sport et cancer L activité physique pendant les traitements de chimiothérapie, radiothérapie ou hormonothérapie : Améliore la tolérance des traitements Réduit les symptômes de la maladie Réduit la fatigue Diminue la sarcopénie Améliore la qualité de vie et l estime de soi Pas plus de complications significatives Adhésion > 90 % une fois lancés!

23 Sport et cancer L activité physique pendant les traitements de chimiothérapie, radiothérapie ou hormonothérapie : Améliore la tolérance des traitements Réduit les symptômes de la maladie Réduit la fatigue Diminue la sarcopénie Améliore la qualité de vie et l estime de soi Peu de limitations médicales Curage axillaire? Pas de majoration de la douleur ou du lymphoedème en post-mastectomie Attention à l anémie ou la dénutrition Pas plus de complications significatives Adhésion > 90 % une fois lancés! Évaluation cardiologique chez les patients ayant des ATCD cardiaques

24 Sport et cancer L activité physique diminue le risque de rechute du cancer du sein, du cancer du colon, du cancer de la prostate Cancer du colon : Diminution du risque de récidive de près de 50% si AP > 18 MET/ sem Quel que soit le sexe, l âge, le poids Cancer du sein : Diminution du risque de récidive de près de 50% si > 5 fruits et légumes/j et AP > 9 MET/sem J. Meyerhardt, JCO 2006 J. Pierce, JCO 2007

25 Sport et cancer Mécanisme d action de l activité physique (AP) Cancer du sein et de la prostate : Diminution des œstrogènes libres Diminution de la production d aromatase par diminution de la masse grasse Augmentation de la Sex Hormon Binding Globulin par diminution de l insuline : lie et inhibe la testostérone et l œstradiol Cancer du colon : Diminution de la production d Insulin-like Growth Factor 1 ou IGF-1, facteur de croissance des cellules tumorales Augmentation IGF-1 Binding Globulin, inhibiteur de l IGF-1

26 Sport et cancer Activité physique adaptée Objectifs : Redonner confiance en soi Faire découvrir le plaisir de l effort physique Diminuer les symptômes de la maladie Réinsérer les patients socialement Acteurs : Kinésithérapeutes, éducateurs sportifs avec diplôme spécialisé Associations sportives : arts martiaux, canoë, marche nordique, escrime

27 Sport et cancer En pratique : activité physique et cancer Activité physique au quotidien pendant et après traitement Marche, vélo : minimum 30 minutes par jour La fatigue : la meilleure des indications Limites : douleur et métastases osseuses Association à une alimentation équilibrée, une bonne hydratation Activité physique adaptée : Encadrée par un professionnel Transitoire, maximum 1 an La Ligue (Nantes centre) : aquagym, marche, remise en forme ASPTT (Saint-Herblain) : marche nordique, remise en forme Et bientôt à l ICO Activité physique plus intensive après traitement Pour les patients déjà sportifs ou après APA Tous les sports

28 Sport et cancer En pratique : activité physique et cancer Activité physique au quotidien pendant et après traitement Marche, vélo : minimum 30 minutes par jour La fatigue : la meilleure des indications Limites : douleur et métastases osseuses Association à une alimentation équilibrée, une bonne hydratation Activité physique adaptée : Encadrée par un professionnel Transitoire, maximum 1 an La Ligue (Nantes centre) : aquagym, marche, remise en forme ASPTT (Saint-Herblain) : marche nordique, remise en forme Et bientôt à l ICO Activité physique plus intensive après traitement Pour les patients déjà sportifs ou après APA Tous les sports

29 Merci pour votre attention

ASCO-GU 2012. Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1

ASCO-GU 2012. Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1 ASCO-GU 2012 Le paysage thérapeutique dans le cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) en 2012 29/10/12 1 Nouveaux agents et nouvelles cibles Signalisation androgénique Cellule tumorale Autres

Plus en détail

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Dr Florence BANNIE, Pharmacien Dr Laure Kaluzinski, Oncologue Centre Hospitalier Public du Cotentin ARKM 17éme Rencontre Médicale 29 novembre 2014,

Plus en détail

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 Christelle Lévy Centre François Baclesse Ce qui est en train de changer nos pratiques, nouvelles AMM Cancers du sein métastatique RH+ HER2 neg en cas de progression

Plus en détail

Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR

Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR Nouvelles molécules dans le cancer du sein : Cas clinique XGEVA - AFINITOR Dr. Elsa Curtit CCA Oncologie Médicale, CHU Besançon Cas clinique n 1 Mme D., 69 ans, est suivie depuis 3 ans en oncologie pour

Plus en détail

Cancers des voies urinaires

Cancers des voies urinaires Cancers des voies urinaires P O U R L ' A S S O C I A T I O N M O N T É R É G I E N N E E N S O I N S P A L L I A T I F S P A R A N N I E L E S S A R D U R O L O G U E C S S S R Y 1 ER D É C E M B R E

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR

Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012. H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Compte Rendu ASCO 2012 Tumeurs urologiques 14/06/2012 H.MAHFOUF Service Oncologie Médicale Universitaire de Rouiba SOMUR Registre des tumeurs d Alger 2007 Incidences Brutes Incidences standardisées Poumon

Plus en détail

Chimiothérapie pour le cancer de la prostate. Raghu Rajan

Chimiothérapie pour le cancer de la prostate. Raghu Rajan Chimiothérapie pour le cancer de la prostate Raghu Rajan Plan de la présentation Rappel Traitement actuel Obstacles au traitement Considérations futures Cancer de la prostate Statistiques canadiennes Cancer

Plus en détail

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 PRINTEMPS DE L AFCOR Le Cancer de la Prostate Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 QCM CaP à haut risque Place de la chirurgie Pr Michel SOULIE Question 1 Parmi les propositions suivantes concernant

Plus en détail

Actualités de l année en. oncologie

Actualités de l année en. oncologie Actualités de l année en Le cru 2015 oncologie Angers,, Jeudi 5 mars 2015, Journées FMC Médecins généralistes Actualités et nouveautés Biologie Prévention Diagnostic précoce Traitements Cancérogenèse Sport

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA),

Plus en détail

Activité physique et cancer: avant, pendant et après

Activité physique et cancer: avant, pendant et après Activité physique et cancer: avant, pendant et après Dr Corinne Delcambre Activité Physique et prévention primaire du cancer du sein et du colon En France, 34 000 et 53 000 nouveaux cas de cancer du colon

Plus en détail

Hormonothérapie du cancer de prostate

Hormonothérapie du cancer de prostate Hormonothérapie du cancer de prostate E. Lechevallier 17 juin 2014 Cancer de prostate Cancers urologiques: 79.320 cas (2012) 25% des cancers homme: 35% - femme: 4% Organe (Francim 2013) prostate 53.465

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES. Pierre KERBRAT

CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES. Pierre KERBRAT CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Pierre KERBRAT CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES CIBLES METHODES - ADN chimiothérapie - Récepteurs hormonaux hormonothérapie - Voies d'activation thérapies ciblées Processus

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER)

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) L hormonothérapie est un des 2 traitements systémiques des cancers du

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Préven'on Récidive Cancer du Sein. Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot

Préven'on Récidive Cancer du Sein. Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot Préven'on Récidive Cancer du Sein Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot Facteurs de Risque Age: Inférieur à 35 ans Taille: Supérieure à 20mm Mul'focalité Embols Vasculaires Marges Statut Ganglionnaire

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

Patient de 76ans. -douleur mandibulaire évoluant depuis plusieurs. -ATCD d adénocarcinome de la prostate métastatique -sous ttt par Zométa (BP)

Patient de 76ans. -douleur mandibulaire évoluant depuis plusieurs. -ATCD d adénocarcinome de la prostate métastatique -sous ttt par Zométa (BP) Brainstorming Patient de 76ans -douleur mandibulaire évoluant depuis plusieurs mois -ATCD d adénocarcinome de la prostate métastatique -sous ttt par Zométa (BP) 05.2010 08.2010 Biopsie OSTEONECROSE DE

Plus en détail

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Les thérapies ciblées antiangiogéniques en cancérologie Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Objectifs pédagogiques Donner une définition des thérapies ciblées

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX INSERM U 1153 - Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN + (Surpoids) Tamoxifène - Cancer Ovariectomie Chimiothérapie

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

Werner HILGERS Oncologie médicale INSTITUT SAINTE CATHERINE

Werner HILGERS Oncologie médicale INSTITUT SAINTE CATHERINE Chimiothérapie injectable et orale Werner HILGERS Oncologie médicale INSTITUT SAINTE CATHERINE les traitements des cancers modalités thérapeutiques 26 novembre 2011 La prise en charge à domicile des patients

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

Le guide-santé du sportif

Le guide-santé du sportif que son rôle est lié à l apparition d un cancer, d une résistance ou d une potentialité métastasique, nous allons fabriquer des médicaments qui vont bloquer le rôle du gène. Ce n est plus le napalm qui

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ Docteur Francis LEPAGE DDJS MORTALITÉ LIÉE A L ENVIRONNEMENT ET AU COMPORTEMENT AUX USA EN 2000 CAUSES NOMBRES DE MORTS TABAC 400.000 38 INACTIVITÉ PHYSIQUE+ALIMENT ATION INAPROPRIÉE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012 COMMISSIO DE LA TRASPARECE AVIS 29 février 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 4 janvier 2012 a fait l objet d une audition le 29 février 2012. ZYTIGA 250 mg, comprimé

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE. 19 mars 2010 D. GEDOUIN CENTRE EUGENE MARQUIS RENNES

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE. 19 mars 2010 D. GEDOUIN CENTRE EUGENE MARQUIS RENNES CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE 19 mars 2010 D. GEDOUIN CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE Quelques chiffres Ses particularités Les traitements du cancer du sein : Rappel Les problèmes chez la femme âgée

Plus en détail

CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES. Pierre KERBRAT

CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES. Pierre KERBRAT CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Pierre KERBRAT CANCERS : TRAITEMENTS SYSTEMIQUES CIBLES METHODES - ADN chimiothérapie - Récepteurs hormonaux hormonothérapie - Voies d'activation thérapies ciblées Processus

Plus en détail

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate Le cancer de la prostate Phn Xavier Gérard Service de pharmacie clinique CHU de Liège Structure de l exposé Rappel anatomique Eléments d épidémiologie Approche prophylactique Clinique Classification Thérapeutiques

Plus en détail

Traitements systémiques dans le cancer du sein : actualités? Lionel Duck et Renaud Poncin, Oncologues, Clinique Saint-Pierre Ottignies 26 mai 2016

Traitements systémiques dans le cancer du sein : actualités? Lionel Duck et Renaud Poncin, Oncologues, Clinique Saint-Pierre Ottignies 26 mai 2016 Traitements systémiques dans le cancer du sein : actualités? Lionel Duck et Renaud Poncin, Oncologues, Clinique Saint-Pierre Ottignies 26 mai 2016 Plan 1) Introduction 2) Biologie du cancer du sein 3)

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

Traitement médical du cancer de l endomètre

Traitement médical du cancer de l endomètre Traitement médical du cancer de l endomètre La biologie moléculaire met le pied dans la porte! r Jean-Emmanuel Kurtz & Dr Isabelle Ray-Coquard Hôpitaux Universitaires de Strasbourg & Centre Léon Bérard

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 ENANTONE LP 30 mg, poudre et solvant pour suspension injectable (SC) à libération prolongée en seringue pré remplie Boîte de 1 (CIP : 384 583-8) Laboratoires

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Cancer du sein métastatique

Cancer du sein métastatique Cancer du sein métastatique Catherine Doyle Hémato-oncologue,CHU de Québec Journée Mise à jour 2012 Centre des congrès de Québec 26 octobre 2012 particularités Environ 30% des femmes ayant eu un diagnostic

Plus en détail

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11. CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.13 Épidémiologie (Etat des lieux, INCA 2013) Le cancer du sein fait partie

Plus en détail

QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES?

QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES? COMMENT MIEUX VIVRE LES TRAITEMENTS ANTI CANCEREUX PLACE DES ACTIVITES PHYSIQUES PENDANT LE TRAITEMENT QUEL IMPACT? POUR TOUS? QUELLE FATIGUE? QUELS RISQUES? QUELLES MODALITES? Dr Thierry BOUILLET IRHE

Plus en détail

CANCERS UROLOGIQUES. H.DJEDI Alger le 13-06-2014

CANCERS UROLOGIQUES. H.DJEDI Alger le 13-06-2014 CANCERS UROLOGIQUES H.DJEDI Alger le 13-06-2014 Cancer de la prostate Enfin une plénière! 790 patients inclus (2006-2012) Stratification Volume de la maladie Important versus faible Âge > 70 versus < 70

Plus en détail

Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY

Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY Dossier Médical - Présentation et caractéristiques du patient Nom : Mr V. Age : 78 ans Profession : enseignant retraité Situation familiale : marié,

Plus en détail

Cancer de prostate avancé du sujet âgé

Cancer de prostate avancé du sujet âgé Cancer de prostate avancé du sujet âgé Jusqu où aller? S. Culine Cas clinique Un homme âgé de 77 ans a présent senté en Juin 2001 un adénocarcinome prostatique de score Gleason 7 (3+4), révélér par des

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Référentiel de bon usage - cancers du sein

Référentiel de bon usage - cancers du sein Commission OMéDIT de Basse-Normandie "cancérologie" Référentiel de bon usage - cancers du sein juil.-12 Protocoles de chimiothérapie en adjuvant Intitulé du protocole schéma thérapeutique Stade Schéma

Plus en détail

Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie

Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie Réunion régionale Oncomip Soins Oncologiques de Support Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie Dr Emmanuelle Vigarios MCU PH IUCT-O Consultation multidisciplinaire des pathologies de la muqueuse buccale

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les

Plus en détail

ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE

ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE ONCOTHERAPIE GERIATRIQUE D. GEDOUIN Nantes, le 29 mai 2015 ONCOTHERAPIE? Traduction de Oncotherapy - Très restrictif et limitée aux nouveaux traitements: THERAPIES CIBLEES, THERAPIES GENIQUES Oncothérapie

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX. INSERM U Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX. INSERM U Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX INSERM U 1153 - Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN + (Surpoids) Tamoxifène - Cancer Ovariectomie Chimiothérapie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 décembre 2007 ELIGARD 45 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 seringue pré remplie de poudre et 1 seringue pré remplie de solvant (CIP: 382 633-8) Laboratoire

Plus en détail

AVIS 3 avril 2013. Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013

AVIS 3 avril 2013. Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 3 avril 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013 AFINITOR 5 mg, comprimé Boîte de

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 06 juillet 2005 TAXOTERE 20 mg, solution à diluer et solvant pour perfusion B/1 flacon de Taxotere et 1 flacon de solvant (CIP : 559 517-9) TAXOTERE 80 mg, solution à

Plus en détail

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Alain Bestavros MD, FRCPC Hémato-oncologue Professeur adjoint de clinique Université de Montréal 25 septembre 2015 Je suis

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

Julie Vanbockstael, interne à Caen Pr Florence Joly, Caen

Julie Vanbockstael, interne à Caen Pr Florence Joly, Caen Julie Vanbockstael, interne à Caen Pr Florence Joly, Caen Epidémiologie K prostate: qqs données sur le cancer de la prostate au stade métastatique Indication de la chimiothérapie Cytotoxiques : Mitoxantrone

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Cancer du sein: le rôle du praticien dans le diagnostic et les traitements. PD Dr med. Gilles Berclaz, directeur clinique du centre du Sein de Berne

Cancer du sein: le rôle du praticien dans le diagnostic et les traitements. PD Dr med. Gilles Berclaz, directeur clinique du centre du Sein de Berne Cancer du sein: le rôle du praticien dans le diagnostic et les traitements PD Dr med. Gilles Berclaz, directeur clinique du centre du Sein de Berne Plan Dépistage Diagnostic Préparation à l opération Opération:

Plus en détail

Poumon Cible : EGFR. Efficace si. Cancer bronchique métastatique. Gefitinib ( ) 1 ère ligne avec mutations activatrices de l'egfr Erlotinib ( )

Poumon Cible : EGFR. Efficace si. Cancer bronchique métastatique. Gefitinib ( ) 1 ère ligne avec mutations activatrices de l'egfr Erlotinib ( ) Poumon Cible : EGFR Cancer bronchique métastatique Gefitinib ( ) 1 ère ligne avec mutations activatrices de l'egfr Erlotinib ( ) 1 ère ligne avec mutations activatrices de l'egfr En 2 ème ligne après une

Plus en détail

L HORMONOTHÉRAPIE FAIT DE LA RESISTANCE? Professeur Marc ZERBIB Hôpital Cochin Université Paris Descartes

L HORMONOTHÉRAPIE FAIT DE LA RESISTANCE? Professeur Marc ZERBIB Hôpital Cochin Université Paris Descartes PROGRÈS RÉCENTS DANS LA PRISE EN CHARGE DU CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE AU STADE D ÉCHAPPEMENT HORMONAL : L HORMONOTHÉRAPIE FAIT DE LA RESISTANCE? Professeur Marc ZERBIB Hôpital Cochin Université

Plus en détail

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS Octobre 2012 Décembre 2012 Avril 2013 Prostate Androgènes Anti-androgènes Professeur Pierre FOSSATI Mai 2013 Autres documentations sur le site de l Association

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Sommaire Avant-propos...

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Avis 12 juin 2013. ZYTIGA 250 mg, comprimé Flacon de 120 (CIP : 217 497-4) Laboratoire JANSSEN CILAG. acétate d abiratérone

Avis 12 juin 2013. ZYTIGA 250 mg, comprimé Flacon de 120 (CIP : 217 497-4) Laboratoire JANSSEN CILAG. acétate d abiratérone COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 12 juin 2013 ZYTIGA 250 mg, comprimé Flacon de 120 (CIP : 217 497-4) Laboratoire JANSSEN CILAG DCI Code ATC (année) acétate d abiratérone L02BX03 (inhibiteur de la biosynthèse

Plus en détail

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre hospitalier Lyon-Sud. Service du Pr P. CERUSE 1 Introduction

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

ACTUALITÉS EN ONCOLOGIE SÉNOLOGIQUE

ACTUALITÉS EN ONCOLOGIE SÉNOLOGIQUE ACTUALITÉS EN ONCOLOGIE SÉNOLOGIQUE Dr Nathalie LEMOINE Oncologue Centre Galilée/Hôpital Privé La Louvière Hôpital Privé de Villeneuve d Ascq LES THÉRAPIES CIBLANT HER2 HER2 : Surexpression dans 20% des

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Chimiothérapie. I. Généralités. 1. Symptomatologie. 2. Retentissements du cancer

Chimiothérapie. I. Généralités. 1. Symptomatologie. 2. Retentissements du cancer Chimiothérapie I. Généralités Cancer = ensemble de cellules qui échappent au contrôle de l organisme et multiplient indéfiniment, envahissant les tissus voisins et distants et les détruisant Trois caractéristiques

Plus en détail