I ESPACES METRIQUES. d : E E R +

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I ESPACES METRIQUES. d : E E R +"

Transcription

1 I ESPACES METRIQUES 1. Espaces métriques 1.1 Définitions Soit E un ensemble non vide. On appelle distance sur E toute application vérifiant les propriétés suivantes : d : E E R + a) x, y E, d(x, y) = 0 x = y ; b) x, y E, d(x, y) = d(y, x) ; c) x, y, z E, d(x, z) d(x, y) + d(y, z) (inégalité triangulaire). On appelle espace métrique tout ensemble non vide E muni d une distance d et on le note (E, d). 1.2 Exemples a) Notons K = R ou C. L application d : K K R + définie par d(x, y) = x y est une distance sur K, appelée distance usuelle. b) L application d : ]0, + [ ]0, + [ R + définie par d(x, y) = ln(x/y) est une distance sur ]0, + [. c) Soit E l ensemble des fonctions continues sur un segment [a, b] de R à valeurs réelles. Alors l application d : E E R + définie par d(f, g) = sup x [a,b] f(x) g(x) est une distance sur E. d) Soit E un ensemble non vide ; on définit l application d : E E R + par d(x, y) = 1 si x y et d(x, x) = 0 pour tout x E. Alors d est une distance sur E appelée distance discrète. cf. exercice. 1.3 Distances sur K p (K = R ou C) Soit p un entier 1 ; on pose pour tous x = (x 1,, x p ) et y = (y 1,, y p ) dans K p, ( p p ) 1 d 1 (x, y) = x i y i, d 2 (x, y) = x i y i 2 2, d (x, y) = max x i y i. 1 i p alors d 1, d 2 et d sont des distances sur K p ; d 2 est appelée distance euclidienne classique sur K p. Il est immédiat de vérifier que d 1 et d sont des distances sur K p. Pour d 2, le seul point délicat est de prouver l inégalité triangulaire ; pour ce faire, on utilise le résultat suivant : 1

2 Lemme a) (inégalité de Cauchy-Schwarz) Soient a 1,, a p, b 1,, b p des réels, alors on a ( p p a i b i a 2 i ( ) 1 2 p b 2 2 i. b) (inégalité de Minkowski) Soient a 1,, a p, b 1,, b p des réels, alors on a ) 1 ( p ) 1 (a i + b i ) 2 2 ( p a 2 i ) 1 ( 2 p ) 1 + b 2 2 i. L inégalité de Cauchy-Schwarz a été vue dans le cours d algèbre bilinéaire ; l inégalité de Minkowski s en déduit comme suit : or on a d après Cauchy-Schwarz, donc p p p p (a i + b i ) 2 = a 2 i + b 2 i + 2 a i b i ( p p p a i b i a i b i a 2 i ( p p p (a i + b i ) 2 a 2 i + b 2 p i + 2 a 2 i ) 1 ( 2 p b 2 i ) 1 ( 2 p b 2 i ) 1 ) 1 2 Ñ ( 2 p = a 2 i d où l inégalité de Minkowski par passage à la racine carrée. On en déduit aussitôt l inégalité triangulaire : pour tous x, y, z K p, ( 2 p ) 1 é 2 + b 2 2 i ( p ) 1 ( x i z i 2 2 p ) 1 ( ( x i y i + y i z i ) 2 2 p ) 1 ( x i y i 2 2 p ) 1 + y i z i 2 2 c est-à-dire d 2 (x, z) d 2 (x, y) + d 2 (y, z). ) 1 2 Topologie d un espace métrique 2.1 Définition On appelle espace topologique tout ensemble E non vide muni d une famille de sousensembles, appelés ouverts de E, vérifiant les conditions suivantes : a) et E sont des ouverts de E ; b) toute réunion d ouverts de E est un ouvert de E ; c) toute intersection finie d ouverts de E est un ouvert de E. 2

3 2.2 Exemples a) Soit E un ensemble non vide ; alors on peut définir une topologie sur E, dite topologie grossière, en prenant pour famille d ouverts de E la famille composée de et E. b) Soit E un ensemble non vide ; alors on peut définir une topologie sur E, dite topologie discrète, en prenant pour famille d ouverts de E la famille de tous les sous-ensembles de E. On va maintenant montrer que tout espace métrique est un espace topologique en définissant une famille d ouverts : 2.3 Définitions Soit (E, d) un espace métrique et soient a E et r un réel > 0. a) On appelle boule ouverte de centre a et de rayon r le sous-ensemble de E, noté B(a, r), défini par B(a, r) = {x E / d(a, x) < r}. b) On appelle boule fermée de centre a et de rayon r le sous-ensemble de E, noté B(a, r), défini par B(a, r) = {x E / d(a, x) r}. c) On dit qu un sous-ensemble U de E est un ouvert de E s il est vide ou si pour tout a U, il existe une boule ouverte de centre a contenue dans U. 2.4 Exemples a) Toute boule ouverte d un espace métrique E est un ouvert de E. b) Tout intervalle ouvert I de R est un ouvert de R. c) Dans l espace métrique (R 2, d 2 ), le demi-plan A = {(x, y) R 2 / y > 0} est un ouvert de R 2. a) Soit (E, d) un espace métrique et considérons une boule ouverte B(a, r) de E : soit x 0 B(a, r), alors d(x 0, a) < r donc il existe ε > 0 tel que d(x 0, a) < r ε < r alors B(x 0, ε) B(a, r), en effet : Pour tout x B(x 0, ε), d(x, x 0 ) < ε donc d(x, a) d(x, x 0 ) + d(x 0, a) < ε + r ε = r, d où x B(a, r) et ainsi B(a, r) est un ouvert de E. b) prenons, par exemple, I =]a, b[ où a et b sont des réels tels que a < b, alors pour tout x ]a, b[ il existe ε > 0 tel que a < x ε < x < x + ε < b donc la boule ouverte B(x, ε) =]x ε, x + ε[ est contenue dans ]a, b[ (démonstration analogue pour ], a[ et ]a, + [). c) Soit (x 0, y 0 ) A, alors y 0 > 0 donc il existe ε > 0 tel que y 0 > y 0 ε > 0, alors B((x 0, y 0 ), ε) A, en effet : pour tout (x, y) B((x 0, y 0 ), ε) on a y y 0 Ä (x x 0 ) 2 + (y y 0 ) 2ä 1 2 < ε donc 0 < y 0 ε < y d où (x, y) A et ainsi A est un ouvert de E. 3

4 2.5 Théorème Tout espace métrique (E, d) est un espace topologique pour la famille d ouverts définie en 2.3. Il est clair que E et sont des ouverts de E au sens de la définition 2.3. Considérons une famille (U i ) i I d ouverts de E et montrons que i I U i est un ouvert de E : soit x i I U i, alors il existe i 0 I tel que x U i0, or U i0 est un ouvert de E donc il existe r > 0 tel que B(x, r) U i0, et par conséquent B(x, r) U i, donc U i est un i I i I ouvert de E. Considérons maintenant une famille finie (U i ) i I d ouverts de E et montrons que i I U i est un ouvert de E : soit x i I U i, alors pour tout i I, x U i, or U i est un ouvert de E donc il existe r i > 0 tel que B(x, r i ) U i. Posons alors r = min r i : comme I est fini, i I r est l un des r i donc r > 0 et ainsi B(x, r) U i, donc U i est un ouvert de E. i I i I Remarque Une intersection quelconque d ouverts n est pas nécessairement un ouvert : en effet ε>0] ε, ε[= {0} qui n est pas un ouvert de R puisqu il n existe aucune boule ouverte de centre 0 contenue dans {0}. 2.6 Définition Soit E un espace métrique ; on dit qu une partie F de E est un fermé de E si et seulement si le complémentaire de F dans E est un ouvert de E. 2.7 Proposition a) et E sont des fermés de E ; b) toute réunion finie de fermés de E est un fermé de E ; c) toute intersection de fermés de E est un fermé de E. a) E = E et E E = sont des ouverts de E, donc et E sont des fermés de E. b) Considérons une famille finie (F i ) i I de fermés de E, alors E F i = F i ) qui i I i I(E est un ouvert de E comme intersection finie d ouverts, donc F i est un fermé de E. i I 4

5 c) Considérons une famille (F i ) i I de fermés de E, alors E F i = F i ) qui est i I i I(E un ouvert de E comme réunion d ouverts, donc F i est un fermé de E. i I 2.8 Exemples a) Toute boule fermée d un espace métrique E est un fermé de E. b) Tout segment [a, b] de R est un fermé de R. De même les intervalles de la forme ], a] et [a, + [ sont des fermés de R. c) Dans l espace métrique (R 2, d 2 ), le demi-plan F = {(x, y) R 2 / y 0} est un fermé de R 2. d) Tout singleton {a} d un espace métrique E est un fermé de E. a) Considérons une boule fermée B(a, r) de E, alors E B(a, r) = {x E / d(x, a) > r} ; montrons que E B(a, r) est un ouvert de E : soit x 0 E B(a, r), on a d(x 0, a) > r donc il existe ε > 0 tel que d(x 0, a) > r + ε > r ; or on a pour tout x B(x 0, ε), d après l inégalité triangulaire d(x, a) d(x 0, a) d(x, x 0 ) > r + ε ε = r donc x E B(a, r), et ainsi B(x 0, ε) E B(a, r) : E B(a, r) est donc un ouvert de E d où B(a, r) est un fermé de E. b) Considérons un segment [a, b] de R, alors R [a, b] =], a[ ]b, + [ est un ouvert de R d après 2.4 et 2.5. On montre de façon analogue que ], a] et [a, + [ sont des fermés de R. c) R 2 F = {(x, y) R 2 / y > 0} est un ouvert d après 2.4 donc F est un fermé de R 2. d) Soit x 0 E {a}, i.e x 0 a, alors d(x 0, a) > 0 donc il existe ε > 0 tel que d(x 0, a) > ε > 0 ; on en déduit que B(x 0, ε) E {a}, en effet : pour tout x B(x 0, ε), on a d(x, a) d(x 0, a) d(x 0, x) > ε ε = 0 donc x a i.e x E {a}. Donc E {a} est un ouvert de E et ainsi {a} est un fermé de E. Remarque Une réunion quelconque de fermés n est pas nécessairement un fermé : en effet ε>0[ε, + [=]0, + [ qui n est pas un fermé de R ; en effet R ]0, + [=], 0] qui n est pas un ouvert de R puisqu il n existe aucune boule ouverte de centre 0 contenue dans ], 0]. 5

6 2.9 Définitions Soit (E, d) un espace métrique. a) Soit V un sous-ensemble de E et x E : on dit que V est un voisinage de x s il contient une boule ouverte de centre x. b) Soit A un sous-ensemble de E : on dit qu un élément a de E est un point intérieur à A si A est un voisinage de a ou, ce qui est équivalent, s il existe r > 0 tel que B(a, r) A. On appelle intérieur de A et on note Å l ensemble des points intérieurs à A Proposition Soient (E, d) un espace métrique et A et B des sous-ensembles de E. Alors a) A est un ouvert de E si et seulement si A est voisinage de tous ses points ; b) Å est un ouvert de E et Å A ; c) A est un ouvert de E si et seulement si A = Å ; d) Å est la réunion de tous les ouverts de E contenus dans A : ainsi Å est le plus grand ouvert de E contenu dans A ; e) si A B alors Å B ; f) Å B = Å B ; g) Å B Å B mais l inclusion est stricte en général. cf. exercice Exemples a) Soit r > 0 et considérons A = {z C / z r}, alors Å = {z C / z > r}, en effet : notons B = {z C / z > r}, alors B est clairement ouvert et B A, donc B = B Å. Considérons maintenant z 0 Å et supposons que z 0 B, alors z 0 = r, donc il existe θ R tel que z 0 = re iθ. De plus z 0 Å donc il existe ε > 0 tel que B(z 0, ε) A et on peut supposer que ε < 2r, quitte à diminuer ε, posons alors z 1 = z 0 ε 2 eiθ : on a donc z 1 B(z 0, ε) puisque z 1 z 0 = ε Å 2, d où z 1 A, mais z 1 = r ε ã e iθ donc 2 z 1 = r ε 2 < r d où z 1 A, ce qui est absurde. On en déduit donc que, si z 0 Å, alors z 0 B, d où Å = B. b) On considère R 2 muni de la distance euclidienne d 2 : on va montrer que toute droite D de R 2 est d intérieur vide. Considérons donc la droite D d équation ax + by = c où a, b, c R et (a, b) (0, 0) : si D =, alors D contient Ç un point (x0, y 0 ) et il existe donc ε > 0 tel que B((x 0, y 0 ), ε) D. Alors le point x 0 + ε a 2 a2 + b, y ε å b 2 a2 + b 2 appartient à B((x 0, y 0 ), ε) mais n appartient pas à D car Ç a x 0 + ε 2 Ç a å+b y a2 + b ε å b = ax 2 a2 + b 2 0 +by 0 + ε a2 + b 2 2 = c+ ε a2 + b 2 2 c. 6

7 Donc D =. c) Q est d intérieur vide dans R, en effet si x 0 Q, tout intervalle ouvert centré en x 0 contient au moins un irrationnel. d) L intérieur d une boule fermée B(a, r) n est pas nécessairement la boule ouverte B(a, r) : prenons la distance discrète définie en 1.2 d) sur un ensemble E contenant au moins deux éléments distincts, alors pour tout a E, B(a, 1) = E donc est égale à son intérieur alors que B(a, 1) = {a} Définitions Soit (E, d) un espace métrique et A un sous-ensemble de E : on dit qu un élément x de E est un point adhérent à A si pour tout voisinage V de x, V A ou, ce qui est équivalent, si pour tout r > 0, B(x, r) A. On appelle adhérence de A et on note A l ensemble des points adhérents à A Proposition Soient (E, d) un espace métrique et A et B des sous-ensembles de E. Alors a) A est un fermé de E et A A ; b) A est un fermé de E si et seulement si A = A ; c) A est l intersection de tous les fermés de E contenant A : ainsi A est le plus petit fermé de E contenant A ; d) si A B alors A B ; e) A B = A B ; f)a B A B mais l inclusion est stricte en général. cf. exercice Exemples a) Soit r > 0 et considérons A = {z C / z > r}, alors A = {z C / z r}, en effet : notons B = {z C / z r}, alors B est clairement fermé et A B, donc A B = B ; Considérons maintenant z 0 B et supposons que z 0 A, alors il existe ε > 0 tel que B(z 0, ε) A =, i.e B(z 0, ε) E A = {z C / z r}, donc, en particulier, z 0 E A, d où z 0 = r, il existe donc θ R tel que z 0 = re iθ. Posons alors z 1 = z 0 + ε 2 eiθ : on a donc z 1 B(z 0, ε) puisque z 1 z 0 = ε 2, d où z 1 E A et ainsi Å z 1 r, mais z 1 = r + ε ã e iθ donc z 1 = r + ε > r, ce qui est absurde. On en déduit 2 2 donc que, si z 0 B, alors z 0 A, d où A = B. b) L adhérence d une boule ouverte B(a, r) n est pas nécessairement la boule fermée B(a, r) : prenons la distance discrète définie en 1.2 sur un ensemble E contenant au moins deux éléments distincts, alors B(a, 1) = {a} = B(a, 1) alors que B(a, 1) = E. 7

8 2.15 Proposition Soient (E, d) un espace métrique et A un sous-ensemble de E. alors on a : a) E A = E Å ; b) E A = E A. a) On a x E A r > 0, B(x, r) (E A) r > 0, B(x, r) A x E Å. Donc E A = E Å. a) On a x Donc E A r > 0, B(x, r) (E A) r > 0, B(x, r) A = x E A. E A = E A Définition et proposition Soit (E, d) un espace métrique et A un sous-ensemble de E. Alors les trois conditions suivantes sont équivalentes : a) A = E ; b) pour tout ouvert U non vide de E, U A ; c) E A est d intérieur vide. Si l une de ces trois conditions est vérifiée, on dit que A est dense dans E. l équivalence a) b) est une conséquence immédiate des définitions. L équivalence a) c) provient de Exemple Q et R Q sont denses dans R ; en effet tout intervalle ouvert de R contient au moins un rationnel et un irrationnel Définition et proposition Soit (E, d) un espace métrique et A un sous-ensemble de E. On appelle frontière de A, et on note F r(a), l ensemble A Å. L ensemble A et son complémentaire E A ont même frontière. D après 2.15, E Å = E A et E A = E A, donc F r(a) = A Å = A (E Å) = A E A = E A (E A) = E A E A = F r(e A). 8

9 2.19 Exemple a) F r(q) = R puisque Q = et Q = R. b) Si a < b dans R, F r(]a, b]) = F r([a, b]) = F r([a, b[) = F r(]a, b[) = {a, b} puisque les quatre intervalles considérés ont pour adhérence [a, b] et pour intérieur ]a, b[. c) Si a R, F r([a, + [) = F r(]a, + [) = {a}. d) La frontière d une boule ouverte B(a, r) d un espace métrique (E, d) n est pas nécessairement égale au disque {x E / d(a, x) = r} : avec la distance discrète, on a F r(b(a, 1)) = {a} {a} = alors que {x E / d(a, x) = 1} = E {a}. 3 Suites dans un espace métrique 3.1 Définition Soit (x n ) n N une suite d éléments d un espace métrique (E, d) ; on dit que la suite (x n ) n N converge ou est convergente s il existe l E tel que ε > 0, N N, n N, n N = d(x n, l) < ε. Dans ce cas, on dit que la suite (x n ) n N converge vers l. On dit que la suite (x n ) n N diverge ou est divergente si elle n est pas convergente. 3.2 Proposition Soit (E, d) un espace métrique. a) Si une suite (x n ) n N d éléments de E converge vers l E, alors l est unique : on dit alors que l est la limite de la suite (x n ) n N ; b) on peut énoncer la définition de la convergence d une suite avec le langage des voisinages : une suite (x n ) n N d éléments de E converge vers l E si pour tout voisinage V de l, N N, n N, n N = x n V c) une suite (x n ) n N d éléments de E converge vers l E si et seulement si la suite de réels positifs (d(x n, l)) n N converge vers 0. cf.exercice. 3.3 Définitions Soient (E, d) un espace métrique, A et B des sous-ensembles non vides de E et x un élément de E ; a) on appelle distance de x à A et on note d(x, A) le réel positif défini par d(x, A) = inf d(x, a); a A 9

10 b) on appelle distance de A à B et on note d(a, B) le réel positif défini par d(a, B) = inf d(a, b); a A,b B c) on appelle diamètre de A et on note δ(a) l élément de R + {+ } défini par On dit que A est borné si δ(a) est fini. 3.4 Proposition δ(a) = sup d(x, y). x,y A Soient (E, d) un espace métrique, A un sous-ensemble non vide de E et x un élément de E. Alors les trois conditions suivantes sont équivalentes : a) x A ; b) d(x, A) = 0 ; c) il existe une suite (a n ) n N d éléments de A qui converge vers x. a) b) : si x A, alors pour tout entier n 1, la boule ouverte B(x, 1/n) rencontre A, i.e il existe a A tel que d(x, a) < 1/n, donc d(x, A) < 1/n pour tout n 1, on en déduit d(x, A) = 0 quand n +. b) c) : si d(x, A) = 0 alors, pour tout entier n 1, 1/n n est pas un minorant de {d(x, a) / a A} donc il existe a n A tel que d(x, a n ) 1/n ; on en déduit que la suite (d(a n, x)) n N converge vers 0, i. e que la suite (a n ) n N d éléments de A converge vers x. c) a) : soit (a n ) n N une suite d éléments de A qui converge vers x ; alors pour tout ε > 0, il existe N N tel que d(a n, x) < ε dès que n N, donc B(x, ε) A contient {a n / n N}, en particulier B(x, ε) A, on en déduit que x A. 3.5 Définition Soit (x n ) n N une suite d éléments d un espace métrique (E, d) ; on appelle sous-suite (ou suite extraite) de la suite (x n ) n N toute suite de la forme (x ϕ(n) ) n N où ϕ est une application strictement croissante de N dans N. 3.6 Proposition Soit (x n ) n N une suite d éléments d un espace métrique (E, d). Alors on a a) si (x n ) n N converge vers l E, toute sous-suite de (x n ) n N converge vers l ; b) si (x n ) n N possède deux sous-suites convergeant vers des limites distinctes, alors (x n ) n N diverge ; c) si les deux sous-suites (x 2n ) n N et (x 2n+1 ) n N convergent vers la même limite l alors (x n ) n N converge vers l. 10

11 a) Soit (x ϕ (n)) n N une sous-suite de (x n )) n N : l application ϕ étant strictement croissante de N dans N, on montre facilement par récurrence que pour tout n N, ϕ(n) n. Ecrivons que (x n ) n N converge vers l E : ε > 0, N N, n N, n N = d(x n, l) < ε or si n N, on a ϕ(n) n N donc d(x ϕ(n), l) < ε, on en déduit donc que (x ϕ(n) ) n N converge vers l. b) n est autre que la contraposée de a). c) Considérons ε > 0 ; comme les deux sous-suites (x 2n ) n N et (x 2n+1 ) n N convergent vers l, il existe N 1 et N 2 N tels que n N 1 = d(x 2n, l) < ε et n N 2 = d(x 2n+1, l) < ε. Soit k N : si k est pair, alors k 2N 1 = d(x k, l) < ε et si k est impair, alors k 2N = d(x k, l) < ε, donc si on pose N = max (2N 1, 2N 2 + 1), on a donc (x n ) n N converge vers l. k N = d(x k, l) < ε 3.7 Définition Soit (x n ) n N une suite d éléments d un espace métrique (E, d) et soit l E. On dit que l est une valeur d adhérence de la suite (x n ) n N s il existe une sous-suite de (x n ) n N qui converge vers l. 3.8 Exemple Les valeurs d adhérence de la suite x n = ( 1) n sont 1 et 1 ; en effet, la sous-suite x 2n = 1 converge vers 1 et la sous-suite x 2n+1 = 1 converge vers 1 donc 1 et 1 sont des valeurs d adhérence de la suite (x n ) n N. Réciproquement, si l est une valeur d adhérence de (x n ) n N, il existe une sous-suite (x ϕ(n) ) n N qui converge vers l : alors pour tout ε ]0, 1[, il existe N ε N tel que n N ε = l ε < x ϕ(n) < l + ε. Si ϕ(n ε ) est pair, alors x ϕ(nε) = 1 donc l ε < 1 < l + ε d où 1 ε < l < 1 + ε ; on en déduit alors que pour tout n N ε, ϕ(n) est pair, sinon on aurait l ε < 1 < l + ε d où 1 ε < l < 1 + ε, ce qui est impossible puisque ] 1 ε, 1 + ε[ ]1 ε, 1 + ε[=. Donc la suite (x ϕ(n) ) n Nε est la suite constante égale à 1, d où l = 1. De même, si ϕ(n ε ) est impair, on prouve que l = 1. 4 Distances équivalentes 4.1 Définition Soient d 1 et d 2 deux distances sur un ensemble non vide E ; on dit que d 1 et d 2 sont topologiquement équivalentes si elles définissent la même topologie sur E, c est-à-dire si la famille des ouverts de E pour d 1 coïncide avec la famille des ouverts de E pour d 2. 11

12 4.2 Proposition a) Soient d 1 et d 2 deux distances sur un ensemble non vide E ; si on note B i (x, r) la boule ouverte de centre x E et de rayon r > 0 pour la distance d i (1 i 2), alors les distances d 1 et d 2 sont topologiquement équivalentes si et seulement si x E, r > 0, r 1 > 0, r 2 > 0 tels que B 1 (x, r 1 ) B 2 (x, r) et B 2 (x, r 2 ) B 1 (x, r). b) Soient d 1 et d 2 deux distances sur un ensemble non vide E topologiquement équivalentes ; alors si une suite (x n ) n N d éléments de E converge vers une limite x pour la distance d 1, (x n ) n N converge également vers x pour la distance d 2 et réciproquement. a) Supposons que les distances d 1 et d 2 sont topologiquement équivalentes. Considérons x E et r > 0, alors la boule ouverte B 2 (x, r) est ouverte pour la distance d 2 donc aussi pour la distance d 1 par hypothèse, donc il existe r 1 > 0 tel que B 1 (x, r 1 ) B 2 (x, r). De même, il existe r 2 > 0 tel que B 2 (x, r 2 ) B 1 (x, r). Réciproquement, supposons que x E, r > 0, r 1 > 0, r 2 > 0 tels que B 1 (x, r 1 ) B 2 (x, r) et B 2 (x, r 2 ) B 1 (x, r). Soit U un ouvert de E pour d 2 ; alors, pour tout x U, il existe r > 0 tel que B 2 (x, r) U, or il existe r 1 > 0 tel que B 1 (x, r 1 ) B 2 (x, r) donc B 1 (x, r 1 ) U et ainsi U est un ouvert pour d 1. De même, on montre que tout ouvert pour d 1 est un ouvert pour d 2. Donc les distances d 1 et d 2 sont topologiquement équivalentes. b) découle immédiatement de a). 4.3 Corollaire et définition Soient d 1 et d 2 deux distances sur un ensemble non vide E. On dit que d 1 et d 2 sont métriquement équivalentes si il existe deux réels α et β strictement positifs tels que x, y E, α d 1 (x, y) d 2 (x, y) β d 1 (x, y). Des distances d 1 et d 2 métriquement équivalentes sont topologiquement équivalentes. Avec les notations de 4.2, on vérifie facilement que pour tout x E et tout r > 0, on a B 1 (x, r/β) B 2 (x, r) et B 2 (x, αr) B 1 (x, r), donc d 1 et d 2 sont topologiquement équivalentes d après

13 Remarque La réciproque de la proposition 4.3 est fausse : on peut trouver des distances d 1 et d 2 topologiquement équivalentes qui ne sont pas métriquement équivalentes (cf.exercice). 4.4 Proposition Soit p un entier 1 ; alors les distances d 1, d 2 et d définies sur K p vérifient x, y K p, d (x, y) d 1 (x, y) p d 2 (x, y) p d (x, y). Ainsi les distances d 1, d 2 et d sont métriquement donc topologiquement équivalentes. Seule l inégalité d 1 (x, y) p d 2 (x, y) n est pas évidente : d après l inégalité de Cauchy- Schwarz, on a ( p p ) 1 ( ) 1 d 1 (x, y) = x i y i p x i y i 2 2 = p d2 (x, y). 5 Sous-espaces métriques - produit d espaces métriques 5.1 Proposition et définition Soient (E, d) un espace métrique et A un sous-ensemble non vide de E ; alors on peut définir une distance d A sur A, appelée distance induite sur A par d, en posant x, y A, d A (x, y) = d(x, y.) Ainsi (A, d A ) est un espace métrique, appelé sous-espace métrique de (E, d) et la topologie définie sur A par d A est appelée topologie induite par celle de (E, d) sur A. 5.2 Proposition Soient (E, d) un espace métrique et A un sous-ensemble non vide de E muni de la distance d A induite par d, alors a) Une partie U de A est un ouvert de (A, d A ) si et seulement s il existe un ouvert O de E tel que U = A O. b) Une partie F de A est un fermé de (A, d A ) si et seulement s il existe un fermé G de E tel que F = A G. a) Remarquons d abord que pour tout a A et tout r > 0, la boule ouverte B A (a, r) de centre a et de rayon r pour la distance induite d A n est autre que l intersection avec A de la boule ouverte B A (a, r) : B A (a, r) = A B(a, r). Soit U une partie de A telle qu il existe O un ouvert de E vérifiant U = A O ; alors pour tout a U, a O ouvert donc il existe r > 0 tel que la boule ouverte B(a, r) de E soit contenue dans O. On en déduit que B A (a, r) = A B(a, r) A O = U, d où U est un ouvert de A. 13

14 Réciproquement, si U est un ouvert de A, alors, pour tout a U, il existe r a > 0 tel que B A (a, r a ) U ; or U = a U où O désigne a U B A (a, r a ) = a U (A B(a, r a )) = A B(a, r a ) et est donc un ouvert de E. ( a U B(a, r a ) ) = A O b) Considérons une partie F de A, alors F est un fermé de A si et seulement si A F est un ouvert de A, i.e, si et seulement si il existe un ouvert O de E tel que A F = A O, or A F = A O F = A (E O) et O ouvert de E signifie que G = E O est un fermé de E, donc F est un fermé de A si et seulement s il existe un fermé G de E tel que F = A G. Remarques Soient (E, d) un espace métrique et A un sous-ensemble non vide de E. a) Si A est un ouvert de E alors tout ouvert de (A, d A ) est un ouvert de E, mais la réciproque est fausse : [0, 1[ est un ouvert de [0, 2] ([0, 1[= [0, 2] ], 1[) mais n est pas un ouvert de R. b) Si A un fermé de E alors tout fermé de (A, d A ) est un fermé de E, mais la réciproque est fausse : ]0, 1] est un fermé de ]0, 2] (]0, 1] = [0, 1] ]0, 2]) mais n est pas un fermé de R. 5.3 Définition et proposition Soient (E, d) un espace métrique et A un sous-ensemble non vide de E. Pour toute partie B de A, on notera B A l intérieur de B dans (A, d A ) et B A l adhérence de B dans (A, d A ). On a a) B A = A B ; b) A B B A mais l inclusion est stricte en général : par exemple, en prenant E = R, A = [0, + [ et B = [0, 1[, on a B A = [0, 1[ alors que A B =]0, 1[. a) Soit x A ; si x B A, alors pour tout r > 0, B A (x, r) B, or B A (x, r) = B(x, r) A et A B = B puisque B A, donc B A (x, r) B = B(x, r) B et ainsi B(x, r) B pour tout r > 0, i.e x B. Réciproquement, si x B A, alors pour tout r > 0, B(x, r) B mais A B = B, donc B(x, r) B = B(x, r) A B = B A (x, r) B, ainsi B A (x, r) B pour tout r > 0, i.e x B A. b) A B est un ouvert de A contenu dans B, donc A B B A. 14

15 5.4 Définitions et proposition On considère p espaces métriques (E 1, d E1 ), (E 2, d E2 ),, (E p, d Ep ) et leur produit cartésien E = E 1 E 2 E p, alors on peut définir trois applications sur E E de la manière suivante : Pour tout x = (x 1,, x p ) E et tout y = (y 1,, y p ) E, on pose p d 1 (x, y) = d Ei (x i, y i ) ( p ) 1 d 2 (x, y) = (d Ei (x i, y i )) 2 2 d (x, y) = max 1 i p d E i (x i, y i ). alors d 1, d 2 et d sont des distances sur E et vérifient les inégalités suivantes : x, y E, d (x, y) d 1 (x, y) p d 2 (x, y) p d (x, y). Donc d 1, d 2 et d sont métriquement équivalentes : elles définissent donc la même topologie sur E. Il est immédiat de vérifier que d 1 et d sont des distances sur E. Pour d 2, le seul point délicat est de prouver l inégalité triangulaire : pour tous x, y, z E, on a ( p ) 1 ( (d Ei (x i, z i )) 2 2 p ) 1 ( (d Ei (x i, y i ) + d Ei (y i, z i )) 2 2 p ) 1 ( (d Ei (x i, y i )) 2 2 p ) 1 + (d Ei (y i, z i )) 2 2 en utilisant l inégalité triangulaire pour chaque distance d i puis l inégalité de Minkowski (cf. 1.3), d où d 2 (x, z) d 2 (x, y) + d 2 (y, z). Les inégalités entre les distances d 1, d 2 et d s obtiennent comme dans la preuve de Proposition Soient (E 1, d E1 ), (E 2, d E2 ),, (E p, d Ep ) des espaces métriques et E = E 1 E 2 E p leur produit cartésien que l on munit de l une des trois distances métriquement équivalentes d 1, d 2 et d. Pour tout 1 i p, on notera B i (x i, r) la boule ouverte de centre x i E i et de rayon r > 0 pour la distance d Ei. Alors, on a : a) un sous-ensemble U de E est un ouvert de E si et seulement si, pour tout x = (x 1,, x p ) U, il existe r > 0 tel que B 1 (x 1, r) B 2 (x 2, r) B p (x p, r) U; b) si U i est un ouvert de E i pour tout 1 i p, alors U 1 U 2 U p est un ouvert de E (mais les ouverts de E ne sont pas tous de cette forme) ; 15

16 c) si F i est un fermé de E i pour tout 1 i p, alors F 1 F 2 F p est un fermé de E (mais les fermés de E ne sont pas tous de cette forme) ; d) soit A i un sous-ensemble de E i pour tout 1 i p, alors on a : p p A i = A i et ṗ A i = p Å i ; e) soit (x n ) n N une suite d éléments de E : notons, pour tout n N, x n = (x 1 n, x 2 n,, x p n) où x i n E i pour tout 1 i p, alors la suite (x n ) n N converge dans E si et seulement si, pour tout 1 i p, la suite (x i n) n N converge dans E i et dans ce cas, lim x n = ( lim n + n + x1 n, lim n + x2 n,, lim n + xp n). On va faire la démonstration pour la distance d : on vérifie facilement que, pour tout x = (x 1,, x p ) E et tout r > 0, la boule ouverte B(x, r) de centre x et de rayon r pour la distance d n est autre que le produit cartésien B 1 (x 1, r) B 2 (x 2, r) B p (x p, r). a) U est un ouvert de E si et seulement si pour tout x U, il existe r > 0 tel que B(x, r) U, autrement dit B 1 (x 1, r) B 2 (x 2, r) B p (x p, r) U. b) si U i est un ouvert de E i pour tout 1 i p, considérons x U 1 U 2 U p ; comme pour tout 1 i p, U i est un ouvert de E i, il existe r i > 0 tel que B i (x i, r i ) U i, alors en posant r = min(r 1,, r p ), on obtient B(x, r) = B 1 (x 1, r) B 2 (x 2, r) B p (x p, r) U 1 U 2 U p et ainsi U 1 U 2 U p est un ouvert de E. c) si F i est un fermé de E i pour tout 1 i p, on a E (F 1 F 2 F p ) = (E 1 E i 1 (E i F i ) E p ) 1 i p or pour tout 1 k p, E k est un ouvert de E k et pour tout 1 i p, E i F i est un ouvert de E i puisque F i est un fermé de E i, donc pour tout 1 i p, (E 1 E i 1 (E i F i ) E p ) est un ouvert de E d après b) donc la réunion de tous ces ouverts est un ouvert de E. On en déduit que F 1 F 2 F p est un fermé de E. d) Soit x p A i, alors pour tout r > 0, on a B(x, r) B(x, r) = B 1 (x 1, r) B 2 (x 2, r) B p (x p, r) donc, on a p autrement dit x A i et réciproquement. r > 0, 1 i p, B i (x i, r) A i 16 p A i, or

17 De même si x p A i, alors il existe r > 0 tel que B(x, r) B(x, r) = B 1 (x 1, r) B 2 (x 2, r) B p (x p, r) donc, on a p A i, or p autrement dit x Å i et réciproquement. 1 i p, B i (x i, r) A i i.e x i Åi e) Soit l = (l 1,, l p ) E, alors on a pour tout n N d (x n, l) = max 1 i p d i(x i n, l i ) le résultat annoncé dans e) s en déduit aussitôt. 6 Applications continues 6.1 Définition Soient (E 1, d E1 ) et (E 2, d E2 ) deux espaces métriques et f : E 1 E 2 une application. On dit que f est continue en un point x 0 de E 1 si ε > 0, α > 0, x E 1, d E1 (x 0, x) < α = d E2 (f(x 0 ), f(x)) < ε. On dit que f est continue (sous-entendu sur E 1 ) si elle est continue en tout point de E Proposition Soient (E 1, d E1 ) et (E 2, d E2 ) deux espaces métriques et f : E 1 E 2 une application. Alors les trois conditions suivantes sont équivalentes : a) f est continue ; b) pour tout ouvert U de E 2, f 1 (U) est un ouvert de E 1 ; c) pour tout fermé F de E 2, f 1 (F ) est un fermé de E 1. a) = b) : soit U un ouvert de E 2 : rappelons que f 1 (U) = {x E 1 / f(x) U}. Soit x 0 f 1 (U), alors f(x 0 ) U ouvert donc il existe ε > 0 tel que B 2 (f(x 0 ), ε) U ; or f est continue par hypothèse donc il existe α > 0 tel que x E 1, d E1 (x 0, x) < α = d E2 (f(x 0 ), f(x)) < ε i.e d où x B 1 (x 0, α), f(x) B 2 (f(x 0 ), ε) U B 1 (x 0, α) f 1 (U). Donc f 1 (U) est un ouvert de E 1. 17

18 b) = c) : Soit F un fermé de E 2, alors E 2 F est un ouvert de E 2 donc, par hypothèse, f 1 (E 2 F ) est un ouvert de E 1 ; or f 1 (E 2 F ) = E 1 f 1 (F ), on en déduit aussitôt que f 1 (F ) est un fermé de E 1. c) = a) : Considérons x 0 E 1 et ε > 0 ; on a E 1 f 1 (B 2 (f(x 0 ), ε)) = f 1 (E 2 B 2 (f(x 0 ), ε)) or E 2 B 2 (f(x 0 ), ε) est fermé dans E 2 puisque B 2 (f(x 0 ), ε) est ouvert, donc f 1 (E 2 B 2 (f(x 0 ), ε)) est fermé dans E 1 par hypothèse, i.e E 1 f 1 (B 2 (f(x 0 ), ε)) est fermé : on en déduit que f 1 (B 2 (f(x 0 ), ε)) est ouvert dans E 1, donc il existe α > 0 tel que B 1 (x 0, α) f 1 (B 2 (f(x 0 ), ε)) i.e x E 1, d E1 (x 0, x) < α = d E2 (f(x 0 ), f(x)) < ε. et ainsi f est continue en tout point x 0 de E Exemples a) Soit (E, d) un espace métrique et f une application continue de E dans R. Alors pour tout a R, le sous-ensemble {x E / f(x) < a} de E est un ouvert de E puisqu il est égal à f 1 (], a[). De même, si a b dans R, le sous-ensemble {x E / a f(x) b} de E est un fermé de E puisqu il est égal à f 1 ([a, b]). b) Dans l espace métrique (R 2, d 2 ), le demi-plan F = {(x, y) R 2 / y 0} est un fermé de R 2, en effet F = f 1 (], 0]) où f désigne l application de R 2 dans R définie par f(x, y) = y qui est manifestement continue. c) Toute droite de R 2 est un fermé, en effet si D est la droite de R 2 d équation ax+by = c, alors D = f 1 ({c}) où f est l application de R 2 dans R définie par f(x, y) = ax + by qui est manifestement continue. Remarques a) L image directe d un ouvert par une application continue n est pas nécessairement un ouvert : si on considère l application constante de R dans R définie par f(x) = 1, alors f(r) = {1} qui n est pas ouvert dans R alors que R l est. b) L image directe d un fermé par une application continue n est pas nécessairement un fermé : l image du fermé R par l application Arctangente est ] π/2, π/2[ qui n est pas fermé dans R. 6.4 Proposition Soient (E 1, d E1 ) et (E 2, d E2 ) deux espaces métriques, f : E 1 E 2 une application et a E 1 ; alors f est continue en a si et seulement si pour toute suite (x n ) n N d éléments de E 1 convergeant vers a, la suite (f(x n )) n N converge vers f(a). 18

19 Si f est continue en a, alors ε > 0, α > 0, x E 1, d E1 (a, x) < α = d E2 f(a), f(x)) < ε alors, pour toute suite (x n ) n N d éléments de E 1 convergeant vers a, il existe N N tel que n N, n N = d E1 (x n, a) < α d où donc la suite (f(x n )) n N converge vers f(a). n N, n N = d E2 (f(x n ), f(a)) < ε Réciproquement, supposons que pour toute suite (x n ) n N d éléments de E 1 convergeant vers a, la suite (f(x n )) n N converge vers f(a) et raisonnons par l absurde : si f n est pas continue en a, alors ε > 0, α > 0, x α E 1, tel que d E1 (a, x α ) < α et d E2 (f(a), f(x)) ε en particulier, si on prend α = 1/n pour n entier 1, il existe x n E 1 tel que d E1 (a, x n ) < 1 n et d E 2 (f(a), f(x n )) ε autrement dit, on a construit une suite (x n ) n N d éléments de E 1 convergeant vers a et telle que (f(x n )) n N ne converge pas vers f(a), ce qui contredit l hypothèse. Donc f est continue en a. 6.5 Exemple Soit f l application de R dans R définie par f(x) = sin(1/x) si x 0, et f(0) = 1. En prenant la suite x n = 1/2nπ, on a f(x n ) = sin(2nπ) = 0 pour tout n 1 donc la suite (f(x n )) converge vers 0 f(0). Donc f n est pas continue en Définition Soient (E 1, d E1 ) et (E 2, d E2 ) deux espaces métriques, A un sous-ensemble de E 1 et f : A E 2 une application. On dit que f est continue en x 0 A si f est continue en x 0 en tant qu application du sous-espace métrique A muni de la distance induite par d 1 dans E 2, i.e si ε > 0, α > 0, x A, d E1 (x 0, x) < α = d E2 (f(x 0 ), f(x)) < ε. On dit que f est continue (sous-entendu sur A) si elle est continue en tout point de A. 6.7 Proposition Soient (E 1, d E1 ), (E 2, d E2 ) et (E 3, d E3 ) trois espaces métriques, A 1 un sous-ensemble de E 1 et A 2 un sous-ensemble de E 2. Soient f : A 1 E 2 et g : A 2 E 3 deux applications telles que f(a 1 ) A 2. 19

20 Si f est continue en x 0 A 1 et si g est continue en f(x 0 ), alors g f est continue en x 0. On en déduit que si f et g sont continues, alors g f est continue. Supposons que f est continue en x 0 A 1 et g est continue en f(x 0 ), alors pour tout ε > 0, on a et α > 0, y A 2, d E2 (f(x 0 ), y) < α = d E3 (g f(x 0 ), g(y)) < ε donc pour tout x A 1, on a β > 0, x A, d E1 (x 0, x) < β = d E2 (f(x 0 ), f(x)) < α et ainsi g f est continue en x Proposition d E1 (x 0, x) < β = d E3 (g f(x 0 ), g f(x)) < ε Soient (G, d), (E 1, d E1 ), (E 2, d E2 ),, (E p, d Ep ) des espaces métriques et E = E 1 E p le produit cartésien que l on munit de l une des trois distances équivalentes d 1, d 2 et d. Soit A un sous-ensemble de G et soit f = (f 1, f 2,, f p ) une application de A dans E ; alors f est continue en un point x 0 de G si et seulement si pour tout 1 i p, l application f i : A E i est continue en x 0. Supposons que f est continue en x 0, alors, pour tout ε > 0 on a or α > 0, x A, d(x 0, x) < α = d (f(x 0 ), f(x)) < ε d (f(x 0 ), f(x)) = max Ä d E1 (f 1 (x 0 ), f 1 (x)),, d Ep (f p (x 0 ), f p (x)) ä donc, pour tout 1 i p, on a donc f i est continue en x 0. x A, d(x 0, x) < α = d Ei (f i (x 0 ), f i (x)) < ε Réciproquement, supposons que pour tout 1 i p, f i est continue en x 0, alors, pour tout ε > 0 on a α i > 0, x A, d(x 0, x) < α i = d Ei (f i (x 0 ), f i (x)) < ε. Posons α = min(α 1,, α p ) : on a alors α > 0 et donc x A, d(x 0, x) < α = d Ei (f i (x 0 ), f i (x)) < ε x A, d(x 0, x) < α = d (f(x 0 ), f(x)) = max Ä d E1 (f 1 (x 0 ), f 1 (x)),, d Ep (f p (x 0 ), f p (x)) ä < ε donc f est continue en x 0. 20

21 6.9 Définition et proposition Soient (E 1, d E1 ) et (E 2, d E2 ) deux espaces métriques, A un sous-ensemble de E 1 et f : A E 2 une application. On dit que f est uniformément continue si ε > 0, α > 0, x, y A, d E1 (x, y) < α = d E2 (f(x), f(y)) < ε. Toute application uniformément continue est continue. Remarque Une application continue n est pas nécessairement uniformément continue : l application f : R R définie par f(x) = x 2 n est pas uniformément continue. (cf.exercice) 6.10 Définition et proposition Soient (E 1, d E1 ) et (E 2, d E2 ) deux espaces métriques, A un sous-ensemble de E 1 et f : A E 2 une application. On dit que f est k-lipschitzienne (où k est un réel strictement positif) si x, y A, d E2 (f(x), f(y)) k d E1 (x, y). Toute application lipschitzienne est uniformément continue. immédiate. Exemple Soit (E, d) un espace métrique ; alors l application d est lipschitzienne de l espace métrique produit E E muni de la distance d 1 dans R + : en effet pour tous x 0, x 1, y 0, y 1 E on a, d après l inégalité triangulaire et de même on en déduit d(x 1, y 1 ) d(x 1, x 0 ) + d(x 0, y 0 ) + d(y 0, y 1 ) d(x 0, y 0 ) d(x 0, x 1 ) + d(x 1, y 1 ) + d(y 1, y 0 ) d(x 1, y 1 ) d(x 0, y 0 ) d(x 1, x 0 ) + d(y 0, y 1 ) = d 1 ((x 1, y 1 ), (x 0, y 0 )) Proposition Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R à valeurs dans R possédant une dérivée bornée sur I ; alors f est lipschitzienne. Il suffit d appliquer le théorème des accroissements finis à f entre deux points quelconques de I. 21

22 Exemple Les fonctions sinus et cosinus sont lipschitziennes Définition et proposition Soient (E 1, d E1 ) et (E 2, d E2 ) deux espaces métriques et f : E 1 E 2 une application. On dit que f est un homéomorphisme si f est bijective et si f et f 1 sont continues. On dit que E 1 et E 2 sont homéomorphes s il existe un homéomorphisme entre E 1 et E 2. La relation "est homéomorphe à " est une relation d équivalence sur l ensemble des espaces métriques. Montrons que la relation "est homéomorphe à " est une relation d équivalence sur l ensemble des espaces métriques : a) la relation est réflexive car Id sur un espace métrique E est un homéomorphisme de E sur lui-même. b) la relation est symétrique : en effet, s il existe un homéomorphisme f d un espace métrique E 1 sur un espace métrique E 2, alors f 1 est un homéomorphisme de E 2 sur E 1. c) la relation est transitive : en effet s il existe un homéomorphisme f d un espace métrique E 1 sur un espace métrique E 2 et un homéomorphisme g de E 2 sur un espace métrique E 3, alors g f est un homéomorphisme de E 1 sur E Proposition Tout intervalle ouvert de R est homéomorphe à R. ò L application tangente est un homéomorphisme de π 2, π ï sur R. De plus tout intervalle ò 2 ]a, b[ où a < b est homéomorphe à π 2, π ï par l application x π ñ x a + b ô, 2 b a 2 donc est homéomorphe à R par transitivité. Considérons maintenant l intervalle ouvert ]a, + [ : il est homéomorphe ò à ]0, + [ par la translation x x a ; de plus ]0, + [ est homéomorphe à π 2, π ï par l application 2 x 2Arctgx π donc est homéomorphe à R. On en déduit que ]a, + [ est homéomorphe à R. Enfin l intervalle ], a[ est homéomorphe à ]a, + [ par l application 2 x 2a x, donc est homéomorphe à R Proposition Soient d et d deux distances sur un ensemble E ; alors d et d sont équivalentes si et seulement si l application Id est un homéomorphisme de (E, d) sur (E, d ). C est une conséquence immédiate de

23 6.15 Définition et proposition Soient (E 1, d E1 ) et (E 2, d E2 ) deux espaces métriques et f : E 1 E 2 une application. On dit que f est une isométrie si x, y E 1, d E2 (f(x), f(y)) = d E1 (x, y). Toute isométrie est clairement injective et lipschitzienne, donc uniformément continue Exemple Toute translation de R 2 muni de la distance euclidienne est une isométrie. 7. Espaces vectoriels normés - Applications linéaires continues Dans ce paragraphe, K désignera R ou C. 7.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur K ; on appelle norme sur E toute application notée. définie sur E et à valeurs dans R + vérifiant les conditions suivantes : a) x E, x = 0 x = 0 ; b) x E, λ K, λx = λ. x ; c) x, y E, x + y x + y (inégalité triangulaire). On appelle espace vectoriel normé tout espace vectoriel sur K muni d une norme. Exemples L espace vectoriel R muni de la valeur absolue est un espace vectoriel normé ; de même C muni du module est un espace vectoriel normé. 7.2 Proposition Soit E un espace vectoriel normé ; alors l application d définie sur E E par : x, y E, d(x, y) = x y est une distance sur E, appelée distance associée à la norme sur E : ainsi tout espace vectoriel normé est un espace métrique. On a alors a) pour tout sous-espace vectoriel F de E, F est un sous-espace vectoriel de E ; b) l application norme de E dans R + est 1-lipschitzienne (donc uniformément continue) : x, y E, x y x y c) pour tous x E et r > 0, l adhérence de la boule ouverte B(x, r) n est autre que la boule fermée B(x, r) et l intérieur de la boule fermée B(x, r) n est autre que la boule ouverte B(x, r). d) pour tous x E et r > 0, la boule ouverte B(x, r) et la boule fermée B(x, r) ont pour frontière commune le disque {y E / d(x, y) = r}. 23

24 Il est immédiat de constater que d est une distance d après la définition d une norme. a) Soit F un sous-espace vectoriel de E ; montrons que F est un sous-espace vectoriel de E : considérons x et y F, alors il existe deux suites (x n ) n N et (y n ) n N d éléments de F telles que x n x et y n y quand n +, donc, pour tous α et β K, αx n + βy n αx + βy quand n +. Or, pour tout n N, αx n + βy n F puisque F est un sous-espace vectoriel de E, donc αx + βy F. b) découle immédiatement de l inégalité triangulaire. c) Montrons que B(x, r) = B(x, r) pour tous x E et r > 0 : Il est clair que B(x, r) B(x, r) puisque B(x, r) est fermé et B(x, r) est le plus petit fermé de E contenant B(x, r). Réciproquement, considérons y B(x, r) et posons pour tout n N, y n = x + (1 1/n)(y x), alors on a n 1, x y n = donc n 1, y n B(x, r). De plus, on a donc la suite (y n ) n N Ç 1 1 å x y < r n n 1, y n y = 1 x y n converge vers y, et ainsi y B(x, r). Considérons maintenant un point y intérieur à B(x, r) : il existe ε > 0 tel que la boule ouverte B(y, ε) B(x, r), en particulier y B(x, r) donc x y r. Supposons que x y = r et considérons z = x + λ(y x) où λ ]1, 1 + ε r [ ; alors y z = (λ 1)(x y) donc y z = (λ 1) x y = (λ 1)r < ε, on en déduit donc que z B(y, ε) B(x, r), d où z x r. Or z x = λ(y x) = λ y x = λr > r, ce qui est absurde, donc x y < r et ainsi y B(x, r) : l intérieur de B(x, r) est donc contenu dans B(x, r). Réciproquement, B(x, r) est un ouvert contenu dans B(x, r), donc il est contenu dans l intérieur de B(x, r). d) découle immédiatement de c). 7.3 Définition et proposition On dit que deux normes. 1 et. 2 définies sur un espace vectoriel E sont équivalentes s il existe deux réels strictement positifs α et β vérifiant x E, α x 1 x 2 β x 1. Les distances associées à deux normes équivalentes sont donc métriquement équivalentes (cf. 4.3). 24

25 7.4 Proposition On considère p espaces vectoriels normés (E 1,. E1 ), (E 2,. E2 ),, (E p,. Ep ) et leur produit cartésien E = E 1 E 2 E p ; on peut définir trois applications sur E de la manière suivante : Pour tout x = (x 1,, x p ) E, on pose p x 1 = x i Ei ( p ) 1 x 2 = x i 2 2 E i x = max 1 i p x i Ei alors les trois applications. 1,. 2 et. sont des normes sur E et vérifient les inégalités suivantes : x E, x x 1 p x 2 p x. Donc les normes. 1,. 2 et. sont équivalentes et par conséquent les trois distances associées d 1, d 2 et d sont métriquement équivalentes : elles définissent donc la même topologie sur E. En particulier, quand E 1 = E 2 = = E p = K (muni de la valeur absolue ou du module), les applications. 1,. 2 et. définies ci-dessus sur K p sont des normes équivalentes. De façon plus générale, si F est un K-espace vectoriel de dimension finie p p dont (e 1, e 2,, e p ) est une base, pour tout x = x i e i, si on pose ( p p ) 1 x 1 = x i, x 2 = x i 2 2, x = max x i 1 i p alors les trois applications. 1,. 2 et. sont des normes équivalentes sur F. analogue à la preuve de Exemples a) Soit A un ensemble et (E,. ) un K-espace vectoriel normé : on considère le K-espace vectoriel F(A, E) des fonctions définies sur A à valeurs dans E muni des lois usuelles suivantes : f, g F(A, E), λ K, x A, on pose (f + g)(x) = f(x) + g(x) et (λf)(x) = λf(x). L ensemble B(A, E) des fonctions bornées de A dans E est alors un sous-espace vectoriel de F(A, E) que l on peut munir d une norme notée., appelée norme de la convergence uniforme, définie par : f F(A, E), f = sup f(x). x A 25

26 b) Soit E l espace vectoriel des fonctions continues sur un segment [a, b] à valeurs dans R : toute fonction continue sur [a, b] étant bornée et intégrable, on peut considérer b f E, f = sup f(x) et f 1 = f(x) dx. x [a,b] a Alors. et. 1 sont des normes sur E qui ne sont pas équivalentes. exercice. 7.6 Théorème Soit T une application linéaire d un K-espace vectoriel normé (E,. E ) dans un K-espace vectoriel normé (F,. F ). Alors les conditions suivantes sont équivalentes : a) T est continue ; b) T est continue en 0 ; c) il existe c > 0 tel que x E, T (x) F c x E ; d) T est lipschitzienne. a) = b) : évident. b) = c) : T étant continue en 0, il existe α > 0 tel que y E, y E < α = T (y) F < 1 alors pour tout x non nul dans E, on a αx = α 2 x E E 2 < α donc d où T Ç αx 2 x E å F < 1 T (x) F < 2 α x E par linéarité de T et par propriété d une norme. Cette inégalité étant encore vérifiée en x = 0, il suffit donc de prendre c = 2 α. c) = d) : par linéarité de T, on a pour tous x, y E, T (x) T (y) F = T (x y) F c x y E donc T est c-lipschitzienne. d) = a) : T étant lipschitzienne, est continue d après

27 7.7 Théorème Soient (E,. E ) et (F,. F ) deux K-espaces vectoriels normés ; alors l ensemble L(E, F ) des applications linéaires continues de E dans F est un sous-espace vectoriel de F(E, F ). On pose, pour tout T L(E, F ) T L(E,F ) = T (x) F sup. x E {0} x E Alors. L(E,F ) est une norme sur L(E, F ) et on a pour tout T L(E, F ), T L(E,F ) = sup T (x) F = sup T (x) F. x E =1 x E 1 Il est immédiat de vérifier que. L(E,F ) est une norme sur L(E, F ). Notons M 1 = sup x E =1 T (x) F et M 2 = sup x E 1 T (x) F ; alors, pour tout x E vérifiant x E = 1, on a T (x) F = T (x) F x E T L(E,F ) donc, par passage à la borne supérieure, on a Réciproquement, pour tout x E non nul, or T Ç M 1 T L(E,F ). x x E Ç å x T M x E 1 F x x E å F = T (x) F x E est de norme égale à 1, donc donc, par passage à la borne supérieure, on a T L(E,F ) M 1 d où T L(E,F ) = M 1. Enfin, montrons que M 1 = M 2 : comme {x E / x E = 1} {x E / x E 1}, il est clair que M 1 M 2. Réciproquement, pour tout x E non nul tel que x E 1, on a donc d où M 2 M 1 et ainsi M 2 = M 1. T (x) F x E = Ç å x T M x E 1 F T (x) F M 1 x E M 1 27

28 7.8 Exemple Soit E l espace vectoriel normé des fonctions continues sur [0, 1] à valeurs réelles muni de la norme de la convergence uniforme.. On considère l application T : E E définie par Il est clair que T est linéaire, de plus f E, x [0, 1], T (f)(x) = x 0 f(t) dt. f E, x [0, 1], T (f)(x) f x f donc T est continue et T L(E,E) 1 ; d autre part, si on considère la fonction constante f = 1, alors T (f)(x) = x pour tout x [0, 1], donc T (f) = 1 et ainsi T L(E,E) = Proposition Soient (E,. E ), (F,. F ) et (G,. G ) trois K-espaces vectoriels normés ; alors pour tous T 1 L(E, F ) et T 2 L(F, G), T 2 T 1 L(E, G) et on a T 2 T 1 L(E,G) T 2 L(F,G) T 1 L(E,F ). Si T 1 et T 2 sont linéaires continues, alors la composée T 2 T 1 est linéaire continue ; d autre part, pour tout x E, on a (T 2 T 1 )(x) G = T 2 (T 1 (x)) G T 2 L(F,G) T 1 (x) F T 2 L(F,G) T 1 L(E,F ) x E d où l inégalité voulue. 28

1 Exercices fondamentaux

1 Exercices fondamentaux Université de Nantes Licence Math L3 Département de Mathématiques Année 2009-2010 Topologie et calculs différentiel Liste n 3 1 Exercices fondamentaux Applications Linéaires Exercice 1. Calculer la norme

Plus en détail

Exo7. Connexité. Enoncés : V. Mayer Corrections : A. Bodin

Exo7. Connexité. Enoncés : V. Mayer Corrections : A. Bodin Enoncés : V. Mayer Corrections : A. Bodin Exo7 Connexité Exercice 1 Soit X un espace métrique. 1. Montrer que X est connexe si et seulement si toute application continue f : X {0,1} est constante. 2. Soit

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

L espace de probabilités (Ω,A,P )

L espace de probabilités (Ω,A,P ) L espace de probabilités (Ω,A,P ) 1 Introduction Le calcul des probabilités est la science qui modélise les phénomènes aléatoires. Une modélisation implique donc certainement une simplification des phénomènes,

Plus en détail

Exercices fondamentaux

Exercices fondamentaux Université de Nantes Département de Mathématiques DEUG MIAS - Module M2 Algèbre Année 2002/2003 Liste d exercices n 1 Exercices fondamentaux Espaces vectoriels, sous-espaces vectoriels 1. Montrer que l

Plus en détail

BORNE SUPERIEURE. P. Pansu 15 février 2005

BORNE SUPERIEURE. P. Pansu 15 février 2005 BORNE SUPERIEURE P. Pansu 15 février 2005 1 Motivation Grandeur et misère de Q. 1.1 Propriétés de l ordre dans Q L ordre est compatible avec les opérations d addition et de multiplication (par exemple,

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers les solutions des exercices Lien vers le cours de ce chapitre Chapitre 1 Logique et ensembles 1.1 Rudiments de logique Logique, tables de vérité Exercice 1.1.1

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016)

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES Résumé de cours d algèbre linéaire L de B. Calmès, Université d Artois (version du er février 206). Applications linéaires Soient E et F des espaces vectoriels sur K...

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Chapitre 1: Espaces métriques.

Chapitre 1: Espaces métriques. Chapitre 1: Espaces métriques. I. Définition et exemples d espaces métriques. Définition. Un espace métrique est un ensemble E sur lequel on a défini une distance, c est à dire une application d : ExE

Plus en détail

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Université Bordeaux 1 INF569 Master d informatique Logique et Langages (2 - partie 2) Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Anne Dicky 7 novembre 2009 Table des matières 1 Exemples de points fixes

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Relations d ordre, relations d équivalence

Relations d ordre, relations d équivalence Université de Provence Mathématiques générales 2 Relations d ordre, relations d équivalence 1 Relations d ordre Exercice 1. Dans la droite réelle, déterminer les minorants, les bornes inférieures et les

Plus en détail

RSA - bases mathématiques

RSA - bases mathématiques RSA - bases mathématiques Jang Schiltz Centre Universitaire de Luxembourg Séminaire de Mathématiques 162A, avenue de la Faïencerie L-1511 Luxembourg Luxembourg E-mail:schiltzj@cu.lu 1 Divisibilité Définition

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2006

Corrigé : EM Lyon 2006 Corrigé : EM Lyon 26 Option économique Exercice 1: 1. a) Comme A est une matrice triangulaire, on peut lire ses valeurs propres sur sa diagonale. Les valeurs propres de A sont et 1. b) Aadmet deux valeurspropresdistinctes

Plus en détail

LEÇON N 52 : 52.1 Suites monotones

LEÇON N 52 : 52.1 Suites monotones LEÇON N 52 : Suites monotones, suites adjacentes. Approximation d un nombre réel, développement décimal. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l utilisation d une calculatrice.

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Exo7. Préalables, rappels. Enoncés : M. Quéffelec, V. Mayer, T. Tahani, F. Sarkis Corrections : F. Sarkis

Exo7. Préalables, rappels. Enoncés : M. Quéffelec, V. Mayer, T. Tahani, F. Sarkis Corrections : F. Sarkis Enoncés : M. Quéffelec, V. Mayer, T. Tahani, F. Sarkis Corrections : F. Sarkis Exo7 Préalables, rappels Exercice 1 1. Montrez que d(x,y) = x y est bien une distance sur l ensemble des réels. 2. Pour tout

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

des fonctions numériques

des fonctions numériques Chapitre 3 Continuité et dérivabilité des fonctions numériques Dans ce chapitre on reprend les notations précédentes. 3.1 Rappels sur les fonctions 3.1.1 Injectivité, surjectivité Soient X et Y deux ensembles

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Espaces vectoriel normés

Espaces vectoriel normés Espaces vectoriel normés 1) Normes a) Dé nition : K R ou C. Une norme sur un K-ev E est une application E! R x 7! kxk véri ant : i) 8 x 2 E; kxk 0 et kxk 0, x 0 (vecteur nul). ii) 8 x 2 E; 8 2 K kxk jj

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat Université de Paris-Sud, année 2012/2013 Filière Math/Info-L2 Maths 209 Feuille d exercices de soutien 1 Congruences et arithmétique sur Z Exercice 1. a) Soit n un nombre entier. Combien de valeurs peut

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

Université de Nice Sophia-Antipolis Licence L3 Mathématiques Année 2008/2009. Analyse Numérique. Corrigé du TD 5

Université de Nice Sophia-Antipolis Licence L3 Mathématiques Année 2008/2009. Analyse Numérique. Corrigé du TD 5 Licence L3 Mathématiques Année 008/009 Analyse Numérique Corrigé du TD 5 EXERCICE 1 Méthode des approximations successives, ordre de convergence Soient I un intervalle fermé de R, g : I I une fonction

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation grapique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit f une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Mathématiques approfondies (parcours MID) Semestre 2. 1. Ensembles et applications

Mathématiques approfondies (parcours MID) Semestre 2. 1. Ensembles et applications Université Paris XII Licence Économie-Gestion Mathématiques approfondies (parcours MID) Semestre 2 1. Ensembles et applications Exercice 1 On considère l ensemble F des fruits, l ensemble R des fruits

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

1 Opérations sur les ensembles

1 Opérations sur les ensembles UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE DES ENSEMBLES La théorie des ensembles est à elle seule une branche des mathématiques

Plus en détail

ROC (Restitution organisée des connaissances)

ROC (Restitution organisée des connaissances) TS 2015/2016 Les Suites ROC (Restitution organisée des connaissances) ROC N 1:Théorèmes de comparaison Théorèmes de comparaison Soit trois suites, et. L désigne un nombre réel. Si à partir d un certain

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS

ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS 1 Produit scalaire et norme 1.1 Produit scalaire Définition 1.1 Soit E un R-espace vectoriel. On appelle produit scalaire sur E toute forme bilinéaire symétrique définie positive

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme Espaces euclidiens 1 Bases orthonormées Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme d habitude : < x, y >, ou (x, y) ou < x y > On note < x, x >= x 2, x est

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2008

Corrigé : EM Lyon 2008 Exercice 1: I. Étude d une fonction Corrigé : EM Lyon 28 Option économique 1. Les fonctions t t et t ln(t) sont continues sur ];+ [ donc par produit et différence de fonctions continues, f est continue

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

DIMENSION D'UN ESPACE VECTORIEL ADMETTANT UNE FAMILLE GÉNÉRATRICE FINIE RANG D'UNE APPLICATION LINÉAIRE

DIMENSION D'UN ESPACE VECTORIEL ADMETTANT UNE FAMILLE GÉNÉRATRICE FINIE RANG D'UNE APPLICATION LINÉAIRE DIMENSION D'UN ESPACE VECTORIEL ADMETTANT UNE FAMILLE GÉNÉRATRICE FINIE RANG D'UNE APPLICATION LINÉAIRE Notations : Dans tout l'exposé, on considérera, sauf mention contraire, que les familles sont constituées

Plus en détail

Cours de calcul différentiel Licence de mathématiques, 3ème année. Raphaël Danchin

Cours de calcul différentiel Licence de mathématiques, 3ème année. Raphaël Danchin Cours de calcul différentiel Licence de mathématiques, 3ème année Raphaël Danchin 23 novembre 2010 2 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 5 1.1 Quelques notations...................................

Plus en détail

Chapitre 4. Quelques types de raisonnement

Chapitre 4. Quelques types de raisonnement Chapitre 4 Quelques types de raisonnement 1. Aide à la rédaction d un raisonnement 1.1. Analyse du problème La première chose est de distinguer les hypothèses (= propositions vraies) de la question (=proposition

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Cours de Topologie L3-math

Cours de Topologie L3-math Cours de Topologie L3-math Renaud Leplaideur Année 2014-2015 UBO 2 Table des matières 1 Rappels, préliminaires 5 1.1 Rappels sur les ensembles........................... 5 1.1.1 Formalisme ensembliste.........................

Plus en détail

Raisonnement par récurrence

Raisonnement par récurrence CHAPITRE 2 Raisonnement par récurrence On veut démontrer une propriété qu ont tous les entiers naturels n, par exemple : «la somme de tous les entiers de 0 à n est égale à n(n 1)/2». Comme on considère

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Matrices symétriques réelles.

Matrices symétriques réelles. Université de Nice SL2M 2009-10 Algèbre 2 Matrices symétriques réelles. 4. Calcul matriciel 4.1. Application bilinéaire symétrique associée à une matrice symétrique. On considère une matrice symétrique

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie //0 Corrigé. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats Soit f la fonction dérivable, définie sur l intervalle ]0 ; + [ par f (x)=e x + x.. Étude d une fonction

Plus en détail

Séries (Math 3) Notes de Cours du module. Deuxième année Licence Domaine : Sciences et Technologies

Séries (Math 3) Notes de Cours du module. Deuxième année Licence Domaine : Sciences et Technologies UNIVERSITÉ DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENNE () FACULTÉ DES MATHÉMATIQUES DÉPARTEMENT D ANALYSE Notes de Cours du module Séries (Math 3) Par LAADJ Toufik (2) Pour Deuxième année Licence

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques Chapitre 7 Généralités sur les fonctions numériques Étude d une fonction réelle d une variable réelle On munit le plan d un repère orthonormé O; i, j.. Fonction réelle d une variable réelle Définition

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Arnaud de Saint Julien 26 décembre 2004 Table des matières 1 Présentation du problème 2 1.1 Définitions et objectifs..................................

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire. Algèbre linéaire. rédigé par. Anne Moreau

Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire. Algèbre linéaire. rédigé par. Anne Moreau Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire Algèbre linéaire rédigé par Anne Moreau 1 2 Table des matières 1 Espaces Vectoriels 5 11 Structure d espace vectoriel 5 111 Espaces vectoriels

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES Topologie Générale Philippe Charpentier Université Bordeaux I Année universitaire 2000-01 PHILIPPE CHARPENTIER UNIVERSITÉ BORDEAUX I LABORATOIRE DE MATHÉMATIQUES PURES 351,

Plus en détail

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples.

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. 208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. Pierre Lissy May 29, 2010 Dans totue la suite, E désigne un espace vectoriel sur R ou C. 1 Norme. Espace vectoriel normé 1.1

Plus en détail

Séminaire Henri Cartan

Séminaire Henri Cartan Séminaire Henri Cartan H. CARTAN Cohomologie réelle d un espace fibré principal différentiable. I: notions d algèbre différentielle, algèbre de Weil d un groupe de Lie Séminaire Henri Cartan, tome 2 (1949-1950),

Plus en détail

L inégalité des accroissements finis. Applications.

L inégalité des accroissements finis. Applications. DOCUMENT 31 L inégalité des accroissements finis. Applications. 1. Introduction La fonction x ]0, 1[ sin 1 x est bornée mais il n en est pas de même de sa fonction dérivée x 1 x 2 cos 1. Dans ce document

Plus en détail

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences Institut de Mathématique ANALYSE MATHEMATIQUE Introduction aux espaces fonctionnels Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques ou en sciences

Plus en détail

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs.

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. PGCD ET PPCM I. Plus grand commun diviseur Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. 1. Diviseurs communs à

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

DERIVATION. PLAN I : Dérivée

DERIVATION. PLAN I : Dérivée 203 - Gérard Lavau - http://lavau.pagesperso-orange.fr/index.htm Vous avez toute liberté pour télécharger, imprimer, photocopier ce cours et le diffuser gratuitement. Toute diffusion à titre onéreux ou

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Séries numériques. Exercice 1. Etudier la convergence des séries suivantes : Allez à : Correction exercice 1

Séries numériques. Exercice 1. Etudier la convergence des séries suivantes : Allez à : Correction exercice 1 Séries numériques Exercice 1. Etudier la convergence des séries suivantes : 1. 2. Allez à : Correction exercice 1 Exercice 2. Etudier la convergence des séries suivantes : Allez à : Correction exercice

Plus en détail

Corrigé du Devoir Surveillé n 2

Corrigé du Devoir Surveillé n 2 Corrigé du Devoir Surveillé n Exercice : Autour de la fonction Arc cosinus Représentons la fonction définie par f(x) = Arccos (cosx) + Arccos (cos x). f est définie sur R, f est paire, f est π périodique

Plus en détail

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés L3 Maths, 1 er semestre 20112012 Espaces métriques Plan du cours On suppose connues les propriétés élémentaires des nombres réels et des espaces vectoriels et, uniquement pour les exemples, quelques propriétés

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

2 Fonctions hyperboliques et hyperboliques inverses

2 Fonctions hyperboliques et hyperboliques inverses Bibliothèque d eercices Énoncés L Feuille n 4 Fonctions circulaires et hyperboliques inverses Fonctions circulaires inverses Eercice Une statue de hauteur s est placée sur un piédestal de hauteur p. À

Plus en détail

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE COURS COMMUN L MI & MIAGE 5 janvier 03 Table des matières Propriétés du corps des nombres réels 3. A propos du corps des réels R.......................... 3.. Notion de corps..............................

Plus en détail

EXERCICES MATHEMATIQUE. UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences F.BASTIN J.-P. SCHNEIDERS. Septembre 1992 EDITION PROVISOIRE

EXERCICES MATHEMATIQUE. UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences F.BASTIN J.-P. SCHNEIDERS. Septembre 1992 EDITION PROVISOIRE UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences EXERCICES d ANALYSE MATHEMATIQUE Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques et en sciences physiques F.BASTIN J.-P. SCHNEIDERS Septembre

Plus en détail

Espaces vectoriels normés MP

Espaces vectoriels normés MP Espaces vectoriels normés MP 27 décembre 2012 Faites des dessins Table des matières 1 Espaces vectoriels normés 3 1.1 Normes, espaces normés................................. 3 1.2 Normes dans les espaces

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés

Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : conjecture de la limite d une suite définie par une formule explicite

Plus en détail

Exercices d Analyse Fonctionnelle

Exercices d Analyse Fonctionnelle Université Paul Verlaine - Metz M1-1 (Analyse fonctionnelle) Master de mathématiques 1er semestre 2007-2008 Exercices d Analyse Fonctionnelle 1. Topologie générale Exercice 1.1. Montrer que les égalités

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail