Mesure de la cinétique d extraction réductrice liquide-liquide de lanthanides d un sel fondu vers un alliage métallique brassé électromagnétiquement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesure de la cinétique d extraction réductrice liquide-liquide de lanthanides d un sel fondu vers un alliage métallique brassé électromagnétiquement"

Transcription

1 21 ème Congrès Franças de Mécanque Bordeaux, 26 au 3 aoû 213 Mesure de la cnéque d exracon réducrce lqude-lqude de lanhandes d un sel fondu vers un allage méallque brassé élecromagnéquemen C. COURTESSOLE a, J. ETAY a a. CNRS-SIMaP-EPM, 134 rue de la pscne, 3842 SAINT-MARTIN D HÈRES Résumé : Dans ce raval, un dsposf élecromagnéque es ulsé pour éuder les ransfers de masse aux nerfaces lqude-lqude dans un procédé pyroméallurgque. Le ransfer de pluseurs lanhandes (cérum, néodyme e samarum) es réalsé. Un conaceur lqude-lqude es ulsé pour fondre séparémen un sel fluoré e un allage méallque. Le méal coule ensue sous le sel fondu e des échanllons son prélevés à des nsans choss par l expérmenaeur e analysés afn de déermner le rendemen de l exracon ans que sa cnéque. Absrac : In he presen work, we use a specfc elecromagnec devce o sudy mass ransfers hrough lqud-lqud nerface n a pyromeallurgcal process. Transfer of varous lanhandes (cerum, neodymum and samarum) s acheved. A lqud-lqud conacor s used o mel separaely a fluornaed sal and a meallc alloy. Then, he meal s poured under he molen sal and samples are aken and analyzed o deermned he exracon effcency and s knec. Mos clefs : pyroméallurge, expérence de ransfer de masse, brassage élecromagnéque. 1 Inroducon Le MSFR (Molen Sal Fas Reacor) es un des sx conceps de réaceur nucléare de 4 ème généraon séleconné par le forum nernaonal de généraon IV [1]. Ce concep présene pluseurs parcularés : son combusble es un sel fluoré fondu servan égalemen de caloporeur e ce réaceur do nécessaremen êre assocé à une uné de reraemen en lgne pour assurer la crcé neuronque du cœur. Cee uné de reraemen do noammen permere d exrare les composés gazeux mas égalemen de séparer les aures produs de fsson, en parculer les lanhandes qu son des déches ulmes, des acndes produs en cœur e devan y êre rénjecés pour y êre ncnérés. La séparaon acndes/lanhandes peu êre réalsée par des procédés hydroméallurgques de ype PUREX ou pyroméallurgques qu meen en œuvre des méaux lqudes e des sels fondus à haue empéraure. Par alleurs, ce ype de procédé présene les avanages suvans : ) Les solvans employés son nsensbles à la radolyse ; ls permeen donc de raer des charges foremen rradanes. ) L absence d hydrogène, modéraeur de neuron, offre des conranes de crcé plus favorables qu en mleux aqueux. ) Leur mse en œuvre es plus compace e nécesse des volumes de solvans nféreurs à ce que l on peu renconrer en hydroméallurge. Parm les dfférens procédés pyroméallurgques, l exracon réducrce lqude-lqude es aujourd hu une des voes les plus promeeuses pour réalser ce ype d opéraon. Cee echnque, déjà employée en méallurge exracve lors du raemen des poches d acer par exemple, perme de ransférer des élémens enre deux phases mmscbles (généralemen un méal lqude e un sel ou un oxyde fondu) au moyen d une 1

2 21 ème Congrès Franças de Mécanque Bordeaux, 26 au 3 aoû 213 réacon d oxydo-réducon se déroulan à l nerface enre les deux phases mmscbles. La cnéque de ransfer es généralemen lmée par le ransfer de masse des dfférenes espèces réacves au vosnage de l nerface e donc de l agaon des phases e de l nerface elle-même ; la cnéque chmque des réacons d oxydo-réducon éan le plus souven rès rapde à ces empéraures de raval. Afn d amélorer les ransfers de masse, l ulsaon de forces élecromagnéques permean de brasser sans conac maérel le cœur des bans ans que l nerface a éé éudée. Les cnéques d exracon de ros lanhandes (cérum, néodyme, samarum) on éé éables expérmenalemen. Une éude préalable condu à ravaller sur le couple fluorure de lhum/anmone e à ulser le lhum comme agen réduceur. Après avor rappelé le prncpe de l exracon réducrce e décr le modèle ulsé pour nerpréer les données expérmenales, l nsallaon expérmenale mse en œuvre pour éuder ces ransfers es présenée. Les résulas obenus son ensue dscués. 2 Exracon réducrce lqude-lqude À la dfférence de l exracon lqude-lqude par smple parage (nervenan noammen dans des procédés hydroméallurgques), l exracon réducrce lqude-lqude repose sur une réacon d oxydo-réducon se déroulan à l nerface enre deux solvans mmscbles; l n y a donc pas ransfer d un seul composé mas de deux (fgure 1). Dans nore cas, le fluorure de lhum s es mposé comme solvan saln pusqu l enrera à haueur de 75 mol. % dans la composon du sel du MSFR alors que l anmone a éé reenu comme solvan méallque au vue de ses propréés physques (pon de fuson adapé à celu du sel, volalé fable e densé dfférene du fluorure de lhum permean la séparaon des deux phases par smple décanaon) e hermodynamques (chmquemen nere vs-à-vs du fluorure de lhum e favorable à la séparaon acndes/lanhandes). sel LF LnF 3 L Ln méal FIG. 1 Schéma de prncpe de l exracon réducrce lqude-lqude. Pour permere la réacon d oxydo-réducon, du lhum (L) es en soluon dans l anmone. Il perme de rédure les lanhandes (Ln) nalemen présens sous leur forme oxydée (fluorure de lanhandes : LnF3) dans le sel. Les espèces rédues n éan solubles que dans le méal lqude alors que les espèces oxydées son unquemen solubles dans le sel fondu, l en résule le ransfer de masse du lanhande du sel vers le méal e du lhum du méal vers le sel d après la réacon suvane se déroulan à l nerface enre les deux fludes : LnF 3 (s) + 3L (m) Ln (m) + 3LF (s) (1) L exracon éan rendue possble par une réacon héérogène à l nerface enre deux fludes, sa cnéque peu êre conrôlée par : ) la vesse de la réacon chmque se déroulan à l nerface ; ) le ranspor conveco-dffusf des réacfs de par e d aure de l nerface ; Cependan, dans ce ype de procédé, la réacon chmque es raremen l éape cnéquemen lmane ; la cnéque du ransfer de masse es donc, le plus souven, dépendane du brassage des phases e de l nerface elle-même. 3 Modèle cnéque Dfférens modèles permeen de décrre le ransfer de masse des espèces réacves au vosnage de l nerface. Ic, les coeffcens de ransfer de masse son dédus d un modèle rès smple permean de 2

3 21 ème Congrès Franças de Mécanque Bordeaux, 26 au 3 aoû 213 décrre les ransfers de masse aux nerfaces e développé par Lews e Whman [2]. Ce modèle suppose que la réssance aux ransfers es unquemen localsée dans deux flms mnces saonnares sués de par e d aure de l nerface (fgure 2). Au sen de ces sous-couches, le ranspor es unquemen conrôlé par la dffuson moléculare alors qu à l exéreur, les phases son consdérées comme éan suffsammen agées pour êre chmquemen homogènes. FIG. 2 Schéma de prncpe de l exracon réducrce lqude-lqude. Les densés de flux de masse d une espèce dans les phases salne e méallque son données par la lo de Fck e s écrven respecvemen : c j s = D s s z k $ s % c s c j m = D m m z k $ m % c m ( ) c s ( ) & ' (2) ( ) c m ( ) & ' (3) où D s e D m son respecvemen les coeffcens de dffuson de l espèce consdérée dans le sel e dans le méal (en m 2.s -1 ), c s e c m les concenraons molares au cœur des bans dans le sel ou le méal (en mol.m -3 ), e c m les concenraons à l nerface coé méal e sel, e e k m son les coeffcens de ransfer de masse c s de l espèce consdérée dans le sel e le méal (en m.s -1 ) ; = D s δ s e k m = D m δ m où δ s e δ m son les épasseurs des sous-couches à l nerface coé sel e méal (fgure 2). En consdéran que la réacon chmque n es pas l éape cnéquemen lmane, les concenraons à l nerface son, à chaque nsan, égales aux concenraons à l équlbre noées c s eq e c m eq ce qu perme d écrre où P es le coeffcen de parage. P = c eq m c = c m ( ) eq s c s ( ) Dès que le régme éabl es aen, (quelques secondes après la mse en conac des deux phases), j m = j s = j. Cec condu à c s ( ) = + k m P c s ( ) + k m (4) + k m P c m ( ) (5) En rénrodusan cee expresson dans l équaon 2, e en défnssan le coeffcen de ransfer global k comme la densé de flux de masse s écr fnalemen j 1 k = k m P " # $ ( ) = k 1 P c m ( ) c s ( ) (6) % & ' (7) 3

4 21ème Congrès Franças de Mécanque Bordeaux, 26 au 3 aoû 213 Suvan les valeurs de km, ks e P, ros régmes de ransfer de masse possbles peuven êre denfés : ) ks << km P, k ks ; la cnéque d exracon es conrôlée par la dffuson dans la sous-couche salne. ) ks >> km P, k km P ; la cnéque d exracon es conrôlée par la dffuson dans la sous-couche méallque. ) ks km P ; la cnéque es conrôlée par la dffuson dans les deux sous-couches. Duran l expérence, des prélèvemens son réalsés dans chacune des phases à dfférens nsans. Il es ans possble de dédure la consane de ransfer de masse dans le méal des lanhandes par exemple pusque cm ( ) = j ( ) A km A # % = $cm ( ) cm ( )& Vm Vm (8) où Vm es le volume de méal e A es l are nerfacale. En admean que cm ( ) = cmeq e éan donné que la concenraon en lanhande dans le méal es nulle à l nsan =, la soluon de l équaon 9 es " c ( ) % ln $1 m eq ' = cm & τm # où τ m = Vm km A (9) es la consane du emps caracérsque du ransfer de masse dans le méal. Ans, en suvan la concenraon en lanhande dans le méal lqude au cours du emps, l es possble de déermner la consane de ransfer de masse km en denfan la concenraon fnale cmf à la concenraon d équlbre cmeq. Ce modèle perme égalemen de comparer les résulas expérmenaux enre eux. 4 Insallaon expérmenale FIG. 3 Schéma e phoographe de l nsallaon expérmenale. L nsallaon expérmenale a éé mse en œuvre e décre par Perrer e al. [3] e a éé amendée depus. Un schéma e une phoographe de son éa acuel son représenés sur la fgure 3. Cee nsallaon es consuée d une encene boe-à-gans permean de ravaller sous amosphère nere e dans laquelle des passages son aménagés de façon à permere l almenaon élecrque de l nduceur, la vsualsaon e l échanllonnage du méal e du sel au cours des essas. Le conaceur lqude-lqude es composé de deux creuses concenrques en graphe placés dans un creuse frod desné à manenr une empéraure rasonnable dans l encene duran oue la durée de l expérence (fgure 4). Ce creuse perme égalemen de sécurser l nsallaon dans l évenualé où l un des deux creuses en graphe vendra à se brser au cours 4

5 21 ème Congrès Franças de Mécanque Bordeaux, 26 au 3 aoû 213 d un essa. Ce conaceur perme de fondre séparémen envron 16 g (25 cm 3 ) d anmone-lhum à 1 mol. % élaboré précédemmen dans cee même encene e 2 g (125 cm 3 ) de fluorure de lhum au moyen d un nduceur de sx spres enouran le creuse frod. Une fos les deux solvans fondus, le creuse néreur conenan l allage méallque es levé (fgure 5) s ben que le méal lqude peu s écouler sous le sel (placé dans le creuse exéreur) par un rou de 6 mm de damère percé au fond du creuse. Cee procédure perme d éver l oxydaon de l nerface sel-méal qu pourra nervenr e fausser ans les résulas. Le sysème de prélèvemens d échanllons es ensue descendu au-dessus du ban. Il consse en un carrousel sur lequel son monés dx ubes en quarz dans lesquels le méal lqude peu êre aspré ans que dx masses hermques en acer noxydable qu son plongées smulanémen dans le ban e sur lesquelles le sel ven se fger. L expérmenaeur ploe ce sysème de prélèvemen depus l exéreur de l encene, l peu chosr les nsans auxquels son réalsés les prélèvemens ; les premers échanllons éan prs au meux dans la mnue suvan la mse en conac des deux solvans. Les échanllons ans que les lngos fnaux de méal e de sel son analysés a poseror par ICP-AES. Au cours des expérences, la empéraure es mesurée à l ade d un hermocouple chromel-alumel e l nensé ans que la fréquence du couran crculan dans l nduceur son mesurées à l ade d une sonde Rogowsk relée à une cenrale d acquson. FIG. 4 Schéma du conaceur lors de la fuson séparée du méal e du sel. FIG. 5 Schéma du conaceur après mse en conac des deux solvans. 5 Résulas Les expérences on éé menées dans les mêmes condons pour l exracon des ros lanhandes. L nensé effcace du couran es de l ordre de 44 A e la fréquence es de 13,5 khz. Ces condons nous permeen de réalser l exracon à une empéraure proche de 95 C. Les concenraons nales en fluorure de lanhandes dans le sel son oues de 2 mol. % ce qu correspond à un peu plus de 3 g de fluorure de lanhande. Dans ces condons, les calculs hermodynamques réalsés sans prendre en compe l acvé des fluorures de lanhandes dans le sel faue de données accessbles dans la léraure, nous permeen de déermner le faceur d exracon, ou rendemen de l exracon, F défn pour chaque lanhande comme eq où n Ln, m F = n eq Ln, m (1) n Ln, s es la quané de lanhande dans le méal à l équlbre (en mol) e n Ln, s es la quané de lanhande nalemen présens dans le sel. Ces calculs nous ndquen que des ros lanhandes, le samarum es l espèce la plus faclemen exracble (F Sm = 98 %) suv du néodyme (F Nd = 93 %) e du cérum (F Ce = 7 %). L évoluon des fracons massques du cérum e du lhum dans le méal es représenée sur la fgure 5. La fracon massque en cérum croî rapdemen avan de se sablser après une vngane de mnues ; la cnéque d exracon es donc rès rapde. Les courbes de régresson des données expérmenales son représenées en ponllés e son obenues unquemen à parr des données relaves au cérum. La courbe correspondan au lhum es dédue de la composon nale de l allage méallque e des 5

6 21 ème Congrès Franças de Mécanque Bordeaux, 26 au 3 aoû 213 données du cérum pusque la réacon chmque décre par l équaon 1 nous ndque que le ransfer d une mole de cérum du sel vers le méal s accompagne du ransfer de 3 moles de lhum du méal vers le sel. La cnéque d exracon semble êre du premer ordre comme l on pouva s aendre d après le modèle de la double couche employé (secon 3). Cec es confrmé par la fgure 6 qu perme de dédure la consane de emps caracérsque τ m d exracon dans la phase méallque. 1 Fracon massque w [mg g ] Ce L Temps [mn] FIG. 5 Évoluon de la fracon massque de cérum dans le méal. ln (1 w Ce/w eq ) Ce Temps [mn] FIG. 6 Évoluon de la fracon massque de cérum dans le méal. On peu remarquer que les cnq premers pons prs duran les dx premères mnues après le débu de l exracon son rès ben algnés ce qu radu l excellene qualé des prélèvemens e le son apporé pour éver les phénomènes d oxydaon parase. Ces résulas condusen à un emps caracérsque τ Ce, m = 2.64 mn. so k Ce, m = 2, m.s -1. Le faceur d exracon expérmenal mesuré es assez proche de celu donné par le calcul hermodynamque pusque F Ce exp = 75 %. Les résulas des expérences menées avec le néodyme e le samarum son assez proches de ceux obenus sur le cérum du pon de vue des cnéques d exracon pusque l on oben τ Nd, m = 1.9 mn e τ Sm, m = 2.12 mn ce qu condu à des coeffcens de ransfer de masse dans le méal suvans : k Nd, m = 3, m.s -1 e k Nd, m = 3,4.1-4 m.s -1. En revanche, les faceurs d exracon son assez élognés de ceux aendus pusque F Nd = 56 % e F Sm = 47 %. Ce écar proven de la non-déalé des soluons salnes, e perme d esmer l ordre de grandeur du coeffcen d acvé de NdF 3 e SmF 3 dans LF. 6 Concluson L exracon de ros lanhandes (cérum, néodyme e samarum) d un sel fondu sur une nappe d anmone lqude a éé éudée expérmenalemen. Afn d opmser les ransfers de masse, un dsposf expérmenal permean d ager sans conac maérel les deux phases a éé ulsé. Il apparaî que les cnéques d exracon des ros espèces éudées son oues rès rapdes. Remercemens Ce raval a éé réalsé dans le cadre du programme nerdscplnare PACEN e noammen du GNR GEDEPEON (Geson des Déches e Producon d Énerge par des Opons Nouvelles) e du PCR ANSF (Applcaon Nucléare des Sels Fondus). Références [1] GEN IV: Inroducon o Generaon IV Nuclear Energy Sysems and he Inernaonal Forum, 28. hp:// [2] Lews W.K.n Whman W.G., Prncples of absorpon, Ind. Eng. Chem., 16, , [3] Perrer D., Faurelle Y., Eay J., Lemor F. and Boen R., Mass ransfer conrol beween a molen sal and a lqud meal usng a wo frequency magnec feld, Proceedngs of he 5 h Inernaonal PAMIR Conference, Ramauelle, France, II-29, 22. 6

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER GRENOBLE 1 N THÈSE pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER en MÉCANIQUE ÉNERGÉTIQUE présenée e souenue publquemen par Maha AHMAD Le 23 Novembre 2004 NOUVEAUX

Plus en détail

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

Etude et Conception Assistée par Ordinateur d un Système de Réfrigération par Voie Solaire

Etude et Conception Assistée par Ordinateur d un Système de Réfrigération par Voie Solaire Rev. Energ. Ren. : Journées de hermue (200) 25-30 Eude e Concepon sssée pr Ordneur d un Sysème de Réfrgéron pr Voe Solre M. Belrb, F. Benyrou e B. Benyoucef Lborore des Méru e Energes Renouvelbles, Fculé

Plus en détail

Cahier technique n 154

Cahier technique n 154 Collecon Technque... Caher echnque n 154 Technques de coupure des dsjonceurs BT R. Morel Les Cahers Technques consuen une collecon d une cenane de res édés à l nenon des ngéneurs e echncens qu recherchen

Plus en détail

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques Modélsaon, Smulaon e Commande des sysèmes élecrques runo FRANCOIS runo.francos@ec-llle.fr Plan Cours: Généralé sur les sysèmes physques Cours: Le Graphe Informaonnel de Causalé Cours: Modélsaon de la machne

Plus en détail

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE PLAN D EVALUATION MAURDOR ECONDE CAMPAGNE 1 INTRODUCTION Coordonnée par le Laboraore Naonal de mérologe e d Essas (LNE) e CAIDIAN, fnancée par la DGA, la présene campagne d évaluaon propose un cadre commun

Plus en détail

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon

Plus en détail

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE Revue économque de l OCDE, n 37, 2003/2 LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE par Paul Schreyer TABLE DES MATIÈRES Inroducon... 186 Servces du

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

Circuits linéaires en régime transitoire

Circuits linéaires en régime transitoire MPSI - Élecrocnée I - rcs lnéares en régme ransore page 1/8 rcs lnéares en régme ransore 1 ondons nales e conné On va éder ce se passe enre enre dex régmes conns = régme ransore. es granders élecres ne

Plus en détail

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel Inégraon réelle e éérogénéés macroéconomques en unon monéare : une évaluaon en équlbre général neremporel Aurélen Eyquem Jean-Crsope Pouneau 2 CREM - UMR CNRS 62 - Unversé de Rennes Mars 2007 Unversé de

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite N d ordre : 00-0 Année 0 THÈSE présenée devan l UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD - LYON ISFA pour l obenon du DIPLÔME DE DOCTORAT Spécalé scences acuarelle e fnancère présenée e souenue publquemen le 00/00/0

Plus en détail

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes Reconnassance du Gese Human par Vson Arfcelle: Applcaon à la Langue des Sgnes Présené par: Arnaud Deslandes Arnaud.Deslandes@n-evry.fr Rappor de sage dans le cadre du : Inellgence Arfcelle Reconnassance

Plus en détail

Real and nominal convergence amongst MENA countries

Real and nominal convergence amongst MENA countries MRA Munch ersonal ReEc Archve Real and nomnal convergence amongs MENA counres REY, Serge CATT, Unversy of au e ays de l Adour Sepember 2005 Onlne a hp://mpra.ub.un-muenchen.de/30206/ MRA aper No. 30206,

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL Le monopole naurel CM décroî avec l échelle de producon = Cm rès fable / CF L Éa do réglemener Soluon 1 : arfcaon au coû margnal Effcace au sens de Pareo mas peres

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public Règlemen d exploaon du Sade de glace Panage publc 1. Bu Le Sade de glace de Benne es un leu de renconre régonal. Son bu es de répondre aux besons du spor (spor de compéon e de losr), du délassemen acf

Plus en détail

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986 EVALUATIN DE LA PLUVIMETRIE PAR CUMUL DES IMAGES INTRARUGE THERMIQUE METESAT (SENEGAL), 1986 IMBERNN J.' ASSAD E.* GUILLT B.** DAGRNE D.** Inroducon Des recherches on éé menées ces dernères années sur

Plus en détail

Pour obtenir le grade de. Spécialité : Micro & Nano Electronique. Arrêté ministériel : 7 août 2006. «Guy / WALTISPERGER»

Pour obtenir le grade de. Spécialité : Micro & Nano Electronique. Arrêté ministériel : 7 août 2006. «Guy / WALTISPERGER» THÈSE Pour obenr le grade de DOCTEU DE UNIVESITÉ DE GENOBE Spécalé : Mcro & Nano Elecronque Arrêé mnsérel : 7 aoû 2006 Présenée par «Guy / WATISPEGE» Thèse drgée par «Skandar / BASOU» préparée au sen du

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION -

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Les Cahers du CREAD n 9 /00 5 PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Mosefa BELMOKADDEM * Omar BENATEK ** RESUME Le bu de ce raval es un essa d analyse du

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

e s ABONNEZ-VOUS! #famillest 2015-2016

e s ABONNEZ-VOUS! #famillest 2015-2016 e d a : f C n d e n g ABONNEZVOUS! 20152016 #famllest La aon 20142015 a éé rche en rebondemen, en upen e en émoon Nou ouhaon vou remercer d avor oujour éé à no côé e de nou avor poué juqu en demfnale.ce

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie:

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie: Réublque Algérenne Déocraque e Poulare Mnsère de l Ensegneen suéreur e de a Recherche Scenfque Unversé : Hassba BENBOUAI de CHEF Faculé : Scences Déareen : Physque Doane : ST-SM Polycoe: Vbraons e Ondes

Plus en détail

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique Caher de recherche/workng Paper 09-37 Polque éducave e marché du raval en Afrque du Sud. Une analyse en équlbre général calculable dynamque Hélène Masonnave Bernard Decaluwé Aoû/Augus 2009 Masonnave: Pos

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou LCTICIT Analys ds sgnaux ds crcus élcrqus Mchl Pou Chapr 13 égms ransors ds crcus C L don 14/3/214 Tabl ds maèrs 1 POUQUOI T COMMNT?...1 2 GIMS TANSITOIS DS CICUITS C T L....2 2.1 xponnll décrossan....2

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE N d ordre : ULCO 008.35 Annee 008 THÈSE Présenée par Bassem JIDA Pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Spécalé : Géne Informaque, Auomaque e Traemen du Sgnal e des Images

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788 Evaluaon des performances d un sysème de localsaon de véhcules de ranspors gudés fondé sur l assocaon d une echnque rado ULB e d une echnque de reournemen emporel. Bouna FALL To ce hs verson: Bouna FALL.

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE LYCEE KHAZNADAR DEVOIR DE SYNTHESE N 1 Proposé par : MLAOUHI S & ABAAB T Disciplines echniques SECTION TECHNIQUE Consiuion du suje : un dossier echnique : pages 1/4 2/4 3/4 e 4/4 Des feuilles réponses

Plus en détail

Thermographie infrarouge et conduction inverse : estimation d une source surfacique de chauffage par induction.

Thermographie infrarouge et conduction inverse : estimation d une source surfacique de chauffage par induction. hemogaphe faouge e coduco vese : esmao d ue souce sufacue de chauffage pa duco Aboubaca OUAAA, Des MAILLE, Mchel GADECK, Mchel LEBOUCHE Objecf : - fluece composo flude flude dus # eau du éseau efodsseme

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP 1 ère S «Thème 3 / L énerge et ses transferts» Lvret 1 / Les TP Sommare Page 3 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : TP/ Chaleur latente de fuson de la glace TP/ Détermnaton d une énerge de combuston

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL?

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL? OBJECTFS Chapre - - RÉGME SNSOÏDAL GÉNÉRALTÉS - Monrer l'mporance d régme snsoïdal en élecronqe e dans d'ares domanes. - Défnr les granders relaves à n sgnal snsoïdal. - Savor représener ne grander snsoïdale

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1.

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1. MESURE DE VISCOSITÉ I - QUELQUES ÉLÉMENTS DE RHÉOLOGIE La mesure de la viscosié d'un fluide fai parie de la rhéologie, qui es la science des écoulemens de la maière. Dans la suie, on noera : -la viscosié

Plus en détail

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique THESE En vue de l obenon du DOCTORAT DE L'UNIVERSITE DE TOULOUSE III Délvré par l unversé Toulouse III - Paul Sabaer Dscplne : Mahémaques Applquées Opon : Sasque Présenée e souenue par : Carolne PACCARD

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Capteurs CCD (Charge Coupled Device)

Capteurs CCD (Charge Coupled Device) Capeurs CCD (Charge Coupled Device) 1 NOTION SUR LES CONDUCTEURS, SEMI-CONDUCTEURS ET ONDES LUMINEUSES... 2 1.1 STRUCTURE DE LA MATIERE... 2 1.2 LES ISOLANTS... 2 1.3 LES CONDUCTEURS... 2 1.4 LES SEMI-CONDUCTEURS...

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Nature de l information

Nature de l information Naure de l informaion PAGE : Siuaion : Parfois l informaion fournie par un capeur Tou Ou Rien (TOR) n es pas suffisane pour piloer l équipemen. Dans ce cas nous devons avoir recours à des capeurs e déeceurs

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP "marche-arrêt" (2 sens de marche)

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP marche-arrêt (2 sens de marche) BS Mainenance Indusrielle Elecroechnique Eude d un mone charge Moeur asynchrone deux sens de roaion e 2 viesses enroulemens séparés Rappels emporisaions Présenaion es manuenions dans un grand magasin son

Plus en détail

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur CPGE / Sciences Indusrielles pour l Ingénieur CI9 Capeurs LES CAPTEURS Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

La Table de concertation sur la récupération des CRU non consignés Rapport final

La Table de concertation sur la récupération des CRU non consignés Rapport final - - La Tabe de conceraon sur a récupéraon des CRU non consgnés Rappor fna - - La Tabe de conceraon sur a récupéraon des CRU non consgnés Rappor fna SOMMAIRE Orgne e fonconnemen de a Tabe de conceraon des

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique 4 Snhèse mxe H /H par reor d éa saqe SLH SLH, ENS RZELER Laboraore d nalse e commandes des ssèmes, LS-EN amps nversare, P 37 Le belvédère ns - nse Laboraore d nalse e rchecre des Ssèmes, LS-NRS 7 vene

Plus en détail

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie Valeur économque de dees subordonnées our des socéés non-ve - Franços Bonnn (Hram Fnance) - Frédérc Planche (Unversé Lyon, Laboraore SAF) - Monassar Tammar (Prm Ac) - Amédée de Clermon-Tonnerre (Cohen

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003 DEA d physqu subatomqu Corrgé d l xamn d analys statstqu ds donnés t d modélsaton ssson d févrr - anné 22-23 Jérôm Baudot sur 45 ponts I- Errur sur la msur d un asymétr avant-arrèr ponts I-a La formul

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

Présentation de la plateforme

Présentation de la plateforme e o N n o a n n e o s é r a s P l u d e c Présenaon de la plaeforme Mad Doc es un espace vruel de consulaon e de mse à dsposon de suppors e nformaons produs / servces ITGA. L objecf es de connuer à s nscrre

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

Étalonnage des fuites d hélium : méthodes de référence et dissémination de 10 10 Pa m 3 s 1 à 10 2 1

Étalonnage des fuites d hélium : méthodes de référence et dissémination de 10 10 Pa m 3 s 1 à 10 2 1 P. OTAL Éalonnage des fuies d hélium : méhodes de référence e disséminaion de 0 0 à 0 2 Helium leak calibraion: reference mehods and disseminaion in he range 0 0 o 0 2 Pierre OTAL, Jean-Claude LEGRAS e

Plus en détail

Module Complémentaire. Systèmes multitâches, systèmes temps réel MC II2

Module Complémentaire. Systèmes multitâches, systèmes temps réel MC II2 Insiu Universiaire de Technologie de Nanes - Déparemen G.E.I.I. Module Complémenaire Sysèmes muliâches, sysèmes emps réel MC II2 Yvon TRINQUET Y. Trinque Module Complémenaire «Inroducion aux Sysèmes Temps

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Modèle dynamique de transport basé sur les activités

Modèle dynamique de transport basé sur les activités Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés Ta-Yu Ma To ce hs verson: Ta-Yu Ma. Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés. Humanes an Socal Scences. Ecole es Pons ParsTech, 27. French. HAL

Plus en détail