Cas n COMP/M WENDEL / BUREAU VERITAS. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas n COMP/M.3569 - WENDEL / BUREAU VERITAS. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS"

Transcription

1 FR Cas n COMP/M WENDEL / BUREAU VERITAS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 28/10/2004 Disponible aussi dans la base de données CELEX, numéro de document 32004M3569 Office des publications officielles des Communautés européennes L-2985 Luxembourg

2 COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES Bruxelles, le 28/10/2004 SG-Greffe(2004) D/ Dans la version publique de cette décision, des informations ont été supprimées conformément à l'article 17 (2) du règlement du Conseil (CE) n 139/2004 concernant la non-divulgation des secrets d'affaires et autres informations confidentielles. Les omissions sont donc indiquées par [...]. Quand cela était possible, les informations omises ont été remplacées par des fourchettes de chiffres ou une description générale. VERSION PUBLIQUE PROCEDURE CONCENTRATIONS DECISION ARTICLE 6(1)(b) A la partie notifiante Messieurs, Mesdames, Objet : Affaire n COMP/M WENDEL/BUREAU VERITAS Votre notification du 23 septembre 2004 conformément à l article 4 du règlement du Conseil n 139/ Le 23/09/2004, la Commission a reçu une notification, conformément à l article 4 du règlement (CE) n 139/2004 du Conseil, par lequel l entreprise Wendel Investissement («Wendel», France) acquiert, au sens de l article 3 paragraphe 1 point b du règlement du Conseil (ci-après «le Règlement Concentration»), le contrôle de l ensemble de l entreprise Bureau Veritas S.A. («Bureau Veritas», France), auparavant contrôlée conjointement par Wendel et Poincaré Investissements. I. LES PARTIES ET L OPERATION 2. Wendel est un holding français, dont les actions sont inscrites au Premier Marché de la Bourse de Paris. Wendel possède des participations de contrôle dans plusieurs sociétés, notamment Legrand, société active dans la production et la vente d installations électriques de basse tension. Wendel contrôle également Wheelabrator Allevard (abrasifs industriels), Oranje-Nassau (exploration pétrolière et biens immobiliers), Stallergènes (santé) et Editis (édition de livres). Enfin, Wendel détient déjà 34% de la société cible de la présente affaire, Bureau Veritas. 3. Bureau Veritas est une société française, fournisseur de services d'inspection, de contrôle et de certification au niveau mondial. Bureau Veritas est actuellement contrôlé par Wendel et Poincaré Investissements. 1 JO L 24 du , p.1. Commission européenne, B-1049 Bruxelles - Belgique. Téléphone: (32-2)

3 4. Depuis 1997, Wendel détenait une participation dans le capital de Bureau Veritas qui lui conférait un contrôle conjoint. A l issue de l opération, Wendel détiendra indirectement [...]% des actions de Bureau Veritas et pourra exercer le contrôle unique de la société. La concentration mène ainsi à un changement de contrôle commun à contrôle unique. II. LA CONCENTRATION 5. L'opération notifiée constitue une concentration par laquelle l entreprise Wendel acquiert, au sens de l'article 3, paragraphe 1, point b) du Règlement Concentration, le contrôle de l ensemble de l'entreprise Bureau Veritas par achat d'actions. III. DIMENSION COMMUNAUTAIRE 6. Les entreprises concernées réalisent un chiffre d affaires total sur le plan mondial de plus de 2,5 milliards d euros 2 (Wendel: m ; Bureau Veritas: m ). En Espagne, en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, le chiffre d affaires total réalisé par Wendel et Bureau Veritas est supérieur à 100 m, et chacune des parties réalise dans chacun de ces quatre États membres un chiffre d affaires d au moins 25 m. De plus, les deux entités réalisent chacune un chiffre d affaires d au moins 100 m dans la Communauté (Wendel : [...] m ; Bureau Veritas : [...] m ). Aux termes de l article 1 paragraphe 3 du Règlement Concentration, l opération a donc une dimension communautaire. IV. ANALYSE CONCURRENTIELLE A. Marchés en cause 7. Selon la partie notifiante, les marchés concernés par l opération sont ceux sur lesquels Bureau Veritas est actif: a) marché mondial de la classification des navires, b) marchés nationaux de l émission de certificats de navigabilité des aéronefs, c) marché mondial de l inspection pré embarquement des marchandises importées, d) marché mondial de l inspection, de l analyse et des tests des biens de consommation, e) marchés nationaux du contrôle technique des bâtiments et des équipements industriels en service, f) marchés nationaux du contrôle technique des constructions neuves, et g) marché mondial de la certification des systèmes de gestion. 8. En outre, certains marchés du secteur de l électricité basse tension sur lesquels Legrand est actif sont verticalement liés aux marchés précédemment cités. 2 Chiffre d affaires calculé conformément à l article 5(1) du règlement relatif au contrôle des opérations de concentrations et à la communication de la Commission sur le calcul du chiffre d affaire (JO C 66, du , p. 25). 2

4 B. Appréciation 1) Effets horizontaux 9. Il n y a aucun chevauchement entre les activités des entreprises appartenant à Wendel d une part et Bureau Veritas d autre part. Il n y a donc pas de marché affecté horizontalement. 2) Effets verticaux 10. A l issue de l opération, Wendel détiendra d une part le contrôle unique de Bureau Veritas, qui à son tour contrôle LCIE 3 et d autre part le contrôle commun d un des clients du LCIE, à savoir Legrand. De ce fait, il existe un lien vertical entre Wendel, et plus précisément Legrand, et l activité d inspection, d analyse et de contrôle réalisée par Bureau Veritas dont notamment la délivrance de la marque de qualité NF. 11. Ainsi que cela avait été établi par la Commission dans sa décision dans l affaire COMP/M.2283 Schneider/Legrand (cf. paragraphe 689 ou 716), Legrand a des positions fortes ou dominantes en France sur certains marchés des équipements de basse tension en France, notamment sur les marchés des prises et interrupteurs ou des systèmes d éclairage de sécurité. La partie notifiante a confirmé qu il n'y a eu aucun changement significatif de la position de Legrand sur ces marchés depuis l adoption de cette décision. 12. Avant de mettre sur le marché certains appareils électriques, Legrand et ses concurrents peuvent avoir recours aux services du Bureau Veritas et notamment de sa filiale, le LCIE. En particulier, le LCIE bénéficie du droit exclusif d apposer la marque NF 4 («Norme Française»), sur certains appareils électriques qui sont destinés à être vendus sur le marché français. Cette marque n est obligatoire que pour les appareillages électriques autonomes d éclairage de sécurité mais est le plus souvent nécessaire d'un point de vue commercial, certains produits ne pouvant être vendus avec succès sur le marché français sans cette marque. 13. L enquête de la Commission a donc cherché à déterminer si l'acquisition du contrôle unique du Bureau Veritas et en conséquence du LCIE, pouvait entraver de manière significative une concurrence effective, notamment par la création ou le renforcement d une position dominante sur les marchés des appareils électriques sur lesquels Legrand occupe déjà une position forte. Une telle création ou un tel renforcement seraient concevables si LCIE était conduit suite à l opération à discriminer en faveur de Legrand. LCIE pourrait par exemple retarder les essais ou l'octroi de la marque si elle est demandée par les concurrents, ou expérimenter les produits des concurrents d une manière plus stricte. Pour les raisons exposées ci-après, la Commission estime cependant que l opération ne change pas les conditions de concurrence. 3 LCIE (Laboratoire Central des Industries Électriques) est une filiale de Bureau Veritas principalement active dans l'évaluation de conformité et la certification dans le secteur des appareils électriques et électroniques à usage professionnel ou grand public. 4 NF est une marque collective de certification, et non une norme, qui garantit la qualité et la sécurité des produits et services certifiés. 3

5 14. Pour rappel, la Commission a déjà par le passé examiné les effets de l intégration verticale entre Wendel et Bureau Veritas dans le cadre de l affaire COMP/M.2917 Wendel/KKR/Legrand, opération par laquelle Wendel acquérait le contrôle conjoint de Legrand, alors que Wendel détenait déjà le contrôle conjoint de Bureau Veritas. Dans sa décision dans cette affaire, la Commission a conclu que Legrand ne pouvait tirer un avantage concurrentiel du lien avec LCIE. En premier lieu, le LCIE est soumis au contrôle réglementaire des autorités françaises et des organisations responsables de la marque NF (COFRAC 5 et AFNOR 6 ). Deuxièmement, LCIE n'aurait aucun intérêt commercial à abuser de son pouvoir de délivrer la marque NF, puisque seule une petite partie de son chiffre d'affaires était réalisé avec Legrand (environ [0-5]%). Troisièmement, Wendel ne contrôlant que conjointement Bureau Veritas/LCIE, l autre actionnaire de contrôle, Poincaré Investissements, empêcherait tout abus. Enfin, même si LCIE s'engageait dans les pratiques discriminatoires ou d'exclusion, cela n empêcherait pas les concurrents d obtenir la marque NF, puisqu ils pourraient faire effectuer les tests par des laboratoires étrangers qui seraient alors reconnus en France via le mécanisme Cenelec (reconnaissance mutuelle des tests de conformité entre laboratoires). Une possible attitude discriminatoire de la part du LCIE ne pourrait donc avoir pour effet que retarder l acquisition de la marque «NF» de la part des concurrents de Legrand pour une période limitée. Cependant même un retard limité n aurait pas d impact significatif sur les marchés concernés qui sont mûrs et ne sont pas saisonniers. Les entreprises qui y sont actives bénéficient déjà de la renommée de leur propre marque tandis que les entrants potentiels ne peuvent en tout état de cause qu y rentrer en établissant progressivement des positions. 15. La partie notifiante estime que, même si la troisième raison mentionnée dans le paragraphe précédent n est plus valable après la présente concentration, la conclusion reste correcte. En effet, la partie notifiante souligne l importance des contrôles internes et externes auxquels le LCIE est soumis. Ainsi le LCIE est soumis à des audits réguliers qui ont pour objet de vérifier sa compétence, son impartialité et sa fiabilité et qui sont menés par des organismes indépendants de Bureau Veritas, le COFRAC et l AFNOR. Si les résultats des audits étaient négatifs, le LCIE pourrait se voir retirer son accréditation en tant qu organisme d inspection et de certification et son agrément pour la délivrance de la marque NF. 16. Deuxièmement, le LCIE, et indirectement d'autres sociétés d'inspection de Bureau Veritas, souffriraient d un sérieux problème d'image et de réputation si un comportement discriminatoire était rendu public. De plus, les clients du LCIE qui sont également des concurrents de Legrand pourraient faire réaliser les essais par un autre laboratoire que le LCIE, en France ou à l'étranger. En effet, le LCIE, s il dispose de l exclusivité de la délivrance de la marque NF pour certains produits, n est en revanche pas le seul laboratoire habilité à procéder aux essais qui permettent d obtenir la marque NF. 17. Troisièmement, les parties font valoir que l impact de cette intégration verticale sera minimal. Ainsi, le chiffre d affaires réalisé par le LCIE avec Legrand ou ses concurrents 5 COFRAC (Comité Français d Accréditation) est un organisme chargé d accréditer les organismes d inspection et de certification et en particulier garantir leur compétence et leur impartialité. 6 L AFNOR (Association Française de Normalisation) est notamment propriétaire de la marque NF. 4

6 est insignifiant 7. En outre, à l inverse, les coûts facturés par Bureau Veritas à Legrand ne constituent qu'une partie très mineure de ses coûts globaux (moins de [0-5]%). 18. Selon la Commission, le LCIE dispose de l exclusivité pour délivrer la marque NF et serait en mesure, théoriquement, de discriminer au détriment des concurrents de Legrand. Cependant, plusieurs éléments rendent cette hypothèse improbable. 19. En premier lieu, l opération ne modifie pas les incitations économiques de Wendel à remettre en cause le modèle économique de Bureau Veritas. Les activités de Bureau Veritas reposent en grande partie sur sa réputation. Si des pratiques discriminatoires de la part du LCIE étaient connues, Bureau Veritas souffrirait d une perte de confiance des clients dans sa réputation d indépendance et d impartialité. Ainsi s il est vrai que la marque NF est un référentiel de qualité généralement exigé par le marché pour les produits électriques, les fabricants peuvent d ores et déjà procéder aux tests en vue de son obtention dans des laboratoires autres que le LCIE, ainsi que l a confirmé l enquête de la Commission auprès des concurrents de Legrand, également clients du LCIE. De plus, Bureau Veritas ne peut prendre le risque de mettre en péril l ensemble de ses activités pour une part négligeable de son chiffre d affaires 8 et, d'autre part il ne serait pas profitable pour le groupe Wendel de «sacrifier» la réputation et la profitabilité de l'ensemble de Bureau Veritas pour essayer de renforcer légèrement la position de Legrand dont Wendel ne détient que 37,4% du capital sur des marchés français de produits électriques basse tension. 20. En second lieu, les documents transmis à la Commission par la partie notifiante confirment l existence de contrôles externes sur le LCIE. En particulier, en tant qu organisme mandaté par l AFNOR pour la délivrance de la marque NF, le LCIE s engage dans un contrat de mandat signé avec l AFNOR à garantir notamment son «indépendance vis-à-vis des professionnels» et à «prendre toutes mesures afin de séparer aux plans technique, administratif et financier les fonctions qui découlent du présent mandat de celles résultant de ses autres activités». Si ces conditions n étaient plus remplies, l AFNOR pourrait alors résilier le mandat comme le prévoit explicitement le contrat. 21. Enfin, un possible comportement abusif consistant à refuser de manière abusive de délivrer la marque NF découle du pouvoir exclusif du LCIE d octroyer ce label. Ce pouvoir préexiste à la concentration et existe indépendamment de celle-ci. Il faut donc déterminer si la concentration modifie de façon appréciable les incitations à commettre ce genre de comportement. Or, la concentration ne change pratiquement rien aux incitations ou aux facteurs dissuasifs qui existaient dans la situation antérieure de contrôle conjoint, ou ne les affecte que très marginalement. De plus, l illégalité des comportements abusifs sur le plan réglementaire en France constitue un autre élément susceptible de limiter les éventuelles incitations à abuser du pouvoir d agrément de la marque NF. 7 Ainsi, LCIE réalise [0-5]% de son chiffre d'affaires avec Legrand, et [0-5]% avec Schneider Electric, principal concurrent de Legrand. 8 La délivrance des marques NF pour lesquelles le LCIE détient l exclusivité représente moins de [0-5]% du chiffre d affaires de Bureau Veritas. 5

7 V. CONCLUSION 22. Pour les raisons exposées ci-dessus, la Commission a décidé de ne pas s opposer à l opération notifiée et de la déclarer compatible avec le marché commun et avec l accord EEE. Cette décision est prise sur la base de l article 6, paragraphe 1, point b, du règlement du Conseil n 139/2004. Par la Commission (signé) Mario MONTI Membre de la Commission 6

Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Plus en détail

Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.2704 - ELYO / COFATHEC / CLIMESPACE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b)

Plus en détail

Cas n COMP/M.3370 - BNP PARIBAS / ARI. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3370 - BNP PARIBAS / ARI. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3370 - BNP PARIBAS / ARI Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n COMP/M.6621 - CNP ASSURANCES / BNP PARIBAS / IMMEUBLE VAL-DE- MARNE

Cas n COMP/M.6621 - CNP ASSURANCES / BNP PARIBAS / IMMEUBLE VAL-DE- MARNE FR Cas n COMP/M.6621 - CNP ASSURANCES / BNP PARIBAS / IMMEUBLE VAL-DE- MARNE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. REGLEMENT (EC) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article

Plus en détail

Cas n COMP/M.2241 - PEUGEOT / SOMMER ALLIBERT. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.2241 - PEUGEOT / SOMMER ALLIBERT. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.2241 - PEUGEOT / SOMMER ALLIBERT Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n COMP/M.5605 - CREDIT MUTUEL/ MONABANQ. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5605 - CREDIT MUTUEL/ MONABANQ. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5605 - CREDIT MUTUEL/ MONABANQ Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n IV/M.1371 - LA POSTE / DENKHAUS. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.1371 - LA POSTE / DENKHAUS. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.1371 - LA POSTE / DENKHAUS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n COMP/M.2805 - NATEXIS BANQUES POPULAIRES / COFACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.2805 - NATEXIS BANQUES POPULAIRES / COFACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.2805 - NATEXIS BANQUES POPULAIRES / COFACE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1,

Plus en détail

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005 FR Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 7(3) date: 27/06/2005 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

Cas n COMP/M.5222 - SOFINCO / BANCO POPOLARE / DUCATO / AGOS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5222 - SOFINCO / BANCO POPOLARE / DUCATO / AGOS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5222 - SOFINCO / BANCO POPOLARE / DUCATO / AGOS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE

Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE FR Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. REGLEMENT (EC) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article

Plus en détail

Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.1254 - DEXIA / ARGENTARIA / CREDITO LOCAL Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point

Plus en détail

Cas n COMP/M.5411 - JOHNSON & JOHNSON CONSUMER FRANCE / VANIA / LABORATOIRES POLIVE. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5411 - JOHNSON & JOHNSON CONSUMER FRANCE / VANIA / LABORATOIRES POLIVE. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5411 - JOHNSON & JOHNSON CONSUMER FRANCE / VANIA / LABORATOIRES POLIVE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Plus en détail

Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3373 - ACCOR / COLONY / DESSEIGNE-BARRIERE / JV Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

Cas n COMP/M.4206 - VEOLIA- BCP / SNCM. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.4206 - VEOLIA- BCP / SNCM. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.4206 - VEOLIA- BCP / SNCM Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n IV/M.910 - CLF CCB (DEXIA) / SAN PAOLO / CREDIOP. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.910 - CLF CCB (DEXIA) / SAN PAOLO / CREDIOP. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.910 - CLF CCB (DEXIA) / SAN PAOLO / CREDIOP Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point

Plus en détail

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n COMP/M.4155 - BNP PARIBAS / BNL. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.4155 - BNP PARIBAS / BNL. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.4155 - BNP PARIBAS / BNL Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n IV/M.450 - AGF / ASSUBEL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 27.06.

Cas n IV/M.450 - AGF / ASSUBEL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 27.06. FR Cas n IV/M.450 - AGF / ASSUBEL Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date:

Plus en détail

Cas n COMP/M.5812 - SOCIETE LYONNAISE DES EAUX/ SOCIETES DE DISTRIBUTION D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT (II)

Cas n COMP/M.5812 - SOCIETE LYONNAISE DES EAUX/ SOCIETES DE DISTRIBUTION D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT (II) FR Cas n COMP/M.5812 - SOCIETE LYONNAISE DES EAUX/ SOCIETES DE DISTRIBUTION D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT (II) Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. REGLEMENT (EC) n 139/2004

Plus en détail

Cas n IV/M.312 - SANOFI / YVES ST LAURENT. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.312 - SANOFI / YVES ST LAURENT. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.312 - SANOFI / YVES ST LAURENT Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Cas n COMP/M.1803 - ELECTRABEL / EPON. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.1803 - ELECTRABEL / EPON. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.1803 - ELECTRABEL / EPON Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

COMP/M.5877 - GEODIS/ GIRAUD

COMP/M.5877 - GEODIS/ GIRAUD FR Cas n COMP/M.5877 - GEODIS/ GIRAUD Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. REGLEMENT (EC) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Cas n IV/M.187 - IFINT / EXOR. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 02.03.

Cas n IV/M.187 - IFINT / EXOR. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 02.03. FR Cas n IV/M.187 - IFINT / EXOR Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date:

Plus en détail

En support électronique sur le site Internet EUR-Lex sous le numéro de document 32008M5389

En support électronique sur le site Internet EUR-Lex sous le numéro de document 32008M5389 FR Cas n COMP/M.5389 - AEROPORTS DE PARIS / THE NUANCE GROUP Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1,

Plus en détail

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE FR Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 4(4) date: 18.8.2014 COMMISSION

Plus en détail

Cas n COMP/M.4420 - CREDIT AGRICOLE / FIAT AUTO / FAFS

Cas n COMP/M.4420 - CREDIT AGRICOLE / FIAT AUTO / FAFS FR Cas n COMP/M.4420 - CREDIT AGRICOLE / FIAT AUTO / FAFS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point

Plus en détail

Décision n 13-DCC-24 du 1 er mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Anvil Finance par le Groupe Charles André

Décision n 13-DCC-24 du 1 er mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Anvil Finance par le Groupe Charles André RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-24 du 1 er mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Anvil Finance par le Groupe Charles André L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited

Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES FR Cas n IV/M.1021 - COMPAGNIE NATIONALE DE NAVIGATION / SOGELFA - CIM Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

Cas n IV/M.384 - UAP / VINCI. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 01.12.

Cas n IV/M.384 - UAP / VINCI. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date: 01.12. FR Cas n IV/M.384 - UAP / VINCI Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION date:

Plus en détail

Cas n IV/M.564 - Havas Voyages / American Express. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.564 - Havas Voyages / American Express. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.564 - Havas Voyages / American Express Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-178 du 13 décembre 2011 relative à la prise de contrôle conjoint par la Caisse des Dépôts et Consignations et CNP Assurances de la société Malthazar SAS L Autorité

Plus en détail

Cas M.7322 RAMSAY HEALTH CARE/ CREDIT AGRICOLE/ GENERALE DE SANTE. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 4(4) Date:4.8.

Cas M.7322 RAMSAY HEALTH CARE/ CREDIT AGRICOLE/ GENERALE DE SANTE. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 4(4) Date:4.8. FR Cas M.7322 RAMSAY HEALTH CARE/ CREDIT AGRICOLE/ GENERALE DE SANTE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 4(4) Date:4.8.2014

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-32 du 11 mars 2014 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Vinci Facilities Operations Services France, Energie Sécurité, Faceo Sécurité Prévention

Plus en détail

Vu le rapport du rapporteur du 23 septembre 2002 ainsi que le dossier d'instruction.

Vu le rapport du rapporteur du 23 septembre 2002 ainsi que le dossier d'instruction. Décision n 2002-C/C-73 du 9 octobre 2002 Affaire CONC-C/C- 02/0055: SMAP Droit commun / Naviga SA Vu la notification de concentration déposée le 29 août 2002. Vu le rapport du rapporteur du 23 septembre

Plus en détail

Décision n 12-DCC-184 du 27 décembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société RP Diffusion par la société Financière de Plouguiel

Décision n 12-DCC-184 du 27 décembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société RP Diffusion par la société Financière de Plouguiel RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-184 du 27 décembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société RP Diffusion par la société Financière de Plouguiel L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-14 du 17 février 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Stradis SAS par les sociétés Corlam SAS et ITM Alimentaire Ouest (Groupe ITM Entreprises)

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-80 du 3 juillet 2013 relative à la prise de contrôle conjoint du pôle de compétences urbaines de Bordeaux par la société Midi Foncière 2 et la Caisse des Dépôts et

Plus en détail

Cas n COMP/M.4612 - ACCOR / PIERRE ET VACANCES / NEWCITY JV. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.4612 - ACCOR / PIERRE ET VACANCES / NEWCITY JV. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.4612 - ACCOR / PIERRE ET VACANCES / NEWCITY JV Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Décision n 15-DCC-25 du 12 mars 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société oxya par la société Hitachi Data Systems

Décision n 15-DCC-25 du 12 mars 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société oxya par la société Hitachi Data Systems RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-25 du 12 mars 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société oxya par la société Hitachi Data Systems L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

Décision n 09-DCC-63 du 6 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société ROC-France par la société Eliance

Décision n 09-DCC-63 du 6 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société ROC-France par la société Eliance RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-63 du 6 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société ROC-France par la société Eliance L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Décision n 15-DCC-126 du 17 septembre 2015 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés du groupe Imexso par Alcopa

Décision n 15-DCC-126 du 17 septembre 2015 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés du groupe Imexso par Alcopa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-126 du 17 septembre 2015 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés du groupe Imexso par Alcopa L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-193 du 22 décembre 2011 relative à la prise de contrôle conjoint par la Caisse des Dépôts et Consignations et CNP Assurances de l immeuble à usage de bureaux «Le

Plus en détail

Décision n 15-DCC-47 du 5 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société GPA Courtepaille par la société ICG

Décision n 15-DCC-47 du 5 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société GPA Courtepaille par la société ICG RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-47 du 5 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société GPA Courtepaille par la société ICG L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-20 du 17 février 2014 relative à l affiliation de la Mutuelle Nationale des Personnels Air France à la Société de Groupe d Assurance Mutuelle Macif L Autorité de

Plus en détail

Décision n 14-DCC-33 du 11 mars 2014 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Oralia par le groupe Nexity (groupe BPCE)

Décision n 14-DCC-33 du 11 mars 2014 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Oralia par le groupe Nexity (groupe BPCE) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-33 du 11 mars 2014 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Oralia par le groupe Nexity (groupe BPCE) L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Cas n COMP/M. 6773 - CANON/ IRIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 22(3) date: 26.11.2013

Cas n COMP/M. 6773 - CANON/ IRIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 22(3) date: 26.11.2013 FR Cas n COMP/M. 6773 - CANON/ IRIS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 22(3) date: 26.11.2013 COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-40 du 27 mars 2013 relative à la prise de contrôle conjoint de deux fonds de commerce d articles de bricolage par les sociétés La Boîte à Outils SAS et Mr. Bricolage

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-10 du 25 janvier 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Parisot par Windhurst Industries et de la prise de contrôle conjoint de Windhurst Industries

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-149 du 26 octobre 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société TyreDating par la Manufacture Française des Pneumatiques Michelin et Atiro Holding L

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-90 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 10 septembre

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.11.2013 C(2013) 7725 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'état SA.37017 (2013/N) - Belgique Compensation des coûts

Plus en détail

Cas n IV/M.665 - CEP / Groupe de la Cité. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.665 - CEP / Groupe de la Cité. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.665 - CEP / Groupe de la Cité Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 13.03.2014 C(2014) 1606 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'etat n SA.38110 (2014/N) France Régime cadre d'interventions

Plus en détail

L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC

L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC I - Les enjeux Les entreprises sont amenées à faire appel à de multiples organismes ou laboratoires, à des fins réglementaires ou volontaires,

Plus en détail

Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur

Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

D036228/01 ASSEMBLÉE NATIONALE SÉNAT

D036228/01 ASSEMBLÉE NATIONALE SÉNAT D036228/01 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 janvier 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le 16 janvier

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

APPENDICE 3 FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION

APPENDICE 3 FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION APPENDICE FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION page. Cet appendice contient 4 formules, numérotées de BP/ à BP/4. Elles ont été préparées par le Bureau

Plus en détail

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC Généralités 3 I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC La multiplicité des acceptations de la notion de Qualité est source de bien de malentendus et de réticences associées

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-122 du 7 septembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif par GFI-BUS du fonds de commerce constitué par la branche d activité «Business Solutions» de la société

Plus en détail

I. Entreprises concernées et l opération

I. Entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-53 du 15 octobre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Geoxia Maisons Individuelles par la société LBO France Gestion L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa

Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET

Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014. Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs. Apave Nord Ouest - François COEVOET Audit Energétique Réglementaire 20/11/2014 Périmètre de l audit Compétence et qualification des auditeurs Apave Nord Ouest - François COEVOET Périmètre de l audit Principe défini dans le projet de décret

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-85 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 15 septembre

Plus en détail

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014 NORME INTERNATIONALE ISO/IEC 25051 Deuxième édition 2014-02-15 Ingénierie du logiciel Exigences de qualité pour le logiciel et son évaluation (SQuaRE) Exigences de qualité pour les progiciels et instructions

Plus en détail

Décision n 12-DCC-160 du 14 novembre 2012 relative à l acquisition de 45 stations-service du réseau Esso par la société Delek France

Décision n 12-DCC-160 du 14 novembre 2012 relative à l acquisition de 45 stations-service du réseau Esso par la société Delek France RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-160 du 14 novembre 2012 relative à l acquisition de 45 stations-service du réseau Esso par la société Delek France L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-07 du 5 Février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Sodimodis Hypermarché par la société Carrefour Hypermarchés L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal

Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

Décision n 15-DCC-09 du 12 février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société JF Cesbron SAS par la société Dalkia SA

Décision n 15-DCC-09 du 12 février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société JF Cesbron SAS par la société Dalkia SA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-09 du 12 février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société JF Cesbron SAS par la société Dalkia SA L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

FAQ OCI. 4) Des certificats types sont-ils disponibles pour les organismes de contrôle?

FAQ OCI. 4) Des certificats types sont-ils disponibles pour les organismes de contrôle? PB 07 FAQ INTERNET REV 0 2007-1/7 FAQ OCI 1) Les auditeurs des OCI sont-ils reconnus par l AFSCA? 2) L'expérience de deux ans exigée des auditeurs pour réaliser des audits dans un secteur déterminé doit-elle

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-22 du 17 février 2011 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Eryma Security Systems et Eryma Télésurveillance par la Société Financière de Participation

Plus en détail

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-02 du 22 janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de l activité support aux utilisateurs et aux postes de travail des sociétés Atos A2B et Atos Infogérance

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 1 bis du 25 janvier 2008 C2007-154 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 3 décembre

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 03.X.2007 C(2007)4604 Objet: Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE (1) Le 4 juillet

Plus en détail

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.9.2014 C(2014) 6536 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER en application de l'article 12 du règlement (UE) n 1210/2010 du Parlement européen

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-84 du 4 juillet 2013 relative à l affiliation de la mutuelle interprofessionnelle SMI à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Décision n 10-DCC-20 du 24 février 2010 relative à l acquisition de ADT France par le groupe Stanley Works

Décision n 10-DCC-20 du 24 février 2010 relative à l acquisition de ADT France par le groupe Stanley Works RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-20 du 24 février 2010 relative à l acquisition de ADT France par le groupe Stanley Works L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé complet

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-92 du 23 juillet 2015 relative à la prise de contrôle conjoint d une société civile immobilière nouvellement créée pour la détention d un actif immobilier à usage

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 10 bis du 22 décembre 2008 C2008-99 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 7 octobre

Plus en détail