8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs"

Transcription

1 Objectifs Connaître le rôle de l inhalothérapeute dans les unités de soins critiques Connaître les dispositifs d oxygénation et d humidification Connaître les modes et principes de la ventilation (invasive, non-invasive) L inhalothérapie aux soins critiques Connaître les avantages et complications reliés à la ventilation mécanique et à l intubation Connaître les interventions pertinentes en cas d urgence Août 2013 Magalie Haman-Côté, Coordonnatrice clinique en inhalothérapie, CHUM Avec la collaboration de Isabelle Fleury, Coordonnatrice clinique en inhalothérapie, CHUM Objectifs Rôles de l inhalothérapeute Connaître le sevrage ventilatoire et ses issus Maîtriser les types de canules de trachéostomies Initiation aux interventions «avancées»: Ventilation à haute fréquence NAVA Oxyde nitrique (NO) Administration de traitements d inhalothérapie, d oxygénothérapie et d humidification des voies aériennes; Ressource pour l évaluation respiratoire du patient présentant une altération de sa fonction respiratoire; Maintien de la perméabilité des voies respiratoires par différentes techniques (canules oro/nasopharyngées, Jaw thrust); Maintien d une ventilation de qualité via différentes techniques et appareils et en assure le suivi; Assiste / procède à l intubation; Rôles de l inhalothérapeute L oxygénothérapie et l humidification des voies aériennes Surveillance respiratoire ; Application de techniques de ventilation avancées: Ventilation à haute fréquence, administration de NO, Héliox, ballon œsophagien, NAVA, Ventilation percussive Assistance à la bronchoscopie au chevet Procède au sevrage ventilatoire et à l extubation. Assure la sécurité ventilatoire du patient lors d examens et de transports internes et externes Oxygénothérapie à bas débit: Dispositif qui administre une F i O2 1,0 mais à débit < débit inspiratoire du patient => dilution Lunette nasale, valeurs indicatives seulement (la F i O 2 dépend du V C et F R) 1 L/min 0,24 2 L/min 0,28 3 L/min 0,32 4 L/min 0, L/min 0,40 1

2 L oxygénothérapie et l humidification des voies aériennes Oxygénothérapie à haut débit: le principe de Venturi L oxygénothérapie à haut débit: Dispositif qui permet l administration d une F i O 2 à débit > débit inspiratoire du patient: Débit O 2 constant Zone de résistance pression Débit air ambiant/o 2 au patient Masque à concentration multiple: 0,24 à 0,50 Dispositif de haute humidité 0,28 à 1,0 Entraînement d air ambiant Une grande résistance crée une grande diminution de pression, donc un grand entraînement d air => O 2 diluée Pour assurer la délivrance de la F i O 2 désirée: respecter le litrage d O 2 indiqué sur les bagues de Venturi.le débit arrivant au patient doit correspondre AU MOINS au débit inspiratoire du patient pour éviter la dilution du gaz. Sinon: on SOUS oxygène notre patient L oxygénothérapie et l humidification des voies aériennes Masque à haute concentration Ou masque sans réinspiration 15 lpm d O 2 minimum Sans valve: 0,60 1 valve: 0,80 2 valves: 1,0 (pas en utilisation au CHUM) Lors de l utilisation d un masque à haute concentration, il est important de s assurer que le ballon réservoir reste gonflé. Sinon danger de réinspiration de CO 2 par le patient Système d oxygénothérapie à haut débit de type Optiflow Permet d administrer une FiO2 précise entre 32 et 100% Permet d administrer des gaz saturés d humidité à 37 degrés Celsius Léger support respiratoire Maintient une pression d ouverture dans les voies aériennes Améliore le confort et la compliance au traitement L humidification des voies aériennes L O 2 non-humidifiée peut amener (même à petit débit) : Assèchement des muqueuses, naso/oropharynx, rhinite Déshydratation de l arbre bronchique Augmentation des dépenses énergétiques L oxygénothérapie et l humidification des voies aériennes L humidification des voies aériennes: Humidité passive de type barboteur: Utilisée avec la lunette nasale Diminution de l efficacité et de l activité mucociliaire Épaississement des sécrétions Inconfort du patient Désorganisation épithéliale Humidité active en nébulisation: Utilisée avec coffret trachéal Utilisée avec masque simple Utilisée avec tente faciale 2

3 La ventilation non-invasive La ventilation non-invasive BiPAP Bi-Phasic Airway Pressure 2 niveaux de pressions fixes Aide inspiratoire PEEP Invariables Volume courant Fréquence respiratoire Variables selon l effort et l état du patient Réservé aux patient ayant une respiration spontanée La ventilation non-invasive (Bipap) C est pourquoi? Avantages associés à la VNI Prise en charge de l insuffisance respiratoire hypercapnique et/ou hypoxémique Fatigue ou détresse respiratoire augmentée Atrophie musculaire SAHS Etc. Autres applications: Pré-oxygénation pour intubation Sevrage ventilatoire prolongé Niveau de soins empêchant ou patient qui refuse l intubation endotrachéale Diminution du travail respiratoire: aide inspiratoire, recrutement alvéolaire Amélioration des échanges gazeux Moins de sédation => Communication, collaboration Diminution risque de pneumonie Le ventilateur et la respiration du patient sont plus synchrones, ce qui permet de réduire le travail respiratoire du patient tout en diminuant les retentissements hémodynamiques de la VAP Permet de retarder et/ou d éviter l intubation ou la réintubation Contre-indications à la ventilation non-invasive Patient inconscient; Patient qui ne respire pas; Incapacité à protéger les voies aériennes; Surencombrement bronchique ou incapacité/difficulté à gérer les sécrétions; Pathologie présentant risque d aspiration (ex.: HDH); Pneumothorax non drainé; Manque de collaboration du patient; Choc; Détresse respiratoire / Insuffisance extrême (respiration paradoxale). Complications associées à la ventilation non-invasive Inconfort au niveau du visage Points de pression prolongés => possibilité nécrose tissulaire Aérophagie / distension gastrique => TNG Sécheresse des muqueuses nasales, congestion nasale, rhinite Assèchement des sécrétions pulmonaires Irritation des yeux due aux fuites autour du masque Nausées / vomissements 3

4 Fréquence respiratoire SpO 2 Pouls Quoi surveiller / évaluer? Travail respiratoire Tirage (SCM, sus/sous-sternal) BAN (occasionnellement) Et quand ça ne va plus.. Pour tout patient qui: Semble se détériorer soudainement; Présente soudainement des contre-indications; Démontre des signes d augmentation du travail respiratoire; Vous inquiète; AVISEZ L INHALOTHÉRAPEUTE et le médecin rapidement Et après, vient l intubation! Qui intuber et ventiler mécaniquement? Tube endotrachéal traditionnel Insuffisance respiratoire hypoxémique Insuffisance respiratoire hypercapnique Tube nasotrachéal Tube endotrachéal avec succion supra glottique Protection des voies aériennes Canule de trachéotomie Toute autre condition médicale Qui intuber et ventiler mécaniquement? Objectifs de la ventilation mécanique Trouble d oxygénation (P a O 2, S p O 2 ) Trouble de ventilation (P a CO 2, ph) Pneumonie Trouble SNC Atélectasie Atrophie musculature respiratoire OAP Hypermétabolisme Asthme Etc Bronchite, Interdépendance etc Protection des voies aériennes Autre condition médicale Objectif ventilation (Ph et PCO2 adéquate) Réglage d une ventilation minute adéquate ( Fr/VC/Pinspi) Objectif oxygénation (PaO2 et saturation adéquate) Réglage du peep et de la FiO2 adéquat Objectif diminuer le travail respiratoire et éviter l épuisement Choix d une ventilation A/C Réglage d une ventilation bien synchronisée compatible à l état d éveil du patient Perte de conscience Septicémie Compression de la trachée Absence «gag réflexe» Épiglottite Tumeur trachéale. Défaillance multiple d organe Choc hémorragique Réveil lent, difficile post-anesthésie Etc Évaluation clinique Gaz du sang Capnographie Évaluation clinique Gaz artériel Oxymètre de pouls Évaluation clinique Évaluation des signes et symptômes du patient Etc 4

5 Cycle respiratoire mécanique Les types de ventilation Pression Volume Hybride Le ventilateur génère une pression fixe à chaque cycle inspiratoire Le ventilateur génère un volume fixe à chaque cycle inspiratoire Le ventilateur génère la plus faible pression possible pour obtenir un volume courant visé 3 types de ventilation: Ventilation de type pression Constant Pression d insufflation Temps d insufflation Variable Volume courant Débit inspiratoire 3 types de ventilation : PRESSION CONTRÔLÉE Paramètres prescrits pour la ventilation (P a CO 2 ): Pression courante (ΔP) Fréquence respiratoire Temps inspiratoire Paramètres prescrits pour l oxygénation (P a O 2, S p O 2 ): F i O 2 Peep Ventilation minute 3 types de ventilation: Ventilation de type volumétrique Constant Volume courant Temps inspiratoire Débit inspiratoire Variable Pression de pointe Pression de plateau Paramètres prescrits pour la ventilation (P a CO 2 ): Volume courant Ventilation minute Fréquence respiratoire Paramètres prescrits pour l oxygénation (S p O 2, P a O 2 ): F i O 2 Peep 3 types de ventilation : VOLUMÉTRIQUE 5

6 3 types de ventilation: Ventilation de type hybride La prise en charge du travail respiratoire, une question de mode Constant Temps d insufflation Pression limite Volume courant Variable Pression d insufflation Ventilation contrôlée => travail respiratoire assumé entièrement par le ventilateur. Le patient dépend complètement des paramètres ajustés Ventilation spontanée => patient assume la totalité du travail respiratoire. Ventilation assistée => travail respiratoire partagé Les modes ventilatoires Contrôlé Déclenchement impossible Pression/ Volume/ Hybride Assisté/c ontrôlé Déclenchement possible Assisté/con trôlé intermittent Déclenchement possible Spontané Toujours déclenché par le patient Le déclenchement, comment ça fonctionne? Permet de synchroniser la ventilation aux efforts du patient dans les modes spontanés et assistés/contrôlés La sensibilité du ventilateur aux efforts du patient est réglable en pression ou en débit Trop sensible: autodéclenchement Pas assez sensible: augmentation du travail respiratoire, synchronie Les modes ventilatoires: ventilation contrôlée Disponibilité: Pression/volume Déclenchement: Impossible Indication: Patient curarisé/ patient en mort cérébrale Les modes ventilatoires: ventilation assistée contrôlée Disponibilité: Pression/Volume/Hybride Déclenchement: Le patient peut déclencher un cycle supplémentaire, on dit alors que ce cycle est assisté. Le patient recevra la même pression ou le même volume réglé pour les ventilation contrôlées Indications: Patient avec drive respiratoire inadéquate ou absente 6

7 Les modes ventilatoires: la ventilation assistée contrôlée intermittente Disponibilité: Pression/volume/Hybride Déclenchement: Le patient peut déclencher des cycles supplémentaires. selon la fenêtre de temps correspondant au déclenchement, le patient recevra une ventilation assistée ou encore spontanée accompagnée d une aide inspiratoire Indication: Patient en début de sevrage du ventilateur Les modes ventilatoires: La ventilation spontanée Disponibilité: Pression/hybride Déclenchement: Toutes les insufflations sont déclenchées par le patient. En cas d absence d effort de la part du patient, une ventilation d apnée est délivrée au patient Indication: Patient en sevrage du ventilateur avec une drive respiratoire spontanée 3 types de ventilation : VENTILATION SPONTANÉE Le ventilateur fournit une aide inspiratoire au patient Paramètres prescrits pour assurer la ventilation: Aide inspiratoire ou pression de support Paramètres prescrits pour assurer l oxygénation: F io 2 Peep Le patient détermine sa fréquence respiratoire et son temps inspiratoire, donc la ventilation minute dépend surtout de la «drive» respiratoire de ce dernier La sécurité du patient passe.par les alarmes Alarmes de fonctionnement interne: Défaillance de l appareil qui nécessite l expertise de l inhalothérapeute et/ou GBM Alarmes sur les valeurs mesurées: Ajustées en fonction des paramètres prescrits et mesurés sur le ventilateur Ajustées selon le patient, sa condition pulmonaire et sa physiopathologie Alarmes fréquentes et les causes possibles Interventions pertinentes.. ALARMES Pression haute V c bas /VM basse V c élevé/vm élevé F r élevée F r basse Apnée Ventilation Apnée CAUSES Sédation /analgésie adéquate Agitation /toux Présence de sécrétions Patient mord le tube Bronchospasme Mobilisation /toilette du patient Autoextubation État neurologique variable Condition métabolique Fuite au niveau tube, circuit Etc.. Aspiration des sécrétions endotrachéales Bolus O 2 Réanimateur manuel INHALOTHÉRAPEUTE STAT si associé à détérioration importante de la condition clinique ( SpO2, FC, PAM, etc ) 7

8 Le réanimateur manuel Bolus O 2 Vous devez TOUJOURS savoir où je me trouve!!! Désaturation transitoire (mobilisation du patient, toilette, toux) Aspiration endotrachéale Facilement accessible Au chevet de chaque patient ventilé et réserve selon votre unité Retour à la F i O 2 de base après 2 minutes sans autres manipulations Bolus O 2 Aspiration endotrachéale O 2 100% (2 minutes) Retrait mécanique des sécrétions trachéobronchiques Système à circuit ouvert ou fermé Culture de sécrétions bronchiques Système d aspiration fermé (TrachCare) Aspiration stérile (ouvert) Complications associées à la ventilation mécanique et à l intubation Traumatisme, inflammation chronique des voies respiratoires, bouche, dentition, trachée, carène, sténose sous-glottique, etc ; VILI (ventilator-induced lung injuries) => ALI => ARDS; Pneumonie acquise sous ventilation mécanique; Dénutrition; Déconditionnement musculaire/atrophie musculaire Effet hémodynamique, arythmique; Le sevrage ventilatoire Dès l intubation, on devrait penser à l extubation pour: Minimiser les complications associées à la ventilation mécanique et à l intubation; Éviter le déconditionnement musculaire => retour rapide à la ventilation spontanée Plusieurs bonnes façons de faire: Dépend de la raison de l intubation Dépend des comorbidités Dépend du temps d intubation Et du médecin Embolie pulmonaire (TVP) 8

9 Le sevrage ventilatoire Obstacles au sevrage ventilatoire 3 types de sevrage: Arrêt subit Alternance support ventilatoire et absence de support Diminution progressive du support ventilatoire Conditions nécessaires au sevrage / à l extubation Résolution de la cause primaire d intubation Bonne capacité respiratoire (oxygénation et ventilation) Maintien de la perméabilité des voies respiratoires Présence de toux efficace Protection efficace des voies aériennes Présence de respirations spontanées et efficaces Condition pulmonaire (atélectasie, bronchospasme, sécrétions abondantes, hémorragie pulmonaire, etc.); Condition cardiaque/hémodynamiques (surcharge, arythmies, tachycardies); Condition métabolique (débalancement électrolytique, acidobasique); Patient souffrant, délirieux, sursédationné, pyrétique, distension abdominale, sous/sur analgésie, etc.; L extubation Conclusions possibles du sevrage ventilatoire Extubation = Oxygénothérapie prête et fonctionnelle Matériel de réanimation/intubation disponible Estomac vidangé Patient conscient, position semi-assise Aspiration sécrétions pharyngées ET trachéales ballonnet Grande inspiration ouverture cordes vocales Extubation Extubation et reprise de la ventilation spontanée complète; Extubation et installation d une ventilation noninvasive; Échec du sevrage et retour à la ventilation mécanique (avant ou après l extubation); Trachéostomie (sevrage prolongé); Soins palliatifs (blessure médullaire, maladie neurodégénérative, etc.) Médications administrées par voie inhalée Démystifions la canule de trachéostomie Aérosolthérapie humide: - Bronchodilatateurs - Anticholinergique - Antibiotique - Narcotique -Pentamidine -Xylocaïne -NaCl 5% -Pulmozyme - Milrinone - Flolan - Épinéphrine - Décadron - Cyklokapron Aérosols-doseurs: - Bronchodilateurs - Anticholinergique - Cortistéroïdes Gaz inhalés: - Protoxyde d azote - Oxyde nitrique (NO) - Héliox Il en existe plusieurs modèles: Avec ou sans ballonnet Avec ou sans fenestration Extra-longue Cordes vocales 9

10 Démystifions la canule de trachéotomie Démystifions la canule de trachéotomie Non fenestrée Canule trachéale Mandrin Avec ballonnet Trachéotomie fraîche Permet la ventilation mécanique Canules internes Canule interne pour adapter ventilateur Démystifions la canule de trachéotomie Démystifions la canule de trachéotomie Fenestrée Avec ballonnet Fenestrée Permet la ventilation mécanique (ballonnet gonflé) Permet le sevrage ventilatoire (ballonnet dégonflé-ct) Permet l utilisation de la valve de phonation Canule interne pleine pour adapter ventilateur ET pour ASPIRER Sans ballonnet Ne permet pas la ventilation mécanique Permet l utilisation valve de phonation / bouchon Permet la nutrition orale Perspective de sevrage Démystifions la canule de trachéotomie Démystifions la canule de trachéotomie Valve unidirectionnelle: Permet l inspiration par la trachéo Redirige l expiration vers les VRS Non fenestrée Sans ballonnet Ne permet pas la ventilation mécanique Perspective de sevrage Permet l utilisation de la valve de phonation / bouchon Débit expiratoire passe par les cordes vocales Production de son permettant la parole Maintien d une pression expiratoire positive dans le poumon 10

11 Ventilation spontanée en NAVA Déclenchement neural vs traditionnel NAVA = Neurally adjusted ventilatory assist; Cycle respiratoire déclenchée par la commande neurologique Aide inspiratoire donnée en fonction de la commande ventilatoire neurale (signal Edi) Nécessite que le patient ait une commande ventilatoire intacte du SNC Système nerveux central Commande nerf phrénique Excitation diaphragmatique Contraction diaphragmatique Expansion thoracique Déplacement de débit par Δpression Aide inspiratoire délivrée Par le ventilateur Ventilation spontanée en NAVA Avantages: Meilleure synchronie patient-ventilateur; Pairage entre la demande ventilatoire neurale et celle délivrée Permet la variabilité ventilatoire Ventilation à haute fréquence par oscillation Patient chez qui la ventilation conventionnelle ne suffit plus à l oxygénation et/ou la ventilation Pour tenter de limiter les dommages pulmonaires induits par la ventilation mécanique Accessoires requis: Sonde nasogastrique avec capteurs électriques (sonde Edi) = 250,00 $$$$/chaque Durée de vie de la sonde: 5 jours Nécessite un positionnement précis de la sonde Installation de la sonde faite par un inhalothérapeute ou un médecin Ventilation à haute fréquence par oscillation Application d une très haute fréquence respiratoire (3-15 Hz= 180 à 900/min) par oscillation à très bas V c (<espace mort); Manœuvre de recrutement = situation à risque élevé Méthode: 40cmH2O X 40 secondes Application d une pression constante déterminée dans les poumons; Ventilation à l opposé de la physiologie respiratoire normale => patient fortement sédationné ad curarisé; Possibilité importante d interaction avec HD surtout lors de manœuvre de recrutement ( P intrathoracique => précharge, compression myocarde) Risques Pneumothorax Interactions PIC Fluctuation hémodynamie ( ) Arythmies Fistule broncho pleurales 11

12 Manœuvre de recrutement = situation à risque élevé Rôles de l infirmière: Surveillance signes vitaux (Arythmies, SpO2, PIC, etc ) Maintien de l hémodynamie Sédation / analgésie / paralysie adéquates Collaboration étroite avec inhalothérapeute!!! La prise en charge du patient sous ventilation à haute fréquence Dérecrutement = Danger Aspiration Mobilisation (toilette, RXP, Pansements) Déconnexion accidentelle du circuit = arrêt complet de l appareil Positionnement (tête, lit, circuit) Traction sur le tube endotrachéal Présence de l inhalothérapeute au chevet pour toutes manipulations => PRIMORDIAL Administration d oxyde nitrique (NO) Gaz inhalé Vasodilatation pulmonaire Très courte demi-vie Administration d oxyde nitrique (NO) Indications reconnues: Soulagement HTAP Indications relatives Troubles importants de l oxygénation Administré dans le circuit de ventilation via INOmax DS IR Administration d oxyde nitrique (NO) Ce qu il faut savoir: Effet rebond si arrêt subit!!! Nécessite un sevrage, même si le patient ne répond pas à la thérapie => inhalé vs production endogène Ventilation avec un réanimateur manuel et qui reçoit du NO = INHALO!! Conclusion Les interventions de l infirmière et de l inhalothérapeute sont en complètes complémentarité La qualité des soins du patient critique passe par une étroite Clé collaboration du succès: entre TOUS les intervenants COMMUNICATION 12

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE Informations générales Pour vous, pour la vie Définition de l intubation orale et du respirateur Introduction d un tube dans la bouche qui passe par la gorge (trachée)

Plus en détail

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES Surveillance technique du respirateur Surveillance clinique et biologique du patient Surveillance de la jonction machine / patient Autres éléments de

Plus en détail

Management des voies aériennes/respiratoires

Management des voies aériennes/respiratoires Management des voies aériennes/respiratoires Guide de présentation DC = Énoncé de la compétence pour un domaine spécifique E = Éléments spécifiques à l énoncé de la compétence P = Critères de performance

Plus en détail

UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX

UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX L'oxygénothérapie UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX Promotion 2014-2017 1 Plan 1 - Définition 2 - Indications

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches La trachéotomie Guide à l usager et ses proches TABLE DES MATIÈRES 1. Définition de la trachéotomie 3 2. La trachéotomie 3 3. La trachéotomie temporaire 4 4. La trachéotomie permanente 4 4.1. Avantages

Plus en détail

Nourrisson, pédiatrique, adulte

Nourrisson, pédiatrique, adulte Nourrisson, pédiatrique, adulte En soins intensifs, vous cherchez plus que des performances ventilatoires de classe mondiale. Vous recherchez des ventilateurs capables de fournir des données fiables et

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance Réanimation du nouveau-né en salle de naissance GEN N-PdC 2005 D après ERC 2001 (European Ressuscitation Council) et RANP 2001 (Réanimation Avancée Néonatale et Pédiatrique) Circulation 2005 ; 112 : III-91

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

Principes de la ventilation mécanique (VM)

Principes de la ventilation mécanique (VM) Principes de la ventilation mécanique (VM) INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE: aspects thérapeutiques Traitement de fond broncho-dilatateurs antidotes antibiotiques anticoagulants chimiothérapie... Traitement

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Modes Standards. Modes Avancés

Modes Standards. Modes Avancés Modes Standards VC-VAC Lors de la disparition de la sédation, afin d éviter une désadaptation du patient, HORUS 4 adapte le débit insufflé à la demande du patient. VACI Ce mode associe cycles contrôlés

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

Détresse respiratoire aiguë

Détresse respiratoire aiguë Détresse respiratoire aiguë 1 I. PHYSIOPATHOLOGIE DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË II. DIAGNOSTIC, BILAN ET RECHERCHE D UNE ÉTIOLOGIE III. CONDUITE À TENIR INITIALE DEVANT UNE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

Les fourmis du réveil

Les fourmis du réveil Les fourmis du réveil PREAMBULE Suite au décret du 05-12-94 notifiant la nécessité de mettre en conformité la salle de réveil ( SSPI ) : opérationnelle 24h/24h, et sachant que les besoins de notre bloc

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

L anesthésie de votre enfant. Informations utiles

L anesthésie de votre enfant. Informations utiles L anesthésie de votre enfant Informations utiles La consultation d anesthésie Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles sur l anesthésie proposée à votre enfant afin que celle-ci

Plus en détail

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHEOTOMIE Dispositif tubulaire court introduit dans la trachée par voie percutanée pour pallier une défaillance des voies aériennes supérieures Visée

Plus en détail

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice DIPLOME UNIVERSITAIRE DE SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice Comité pédagogique : Pr C Ichai, Dr JC Orban,

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie

Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie Formation en réanimation pédiatrique et en néonatalogie Société de Kinésithérapie de Réanimation Cliniques universitaires Saint-Luc Objectifs de la formation Après cette formation, le kinésithérapeute

Plus en détail

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE DÉFINITION L aspiration des sécrétions trachéales consiste à aspirer les sécrétions à l aide d un cathéter dans la canule trachéale. BUTS Dégager les voies

Plus en détail

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation

Plus en détail

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT sept 2011 Prat G Page 1 19/07/2013 PREAMBULE Ce polycopié s adresse à tous ceux qui arrivent en réa (nouvelles infirmières, nouveaux internes et externes),

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière

La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière 20 e Journée de Formation des Infirmièr(e)s Lundi 14 Octobre 2013 La transcanulation en ORL officialisation d une pratique infirmière HOF Frank Infirmier spécialiste clinique Soins ORL et trachéotomies

Plus en détail

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale LA MORT CÉRÉBRALE Présenté par : Dre Catherine Bégin Département clinique de médecine générale Octobre 2001 La mort cérébrale Définition légale : Perte irréversible de la capacité de conscience associée

Plus en détail

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS Préambule: rôle du secouriste niveau 2 Les détresses respiratoires 1-1- Rôle de la ventilation 1-2- Anatomie 1-3- Principales causes des détresses respiratoires

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

Livret daccueil Réanimation

Livret daccueil Réanimation Zone de transfert Zone médico-technique Zone de soins Bureau de la secrétaire Bureau du cadre de santé Entrée du service Vestiaire des visiteurs Bureaux des médecins Hôpital de Moulins 10, av. du G al

Plus en détail

HAMILTON-C1. Caractéristiques techniques

HAMILTON-C1. Caractéristiques techniques HAMILTNC1 HAMILTNC1 Caractéristiques techniques Le ventilateur HAMILTNC1 est doté de toutes les fonctions utilisées en soins intensifs et offre des performances de ventilation non invasive exceptionnelles.

Plus en détail

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë F Decailliot, SAR H Mondor 1 Principes de la ventilation artificielle Physiologie

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts mètres (feet) 16 150 53 000 Altitude Le 1er problème c est

Plus en détail

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux Mécanismes des maladies Les échanges gazeux Pourquoi les patients sont-ils hypoxémiques? Le shunt Les malades atteints d œdème pulmonaire (OAP, SDRA) sont hypoxémiques du fait d un shunt intrapulmonaire.

Plus en détail

TECHNIQUES INSTRUMENTALES

TECHNIQUES INSTRUMENTALES TECHNIQUES INSTRUMENTALES EN KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE Dominique DELPLANQUE Les techniques instrumentales Ce sont des outils d aide au Diagnostic kinésithérapique Traitement kinésithérapique Utiliser

Plus en détail

Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus)

Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus) Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus) R Robert 1, C Bengler 2, P Beuret 3, B Dureuil 4, G Géhan 5, F Joye 6, V Laudenbach

Plus en détail

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie Chapitre 100 Les prises en charge spécifiques de la noyade E. MATHON 1, J.-C. AYMARD 2, M. KRETLY 3, J. LEVRAUT 4 1. Définition de la noyade par l OMS D après l OMS, «la noyade est une insuffisance respiratoire

Plus en détail

RIFA-Plongée Capacité N 6

RIFA-Plongée Capacité N 6 RIFA-Plongée Capacité N 6 Mise en œuvre des techniques adaptées à l état de la victime Réactions et Intervention Face à l Accident de Plongée Mise en œuvre des techniques adaptées à l état de la victime

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0243-1 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Guide to skills and abilities

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC-DE-COATICOOK

ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC-DE-COATICOOK ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC-DE-COATICOOK ORDONNANCE COLLECTIVE ADMINISTRATION D OXYGÈNE À HAUTE CONCENTRATION EN SITUATION D URGENCE CODE DE CLASSIFICATION OC-OxygèneSituatinUrgente

Plus en détail

Noyade. Rémy HELLER MF2

Noyade. Rémy HELLER MF2 Noyade Rémy HELLER MF2 12 février 2014 Plan Définition Mécanismes Classification CAT Prévention Définition La noyade est une asphyxie aiguë consécutive à l irruption de liquide dans l arbre respiratoire

Plus en détail

Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée)

Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée) Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée) 1 1. Introduction 2. Surveillance de la respiration 2.1. Définition 2.2. Observation 2.2.1. Quand? 2.2.2. Quoi? 2.3. Modifications

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Techniques de désencombrement respiratoire

Techniques de désencombrement respiratoire Techniques de désencombrement respiratoire Cours DES MPR Février 2011, Reims Professeur FC Boyer Pôle de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Reims Hôpital Sébastopol, France, fboyer@chu-reims.fr

Plus en détail

L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant

L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant Série «Ventilation à domicile» Coordonnée par A. Mercat, A. Cuvelier et J.-L. Pépin L assistance ventilatoire non invasive à domicile chez l enfant B. Fauroux 1, F. Lofaso 2 1 Service de pneumologie pédiatrique

Plus en détail

ormes de pratique de l inhalothérapeute en assistance anesthésique

ormes de pratique de l inhalothérapeute en assistance anesthésique N Préambule ormes de pratique de l inhalothérapeute en assistance anesthésique L anesthésie est une spécialité dynamique de la médecine qui a grandement évolué au cours des dernières années. Au Canada,

Plus en détail

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques

Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant. Cas cliniques Troubles respiratoires du sommeil chez l enfant Cas cliniques Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau - Paris 21 juin 2012 Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale G. 08/11/00

Plus en détail

Interfaces pour la ventilation non invasive de l enfant: critères de choix et surveillance Isabelle PIN. Pédiatrie. CHU de Grenoble D. Zerillo et l équipe de VNI. AGIRàdom. Grenoble Les différentes interfaces

Plus en détail

ANTONELLO Marc Publications

ANTONELLO Marc Publications ANTONELLO Marc Publications ARTICLES Antonello M, Plages B. Le kinésithérapeute en service de réanimation polyvalente. Kinésither Sci. 1989 ;284 :15-21. Antonello M. La réalité de la réa. Kiné-Actualité,

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

Trachéotomie en 2010

Trachéotomie en 2010 Trachéotomie en 2010 Choix des indications et Résultats des différentes Etudes J.-F. Muir Service de Pneumologie et USIR CHU de Rouen Trachéotomie: 2 perspectives Prise en charge d une IRA et sevrage

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION. Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION. Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE Hélène Quevillon, inf. Maître instructeur soins avancés en cardiologie (ACLS) Maître instructeur soins

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1 PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR ARCO 2009-2011 1 INTRODUCTION Première rencontre en octobre 2009 dans le cadre de l A.R.C.O. Après intervention du

Plus en détail

Chapitre 6 : Ventilation pulmonaire (5) Propriétés résistives de l appareil respiratoire. Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT

Chapitre 6 : Ventilation pulmonaire (5) Propriétés résistives de l appareil respiratoire. Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 6 : Ventilation pulmonaire (5) Propriétés résistives de l appareil respiratoire Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

L arrêt cardio-respiratoire A.C.R

L arrêt cardio-respiratoire A.C.R JPG/Réa-CHB/2002 1 L arrêt cardio-respiratoire A.C.R JPG/Réa-CHB/2002 2 La prise en charge I.D.E de l arrêt cardio-respiratoire (A.C.R) 1- Introduction. 2- Mécanisme de l A.C.R. 3- Diagnostic. 4- Etiologies.

Plus en détail

TRACHEOTOMIE. TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest

TRACHEOTOMIE. TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest TRACHEOTOMIE TRACHEOSTOMIE et LARYNGECTOMIE Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE et Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest PLAN Introduction Trachéotomie Définition Indications

Plus en détail

LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI

LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI LA SURVEILLANCE D'UNE THYROIDECTOMIE EN SSPI E ALASTOR, I PHILIPPOT, G MION Hôpital d'instructions des Armées VAL DE GRÂCE 74 Boulevard du Port Royal - 75005 PARIS Infirmière anesthésiste Cadre de Santé,

Plus en détail

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983 Ventilation intelligente Hamilton Medical La ventilation intelligente depuis 1983 Intelligent Ventilation since 1983 Nous nous efforçons de développer des systèmes intelligents pour servir au mieux les

Plus en détail

Mécanique ventilatoire 2

Mécanique ventilatoire 2 Mécanique ventilatoire 2 "Comment le poumon est maintenu et déformé dans la cage thoracique pour assurer la ventilation alvéolaire" L2 - UE Respiratoire Sam Bayat Plan Pressions dans la cavité thoracique

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Extraits du livre II CPAM: codes les plus fréquents en pneumologie

Extraits du livre II CPAM: codes les plus fréquents en pneumologie 1 Extraits du livre II CPAM: codes les plus fréquents en pneumologie SYSTÈME NERVEUX CENTRAL, PÉRIPHÉRIQUE ET AUTONOME 01.01 ACTES DIAGNOSTIQUES SUR LE SYSTÈME NERVEUX 01.01.01 Explorations électrophysiologiques

Plus en détail

L LE DRAINAGE THORACIQUE

L LE DRAINAGE THORACIQUE Soins de l appareil respiratoire/l Le drainage thoracique - 1 - L LE DRAINAGE THORACIQUE DEFINITION Mise en place dans la cavité pleurale d'un drain permettant l évacuation d épanchements gazeux et/ou

Plus en détail

La fonction respiratoire

La fonction respiratoire La fonction respiratoire Introduction Fonction vitale : Au-delà de 3 min = atteintes graves Après 5 min = très altérés On parle de 3 phénomènes : Ventilation : respiration visible, échanges aériens intérieur

Plus en détail

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP)

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP) Réanimation 2001 ; 10 : 744-9 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001955/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Indications, modalités, conduite, et arrêt de

Plus en détail

L appareil d anesthésie

L appareil d anesthésie L appareil d anesthésie (principe de fonctionnement, composants, circuits, ventilateurs, évaporateurs) Dr Yannaël COISEL Département d Anesthésie et Réanimation B ; Hôpital Saint Eloi Pr Samir JABER INSERM

Plus en détail

Actes médicaux délégués

Actes médicaux délégués PAnnexes réambule Le fascicule suivant est un recueil de textes comprenant, notamment, des registres, des programmes, des techniques et des procédures. Ces textes sont issus de documents provenant de divers

Plus en détail

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE Réanimation 2001 ; 10 : 697-8 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001979/FLA CONFÉRENCE DE CONSENSUS SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE XXI e

Plus en détail

Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix?

Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix? Q u e s t i o n s e t R é p o n s e s Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix? Lorsque vous devez prendre des décisions au sujet de formes spécifiques de maintien des fonctions vitales, recueillez

Plus en détail

Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité

Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité Au nom de toute l équipe des soins intensifs, nous vous souhaitons la bienvenue au sein de notre unité. 1. Présentation de l unité L unité des soins intensifs de la Clinique Générale Saint-Jean est une

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

GÉNÉRATEUR D AÉROSOL ULTRASONIQUE-HUMIDIFICATEUR (USAGE INTENSIF / COLLECTIVITÉS) DP100+ (en humidification, avec kit 2901HUVN)

GÉNÉRATEUR D AÉROSOL ULTRASONIQUE-HUMIDIFICATEUR (USAGE INTENSIF / COLLECTIVITÉS) DP100+ (en humidification, avec kit 2901HUVN) DP100+ GÉNÉRATEUR D AÉROSOL ULTRASONIQUE-HUMIDIFICATEUR (USAGE INTENSIF / COLLECTIVITÉS) INDICATIONS ORL AÉROSOLTHÉRAPIE MÉDICAMENTEUSE BRONCHES POUMON PROFOND DP100+ (en humidification, avec kit 2901HUVN)

Plus en détail

Qu est-ce que l anesthésie?

Qu est-ce que l anesthésie? Qu est-ce que l anesthésie? Le mot «Anesthésie» signifie «insensibilité à la douleur et autres sensations» provoquées par les actes diagnostiques ou thérapeutiques. L anesthésie, en réalité, n est pas

Plus en détail

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs 04/10/2007 Page 1/10 Rédaction : JB. CHABLE (IDE) Vérification : C. Thomé (IDET) Approbation : Dr. M. Sirodot 1 BUT Ce document a pour but de s assurer du bon fonctionnement des appareils de ventilation

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

Comprendre un geste de premiers secours le «bouche à bouche».

Comprendre un geste de premiers secours le «bouche à bouche». Niveau 6e Niveau 5e Niveau 4e Niveau 3e Comprendre un geste de premiers secours le «bouche à bouche». Intervenants établissement Enseignants SVT, Physique, moniteur PSC1. Socle commun PILIER 6- Connaître

Plus en détail

Trachéotomie Per Cutanée. Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier DEFINITION

Trachéotomie Per Cutanée. Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier DEFINITION Trachéotomie Per Cutanée Dr Loïc Tual Service du Pr Gilles Dhonneur CHU Jean Verdier 10/2007 DEFINITION Elle consiste en l ouverture de la trachée entre le deuxième et le troisième anneau trachéal afin

Plus en détail