Rome, mars 2007 TROISIÈME CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES JUGES. Quel Conseil pour la Justice?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rome, 26-27 mars 2007 TROISIÈME CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES JUGES. Quel Conseil pour la Justice?"

Transcription

1 Rome, mars 2007 TROISIÈME CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES JUGES Quel Conseil pour la Justice? Discours du Prof. Luigi Berlinguer Président du Réseau Européen des Conseils de Justice Améliorer l auto-administration judiciaire pour satisfaire les attentes des citoyens d avoir une justice équitable, efficace, dans un délai raisonnable * * * * * 1. Au nom du Réseau Européen des Conseils de Justice (ENCJ/RECJ) j ai le plaisir avant tout de souhaiter la bienvenue à tous les participants de cette Conférence, une conférence que notre Réseau a proposé d organiser dès le tout début de sa coopération avec le Conseil Consultatif des Juges Européens. C est, ensuite, un honneur et un plaisir pour moi que ce soit le C.S.M. italien qui offre l hospitalité à cette conférence, puisqu il est l une des institutions fondatrices de l ENCJ, pour laquelle j ai travaillé personnellement comme membre. 2. L ENCJ comme la plupart des participants le savent fort bien - a été institué en 2004 et il est constitué par les institutions nationales qui, dans les États membres de l Union européenne, sont indépendantes des pouvoirs exécutif et législatif et qui sont responsables du soutien des systèmes judiciaires pour l exercice indépendant de la juridiction. Aux Ministères de la justice, pour les États membres qui n ont pas de Conseil de Justice 1, on peut attribuer la position d observateur. 1 L expression employée dans le texte est, conformément au programme de la Conférence, volontairement ambiguë à propos du concept profondément enraciné dans les divers contextes culturels et politiques des pays spécifiques des organes qui reçoivent le nom de Conseils Supérieurs de la Magistrature, ou encore Conseils de Justice ou organes équivalents. Les expressions officiellement utilisées par l ENCJ sont celles de Conseils for the judiciary en anglais, de Justice en français, del Poder Judicial en espagnol. 1

2 Pourquoi l ENCJ a-t-il été si enthousiaste à l idée d organiser une Conférence des juges européens pour discuter les thématiques qui concernent les Conseils de Justice? La réponse est évidente: l ENCJ a pour rôle primordial de souligner l importance de la séparation des pouvoirs et l indépendance de la magistrature. Il se propose de jouer un rôle de médiateur entre les institutions de l Union Européenne et les magistratures nationales. Et il a aussi pour objectif entre autres de promouvoir des analyses et de collecter et fournir des informations sur les structures et sur les compétences des institutions du Réseau ainsi que de promouvoir des échanges des expériences en matière d organisation des organes judiciaires et de la sauvegarde de leur indépendance. Je suis personnellement convaincu que cette Conférence grâce au dur travail des secrétariats du CCJE ainsi que du CSM, à qui l ENCJ est reconnaissant atteindra pleinement ces objectifs, et qu elle apportera une contribution significative aux réflexions ultérieures que le Conseil Consultatif des Juges Européens et le Conseil d Europe effectueront dans ce domaine. 3. Des représentants de l ENCJ exprimeront, dans la suite de la Conférence, notre position sur divers arguments, après l exposé intéressant du Dr. Afonso que nous venons d écouter sur le rôle que jouent, ou devraient jouer, les Conseils de Justice dans l architecture institutionnelle des démocraties européennes régies selon les principes de l État de droit. J ai maintenant le devoir de présenter une ultérieure perspective qui, je l espère, pourra être utile aussi pour introduire les exposés spécifiques. Cette ultérieure perspective que je vais essayer de proposer peut s énoncer de la manière suivante: en tenant pour sûr que les Conseils sont nécessaires pour garantir l indépendance de la magistrature, et par conséquent l État de droit, et pour une sauvegarde effective des droits de l homme, quelles améliorations sont-elles nécessaires pour le bon fonctionnement de ces organes? Autrement dit, les expériences des pays qui ont institué les Conseils nous indiquent les nouveaux besoins importants pour mettre au point l agencement institutionnel des Conseils, si l on considère qu il faut garantir en même temps que l indépendance de la magistrature les attentes des citoyens de recevoir une justice équitable et effective dans des délais raisonnables? Il est facile de postuler que si la sauvegarde de l indépendance de la magistrature doit être confiée aux Conseils il 2

3 faut aussi que les autres valeurs qui retombent dans le spectre d application de l art. 6 de la CEDH, et tout spécialement la promotion d une justice impartiale, efficace et rapide soient réalisées par les Conseils, en tant qu organes préposés à l exigence d assurer un juste équilibre entre ces dernières valeurs et l indépendance de la magistrature 2. Ma réponse personnelle va dans le sens que, si nous examinons les modalités avec lesquelles les Conseils peuvent, conjointement, atteindre les deux objectifs, il y a place pour des améliorations, nécessaires, que les Conseils pourront parfois réaliser tout seuls, d autres fois suggérer au législateur. 4. Je vais commencer par ce que personne ne peut mettre en doute. La justice est une fonction publique, qui doit garantir la sécurité et l équité dans les relations sociales. Elle se doit absolument de satisfaire les attentes des citoyens. La nouveauté des dernières décennies vient de l énorme augmentation des attentes que les citoyens ont de la part de l État: c est le grand effet de la démocratie. La demande sociale de justice a augmenté tout autant, les droits et la capacité critique à l égard de la réponse judiciaire se sont étendus. Aujourd hui, en effet, la demande d équité et 2 Les Avis du CCJE fournissent déjà des exemples de secteurs où la mission des Conseils de sauvegarder l'indépendance doit être coordonnée avec l exigence de poursuivre des objectifs concernant l équité, l efficacité et la rapidité de la justice, comme en ce qui concerne les nominations des magistrats, leur formation, l évaluation du professionnalisme, la discipline, etc... Par exemple, le CCJE estime que pour assurer une distinction correcte des rôles la formation doit être confiée à un institut autonome spécifique, pourvu d un budget propre, mais sous l'autorité du Conseil (Avis n 4 17); que, si le Conseil est compétent aussi bien pour la formation que pour les nominations et les promotions, il faut qu une séparation nette ait été prévue entre ses secteurs responsables de ces attributions (ibidem 18); qu il faut tracer une distinction entre l évaluation qualitative de la performance des tribunaux et l évaluation professionnelle individuelle des juges, spécialement quand il s agit de mesures qui influencent leur statut ou leur carrière, cette dernière constituant une fonction qui a diverses finalités et qui doit être effectuée en se basant sur des critères objectifs avec toutes les garanties prévues pour la sauvegarde de l'indépendance de la magistrature (Avis n 6 34; voir aussi l Avis n 1 45); que l'autorité compétente, à identifier, pour la collecte des données statistiques et le monitorage doit être le Conseil, afin d équilibrer les garanties de l'indépendance de la magistrature avec la nécessité de procédures appropriées qui puissent permettre une rapide révision de l'organisation structurelle des tribunaux en rapport avec les changements des charges de travail (ibidem 47); qu en raison du devoir de réserve des magistrats pour sauvegarder l'impartialité, un juge ou un tribunal mis en cause ou attaqué par les moyens de communication de masse (ou par des représentants de la société ou de la politique à travers ces mêmes media ) soient tenus à s abstenir de réactions à travers ces mêmes canaux, le Conseil devant toutefois être disponible et en mesure de répondre promptement et efficacement à ces attaques (Avis n 7 55). 3

4 d impartialité s entremêle constamment à la demande d efficacité et de promptitude raisonnable de la justice. De son côté l État de droit a construit un système de garanties pour protéger les droits de liberté et d égalité. L indépendance des magistrats, pour garantir leur impartialité, occupe la première place. Les bénéficiaires de l indépendance de la justice sont les citoyens, parce que son impartialité sauvegarde leur liberté et leur égalité. Si bien que la défense de l indépendance de la magistrature base de la démocratie est faite dans l intérêt général, du citoyen. Elle n est pas une prérogative primaire des magistrats même si, bien sûr elle les concerne directement et les défend dans leur fonction contre les interférences indues. Attention, donc: quand dans leur action compréhensible les magistrats défendent leur propre indépendance et celle de la magistrature dans son ensemble avec des attitudes et des intonations dans lesquelles la position de l intérêt général et de l intérêt du citoyen n est pas nette, il se présente la possibilité d un risque de corporatisme. Et particulièrement quand leur défense pourrait dissimuler de l insensibilité à l égard des nouveaux profils de la demande de justice ou des critiques éventuelles pour les dysfonctionnements de la réponse judiciaire. La demande accrue de justice, par exemple, est l une des causes structurelles du défaut le plus important et le plus significatif de la justice, aujourd hui, même s il assume des dimensions différentes d un pays à l autre: je parle de son grave retard, de sa lenteur. Justice delayed is justice denied. Il risque de détériorer le rapport entre les citoyens et la justice. Nous devons tous concourir à réduire le retard; les gouvernements, les parlements, les magistratures, les organes de l autonomie judiciaire. Parce que, si le manque de confiance se répand, la démocratie court des risques, une dérive autoritaire peut se produire. L émotion sociale négative pousse la politique à vouloir réduire l indépendance de la magistrature, elle le fait aussi pour échapper à la critique populaire de l inefficience de la justice et en donner la faute injustement à la magistrature elle même. Les magistrats n ont pas toujours conscience de ces phénomènes. 4

5 Et justement en ce moment, ces temps-ci, dans presque tous les pays européens des phénomènes de cette nature sont en train de se présenter, fort heureusement à un stade initial. En raison de la présence d une certaine inefficacité de la justice, ou aussi à cause de certaines affaires pénales qui ont eu un grand écho médiatique, des tensions sont en train de se créer entre la politique et la magistrature. Il s agit de faits très partiels, mais ils sont l indice d une situation délicate, avec des moments exprimant un certain émoi social en la matière. Et certains, dans le monde politique semblent ne pas se limiter à la simple et légitime critique des décisions judiciaires, allant parfois jusqu à proposer que les pouvoirs des organes de l auto-administration judiciaire soient réduits, voire même jusqu à vouloir influencer la juridiction de la part d un organe politique quelconque. Il n est pas nécessaire que je cite des épisodes concrets parce que vous en connaissez plusieurs exemples, dans différents pays. Et il est fondé de penser avec inquiétude que si tout cela devait s étendre, c est la séparation même des pouvoirs qui pourrait être touchée. J ai ressenti le besoin de proposer cette thématique à cette importante conférence, parce que nous ne pouvons pas passer sous silence un argument aussi important, et parce que j estime que nous devons mettre en place un discours sur ses causes les plus profondes et les plus nouvelles. En partant d un point certain et indiscutable: les Conseils, l ENCJ ne peuvent pas reculer devant le devoir de défendre l autonomie et l indépendance de la magistrature, résolument, sans hésitations. C est la démocratie qui est en jeu. Le problème est: comment la défendre? Pouvons - nous la défendre seulement par principe, comme un dogme, ou en nous retranchant? Ou encore moins comme si c était seulement un droit des magistrats? Et qu est-ce qui peut pousser les citoyens, l opinion publique à réagir sur la même longueur d onde? Je crois qu il n est pas possible de ne pas tenir compte de certaines critiques et des besoins que les citoyens expriment, et qu on ne doit pas en faire abstraction. Il faut savoir les écouter. Sommesnous sûrs que nous nous comportons et que nous nous sommes toujours comportés comme ça? Nous devons saisir quelles sont les nouvelles tâches que la demande sociale 5

6 de justice accrue et modifiée réclament de la magistrature et des organes de son autoadministration, quels sont nos défauts que tout cela nous impose de surmonter. Par exemple: la séparation des pouvoirs se présente-t-elle aujourd hui comme au temps de Montesquieu? Alors c était le nouveau rapport de séparation entre le Roi et le Parlement, entre l exécutif et le législatif, l élément principal. Aujourd hui il me semble que prenne plus d importance celui qui existe entre la politique toute entière et les organes de garantie, les magistratures. Mais en corrélation avec ceci on se demande quel poids peut avoir aujourd hui la demande inéluctable en démocratie que tout le monde réponde de ses actions, de sa propre fonction, de la manière dont il l exerce. Tous, et pas seulement les organes politiques, mais aussi les instances les plus diverses. C est la culture du résultat, qui rend par suite nécessaire la vérification, l assessment, l évaluation, la transparence. C est bien là une condition propre à la démocratie qui, je crois, change sensiblement la tradition d une justice solennelle. Une troisième question, parmi d autres: quel rôle jouent l Europe et l intégration européenne dans tout cela? La supranationalité? La coexistence mais aussi l intégration entre tant d hétérogénéité et de diversité des instructions et des pratiques judiciaires des pays membres, les délicats profils de garanties qui en sont touchés, les formes de l indépendance des magistratures ou de chaque magistrat face aux processus normatifs entièrement nouveaux (et penser que jusqu à hier tout cela était assujetti au droit interne, à un système fortement étatique)? C est dans ce cadre dynamique, vif, changeant, pour moi fascinant mais pas sans risques de différente nature, en tout cas impossible à arrêter (à ne pas arrêter non plus) - que nous discutons dans cette conférence du thème de l exercice de notre autoadministration. Pour en proposer justement le renforcement, mais aussi pour mieux le définir à l enseigne du réalisme, de l efficacité, en faveur du citoyen; et non pas par idéologie, ni religieusement. 6

7 5. Pour commencer à identifier les secteurs dans lesquels des développements ultérieurs sont possibles, je vais faire référence au secteur dans lequel l activité du Conseil que je connais le mieux, c est-à-dire le CSM italien, est du point de vue législatif - très limitée, voire absente. Il s agit de son activité dans le secteur du financement budgétaire et de la responsabilité de l utilisation des ressources financières. Tandis que dans le modèle de Conseil du Nord de l Europe les pouvoirs correspondants sont attribués à ces mêmes organes indépendants qui interagissent de différentes manières avec les managers des services judiciaires et les politiques, dans d autres expériences ce sont les pouvoirs exécutif et législatif qui ont le contrôle total des leviers financiers de la justice. Ce qui, à mon avis, est contre-productif: d une part, le système judiciaire, en tant que tel, ne peut pas décider du montant du budget alloué qu il considère correct, ce qui a pour effet de miner son indépendance: d autre part, la magistrature (et le Conseil qui la gouverne) bénéficie, par rapport à une effective responsabilité institutionnelle, de la possibilité de se défendre appuyée sur le fondement qu il n est pas possible d obtenir certains résultats à cause du manque de ressources (que cet argument soit fondé ou non). Les spécialistes ont souligné que les pouvoirs de management et la responsabilité des budgets accroissent la responsabilité des organisations de gestion des organes judiciaires et cela améliore l efficience 3. Le CCJE je dois l admettre - a abordé une partie de ces problèmes dans son Avis qui est probablement le moins connu parmi ceux qu il a émis, l Avis n 2 (2001). Mais les implications de la responsabilité de la magistrature (et des Conseils), de mon point de vue, devraient être ultérieurement débattues, tout comme le rapport entre la responsabilité et l efficacité. Il va de soi qu une action dans ce secteur exigerait, dans plusieurs États, des réformes législatives, voire même constitutionnelles. 6. Des améliorations sont également possibles dans le domaine du monitorage de la qualité, l activité qui vise à augmenter le rendement global du système judiciaire. À mon avis, nous devrions reconnaître que les fonctions des Conseils de Justice qui aujourd hui 3 Wim VOERMANS et Pim ALBERS, "Councils for the Judiciary in EU Countries, Rapport à la Commission Européenne pour l'efficience de la Justice, Strasbourg 2003,

8 sont considérées des fonctions traditionnelles (recrutement, formation, évaluation professionnelle, promotions, mutations) font partie de ce secteur; mais il inclut aussi le levier disciplinaire (qui figure parmi les attributions des Conseils dans quelques pays) et plus récemment comprend toujours davantage les fonctions de collecte (y compris sous forme d inspections) et d analyse des données, ainsi que de contrôle de la qualité des services judiciaires. Sous ce profil les systèmes du Nord de l Europe sont plus avancés, tandis que les Conseils du Sud de l Europe sont à peine au début de cette expérience. Dans son Avis n 6 le CCJE a envisagé que certaines des attributions indiquées supra devraient être assignées aux Conseils afin de sauvegarder l indépendance judiciaire 4. Je suggèrerais à ce propos qu un élargissement tant au niveau théorique qu au niveau pratique des fonctions des Conseils concernant le contrôle de la qualité et le monitorage, est nécessaire afin de transformer ceux-ci en centres d information fiables (et responsables) qui doivent non seulement modeler (et, si nécessaire, réglementer) le professionnalisme individuel des juges, mais aussi administrer la qualité du système dans son ensemble; ce qui, à nouveau, aurait vraiment pour but d améliorer le service envers les citoyens. 7. La troisième zone principale de développement, selon moi, concerne la nécessité d accroître l efficience de l auto-administration de la magistrature, en repensant son propre fondement, c est-à-dire les procédures démocratiques qui dirigent l agencement institutionnel des Conseils sur la base d élections et/ou de nomination des juges (qui peuvent bénéficier d une représentation importante au sein des Conseils) de la part de leurs collègues, quelques fois avec la participation d autres organes de l état; et sur la base d élections ou de nominations de la composante laïque (choisie d habitude parmi les professeurs de droit ou les avocats experts) de la part de représentants de la politique ou de la société. Comme nous le savons tous fort bien, l'idée qui se trouve à la base d une composition mixte des Conseils est la nécessité de prévenir le corporatisme et de limiter 4 Supra note 2. 8

9 les pressions indues sur les collègues pour les actions qui - comme c est le cas des mesures des Conseils - peuvent impliquer des conflits de rôles et moral hazard. Nous nous trouvons à ce propos face à un check and balance qui équilibre les valeurs de supervision sur la justice et d indépendance de la magistrature. La question que nous devrions maintenant nous poser est de savoir si ce point d équilibre qui est désormais traditionnellement recherché dans beaucoup de systèmes européens - peut être amélioré dans la perspective de l'efficacité de l'activité des Conseils, afin qu il puisse se refléter sur la qualité de la "performance" judiciaire. Nous devons nous efforcer avec la plus grande attention d assurer que les nominations judiciaires ne puissent pas être influencées par le corporatisme judiciaire, tout spécialement en rapport à des positions spécifiques, non plus que les actions disciplinaires envers les juges, ni les autres activités que j ai essayé de décrire comme celles qui touchent de plus près la qualité de la justice. Si parfois nous devions avoir cette impression (ou, pire encore, si les citoyens devaient avoir cette impression), alors sur le plan de l'image de la justice des modifications deviendraient nécessaires quant au système de sélection des magistrats membres des Conseils. Si de telles impressions évoquaient aussi une prévalence de l esprit de parti politique sur les critères objectifs, alors l'évolution devrait concerner la sélection de la composante laïque ou la dépolitisation des Conseils. Si, de plus, il ne s agit pas seulement d impressions, alors les problèmes ne sont pas seulement au niveau de l image, ils sont aussi substantiels. Il y a des Pays, par exemple, où la vie des Conseils eux-mêmes est excessivement influencée par les difficultés et par les évènements politiques. Chacun de ces sujets là sera spécifiquement traité par un rapporteur, c est pourquoi je limiterai mes considérations à certains points: discuter de dépolitisation des Conseils est souvent pour le moins, c est ce qui s est passé dans mon pays un argument pour ceux qui invoquent le retour d au moins quelques uns des pouvoirs des Conseils à la responsabilité du pouvoir exécutif. La forte opposition qui, dans de nombreux États, a correspondu aux tentatives de revenir aux beaux jours d autrefois du contrôle ministériel du système judiciaire est une garantie suffisante pour pouvoir discuter de ce sujet avec la plus grande ouverture d esprit. Je suis sûr - si je dois donner mon opinion 9

10 personnelle - que l auto-administration judiciaire, si elle était mieux organisée quant à la sélection de ses membres, pourrait seulement renforcer, et jamais diminuer, l'indépendance des juges; la pierre angulaire d une représentation significative des magistrats devrait rester intacte, mais il faudrait réfléchir sur le fait que la modalité correcte pour assurer que le choix des juges dans les Conseils ait lieu par des méthodes qui garantissent la plus large représentation de l ordre judiciaire 5 consiste bien à faire organiser par les juges des campagnes électorales, que les électeurs soient leurs collègues ou les parlementaires. De manière analogue, il faut réfléchir si la composante laïque, dont la fonction doit être celle d un frein et contrepoids à l égard du corporatisme judiciaire, doit nécessairement être un produit de la politique des partis, en réintroduisant de cette façon un danger pour l'indépendance judiciaire que l institution des Conseils, en soi, se proposait de conjurer. Bien entendu la question de la composition des Conseils devrait être débattue, selon moi, encore une fois en ayant à l esprit la nécessité d identifier le système qui pourra apporter comme résultat la plus haute qualité possible des services de la justice en augmentant l'équité, l'effectivité et la brévité temporelle des procès. 8. Il me faut maintenant faire brièvement allusion aux problématiques qui concernent la responsabilité des Conseils. Il est plutôt certain que les garanties constitutionnelles se rapportant au gouvernement indépendant de la justice... et les formes de contrôle public sur ce même système sont étroitement reliées entre elles 6. Je 5 La solution du recours aux "élections" est suggérée par le passage déjà cité de la Charte européenne sur le statut des juges, mais la garantie cruciale, à mon avis, est que la sélection se doive d avoir lieu following methods guaranteeing the widest representation of the judiciary", c est-à-dire aussi sans placer les juges dans la nécessité d effectuer une campagne électorale. Bien entendu, dans le cas où les élections resteraient le modèle préférable pour assurer une représentation, on pourrait approfondir des réflexions sur les systèmes électoraux à choisir afin de minimiser la nécessité d instaurer des activités électorales et/ou d organiser au sein de l'ordre judiciaire des groupes en compétition l'un contre l'autre aussi bien pour des élections nationales que pour des élections simplement locales, ce qui les assimilerait - au regard des citoyens aux syndicats ou aux partis politiques. 6 Wim VOERMANS et Pim ALBERS, op. cit.,

11 tiens pour sûr qu il y a un "trade off" évident entre l'indépendance des Conseils et l évaluation externe de leur activité. Si l on tient compte que l'objectif des Conseils, comme je l ai indiqué au début de mon intervention, consiste également à soutenir les attentes des citoyens concernant un service de justice équitable, effectif et prompt, j estime que des formes d "assessment" externe sur les activités des Conseils sont non seulement possibles, mais même souhaitables. Par ailleurs, je préfèrerais placer une telle révision externe des activités des Conseils dans la catégorie des checks and balances, dans le sens où cette expression est employée en droit constitutionnel, plutôt que de recourir simplement à l'appellation vaste et incorrecte de contrôles qui touche de nombreux instituts qui sont typiques de l administration publique 7. Dans tous les cas, c est la tendance à faire référence à elle même, au repli sur soi, qu il faut éviter, y compris pour mettre en valeur et pour améliorer l autonomie de la magistrature. Les organes de l auto-administration dans la réflexion autocritique sur leur propre fonctionnement, et particulièrement face aux expressions de satisfaction qui peuvent avoir les provenances les plus variées, ou aux critiques qui proviennent des citoyens doivent être ouverts à la confrontation avec les autres instances publiques et sociales. L expérience personnelle que j ai eue au CSM italien a été que, dans le domaine de la gestion des carrières judiciaires, le Conseil fait l objet de la coopération avec le Ministre de la Justice, ainsi que du contrôle juridictionnel de la part de la justice administrative; dans le secteur disciplinaire, du contrôle juridictionnel de la Cour de Cassation. J ai déjà fait allusion à l'absence substantielle de pouvoirs en matière de gestion et de formation du budget de la justice, et à la subordination du Conseil aux choix des pouvoirs législatif et exécutif. Cela implique que la vision du Conseil italien comme modèle d indépendance nécessite des éclaircissements sur le contexte dans lequel cette indépendance s insère, compte tenu des nombreux "contrôles" qui existent déjà. Les expériences étrangères montrent un équilibre différent de freins et de contrepoids 7 Le prof. VOERMANS utilise dans son "Councils for the Judiciary in Europe: Trends and Models", dans TFLR-Constitutional Law, Vol. 8, 2000, 132, le concept de "checks and balances" parallèlement à celui de "control" voir aussi Wim VOERMANS et Pim ALBERS, op. cit.,

12 auquel chacun des systèmes est parvenu. Ceci dit, je ressens d un côté le devoir d accorder mon adhésion à l'opinion formulée en doctrine selon laquelle il faudra développer de nouvelles formes d assessment, si l on doit abandonner le contrôle direct sous la tutelle ministérielle, si possible avec une claire distinction des fonctions et des domaines de négociation et/ou de coopération. Ces formes de révision, à mon avis, ne devraient pas nécessairement assumer la forme du syndicat juridictionnel (qui peut être maintenu si des intérêts individuels sont en jeu 8 ). À mon avis, les mesures en matière de gestion des services judiciaires (et, à l avenir, les mesures en matière financière) des Conseils, afin d assurer l'efficacité dans l'intérêt des usagers de la justice, devraient faire l objet seulement du scrutin général de la part de l'opinion publique, par exemple sous forme de publication de rapports annuels et/ou du droit d accès du public aux mesures. Comme les experts le proposent, il serait également possible de prendre en examen des mesures à propos des réclamations et des instances présentées par les usagers 9. Cela renforcerait la position constitutionnelle des Conseils, et favoriserait une responsabilité directe envers les citoyens. Bien entendu cela présenterait de nouveaux risques de politisation; mais il serait possible de limiter ces risques par le biais d une identification soignée des sujets voulant devenir membres des Conseils et des procédures des activités des Conseils (le thème des procédures est crucial lui aussi, et j espère que les intervenants pourront le traiter). De toute façon, il y a toujours des risques dans l'indépendance. 9. La Conférence permettra de débattre de ces problèmes et d autres, si cruciaux. Il va de soi, toutefois, que leur solution revient principalement à la loi, et par conséquent à un processus démocratique de décision politico-parlementaire dans chacun des États membres. Il est également vrai que notre Conférence jettera les bases de l élaboration de 8 La Recommandation n R (94) 12 du Comité des Ministres du Conseil de l'europe prévoit l exigence d un syndicat des juges pour les décisions en matière disciplinaire. 9 Dans les deux articles cit. supra le Prof. VOERMANS prend position en faveur de l abandon du contrôle ministériel en matière de gestion organisationnelle, et de l'introduction de la transparence totale des activités des Conseils. 12

13 ces thèmes, que cette discussion pourra s étendre dans chaque pays et au sein des institutions européennes elles mêmes, dans les magistratures, dans les universités, pour contribuer à des décisions raisonnées et efficaces. Pour l indépendance de la magistrature, dans l intérêt de la justice. Luigi Berlinguer 13

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE «UN CONSEIL DE LA JUSTICE, OUI. MAIS POUR QUOI FAIRE?»

MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE «UN CONSEIL DE LA JUSTICE, OUI. MAIS POUR QUOI FAIRE?» H OGE R AAD VOOR DE J USTITIE C ONSEIL S UPERIEUR DE LA J USTICE Stephaniesquare Louizalaan - avenue Louise 65 b1 1050 Brussel - Bruxelles Tel. 02/535.16.16 - Fax 02/535.16.20 MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne».

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne». AVIS SUR LE PROCHAIN PROGRAMME JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE 1. Cadre de l avis En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice

Plus en détail

Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit

Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit Strasbourg, le 24 novembre 2005 Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit CONCLUSIONS DE LA 7 ème REUNION PLENIERE DU RESEAU EUROPEEN D ECHANGE D INFORMATIONS

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles DISCOURS DE M. LE VICE PRÉSIDENT FRATTINI, À L OCCASION DU SÉMINAIRE DE TRAVAIL DES MEMBRES DU RÉSEAU DES PRÉSIDENTS DES COURS SUPRÊMES DE L UNION EUROPÉENNE AVEC LES REPRÉSENTANTS DES INSTITUTIONS DE

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

Prospection de l avenir du système judiciaire Tunisien

Prospection de l avenir du système judiciaire Tunisien Prospection de l avenir du système judiciaire Tunisien Imed Derouiche Conseiller à la Cour de Cassation Tunisie «Demain est déjà là», écrivit un auteur en 1999. Mais hier est également là et ne sera certainement

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES DGIV EDU HE (2007) 35 Orig. ang. Strasbourg, 24 septembre 2007 Séminaire de Bologne Forum de l enseignement supérieur du Conseil de l Europe : Les cadres de qualifications Siège du Conseil de l Europe,

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain?

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Marc Antonin Hennebert, Ph.D. Professeur agrégé HEC Montréal Chercheur CRIMT marc antonin.hennebert@hec.ca & Olivier

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Réseau des Cours Suprêmes de l Union Européenne Colloque de Paris ITALIE. Questionnaire. I.- Nomination des juges à la Cour Suprêmes

Réseau des Cours Suprêmes de l Union Européenne Colloque de Paris ITALIE. Questionnaire. I.- Nomination des juges à la Cour Suprêmes Réseau des Cours Suprêmes de l Union Européenne Colloque de Paris ITALIE Questionnaire I.- Nomination des juges à la Cour Suprêmes 1). La disponibilité des postes de juge à la Cour de cassation est décidée

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins

Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue. par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Conseils pour la rédaction du CV et la préparation à l entrevue par Stéphan Fournier, conseiller carrière au Mouvement Desjardins Les facteurs de succès de votre démarche Tout en reconnaissant que votre

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

ÊTRE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL: QUEL(S) PROFIL(S) POUR L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE?

ÊTRE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL: QUEL(S) PROFIL(S) POUR L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE? ÊTRE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL: QUEL(S) PROFIL(S) POUR L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE? Compte rendu du séminaire de l ATGEU qui s est tenu du 01 au 04 Mai 2014 à Tozeur-La Tunisie Le cadre

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail