1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28"

Transcription

1 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou plus particulièrement par Oracle, et les contraintes de domaine. I Expliquer ce qu est une clef primaire et traduire en SQL les contraintes d intégrité d entité. I Expliquer ce qu est une clef étrangère et traduire en SQL les contraintes d intégrité référentielles. I Supprimer une table, ou modifier son schéma (ajout de colonne, renommage de colonne, ) Introduction Introduction 3/28 4/28 Définition d un schéma en SQL Instruction SQL CREATE TABLE I liste d attributs (nom + type) I définition de contraintes, afin d avoir un schéma : I plus lisible I plus sûr I plus e cace create table client( num_client NUMBER(3) constraint client_pkey primary key, nom VARCHAR2(20) not null, prenom VARCHAR2(20) not null, solde NUMBER(6,2) default 0.0 not null ) ; Restrictions syntaxiques I Ne pas utiliser un mot réservé SQL comme nom de table ou d attribut I Les majuscules et minuscules sont équivalentes I On peut avoir deux attributs de même nom dans deux tables di é r e n t e s. CLIENT.num_client et COMMANDE.num_client I On peut avoir deux tables de même nom dans deux comptes Oracle (schéma) di é r e n t s. CARON.ARTICLE et SEDOGLAVIC.ARTICLE

2 5/28 Types numériques 6/28 Les types de données Les types numériques I Types simples : numériques, caractères, binaires, dates et intervalles de dates. I Définis dans la norme SQL I Malheureusement, pas toujours suivie! I Oracle accepte la plupart des types de la norme, mais les traduit dans un type propre à Oracle. Types SQL : I NUMERIC(p,s) ou Decimal(p,s) : nombres à virgule fixe. p est le nombre total de chi res et s est le nombre de chi res après la virgule. équivalent au type Oracle Number(p,s) I INTEGER, INT, SMALLINT : entiers I REAL, DOUBLE PRECISION, FLOAT(p) : nombre à virgule flottante. Types numériques 7/28 Types caractères 8/28 Les types numériques Oracle Les types caractères Types Oracle : I NUMBER(p,s) : Nombre à virgule fixe. p est la précision, c est à dire le nombre total de chi res utilisés, et peut atteindre 38. s est l échelle, où le nombre de chi res à la droite du point. L échelle prend une valeur entre -84 et 127.Lorsqu elle est négative, cela signifie que le nombre est arrondi à gauche de la virgule. Par exemple Number(8,-2) signifie qu on va arrondir à la centaine. I NUMBER(p) : Nombre entier sur p chi res. (équivalent à Number(p,0)). I NUMBER : Nombre à virgule flottante. I il existe deux autres types qui permettent de stocker des nombres à virgule flottante : BINARY FLOAT (32 bits) et BINARY DOUBLE (64 bits). Types SQL : I CHARACTER(n) ou CHAR(n) : chaînes de n caractères I CHARACTER VARYING(n) ou VARCHAR(n) : chaînes d au plus n caractères. I NATIONAL CHARACTER(n) ou NCHAR(n) : chaînes de n caractères codés en Unicode. L ensemble des caractères nationaux est un paramètre de la base. I NATIONAL CHARACTER VARYING(n) ou NCHAR VARYING(n) : chaînes d au plus n caractères codés en Unicode. I CHARACTER LARGE OBJECT ou CLOB : très grande chaîne de caractères. I NATIONAL CHARACTER LARGE OBJECT ou NCLOB : très grande chaîne de caractères unicode.

3 Types caractères 9/28 Types binaires 10 / 28 Les types caractères Oracle Les types binaires Types Oracle : I CHAR(n) : chaînes de n caractères I VARCHAR2(n) : chaînes d au plus n caractères. I NCHAR(n), NVARCHAR2(n) : variantes de CHAR et VARCHAR2 avec des caractères unicodes. I CLOB et NCLOB : texte, jusqu à (4 Go - 1) * (taille d un bloc). (avant, on utilisait le type LONG, d au maximum 2Go) I Il existe un type VARCHAR mais il est déconseillé de l utiliser : Do not use the VARCHAR datatype. Use the VARCHAR2 datatype instead. Although the VARCHAR datatype is currently synonymous with VARCHAR2, the VARCHAR datatype is scheduled to be redefined as a separate datatype used for variable-length character strings compared with di erent comparison semantics. 1. Types SQL : I BIT(n) : chaîne de n bits. I BIT VARYING(n) : chaîne d au plus n bits. I BINARY LARGE OBJECT ou BLOB : très grande séquence d octets, qui ne représentent pas des caractères. 2. Types Oracle : I BLOB : données binaires jusqu à (4 Go - 1) * (taille d un bloc) I BFile : données binaires stockées dans un fichier externe à la base. jusqu à 4Go. Types temporels 11 / / 28 Les types temporels 1. Types SQL : I DATE : date (année, mois, jour) I TIME : heure (heure,minute,seconde,) I TIMESTAMP : estampille, i.e date au sens OS I INTERVAL : intervalle de temps. On peut définir des intervalles à des échelles de temps érentes di ( intervalles day - time ou year - month ). I TIME WITH TIME ZONE et TIMESTAMP WITH TIME ZONE : avec le décalage par rapport à Greenwich 2. Types Oracle : I DATE : date et heure (sur 7 octets) I TIMESTAMP : date et heure incluant des fractions de secondes (précision selon l OS) I INTERVAL YEAR TO MONTH : période représentée en années et mois. I INTERVAL DAY TO SECOND : période représentée en jours, heures, minutes, secondes. I TIMESTAMP WITH TIME ZONE I Très complètes depuis la norme SQL2. I Elles sont vérifiées automatiquement par le SGBD. I I I moins de programmation. plus de sécurité. moins d échanges réseaux. I Contrainte non satisfaite ) annulation de la mise à jour + message d erreur. I Contraintes déclaratives, exprimées dans le schéma, présentes dans le dictionnaire des données.

4 13 / 28 domaine 14 / 28 Di érentes contraintes de domaine I Contraintes de domaines = valeurs prises par les attributs. I NOT NULL ne peut pas prendre la valeur NULL I Contraintes d intégrité d entité = clefs primaires I DEFAULT valeur par défaut I Contraintes d intégrité référentielles = clefs étrangères I Contraintes générales = assertions I UNIQUE groupe d attributs dont la valeur (si non nulle) permet d extraire 1 seul tuple. Entraine souvent la création d un index. I CHECK contrainte qui porte sur les valeurs du tuple check (quantite >= 0) check (datedeb < datefin) check (couleur in ( blanc, vert, rouge )) I Dans la norme SQL2, on peut définir des domaines qui définiront les valeurs de colonnes des tables. Clef primaire 15 / 28 Clef primaire 16 / 28 Intégrité d entité Intégrité d entité (2) Définition des clefs primaires. I Les colonnes composant la clef primaire sont not null I Clef formée d une seule colonne I L ensemble est unique create table client( num_client NUMBER(3) constraint client_pkey primary key, I Entraîne la création d un index (qui porte le nom donné à la contrainte) I Clef composée de plusieurs colonnes create table salle( nom_salle varchar2(20), nom_bat varchar2(20),, constraint salle_pkey primary key(nom_salle, nom_bat)

5 Clef primaire 17 / / 28 Génération des clés primaires Intégrité référentielle La norme SQL 2003 comporte deux techniques afin de générer des valeurs numériques auto incrémentées, mécanisme très pratique pour les clés primaires. I l attribut de colonne IDENTITY (comme avec SQL Server) I la création d objets séquenceurs. Lien entre deux tables. I clef étrangère : groupe d attributs d une table T1 dont les valeurs doivent exister dans une table T2, comme valeurs d une clef candidate de T2 (souvent clef primaire). C est la deuxième technique qui peut être utilisée sous Oracle. CREATE SEQUENCE ma_sequence INCREMENT BY 1 START WITH 1 ; I table référencée : la table T2 qui contient la clef candidate. I table qui référence : la table T1 qui contient la clef étrangère. Dans un programme PL/SQL ou une instruction SQL, on utilise une séquence grâce à ses pseudo-colonnes NEXTVAL et CURRVAL. I NEXTVAL permet de générer et récupérer un nouveau nombre. I CURRVAL permet de récupérer le dernier nombre généré (sans en générer de nouveau). select ma_sequence.currval from dual ; insert into T values (ma_sequence.nextval,v2,v3 19 / / 28 Intégrité référentielle (2) Intégrité référentielle (3) Autre exemple (clef composée de 2 colonnes) : Exemple : create table client( num_client NUMBER(3) constraint client_pkey primary key, create table commande( num_client number(3) constraint commande_client_fkey references client create table salle( nom_salle varchar2(20), nom_bat varchar2(20), constraint salle_pkey primary key(nom_salle, nom_bat) create table cours( nom_salle varchar2(20), nom_bat varchar2(20),, constraint cours_salle_fkey foreign key(nom_salle,nom_bat) references salle(nom_salle,nom_bat)

6 21 / / 28 Intégrité référentielle et mises à jour Intégrité référentielle et mises à jour (2) Que faire si on supprime une ligne référencée (clause ON DELETE), ou si on modifie une clef référencée (clause ON UPDATE)? I NO ACTION (anciennement RESTRICT) interdit la mise à jour de la table référencée. I SET NULL clef étrangère mise à NULL (si autorisé) I SET DEFAULT clef étrangère remplacée par une valeur par défaut I CASCADE les lignes qui font référence sont détruites (on delete cascade) ou modifiées (on update cascade) Sous Oracle : I on update / delete no action (par défaut) I on delete cascade I on delete set null create table commande( num_commande number(3) constraint commande_pkey primary key, create table produit( num_produit number(3) constraint produit_pkey primary key, create table contient( num_commande constraint contient_com_fkey references Commande on delete cascade, num_produit constraint contient_prod_fkey references Produit, 23 / / 28 Domaines et assertions Modifier le schéma d une table I SQL2 : Définition d un domaine indépendant des tables, qui peut servir à typer une colonne d une table : CREATE DOMAIN valeur_note INTEGER CHECK (VALUE >= 0 AND VALUE <= 20) I SQL2 : Définition d une assertion, i.e. contrainte globale sur le schéma CREATE ASSERTION exemple_assert CHECK ( 50 > (select count(*) from client where num_client not in (select num_client from commande))) il n est malheureusement pas possible de définir sous Oracle des domaines ou des assertions. Instruction ALTER TABLE (voir doc Oracle pour la syntaxe!) I On peut ajouter une ou plusieurs colonnes, une ou plusieurs contraintes ALTER TABLE <nom_de_la_table> ADD alter table tt add constraint tt_pkey primary key(c1) ; alter table tt add (c3 number(4) default 0 not null ) I On peut supprimer une colonne ou une contrainte ALTER TABLE <nom_de_la_table> DROP <type_element_supprimé> <nom_colonne> alter table tt drop column cc ; -- dangereux! alter table tt drop constraint tt_pkey ;

7 25 / / 28 Modifier le schéma d une table (suite) Sur notre exemple - tables Produit et Contient ALTER TABLE <nom_de_la_table> MODIFY alter table tt modify (c3 number(5)) --> change la taille de la colonne, le NOT NULL et la valeur par défaut restent alter table tt modify (c3 null) --> supprime le NOT NULL -- la colonne produit.nom passe d une taille 30 à une taille 25, -- autorisé car les noms stockés ont moins de 25 caractères. -- le not null est conservé, m^eme si on ne l écrit pas à nouveau. alter table produit modify (nom VARCHAR2(25)) -- ajout d une contrainte alter table contient add constraint quantite_positive check (quantite > 0) On ne peut pas réellement supprimer la valeur par défaut, mais on peut mettre une valeur par défaut à NULL. alter table tt modify (c3 default null) 27 / / 28 Renommer une table ou une colonne RENAME <nom_table> TO <autre_nom_table> Par exemple : rename t1 to ma_table ALTER TABLE <nom_table> RENAME COLUMN <nom_col> TO <autre_nom> alter table tt rename column c3 to cc Supprimer une table Instruction SQL DROP TABLE DROP TABLE Produit ; DROP TABLE Produit CASCADE CONSTRAINTS ; -- supprime Produit et les contraintes qui y font référence. I Sous Oracle, il existe une corbeille où sont mises les tables supprimées (avec des noms barbares BIN$) I on peut récupérer une table que l on a supprimée : flashback table Produit to before drop I on peut vider la corbeille : purge recyclebin

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Chapitre V. Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation

Chapitre V. Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation Chapitre V Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation 175 Mise en oeuvre et utilisation d une base de données : points principaux Organisation d un système de gestion

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Plan de la scéance. Modélisation et conception de bases de données. Que doit-on concevoir? L3Pro SCT Bases de données et programmation

Plan de la scéance. Modélisation et conception de bases de données. Que doit-on concevoir? L3Pro SCT Bases de données et programmation Modélisation et conception de bases de données L3Pro SCT Bases de données et programmation Mathieu Sassolas IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Plan de la séance 3 2 /

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 CRÉATION DES OBJETS DE BASES DE DONNÉES... 2 1.1 Architecture d une base de données... 2 1.1.1 Niveau logique... 2 1.1.2 Niveau physique... 3 1.2 Gestion d une base de données... 3

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

Définition de contraintes. c Olivier Caron

Définition de contraintes. c Olivier Caron Définition de contraintes 1 Normalisation SQL-92 Les types de contraintes 1 Les types de contraintes Normalisation SQL-92 Les contraintes de domaine définissent les valeurs prises par un attribut. 1 Les

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

UTILISER LE SERVEUR MYSQL...

UTILISER LE SERVEUR MYSQL... MySQL (pour Windows 9x) UTILISER LE SERVEUR MYSQL... 2 LANCER LE SERVEUR MYSQL... 2 ARRETER LE SERVEUR MYSQL... 3 TRAVAIL AVEC LA CONSOLE MYSQL... 3 CREATION / SUPPRESSION D'UN BASE... 3 UTILISER UN BASE...

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les commandes de base sous Unix Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

Le language SQL (2/2)

Le language SQL (2/2) Les commandes de base sous Unix SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010

SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010 Définitions SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010 Une base de données est un objet particulièrement difficile à définir puisqu il est abordé en pratique selon différents points de vue : Pour un administrateur,

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 PRÉSENTATION DE TSQL... 2 1.1 Historique... 2 1.2 Les différents types d instructions... 2 1.2.1 Langage de Définition des Données... 2 1.2.2 Langage de Manipulation des Données...

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE MINIMAL DU LANGAGE SQL DE MYSQL

AIDE-MÉMOIRE MINIMAL DU LANGAGE SQL DE MYSQL AIDE-MÉMOIRE MINIMAL DU LANGAGE SQL DE MYSQL Michel Cartereau, 10 avril 2013 Ce document présente l'essentiel à connaître afin d'utiliser le langage SQL (structured query language) au sein du système de

Plus en détail

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE SQL : LDD et LMD SQL ne se résume pas aux requêtes d'interrogation d'une base. Ce langage permet aussi de : - créer des tables - de modifier la structure de tables existantes - de modifier le contenu des

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

Création et Gestion des tables

Création et Gestion des tables Création et Gestion des tables Version 1.0 Z Grégory CASANOVA 2 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les tables... 5 3.1 Les types de données... 5 3.1.1 Les types de données Sql Server... 5

Plus en détail

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML MariaDB : https://mariadb.org/ Site officiel MySQL : http://www-fr.mysql.com/ Zone pour les développeurs : http://dev.mysql.com/

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

Base de données. Chapitre 1 Introduction

Base de données. Chapitre 1 Introduction Base de données Chapitre 1 Introduction Plan du cours Introduction Modèle relationnel SQL Conception 2 Exemple MAT NOM FONCTION COURS AN_ENT 62945 Gilles Prof_adj MRT1111 1997 34560 Myriam Prof_agr MRT2221

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron Le langage SQL (première partie) 1 Plan Le S.G.B.D. postgres Le langage SQL Langage de manipulation de données Langage de requêtes 2 Quelques mots sur Postgres (1/2) Travaux de Stonebraker (Univ. Berkeley)

Plus en détail

Chapitre 4 : Le langage SQL

Chapitre 4 : Le langage SQL Chapitre 4 : Le langage SQL Table des matières I) Introduction...2 II) Rappel...2 III) Gestion de la base de données...2 1) Création de la base de données...2 2) Modification de la base de données...2

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Jusque là, nous avons réalisé toutes les interrogations possibles sur les données, sans pour autant savoir comment gérer leurs structures. Dans ce chapitre,

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

1 introduction : SQL server

1 introduction : SQL server Lycée lissan eddine ibn_elkhatib laayoune SGBDR 1 Pr H.LAARAJ 2015/2016 2 1 introduction : SQL server 1 3 SQL server SQL-Server est un SGBDR Client-Serveur qui utilise TRANSACT-SQL dans ses transactions.

Plus en détail

TD2 SQL. 1. À partir des données présentées dans le tableau suivant, proposez les définitions de la table MAINTENANCE

TD2 SQL. 1. À partir des données présentées dans le tableau suivant, proposez les définitions de la table MAINTENANCE Exercice 1 Syntaxe des noms Les noms d objets SQL suivants sont-ils corrects? a. DEPART b. ARRIVÉE c. DATE d. _WIDE_ e. "CREATE" f. #CLIENT g. IBM_db2 h. 5e_avenue TD2 SQL Sont incorrects : b. Le caractère

Plus en détail

Outils et langages de développement géo-informatique (GMT-4101) Cadres de développement logiciel en géomatique (GMT-7023)

Outils et langages de développement géo-informatique (GMT-4101) Cadres de développement logiciel en géomatique (GMT-7023) Outils et langages de développement géo-informatique (GMT-4101) Cadres de développement logiciel en géomatique (GMT-7023) Capsule 01 Rappels et compléments sur les systèmes de gestion de bases de données

Plus en détail

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1 Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 Le langage SQL... 1-2 Le langage PL/SQL... 1-4 Qu'est-ce que SQL*Plus?... 1-5 Commandes SQL*Plus... 1-7 Variables de substitution... 1-15 La commande

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD Cette partie est à réaliser sur papier uniquement. Il s agit de réaliser un modèle conceptuel de données (MCD) suivi du modèle

Plus en détail

SQL création et modification. de données. Plan. Université de Cergy-Pontoise. Création de tables SQL. Modification de données. Diplôme Universitaire

SQL création et modification. de données. Plan. Université de Cergy-Pontoise. Création de tables SQL. Modification de données. Diplôme Universitaire SQL création et modification de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Diplôme Universitaire Plan Création de tables SQL Types de données Contraintes Modification de la définition d'une table

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : The good, the Bad and the Ugly 1966

Plus en détail

Cours 3 Le langage SQL

Cours 3 Le langage SQL DUT SRC IUT de Marne-la-Vallée 05/02/2014 M2203 Bases de données Cours 3 Le langage SQL Philippe Gambette Sources Cours de Tony Grandame à l'iut de Marne-la-Vallée en 2010-2011 Cours de Mathieu Mangeot,

Plus en détail

TP3 : Creation de tables 1 seance

TP3 : Creation de tables 1 seance Universite de Versailles IUT de Velizy - Algorithmique 2005/2006 TP3 : Creation de tables 1 seance Objectif : Creation et modication de tables dans une base de donnees. Avant de commencer ce TP, terminer

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle 1. Manipulation de l utilitaire Oracle de chargement de données SQL*Loader Des fichiers de données au format CSV (Comma

Plus en détail

Tutoriel de création d une application APEX

Tutoriel de création d une application APEX Tutoriel de création d une application APEX 1 - Objectif On souhaite créer une application APEX destinée à gérer des dépenses et recettes. Ces dépenses et recettes seront classées par catégories. A partir

Plus en détail

TP n o 14 : Bases de données, première partie

TP n o 14 : Bases de données, première partie TP n o 14 : Bases de données, première partie I Introduction Dans ce TP nous allons effectuer des opérations élementaires sur une base de données ne comportant qu une seule table. Lors de la prochaine

Plus en détail

SQL : le Langage de Définition de Données

SQL : le Langage de Définition de Données Nadi Tomeh Slides par Amélie Gheerbrant SQL SQL permet d interroger et de créer, de modifier et de supprimer des bases de données et des données. SQL query : interrogation de données pas de modification

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant Lycée La Martinière-Monplaisir 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : titre date Gran Torino 2008

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Interface Web PhpPgAdmin: permet de faire des requêtes SQL ( 1 commandes) permet de visualiser

Plus en détail

TP1 - Corrigé. Manipulations de données

TP1 - Corrigé. Manipulations de données TP1 - Corrigé Manipulations de données 1. Démarrez mysql comme suit : bash$ mysql -h 127.0.0.1 -u user4 -D db_4 p Remarque: le mot de passe est le nom de user. Ici user4 2. Afficher la liste des bases

Plus en détail

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL Jean-Marie Pécatte jean-marie.pecatte@iut-tlse3.fr 16 novembre 2006 ISIS - Jean-Marie PECATTE 1 Valeur de clé

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Olivier Mondet http://unidentified-one.net

Olivier Mondet http://unidentified-one.net T-GSI Ch.4 Le Langage SQL LDD, LCD Cet exercice guidé reprend le plan suivis lors de l intervention de formation faite pour l académie de Versailles. L objectif principal visait en la présentation du langage

Plus en détail

Le langage SQL : Le Langage de Définition des Données (LDD)

Le langage SQL : Le Langage de Définition des Données (LDD) T-GSI STAGE RENOVATION - SQL.Chapitre 4 - Le langage SQL : Le Langage de Définition des Données (LDD) Sources du document : Livre bible Oracle 9i, J. Gabillaud, Editions Eni ; Support Oracle ; ISO Norme

Plus en détail

1 Création et manipulation d une base de données

1 Création et manipulation d une base de données Université Paris 13 TP Base de données Année 2013-2014 Institut Galilée SQL et ORACLE LI3 1 Création et manipulation d une base de données ans ce TP, nous allons créer la base de données de l exercice

Plus en détail

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage SQL. Durée : 1 h 50 TD 3 Requêtes SQL Description du système

Plus en détail

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar Bases de données Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur Yousra Lembachar Ce cours Slides et notes sur le site www.cs.ucr.edu/~ylemb001/databases.html 1 TP/semaine noté à rendre à la fin de la séance

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

SQL SQL. Oracle. Oracle. pour. pour. Christian Soutou. Avec 50 exercices corrigés

SQL SQL. Oracle. Oracle. pour. pour. Christian Soutou. Avec 50 exercices corrigés 6e édi tio n Christian Soutou SQL SQL pour pour Oracle Oracle Applications avecavec Java, PHPPHP et XML Applications Java, et XML Optimisation des requêtes et schémas Optimisation des requêtes et schémas

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Table des matières PRÉAMBULE... MODULE 1 : PRÉSENTATION DE L ENVIRONNEMENT... 1-1 Qu'est-ce

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage SQL Marie Szafranski 2016-2017 ensiie 1 2016-2017 ensiie 1 Création et modification de tables (attributs, types, etc.) Définition des contraintes d

Plus en détail

Pour les débutants. langage de définition des données

Pour les débutants. langage de définition des données Pour les débutants SQL : langage de définition des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille

TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille 1 Prise en main de SQLplus Oracle est un SGBD Relationnel muni de nombreuses fonctionnalités (celles classiques des

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 6 Clé primaire concaténée

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 6 Clé primaire concaténée Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 6 Clé primaire concaténée MariaDB : https://mariadb.org/ Site officiel MySQL : http://www-fr.mysql.com/ Zone pour les développeurs : http://dev.mysql.com/

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

Le langage SQL. L'Altruiste : Le guide des langages Web. Sommaire

Le langage SQL. L'Altruiste : Le guide des langages Web. Sommaire L'Altruiste : Le langage SQL 1 1 sur 101 L'Altruiste : Le guide des langages Web Le langage SQL Sommaire 1/Introduction 2/Les bases de données 3/Les schémas 4/Les types de données 4.1/Les types de données

Plus en détail

SQL Définition des données

SQL Définition des données SQL Définition des données Instructions Définitions (LDD) CREATE, DROP, ALTER Définition des structures 3 principales étapes: 1. Création de la base de donnée 2. Description des schémas de tables (relations)

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011 Les fichiers en format pdf des projections du cours sont disponibles sur la page : http://www.ibisc.univevry.fr/~serena mais ne pas les imprimer au bât.

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL SQL (sigle de Structured Query Language, en français langage de requête structurée) est un langage informatique normalisé servant à effectuer des opérations sur des bases de

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage SQL

Chapitre 7 Le Langage SQL 7-1- Introduction Chapitre 7 Le Langage SQL SQL (Structured Query Language, traduit Langage de requêtes structuré ou langage d interrogation structuré) est un langage de quatrième génération (L4G), non

Plus en détail

Chapitre 3: Modèle relationnel et conception

Chapitre 3: Modèle relationnel et conception LOG660 - Base de données de haute performance Solutions: Chapitre 3: Modèle relationnel et conception QUESTION 1 Plusieurs schémas sont acceptables. Les points à considérer sont: 1. L'agrégation entre

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des.

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des. 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Master MIAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 XML I XML = extensible markup language I Langage de description de documents (semi-structurés, utilisant des balises

Plus en détail

Les requêtes Oracle XML DB. Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique

Les requêtes Oracle XML DB. Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique Les requêtes Oracle XML DB Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique Sommaire Rappel des modèles Le modèle relationnel Le modèle hiérarchique Leurs différences Oracle XML DB Les types de XMLType Les

Plus en détail