ORDRE DU JOUR. Déclaration fiscale et guide Diverses informations fiscales. Présentation de l impôt à la source. Informations du team administratif

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ORDRE DU JOUR. Déclaration fiscale et guide Diverses informations fiscales. Présentation de l impôt à la source. Informations du team administratif"

Transcription

1 1

2 Nicolas Mathys Coordinateur de la formation et de l information Georges-Et. Nemeth Chef de la section PPI ORDRE DU JOUR Déclaration fiscale et guide Diverses informations fiscales Le projet «Harmonisation des valeurs locatives en Valais» Dénonciation spontanée Claude Berthouzoz Juriste Dominique Mueller Responsable Impôt à la source Dietmar Willa Chef de la section TA Stéphane Zufferey Chef du projet SAP Le secret fiscal au sein des communes Le domicile fiscal Présentation de l impôt à la source Informations du team administratif Projet de modernisation des programmes informatiques du SCC 2 2

3 Thèmes abordés Nicolas Mathys Coordinateur de la formation et de l information Déclaration fiscale et guide Diverses informations fiscales Taxation des hoiries Site du SCC Informations diverses 3

4 Déclaration fiscale et guide 2015 Aucune modification de la LF = Aucune modification de la déclaration et du guide 4

5 Déclaration fiscale et guide 2015 Déduction des primes et cotisations d assurances et intérêts d épargne Suite à la votation populaire du 29 novembre 2015, les citoyennes et citoyens valaisans ont approuvé le décret concernant l application des dispositions sur le frein aux dépenses à l endettement dans le cadre du budget 2015 Conséquence : La troisième tranche de l augmentation des déductions forfaitaires des primes et cotisations d assurances et intérêts d épargne est différée. Art.29l.g) 5

6 Déclaration fiscale et guide 2015 Déduction des primes et cotisations d assurances et intérêts d épargne Idem

7 Informations fiscales Départàl étranger -retraitdu2 ème et3 ème pilier Deux solutions possibles 1. Les contribuables annoncent les retraits des avoirs de prévoyance avant leur départ. Imposition ordinaire pour autant qu au moment de l échéance ou du paiement de la prestation, le couple était assujetti de manière illimitée en Suisse. 2. Le contribuable n annonce pas le retrait, le versement a lieu lorsqu il est à l étranger Si ce versement est effectué lorsqu il n a plus son domicile en Suisse, l impôt à la source est perçu ; certaines conventions de double imposition prévoient que l impôt à la source perçu par la Suisse doit être remboursé. Les personnes qui reçoivent une prestation de prévoyance en capital sont assujetties à l impôt à la source lorsque le paiement de la prestation est effectué alors qu elles ne sont pas (ou plus) domiciliées ou en séjour en Suisse. Dans de tels cas, l impôt à la source sera également prélevé lorsque la prestation en capital est versée sur un compte en Suisse. 7

8 Informations fiscales Départàl étranger -retraitdu2 ème et3 ème pilier Prestations en capital 2e pilier et 3a, versées par des institutions de droit privé à un contribuable domicilié en France L impôt à la source est retenu par l institution de prévoyance; le contribuable a droit au remboursement de l impôt à la source payé, pour autant que ces prestations soient effectivement imposées en France(exiger un justificatif d imposition). Prestations de prévoyance (rentes et prestations en capital) versées par des institutions de droit public Citoyen suisse domicilié à l étranger retenue de l impôt à la source, pas de rétrocession Citoyen français ou citoyen d un Etat tiers retenue de l impôt à la source et possibilité depuis 2011 de demander la rétrocession sur la base d un justificatif Citoyen double nationalité(ch-fr) domicilié en France Idem ci-avant citoyen suisse 8

9 Informations fiscales Départàl étranger -retraitdu2 ème et3 ème pilier Pour en savoir plus, circulaire AFC du Remarques L intérêt pour le canton et la commune est de percevoir l impôt sur les prestations en taxation ordinaire, l impôt retenu à la source revenant d office au canton où se situe le siège de l institution de prévoyance. A l annonce du retrait des papiers, la commune doit s informer de la situation des comptes prévoyances. Certaines communes ne donnent les papiers qu à condition que les impôts sur les prestations soient acquittés. Toutefois on doit relever le fait que le Tribunal fédéral n admet pas cette pratique. Etant donné qu elle est discutable, on ne peut dès lors inciter les communes à adopter cette pratique. 9

10 Informations fiscales Rappel de la pratique à adopter en matière de locaux loués meublés Immeuble loué meublé et en partie occupé par le contribuable: Période de locations à la semaine Locations à la semaine(12 semaines/an) Fr Déduction du 20% loués meublés Fr Revenu locatif Fr Période d occupation personnelle Valeur locative annuelle objet similaire( ) Valeur pour l usage personnel Fr x 40/52 Fr Revenus locatifs bruts Fr Frais d entretien d immeuble(soit 10%, soit 20%, soit effectif Fr Revenu d immeuble net du contribuable Fr

11 Informations fiscales Revenus d immeubles Frais d économie d énergie Les énergies renouvelables La CSI a revisité la circulaire de 2011, sur la qualification fiscale des investissements dans les technologies respectueuses de l environnement(actualisation au ). La seule remise en question de notre pratique est liée à la durée entre la construction d un nouveau bâtiment et le moment de la réalisation de l installation d une énergie renouvelable. Notre pratique actuelle veut que même si l on effectue l installation une année après, mais qu elle ne fait pas partie du dossier de construction initial on admet la déduction de l investissement. Depuis 2011, certains cantons et les dernières jurisprudence du TF, préconisent de refuser cette déduction dans une période de cinq ans qui suit la construction du bâtiment. Nous allons suivre cette pratique et une nouvelle directive a été mise en vigueur et applicable dès la période fiscale

12 Informations fiscales Revenus d immeubles Frais d économie d énergie Les énergies renouvelables Nouvelle directive Encasdedouteprendre Contact avec l autorité fiscale 12

13 Informations fiscales Revenus d immeubles Frais d économie d énergie Les énergies renouvelables Exemples: Frais d'économie d'énergie (applicable dès la période fiscale 2014) Cas no 1 Année Coûts Construction d'une villa N 800'000 Pose de panneau solaire N 50'000 Frais admis - L'année de la construction aucune déduction n'est possible (invetissement initial) Cas no 2 Année Coûts Construction d'une villa N 800'000 Pose de panneaux solaires N+2 50'000 Frais admis - Dans le délai de 5 ans considéré comme des frais d'investissement non-déductibles Cas no 3 Année Coûts Construction d'une villa N 800'000 Installation d'une pompe à chaleur N+5 50'000 Frais admis 50'000 Technologie respectueuse de l'environnement Cas no 4 Année Coûts Achat d'une villa construite N-5 800'000 Pose de panneau solaire N 50'000 Frais admis 50'000 Investissement sur une construction achetée + de 5 ans après sa construction Dans tous les cas, il y a lieu de tenir compte des éventuelles subventions versées 13

14 Informations fiscales ALLOCATIONS FAMILIALES VERSÉES À L ENFANT MAJEUR Faits La fille majeure a effectué une demande auprès de la caisse afin que les allocations familiales que perçoit son père lui soient directement versées. L art. 9 de la loi fédérale sur les allocations familiales permet cette pratique. Solution Il appartient au titulaire du droit aux allocations familiales de les déclarer. Elles doivent donc figurer dans le certificat de salaire du père, il convient par conséquent d imposer ces allocations familiales auprès du père(la fille est majeure). 14

15 Informations fiscales DÉDUCTION AU 3ÈME PILIER A REVENU INFÉRIEUR À LA DÉDUCTION MAXIMALE Faits Un contribuable exerce une activité lucrative jusqu à fin janvier. Il réalise unsalairenetdefr.3' Le contribuable demeure affilié au 2e pilier jusqu à la cessation de l activité lucrative (31 janvier) et, par conséquent, il fait valoir la déduction pour le 3ème pilier de Fr. 6' Question Si le revenu de l activité lucrative est inférieur à la déduction maximale autorisée au 3ème pilier A, la question se pose jusqu à quel montant une déduction pour les contributions au 3ème pilier A peut être reconnue? Solution Selon notre pratique, du fait de l affiliation au 2e pilier, la déduction est admise dans sa totalité. 15

16 Informations fiscales DEPENSES PROFESSIONNELLES FORFAIT 3% CONTRIBUABLES AU CHOMAGE OU EN ARRET MALADIE Rappel de directive Selon l art. 7 de l ordonnance (DFF) sur les frais professionnels, la déduction forfaitaire doit être réduite de manière appropriée si l activité lucrative dépendante n est exercée que pendant une partie de l année ou à temps partiel. En cas de chômage, la pratique est d accorder la déduction pour couvrir les dépenses de déplacements pour les recherches d emplois ainsi qu à l ORP. Si le contribuable, en raison de maladie ou d accident ne travaille pas une partie de l année, la décision a été prise de ne pas réduire cette déduction. Par contre si le contribuable ne travaille pas durant toute l année en raison d une maladie ou d un accident cette déduction doit être refusée. 16

17 Informations fiscales AVOCAT STAGIAIRE ETUDIANT Faits Un contribuable a terminé ses études et débute une activité d avocat stagiaire auprès d un avocat. Le père déclare son enfant comme enfant majeur aux études afin de bénéficier de la déduction yrelative. Question Le stage d avocat est-il encore considéré comme toujours étudiant? Solution Un étudiant en droit achève sa formation universitaire par l obtention du master. L avocat-stagiaire exerce une activité qui, globalement, peut être assimilée à celle de l avocat. Les conditions du statut d étudiant ne sont donc pas remplies et la déduction pour enfant est refusée. La déduction sur le revenu des apprentis est également refusée (rubrique 2580). 17

18 Informations fiscales AIDANTS BÉNÉVOLES GARDE DES ENFANTS Faits Le contribuable a un enfant trisomique dont l âge est inférieur à 14 ans. Dans la déclaration d impôt, il fait par conséquent valoir les déductions suivantes: Question Aidant bénévole Conformémentàl art.31al.1let.i,étantdonnéquel enfantvitaudomicilealorsqu il devrait séjourner dans une institution, il fait valoir la déduction pour aidant bénévole defr.3' Garde de ses propres enfants Conformémentàl art.29al.1let.lilfaitégalementvaloir ladéductionpourlagarde de ses propres enfants, puisqu il remplit également les conditions prévues par cette base légale. Est-ce que le contribuable peut cumuler ces deux déductions? Solution La loi fiscale n interdit pas le cumul des deux déductions. Si les conditions permettant l octroi de ces déductions sont respectées, (selon les directives en la matière) tant la déduction pour aidant bénévole que celle pour la garde de ses propres enfants sont admises. 18

19 Informations fiscales FRAIS DE FORMATION ET PERFECTIONNEMENT FORMATION A L ETRANGER DEGRE SECONDAIRE Faits Un contribuable demande, sous ch "frais de formation", la déduction des frais générés par une procédure de validation des acquis en vue de l obtention d un CFC de mécanicien de production. Il est déjà titulaire d un diplôme espagnol délivré en Question Peut-on prendre en considération un diplôme du degré secondaire étranger? 19 Solution La procédure de validation des acquis permet à une personne sans qualification reconnue d obtenir un CFC sans apprentissage, sur la base des connaissances acquises durant son parcours professionnel et extraprofessionnel et d une évaluation de ses compétences. Le contribuable n a pas démontré que le diplôme espagnol qu il a obtenu est reconnu par l Office fédéral de la formation professionnelle comme équivalent à un certificat fédéral de capacité ou que la formation suivie à l étranger est comparable à une formation existante en Suisse. La procédure de validation a donc donné lieu à la délivrance d un premier diplôme du degré secondaire II, frais que le contribuable ne peut donc pas invoquer. L autorité fiscale refuse également la déduction sur le revenu des apprentis et étudiants. Pour pouvoir faire valoir ces frais, le contribuable doit présenter l attestation d équivalence ou de reconnaissance des qualifications professionnelles, document délivré par l Office fédéral de la formation professionnelle.

20 Informations fiscales Frais de déplacement En relation avec les gares CFF Quels frais admettre?

21 Informations fiscales Evolution de la pratique Depuis 2010, date de la dernière directive, nous relevons de nombreusesévolutionsdelapartdescffdansnotrecanton: Réouvertures de certaines gares. Augmentation des cadences durant les horaires du matin et du soir. A l avenir introduction par les CFF du RER Valais avec des cadences encore plus étoffées et sur des plages horaires plus étendues également. Pour des questions d occupation et de confort précaire en 2 ème classe, possibilité de déduire le prix du transport en 1 ère classe, si celui-ci est prouvé sur la base d une quittance. Le contribuable dont le domicile et le lieu de travail se trouve à moins de 1.5 km (jurisprudence) d une gare peut donc aisément se déplacer en train pour serendreàsontravail. Au-delà des 1.5 km de distance, la pratique actuelle n est pas modifiée.

22 Informations fiscales Cartes des gares CFF avec et sans «Parc and Rail»

23 Informations fiscales Il convient dès lors de calculer la distance entre la gare et le lieu de domicileetlagareetlieudetravail:

24 Intervention de l AFC Taxation des hoiries Le canton doit traiter la taxation des hoiries conformément à la LHID, soit : Chacun des héritiers ajoute à ses propres éléments imposables sa part du revenu et de la fortune de l hoirie. L AFC est cependant d accord d admettre le principe de l imposition des biens de l hoirie, lorsqu il y a un conjoint survivant auprès de ce dernier. L AFC a également validé la planification mise en place par le SCC. 24

25 Planification Période fiscale 2014 Taxation des hoiries Une liste de dossiers dont la fortune dépasse 200'000.-et le revenu 20'000.-a été distribuée aux taxateurs concernés. Pour ces 113 cas une lettre avertit le contribuable que pour la période fiscale 2014, ils devront effectuer la répartition. Période fiscale 2015 et 2016 Priorité est donnée au projet informatique et aucun budget ne peut être alloué pour créer une déclaration et des développements qui sont liés. Période fiscale 2017 Création d une déclaration spécifique pour les hoiries, comme cela se pratique dans tous les autres cantons. 25

26 Information Personnes morales Décret concernant l application de dispositions sur le frein aux dépenses et à l endettement dans le cadre du budget Impôt minimum sur le capital Sujet de l impôt Sociétés de capitaux et les sociétés coopératives Objet de l impôt Capital propre (au sens des art. 94 et ss) Collectivité compétente Canton (exclusivement) Montant minimum CHF Base légale Articles 99 et 180 Loi fiscale valaisanne Entrée en vigueur Dès la période fiscale 2015

27 Autre actualité fiscale FAIF Plafond de Fr pour les déplacements professionnels A l avenir, les travailleurs salariés pourront déduire du revenu soumis à l impôt fédéral direct au maximum 3000 francs à titre de frais de déplacement professionnels. Suite à l adoption de la nouvelle loi sur le financement et l aménagement de l infrastructure ferroviaire (FAIF), le Département fédéral des finances (DFF) a fixé au 1er janvier 2016 l entrée en vigueur de l ordonnance sur les frais professionnels modifiée en conséquence. Entréeenvigueurau1 er janvier

28 Autre actualité fiscale Situation actuelle dans les cantons 28

29 Nouveau site du SCC 29

30 Nouveau site du SCC 30

31 Guide de taxation 31

32 Donne accès à toutes les rubriques de la déclaration d impôt Guide de taxation 32

33 Guide de taxation Donne accès à toutes les directives de taxation 33

34 Guide de taxation Donne accès à toutes les directives de taxation 34

35 Contacts au SCC 35

36 Contacts au SCC 36

37 Contacts au SCC 37

38 Jurisprudence Informations divers Notre service juridique a pris la décision, d entente avec la CCR, de publier des résumés de jurisprudence : Version papier et version en ligne https://www.vs.ch/web/tribunaux/jurisprudence 38

39 Relation entre l ARFC et le SCC Informations divers A l avenir, afin d améliorer encore la coordination entre les communes et le service, nous prévoyons de rencontrer des membres du comité de l ARFC, soit : Une séance au mois de mai. Une séance au moi d octobre. 39

40 THEMES ABORDES Georges-Etienne Nemeth Chef de la section PPI Projet d harmonisation des valeurs locatives Dénonciation spontanée 40

41 Harmonisation des valeurs locatives Situation actuelle : Pas de directive cantonale au contraire des autres cantons. Réclamations régulières lors de la fixation des valeurs locatives des nouveaux objets. Difficulté dans certains cas pour le fisc de justifier le calcul de la valeur locative. 41

42 Harmonisation des valeurs locatives Situation actuelle : Des inégalités de traitement sont régulièrement constatées. Ce projet a également été initié suite à des demandes de communes et de mandataires. Ne découle pas d une volonté de renflouer les caisses publiques. 42

43 Harmonisation des valeurs locatives Buts: Harmoniser les valeurs locatives pour l ensemble du canton sur la base du marché locatif local. Tenir compte des particularités de chaque localité (altitude, éloignement de la plaine, proximité d infrastructures, etc.) Simplifier le calcul pour les contribuables, les communes et les mandataires. 43

44 Comment? Harmonisation des valeurs locatives Nomination d un groupe de travail à fin 2015 constitué de représentants du SCC, des communes et des mandataires. Représentation équitable Haut et Bas Valais. Vos représentants : - Maurice Reuse - Marie-Paule Seigle - Alexandre Gordio 44

45 La suite : Harmonisation des valeurs locatives Gros travail d analyse du marché locatif valaisan. Détermination des critères pour fixer les bases de calcul. Fixation des pondérations. Détermination du calcul définitif. 45

46 La suite : Harmonisation des valeurs locatives Modification des programmes informatiques (TAO, VS-Tax). Informations internes et externes (directives). Mise en production. 46

47 Harmonisation des valeurs locatives Entrée en vigueur prévue: Au plus tôt : période fiscale 2016 (si les programmes informatiques peuvent être modifiés dans les délais > priorité au projet SAP). ou : période fiscale

48 Déclaration spontanée Amnistie partielle 2016 et 2017 : L amnistie partielle n est plus d actualité(postulat du Décret accepté le par le GC avec modification de la LF -art. 241octies BO du ) Invalidée par le TF saisi d un recours d un citoyen TI (Arrêt 2_C 1194/2013 et 2-C 645/2014). Considérants : Rabais d impôts = violation de la LHID et de la Constitution. 48

49 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Intérêts de retard : En cas de déclaration spontanée, le rappel d impôts est perçu sans intérêts pour l IC et l ICo(art. 158 al. 3 LF). L intérêt compensatoire négatif est également concerné et ne doit pas être calculé pour les périodes fiscales avant la date de la déclaration spontanée. A l IFD, les intérêts sont dus(facture séparée). 49

50 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Caisse de compensation : Les éléments soustraits doivent également être annoncés par le contribuable auprès de la Caisse de compensation. Incidences sur les cotisations AVS s il s agit de revenu indépendant soustrait. Incidences sur les subventions pour la Caisse maladie. Les CCC effectuent des contrôles périodiques et rétroactifs. 50

51 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Statistiques VS : Période Nombre de Total des Total des Impôt cantonal sur le Impôt cantonal sur la dossier revenus fortunes revenu fortune ' '652' ' ' '807' ' '621 1'214' '646'808 71' '745 1'612' '692' ' '095'363 2'657' '454' '256'163 1'716'387 3'605' ' ' ' Total fortune depuis 2010 : CHF Total des impôts cantonaux sur le revenu et la fortune : CHF La baisse intervenue en 2015 peut être imputable à l amnistie partielle qui était prévue en 2016 et

52 Incidence pour le contribuable : Déclaration spontanée 52

53 Déclaration spontanée Incidence pour le contribuable, en cas de décès : 53

54 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Statistiques TI : Chiffres publiés par le TI : Fortune amnistiée en 2015 : 1.17 mia! Fortune amnistiée depuis 2010 : 2.85 mia! Augmentation certainement due à l invalidation en mars 2015 par le TF de l amnistie prévue par le GC TI (et approuvée par le peuple TI!) et par le durcissement général du contexte lié à l évasion fiscale et l échange automatique d informations (et au possible abandon du secret bancaire en CH). 54

55 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Hoiries: Comment traiter une dénonciation spontanée pour les héritiers dans le cas où l annonce intervient 5 ans après le décès? 1. Rappel d impôts limité aux 3 années précédant le décès pour l hoirie. 2. Pour chaque héritier, la procédure normale de rappel d impôts est appliquée. N.B. : la pratique admet, pour des raisons desimplification et en cas d accord des héritiers, la notification directement au nom de l hoirie. 55

56 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Période en cours: Selon les directives du SCC, pour un montant de fortune nouvellement déclaré de CHF , le rappel porte sur la période en cours + 4 ans (10 ans pour l IFD). Que signifie «période en cours»? La période en cours est celle qui s achève au 31 décembre précédant immédiatement la date de l annonce de la déclaration spontanée. Ex. : l annonce a lieu le 15 février La période en cours est la période fiscale Le rappel d impôts (IC/ICO) portera donc sur les années 2011 à 2015 (la période en cours + 4 ans). IFD 10 ans. 56

57 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Impôt confiscatoire: L impôt confiscatoire est-il accordé lors d une déclaration spontanée? Pour les périodes fiscales antérieures à 2012 : non Pour les périodes fiscales 2012 et suivantes : oui Explications : le texte de l Ordonnance a changé au Depuis cette date, le calcul est automatisé et ne requiert plus de demande du contribuable dans les 90 jours dès l entrée en force de la taxation. 57

58 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Pratique du SCC: La pratique du SCC portant sur les périodes de rappel d impôts en fonction du montant déclaré s applique-t-elle à tout élément de fortune déclaré? Non, cette pratique ne porte que sur les capitaux d épargne et les numéraires y compris les métaux précieux. Le SCC n appliquera pas cette pratique si la déclaration spontanée porte par exemple sur des droits de participation avec dividendes, sur des rendements d immeubles soustraits et bien entendu sur des revenus d activité lucrative (rappel d impôts sur 10 ans). 58

59 Déclaration spontanée Déclaration spontanée Caractère spontané de l annonce : Le caractère spontané de l annonce doit être avéré. Ainsi, lors de l annonce, le fisc ne doit pas avoir connaissance du cas ni de suspicion à ce sujet. Une déclaration spontanée n est en principe pas possible : -Si une expertise est en cours. - Si une demande de renseignements est pendante. -Si une enquête est en cours. Dans le cas d une taxation provisoire, il est préférable d attendre l entrée en force de la taxation définitive pour effectuer une déclaration spontanée. 59

60 THEMES ABORDES Claude Berthouzoz Juriste Le secret fiscal Le domicile fiscal 60

61 Le secret fiscal Bases légales Loi fiscale du 10 mars 1976 (LF -RS/VS 642.1) Loi sur l impôt fédéral direct (LIFD - RS ) Loi sur l information du public, la protection des données et l archivage (LIPDA - RS/VS 170.2) 61

62 Le secret fiscal Secret fiscal dans la LF et la LIFD Les personnes chargées de l application de la loi ou qui y collaborent, doivent garder le secret sur les pièces et les renseignements dont elles ont connaissance concernant les contribuables et sur les délibérations des autorités et refuser aux tiers la consultation des dossiers fiscaux (art. 120 LF al. 2 LFet110al.2LIFD). Les contribuables sont tenus de révéler leur situation personnelle et financière, ce qui constitue une atteinte légale à leur sphère intime et privée. En contrepartie, le secret fiscal les protège en sauvegardant cette sphère vis-à-vis des tiers. 62

63 Le secret fiscal Notion données sensibles (art. 3 LIPDA) Données personnelles concernant : Les opinions ou activités religieuses, idéologiques, politiques ou syndicales La santé ou la sphère intime ou l origine raciale Les mesures d aides sociales Les poursuites 63

64 Notion de fichier (art. 3 LIPDA) Le secret fiscal Fichier : tout ensemble de données faisant l objet d un traitement manuel ou automatisé (WebTA, TAO, déclarations d impôts, registre fiscal). Maître du fichier : autorité qui dans l accomplissement de ses tâches légales est compétente pour décider de la constitution et de la finalité du fichier, des données qui y sont enregistrées et des traitements qui sont effectués. 64

65 Le secret fiscal Traitement des données (art. 17 LIPDA) Les données faisant l objet d un traitement doivent être adéquates, pertinentes, exactes, complètes et non excessives par rapport aux finalités pour lesquelles elles sont enregistrées. Les données ne doivent pas être utilisées de manière incompatible avec les buts légaux pour lesquels elles sont collectées et leur traitement ne doit pas excéder la durée nécessaire pour atteindre le but fixé. 65

66 Conséquences Le secret fiscal Le secret fiscal s étend à tout document, information et renseignement divulgué, verbalement ou par écrit, sur quelque supportoumediaquecesoit. Seules les données nécessaires doivent être traitées et seules les personnes à qui ces informations sont utiles et nécessaires peuvent en avoir l accès. Tout stockage d informations sur quelque support que ce soit en dehors de ce qui est nécessaire pour l accomplissement de son travail n est pas autorisé (Interdiction de garder une copie de la déclaration ou de ses annexes). 66

67 Le secret fiscal Levée du secret fiscal Des renseignements peuvent être communiqués à des autorités judiciaires ou administratives suisses pour autant qu une loi fédérale ou cantonale le prévoie expressément (art. 120al.2LFet110al.2LIFD), L autorité fiscale peut également être déliée du secret et fournir des renseignements si le contribuable l autorise expressément. 67

68 Le secret fiscal Bases légales expresses : exemples Art. 32 LPGA (Loi fédérale sur la partie générale du droit des assurances sociales) : notamment pour la fixation des prestations et des cotisations Art. 91 al. 5 LP (Loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite): pour la saisie Art. 34 CP (Code pénal) : pour la fixation des peines pécuniaires Art. 170 CC (Code civil) : le Juge peut astreindre des tiers à fournir des renseignements 68

69 Le secret fiscal Absence de base légale pour la transmission de renseignements Au contrôle de l habitant Aux autorités chargées de la perception de la taxe de promotion touristique Au CMS (avec une exception mais pour le SCC) 69

70 Le secret fiscal Dans tous les cas respect des principes suivants : Intérêt public : la levée du secret doit se justifier par un but d intérêt public (taxation correcte, poursuite des délinquants, entretien alimentaire conforme à la capacité contributive). Proportionnalité : Adéquation : le moyen choisi est propre à atteindre le but. Nécessité : le moyen choisi est celui qui porte l atteinte la moins grave aux intérêts privés. 70

71 Le secret fiscal Forme de la demande Ecrite Indiquant la base légale sur laquelle elle est fondée Motivée Adressée au maître du fichier 71

72 Le secret fiscal Autorisation expresse du contribuable Consentement peut être oral ou écrit. En cas de consentement écrit, les autorités fiscales doivent être expressément mentionnées. Exemple : procuration d un avocat ou d un consultant fiscal. Ne constitue pas une autorisation expresse, les constats d accident, les demandes de cartes de crédits, les demandes de prêts hypothécaires et autres demandes similaires. 72

73 Le secret fiscal Transmission des renseignements en cas de levée du secret Par le détenteur du secret, respectivement le maître du fichier. Les informations et les documents contenus dans la WebTA, la TAO et les déclarations d impôts, y compris les PV de taxation, ne peuvent être transmis que par le Service cantonal des contributions. Les communes ne peuvent transmettre que leurs propres bordereaux d impôts et fournir les renseignements qui leur sont propres, comme ceux qui ressortent du registre fiscal. 73

74 Le domicile fiscal Domicile fiscal des personnes physiques Unepersonneasondomiciledanslecantonauregarddudroit fiscal, lorsqu elle y réside avec l intention de s y établir durablement(art.2al.2lf). Condition objective: existence d une résidence Condition subjective : l intention de s y établir avec une certaine stabilité, soit au lieu où la personne à le centre de ses intérêts personnels 74

75 Le domicile fiscal Lorsque le contribuable dispose de deux logements Si une personne séjourne à deux endroits, son domicile fiscal se trouveaulieuaveclequelellealesrelationslesplusétroites. Distinction Célibataires ou personnes seules Les personnes mariées (non séparées), liées par un partenariat, en concubinage depuis longtemps (5 ans), ou avec des enfants communs. Exception : existence d un domicile alternant 75

76 Le domicile fiscal Les célibataires Le célibataire est présumé domicilié à son lieu de travail, soit au lieu où ilpassela nuitdurantla semaineetd où ilserend à son travail. Le contribuable peut infirmer cette présomption en prouvant qu il retourne régulièrement (week-ends et vacances) au lieu d établissement de sa famille et qu il y entretient des relations familiales et sociales particulièrement étroites. 76

77 Le domicile fiscal Les célibataires Dans le cas ci-dessous, on estime que la personne s est détachéedufoyerparentaletquelecentredesesintérêtss est déplacéàsonlieudetravail: durée du séjour supérieure à 5 ans âge supérieur à 30 ans vie commune (conjoint, partenaire, concubine) logement qui constitue plus qu un pied-à-terre possibilité de retour quotidien auprès de la famille 77

78 Les personnes mariées Le domicile fiscal Le domicile fiscal des personnes mariées se trouve au lieu où les époux séjournent ensemble durant la semaine et non pas au lieu où ils passent leurs week-ends et leurs congés. Lorsque l un des époux séjourne la semaine à son lieu de travail et le week-end au lieu d établissement de la famille, le domicile fiscal des deux époux se trouve au lieu d établissement de la famille. 78

79 Les personnes mariées Le domicile fiscal Les époux qui vivent dans des lieux différents sans passer régulièrement ensemble leurs congés au domicile de l un des époux fondent en principe chacun un domicile indépendant. Dans ce cas, les éléments imposables des époux sont répartis par moitié entre leurs cantons ou leurs communes de domicile respectifs. Les époux ont aussi des domiciles séparés lorsque celui qui est résident à la semaine exerce une fonction dirigeante. Une personne exerce une fonction dirigeante lorsqu elle dirige un grand nombre de personnes (environ 100) dans une entreprise importante dans laquelle elle assume des responsabilités particulières. 79

80 Le domicile fiscal Domicile alternant Lorsqu un contribuable a des liens d égale intensité avec les deux lieux où il séjourne. Conditions : Durée du séjour équivalente Liens personnels d égale intensité Condition de logement similaire Cas typique : retraités 80

81 Procédure Le domicile fiscal Les communes doivent régulièrement vérifier la situation des personnes qui résident sur leur territoire sans être inscrites en résidence principale. Les communes doivent établir, au moyen d un questionnaire ou d une audition, le lieu avec lequel le contribuable à les liens les plus étroits. Si la commune parvient à la conclusion que le domicile se trouve sur son territoire, elle prie la personne de déposer ses papiers. 81

82 Le domicile fiscal Procédure Encasdedésaccordentrelacommuneetlecontribuable: Si la personne est domiciliée dans une autre commune valaisanne, essayer d abord de trouver un accord avec l autre commune et le contribuable. Sinon, adresser une demande formelle au Service cantonal des contributions afin qu il se détermine sur le domicile fiscal. La demande doit contenir un exposé des faits pertinents. 82

83 83

84 THEMES ABORDES Dominique Müller Responsable Section Impôt à la source Présentation de l impôt à la source 84

85 Thèmes Présentation de l impôt à la source Personnes soumises à l impôt à la source Permis de travail Déclaration d impôts Demande de révision détenteurs d un permis B autres sourciers Crédit d impôt à la source Taxations effectuées par les communes Changement de tenancier Formule d annonce Projet de révision de l impôt à la source Questions 85

86 Organigramme Chef de l Office cantonal du contentieux financier et des impôts spéciaux Lochmatter Martin Adjointe au chef de l office Charbonnet Tornay Régine Impôts sur les gains immobiliers et successions/donations Impôt retenu à la source Office cantonal du contentieux financier Responsable Maechler Jean-Luc Adjoint Müller Dominique-Ernest Comptable I Zurkinden Martin Impôts sur les gains immobiliers Impôts sur les successions/donations Secrétariat Contrôleur-Réviseur Depaz John Collaboratrice spécialisée Caloz Michèle 50% Collaborateur spécialisé Bavarel Sébastien Collaborateur spécialisé Wyssen Sarah 40% Secrétaire Ferracini Christine Contrôleur-Réviseur Nanzer Roger Collaborateur spécialisé Francey Laurent Collaborateur spécialisé Bayard Roger Collaboratrice spécialisée Milici Danièle 60% Secrétaire Guignard Ariane Contrôleur-Réviseur Rossier David 85% Collaborateur spécialisé Dubuis Paiis Céline Collaborateur spécialisé Wyssen Sarah 60% Contrôleur-Réviseur Rossier David 15% Secrétaire Bellwald Maria-Louisa Collaborateur spécialisé Von Ow Karin Collaboratrice spécialisée Colomb Charlaine Collaborateur spécialisé Lattion Jean-Léon Secrétaire Luyet Jasmine Collaboratrice spécialisée Martinet Monique 50% Collaboratrice spécialisée Roduit Nicole 50% Collaboratrice spécialisée Milici Danièle 40% Apprenti(e) Collaboratrice spécialisée Altamura Barbara 50% Collaboratrice spécialisée Théodoloz Arlette Collaboratrice spécialisée Rosmade Rosita Collaboratrice spécialisée Frei Karine 50% Collaborateur spécialisé Pfefferle Daniel Collaboratrice administravie Pfammatter Margrith Aide-comptable Vonlanthen Mudry Brigitte Secrétaire Luyet Jasmine 50% Aide-comptable Sauthier Laurence 50% Aide-comptable Zurbriggen Sabine 50% Employé de commerce Pitteloud Sébastien 80% 86 Apprenti(e)

87 Nombre de sourciers Impôt à la source '478 41'076 41' ' Nombre d entreprises '616 7'468 7'476 6'

88 Impôt à la source 88

89 Personnes soumises à l impôt à la source Personnes physiques domiciliées ou en séjour dans le canton. Personnes physiques et morales ni domiciliées ni en séjour en Suisse. Autres catégories de personnes. 89

90 Personnes physiques ou morales domiciliées ou en séjour dans le canton (art. 108 al. 1 LF) Selon l art. 108 LF, les travailleurs et travailleuses étrangers qui, sans être au bénéfice d un permis d établissement, sont, au regard du droit fiscal, domiciliés ou en séjour dans le canton, sont assujettis à un impôt perçu à la source sur le revenu de leur activité lucrative dépendante. Exception: Les époux qui vivent en ménage commun sont imposés selon la procédure ordinaire si l un deux a la nationalité suisse ou est au bénéfice d un permis d établissement(permis C). 90

91 Personnes physiques ou morales ni domiciliées ni en séjour dans le canton (art. 108 al. 1 LF) Les travailleurs et travailleuses qui, sans être domiciliés ni en séjour en Suisse, exercent dans le canton une activité lucrative dépendante pendant de courtes périodes, durant la semaine ou comme frontaliers, sont soumis à l impôt à la source sur le revenu de leur activité. Exemple: Un Suisse domicilié au Canada qui exerce une activité sur le territoiresuissepour2moisestsoumisàl impôtàlasource. 91

92 Autres catégories de personnes soumises (art. 108c à 108h) Artistes de théâtre, de cinéma, de radio, de télévision, de spectacles de variétés, musiciens, sportifs et conférenciers domiciliés à l étranger. Personnes domiciliées à l étranger qui sont membre de l administration ou de la direction de personnes morales ayant leur siège ou leur administration effective dans le canton. Personnes domiciliées à l étranger qui sont titulaires ou usufruitières de créances garanties par un gage immobilier sur un immeuble sis dans le canton. Personnes domiciliées à l étranger qui reçoivent des prestations d une institution de droit public et/ou privé. Personnes domiciliées à l étranger travaillant auprès d une entreprise de transports. 92

93 Permis de travail Permis B Soumis Autorisation de séjour Permis L Autorisation de courte durée < 90 jours Autorisation simple de travail Permis F Etrangers admis provisoirement Permis N Requérants d asile Permis G Frontaliers Permis S Personnes à protéger Sans permis Personnes sans autorisation de travail Nationalité suisse Les Suisses domiciliés à l étranger Permis C Non soumis Permis d établissement Les époux qui vivent en ménage commun si l un deuxà la nationalité suisse ou est au bénéfice d un permis C Attention : En cas de séparation de fait ou de corps ou de divorce, le conjoint en possession du permis B est à nouveau soumis à l impôt à la source dès le mois qui suit son changement de situation.

94 Déclaration d impôts Les contribuables au bénéfice d un permis B ayant l obligation de remplir la déclaration d impôts : Lorsque l un des deux conjoints n est plus soumis à l impôt à la source en raison de l obtention du permis C ou de la nationalité suisse dans le courant de l année. Lorsque l un des deux conjoints réalise un revenu brut annuel d une activité dépendante supérieur à Fr Lorsque le contribuable ou son conjoint réalise des revenus provenant d une activité indépendante. Les bénéficiaires de rentes (AVS / AI / LPP / etc ). Les propriétaires d immeubles et biens-fonds en Valais. Les bénéficiaires de pensions alimentaires et contributions d entretien. Les détenteurs de titres (comptes bancaires, postaux, portefeuilles de titres ). Les gains de loterie. Les contribuables qui revendiquent une demande de révision de l impôt à la source. 94

95 Déclaration d impôts Pour les contribuables qui ne sont pas dans les catégories mentionnées : Ils doivent signer et retourner la déclaration d impôts. Ils doivent annexer les certificats de salaire à la déclaration. 95

96 Demande de révision Selon l art. 146 al. 2 LF, si la retenue d impôt à la source est contestée, le contribuable ou le débiteur d une prestation imposable peut, jusqu à la fin mars de l année qui suit l échéance de la prestation, exiger que l autorité rende une décision sur l existence et l étendue de l assujettissement. Déductions pouvant être revendiquées: Cotisations3 ème pilieraetrachatd annéesd assurances(2 ème pilier). Frais de garde d enfant. Intérêts passifs. Pensions alimentaires et contributions d entretien. Frais de formation et de perfectionnement professionnels. Versements en faveur d œuvres d utilité publique en Suisse. Frais de maladie. 96

97 Demande de révision pour les détenteurs d un permis B La demande de révision se fait en remplissant la déclaration d impôts. Les certificats de salaires et justificatifs relatifs aux déductions revendiquées doivent être annexés. La demande doit être retournée à la commune de domicile. Les demandes de révision doivent impérativement être retournées pour le 31 mars. Aucun délai de prolongation n est accordé pour ces demandes. Pour des raisons de délai, il est important que la date d entrée des déclarations soit saisie avec précision par les communes. 97

98 Demande de révision pour les détenteurs d autres permis La demande doit impérativement être accompagnée des certificats de salaires et des justificatifs relatifs aux déductions revendiquées. La demande doit être retournée au service cantonal des contributions. Le dernier délai pour la demande de révisionestle31mars. 98

99 Demande de révision pour les détenteurs d autres permis 99

100 Crédit d impôt à la source Taxation ordinaire ultérieure (art. 4 OIS) Lorsque l un des conjoints réalise un revenu brut annuel d une activité dépendante supérieur à Fr Lorsque le contribuable ou son conjoint réalise des revenus provenant d une activité indépendante. Lorsqu une personne soumise à l impôt à la source a un enfant en commun avec un concubin dont les revenus sont soumis à une taxation ordinaire. Lorsde l obtentiondupermiscoude lanationalité suisse dans le courant de l année. Mariage avec une personne suisse ou permis C. Retenue d impôt à la source sur les revenus d un contribuable non soumis Lorsqu un employeur a effectué une retenue d impôt à la source sur le salaire d un collaborateur qui n est pas soumis à cet impôt (Permis C, Suisse, etc ). Attention: Les impôts à la source décomptés avec la procédure simplifiée (Caisse de compensation) ne sont pas crédités sur les impôts ordinaires. 100

101 Crédit d impôt à la source Lorsque les revenus d un contribuable ont fait l objet d une retenue d impôt à la source et sont taxés selon la procédure ordinaire, les retenues d impôts à la source doivent être créditées sur les bordereaux de la taxation ordinaire. Les montants à créditer sont communiqués aux communes par la sectiondel impôtàlasourcesousforme d . Ces montants peuvent être contrôlés par les communes à l aide des listes des rétrocessions des impôts à la source. 101

102 Taxations effectuées par les communes Les déclarations d impôt taxées par la commune et concernant des contribuables détenteurs d un permis B doivent être transmises au taxateur, qui devra faire une communication à la section de l impôt à la source, lorsqu elles contiennent: un crédit d impôt à la source à effectuer. une demande de révision de l impôt à la source. 102

103 Changement de tenancier Lorsqu un établissement change de tenancier, les communes doivent en informer la section de l impôt à la source en indiquant les coordonnées du nouveau gérant et la date du changement. 103

104 Les employeurs et débiteurs de prestations imposables ont l obligation d annoncer tous les collaborateurs soumis à l impôt à la source dans les 8 jours qui suivent le début d activité au moyen du formulaire que vous pouvez remplir «online» sur le site internet de l Etat du Valais (www.vs.ch/impots). Formule d annonce 104

105 Projet de révision de l imposition à la source Proposition du Conseil fédéral Propositionde la CER Votes de la CER Personnes domiciliées ou en séjour et quasirésidents peuvent demander une taxation ordinaire ultérieure Accorder ce droit également aux autorités fiscales Pour 11 Contre 12 Membres du CA et direction responsables du paiement de l impôt à la source Abrogation de cet article Pour 18 Contre 7 Fixer commission de perception à 1% Augmenter à 2% Pour 15 Contre 3 Absentions 3 Accepter une déduction forfaitaire de 20% des revenus brut des artistes Augmenter cette déduction à 50% Pour 12 Contre 11 Absentions 2 105

106 Projet de révision de l imposition à la source Commission de l économie et des redevances CER du CN Vote d ensemble La CER s est prononcée favorablement à la révision de l imposition à la source (17 voix contre 7). Conseil national Traitera cet objet probablement lors de la session du printemps

107 Questions 107

108 Remerciements à tous les participants pour votre attention..

109 THEMES ABORDES Dietmar Willa Chef de la section TA Registres des contribuables Gestion des délais Organisation Team après le départ de Stéphanie Mathier Call Center SCC Courrier Cahier des charges Etat des titres 109

110 Mutations Registres des contribuables Il est important de faire suivre les mutations régulièrement, minimum une fois par mois; y compris les nouveaux propriétaires hors-canton et hors-pays. Déclaration HP Dès qu une déclaration hors-pays (HP) rentre à la commune, la faire suivre SANS TARDER au Team SCC-HP. Registres des contribuables HC et HP Retour des registres contrôlés des HC et HP pour le 15 février 2016 au plus tard (si pas déjà fait). 110

111 Gestiondes délais Février - Mars * Aujourd hui: dernière date pour déposer la déclaration pour éviter l amende * 5 février 2016: notification des amendes *Dès le 9 février 2016: Taxation d offices * Expédition des déclarations 2015 * : échéance générale du dépôt de la déclaration 2015 Avril * : dernière date pour le dépôt de la déclaration pour éviter la sommation * notification des sommations avec émolument Mai -Juin * : blocage des demandes de délais de paiement BVR et par internet * : dernière date pour déposer la déclaration pour éviter l amende * : Notification des amendes pour nondépôt de la déclaration 111

112 Gestiondes délais Juillet- Août * : échéance des prolongation des délais (salariés) * : dernière date pour le dépôt de la déclaration pour éviter la sommation * Dès : notification des sommations sans émolument Septembre * : dernière date pour déposer la déclaration pour éviter l amende * Dès notification des amendes * Dès : Taxations d offices octobre * : dernière date pour le dépôt de la déclaration pour éviter la sommation * : échéance des prolongations des délais (indépendants et représentants fiscaux) 112

113 Gestiondes délais Novembre * Dès : notification des sommations sans émolument : dernière date pour la saisie des 2èmes prolongations par internet Et dernière date pour déposer la déclaration pour éviter l amende Décembre * Dès : notification des amendes * Dès : Taxation d offices * : ultime échéance des prolongations de délais pour les cas particuliers Janvier 2017 * : dernière date pour le dépôt de la déclaration pour éviter la sommation Migration SAP: changement possible 113

114 Gestion des délais Comme de coutume: Saisie régulière des rentrées des déclarations. 114

115 Organisation Team: répartition des communes Depuis le 22 janvier 2016, Stéphanie Mathier a quitté le service cantonal des contributions. Jusqu à la nomination de sa remplaçante, ses communes sont reprises par Virginie Germanier: Bovernier, Charrat, Fully, Isérables, Leytron, Martigny-Combe, Martigny, Riddes, Saillon, Saxon, Trient, Bagnes, Bourg-St-Pierre, Liddes, Orsières, Sembrancher, Vollèges La nouvelle répartition vous sera communiquée ultérieurement. 115

116 Call Center Team administratif Numéros de téléphones et boîtes mails pour atteindre le Team: Réservés aux administrations communales: Pour les mutations et registres PP et PM : 027/ mail : Pour les Hors-pays et les remises d impôts : 027/ mail : Pour la gestion des délais et rentrées des DIPP et PM : 027/ mail : En cas de problème technique avec le portail WebTa: 027/ mail : Pour toute autre question administrative : 027/ mail : 116

117 Call Center Team administratif Nous vous rappelons que pour atteindre les collègues du team mutations, il est préférable de passer par le call center ou par le mail SCC-REGISTRES. Les collaboratrices de ce team ne travaillant pas toutes à 100%, vous serez automatiquement dirigé vers la personne qui sera de permanence et elle vous répondra même s il ne s agit pas d une de ses communes. 117

118 Courrier L erreur est humaine Au cas où vous aimeriez la signaler, merci de vous adresser directement au chef du Team Administratif afin qu'elle soit corrigée rapidement. Dietmar Willa

119 Information Cahier des charges Principales modifications Emoluments Selon décision du Conseil d Etat du 13 janvier 2016, il y a deux changements dans les tâches facultatives: Les communes qui font des travaux de taxation ne doivent plus codifier les états des titres simples et complexes. Selon décision du Conseil d Etat, l émolument de CHF 2.-est supprimé. Augmentation des émoluments des travaux de taxation selon directives avec saisie des éléments de taxation de CHF 15.- à CHF

120 Information Cahier des charges Disponible sur le site du SCC 120

121 Préparation des états des titres Joindre toutes les pièces justificatives, soit: Attestations des rendements et de fortune. Attestations des frais d'administration des titres (sont souvent indiqués sur les justificatifs des rendements). Les formules DA-1/ R-US. Les formulaires de double imposition. Loterie: originaux des gains, mises(listages). Contribuables indépendants: copie recto verso de l état des titres à joindre au dossier fiscal du contribuable, sans les pièces justificatives. 121

122 Préparation des états des titres 1 ère position État des titres avec les justificatifs Fourres A3 2 ème position 3 ème position Code Barre 2D ou la quittance de transmission Déclaration fiscale avec les justificatifs 122

123 QUESTIONS MERCI DE VOTRE BIENVEILLANTE ECOUTE. 123

124 THEMES ABORDES Stéphane Zufferey Projet de modernisation des programmes informatiques du SCC Projet SCC 2015 Personnes physiques Généralités Planification FIDCOM portail Web Projet ACTIF.vs Personnes morales Impôt à la source Divers 124

125 Généralités Généralités Projet en cours depuis 2009 Modernisation des programmes du SCC Migration du BS2000 sur nouvelle plateforme GI-DO-SU en production sur SAP E-di VSTAX depuis 2011 Automate de taxation en production depuis 2012 Réalisation d'un DWH TAO est en cours sur SAP Mise en place de CH-Meldewesen (projet continu) 2012 décision de partir sur module SAP / TRM Registre cantonal des habitants TEO en production dès septembre 2015 Mise en place d'une gouvernance de projet Impact fort sur les ressources internes (SCI et métier) 125

126 Modernisation des programmes du SCC Fonctions transverses Conduite, pilotage, communication Architectures, intégration Promotions et gestion des environnements Documentation, formation Infrastructures Projets propre à une phase Imposition des personnes physiques Imposition des personnes morales Imposition à la source RPT I et II Projets phasés DWH rapports DWH bouclement, budget 126

127 Structure synthétique du projet Comité de pilotage Controlling Sponsor du projet Chef de projet Dispositif projet Groupes métiers Personnes physiques SCC-2015 Sous-projets Personnes morales ACTIF.vs Impôt à la source ACTIF.vs 127

128 Dispositif et groupe / Personnes physiques Chef de projet Dispositif projet Groupes métiers Assistant projet - PO DWH / reporting Reprise données CC SAP Fiscalité SCI-Dév SAP Intégration TAO/SAP RPT/budget/bouclement SAP Architecte technique DI - gestion délais Notification FIDCOM Registres ACF/Contentieux Formation/information Tests CH-Meldewen 128

129 Instances du projet Comité de pilotage (COPIL) Trimestriel Statut, avancement, risques Requêtes, recommandations Coordination de projet TRM (COPRO) Mensuel Point de situation, risques, métriques Planification, requêtes Revue de projet Trimestriel Point de situation, statut Priorités, orientations, communication Statut rapide TRM Bimensuel Distribution des activités Explication des priorités et attendus Réunion d équipe TRM Bimensuel Distribution des activités Explication des priorités et attendus Statut gestion de projet TRM Hebdomadaire Points ouverts, risques, décisions Priorités, résultats attendus Direction de projet (DIRPRO) Hebdomadaire Points ouverts, risques, décisions Priorités, coordination, ressources 129

130 PLANIFICATION générale du projet 2016 * Suite dév et tests IPP * Février 2016 = démarrage IPM * production IPP (notifications, DIPP, délais, FIDCOM, perception, etc ) 2017 * 1 er trimestre = post production IPP * Suite dév IPM et tests de masses IPM * Juin 2017 démarrage dév de l'is * production IPM mois 2019 * 1 er semestre post production IPM * Suite dév IS et tests masse IS * passage en production de l'is * 1 er semestre 2019 : Post production IS Arrêt BS

131 PLANIFICATION 2016 / SCC-2015 IPP Janvier à juin * Tests de masses : notifications - délais -envois DIPP -perception - etc * Groupes FIDCOM : reprise * Sécurisation reprises des données * Montée en version SAP * Divers Juin à octobre * Tests FIDCOM * Suite des tests de masse intégrés et consolidations * Migration échelonnée des données non financières en production * Formation des utilisateurs * Préparation au passage en production Octobre à décembre * Campagne inscription IAM * Migration des données financières en production * Travaux de transition pour le passage en production * Suite de la formation * Finalisation FIDCOM * Travaux de blocages PP sur BS2000 * Campagne de communication Dès le : passage en production et support post production 131

132 Portail FIDCOM / Généralités Le portail FIDCOM est destiné à remplacer le WEBTA Équipes de projets en fonction depuis 2014 Définition des besoins Fonctionnalités Tests Accès aux données métiers Saisie des dépôts des DIPP liste des saisies, etc Recherches listes recours listes provisoires listes des notifications et données taxées répartitions etc Connexion sécurisée via une authentification forte IAM (Identityand Access Management) Le portail WEBTA reste en fonction pour l'accès aux listes pour les Personnes morales en 2017 / et pour historique PP en lecture Pour les fiduciaires = PP sur FIDCOM et PM sur WEBTA jusqu'au

133 Portail FIDCOM / Généralités Planification 2016/2017 pour le portail 1 er semestre 2016 réactivation du groupe Revue des besoins métiers Fonctionnalités Tests unitaires et d'intégralité 2 ème semestre 2016 Tests de masses Campagne d'inscription à IAM (authentification forte) Formation communication Janvier février 2017 Mise en production du portail pour les PP Contrôles attentifs en production et remontées rapides des éventuelles remarques 133

134 Portail FIDCOM 134

135 Portail FIDCOM 135

136 Portail FIDCOM 136

137 Portail FIDCOM 137

138 Comité FidCom Portail FIDCOM SCC Dietmar Willa Alejandro Caamano Commune Véronique Filliez - Marie-Paule Seigle - Nicolas Herkenne - Bagnes Martigny Savièse Fiduciaire Pierre-Alain Bourgeaud Laurent Gillioz Bernard Chabbey Sébastien Morisod 138

139 Portail FIDCOM Procès-verbaux de taxation - IMPORTANT Le support papier des procès-verbaux de taxation va disparaître lors de la migration de notre système BS2000 sur SAP! Nous remplacerons les PV papier par des listes Excel. Avec cette nouveauté, les communes recevront un outil moderne pour faire différentes statistiques et évaluations. 139

140 Projet ACTIF.vs Le périmètre du projet SCC-2015 se limite à la livraison des Personnes Physiques. La livraison de l'ipm et de l'is s'inscrit sous un nouveau projet intitulé ACTIF.vs (Acronyme de : Applications des Contributions pour les Taxes et Impôts Financiers du Valais) Avec des intervenants différents. Des évolutions législatives à venir sur ces deux impôts qui nécessiteront des réajustements du périmètre. La planification des PM et IS a rendu obligatoire la transition pour le portail FIDCOM et WEBTA (2 portails en parallèle durant une année). 140

141 Modernisation applications du SCC Divers Évènement que l'on peut qualifier d'historique. Migration des applications et données du BS2000 en fonction depuis L'année 2016 est déterminante pour les Personnes Physiques. Projet complexe et consommateur de ressources important. SAP Suisse et consultants étrangers fortement impliqués. Projet pilote en Suisse pour le module TRM. Un tel passage ne va pas sans difficultés : Nous faisons appel à votre compréhension et indulgence. Les communes ont un rôle important avec les contribuables. Une campagne de communication sera prévue à l'attention des contribuables. Nous mettons tout en œuvre pour garantir une bonne mise en production, raison également de cette année 2016 de tests par cycles parallèles avec le BS

142 142

143 Séance d information 2017 Merci à la commune de Champéry 143

144

DIRECTIVES RELATIVES À LA PERCEPTION DE L IMPÔT À LA SOURCE 2012

DIRECTIVES RELATIVES À LA PERCEPTION DE L IMPÔT À LA SOURCE 2012 DIRECTIVES RELATIVES À LA PERCEPTION DE L IMPÔT À LA SOURCE 2012 1. Personnes soumises à l impôt à la source A teneur des articles 108 ss de la loi fiscale du 10 mars 1976 (LF), les personnes suivantes

Plus en détail

11.023 é Frais de formation et de perfectionnement. Imposition des frais. Loi

11.023 é Frais de formation et de perfectionnement. Imposition des frais. Loi Session d'été 0 e-parl 6.06.0 4:47 - -.03 é Frais de formation et de perfectionnement. Imposition des frais. Loi Projet du du 4 mars 0 Décision du du 6 juin 0 Adhésion au projet, sauf observation Loi fédérale

Plus en détail

Imposition des cotisations et des prestations de la prévoyance individuelle liée (pilier 3a)

Imposition des cotisations et des prestations de la prévoyance individuelle liée (pilier 3a) Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

Le certificat de la caisse de pension facile à comprendre!/

Le certificat de la caisse de pension facile à comprendre!/ Le certificat de la caisse de pension facile à comprendre!/ A première vue, le certificat de la caisse de pension ressemble à une jungle de chiffres et de termes techniques. En fait, il n est pas si difficile

Plus en détail

MINICA. Assurance-maladie obligatoire pour soins de base GALENOS

MINICA. Assurance-maladie obligatoire pour soins de base GALENOS MINICA Assurance-maladie obligatoire pour soins de base (selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie du 18 mars 1994, LAMal) Les dénominations personnelles et fonctionnelles contenues dans le présent

Plus en détail

Mémento «La loi sur les résidences secondaires»

Mémento «La loi sur les résidences secondaires» Mémento «La loi sur les résidences secondaires» Situation de départ Le 11 mars 2012, le peuple suisse acceptait l initiative sur les résidences secondaires. Depuis, la proportion de résidences secondaires

Plus en détail

vu les articles 31, alinéa 1, chiffre 1 et 42, alinéa 1 de la Constitution cantonale ; sur la proposition du Conseil d Etat,

vu les articles 31, alinéa 1, chiffre 1 et 42, alinéa 1 de la Constitution cantonale ; sur la proposition du Conseil d Etat, Consultation Projet Loi du 8 RPT octobre II 00 Avant-projet de loi sur le traitement du personnel de la scolarité obligatoire (y c. école enfantine) et de l enseignement secondaire du deuxième degré général

Plus en détail

LA RETRAITE ADDITIONNELLE DE LA FONCTION PUBLIQUE (RAFP)

LA RETRAITE ADDITIONNELLE DE LA FONCTION PUBLIQUE (RAFP) Circulaire C.d.G. - DOC n 301 du 25 novembre 2004 Date d effet : 1 er janvier 2005 La présente circulaire annule et remplace la circulaire C.d.G. DOC n 290 du 25 août 2004 LA RETRAITE ADDITIONNELLE DE

Plus en détail

Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011

Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011 - 1-411.200 Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu les articles 8, 43, 56, 58 et 59 de la loi sur le cycle

Plus en détail

Contrat de syndic AVERTISSEMENT. Ce document est une version d évaluation du contrat.

Contrat de syndic AVERTISSEMENT. Ce document est une version d évaluation du contrat. http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat de syndic Auteur: Me Marie Dupont, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif de vous informer

Plus en détail

Actualités dans le domaine du droit du travail

Actualités dans le domaine du droit du travail 29 avril 2016 Actualités dans le domaine du droit du travail Me Nathalie Subilia (ns@oher.ch) Rue De-Candolle 16 CH-1205 Genève etude@oher.ch SOMMAIRE 1. Introduction 2. Le licenciement collectif 3. Le

Plus en détail

4 Le délai légal maximal de six mois dont dispose la CP pour. 5 Le montant minimum de la mise en gage de la PLP ou du

4 Le délai légal maximal de six mois dont dispose la CP pour. 5 Le montant minimum de la mise en gage de la PLP ou du 2 CAISSE DE PREVOYANCE DES FONCTIONNAIRES DE POLICE ET DE LA PRISON DIRECTIVE DU COMITE DE LA CP CONCERNANT L'APPLICATION DES ARTICLES 30a A 30g ET 83a DE LA LPP (accession à la propriété du logement au

Plus en détail

A12. La formation hors temps de travail S O M M A I R E. Z O O M P Se former pendant un arrêt maladie

A12. La formation hors temps de travail S O M M A I R E. Z O O M P Se former pendant un arrêt maladie 1 La formation hors Se former hors est une modalité particulière de formation qui nécessite un investissement personnel du salarié. Une formation peut se réaliser hors dans le cadre du plan de formation

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PRÉVOYANCE 2015

RÈGLEMENT DE PRÉVOYANCE 2015 Caisse de pensions des bouchers (proparis Fondation de prévoyance arts et métiers Suisse) RÈGLEMENT DE PRÉVOYANCE 2015 Première partie: plan de prévoyance S5, S5U Le présent plan de prévoyance entre en

Plus en détail

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008 L A C O N F E R E N C E L A T I N E D E S C H E F S D E S D E P A R T E M E N T S D E J U S T I C E E T P O L I C E ( C L D J P ) LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D

Plus en détail

DIRECTION DE LA SÉCURITÉ ET DE LA JUSTICE. aux préposé(e)s au contrôle des habitants des communes du canton de Fribourg

DIRECTION DE LA SÉCURITÉ ET DE LA JUSTICE. aux préposé(e)s au contrôle des habitants des communes du canton de Fribourg DIRECTION DE LA SÉCURITÉ ET DE LA JUSTICE SICHERHEITS- UND JUSTIZDIREKTION Instructions du 17 mai 2010 aux préposé(e)s au contrôle des habitants des communes du canton de Fribourg Objet : La nouvelle organisation

Plus en détail

La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 I) LES GRANDS PRINCIPES AFFIRMÉS ET LA RÉORGANISATION QUI EN DÉCOULE

La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 I) LES GRANDS PRINCIPES AFFIRMÉS ET LA RÉORGANISATION QUI EN DÉCOULE La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 Ce texte réforme de façon considérable les lois du 14 décembre 1964 et du 3 janvier 1968 en matière de protection des majeurs

Plus en détail

Liste d annonce des salaires pour l année 2014 Contrat n.

Liste d annonce des salaires pour l année 2014 Contrat n. Confidentiel À toutes les études affiliées Berne, le 5 décembre 2013/aln Liste d annonce des salaires pour l année 2014 Contrat n. Madame, Monsieur, Pour être en mesure de boucler l année en cours et débuter

Plus en détail

Etablissement mutualisateur (chargé de la rémunération de l ensemble des assistants d éducation de l Académie de REIMS)

Etablissement mutualisateur (chargé de la rémunération de l ensemble des assistants d éducation de l Académie de REIMS) Etablissement mutualisateur (chargé de la rémunération de l ensemble des assistants d éducation de l Académie de REIMS) SOMMAIRE Chapitre 1 : Les conditions d emploi Chapitre 2 : la prise en charge Chapitre

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (Bac +2)

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (Bac +2) ADMINISTRATIVE 3440, route de Neufchâtel B.P. 72 76233 BOIS-GUILLAUME Cedex Tél. : 02 35 59 7 Fax : 02 35 59 94 63 www.cdg76.fr FILIERE ADMINISTRATIVE CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+»

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+» CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+» (Arrêté du 9 décembre 2010 relatif aux incitations financières) Subvention pour l acquisition, par des

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC Loi sur la Régie de l assurance maladie du Québec (L.R.Q., c. R-5, a. 14 et a. 15 ; 2007, c. 21, a. 9 et a. 11) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»).

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»). Version 14 novembre 2014 Statuts 1 Art. 1 Dénomination et forme juridique 1 Sous la dénomination «esisuisse» est constituée une association au sens des articles 60 à 79 du Code civil suisse (CC) pour une

Plus en détail

STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG)

STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG) 1 STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG) Chapitre I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Dénomination L «Union du corps enseignant secondaire genevois» (ci-après UNION) fédère

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Politique : - Ressources humaines Programme : Opération : EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106 Objet : Frais de déplacement

Plus en détail

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel Texte approuvé

Plus en détail

6.02 Etat au 1 er janvier 2010

6.02 Etat au 1 er janvier 2010 6.02 Etat au 1 er janvier 2010 Allocation de maternité Femmes ayant droit à l allocation 1 A droit à cette allocation toute femme dont le statut professionnel, à la naissance de l enfant, correspond à

Plus en détail

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20152 Location de matériel lumière, son et vidéo

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20152 Location de matériel lumière, son et vidéo Opéra de Dijon Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20152 Location de matériel lumière, son et vidéo 1 4 Article 1 Objet et décomposition du marché 4 Article 2 Durée du Marché 5

Plus en détail

Mise à jour : novembre 2011

Mise à jour : novembre 2011 EN CAS DE DECES d un fonctionnaire affilié à la CNRACL Agents stagiaires et titulaires effectuant une durée hebdomadaire de service égale ou supérieure à 28/35 èmes Mise à jour : novembre 2011 Centre de

Plus en détail

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES PPB-2007-7-CPB-1 2 Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers Table des matières 0. Base légale et énumération des principes TABLE DES MATIÈRES 1. Responsabilité

Plus en détail

Règlement-cadre de prévoyance de la Caisse fédérale de pensions PUBLICA (RCPP)

Règlement-cadre de prévoyance de la Caisse fédérale de pensions PUBLICA (RCPP) Règlement-cadre de prévoyance de la Caisse fédérale de pensions PUBLICA (RCPP) du 6 mars 05 La Commission de la caisse, vu l art., al., let. g, de la loi fédérale du 0 décembre 006 régissant la Caisse

Plus en détail

SERVICE RETRAITE. Pôle Carrières NOTE D INFORMATION n 2010-12/02

SERVICE RETRAITE. Pôle Carrières NOTE D INFORMATION n 2010-12/02 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA CREUSE Pôle Carrières NOTE D INFORMATION n 2010-12/02 CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS - CNRACL SERVICE RETRAITE LA REFORME DES RETRAITES

Plus en détail

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable. Actualisée le 26.11.2014

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable. Actualisée le 26.11.2014 Comité / Vorstand Union des autorités fiscales suisses Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Associazione delle autorità fiscali svizzere Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Décision

Plus en détail

Objet de la consultation PRESTATION DE SERVICES DE RELATIONS PRESSE DU PALAIS DE TOKYO. Marché n 2-2015

Objet de la consultation PRESTATION DE SERVICES DE RELATIONS PRESSE DU PALAIS DE TOKYO. Marché n 2-2015 Objet de la consultation PRESTATION DE SERVICES DE RELATIONS PRESSE DU PALAIS DE TOKYO Marché n 2-2015 REGLEMENT DE LA CONSULTATION DATE ET HEURE LIMITES DE REMISE DES OFFRES : 12 novembre 2015 à 18h Date

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

Ordonnance sur le registre automatisé des véhicules et des détenteurs de véhicules

Ordonnance sur le registre automatisé des véhicules et des détenteurs de véhicules Ordonnance sur le registre automatisé des véhicules et des détenteurs de véhicules (Ordonnance sur le registre MOFIS) 741.56 du 3 septembre 2003 (Etat le 1 er juin 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu les

Plus en détail

DIRECTION des RESSOURCES HUMAINES Relations et Gestion Sociales

DIRECTION des RESSOURCES HUMAINES Relations et Gestion Sociales DIRECTION des RESSOURCES HUMAINES Relations et Gestion Sociales Septembre 2008 BC 14-01 MESURES RELATIVES A L ACCOMPAGNEMENT DES SALARIES DANS LE CADRE DU SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER D ILE DE FRANCE La

Plus en détail

COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE

COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE Décembre 2002 11, rue de la Tour des Dames - 75436 Paris cedex 09 - Tél. 01 45 26 33 41 - Fax 01 49 95 06 50 - www.cleiss.fr 2

Plus en détail

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1 GRECE Les dépenses de protection sociale en Grèce représentent 24,5% du PIB. Le système grec est de logique bismarckienne, mais évolue depuis 1980 avec la mise en place d un service national de santé,

Plus en détail

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel Autorité fédérale de surveillance en matière de révision ASR Circulaire 1/2010 concernant le reporting des entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat à l intention de l Autorité de surveillance

Plus en détail

Filière administrative

Filière administrative Filière administrative LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Notice d information Mise à jour le : 11/04/2016 de Rédacteur Territorial Textes de référence : - Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012 portant statut

Plus en détail

AIDE A L AMELIORATION DE L HABITAT POUR DES PERSONNES AGEES OU HANDICAPEES REGLEMENT D OCTROI D UNE AIDE FINANCIERE

AIDE A L AMELIORATION DE L HABITAT POUR DES PERSONNES AGEES OU HANDICAPEES REGLEMENT D OCTROI D UNE AIDE FINANCIERE AIDE A L AMELIORATION DE L HABITAT POUR DES PERSONNES AGEES OU HANDICAPEES REGLEMENT D OCTROI D UNE AIDE FINANCIERE Préambule : La Communauté de Communes du Chardon Lorrain a inscrit dans son projet de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 B-11-01 N 46 du 6 MARS 2001 5 F.P. / 33 INSTRUCTION DU 23 FEVRIER 2001 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT AU TITRE DES DONS AUX ŒUVRES VERSES

Plus en détail

la construction d une nouvelle installation de transbordement du TC,

la construction d une nouvelle installation de transbordement du TC, Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral des transports OFT Division Financement Numéro de référence : Votre référence : Notre référence

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Déclaration d affiliation

Déclaration d affiliation Déclaration d affiliation 1. L affilié(e) ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF AGREEE PAR L ARRETE ROYAL DU 27 DECEMBRE 1967 Chaussée de Marche, 637-5100 NAMUR - Wierde : 081/32.06.11 - Fax : 081/30.74.09 Adr.

Plus en détail

SERVICE DU PERSONNEL

SERVICE DU PERSONNEL SERVICE DU PERSONNEL TABLEAU DE TRI ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS PRODUITS PAR LE SERVICE DU PERSONNEL # les délais proposés n incluent pas l année en cours # en gras : les documents à éliminer par

Plus en détail

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION LE GUIDE

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION LE GUIDE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION LE GUIDE Toutes les informations essentielles pour préparer son alternance à l IAE Toulouse Aspects juridiques Aspects pédagogiques Aspects financiers Aspects administratifs

Plus en détail

Loi concernant la perception de droits de mutation sur les transferts immobiliers (LDMI) 1)

Loi concernant la perception de droits de mutation sur les transferts immobiliers (LDMI) 1) 20 novembre 1991 Loi concernant la perception de droits de mutation sur les transferts immobiliers (LDMI) 1) Etat au 1 er février 2013 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, sur la proposition

Plus en détail

Loi fédérale sur les allocations pour perte de gain en cas de service et de maternité

Loi fédérale sur les allocations pour perte de gain en cas de service et de maternité Loi fédérale sur les allocations pour perte de gain en cas de service et de maternité (Loi sur les allocations pour perte de gain, LAPG) 1 834.1 du 25 septembre 1952 (Etat le 1 er février 2015) L Assemblée

Plus en détail

Nom de l établissement :... Adresse :... Code Postal :... Ville :... Nom et prénom :... Fonction :... M./Mme/Melle Nom et prénom :...

Nom de l établissement :... Adresse :... Code Postal :... Ville :... Nom et prénom :... Fonction :... M./Mme/Melle Nom et prénom :... MINIMUM REQUIS CONVENTION DE STAGE ERASMUS 2010-2011 Programme d éducation et de formation tout au long de la vie Convention de stage conclue entre : L établissement d envoi : Nom de l établissement :...

Plus en détail

Le nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables

Le nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables Intervention de Jocelyne WROBEL, Présidente de l URIOPSS Bourgogne Le nouveau dispositif de protection des majeurs vulnérables Vieux de 40 ans, ce système de protection juridique des majeurs est remis

Plus en détail

631.421. Ordonnance. La Direction des finances. Ordonne : du 21 mars 2001

631.421. Ordonnance. La Direction des finances. Ordonne : du 21 mars 2001 63.4 Ordonnance du mars 00 sur la déduction des frais relatifs aux immeubles privés, des investissements destinés à économiser l énergie et à ménager l environnement ainsi que des frais de restauration

Plus en détail

Pouvez-vous racheter ou régulariser. des droits pour la retraite? À JOUR AU

Pouvez-vous racheter ou régulariser. des droits pour la retraite? À JOUR AU Pouvez-vous racheter ou régulariser des droits pour la retraite? À JOUR AU 1 er mars 2007 Vous avez fait des études supérieures et/ou vous avez peu cotisé certaines années? Si vous le souhaitez, vous pouvez

Plus en détail

Projet : Manuel SST du Dirigeant - version finale. Projet. Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST)

Projet : Manuel SST du Dirigeant - version finale. Projet. Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Projet Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel SST du Dirigeant Version finale Version : 00.2 Révision : 18.04.05 page 1 de 27 Table des matières Glossaire...4 0.

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2016

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2016 DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2016 Le formulaire est à retourner impérativement complété des pièces justificatives avant le 15 octobre 2015 - Soit par courrier à l adresse

Plus en détail

MARCHE PUBLICS DE TRAVAUX MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE

MARCHE PUBLICS DE TRAVAUX MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Commune de CASTELLAR MARCHE PUBLICS DE TRAVAUX MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (En application des articles 26 et 28, alinéas 1 et 2 du Code des Marchés Publics) TRAVAUX D ENTRETIEN DE LA VOIRIE ET DES TERRAINS

Plus en détail

Sénégal. Code des investissements

Sénégal. Code des investissements Code des investissements Loi n 2004-06 du 6 février 2004 [NB - Loi n 2004-06 du 6 février 2004 portant Code des investissements Modifiée par la loi n 2012-32 du 31 décembre 2012] Titre 1 - Définitions

Plus en détail

Affichage obligatoire

Affichage obligatoire Bordeaux, le 3 octobre 2014 Le Recteur de l Académie de Bordeaux Chancelier des universités d Aquitaine à Mesdames et Messieurs les Inspecteurs d Académie, Directeurs académiques des services de l Education

Plus en détail

DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf page 6, liste des pièces à fournir)

DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf page 6, liste des pièces à fournir) CADRE RESERVE AU CONSEIL GENERAL : N Dossier Familial : N de foyer : N Aide : Gestionnaire : ORGANISME AYANT CONSTITUE LA DEMANDE ET PERSONNE REFERENTE :........ DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf page

Plus en détail

Il est judicieux de noter les délais y indiqués dans votre calepin afin de ne pas les rater, sous peine de ne pas être admissible aux épreuves.

Il est judicieux de noter les délais y indiqués dans votre calepin afin de ne pas les rater, sous peine de ne pas être admissible aux épreuves. Commentaires CO 22.03.2007 VADEMECUM DE L AVOCAT STAGIAIRE ATTENTION! Les informations suivantes ont été rédigées suivant l état de la pratique au jour de leur mise en ligne au mois de juillet 2007. Elles

Plus en détail

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Actualisé au 24/01/2011 DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Mode opératoire à l attention des maîtres d ouvrage Préambule L Assemblée régionale a validé lors

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - FISCALITE

NOTE JURIDIQUE - FISCALITE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - FISCALITE - OBJET : La redevance audiovisuelle Base juridique Art.41 de la loi de finances pour 2005 Loi

Plus en détail

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER SERVICE UNIQUE RESPONSABLE.. CONVENTION N Portant attribution d une subvention FEDER au titre du Programme

Plus en détail

STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG

STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG Article 1 Dénomination Inscription Il existe une association qui se dénomme «AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG».

Plus en détail

Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse

Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse Certificats de spécialisation Droit des Personnes Droit Immobilier Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse Géraldine ASSADOURIAN Avocate au Barreau de Grasse D.E.A de Droit Immobilier assadourian@free.fr

Plus en détail

FILIERE ANIMATION. CONCOURS D ANIMATEUR TERRITORIAL (BAC) et CONCOURS D ANIMATEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (BAC + 2)

FILIERE ANIMATION. CONCOURS D ANIMATEUR TERRITORIAL (BAC) et CONCOURS D ANIMATEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (BAC + 2) FILIERE ANIMATION CONCOURS D ANIMATEUR TERRITORIAL (BAC) et CONCOURS D ANIMATEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (BAC + 2) I - Catégorie et composition... 2 II - Les fonctions... 2 III - Les conditions d accès...

Plus en détail

FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour

FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour DÉCRET TAXE DE SÉJOUR : TAXATION D OFFICE OBLIGATIONS DES COLLECTIVITÉS, HÉBERGEURS ET PLATEFORMES DE RÉSERVATION EN LIGNE Décret n 2015-970

Plus en détail

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique STATUTS Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901, ayant pour dénomination : AIDUCE : Association Indépendante

Plus en détail

ORDONNANCE RELATIVE AU TRAITEMENT DES MINISTRES ORDONNÉS DE L ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC 2011

ORDONNANCE RELATIVE AU TRAITEMENT DES MINISTRES ORDONNÉS DE L ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC 2011 ORDONNANCE RELATIVE AU TRAITEMENT DES MINISTRES ORDONNÉS DE L ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC 2011 SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1.1.00 ENTRÉE EN VIGUEUR, DURÉE ET INTERPRÉTATION 1.1.01 La présente ordonnance

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES Entre les Soussignés : LTP CARCADO-SAISSEVAL 121 Boulevard Raspail 75006 PARIS 01 45 48 43 46 Représenté par le Chef d Etablissement Monsieur

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016. (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I

RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016. (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016 (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article I-1 : Obtention du grade de

Plus en détail

Hypothèques. Directives pour l octroi de prêts garantis par gages immobiliers. Valable au 1er juillet 2015

Hypothèques. Directives pour l octroi de prêts garantis par gages immobiliers. Valable au 1er juillet 2015 Hypothèques Directives pour l octroi de prêts garantis par gages immobiliers Valable au 1er juillet 2015 Fondation de prévoyance ASMAC Kollerweg 32 Case postale 389 CH-3006 Berne N Téléphone: +41 31 350

Plus en détail

La protection sociale du créateur ou repreneur d entreprise

La protection sociale du créateur ou repreneur d entreprise La protection sociale du créateur ou repreneur d entreprise AOUT 2014 Artisan Commerçant Industriel 1 Au programme Enregistrer votre entreprise Votre protection sociale obligatoire Les prestations Les

Plus en détail

SYNDIC ET CONSEIL SYNDICAL

SYNDIC ET CONSEIL SYNDICAL SYNDIC ET CONSEIL SYNDICAL LES DEUX ROUAGES DE LA COPROPRIÉTÉ Toute copropriété, quelle que soit sa taille, doit avoir un syndic. Sa mission consiste à gérer l immeuble et à veiller à l exécution des décisions

Plus en détail

Société Mutualiste des Sapeurs-pompiers de Grenoble et Seyssinet-Pariset REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMISSION RETRAITE SOMMAIRE

Société Mutualiste des Sapeurs-pompiers de Grenoble et Seyssinet-Pariset REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMISSION RETRAITE SOMMAIRE Société Mutualiste des Sapeurs-pompiers de Grenoble et Seyssinet-Pariset REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMISSION RETRAITE Approuvé en CA du 05.05.11 SOMMAIRE Le présent règlement se compose de plusieurs éléments

Plus en détail

sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante

sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante 6.4 Ordonnance du mars 00 sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante La Direction des finances Vu l article 7 de la loi du 6 juin 000 sur les impôts

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 429 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par M. Jacques Brassard Ministre des Transports Éditeur officiel

Plus en détail

REGLEMENT D ATTRIBUTION DE LOGEMENTS COMMUNAUX

REGLEMENT D ATTRIBUTION DE LOGEMENTS COMMUNAUX REGLEMENT D ATTRIBUTION DE LOGEMENTS COMMUNAUX Article 1 Champ d application Le présent règlement sʹapplique à tous les logements offerts en location par la commune au sens de l article 26 du Code bruxellois

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 B-15-02 N 120 du 9 JUILLET 2002 IMPOT SUR LE REVENU. CHARGES DEDUCTIBLES. PENSIONS ALIMENTAIRES VERSEES POUR L ENTRETIEN DES ENFANTS EN CAS

Plus en détail

Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT. relatif à la gestion des déchets. Vu :

Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT. relatif à la gestion des déchets. Vu : Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT relatif à la gestion des déchets L assemblée communale Vu : la loi cantonale du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD) ; le règlement du 20 janvier 1998

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

Statuts de l ONCF. adoptés lors du 18 e congrés des 20 et 21 janvier 2011 à Reims ORPHELINAT NATIONAL DES CHEMINS DE FER DE FRANCE

Statuts de l ONCF. adoptés lors du 18 e congrés des 20 et 21 janvier 2011 à Reims ORPHELINAT NATIONAL DES CHEMINS DE FER DE FRANCE ORPHELINAT NATIONAL DES CHEMINS DE FER DE FRANCE Statuts de l ONCF adoptés lors du 18 e congrés des 20 et 21 janvier 2011 à Reims Statuts de l ONCF - page 1 sommaire CHAPITRE I : Création - But Article

Plus en détail

Subvention pour l acquisition de matériels identifiés dans un plan d actions contre les TMS

Subvention pour l acquisition de matériels identifiés dans un plan d actions contre les TMS CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «TMS Pros Action» (Arrêté du 9 décembre 2010 relatif aux incitations financières) Subvention pour l acquisition de matériels

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/16/023 DÉLIBÉRATION N 16/008 DU 2 FÉVRIER 2016 RELATIVE À LA CRÉATION D'UNE BANQUE DE DONNÉES "TAMPON" AUPRÈS DE LA

Plus en détail

Directive LPers n 02.03 LPers art. 2 RLPers art. 3-155

Directive LPers n 02.03 LPers art. 2 RLPers art. 3-155 Directive LPers n 02.03 LPers art. 2 RLPers art. 3-155 Stages 1. Champ d application La présente directive s applique à l ensemble des services et offices de l Administration cantonale vaudoise, y compris

Plus en détail

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement)

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) 1 L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) L agrément d association de protection de l environnement permet d être appelé

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077 PARIS, le 03/05/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-077 OBJET : Frais professionnels décisions du Conseil d Etat du 29/12/2004 TEXTE A ANNOTER

Plus en détail

DEMANDE D ALLOCATION POUR LE LOYER (pour les personnes ne recevant pas de prestations d aide à l emploi et au revenu)

DEMANDE D ALLOCATION POUR LE LOYER (pour les personnes ne recevant pas de prestations d aide à l emploi et au revenu) N o de CS: N o de demande: de réception: Services provinciaux Division de la prestation de services dans les communautés Services à la famille Manitoba 114, rue Garry, bureau 102, Winnipeg (Manitoba) R3C

Plus en détail

414.132.2 Ordonnance générale sur le contrôle des études à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne

414.132.2 Ordonnance générale sur le contrôle des études à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne Ordonnance générale sur le contrôle des études à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Ordonnance sur le contrôle des études à l EPFL) du 10 août 1999 (Etat le 19 décembre 2000) La Direction de l

Plus en détail

C O M M U N I C A T I O N

C O M M U N I C A T I O N C O M M U N I C A T I O N Appui du Fonds d Encouragement Régional (FER) à la création de chambres d hôtes Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Début juin le comité de Pays-d

Plus en détail

DÉCISION DU COMITÉ MIXTE DE L EEE N o 76/2011 du 1 er juillet 2011 modifiant l annexe VI (Sécurité sociale) et le protocole 37 de l accord EEE

DÉCISION DU COMITÉ MIXTE DE L EEE N o 76/2011 du 1 er juillet 2011 modifiant l annexe VI (Sécurité sociale) et le protocole 37 de l accord EEE 6.10.2011 Journal officiel de l Union européenne L 262/33 DÉCISION DU COMITÉ MIXTE DE L EEE N o 76/2011 du 1 er juillet 2011 modifiant l annexe VI (Sécurité sociale) et le protocole 37 de l accord EEE

Plus en détail

Le portail de la formation professionnelle. Nos formations par corps de métiers :

Le portail de la formation professionnelle. Nos formations par corps de métiers : Nos formations par corps de métiers : Marketing-Publicité Finance-Banque Fiduciaire-Immobilier Direction-Management Ressources Humaines Informatique-Technologie Biotechnologie-Pharmaceutique Electronique-Mécanique

Plus en détail

Formulaire du candidat relatif à l achat de la Formation Compétences Clés par la préfecture de MARTINIQUE (DIECCTE 972)

Formulaire du candidat relatif à l achat de la Formation Compétences Clés par la préfecture de MARTINIQUE (DIECCTE 972) Formulaire du candidat relatif à l achat de la Formation Compétences Clés par la préfecture de MARTINIQUE (DIECCTE 972) Formulaire du candidat 972) PREMIÈRE PARTIE : LETTRE DE CANDIDATURE ET HABILITATION

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT LA REMUNERATION DE L ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) Textes de Références légales :

INFORMATION CONCERNANT LA REMUNERATION DE L ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) Textes de Références légales : Thonon-les-Bains, le 14 janvier 2016 INFORMATION CONCERNANT LA REMUNERATION DE L ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) Textes de Références légales : Convention Collective Nationale de travail des Assistants Maternels

Plus en détail

DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE

DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE Au décès d'une personne, ses biens sont répartis selon les règles de la «dévolution légale» (s'il n'a pas fait de testament)

Plus en détail

ALLOCATION RETOUR A L EMPLOI ( A.R.E.)

ALLOCATION RETOUR A L EMPLOI ( A.R.E.) RECTORAT DE BORDEAUX DRRH/DEPR ALLOCATION RETOUR A L EMPLOI ( A.R.E.) 1 - Les personnels concernés : Professeurs contractuels, vacataires, maîtres auxiliaires, délégués rectoraux, - maîtres d internat,

Plus en détail

REGLEMENT. Subvention pour le redéveloppement des commerces et du logement dans les noyaux commerciaux

REGLEMENT. Subvention pour le redéveloppement des commerces et du logement dans les noyaux commerciaux Article 1er Définitions REGLEMENT Subvention pour le redéveloppement des commerces et du logement dans les noyaux commerciaux Les termes suivants sont définis comme suit dans le cadre de l application

Plus en détail