Développement Financier et Croissance Economique : Un Modèle Simple à Equilibres Multiples

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement Financier et Croissance Economique : Un Modèle Simple à Equilibres Multiples"

Transcription

1 Revue d Economie Théorique e Appliquée Volume Numéro 2 Déc. 20 pp Développemen Financier e Croissance Economique : Un Modèle Simple à Equilibres Muliples Jude C. EGGOH Faculé des Sciences Economiques e de Gesion (FASEG) Universié d Abomey-Calavi (UAC) Résumé : Ce aricle présene un modèle simple de croissance endogène qui prend en compe le développemen financier. Le seceur financier n'es pas modélisé de façon explicie mais exerce une exernalié posiive sur le seceur réel e améliore l'efficacié de la ransformaion de l'épargne en invesissemen. Les résulas obenus suggèren l'exisence d'équilibres muliples de croissance endogène à long-erme, en relaion avec différens niveaux de développemen financier. Nous monrons que le premier équilibre es caracérisé par un faible aux de croissance e un faible niveau de développemen financier andis qu'au niveau du second équilibre, le seceur financier es développé e la croissance économique fore. Mos Clés : Développemen financier Croissance économique Equilibres muliples. Classificaion J.E.L. : D53 D58 G2 F43. Financial Developmen and Economic Growh: A Simple Model wih Muliple Equilibriums Absrac: This paper presens a simple endogenous growh model which akes ino accoun financial developmen. The financial secor is no explicily described in our framework, bu exers a posiive exernaliy on he real secor and improves he efficiency of he ransformaion of savings ino invesmen. The resuls sugges he exisence of muliple balances of long-erm endogenous growh in he relaionship beween financial developmen and economic growh. We find ha he firs equilibrium is characerized by a slow growh and a low level of financial developmen, whereas he second equilibrium records a high economic growh and developed financial sysem. Keywords: Financial developmen Economic growh Muliple equilibriums. J.E.L. Classificaion: D53 D58 G2 F43. Je remercie P. Villieu e les deux rapporeurs pour les remarques e suggesions sur une version anérieure de ce aricle. Touefois, je demeure responsable des erreurs qui persisen dans le présen aricle.

2 Revue d Economie Théorique e Appliquée Vol. N 2 Déc Inroducion Depuis les ravaux de Goldsmih (969), Mac Kinnon (973) e Shaw (973) qui monren que le développemen financier affece posiivemen la croissance e le développemen économique, de nombreuses éudes on éé réalisées sur la relaion enre les seceurs financier e réel, abouissan à des résulas souven conradicoires. L idée éan qu un seceur financier développé facilie la mobilisaion de l épargne, perme de rendre plus efficace l'allocaion des ressources, améliore la gesion du risque e accroî l'impac du développemen financier sur la croissance. Cependan, les conribuions des aueurs d inspiraion keynésienne remeen en cause le rôle fondamenal du seceur financier dans la croissance économique 2. Pour ces derniers le développemen du seceur financier serai une conséquence de la croissance économique e non le conraire. Les argumens héoriques de ces aueurs son en parie renforcés par l échec des poliiques de libéralisaion financière enreprises dans de nombreux pays en développemen au cours des années 80. Touefois, les récenes éudes héoriques prenan en compe de développemen financier dans les modèles de croissance endogène monren que ce dernier peu êre considéré comme une source poenielle de croissance. Le sysème financier peu affecer la croissance économique à ravers de nombreux canaux. L allocaion efficiene du capial a éé idenifiée par Bencivenga e Smih (99) e Levine (99). Selon ces aueurs, l'émergence des inermédiaires financiers modifie la srucure de l'épargne en orienan les ressources liquides vers les placemens illiquides de long-erme. La diversificaion e le parage du risque son idenifiés par King e Levine (993) e Acemoglu e Ziliboi (997) pour mere en évidence l'effe de la finance sur la croissance. La spécialisaion e la division du ravail son évoquées par Greenwood e Jovanovic (990) e Sain-Paul (992). Pagano (993) suggère égalemen que le développemen financier affece la croissance économique à long-erme, parce qu il augmene le monan de l épargne desinée à l invesissemen. Enfin, la réducion des imperfecions consécuives au développemen financier es démonrée par Bencivenga e Smih (998), Ziliboi (994), e Blackburn e Hung (998) 3. Bien que le lien enre le développemen financier e la croissance soi héoriquemen éabli, ceraines éudes empiriques conduisen à des résulas nuancés en monran que la relaion enre les deux variables peu dépendre soi du niveau du revenu (Deidda e Faouh, 2002, Rioja e Valev, 2004, Huang e Lin, Ces développemens son réalisés dans le cadre de la héorie de la libéralisaion financière, foremen inspirée de la docrine néolibérale. 2 Voir par exemple Robinson (952), Tobin (956), Diaz-Alejandro (985) e Lucas (988). 3 Se référer à Levine (997) puis Levine (2005) pour une revue de liéraure approfondie sur la relaion enre le développemen financier e la croissance économique.

3 J.C. Eggoh Développemen financier e croissance économique ) ou du niveau de développemen financier (Shen e Lee, 2006, Deidda e Faouh, 2008). Sur le plan héorique, cee variaion de la relaion enre le développemen financier e la croissance peu êre expliquée par l'exisence d'effes de seuils enre les deux variables. Les résulas obenus par Sain-Paul (992) e Greenwood e Jovanovic (990) s inscriven dans cee perspecive. Aussi, Berhelémy e Varoudakis (994) rouven-ils que l ineracion réciproque enre le seceur financier e le seceur réel peu générer des équilibres muliples : en pariculier, les aueurs monren que deux équilibres sables peuven exiser ; enre ces deux équilibres il y a un équilibre insable qui perme d'éablir un effe de seuils enre les deux équilibres sables. L'obje du présen aricle es de prendre en compe le développemen financier dans un modèle simple de croissance endogène. Le seceur financier n'es pas modélisé de façon explicie, mais exerce une exernalié posiive sur le seceur réel à ravers la foncion de producion, e améliore l'efficacié du processus de ransformaion de l'épargne en invesissemen. Les résulas obenus suggèren l'exisence d'équilibres muliples de croissance endogène à long-erme dans la relaion enre le développemen financier e la croissance économique. Deux équilibres sables émergen : le premier équilibre es caracérisé par un faible aux de croissance e un seceur financier peu développé, andis qu'au niveau du second équilibre, le développemen financier es élevé e la croissance économique fore. Ces résulas meen en évidence les phénomènes de rappe de sous développemen e de rappe à pauvreé dans la relaion enre le seceur financier e le seceur réel. Le rese de l'aricle es organisé de la façon suivane : la prochaine secion es consacrée à la présenaion du cadre héorique du modèle. Nous discuons dans la Secion 3 des implicaions économiques du modèle. La dernière secion présene la conclusion. 2. Un modèle simple de croissance endogène avec développemen financier Nous nous siuons dans le cadre rès simplifié d'un modèle de croissance endogène 4 avec un développemen financier sans fondemen microéconomique (c'es-à-dire qu il n y a pas de descripion formelle du comporemen du seceur financier). Le seceur financier qui a pour rôle de ransformer l'épargne en invesissemen, prélève une ceraine parie des ressources producives pour son acivié. La producion es réalisée à l'aide d'une echnologie de ype Cobb-Douglas, qui se présene sous la forme suivane : F K, L, z Y A K K z L, () 4 Ce modèle s inscri dans le cadre héorique des modèles de croissance endogène élaborés par Romer (986, 990), Lucas (988) e Barro e Sala-i-Marin (992).

4 Revue d Economie Théorique e Appliquée Vol. N 2 Déc où Y es le niveau de la producion, processus de producion e K la quanié de capial uilisé dans le L la quanié de ravail qualifié. z es la proporion de ravail qualifié uilisé par le seceur financier, AK représene une exernalié liée au processus de producion, K es le sock moyen de capial par unié de producion e enfin un paramère posiif inférieur à l'unié. Pour des raisons de simplicié, nous supposons que l'exernalié liée au processus de producion se présene sous la forme suivane 5 : A K AK, (2) où A es un paramère consan de la echnologie de producion. L imporance de l exernalié liée au capial dépend de qui n es rien d aure que la par du ravail qualifié dans la producion. Plus grand es (la par du capial dans la producion), plus peie sera l exernalié à la producion e la différence enre le rendemen social e le rendemen privé deviendra de plus en plus faible. Lorsque end vers, le rendemen privé coïncide avec le rendemen social, puisqu il n y a plus d exernalié liée au capial physique. Dans ce cas, on rerouve la foncion de producion de ype «AK» de Rebelo (99), e le aux de croissance d équilibre compéiif es efficien. Ainsi, le paramère es rès uile pour mesurer l imporance de l exernalié dans le processus de producion. On sai qu à l'équilibre le sock moyen de capial par unié de producion es égal au sock de capial déenu par firme, c'es-à-dire K K 6. En faisan l'hypohèse supplémenaire que le ravail qualifié es normalisé à l'unié L, la foncion de producion par unié de ravail se présene sous la forme suivane : y Ak z, (3) z, la proporion de main d'œuvre uilisée dans le seceur financier es un indicaeur de mesure de la aille du seceur financier. Des valeurs élevées de z indiquen que le seceur financier emploie une fore proporion de main d'œuvre ; ce qui es un signe de développemen financier. Nous supposons que la proporion z de ressources producives prélevées es inégralemen uilisée par le seceur financier pour ransformer l'épargne en invesissemen. Par conséquen, la main d œuvre disponible dans l économie es supposée êre employée par les seceurs réel e financier. Noons que la echnologie de producion décrie à ravers la relaion (3) exhibe des rendemens d échelle croissans e suggère qu à long-erme la croissance économique ne va pas s annuler comme dans le cas du modèle de Solow (956). 5 Se référer à Romer (986) ou Bencivenga e Smih (99) pour une hypohèse semblable. 6 La modélisaion se basera sur une analyse de l équilibre dans la perspecive du planificaeur social.

5 J.C. Eggoh Développemen financier e croissance économique 3 Au-delà de l exernalié posiive exercée par le seceur financier sur le seceur producif, la présene modélisaion prend en compe la foncion d inermédiaion du seceur financier, qui consise à ransformer l épargne en invesissemen 7. Comme chez Pagano (993) e Roubini e Sala-i-Marin (995), cee foncion d inermédiaion es inégrée à l équilibre keynésien radiionnel d égalié enre l épargne e l invesissemen. Nous nous siuons dans le cadre d une économie fermée, où à l équilibre l invesissemen producif I es financé uniquemen par une fracion de l épargne collecée S. L'équilibre macroéconomique sur le marché des biens e services enre l'invesissemen e l'épargne se radui par : I z S. (4) La ransformaion de l épargne en invesissemen par les inermédiaires financiers nécessie l uilisaion de ressources producives correspondan à une fracion z de l épargne. La proporion z de l épargne perdue radui l exisence d imperfecion dans le processus d inermédiaion. Elle peu égalemen refléer les marges, correspondan à la rémunéraion perçue par les inermédiaires financiers e par conséquen l inefficience-x associée à l acivié d inermédiaion. Ainsi, en présence de fores imperfecions, ou de siuaion de quasi-monopole, les peres sèches liées son élevées e une faible parie de l épargne es ransformée en invesissemen. Nous faisons l hypohèse supplémenaire que l efficacié de l inermédiaion z es endogène e dépend de la proporion de la main d œuvre qualifiée employée dans le seceur financier. Sous la conjecure précédene de normalié du ravail qualifié, la proporion de main d œuvre employée dans le seceur financier devien égale à la quanié de ravail uilisée dans le seceur. Effecivemen, les seceurs financiers développés emploien une quanié plus imporane de main d œuvre qualifiée que les seceurs financiers sous développés. Par conséquen, le niveau de développemen financier peu êre facilemen assimilé à la quanié de ravail employée dans le seceur financier. La echnologie de ransformaion de l'épargne en invesissemen, qui mesure l'efficacié du sysème financier en foncion de la aille du seceur financier es donnée par l'expression suivane : z z, (5) avec un paramère posiif inférieur à l'unié, e la condiion : z z 0 ; cee condiion radui le fai que le aux de ransformaion de l'épargne en invesissemen es une foncion croissane de la quanié de ressources prélevées par le seceur financier, c'es-à-dire du niveau de développemen financier. Cependan, la echnologie de ransformaion de l'épargne en invesissemen exhibe 7 Noons que le présen modèle ne prend pas en compe le processus de collece de l épargne, mais s inéresse pluô à la ransformaion de cee épargne en invesissemen.

6 Revue d Economie Théorique e Appliquée Vol. N 2 Déc des rendemens d'échelle décroissans au niveau du seceur financier (compe enu de l'hypohèse ) ; ce qui radui une augmenaion non proporionnelle de l'efficacié de l'inermédiaion suie à l'accroissemen de la main d'œuvre disponible dans le seceur financier. Il faudra signaler dans la présene modélisaion, la ransformaion de l'épargne en invesissemen dépend d'un faceur z, qui es sans fondemen microéconomique. Le seceur financier n'es pas modélisé ici, mais inervien comme un seceur qui prélève des ressources producives pour rendre des services d inermédiaion enre l'épargne e invesissemen Les consommaeurs Les ménages, décris par «un agen représenaif» e doés d anicipaions parfaies, son supposés avoir un horizon emporel infini (ménages dynasiques ou alruises qui se préoccupen non seulemen de leur consommaion présene mais aussi de la consommaion des généraions à venir). Nous supposons que la populaion ne croî pas e es normalisée à l'unié pour des raisons de simplicié. Ainsi, les agens maximisen la valeur acualisée de leur uilié fuure qui es foncion du niveau de la consommaion insananée : U0 U ( c )exp( ) d, (6) où 0 es le aux de préférence pour le présen ou encore le aux d'escompe psychologique ; c désigne le niveau de consommaion à l'insan (consommaion normalisée car la populaion es supposée égale à l'unié). La foncion d'uilié de l'agen représenaif es supposée de ype CRRA (Consan Relaive Risk Aversion), don la forme générale es la suivane : C pour U ( c ) (7) log( c ) pour avec le coefficien d'aversion relaive au risque 0. L'inverse du coefficien d'aversion relaive au risque es l'élasicié de subsiuion ineremporelle. A parir des relaions (4) e (5), nous décrivons la dynamique d'accumulaion du capial : k z Ak z c. (8) Le programme de maximisaion que va résoudre l'agen représenaif es : 8 Se référer à Berhelémy e Varoudakis (994) e Eggoh e Villieu (200) pour des fondemens microéconomiques précis du seceur financier.

7 J.C. Eggoh Développemen financier e croissance économique 33 C maxu 0 exp( ) d, c, z 0 s / c k z Ak z c. (9) 2.2. Résoluion du programme Le Hamilonien couran associé au programme ci-dessus es 9 : C Hc z Ak z c. (0) Les condiions de premier ordre son : Hc c z 0, c () Hc z z Ak c z z Ak 0, z (2) A z z. (3) La condiion de ransversalié es la suivane : k lim ( ) ( )exp 0. A parir de l'équaion () on a : c. (4) c A parir de la relaion (2), on peu déduire : c A z A z z. (5) k Le aux de croissance à l'éa saionnaire g obenu à parir du aux de croissance de la consommaion es donné par l'expression suivane (en appliquan la règle de Keynes-Ramsey) : c g z A z z. c (6) A parir de la dynamique d'accumulaion du aux de croissance, on obien la seconde expression du aux de croissance g 2 don l'expression es : k c g2 z z A z. k k (7) En remplaçan c / k par l'expression obenue à l'équaion (5), on a : 9 Pour des raisons de simplicié, nous occulons les indices emporels dans les expressions qui von suivre.

8 Revue d Economie Théorique e Appliquée Vol. N 2 Déc g2 z A 2 z z. (8) A parir des expressions de g z e g2 z, nous déerminons le niveau d'équilibre du développemen financier z e le aux croissance à l'équilibre. Le niveau d'équilibre de z es donné par l'équaion caracérisique suivane : A z z A z z. 2 (9) 3. Implicaions économiques du modèle Comme il n'es pas possible de calculer analyiquemen ni l'expression du aux de croissance à l'équilibre ni celle du niveau de développemen financier, nous allons déerminer les équilibres possibles suivan les variaions de deux paramères imporans du modèle à savoir e. La déerminaion graphique des équilibres possibles enre le développemen financier e le aux de croissance économique es présenée au niveau de la Figure. Les figures présenen en abscisse le niveau de développemen financier e en ordonnée le aux de croissance économique. La configuraion d'équilibres muliples obenue rejoin en parie celle de Berhélemy e Varoudakis (994) 0. La croissance endogène es générée dans le seceur réel par des exernaliés d'apprenissage par la praique liées à la formaion du capial. Les enreprises uilisen une echnologie à rendemens consans e le sock de capial inermédié par le seceur financier ne correspond pas sricemen à l'épargne accumulée par les ménages. Puisque l'efficacié du seceur financier dépend posiivemen de la main d'œuvre employée (qui es prélevée dans le seceur réel), il exise donc une exernalié exercée par le seceur réel sur le seceur financier. De même, le seceur financier affece le seceur réel, à ravers l amélioraion de la producivié marginale du capial, e par l'accroissemen du volume d'invesissemen. Ainsi, l'ineracion enre le seceur réel e le seceur financier peu générer des phénomènes d'équilibres muliples. Ils son caracérisés par l'exisence de deux équilibres sables : un premier équilibre caracérisé par une faible croissance e un seceur financier peu développé, e un second équilibre où la croissance économique es fore e le seceur financier développé. 0 A la différence de Berhélemy e Varoudakis (994), le présen modèle ne me pas en évidence un équilibre insable enre le premier équilibre caracérisé par un faible niveau de développemen financier e une faible croissance e le second équilibre où le niveau développemen financier e la croissance son fors. Cependan, nous présenons une analyse de sensibilié en foncion de cerains paramères qui me en évidence les différenes configuraions possibles en ermes d'équilibres ; ce qui n'es pas le cas chez Berhélemy e Varoudakis (994). Les simulaions effecuées monren que les deux équilibres possèden de bonnes propriéés de sabilié. Ces résulas ne son présenés ici, mais peuven êre fournis sur demande.

9 J.C. Eggoh Développemen financier e croissance économique 35 La siuaion décrie par les figures. e.2 illusre les phénomènes d'équilibres muliples. En effe, le premier équilibre es caracérisé par un faible aux de croissance e un faible niveau de développemen financier andis qu'au niveau du second équilibre, le niveau de développemen financier es élevé e la croissance économique fore. Ces résulas meen en évidence les phénomènes de rappe de sous développemen e de rappe à pauvreé dans la relaion enre le seceur financier e le seceur réel. Une aille iniialemen réduie du seceur financier résule d'un faible niveau de prélèvemen des ressources producives dans le seceur réel, implique d'une par une efficacié réduie dans la ransformaion de l'épargne en invesissemen, e d'aure par une faible exernalié du seceur financier sur le seceur réel ; il s'ensui une conracion coninue du seceur financier jusqu'à l'équilibre bas, où la croissance e le développemen financier son faibles. En revanche, un niveau iniialemen élevé de développemen financier accroî l'efficacié du sysème financier e l'exernalié exercée sur le seceur réel. Il en résule un niveau de croissance élevé avec des répercussions favorables sur la producivié du ravail dans le seceur bancaire qui lui perme de concurrencer le seceur réel sur le marché du ravail e de mainenir l'emploi à un niveau élevé 2. Ces résulas suggèren que la mise en œuvre de poliiques de développemen financier n a pas oujours un impac posiif sur la croissance économique. En dessous d un seuil de développemen financier, l impac es limié (équilibre bas), mais la relaion devien posiive au niveau du second équilibre. Aussi, pour des économies siuées au niveau du premier équilibre, il serai inéressan de mere en œuvre des poliiques non financières qui permeen de franchir la rappe. Par exemple des poliiques de ype demand following à la Parick (966) qui permeron au seceur réel d impulser le développemen financier. Les mesures de poliique économique peuven consiser en une amélioraion du cadre juridique e légal pour une meilleure proecion des acionnaires e des invesisseurs. L idée éan de favoriser le développemen financier, sans mere en ouvre des poliiques financières. En effe, La Pora e al. (2008) monren que les sysèmes juridiques qui offren de meilleures garanies en ermes de proecion des invesisseurs e de respec des drois des créanciers favorisen le développemen du seceur financier. Afin de facilier les effes de synergie, d accroîre l efficacié des enreprises e de favoriser le développemen de produis innovans e de nouvelles echnologies plus efficaces, le souien à la recherche e développemen es envisageable. Ces disposiions non financières doiven s accompagner de reformes insiuionnelles permean de sabiliser le cadre macroéconomique e rassurer les aceurs financiers à ravers une réducion des déficis publics e du aux d inflaion. 2 Cependan, la présene modélisaion présene la limie de ne pas mere en évidence les mécanismes par lesquels une économie peu passer de l'équilibre bas à l'équilibre hau, ou le conraire. D où la nécessié d approfondir la présene analyse dans des ravaux ulérieurs en éudian la dynamique ransioire du modèle.

10 Revue d Economie Théorique e Appliquée Vol. N 2 Déc Figure : Equilibres enre le aux de croissance e le niveau de développemen financier suivan 3 L effe aendu de ces poliiques es de favoriser le développemen du seceur financier à parir des faceurs non financiers, permean à la variable de développemen financier z de sauer, e l économie franchira ainsi la rappe de sous développemen pour aeindre le second équilibre (équilibre hau). A parir de ce niveau, des poliiques de développemen financier peuven êre mises en œuvre avec des implicaions favorables sur la croissance économique. Les résulas obenus jusifien en parie l échec des premières vagues de libéralisaion financière enreprises dans les années 80 pour des pays siués au niveau de l équilibre bas. L'analyse des différenes figures précédenes révèle que les résulas obenus varien suivan les valeurs du coefficien d'aversion au risque. Ainsi, à parir 3 Les figures ci-dessus son réalisées pour les valeurs suivanes des paramères : A=0,04 ; 0,02 ; 0,5.

11 J.C. Eggoh Développemen financier e croissance économique 37 de la figure. où le coefficien d'aversion au risque es relaivemen faible (l'élasicié de subsiuion ineremporelle fore) on remarque qu'on a deux équilibres pour lesquels les niveaux de développemen financier e de croissance économique son respecivemen supérieurs à ceux obenus à la figure.2. Le aux de croissance e le développemen financier son d'auan plus élevés que le coefficien d'aversion au risque des individus es faible. Ce résula révèle donc qu'une fore élasicié de subsiuion (les individus subsiuen facilemen leur consommaion dans le emps) simule le développemen financier e la croissance économique. La figure.3 monre que pour ceraines valeurs pariculières des paramères, un seul équilibre peu exiser enre le développemen financier e la croissance économique. Touefois, ce équilibre unique rese peu perinen du poin de vue économique. Aussi, les économies caracérisées par une faible élasicié de subsiuion (figure.4) se rerouven-elles sur des seniers de croissance où il n'y aura pas d'équilibre enre le développemen financier e la croissance. Figure 2. Equilibres enre le aux de croissance e le développemen financier suivan 4 Des résulas semblables mean en évidence des effes de seuils e de rappe à pauvreé à parir de la relaion enre le développemen financier e la croissance économique se rerouven dans les modèles de Berhelémy e Varoudakis (994). Il faudra ajouer que les équilibres muliples enre le développemen financier e la croissance économique exisen égalemen chez Sain-Paul (992), mais cee foisci avec des résulas nuancés e sans rappe de sous développemen. En effe, Sain- 4 Les figures ci-dessus son réalisées pour les valeurs suivanes des paramères : A=0,04 ; 0,02 ; 0,5 ;.

12 Revue d Economie Théorique e Appliquée Vol. N 2 Déc Paul (992) monre que, quand d'énormes ressources producives son consacrées au développemen des aciviés financières, l'équilibre non financier es préférable à l'équilibre financier compe enu des coûs liés aux ressources consacrées à l'effor de développemen financier, don l'impac sur le bien-êre des individus se révèle négaif. La souenabilié des différens équilibres (équilibres financiers e équilibres non financiers) obenus dans ce cas de figure dépend des coûs liés à l acivié d inermédiaion. Ainsi, pour Sain-Paul (992) le développemen de l'acivié financière aura un impac posiif sur la croissance économique si e seulemen si les coûs y afférens son relaivemen faibles. L'évoluion de l'économie suivan le paramère qui radui l'effe de spillover 5 au niveau du seceur financier es représené sur la Figure 2. On rerouve facilemen au niveau de la figure 2. les phénomènes d'équilibres ideniques à ceux des figures. e.2. En effe, pour des valeurs moyennes ou faibles de le modèle génère des équilibres muliples. Par conre, pour de fores valeurs de il n'exise plus d'équilibre enre la sphère financière e la sphère réelle. Cee dernière siuaion révèle que le comporemen des agens économiques n'es pas concordan avec les paramères de l'économie, pour qu'on puisse êre à l'équilibre. Dans ce cas de figure, il fau des ajusemens au niveau des aures paramères de l'économie, par exemple des inervenions publiques ou une modificaion du comporemen des agens (ajusemen par ) pour permere à l'économie de rerouver une siuaion d'équilibre. Cee configuraion rese idenique à celle de la figure Conclusion Le modèle que nous avons présené offre un cadre héorique simple pour illusrer l'ineracion enre les seceurs réel e financier. En effe, malgré que le seceur financier ne soi pas modélisé de façon formelle, le modèle perme de rendre efficace le processus de ransformaion de l'épargne en invesissemen e exerce une exernalié posiive sur le seceur réel. Les résulas obenus monren que la relaion enre le développemen financier e la croissance économique peu êre caracérisée par des équilibres muliples. En pariculier, deux équilibres peuven coexiser : un premier équilibre où le développemen financier e la croissance économique son faibles, e un second équilibre où le sysème financier es développé e la croissance économique fore. Ces résulas confirmen l'imporance du seceur financier dans la croissance économique e le développemen. Touefois, pour des économies bloquées dans la rappe de sous développemen, la recommandaion de poliique économique vise à prendre des disposiions non 5 Noons que l effe de spillover ou encore de business sealing es lié à la présence d une exernalié dans l acivié d inermédiaion. Ce effe, non pris en compe par le marché es inégré dans le programme de maximisaion du planificaeur social.

13 J.C. Eggoh Développemen financier e croissance économique 39 financières (par exemple l amélioraion de la gouvernance, la réducion de la corrupion, du défici e de l inflaion), afin de permere au seceur réel d impulser le développemen financier. Une fois l équilibre hau aein, les poliiques de développemen financier peuven êre mises en œuvre avec des effes posiifs sur la croissance économique. Références bibliographies Acemoglu, D. e Ziliboi, F. (997). Was Promeheus Unbound by Chance? Risk, Diversificaion, and Growh, Journal of Poliical Economy, Vol. 05, pp Barro, R.J. e Sala-i-Marin, X. (992). Public Finance Models of Economic Growh, Review of Economic Sudies, Vol. 59, pp Bencivenga, V. e Smih, B. (99). Financial Inermediaion and Endogenous Growh, Review of Economic Sudies, Vol. 58, pp Bencivenga, V. e Smih, B. (998). Economic Developmen and Financial Deph in a Model wih Cosly Financial Inermediaion, Research in Economics, Vol. 52, pp Berhlémy, J.C. e Varoudakis, A. (994). Inermédiaion Financière e Croissance Endogène, Revue Economique, Vol. 3, pp Blackburn, K. e Hung, V. (998). A Theory of Growh, Financial Developmen and Trade, Economica, New Series, Vol. 65, N 257, pp Deidda, L. e Faouh, B. (2002). Non-lineariy beween Finance and Growh, Economics Leers, Vol. 74, pp Deidda, L., e Faouh, B. (2008). Banks, Financial Markes and Growh, Journal of Financial Inermediaion, Vol. 7, pp Diaz-Alejandro, C. (985). Good-Bye Financial Repression, Hello Financial Crash, Journal of Developmen Economics, Vol. 9, N -2, pp Eggoh, C.J. e Villieu, P. (200). Croissance, Inermédiaion e Indéerminaion, Economies e Sociéés, Vol. 44, N 5, pp Goldsmih, R. (969). Financial Srucure and Developmen, New Haven, CT: Yale Universiy Press. Greenwood, J. e Jovanovic, B. (990). Financial Developmen, Growh, and he Disribuion of Income, Journal of Poliical Economy, Vol. 98, N 5, pp Huang, H. e Lin, S. (2009). Non-Linear Finance-Growh Nexus: A Threshold wih Insrumenal Variable Approach, Economics of Transiion, Vol. 7, N 3, pp King, R. e Levine, R. (993). Finance, Enrepreneurship, and Growh: Theory and Evidence, Journal of Moneary Economics, Vol. 32, pp La Pora, R., Lopez-De-Silanes, F. e Shleifer, A. (2008). The Economic Consequences of Legal Origins, Journal of Economic Lieraure, Vol. 46, N 2, pp

14 Revue d Economie Théorique e Appliquée Vol. N 2 Déc Levine, R. (99). Sock Markes, Growh, and Tax Policy, Journal of Finance, Vol. 46, N 4, pp Levine, R. (997). Financial Developmen and Economic Growh: Views and Agenda, Journal of Economic Lieraure, Vol. 35, pp Levine, R. (2005). Finance and Growh Theory and Evidence, in Handbook of Economic Growh, Eds: Philippe Aghion e Seven Durlauf, The Neherlands: Elsevier Science, Lucas, R. (988). On he Mechanics of Economic developmen, Journal of Moneary Economics, Vol. 22, pp Mac Kinnon, R. (973). Money and Capial in Economic Developmen, The Brookings Insiuion, Washingon, D.C. Pagano, M. (993). Financial Marke and Growh: An Overview, European Economic Review, Vol. 37, pp Parick, H. (966). Financial Developmen and Economic Growh in Underdeveloped Counries, Economic Developmen and Culural Change, Vol.4, pp Rebelo, S. (99). Long-Run Policy Analysis and Long-Run Growh, Journal of Poliical Economy, Vol. XCIV, pp Rioja, F. e Valev, N. (2004). Finance and he Sources of Growh a Various Sages of Economic Developmen, Economic Inquiry, Vol. 42, pp Robinson, J. (952). The Generalisaion of he General Theory, in her The Rae of Ineres and Oher Essays, London: Macmillan. Romer, P. (986). Increasing Reurns and Long-Run Growh, Journal of Poliical Economy, 94 (5), pp Romer, P. (990). Endogenous Technological Change, Journal of Poliical Economy, Vol. 98, N 5, par II, pp. S7-S02. Roubini, N. e Sala-i-Marin, X. (995). A Growh Model of Inflaion, Tax Evasion, and Financial Repression, Journal of Moneary Economics, Vol. 35, pp Sain-Paul, G. (992). Technological Choice, Financial Markes and Economic Developmen, European Economic Review, Vol. 36, N 4, pp Shaw, E. (973). Financial Deepening in Economic Developmen, New York: Oxford Universiy Press. Shen, C. e Lee, C. (2006). Same Financial Developmen ye Differen Economic Growh-Why?, Journal of Money Credi and Banking, Vol. 38, pp Solow, R. (956). A Conribuion o he Theory of Economic Growh, Quarerly Journal of Economics, Vol. 70, pp Tobin, J. (965). Money and Economic Growh, Economerica, Vol. 33, N 4, pp Ziliboi, F. (994). Endogenous Growh and Inermediaion in an `Archipelago' Economy, Economic Journal, Vol. 04, N 423, pp

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

Réglage valeur moyenne

Réglage valeur moyenne P Cours : l insrumenaion élecrique A- Le généraeur de basses fréquences ou G.B.F - Présenaion uilisé : Réglage fréquence Réglage ampliude Réglage valeur moyenne Sweep : Possibilié de créer un signal de

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC Physique - 6 ème année - Ecole Européenne Elecricié n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC I) Convenion d'algébrisaion des grandeurs élecriques : 1) Inensié e ension : L inensié i du couran élecrique e la ension

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2 CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... I. PRINCIPE... A. Quel modèle uiliser?... B. Algorihme de simulaion... 3 II. EXEMPLE D APPLICATION... 4 A. Travail préliminaire... 4 B. Simulaion des rajecoires... 6 Algorihme...

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Ecrits professionnels en travail social (Ref : MC49) Maîtriser leur portée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Ecrits professionnels en travail social (Ref : MC49) Maîtriser leur portée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Ecris professionnels en ravail social (Ref : MC49) Maîriser leur porée - Savoir les rédiger OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Inégrer le cadre législaif relaif aux écris professionnels en ravail social

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Fonctions numériques Proportionnalité

Fonctions numériques Proportionnalité Foncions numériques Proporionnalié I Foncions numériques 1 ) Définiion e noaions Définir une foncion f qui à x associe y c es donner une formule mahémaique qui perme pour oue valeur donnée de x soi de

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Étude de la rémunération des dirigeants dans un modèle partenarial, le cas français

Étude de la rémunération des dirigeants dans un modèle partenarial, le cas français Éude de la rémunéraion des dirigeans dans un modèle parenarial, le cas français Anne Cazavan-Jeny, Julien Margaine, Franck Missonier-Piera To cie his version: Anne Cazavan-Jeny, Julien Margaine, Franck

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Carte d'acquisition Dossier ressource

Carte d'acquisition Dossier ressource Care d'acquisiion BTS Sysèmes Phooniques TP AMOS Care USB 6009 BTS SP1 Page 1 sur 9 Care d'acquisiion BTS Sysèmes Phooniques 1. Présenaion 1.1 inroducion Une care d'acquisiion es un accessoire uilisé dans

Plus en détail

Les signaux. Page 1/11

Les signaux. Page 1/11 Les signaux numériques e analogiques... 2 Les ypes de signaux... 2 les signaux à variaion coninue ou signaux analogiques... 2 les signaux à variaion disconinue... 2 Représenaion des signaux... 3 en foncion

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique?

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique? Calcul économique e risque Commen inégrer le risque dans le calcul économique? Chrisian Gollier Universié de Toulouse (IDEI e LERNA) Février 25 Résumé : Dans ce aricle, j explique pourquoi il es raisonnable

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou OFFCE ou NGER DADR - Ségou URDOC-2 République du Mali =*=.f=+=q=+=*=*= Un Peuple Un Bu Une Foi NSTALLATON PRECOCE DU RZ idenifcaion des praiqaes paysannes e des conraines Yacouba M. COULBALY Mamadi N.

Plus en détail

CHAPITRE 5 Fonction linéaire. Proportionnalité. Fonction affine.

CHAPITRE 5 Fonction linéaire. Proportionnalité. Fonction affine. CHAPITRE 5 Foncion linéaire. Proporionnalié. Foncion affine. (Voir : 4 ème, chapire 5 ; 3 ème, chapires 3, 13.) I) Foncion linéaire A) Définiion a désigne un nombre relaif connu e fié. Définiions : La

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Réformes fiscales, sysèmes de reraie e chômage involonaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Mouez Fodha Paricia Le Maire Résumé Le vieillissemen de la populaion issu à

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Installations électriques des bâtiments.

Installations électriques des bâtiments. TP 4 : Eude de la errasse (Minuerie) Objecifs : Insallaions élecriques des bâimens. Prendre connaissance du CCTP, des plans dexécuion. Prendre connaissance e simuler sous chemaplic le monage Minuerie.

Plus en détail

Épargne retraite et redistribution 1

Épargne retraite et redistribution 1 Épargne reraie e redisribuion 1 Alexis Direr 2 Le plan d épargne reraie populaire (PERP), mis en place en 2003, occupe une place cenrale dans le disposiif d'épargne reraie par capialisaion en France avec

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Chapitre V : Torsion simple.

Chapitre V : Torsion simple. Torsion simple. Cours RD / A.U : 2012-2013 Chapire V : Torsion simple. Objecifs Pré-requis Elémens de conenu Déerminer la répariion des conraines dans une secion de poure solliciée à la orsion. Vérifier

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Rigidité des prix et politique de stockage Application au marché belge des engrais azotés

Rigidité des prix et politique de stockage Application au marché belge des engrais azotés Documen de ravail n 5 1999, LAME, Universié de Reims, mai 1999 Rigidié des prix e poliique de sockage Applicaion au marché belge des engrais azoés Arnaud Diemer * Lorsqu une firme maximise la valeur présene

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Les indicateurs avancés de l inflation en RD. Congo

Les indicateurs avancés de l inflation en RD. Congo Les indicaeurs avancés de l inflaion en RD. Congo Henry N. MUGANZA 1 Absrac This sudy aims o idenify he leading of inflaion indicaors of moneary policy in DRC. The resuls reveal ha he mos relevan inflaion

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe Inserion professionnelle e dépar du domicile parenal : une relaion complexe Thomas Couppié, Céline Gasque * L'enrée dans la vie adule es un phénomène mulidimensionnel don la complexificaion es soulignée

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Pirsoul Cindy SESP 1200 Macroéconomie lolablue@swing.be SESP 1200. Pirsoul Cindy lolablue@swing.be

Pirsoul Cindy SESP 1200 Macroéconomie lolablue@swing.be SESP 1200. Pirsoul Cindy lolablue@swing.be Macroéconomie SESP 1200 Pirsoul Cindy lolablue@swing.be Microéconomie : comporemen d un individu pariculier (ravailleur, firme, ) Macroéconomie : descripion de l économie dans son ensemble (ineracions)

Plus en détail