Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation"

Transcription

1 REPORT Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation Septembre 2012

2 Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation Sommaire Préface...3 Résumé...4 Chapitre 1: les tendances, menaces et opportunités sur le marché du crédit à la consommation...5 I. Les évolutions réglementaires en Europe...5 II. Les évolutions des attentes des consommateurs...6 III. L évolution du marché et les impacts sur le crédit à la consommation...7 IV. Les menaces sur le modèle économique du crédit à la consommation...12 V. Les opportunités du modèle économique du crédit à la consommation...12 Chapitre 2: les évolutions du modèle économique des organismes de crédit specialisés...13 I. Les leviers stratégiques pour sortir de la crise...13 II. Les actions pour optimiser les modèles économiques...13 III. Les actions menées dans une logique de rupture...19 IV. Une gouvernance renouvelée...22 Chapitre 3: l accroissement de la valeur client...24 I. L innovation et le développement de nouvelles offres pour les commerçants...24 II. L innovation et le développement de nouvelles offres pour les consommateurs...26 Chapitre 4: vers une plus grande efficience opérationnelle...30 I. Variabiliser et réduire les coûts en middle et en back office...30 II. Piloter la performance du recouvrement pour maîtriser le coût du risque crédit...33 III. Urbaniser le Système d Information et réduire son coût de gestion...36 A propos de nous...40 Remerciements...42 Ce que les membres du Think Tank ont dit

3 Préface Sopra Group et l Efma sont fiers de vous présenter leur analyse intitulée. Le crédit à la consommation : un paysage en pleine mutation. qui constitue le point final du Think Tank sur le crédit à la consommation Consumer Finance mené en mai 2012 par Sopra Group en collaboration avec l Efma. Cette analyse a pour objectif d étudier les évolutions des modèles économiques du crédit à la consommation, fortement impactés par la crise et l évolution récente de la réglementation, et les réponses mises en place par les organismes de crédit spécialisés pour continuer à développer l activité tout en restaurant les niveaux de rentabilité existants jusqu en Les contributions des participants au Think Tank sur le Crédit à la Consommation de mai 2012 ont été intégrées aux analyses de Sopra Group. Les thèmes traités dans cette étude sont :...Les impacts sur le crédit à la consommation des évolutions de la réglementation et des comportements des consommateurs....les menaces et les opportunités sur le marché du crédit à la consommation....les leviers stratégiques et opérationnels permettant d optimiser ou de réinventer le modèle économique dans le cadre d une gouvernance renouvelée. Les actions pour augmenter la valeur client....les actions permettant d accroître l efficience opérationnelle. Ce dernier thème a été approfondi par Sopra Group durant la conférence Efma de Bruxelles en juin 2012 lors de son intervention intitulée: Améliorer l efficience opérationnelle - les prochains défis auxquels devront faire face les systèmes d information de crédit à la consommation en Europe. Jean-Yves Bruna Directeur délégué en charge du développement stratégique Sopra Banking Software Patrick Démarès Secrétaire Général Efma 3

4 Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation Résumé Le crédit à la consommation a reculé de 3% en Europe en 2010 et en Cette moyenne cache de fortes disparités entre la plupart des pays d Europe de l Est avec des ménages encore peu endettés et les autres pays plus matures. Cette évolution s est traduite par la disparition d acteurs locaux, le retrait de marques internationales de certains pays et l émergence de nouveaux acteurs provenant des métiers des Telecom ou du monde de l Internet, certains développant une nouvelle approche du crédit, l intermédiation directe entre particuliers (emprunteurs ou investisseurs). Pour faire face à la remise en cause de leur modèle économique et contrer les nouveaux entrants, les organismes de crédit spécialisés ont cessé leur course à la taille et recentrent leurs activités sur les marchés dans lesquels ils détiennent des positions stratégiques et significatives. Deux logiques sont à l œuvre, l optimisation du modèle et la rupture avec le modèle existant, déclinées selon la situation propre à chaque établissement. Le Think Tank de mai 2012 a permis à Sopra Group de dégager trois leviers utilisés par les organismes de crédit spécialisés pour optimiser le modèle: 1. La création de valeur avec l acquisition de nouvelles clientèles et l exploration de nouveaux... processus de fidélisation. 2...L efficience opérationnelle avec la rationalisation des activités par pays, la recherche de synergies renforcées avec la banque de détail quand la maison mère est une banque, et la réduction des coûts des systèmes d information et des coûts opérationnels. 3. La maîtrise des risques avec le développement de processus de prévention des défauts et un... recouvrement plus efficace et mieux segmenté. Face à l ampleur de la dégradation de certains marchés, il y a lieu de rompre avec le modèle traditionnel. La mise en œuvre de ces stratégies de rupture s effectue selon quatre modalités: 1...La diversification de l offre vers un modèle de bancassurance permettant d accroitre le taux d équipement des clients. 2...Le retrait de certains marchés/pays dont le potentiel ou la position de place sont jugés insuffisants. 3...Le recentrage sur le métier de distributeur de crédit en externalisant les back offices et SI ou bien la construction d usines de services de crédits pour compte de tiers. 4. Le positionnement sur des marchés de niche tels que le crédit communautaire. Enfin, quelle que soit la logique de transformation adoptée, les critères de création de valeur durable pour la profession (outre les fondamentaux en matière de gestion des risques et d efficience opérationnelle) devront intégrer les actions suivantes:...construire une proposition de valeur mieux adaptée à un client devenu mobile et étendue aux média sociaux. Tirer pleinement parti du canal Internet, tant pour la gestion des partenaires que pour celle des consommateurs....continuer à investir dans l innovation : par exemple la dématérialisation sur le lieu de vente réduit considérablement le temps d instruction et d acceptation. Intégrer l attente de responsabilité sociale du consommateur et du régulateur, avec un devoir de conseil tant au niveau de l octroi qu au niveau du service du client. 4

5 Chapitre 1: les tendances, menaces et opportunités sur le marché du crédit à la consommation I. Les évolutions réglementaires en Europe 1. Une protection renforcée des emprunteurs Depuis 2008, l environnement réglementaire européen évolue fortement dans le sens d une protection accrue aux emprunteurs. Les initiatives réglementaires prises par la Commission Européenne ont abouti aux Directives sur le Crédit à la Consommation, adoptées le 23 avril Celles-ci ont permis de...réguler la publicité sur le crédit en fournissant des explications adéquates aux consommateurs; renforcer l information fournie par les organismes de crédit spécialisés aux consommateurs en proposant un Standard Européen d Information sur le Crédit à la Consommation et un exemple représentatif d information précontractuelle à fournir aux clients;...obliger les établissements à évaluer la solvabilité des emprunteurs par une base de données avant validation de l offre et à faire le lien entre le contrat de vente et le contrat de prêt;...expliquer aux clients les raisons du refus d un prêt;...communiquer sur le taux d intérêt, les frais, les règles de calcul et sur tous changements tout au long du cycle de vie du contrat;...renforcer la protection des consommateurs en améliorant leurs droits (droit de se retirer d un contrat de crédit, droit de procéder à des remboursements anticipés, etc.) et en formalisant clairement la responsabilité de chacune des parties prenantes;...être transparent sur les intermédiaires (charges, responsabilités, etc.). La transposition et l implémentation de ces directives dans chacun des pays d Europe via un ensemble de lois nationales sont désormais achevées dans le respect des spécificités des pays. Au Royaume-Uni, en France, en Turquie et en Italie, la transposition des directives européennes vise tout particulièrement l offre de crédit renouvelable. L encadrement de l octroi de crédit avec l évaluation de la solvabilité de l emprunteur a été globalement renforcé par la directive européenne aboutissant même à des réglementations visant les règles d octroi (par exemple Réglementation T en Pologne). En France, la Loi Lagarde a prévu le principe de constitution et de consultation par les offreurs d un répertoire centralisé recensant les crédits (fichier positif). Les modalités de mise en œuvre de ce répertoire ont fait l objet d un rapport (commission Constans) publié en août 2011 mais sa transposition législative n a pas été réalisée pour l instant. Dans certains Etats, une loi sur les intermédiaires du crédit a permis de redéfinir et d encadrer le rôle de ces intermédiaires. Deux grandes mesures ont été décidées pour les intermédiaires de crédit: l augmentation des responsabilités du marchand concernant la formation et l information sur le lieu de vente afin de permettre au consommateur d être capable de choisir le crédit correspondant à sa situation financière personnelle ; et l augmentation de la responsabilité des intermédiaires en donnant la possibilité aux prêteurs de poursuivre en justice l intermédiaire dans le cas où ce dernier ne respecterait pas ses obligations. Pour les organismes de crédit spécialisés, ces nombreuses évolutions réglementaires rendent plus complexes la gestion des emprunteurs comme celle des partenaires distributeurs. 5

6 Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation 2. Un renchérissement du coût de la liquidité Parallèlement en septembre 2010 a été instauré un nouveau cadre réglementaire fourni par le comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III fixe des exigences plus élevées aux établissements financiers en matière de capital et de liquidité en fournissant des ratios de liquidité à respecter à court terme (à 30 jours, Liquidity Coverage Ratio) et à long terme (à plus d un an, Net Stable Funding Ratio). L implémentation de Bâle III étant prévue jusqu en 2019, les tensions sur le coût du crédit à la consommation devraient augmenter tandis que l offre de crédit à la consommation devrait se réduire durant les sept années à venir. Par ailleurs, les mesures de resserrement budgétaire destinées à contenir le risque d une crise de la dette souveraine dans les pays d Europe auront également un impact indirect sur le crédit à la consommation. En vue de préserver leur rentabilité, les banques de certains pays d Europe font un arbitrage entre leurs lignes métiers les plus consommatrices de liquidité. Les organismes de crédit spécialisés font eux-mêmes un arbitrage entre leurs lignes produits et ciblent la clientèle la moins risquée (flight to quality) renforçant l éventualité d une contraction ultérieure des bilans. II. Les évolutions des attentes des consommateurs Bien avant 2008, des associations de consommateurs avaient dénoncé les dangers du crédit renouvelable dans plusieurs pays d Europe. En particulier les consommateurs avaient le sentiment d être mal conseillés dans leurs projets et «contraints» de s orienter vers des crédits renouvelables le plus souvent adossés à une carte de crédit, systématiquement proposés par les organismes de crédit spécialisés et sur les lieux de ventes; d être mal informés sur les caractéristiques du prêt (coût total, taux d intérêt etc.). L après crise devrait se caractériser par une consommation plus prudente et plus équilibrée du crédit selon une étude FICO/Efma effectuée en mai Les clients se disent moins enclins à emprunter et plus intéressés à constituer une épargne....les consommateurs sont plus prudents et souhaitent réduire leur consommation de crédit bien qu ils soient sensibles aux efforts des organismes de crédit spécialisés pour redynamiser l offre....la gestion des crédits est mieux maîtrisée par les consommateurs : les consommateurs établissent désormais une hiérarchie dans leurs paiements et payent les dettes contractées par cartes de crédit au même titre que les autres obligations, prêts hypothécaires immobiliers compris. Les attentes sociétales de responsabilité et de transparence sont plus élevées tant pour les prêteurs que pour les emprunteurs. En conclusion, même si les évolutions réglementaires visaient à responsabiliser l offre et la demande dans un marché élargi («moins d excès, plus d accès»), la perception globalement négative des consommateurs vis-à-vis du crédit demeure avec notamment une baisse sensible de l intérêt vis-à-vis du crédit renouvelable. 6

7 III. L évolution du marché et les impacts sur le crédit à la consommation 1. Une baisse des encours de crédit à la consommation La conjoncture économique morose, les restrictions en matière d octroi de crédit, les exigences réglementaires accrues et la rareté de la liquidité contribuent à la baisse des encours de crédit à la consommation dans l ensemble des pays européens. Taux de croissance des encours de crédit à la consommation entre 2009 et 2011 Europe Du Nord 56% des encours de l UE Europe Du Sud 37% des encours de l UE Europe De l Est 7% des encours de l UE Source: ASF 2011 Pour la deuxième année consécutive, le marché européen du crédit à la consommation s est replié en Le panorama annuel du Crédit à la consommation de Sofinco publié en mars 2012 montre en effet que les encours de crédit à la consommation ont diminué de 2,9% en Europe entre fin 2010 et fin Toutes les régions européennes sont touchées : l Europe du Sud recule de 4,9% ; l Europe de l Est de 3,2% et l Europe du Nord de 1,5%. Quelques pays sont même touchés par une plus forte diminution des encours comme l Espagne à -14% ou l Irlande à -12%. Globalement, 20 pays sur 27 sont concernés par la baisse des encours et donc par une très forte contraction de la production. 2. Une situation contrastée sur le marché du crédit à la consommation a. Des disparités géographiques de détention des encours L Union européenne représente près du quart du marché mondial du crédit à la consommation. Son encours global s élève à milliards d euros en 2011 mais sa répartition est inégale selon les zones. La concentration des encours est forte en Europe du Nord et en Europe du Sud puisque ces deux zones regroupent respectivement 56% et 37% des encours totaux alors qu elles comptent 41% et 39% de la population de l Union Européenne. Tandis qu elle est relativement faible en Europe de l Est puisque cette zone regroupe 7% des encours totaux alors qu elle compte 20% de la population de l Union Européenne. Cinq pays se démarquent en Europe du Nord et en Europe du Sud : 7

8 Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation le Royaume-Uni, l Allemagne, la France l Italie et l Espagne puisqu ils totalisent 75% des encours totaux et représentent 63% de la population de l Union Européenne. b. Un potentiel du crédit à la consommation supérieur dans les pays d Europe de l Est Malgré d importantes disparités géographiques de l encours du crédit à la consommation, trois indicateurs laissent entrevoir un potentiel du crédit à la consommation supérieur dans les pays d Europe de l Est:...Le taux de croissance des encours des ménages entre 2009 et 2011 (cf. graphique 2) qui atteint près de 30% dans les pays d Europe de l Est comme en Turquie tandis qu il est très faible (autour de 0%) dans les pays d Europe du Nord et d Europe du Sud. La part des crédits à la consommation dans l endettement total des ménages qui demeure très faible dans les pays d Europe de l Est alors qu elle est de 16% dans l Union Européenne....Le ratio «crédit sur consommation» qui correspond aux encours de crédit à la consommation rapportés à la consommation totale des ménages d un pays (cf. graphique 3) qui est bien inférieur dans les pays d Europe de l Est à la moyenne européenne qui s élevait à 14,6% en Le crédit à la consommation bénéficie donc d un potentiel de développement important dans les pays d Europe de l Est comparativement aux pays d Europe du Nord et d Europe du Sud où les marchés sont matures. Augmentation de la dette des ménages TCAM (Tx Croissance Annual Moyen) TCAM Ukraine Roumanie Russie Turquie Bulgarie Hongrie Rép. Tchèque Pologne Slovaquie Grèce Slovénie Espagne Irlande Autriche Danemark France Italie GB Belgique Portugal Pays-Bas Allemagne Source: IHS Global Insight, basé sur des informations provenant de banques centrales européennes 8

9 Ratio dette des ménages sur Produit Intérieur Brut en 2011 par type de crédit 160 Prêts Hypothécaires Prêts à la Consommation Autres Prêts Roumanie Pologne Rép. Tchèque Hongrie Russie Ukraine Bulgarie Turquie GB Danemark Autriche Belgique France Allemagne Grèce Irlande Italie Pays-Bas Portugal Slovaquie Slovénie Espagne Source: IHS Global Insight, basé sur des informations provenant de banques centrales européennes 3. Des disparités par type de produit entre les pays européens a. La stagnation des encours et la baisse de la production de crédit renouvelable dans certaines géographies Le développement du crédit renouvelable, qui jusqu alors était largement prisé par les organismes de crédit spécialisés en raison de sa rentabilité élevée et de son pouvoir de fidélisation de la clientèle, est un modèle progressivement remis en cause dans l ensemble des pays européens. En effet, le crédit renouvelable a subi une forte baisse de sa production entre 2008 et 2011 et une progressive stabilisation de ses encours dans les pays des groupes 2 et 3 (cf. graphiques 4) notamment en France et en Italie. 9

10 Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation Evolution des encours de crédit renouvelable entre 2008 et 2011 par groupe de pays 200 Groupe 1 Groupe 2 Groupe Groupe 1: Royaume-Uni, Pays-Bas, Turquie, Portugal; Groupe 2: Autriche, Danemark, France, Allemagne, République Tchèque, Slovaquie; Groupe 3: Belgique, Italie, Irlande, Slovénie, Espagne, Bulgarie Ukraine, Russie, Hongrie, Pologne, Roumanie Source: IHS Global Insight Ce ralentissement peut s expliquer par plusieurs facteurs: Du point de vue du client: La dégradation de la perception du produit. La prise de conscience de son coût. L instabilité de l environnement économique. Du point de vue des organismes de crédit spécialisés:..la baisse de rentabilité: augmentation du coût du risque et évolutions réglementaires dans certains pays comme la France. La mise en œuvre des principes et des pratiques du crédit responsable conduisant à privilégier le crédit amortissable. b. Un cœur de métier des organismes de crédit spécialisés qui est attaqué Dans les pays matures, le cœur de métier des organismes de crédit spécialisés, qui se différencient des banques par leur savoir-faire spécifique sur le crédit renouvelable et par des partenariats de distribution, est donc attaqué. Par ailleurs, les possibilités pour ces établissements de se redéployer sur les autres produits du crédit à la consommation sont limitées:...le crédit amortissable bénéficiant d un coût du risque moins élevé que le crédit renouvelable, est de plus en plus distribué par les conseillers des réseaux bancaires et subit une pression accrue sur les marges depuis Le rachat de crédit nécessite une connaissance client et une expertise hypothécaire importantes. La distribution de cette offre par les organismes de crédit spécialisés reste donc marginale. Il était l apanage d établissements spécialisés distribuant souvent leur offre par l intermédiaire de courtiers. Les grands réseaux bancaires, forts d une connaissance globale du client, d une expertise hypothécaire et de la possibilité de domicilier les salaires, se positionnent de plus en plus sur ce segment. Elles bénéficient de perspectives de risque meilleures que celles des établissements spécialisés. 10

11 4. Le nouveau paysage concurrentiel du marché du crédit à la consommation Depuis 2007, le paysage concurrentiel a évolué en profondeur:...rachats par des établissements bancaires de sociétés spécialisées non bancaires, à la recherche de liquidité et de fonds propres....influence accrue des actionnaires bancaires dans les co-entreprises avec les distributeurs Disparitions ou retraits d acteurs ou de filiales spécialisés (pure player de l Internet ou filiales de crédit direct) pour des raisons de liquidités et de risque....dégradation tendancielle de la rentabilité de l ensemble des acteurs du crédit à la consommation même si l année 2010 a été caractérisée par un rebond de profitabilité, qui reste néanmoins bien inférieur au niveau de profitabilité observé avant la crise. Selon IHS, le taux de profitabilité devrait se stabiliser entre 2012 et 2015 et les encours ne devraient augmenter que légèrement. Ce n est qu à l horizon 2015 que la production de crédit reviendrait au niveau de celle de Arrêt de la course à la taille, repositionnement et recentrage des acteurs traditionnels sur les marchés dans lesquels ils détiennent des positions significatives et rentables, voire arrêt de leurs activités dans les pays où le coût du risque est trop élevé et où leurs parts de marché sont insuffisantes....arrivée sur le marché du crédit à la consommation de nouveaux entrants (P2P, Telco, Utilities). Evolution des encours de crédit agrégés (Mds d ) et profitabilité (%) sur la base d un panel sélectionné par IHS Encours de crédit Résultat après taxes/ capital des actionnaires 16% % 300 8% 200 4% Source: IHS Global Insight Ce nouveau paysage concurrentiel force les acteurs traditionnels du crédit à repenser leur modèle économique. 11

12 Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation IV. Les menaces sur le modèle économique du crédit à la consommation Trois grandes menaces pèsent sur le modèle économique du crédit à la consommation : la pression sur les marges, la pression sur les frais généraux et la pression sur le coût du risque. La pression sur le produit net bancaire (volume et marge) est liée à la diminution de la consommation de biens d équipement; les restrictions en matière d octroi conduisant à la réduction de la base de clients éligibles au crédit; l accroissement de la compétition entre les acteurs recherchant les clients ayant le meilleur profil de risque; l arrivée de nouveaux entrants sur le marché. De plus, certains pays pourraient continuer à baisser leurs taux d usure dans les années à venir. La tendance à l alourdissement des frais généraux s explique par...la radicalisation des réglementations locales avec une protection accrue des emprunteurs qui se traduit par une documentation plus lourde ainsi que davantage de contrôles à l octroi; une stabilisation ou une augmentation des commissions versées aux réseaux de distribution et aux prescripteurs dans un contexte de baisse des taux. Enfin, la maîtrise plus difficile du coût du risque est liée à la montée du surendettement dans les pays matures et dans certains pays émergents tels que la Pologne;...les effets durables de la stagnation économique et de la montée du chômage dégradant en cours de crédit la solvabilité des emprunteurs (prime to nearprime, near to subprime);...l accroissement de la difficulté à recouvrer les crédits en défaut, conduisant à la montée des LGD (Loss Given Defaults ou perte en cas de défaut) avec un impact financier défavorable sur les modèles de calcul des provisions. V. Les opportunités du modèle économique du crédit à la consommation Devant ces perspectives moroses, les acteurs du marché auraient tort de ne pas voir les opportunités qui s ouvrent à eux s ils savent s adapter à de nouvelles attentes et à de nouveaux besoins. Aller chercher la demande dans les pays émergents où se développe une classe moyenne:. En 2012, 50% de la population des pays émergents appartient à la classe moyenne. Selon des projections INSEE, 80% de la population des pays émergents devraient appartenir à la classe moyenne en Néanmoins le taux d équipement en biens durables reste faible....adapter l offre à une demande qui s est modifiée:. L enjeu est de lancer des offres plus simples et plus pratiques à partir des nouveaux moyens de paiement issus du e-commerce et du m-commerce. Ces nouvelles offres s adressent à un public davantage en situation de mobilité, souvent plus jeune, également ciblé par de nouveaux acteurs tels que les grands acteurs de l Internet et les opérateurs de téléphonies mobiles....financer de nouveaux besoins pour de nouveaux clients:. Les évolutions sociétales de long terme doivent conduire à promouvoir le crédit différemment en s appuyant sur une image forte de responsabilité des organismes de crédit spécialisés vis-àvis de leurs clients. La population des retraités, en forte croissance dans les pays de la vieille Europe, pourrait avoir davantage recours au crédit pour financer ses projets tandis que les jeunes adultes exercent de plus en plus leur activité en CDD ou à temps partiel. En conclusion, le modèle économique traditionnel du crédit à la consommation aux particuliers, fondé sur la conquête de nouveaux clients, notamment grâce à des partenariats de distribution en magasin, et sur une fidélisation par une carte adossée à un crédit renouvelable, est menacé depuis Les organismes de crédit spécialisés réagissent en optimisant ou en réinventant leur modèle économique. 12

13 Chapitre 2: les évolutions du modèle économique des organismes de crédit spécialisés I. Les leviers stratégiques pour sortir de la crise Quatre grands leviers stratégiques ont été identifiés dans cette étude pour permettre aux organismes de crédit spécialisés de renouer avec la rentabilité. Les actions à mener dans le cadre de la mise en œuvre de ces leviers stratégiques sont à coordonner aux actions devant permettre de renouveler la gouvernance des établissements. Description de quatre leviers stratégiques pour sortir de la crise Optimisation Rupture Levier 1 - Optimisation du modèle existant Levier 2 - Nouveaux modèles d enterprise Ajuster les stratégies de fidélisation Lutter contre la réduction tendancielle des clients éligibles au crédit Redistribuer les activités des organismes de crédit spécialisés entre le pays Levier 3 - Optimisation du modèle opérationnel Créer des plateformes industrielles européennes (nearshore) et internationales (offshore) Développer des synergies entre les organismes de crédit specialisés et les banques de détail Axes de transformation Diversifier l offre de crédit à la consommation Se positionner sur le crédit communautaire Tirer parti des canaux Internet et mobile pour les acteurs traditionels Etudier l oppurtunité de quitter certains pays Levier 4 - Nouveaux modèles opérationnels Variabiliser les coûts en externalisant et en adoptant le mode Software as a service / Business process as a service Evolution de la gouvernance Renforcer les cadres de contrôle et le rôle du central Transposer les questions de responsabilité sociale dans le crédit responsable II. Les actions pour optimiser les modèles économiques 1. Ajuster les stratégies de fidélisation Le modèle économique en place dans les organismes de crédit spécialisés se concentrait principalement sur l acquisition de clients. Or la conjoncture économique morose et les évolutions réglementaires récentes ont fait augmenter les coûts d acquisition client. Ces coûts étant de plus en plus élevés, il devient plus rentable pour les organismes de crédit spécialisés de déployer des stratégies de fidélisation (depuis le marketing de masse jusqu au marketing en one-to-one grâce à une segmentation comportementale), d autant qu elles sont aujourd hui moins coûteuses avec le développement des nouvelles technologies et de l Internet. 13

14 Le crédit à la consommation: un paysage en pleine mutation Les stratégies de fidélisation requièrent l adaptation du cycle de vie du client en multipliant les opportunités de contact avec le client grâce à la vente de produits additionnels;...améliorant les processus de prévention avec une détection plus rapide des clients susceptibles de défaut (silent risky); appelant le client s il a un retard avéré de paiement et en lui proposant des solutions pour anticiper toute situation de surendettement. 2. Lutter contre la réduction tendancielle de la base de clients éligibles au crédit a. La réduction tendancielle de la base de clients éligibles au crédit Actuellement, la base de clientèle éligible au crédit diminue dans les pays matures d Europe du Nord et d Europe du Sud en raison de trois grandes évolutions sociétales: 1...Le vieillissement de la population, qui devrait inciter les organismes de crédit spécialisés à financer plus de projets de seniors : le pourcentage de personnes âgées de 60 ans ou plus en Europe serait de 29,5% en 2030, contre actuellement 17,4% d après des projections Eurostat. 2...La fragilisation de la structure familiale, qui devrait amener les établissements à reconsidérer le poids grandissant des personnes isolées et des familles monoparentales : le nombre de familles monoparentales en Europe en 2011 est compris entre 15% et 20% selon les pays, d après des données Eurostat et ce nombre augmente régulièrement. 3...L instabilité croissante sur le marché du travail qui touche toutes les catégories de population. Elle devrait notamment inciter les organismes de crédit spécialisés à considérer différemment les jeunes : les contrats à durée déterminée représentent 50% de toutes les nouvelles embauches de l Union Européenne, selon l Eurostat. Cette augmentation des CDD s accompagne d une diminution de l ancienneté dans l emploi ainsi que d un recul de l âge d entrée sur le marché du travail. Mais la majorité des jeunes adultes enchaînent les CDD et certains établissements parviennent à caractériser et segmenter cette clientèle afin d accorder des prêts adaptés aux situations professionnelles de chacun. Cette baisse de la clientèle éligible au crédit liée aux évolutions sociétales est renforcée par la mise en place de critères de sélection des clients plus sévères en raison d une baisse de rentabilité du crédit à la consommation. b. Le nécessaire élargissement de la base de clients via la modification des critères de ciblage des populations Proposition de nouveaux critères complémentaires de ciblage Priorisation Paramètres retenus Paramètres à prendre Proposition d évolution de en compte la règle de la sélection des clients 1 ancienneté dans l emploi Secteur dans lequel l individu Plus le secteur est dynamique en inférieure à 1 an travaille matière de création d emploi plus le risque lié à l ancienneté diminue 2 Familles monoparentales Patrimoine détenu par Plus le patrimoine est élevé, plus la famille le risque de surendettement diminue 14

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE CARREFOUR BANQUE PLUS DE 30 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DES CLIENTS Carrefour Banque commercialise des solutions de paiement, de financement, d épargne et d assurance. Depuis le lancement de la première

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9 Pour un développement responsable du crédit en France 3. FICHE PAYS 3.. L encours de crédit en Europe à fin 007 en Europe à fin 007 (en milliards d euros) Roy aume-uni Allemagne France Espagne Italie Grèce

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007 Le Marché du Crédit à la consommation en Europe à fin 7 Une étude de SOFINCO Evry, le juin 8 Nicolas Pécourt Le crédit à la consommation en Europe Synthèse (/) Cette étude porte sur le marché du crédit

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2.1. Le marché du crédit renouvelable en France 2.1.1. Le crédit à la consommation en France En ce qui concerne la composition de l encours

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

FRONTeO Plateforme digitale pour les banques. Dossier de presse

FRONTeO Plateforme digitale pour les banques. Dossier de presse FRONTeO Plateforme digitale pour les banques Dossier de presse 2015 Sommaire Page 3 Editorial «La banque se digitalise, l informatique évolue, MAINSYS anticipe...» Page 4 Une gamme complète de solutions

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale?

Skandia renforce son positionnement en France. Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? Skandia renforce son positionnement en France Quelle stratégie adopter pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle patrimoniale? 7 mai 2010 Sommaire 1. Présentation et actualité du Groupe Old

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Autumn Conference Cheuvreux

CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Autumn Conference Cheuvreux CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Directeur général Autumn Conference Cheuvreux 24 Septembre 2008 1 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Par Jacques Labat, Directeur BU Gestion d Actifs 13 Le compte à rebours a commencé. Les sociétés de gestion ont jusqu au 22 juillet

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

Au cœur du développement de la banque commerciale et des réseaux bancaires

Au cœur du développement de la banque commerciale et des réseaux bancaires Services Financiers Spécialisés Au cœur du développement de la banque commerciale et des réseaux bancaires banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés Natixis une

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Protection du budget. Prévoyance

Protection du budget. Prévoyance L offre CACI Forte de son expertise acquise sur son cœur de métier historique, l assurance, Caci a développé une gamme complète de produits d assurance à tination de ses partenaires et de leurs clients

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer.

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Communiqué de presse Croix, le 31 août 2015 Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Hausse du chiffre d affaires HT consolidé : 26,9 milliards d euros, +3,4

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité

Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité Paris, le 19 février 2014 Groupe BPCE : résultats de l année 2013 et du 4 e trimestre 2013 Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Les Français ais et à la consommation

Les Français ais et à la consommation Les Français ais et le crédit à la consommation Introduction Crédit Agricole Consumer Finance, acteur majeur du crédit à la consommation en Europe, publie un sondage réalisé par Opinionway sur les Français

Plus en détail

La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires?

La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires? La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires? Les réseaux d agences des banques de détail en Europe vont être confrontés à de profonds changements, à une pression accrue sur leur modèle économique

Plus en détail

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe Rapport Annuel 2010 2 Sommaire Rapport Annuel 2010 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Rapport

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 26 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 26 ième

Plus en détail

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO 1 LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO Le 16 février 2012, RCI Banque a lancé en France le livret d épargne

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE

LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE Sommaire Banques Introduction 4 1. Le secteur bancaire en 2012 5 1.1. La population des établissements de crédit, des entreprises d investissement

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Surabondance d information

Surabondance d information Surabondance d information Comment le manager d'entreprise d'assurance peut-il en tirer profit pour définir les stratégies gagnantes de demain dans un marché toujours plus exigeant Petit-déjeuner du 25/09/2013

Plus en détail