La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010"

Transcription

1 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services

2 La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des comptes nationaux (SEC 2010) est le nouveau cadre comptable adopté par le Parlement européen. C est l adaptation aux pays de l Union européenne du Système de comptabilité nationale 2008 (SCN 2008) adopté par les Nations unies. Dans le SEC 2010, conformément au SCN 2008, la recherche et développement (R&D) est désormais considérée comme un investissement et non comme une consommation intermédiaire. Précédemment, le SCN 1993 reconnaissait que la R&D était menée dans le but d améliorer l efficacité ou la productivité, ou d en tirer d autres avantages ultérieurs. Néanmoins, bien que ces caractéristiques aient la nature d activités d investissement, la R&D était traitée comme faisant partie de la consommation intermédiaire. 2

3 Définition de la recherche et développement Extrait du règlement (UE) n 549/2013 du parlement européen et du conseil du 21 mai 2013 relatif au système européen des comptes nationaux et régionaux dans l'union européenne (SEC 2010), Journal officiel de l Union européenne, , p. 99 section 3.82 : Les activités de recherche et développement (R&D) représentent un travail créatif entrepris sur une base systématique afin d'accroître la somme des connaissances et d'exploiter celle-ci dans le but de découvrir ou de développer des produits nouveaux Cela comprend aussi la mise au point de nouvelles versions des produits existants ou l'amélioration de leurs qualités, ou bien de découvrir ou de développer des processus de production nouveaux ou plus performants. 3

4 Mesure de la production de services de R&D 3.83 La production de services de R&D est mesurée de la façon suivante : a) les activités commerciales de R&D exercées par des laboratoires ou des instituts de recherche spécialisés sont évaluées de la manière habituelle, c'est-à-dire sur la base des recettes (ventes, contrats, commissions, droits, etc.) ; b) les activités de R&D dont les résultats sont destinés à être utilisés dans l'entreprise même qui les mène (production pour compte propre) sont évaluées en se fondant sur les prix de base estimés qui auraient été payés si elles avaient été sous-traitées. En l'absence d'un marché pour la sous-traitance d'une R&D de nature similaire, ces activités sont évaluées sur la base de la somme des coûts de production, majorés d'un montant correspondant à l'excédent net d'exploitation ou au revenu mixte escompté, sauf pour les producteurs non marchands [«approche par les coûts» des comptables nationaux]. 4

5 Mesure de la production de services de R&D c) les activités de R&D menées par des unités des administrations publiques, des universités et des instituts de recherche sans but lucratif sont évaluées sur la base de la somme des coûts de production. Les revenus tirés de la vente de services de R&D par des producteurs non marchands doivent être considérés comme issus d'une production marchande secondaire. Il est à noter que les dépenses de R&D sont distinguées des dépenses consacrées à l'enseignement et à la formation. Par ailleurs, elles n intègrent pas non plus les coûts de développement de logiciels. 5

6 La production de services de R&D des entreprises a) Les ventes de R&D proviennent des déclarations des entreprises dans le dispositif d enquête Ésane qui contiennent la répartition des ventes par branche. Les achats de R&D passent de consommation intermédiaire (CI) à investissement (FBCF), d où une augmentation de la valeur ajoutée (VA) des branches acquéreuses (hors branche R & D). Dans la branche R&D, on considère qu il s agit de sous-traitance ou d éléments incorporés à de la FBCF. 6 b) La production marchande totale ne change pratiquement pas puisque la production pour compte propre devient de la production pour emploi final propre, avec pour contrepartie de la FBCF. Elle est évaluée d après les résultats de l'enquête sur la R&D dans les entreprises du Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR).

7 Le champ retenu a) Seules les sociétés non financières (SNF - S.11) ont une production ou de la FBCF en R&D. D après l enquête du Ministère de la Recherche (MESR), les dépenses en R&D des sociétés financières ne s élèvent qu à 169 millions d euros en Il a donc été décidé de les regrouper avec celles des SNF. Ce choix a été dicté par un souci de simplicité, au vu de l ampleur de la tâche concernant la mise en œuvre de ce chantier, notamment en ce qui concerne la rétropolation. b) Il a été convenu que les Entreprises Individuelles (EI) n avaient pas de dépenses en R&D, ce qui fait que les ménages (S.14) n en ont pas non plus. 7 c) Enfin, on a également considéré que les Institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM - S.15) n en avaient pas. En effet, dans les comptes français, le champ des ISBLSM exclut les associations effectuant de la R&D, qui sont classées soit en Administrations publiques (APU - S.13) soit en SNF.

8 L augmentation du PIB liée à l «immobilisation» de la R&D Effet sur le PIB en 2009 : + 39,8 Md, soit une augmentation de près de 2 % Branche de la recherche marchande («72M») : + 26,5 Md FBCF des Sociétés non financières (SNF) (- 26,5 Md CI des SNF) + 3,1 Md FBCF des APU (-3,1 Md CI des APU) Branche de la recherche non marchande («72N») : + 10,2 Md Consommation de capital fixe des APU (CCF) 8

9 L investissement des entreprises en R&D (1) L enquête du Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) L enquête est réalisée auprès d environ entreprises de tous les secteurs exécutant des travaux de R&D sur le territoire français. Elle est exhaustive pour les entreprises ayant des dépenses de R&D supérieures à 0,4 M et échantillonnée pour les autres. Elle recense par branche d activité de recherche : les dépenses courantes (la masse salariale des personnels de R&D et les dépenses de fonctionnement) ; les dépenses en capital (les achats d équipements nécessaires à la R&D) réalisées par les entreprises. 9

10 L investissement des entreprises en R&D (2) L enquête du Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) L enquête vise à déterminer la Dépense Intérieure de Recherche et Développement des Entreprises (DIRDE). Avec la Dépense Intérieure de Recherche et Développement des Administration (DIRDA), celle-ci forme la Dépense Intérieure de Recherche et Développement (DIRD). DIRD = DIRDEntreprises + DIRDAdministrations Elle est réalisée depuis 1963, avec des estimations depuis Elle répond à un règlement européen et un rapport qualité doit être transmis à Eurostat. Le ratio DIRD/PIB (effort de recherche) figure parmi les principaux objectifs de «Europe 2020». 10

11 L investissement des entreprises en R&D (3) L enquête du MESR et les comptes nationaux L ensemble des dépenses mesurées par l enquête R&D du MESR correspond à l «approche par les coûts» des comptables nationaux. Pour Eurostat, la DIRDE est une cible pour le montant de la FBCF des entreprises en R&D. Du fait de l ancienneté de l enquête R&D, les comptes nationaux français avaient introduit de la production pour compte propre en R&D dès la base 1995, avec des consommations intermédiaires en contrepartie. L existence d une série depuis 1959 a facilité la rétropolation de la FBCF en R&D dans les comptes nationaux en base

12 Évolution comparée de la DIRD et de la FBCF en R&D marchande Milliards d'euros Dépense intérieure de R&D FBCF en R&D Source : MESR et INSEE comptes nationaux, base

13 Au-delà du PIB, la place des services dans l économie (1) L investissement en produits des activités de service est revalorisé de 39 Md en base 2010 par rapport à la base 2005, dont les trois quart au titre de l immobilisation de la R&D. Investissement en produits des activités des services marchands (Md ) 2010 BASE BASE 2005 Écart B10 - B05 Édition 8,2 7,8 0,4 Production de films cinématographiques,vidéo et programmes de télévision ; édition musicale 2,2 2,1 0,1 Programmation et diffusion 1,1 0,0 1,1 Programmation, conseil et autres activités informatiques 35,8 27,2 8,6 Services d'information 3,4 0,0 3,4 Activités des marchands de biens immobiliers et activités immobilières pour compte de tiers 0,6 1,0-0,4 Activités juridiques et comptables 2,5 2,6-0,1 Activités d'architecture et d'ingénierie ; activités de contrôle et analyses techniques 15,5 17,4-2,0 Recherche-développement scientifique (marchande) 30,8 0,0 30,8 Activités créatives, artistiques et de spectacle (marchandes) 0,1 0,1 0,0 Réparation d'ordinateurs et de biens personnels et domestiques 2,0 2,6-0,6 Services marchands (champ CCS) 102,1 60,9 41,2 Source: Insee, division Services. 13

14 Au-delà du PIB, la place des services dans l économie (2) En base 2010, l investissement en produits des activités de service dépasse l investissement en produits de l industrie. Il représente près du tiers de l investissement total des entreprises et administrations, contre moins du quart en base Investissement des entreprises et des administrations 2010 BASE BASE 2005 Écart B10 - B05 Md % Md % Md % Total des produits 317, , ,3 Dont Industrie manufacturière, industries extractives et autres 91,0 28,7 89,7 34,3 1,3-5,7 Construction 111,4 35,1 109,2 41,8 2,2-6,7 Services (champ CCS) 102,1 32,2 60,9 23,3 41,2 8,8 Source: Insee, division Services. 14

15 Le nouveau traitement de la R&D relève le taux de marge des entreprises en comptabilité nationale Pour l année 2009, le taux de marge (rapport de l excédent brut d exploitation à la valeur ajoutée) des entreprises en base 2010 est : = 305,1 / 985,9 = 30,9 % En base 2005, le taux de marge de l année 2009, s élevait à : = 277,3 / 954,0 = 29,1 % La hausse de 1,8 point du taux de marge entre les deux bases est essentiellement due à l immobilisation des dépenses de R&D. [Si l on considérait que l immobilisation des dépenses de R&D constituait la seule modification intervenue en base 2010, le taux de marge des entreprises non financières serait :Taux de marge = (277,4+26,5) / (954,0+26,5) = 303,9 / 980,5 = 31,0 %]

16 En comptabilité d entreprise, la R&D figure toujours parmi les charges courantes (consommations intermédiaires) 16 En comptabilité d entreprise, les dépenses de Recherche-Développement ne sont pas incluses dans la valeur ajoutée. En effet, compte tenu des principes très restrictifs retenus par le Règlement n du Comité de la réglementation comptable (CRC), elles sont en quasi-totalité enregistrées en comptes de charges (classe 6). Dans le calcul des soldes intermédiaires de gestion, elles sont donc considérées comme des consommations intermédiaires. Règlement n du Comité de la réglementation comptable (CRC) 1 - Les dépenses engagées pour la recherche (ou pour la phase de recherche d'un projet interne) doivent être comptabilisées en charges lorsqu'elles sont encourues et ne peuvent plus être incorporées dans le coût d une immobilisation incorporelle à une date ultérieure. 2- Les coûts de développement peuvent être comptabilisés à l actif s ils se rapportent à des projets nettement individualisés, ayant de sérieuses chances de réussite technique et de rentabilité commerciale - ou de viabilité économique pour les projets de développement pluriannuels associatifs. Ceci implique, pour l entité, de respecter l ensemble des critères suivants : a) la faisabilité technique nécessaire à l achèvement de l immobilisation incorporelle en vue de sa mise en service ou de sa vente ; b) l intention d achever l immobilisation incorporelle et de l utiliser ou de la vendre ; c) la capacité à utiliser ou à vendre l immobilisation incorporelle ; d) la façon dont l immobilisation incorporelle génèrera des avantages économiques futurs probables. L entité doit démontrer, entre autres choses, l existence d un marché pour la production issue de l immobilisation incorporelle ou pour l immobilisation incorporelle elle-même ou, si celle-ci doit être utilisée en interne, son utilité ; e) la disponibilité de ressources (techniques, financières et autres) appropriées pour achever le développement et utiliser ou vendre l immobilisation incorporelle ; f) la capacité à évaluer de façon fiable les dépenses attribuables à l immobilisation incorporelle au cours de son développement.

17 d où un écart accru entre le taux de marge en comptabilité nationale et en comptabilité d entreprise Le changement de méthode dans les comptes nationaux, alors que le cadre de la comptabilité privée reste inchangé, conduit à une augmentation des écarts entre les taux de marge dans les deux sources. D autres différences méthodologiques existent ayant des effets sur le calcul du taux de marge. En effet, dans l intégration des données des comptes d entreprises dans les comptes nationaux, il existe de nombreux retraitements comme sur le traitement des stocks. 17

18 La Recherche-Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Merci de votre attention! Insee 18 bd Adolphe-Pinard Paris Cedex 14 Informations statistiques : / Contacter l Insee (coût d un appel local) du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Les comptes de patrimoine non financier

Les comptes de patrimoine non financier Les comptes de patrimoine non financier Ronan MAHIEU Département des Comptes Nationaux I) Un compte étroitement articulé avec les comptes de flux L exemple de la machine à laver de la laverie automatique

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT

ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE Le traitement comptable des dépenses de recherche et de développement est précisé par l article 311-3 du PCG qui prévoit : que les dépenses engagées pour la recherche

Plus en détail

L élaboration des PIB régionaux

L élaboration des PIB régionaux L élaboration des PIB régionaux Les Journées de l économie 14 octobre Lyon Luc Brière Chef de la division «statistiques, régionales, locales et urbaines», Direction générale de l Insee (Paris) Plan de

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale La publication des Nations Unies : «Statistiques de comptabilité nationale : principaux agrégats et tableaux détaillés»

Plus en détail

Commerce Services Recherche et développement Bureaux

Commerce Services Recherche et développement Bureaux Commerce Services Recherche et développement Bureaux L e secteur tertiaire recouvre un vaste champ d activités qui va du commerce, aux services, en passant par la recherche et développement. Au 31 décembre

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Les indices de prix de vente dans les services. Impact sur le calcul de productivité

Les indices de prix de vente dans les services. Impact sur le calcul de productivité Les indices de prix de vente dans les services Impact sur le calcul de productivité Plan 1) La délicate mesure des prix dans les services 2) Les progrès accomplis au cours des années 2000 3) Quelles conséquences

Plus en détail

Les branches d'activité

Les branches d'activité Les branches d'activité Une entreprise qui est une unité institutionnelle peut avoir plusieurs productions de natures différentes. Par exemple, une entreprise de transport routier qui a pour activité principale

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Dominique Durant. CNIS 20 octobre 2005

Dominique Durant. CNIS 20 octobre 2005 Dominique Durant CNIS 20 octobre 2005 Plan de l intervention 1. Principes de construction des comptes financiers trimestriels 1.1 adossement aux comptes annuels 1.2 des méthodes d estimation et de contrôle

Plus en détail

La production de données par la statistique publique : Poids et spécificités économiques des acteurs de l économie sociale

La production de données par la statistique publique : Poids et spécificités économiques des acteurs de l économie sociale 1 Les chiffres sur l économie sociale : où en est-on? 26 e colloque ADDES 24 mars 2015 La production de données par la statistique publique : Poids et spécificités économiques des acteurs de l économie

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008

ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008 ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST TITRE ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008 DATES 16 au 20 juin 2014 LIEU Lomé, TOGO COORDINATION AFRITAC

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

L usage des TIC en entreprise

L usage des TIC en entreprise L usage des TIC en entreprise Comparaison entre microentreprises et sociétés d au moins 10 personnes Elvire Demoly Responsable des enquêtes TIC entreprises Les enquêtes TIC Une enquête européenne annuelle

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza

Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94 Ludovico Bracci Susanna Mantegazza ISTAT Département des comptes nationaux et de l analyse économique 1.

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan 1 Définitions et mesures Définition 2 la VAN Critère

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER [LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES] La présente note vient en appui

Plus en détail

EUROPEENNES (EUROSTAT) EVALUATION DE LA FBCF EN LOGICIELS DANS LES COMPTES NATIONAUX BELGES. Document sollicité de la Banque Nationale de Belgique*

EUROPEENNES (EUROSTAT) EVALUATION DE LA FBCF EN LOGICIELS DANS LES COMPTES NATIONAUX BELGES. Document sollicité de la Banque Nationale de Belgique* Distr. GENERALE CES/AC.68/2002/12 5 Mars 2002 Original: FRANCAIS et ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS ORGANISATION DE COOPERATION ET

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE

LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE LE 5 e MANUEL DU FMI : UNE NOUVELLE PRÉSENTATION DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTÉRIEURE La cinquième édition du Manuel de la Balance des paiements, publiée par le Fonds monétaire international

Plus en détail

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT 1. Présentation... 2. Methodologie... 3. Sources de documentation... 4. graphique... 5. Tableaux... LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 23. 1: Créance du système monétaire sur

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

La nouvelle version du compte satellite des ISBL

La nouvelle version du compte satellite des ISBL Version intégrale La nouvelle version du compte satellite des ISBL Cette note présente les développements récents apportés au compte satellite des institutions sans but lucratif (ISBL). Le lecteur est

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan général du cours 1 Introduction: présentation de la

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

Présentation générale SEC 2010

Présentation générale SEC 2010 Présentation générale SEC 2010 1. Contexte général de la révision SEC 2. Nouveautés du SEC 2010 1. Contexte général de la révision SEC 1.1 Notions de comptabilité nationale Comme les entreprises, les pays

Plus en détail

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Objectif 1 L objectif de la présente norme est de préciser l information financière relative à la prospection

Plus en détail

Chapitre 2 : Les facteurs de production

Chapitre 2 : Les facteurs de production Chapitre 2 : Les facteurs de production Introduction Introduction (1) Production : Emploi des ressources nécessaires à la création des biens et des services => Combinaison des facteurs de production Travail,

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

10/11/2015 Insee Services Tourisme Transports Trente cinq ans de services d'information et de communication L'essor des logiciels

10/11/2015 Insee Services Tourisme Transports Trente cinq ans de services d'information et de communication L'essor des logiciels Trente cinq ans de services d information et de communication L'essor des logiciels Aurélien Lavergne et Thierry Méot, division Services, Insee Insee Première N 1575 novembre 2015 Résumé En, la valeur

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008

Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008 AFRITAC de l Ouest (AFW) Abidjan Côte d Ivoire SÉMINAIRE Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008 Institut national de la

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

webconférence mieux comprendre les données financières d Orange web conférence mardi 10 juin

webconférence mieux comprendre les données financières d Orange web conférence mardi 10 juin webconférence mieux comprendre les données financières d Orange 1 recommandations pratiques penser à bien régler le son de votre ordinateur en cas de souci technique, vous pouvez nous contacter aux numéros

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/13 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des logiciels et bases de données En bref L administration consacre des moyens financiers et humains considérables

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER

RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 RAPPORT ÉCONOMIQUE, SOCIAL, ET FINANCIER Tome II Annexe Statistique Sommaire I. Production et formation du revenu... 7 II. Structure de la demande intérieure...17 III.

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives

LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives Sommaire Liste des tableaux 3 Liste des graphiques 3 Résumé 4 INTRODUCTION 5 I : Présentation du secteur du

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli

Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? Le cadre central des comptes : acquis, innovations et

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h Avertissement au candidat : le candidat sera évalué sur sa capacité à réaliser l ensemble

Plus en détail

La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015

La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015 La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015 Sommaire Julien Jouve Expert-comptable - Commissaire aux Comptes +33 6 19 76 27 76 j.jouve@fidensconseil.fr

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande Chapitre 1 La et ses transformations 1.Définitions, typologies et évolutions Qu est-ce que produire? s marchande et non marchande s matérielles et immatérielles et productivité 2. Les unités et les facteurs

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique»

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Session de formation du lundi 18 janvier 2010 Première séance, «Décrypter les prélèvements obligatoires»» PSE 48 boulevard Jourdan Grande salle

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Juillet 2013 Aperçu En mai 2013, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014.

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014. Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014 22 mai 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par le Gouvernement

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Etat des travaux menés à l Insee. Catherine Rougerie Chef de la Division Logement

Etat des travaux menés à l Insee. Catherine Rougerie Chef de la Division Logement Etat des travaux menés à l Insee Catherine Rougerie Chef de la Division Logement 4 juin 2013 Plan Enquête Logement 2013 Enquête sans-domicile 2012 Point d avancement du rapport Join-Lambert Indice de prix

Plus en détail

La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010. La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais

La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010. La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010 La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Sommaire Cadre d élaboration des comptes satellites du tourisme

Plus en détail