ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT"

Transcription

1 ACTIVATION DES DÉPENSES DE RECHERCHE ET DE Le traitement comptable des dépenses de recherche et de développement est précisé par l article du PCG qui prévoit : que les dépenses engagées pour la recherche doivent être comptabilisées en charges, que les coûts de développement peuvent être comptabilisés à l actif s ils se rapportent à des projets nettement individualisés, ayant des sérieuses chances de réussite technique ou de rentabilité commerciale. Toutefois, il convient de préciser que les logiciels développés par l entreprise doivent être obligatoirement immobilisés. DISTINCTION DES FRAIS DE RECHERCHE ET DE Cette distinction est précisée par le CNC (n ) : Pour apprécier si une immobilisation incorporelle générée en interne satisfait aux critères de comptabilisation prévus au 3.1 ci-dessus, une entité classe les opérations de création de l immobilisation entre : une phase de recherche et, une phase de développement. Si une entité ne peut distinguer la phase de recherche de la phase de développement d un projet interne visant à créer une immobilisation incorporelle, elle traite la dépense au titre de ce projet comme si elle était encourue uniquement lors de la phase de recherche. DÉPENSES DE RECHERCHE Les dépenses encourues pour la recherche (ou pour la phase de recherche d un projet interne) doivent être comptabilisées en charges lorsqu elles sont encourues et ne peuvent plus être incorporées dans le coût d une immobilisation incorporelle à une date ultérieure. Aucun élément incorporel obtenu au cours de la recherche (ou de la phase de recherche d un projet interne) ne doit être activé, car les projets de recherche se situant trop en amont de la production ou de la commercialisation, ne satisfont pas au critère de probabilité d obtention d avantages économiques futurs. Exemples d activités de recherche : les activités visant à obtenir de nouvelles connaissances, la recherche, l évaluation et la sélection finale d applications éventuelles de résultats de recherche ou d autres connaissances, la recherche de solutions alternatives pour les matières, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services, et, la formulation, la conception, l évaluation et le choix final retenu d autres possibilités d utilisation de matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services nouveaux ou améliorés. 1

2 COÛTS DE > Les coûts de développement peuvent être comptabilisés à l actif s ils se rapportent à des projets nettement individualisés, ayant de sérieuses chances de réussite technique et de rentabilité commerciale ou de viabilité économique pour les projets de développement pluriannuels associatifs. Ceci implique, pour l entité, de respecter l ensemble des critères suivants : la faisabilité technique nécessaire à l achèvement de l immobilisation incorporelle en vue de sa mise en service ou de sa vente, l intention d achever l immobilisation incorporelle et de l utiliser ou de la vendre, la capacité à utiliser ou à vendre l immobilisation incorporelle, la façon dont l immobilisation incorporelle génèrera des avantages économiques futurs probables. L entité doit démontrer, entre autres choses, l existence d un marché pour la production issue de l immobilisation incorporelle ou pour l immobilisation incorporelle elle-même ou, si celle-ci doit être utilisée en interne, son utilité, la disponibilité de ressources (techniques, financières et autres) appropriées pour achever le développement et utiliser ou vendre l immobilisation incorporelle, et, la capacité à évaluer de façon fiable les dépenses attribuables à l immobilisation incorporelle au cours de son développement. La comptabilisation des coûts de développement à l actif est considérée comme la méthode préférentielle. Exemples d activités de développement : la conception, la construction et les tests de pré-production ou de pré-utilisation de modèles et prototypes, la conception d outils, gabarits, moules et matrices impliquant une technologie nouvelle, la conception, la construction et l exploitation d une usine pilote qui n est pas d une échelle permettant une production commerciale dans des conditions économiques, la conception, la construction et les tests pour des matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services nouveaux ou améliorés, les coûts de développement et de production des sites internet. > Dépenses ne répondant pas aux critères de comptabilisation Les dépenses engagées pour créer en interne des fonds commerciaux, des marques, des titres de journaux et de magazines, des listes de clients et autres éléments similaires en substance, ne peuvent pas être distinguées du coût de développement de l activité dans son ensemble. Par conséquent, ces éléments ne sont pas comptabilisés en tant qu immobilisations incorporelles. Il en est de même pour les coûts engagés ultérieurement relatifs à ces dépenses internes (par exemple, frais de dépôt pour une marque développée en interne). L inscription en charges des frais de développement constitue la méthode préférentielle (en norme IFRS, l activation est obligatoire lorsque les conditions sont remplies). Les conditions d activation permettent désormais d activer des frais liés à des projets purement internes. L option est devenue globale pour tous les coûts de développement (et non pas projet par projet). De plus, l option pour l activation est défi nitive. 2

3 COÛTS INCORPORABLES DANS LES ACTIFS COÛTS ATTRIBUABLES AUX COÛTS DE Le coût d une immobilisation incorporelle générée en interne, répondant aux conditions de comptabilisation, comprend toutes les dépenses pouvant lui être directement attribuées et qui sont nécessaires à la création, la production et la préparation de l actif afin qu il soit en mesure de fonctionner selon l utilisation prévue par la direction. Ces coûts incluent, s il y a lieu : les coûts au titre des matériaux et services utilisés ou consommés pour générer l immobilisation incorporelle, les salaires et autres coûts liés aux personnels directement engagés pour générer l actif, les droits d enregistrement, l amortissement des brevets acquis et licences utilisés pour générer l actif, les coûts de dépôt de brevet, les coûts directement liés à l acquisition et au développement de logiciels (logiciels de gestion intégrés). Les frais de développement ne sont activables qu à partir de la date à laquelle les conditions susvisées sont remplies. Les dépenses comptabilisées en charges antérieurement à cette date, ne peuvent plus être activées. COÛTS NON ATTRIBUABLES AUX COÛTS DE Sont considérés comme tels : les coûts de vente, coûts administratifs et autres frais généraux à moins que ces dépenses puissent être directement attribuées à la préparation de l actif en vue de son utilisation, les inefficiences clairement identifiées et les pertes opérationnelles initiales encourues avant qu un actif n atteigne le niveau de performance prévu, les dépenses au titre de la formation du personnel réalisée pour utiliser l actif. > Immobilisations des dépenses Une fois retenue, l option pour l activation des dépenses de développement est obligatoire et définitive, lorsque les conditions sont remplies. C est une option globale et il ne peut pas être fait de distinction en fonction des projets. Si les conditions d inscription à l actif cessent d être remplies, l entreprise doit, pour tous les frais relatifs au programme concerné (en ce sens Bull. CNCC n 96, décembre 1994, EC 94-26, p. 745 s.) : inscrire en charges les nouveaux coûts de développement, amortir, en totalité, les frais inscrits à l actif au compte 203 Frais de recherche et développement des exercices précédents, insérer une mention dans l annexe justifiant ce traitement. > Amortissements des dépenses Les coûts de développement, lorsqu ils sont immobilisés, sont amortis sur leur durée réelle d utilisation. Toutefois, lorsque cette durée d utilisation dépasse cinq ans, une justification doit être fournie en annexe. L amortissement pratiqué a nécessairement le caractère d exploitation (compte 6811 : Dotations aux amortissements des immobilisations incorporelles et corporelles ). En l absence de durées d usage fiscalement admises concernant l amortissement de ces coûts, il n est pas possible à notre avis de constater, en sus du plan d amortissement, des amortissements dérogatoires, sauf éventuellement au départ des amortissements. 3

4 > Date de départ des amortissements Les coûts de développement sont amortis à compter de leur date de mise en service, c est-à-dire la date à laquelle l immobilisation est en état de fonctionner selon l utilisation prévue par la direction. En pratique, la date de départ d amortissement correspond au début de l utilisation (ou de la location) du résultat des développements. SITUATION FISCALE IMMOBILISATION DES DÉPENSES Fiscalement, les mêmes définitions qu en comptabilité sont retenues. Le traitement fiscal va donc suivre le traitement comptable opéré par l entreprise. Conformément à l article 236 du Code Général des Impôts, la déduction immédiate des coûts de fonctionnement d opérations de recherche et développement constituant des immobilisations est possible mais l activation des dépenses présentant un caractère de charges sur le plan comptable n est pas admise. Le traitement comptable retenu par l entreprise détermine le régime fiscal applicable à ces frais. L option prise par l entreprise en matière de frais de développement constitue une décision de gestion qui lui est opposable étant rappelé qu elle est désormais exercée pour l ensemble des projets de l entreprise. AMORTISSEMENTS DES DÉPENSES En cas d activation, les frais de développement sont amortis dans un délai maximal de cinq ans, ou à titre exceptionnel sur une durée plus longue qui n excède pas la durée réelle d utilisation. DATE DE DÉPART DES AMORTISSEMENTS Selon l administration l amortissement doit débuter dès l inscription des dépenses à l actif, sans attendre que le projet de recherche soit arrivé à son terme (D. adm. 4 C-232, n 9 et 4 C-4525, n 13), c est-à-dire avant le point de départ de l amortissement comptable des coûts de développement (date de mise en service). Compte tenu de la différence entre les règles fiscales et les règles comptables sur la date de départ des amortissements, les entreprises ont intérêt, par prudence, à comptabiliser un amortissement dérogatoire afin de ne pas s exposer au risque de le différer irrégulièrement. 4

5 EDÉ SITUATIONS PARTICULIÈRES LE CAS DE LOGICIELS CRÉÉS PAR L ENTREPRISE Les logiciels peuvent entrer dans le processus de R&D de l entreprise : soit qu ils en constituent la partie maitresse (généralement dans le monde des applications industrielles, médicales ), soit qu ils s intègrent dans un programme de R&D dont ils en constituent une composante. Un logiciel autonome créé constitue une immobilisation incorporelle du fait de l existence d un droit de propriété incorporelle exclusif. La protection résulte en effet, pour le créateur, des articles L et L s. du Code de la propriété intellectuelle (assimilation de la création des logiciels au régime plus général du droit d auteur). Le traitement comptable préconisé par le PCG et un avis CNC n 31 de 1987 est identique en cas de création ou d acquisition de logiciel, ce qui permet de respecter la logique économique. Toutefois, en pratique, la détermination du coût d acquisition d un logiciel acquis est théoriquement plus aisée, du fait de l existence d une facture comportant un prix, que celle du coût de production d un logiciel créé qui pose des problèmes pratiques d évaluation et de contrôle. En conséquence, pour les logiciels autonomes créés, il n existe pas de choix entre une comptabilisation en charges ou en immobilisations mais une double obligation (PCG, art II.c) : de laisser en charges toutes les dépenses de logiciels tant que celles-ci ne répondent pas aux conditions de comptabilisation à l actif (sur ces conditions, voir ci-après I) ; il s agit au minimum des dépenses de l étude préalable et, en général, de l analyse fonctionnelle (sur la distinction entre les phases de création, nécessaire pour apprécier si les conditions d activation sont remplies). d immobiliser toutes les dépenses de logiciels survenues après le début du processus de production (c est-à-dire lorsque les conditions sont remplies). Il est rappelé que les phases de conception d un logiciel peuvent être distinguées de la manière suivante : ACTIVITÉ DE CONCEPTION ACTIVITÉ DE PRODUCTION DU LOGICIEL ACTIVITÉ DE MISE À LA DISPOSITION DE L UTILISATEUR ET DE SUIVI 1. Etude préalable 2. Analyse fonctionnelle (appelée parfois conception générale de l application) 3. Analyse organique (appelée parfois conception détaillée de l application) 4. Programmation (appelée parfois codification) 5. Tests et jeux d essais 6. Documentation destinée à une utilisation interne ou externe 7. Formation de l utilisateur 8. Suivi de logiciel (souvent dénommé maintenance) Habituellement, la date de début d activation se situe après la phase 2 analyse fonctionnelle ; et la date de fin d activation est fixée à la fin de la phase 6 documentation. Les étapes 6, 7 et 8 de mise à la disposition de l utilisateur et de suivi ne peuvent, en aucun cas, être considérées comme des dépenses de recherche. Il convient également de souligner qu il est possible fiscalement de déduire sur 12 mois les dépenses de logiciels, même si ces dépenses ont été immobilisées sur le plan comptable. L entreprise est alors en mesure de comptabiliser un amortissement dérogatoire. 5

6 LA SITUATION AU REGARD DU CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE Le nouveau traitement comptable des dépenses de recherche conduit à s interroger sur les conséquences éventuelles en matière de CIR, afi n de déterminer si des dépenses qui seraient immobilisées (coûts de développement) pourraient néanmoins être admises dans l assiette des dépenses éligibles au CIR. Toutefois, les dépenses immobilisées ne pourraient-elles alors être retenues dans l assiette du CIR au travers des dotations aux amortissements? Le principe de prise en compte dans les bases du CIR est de retenir les dépenses, sans que leur traitement comptable n ait d incidence. INTERACTION ENTRE IMMOBILISATION DES DÉPENSES DE ET STATUT JEI Dans le cas des JEI, rappelons que pour que le régime s applique, le montant des dépenses de recherche doit représenter au moins 15 % du montant total des charges de l entreprise, sachant qu il s agit des mêmes dépenses que celles qui sont éligibles au CIR. Pour l appréciation de la qualité de JEI, il convient de retenir uniquement les dépenses qui sont déductibles du résultat imposable. L administration précise, en effet, dans le BOI 4-A-9-04 du 21 octobre 2004 au n 32, que les dépenses de recherche à retenir pour l appréciation du seuil des 15 % correspondent à des frais ou des dépenses déduites du résultat imposable à l impôt sur les bénéfices. La question se pose, de déterminer quel est l impact des nouvelles règles de comptabilisation des actifs sur le régime des JEI. En effet, le fait de comptabiliser les coûts de développement en immobilisation pourrait être très préjudiciable aux entreprises qui pourraient voir leurs charges déductibles diminuer et donc ne plus respecter le pourcentage susmentionné de 15 %, et donc perdre la qualification de JEI. Il conviendrait d obtenir des précisions sur le sujet. INCIDENCE DE L IMMOBILISATION DES DÉPENSES AU REGARD DU TRAITEMENT DES SUBVENTIONS PERÇUES POUR LE FINANCEMENT DES PROGRAMMES DE R&D Le PCG (article 321-7) précise que les subventions obtenues pour l acquisition ou la production d un bien sont sans incidence sur le calcul du coût des biens financés. Si les dépenses relatives aux opérations de développement sont immobilisées et que la subvention est octroyée pour financer des activités à long terme, la comptabilisation de cette subvention se fait : soit immédiatement en produit dans un compte 77, soit étalée par le biais du compte 131. Fiscalement, le principe est que les subventions constituent un produit imposable de l exercice au cours duquel ils sont acquis (la date d acquisition coïncidant avec celle de la décision d octroi de l aide). Cette règle vaut notamment pour les subventions d équilibre ou de fonctionnement perçues, quelle qu en soit l origine : aides publiques ou subventions interentreprises. Si les dépenses financées sont comptabilisées en immobilisations, les subventions reçues par l entreprise sont imposées de manière étalée, au rythme de l amortissement des dépenses immobilisées. Cet étalement est réservé aux subventions allouées par l Etat, les collectivités territoriales ou tout autre établissement public spécialisé dans l aide à la recherche scientifique ou technique (par exemple, l Agence Nationale pour la Valorisation de la Recherche, l Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie...). 6

Traitement comptable des logiciels

Traitement comptable des logiciels Traitement comptable des logiciels Sommaire 2 Le traitement comptable des logiciels est précisé par le PCG et l avis CNC n 31. Ils ne traitent que des logiciels dissociés (logiciels d application) et non

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l État La comptabilisation des frais de R&D En bref Des moyens considérables sont alloués par les autorités publiques aux efforts de recherche

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER [LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES] La présente note vient en appui

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 A-13-05 N 213 du 30 DECEMBRE 2005 BENEFICES INDUSTRIELS ET COMMERCIAUX IMPOT SUR LES SOCIETES DISPOSITIONS COMMUNES FRAIS ET CHARGES AMORTISSEMENTS

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

NORME COMPTABLE INTERNATIONALE IAS 38. Immobilisations incorporelles

NORME COMPTABLE INTERNATIONALE IAS 38. Immobilisations incorporelles NORME COMPTABLE INTERNATIONALE Immobilisations incorporelles La présente Norme comptable internationale a été approuvée par le Conseil de l IASC en juillet 1998 et entre en vigueur pour les états financiers

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 C-4-03 N 84 du 9 MAI 2003 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). FRAIS ET CHARGES. DEPENSES ENGAGEES LORS DE LA CREATION DE

Plus en détail

DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON

DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON 1. Rappeler les règles juridiques applicables lors de la constitution d une société anonyme

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des immobilisations incorporelles qui ne sont pas spécifiquement

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres

Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2000-D du Comité d urgence du 21 décembre 2000 publié le 16 janvier 2001 Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres Le Comité d urgence

Plus en détail

Quelle durée retenir?

Quelle durée retenir? 5 Quelle durée retenir? C est désormais aux caractéristiques propres de l entreprise qu il convient de se référer pour déterminer la durée et le mode d amortissement d une immobilisation. En pratique,

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015

La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015 La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015 Sommaire Julien Jouve Expert-comptable - Commissaire aux Comptes +33 6 19 76 27 76 j.jouve@fidensconseil.fr

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatées d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Objectif 1 L objectif de la présente norme est de préciser l information financière relative à la prospection

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 20 : LES SUBVENTIONS PUBLIQUES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU CAS TOUTOPTION Compta II: Tout option actualité comptable

LES OBJECTIFS DU CAS TOUTOPTION Compta II: Tout option actualité comptable LES OBJECTIFS DU CAS TOUTOPTION Compta II: Tout option actualité comptable La comptabilité est subjective. notions de comptabilité créative ou d'optimisation comptable. Arbitrage entre options / entre

Plus en détail

Chapitre 8 : Les provisions

Chapitre 8 : Les provisions Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 Chapitre 8 : Les provisions Cours Les provisions correspondent à des pertes ou des charges simplement prévisibles : la constitution

Plus en détail

Exercice 5 sur les immobilisations incorporelles, frais de recherche et de développement, logiciels

Exercice 5 sur les immobilisations incorporelles, frais de recherche et de développement, logiciels Exercice 5 sur les immobilisations, frais de recherche et de développement, logiciels Enoncé La société Liouth est une société de fabrication de logiciels de type ERP (Enterprise resource planning) spécialisée

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6 LES AMORTISSEMENTS 1. DEFINITION Règlement n 2002-10 du CRC Article 322.1 3. Le montant amortissable d un actif est sa valeur brute sous déduction de sa valeur résiduelle. L amortissement d un actif est

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

EVOLUTIONS DES NORMES COMPTABLES Impact sur les référentiels en vigueur au mois de juin 2006 des diplômes du tertiaire administratif.

EVOLUTIONS DES NORMES COMPTABLES Impact sur les référentiels en vigueur au mois de juin 2006 des diplômes du tertiaire administratif. Compétences 2.8 Participer à la comptabilité des opérations courantes * Comptabiliser les factures reçues et émises EVOLUTIONS DES NORMES COMPTABLES Impact sur les référentiels en vigueur au mois de juin

Plus en détail

SESSION 2006 COMPTABILITE APPROFONDIE ET REVISION. Éléments indicatifs de corrigé

SESSION 2006 COMPTABILITE APPROFONDIE ET REVISION. Éléments indicatifs de corrigé 620.108bis DECF SESSION 2006 COMPTABILITE APPROFONDIE ET REVISION Éléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS DECF 2006-Comptabilité approfondie

Plus en détail

NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS

NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 23 : COÛTS DES EMPRUNTS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3

Plus en détail

Point formation mai 2014

Point formation mai 2014 Point formation mai 2014 Le Crédit Impôt Innovation (CII) > Sommaire : Pages Définition du CII 2 Eligibilité au CII 3 Crédit d impôt recherche ou du crédit d impôt innovation? 6 Dépenses Eligibles 8 Synthèse

Plus en détail

Norme comptable internationale 2 Stocks

Norme comptable internationale 2 Stocks Norme comptable internationale 2 Stocks Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des stocks. Une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks

Plus en détail

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!!

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! Intervenants Eric DELESALLE Expert-comptable, Président de la Commission de droit comptable du Conseil Supérieur Hervé QUERE Chef de section

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art I. Introduction Avis du 16 mars 2011 Les entreprises qui achètent de l or ou des œuvres d art sont

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS

OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS 1. LE CADRE JURIDIQUE. Le nouveau règlement (n 99-01 adopté le 16 février 1999 par le Comité de la réglementation comptable) relatif au plan comptable des associations,

Plus en détail

Chapitre 3. Les achats de biens et de services

Chapitre 3. Les achats de biens et de services Chapitre 3 de biens et de services de biens de services Les réductions sur achats de biens et de services, nécessaires à l exploitation, s enregistrent sur la base des pièces justificatives (factures).

Plus en détail

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 Table des matières Préface... 5 CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 CHAPITRE 2 Outils de protection L intérêt

Plus en détail

Vos interlocuteurs Matinale Opticsvalley Copyright 2015 2

Vos interlocuteurs Matinale Opticsvalley Copyright 2015 2 CIR & CII : - Où placer la frontière entre Recherche et Innovation? - Etes-vous prêts pour le contrôle fiscal?, le 13 Janvier 2015 Vos interlocuteurs 2 Sommaire 1) Où placer la frontière entre la Recherche

Plus en détail

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion.

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion. Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion Normes IAS/IFRS Que faut-il faire? Comment s y prendre? Deuxième édition, 2004, 2005

Plus en détail

AMORTISSEMENT ET DÉPRÉCIATION

AMORTISSEMENT ET DÉPRÉCIATION Catherine Boënnec, Christine Closier, Xavier Girard, Françoise Léauté, Chantal Marquer, Eric Wallet, Solange Le Buffe I.E.N. AMORTISSEMENT ET DÉPRÉCIATION DES ACTIFS DOSSIER 4 Professeur Codes de couleurs

Plus en détail

TITRE III REGLES DE COMPTABILISATION ET D EVALUATION CHAPITRE I COMPTABILISATION DES ACTIFS, DES PASSIFS, DES PRODUITS ET DES CHARGES

TITRE III REGLES DE COMPTABILISATION ET D EVALUATION CHAPITRE I COMPTABILISATION DES ACTIFS, DES PASSIFS, DES PRODUITS ET DES CHARGES TITRE III RÈGLES DE COMPTABILISATION ET D ÉVALUATION - CHAPITRE I - TITRE III REGLES DE COMPTABILISATION ET D EVALUATION CHAPITRE I COMPTABILISATION DES ACTIFS, DES PASSIFS, DES PRODUITS ET DES CHARGES

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-15 du 23 juin 2004. Avertissement

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-15 du 23 juin 2004. Avertissement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-15 du 23 juin 2004 relatif à la définition, la comptabilisation et l évaluation des actifs Avertissement Le Conseil national de la comptabilité publie l

Plus en détail

En règle générale, le taux d amortissement linéaire du bien immobilier est calculé sur la base d une durée d utilisation de :

En règle générale, le taux d amortissement linéaire du bien immobilier est calculé sur la base d une durée d utilisation de : 2. Immeuble 2.1. Acquisition ou construction 2.1.1. Principe Les dépenses afférentes à l acquisition d un bien immobilier affecté à l exercice de l activité professionnelle (p.ex. une maison de commerce

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Le crédit d impôt recherche (CIR)

Le crédit d impôt recherche (CIR) Le crédit d impôt recherche (CIR) Conditions d éligibilité et constitution du dossier Rescrit, Contrôle Dispositions 2013 Objectifs du Crédit d Impôt Recherche : Favoriser les entreprises qui investissent

Plus en détail

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois.

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Annexes PREAMBULE L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Le total du bilan de l'exercice avant affectation du résultat

Plus en détail

6 Travaux en régie production de logiciel

6 Travaux en régie production de logiciel 6 Travaux en régie production de logiciel Quels textes de référence? Instruction M14 Tome 1 Annexe 25 Tome 2 Titre 3 Chapitre 3 Instruction M52 Tome 2 Annexe 52 Tome 2 Titre 3 Chapitre 3 Instruction M71

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC au 31 mars 2011 Objet : 1. La Préface des normes comptables pour le

Plus en détail

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS 1920 MARTIGNY 1951 SION 3963 CRANS-MONTANA 1870 MONTHEY 3960 SIERRE 1205 GENÈVE www.fidag-sa.ch TABLE DES MATIERES 1. Droit de la révision comptable... 3 2. Droit

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 : CAPITAUX PERMANENTS 1. Comptabiliser le versement effectué par M. Halescourt le 15 janvier 2015. 15/01/15 5121 Banques

Plus en détail

1 Les différentes normes comptables 3

1 Les différentes normes comptables 3 Introduction 1 Les différentes normes comptables 3 1.1 Le Plan Comptable Général 1982 révisé 3 1.1.1 Les frais de recherche et de développement avec contrepartie spécifique 3 1.1.2 Les dépenses de recherche

Plus en détail

Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI

Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI Lors du dépôt de la demande d aide, chaque partenaire renseigne une annexe financière provisoire qui est, lors de la phase d instruction,

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

Les nouvelles normes comptables : les actifs

Les nouvelles normes comptables : les actifs Les nouvelles normes comptables : les actifs Les objectifs de la mesure Maintenir la conformité de la comptabilité des SPIC locaux au plan comptable général, prescrite par le CGCT. Affiner la détermination

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE I - DE LA CONVENTION DE LA PERMANENCE DES METHODES La convention de la permanence des méthodes exige que

Plus en détail

Les opérations courantes de l entreprise

Les opérations courantes de l entreprise Chapitre 4 Les opérations courantes de l entreprise Au terme de ce chapitre, vous saurez : 1. définir une opération courante ; 2. enregistrer comptablement un achat et une vente ; 3. définir les différentes

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

Dépasser l approche comptable. Hugues LISAN ASC Consulting

Dépasser l approche comptable. Hugues LISAN ASC Consulting Dépenses de R&D : Dépasser l approche comptable Hugues LISAN ASC Consulting Objectifs de la présentation et contenu Objectifs : Fournir des clés de compréhension pour parler avec les financiers Examiner

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatés d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

Comptes d immobilisations (Classe 2)

Comptes d immobilisations (Classe 2) Comptes d immobilisations (Classe 2) Les comptes d immobilisations sont débités, à la date d entrée des biens dans le patrimoine de l entité : de la valeur d apport ; du coût d acquisition ; du coût de

Plus en détail

SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008

SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008 SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008 2. 1. PRESENTATION DE LA SITUATION CONSOLIDEE 30.09.2008 1.1. BILAN Le bilan consolidé au 30 septembre est le suivant : LIBELLES (EN K ) 30.09.2008 31.03.2008

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RELATIF A LA MISE EN ŒUVRE DE LA GARANTIE PREVUE AU 4 DE L'ARTICLE L 80 B DU LIVRE DES PROCEDURES FISCALES

QUESTIONNAIRE RELATIF A LA MISE EN ŒUVRE DE LA GARANTIE PREVUE AU 4 DE L'ARTICLE L 80 B DU LIVRE DES PROCEDURES FISCALES J E U N E E N T R E P R I S E I N N O V A N T E MODELE DE DEMANDE D'AVIS QUESTIONNAIRE RELATIF A LA MISE EN ŒUVRE DE LA GARANTIE PREVUE AU 4 DE L'ARTICLE L 80 B DU LIVRE DES PROCEDURES FISCALES Vous voudrez

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015)

Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015) Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015) À l issue du Conseil des Ministres du 8 avril dernier, le Gouvernement

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 D-2-01 N 196 du 5 NOVEMBRE 2001 4 F.E. / 29 - B INSTRUCTION DU 29 OCTOBRE 2001 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). AMORTISSEMENT

Plus en détail

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE Contribuables concernés : Propriétaires bailleurs de locations meublées dont les recettes locatives annuelles sont inférieures à 23 000 (150 870,11 F). Type d avantage

Plus en détail

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE Références réglementaires : RÈGLEMENT (CE) No 800/2008 DE LA COMMISSION du 6 août 2008 déclarant certaines catégories d'aide compatibles

Plus en détail

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014. FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014. FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 FPE TT 14, Rue Riquet 75019 PARIS SOMMAIRE NOTES ET COMMENTAIRES Notes et commentaires ------------------------------------------------------------------ 1 à 2 LE BILAN

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill Juin 2015 Offre de services H3P L allocation du prix et la rationalisation du goodwill Purchase Price Allocation / PPA H3P Audit & Conseil - 30 rue des mathurins 75008 Paris - contact@h3p.com - www.h3p.com

Plus en détail

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Fabrice Patrizio Avocat Associé Tel : 01 40 67 17 00 Fax : 01 40 67 28 80 f.patrizio@rambaud-martel.com

Plus en détail

Ministère des finances

Ministère des finances Ministère des finances NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES CONTRATS A LONG TERME La présente note vient en appui à l Instruction n 2 du 29 octobre 2009

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006

AGEFOS-PME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 AGEFOSPME Guadeloupe EXERCICE 2006 AGEFOSPME GUADELOUPE ANNEXE DES COMPTES ANNUELS 2006 I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE L EXERCICE Un nouveau logiciel comptable a été mis en place en 2006 «Qualiac Fonctionnement»

Plus en détail

Évaluation des actifs et des passifs. Titre III - Règles de comptabilisation et d'évaluation

Évaluation des actifs et des passifs. Titre III - Règles de comptabilisation et d'évaluation Évaluation des actifs et des passifs Titre III - Règles de comptabilisation et d'évaluation Chapitre II - Évaluation des actifs et des passifs Section 1 - Évaluation des actifs à la date d'entrée Sous-section

Plus en détail

MODALITES DE COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES (CF. NORME 5)

MODALITES DE COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES (CF. NORME 5) MODALITES DE COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES (CF. NORME 5) Le présent fascicule précise les modalités de comptabilisation des immobilisations incorporelles et à ce titre décline les

Plus en détail

La comptabilisation des immeubles à partir du 1er janvier 2005 RFC - Réflexion comptabilité - Mars 2006-386, p. 29-33

La comptabilisation des immeubles à partir du 1er janvier 2005 RFC - Réflexion comptabilité - Mars 2006-386, p. 29-33 La comptabilisation des immeubles à partir du 1er janvier 2005 RFC - Réflexion comptabilité - Mars 2006-386, p. 29-33 Résumé de l article La comptabilisation des immeubles est présentée en IFRS par les

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

IMMOBILISATIONS et AMORTISSEMENTS : les changements du Plan Comptable Général au 1/1/2005

IMMOBILISATIONS et AMORTISSEMENTS : les changements du Plan Comptable Général au 1/1/2005 IMMOBILISATIONS et AMORTISSEMENTS : les changements du Plan Comptable Général au 1/1/2005 INTRODUCTION : Dans le cadre de l harmonisation comptable européenne, et afin de se rapprocher des normes I. A.

Plus en détail

Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014

Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014 Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014 Introduction Etude de marché Les prévisions financières Idée géniale Etude de faisabilité Créer une entreprise Introduction Année 1 Année

Plus en détail