- Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A"

Transcription

1 - Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A - * Madame ATSIN ETTI Dia 20 BP 1147 ABIDJAN 20 : Im. CCIA, 9ème étage Tél. : / Fax : E. Mail : Plans et Projets d écotourisme en Côte d Ivoire Pays d origine : Côte d Ivoire - RESUME DU COMMUNIQUE De par sa situation géographique, la variété de ses paysages, son histoire et sa culture, la Côte d Ivoire dispose de potentialités écotouristiques réelles dont l exploitation bien planifiée pourrait contribuer de façon significative à la préservation de ce patrimoine naturel et culturel, à l amélioration des conditions de vie des populations, principalement dans les zones rurales, et surtout à l enrichissement de notre offre de produits touristiques. Ainsi, dans la mise en œuvre du Plan National d Action pour l Environnement, un Programme Cadre de Gestion des Aires Protégées (PCGAP), comportant un volet relative à l exploitation touristique, a été adopté le 30 janvier 2002, en vue de permettre au tourisme, notamment, à travers l écotourisme, de contribuer plus efficacement à la politique de préservation et de gestion des parcs nationaux et des réserves naturelles. En tout état de cause, depuis l année 2000, le Ministère du Tourisme et de l Artisanat a inscrit l écotourisme dans sa politique de diversification des produits et de développement de pôles régionaux du tourisme. C est pourquoi, à la faveur de la préparation de l Année Internationale de l Ecotourisme, un Comité National Ecotourisme a été mis sur pied au sein du Ministère du Tourisme et de l Artisanat, en avril 2001, avec pour missions, natamment, de réaliser un recensement des sites écotouristiques et mettre en œuvre un programme de sensibilisation sur l écotourisme ; Mais dans la mise en œuvre de notre programme de développement de l écotourisme, les contraintes sont encore nombreuses même si, avec le cadre de collaboration que constitue le Comité National Ecotourisme, de grands pas ont été franchis en un an dans la sensibilisation des autres administrations partenaires. D ores et déjà, grâce à la coopération bilatérale et multilatérale, quelques projets de préservation et de mise en valeur touristique de la riche diversité naturelle et culturelle de la Côte d Ivoire sont en cours d exécution, avec une large participation des populations. L enseignement essentiel que nous tirons de ces projets c est que l implication des communautés locales par une approche participative est indispensable à la réussite du projet. Par ailleurs, le développement de l écotourisme nécessite des investissements importants que de nombreux pays ne sont pas en mesure de mobiliser sans l appui de la communauté internationale et La coopération bilatérale et multilatérale.

2 SOMMET MONDIAL DE L ECOTOURISME Québec ( Canada ), mai 2002 COMMUNIQUE DE LA COTE D IVOIRE SUR LE THEME : POLITIQUE ET PLANIFICATION DE L ECOTOURISME : LE DEFI DE LA DURABILITE I POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DE L ECOTOURISME En Côte d Ivoire, à l instar de nombreux autres pays africains, notamment, la mise en équation des notions de développement et d environnement est l un des problèmes les plus difficiles à résoudre car la croissance matérielle modifie inévitablement la relation entre l homme et son environnement naturel, culturel et social. Toute la difficulté est donc de trouver l indispensable équilibre car il ne s agit pas seulement de protéger notre environnement, mais de gérer les ressources de nos pays au mieux, de façon raisonnable et rationnelle, pour parvenir à un développement social, économique et physique durable. Cette recherche de l équilibre entre l homme, ses activités et son environnement a amené le Gouvernement ivoirien à adopter en 1996, un Plan National d Action pour l Environnement couvrant la période

3 Ce Livre Blanc de l Environnement de Côte d Ivoire présente la problématique des relations environnement tourisme et propose des orientations stratégiques en matière d écotourisme. En effet, de par sa situation géographique, la variété de ses paysages, son histoire et sa culture, notre pays dispose de potentialités écotouristiques réelles dont l exploitation bien planifiée pourrait contribuer de façon significative à la préservation de ce patrimoine naturel et culturel, à l amélioration des conditions de vie des populations, principalement dans les zones rurales, et surtout à l enrichissement de notre offre de produits touristiques. Ainsi, dans la mise en œuvre du Plan National d Action pour l Environnement, un Programme Cadre de Gestion des Aires Protégées (PCGAP) est en préparation avec une loi adoptée le 30 janvier Le volet du PCGAP relatif à l exploitation touristique, pour objectif de permettre au tourisme, notamment, à travers l écotourisme, de contribuer plus efficacement à la politique de préservation et de gestion des parcs nationaux et des réserves naturelles. Il définit les conditions permettant de : - confier l exploitation touristique des parcs et réserves à des opérateurs privés qui auront notamment en charge d assurer le développement de l écotourisme ; - promouvoir l utilisation rationnelle et durable des ressources naturelles en périphérie. L étude contient, par ailleurs, des propositions en ce qui concerne les aménagements et les infrastructures ont été faites. Un schéma de préconisation écotouristique a également été proposé pour chaque parc ainsi que l état de concession des activités et une convention type de concession. En tout état de cause, depuis l année 2000, le Ministère du Tourisme et de l Artisanat a inscrit l écotourisme dans sa politique de diversification des produits et de développement de pôles régionaux du tourisme C est pourquoi, à la faveur de la préparation de l Année Internationale de l Ecotourisme, un Comité National Ecotourisme a été mis sur pied au sein du Ministère du Tourisme et de l Artisanat, en avril 2001, avec pour missions premières : - de réaliser un recensement exhaustif des sites écotouristiques ; - d élaborer et mettre en œuvre un programme de sensibilisation sur l écotourisme ; - de proposer dans les zones identifiées, en concertation avec les acteurs locaux, des projets de développement et de gestion de l écotourisme prenant en compte les principales préoccupations suivantes : la contribution à la sauvegarde de la biodiversité et la valorisation du patrimoine naturel, de la culture et des traditions du terroir ; les avantages économiques pour l Etat, les Organismes de Protection des milieux naturels concernés, les Collectivités locales;

4 l association des communautés locales et les avantages qu elles peuvent en tirer. Sont associés au Comité National Ecotourisme, les Administration ayant en charge la gestion du tourisme, de l environnement, de la nature, de la culture, de la santé publique, de l urbanisme, de l intérieur, de l économie et des finances ainsi que des organismes publics ou privés et des représentants de la société civile intervenant dans ces différents secteurs. Les travaux conduits au sein de ce Comité ont permis d établir que la Côte d Ivoire dispose d un énorme potentiel en matière d écotourisme. Ainsi ont été recensés au titre du patrimoine naturel, seize (16) réserves botaniques d une superficie totale de hectares, dix (10) sites en forêts classées, neuf (9) parcs nationaux et réserves naturelles exploitables au plan touristique et plus d une dizaine de forêts sacrées, pouvant permettre de concevoir des circuits de découverte contemplative, active ou sportive. Au plan culturel, faisant un inventaire du patrimoine immatériel, (13) fêtes initiatiques, trois (3) carnavals, cinq (5) fêtes religieuses, dis-sept (17) cérémonies rituelles qui se déroulent harmonieusement dans le milieu naturel des populations concernées ont été retenus. Trois types d activités ont été programmés par le Comité National Ecotourisme sur l année 2002 : 1 - un séminaire national sur l écotourisme suivi d une visite de familiarisation sur un site écotouristique ( Le parc national du Banco situé en pleine ville d Abidjan ) ; 2 - des caravanes d information et de sensibilisation à travers le pays avec installation de comités locaux d écotourisme. 3 - élaboration de micro-projets au profit des communautés locales et recherches de financements pour leur réalisation. Le séminaire national sur l écotourisme s est tenu les 5, 6 et 7 février 2002 et abénéficié d un large battage médiatique. Depuis, les actions d information et de sensibilisation se poursuivent à travers quelques médias dont la chaîne nationale de la radiodiffusion. Mais des effots restent encore à faire pour s assurer l adhésion des principaux intervenants dans l activité écotouristique. II - DIFFICULTES Dans la mise en œuvre de notre programme de développement de l écotourisme, les contraintes sont encore nombreuses et liées de manière générale :

5 - au peu d intérêt que nos pouvoirs publics accordent à des secteurs comme le tourisme, surtout en ces périodes de restriction budgétaire, préférant axer leurs efforts sur les secteurs jugés plus prioritaires, sans tenir compte de la capacité du tourisme à générer des ressources pour l Etat ; - à la réticence de certaines populations à adhérer aux programmes de préservation du milieu ou à autoriser l exploitation touristique de certains sites tels qu les forêts sacrées, méconnaissant les avantages pour elles. Sont également à relever : - les difficultés d accès aux sites : les pistes d accès, généralement en latérite, sont fortement dégradées, surtout après chaque saison des pluies ; - le manque de moyen de télécommunication ; - la rareté de la faune, décimée par le braconnage ; - l appauvrissement de la flore, prélevée souvent en grande quantité par les tradipraticiens comme plantes médicinales ; - des infrastructures touristiques en état de dégradation avancée ou inexistantes, etc. III QUELQUES SOLUTIONS Avec le cadre de collaboration que constitue le Comité National Ecotourisme, de grands pas ont été franchis en un an dans la sensibilisation des autres administrations partenaires. Il s agit principalement des Ministères de l Environnement, des Eaux et Forêts et de la Culture qui comprennent, à présent, mieux le concept de tourisme et surtout la contribution que l écotourisme peut apporter aux efforts de conservation des patrimoines dont ils ont la gestion. Seule la création d une synergie permettra de résoudre progressivement les difficultés. Pour mieux toucher les communautés locales, les actions de sensibilisation seront portées sur le terrain grâce aux caravanes programmées par le Comité National Ecotourisme dans les régions à fortes potentialités et la création de comités locaux d écotourisme. IV EXAMPLES DE PROJETS EN COURS D ores et déjà, grâce à la coopération bilatérale et multilatérale, quelques projets de préservation et de mise en valeur touristique de la riche diversité naturelle et culturelle de la Côte d Ivoire sont en cours d exécution, avec une large participation des populations. Des Projets les mieux avancés l ont peut citer les trois (3) suivants : 1- Le Projet Autonome pour la Conservation du Parc National de TAÏ

6 Ce projet visant la conservation à long terme du Parc National de TAÏ situé dans Sud-Ouest de la Côte d Ivoire, a été crée en 1993 à l initiative de la coopération Germano-Ivoirienne. Dans les neuf (9) centres d Animation Rurales crées autour du parc, des animateurs et animatrices sont chargés d informer et de sensibiliser les populations riveraines sur l importance du parc et les alternatives de développement durable. Les alternatives, identifiées de manière participative, ont conduit à d importants résultats tels que : - La création de centres de santé communautaires auto - gérés par les villageois. - La création d étangs piscicoles et fermes d élevage pour développer la production de protéines animales domestiques en vue de concurrencer sur les marchés la viande de gibier provenant du braconnage. - Le soutien à la création de métiers ruraux non agricoles pour réduire les besoins en terre et la pression de l agriculture sur le parc. Pour les activités touristiques, un centre d accueil dénommé Ecotel Touraco, d une capacité de 20 lits, avec un restaurant et un bar, a été construit en bordure du parc. L architecture de ce centre s inspire de l habitat traditionnel local. L utilisation de l énergie solaire, la séparation et le traitement des déchets et des eaux usées visent à réduire les effets néfastes du tourisme sur l environnement. Le centre se ravitaille en denrées alimentaires à partir des fermes locales et utilise des guides originaires des villages riverains. Le Parc National de TAÏ est la plus grande forêt tropicale primaire sous protection de toute la zone ouest africaine avec une superficie de 5340 km². Il a été classé Patrimoine Mondial en Le Projet de Gestion Participative des Ressources Naturelles et de la Faune (GEPRENAF). Il s agit d un projet pilote de gestion de deux forêts classés situé à la frontière de la Côte d Ivoire et du Burkina Faso, co-financé par le Royaume de Belgique et le Fonds pour l Environnement Mondial. L objectif global de ce projet est la conservation de la biodiversité tout en assurant l amélioration du niveau de vie des populations des zones périphériques de ces forêts. En vue de permettre au tourisme de contribuer aux efforts de préservation déjà engagés, une étude portant sur les produits et circuits touristiques pouvant au mieux valoriser la zone du projet vient d être réalisée par l Union Mondiale pour la Nature. Cette étude a permis de : - Recenser et évaluer la pertinence et l intérêt des principales ressources et attractions touristiques.

7 - Formuler des recommandations sous la forme d un programme à court, moyen et long terme de développement de l écotourisme et de tourisme villageois. Pour la mise en œuvre de ce programme, des enquêtes sont en cours dans les villages concernés afin que l exploitation touristique de ces zones de biodiversité soit à la fois participative, bénéficiaire aux populations locales, compatibles avec l environnement et respectueuses des valeurs culturelles traditionnelles. 3- Le Projet de Gestion Communautaire des Ressources Naturelles autour du Parc National des Îles Ehotilé. Initié par le Fonds Mondial pour la Nature en 2001, avec un financement de l Ambassade de Grande-Bretagne en Côte d Ivoire, ce projet vise à participer à l amélioration des conditions de vie des populations et à contribuer à la préservation de la biodiversité du parc. Situé au sud-est de la Côte d Ivoire, le Parc National des Îles Ehotilé (PNIE) est un ensemble de six îles disséminées dans la lagune Aby. D une superficie de 550 ha, ces îles ont été érigées en parc national 1974 sur proposition des communautés riveraines en raison de leur valeur historique et culturelle, contrairement aux autres parcs classés comme sites naturels. Sa faune est relativement pauvre compte tenu de son caractère insulaire, d où sa vocation initiale de site archéologique d intérêt scientifique et éducatif. Pour ce parc et sa zone périphérique qui regroupe 11 villages : Une stratégie d écotourisme vient d être définie à partir de ses atouts naturels, historiques et culturels. Y ont participés, tous les acteurs nationaux du tourisme et de l environnement ainsi que les populations locales regroupées en associations dénommées AVIGREN (Associations Villageoises pour le Gestion communautaire des Ressources Naturelles autour du PNIE) Un programme d action a été élaboré. L enseignement essentiel que nous tirons de ces projets c est que l implication des communautés locales par une approche participative est indispensable à la réussite du projet. Cette démarche a l avantage de leur fournir la capacité de participer directement à la conception et à la mise en œuvre des activités initiées à leur profit. Ainsi, elles contribuent mieux à la conservation des ressources autours desquelles les projets s exécutent. Par ailleurs, le développement de l écotourisme nécessite des investissements importants que de nombreux pays ne sont pas en mesure de mobiliser directement. L appui de la communauté internationale et La coopération bilatérale et multilatérale doit donc se renforcer sans cesse pour une protection plus efficace de nos ressources naturelles et l amélioration des conditions de vie de nos populations. COMMUNIQUE / PRESENTATION

8 INTRODUCTION Dans le souci de gérer ses ressources de façon raisonnable et rationnelle, en vue de parvenir à un développement social, économique et physique durable, la Côte d Ivoire à adopter en 1996, un Plan National d Action pour l Environnement couvrant la période , s inscrivant ainsi dans les directives de l Agenda 21. Dans cette quête de la durabilité, la problématique des relations environnement tourisme, principalement en ce qui concerne la gestion des parcs nationaux et les réserves naturelles posée. Des orientations stratégiques en matière d écotourisme ont donc été proposées dans un Programme Cadre de Gestion des Aires Protégées (PCGAP) qui s intègre dans le Plan National d Action Environnemental. I POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DE L ECOTOURISME Le Programme Cadre de Gestion des Aires Protégées (PCGAP), en cours d élaboration depuis 1998, comprend un volet «exploitation touristique» dont l étude a été conduite en étroite collaboration avec le Ministère chargé du tourisme. Cette étude contient notamment : - les conditions et modalités d exploitation touristique des parcs et réserves par des opérateurs privés qui auront notamment en charge d assurer le développement de l écotourisme ; - l obligation de promouvoir l utilisation rationnelle et durable des ressources naturelles en périphérie. - des propositions en matière d aménagements et d infrastructures - un schéma de préconisation écotouristique pour chaque parc avec un état de concession des activités - une convention type de concession. En tout état de cause, depuis l année 2000, le Ministère du Tourisme et de l Artisanat a inscrit l écotourisme dans sa politique de diversification des produits et de développement de pôles régionaux du tourisme car, de par sa situation géographique, la variété de ses paysages, sa faune, sa flore, son histoire et sa culture, notre pays dispose de potentialités écotouristiques réelles. C est pourquoi, à la faveur de la préparation de l Année Internationale de l Ecotourisme, un Comité National Ecotourisme a été mis sur pied au sein du Ministère du Tourisme et de l Artisanat, en avril 2001, avec pour missions premières : - de réaliser un recensement exhaustif des sites écotouristiques ; - d élaborer et mettre en œuvre un programme de sensibilisation sur l écotourisme ;

9 - de proposer dans les zones identifiées, en concertation avec les acteurs locaux, des projets de développement et de gestion d activités écotouristiques. Ces projets devront nécessairement permettre de contribuer à la sauvegarde de la biodiversité et à la valorisation du patrimoine naturel, de la culture et des traditions du terroir et comporter des avantages économiques pour l Etat, les Organismes de Protection des milieux naturels concernés, les Collectivités et communautés locales. Sont associés au Comité National Ecotourisme, les Administration ayant en charge la gestion du tourisme, de l environnement, de la nature, de la culture, de la santé publique, de l urbanisme, de l intérieur, de l économie et des finances ainsi que des organismes publics ou privés et des représentants de la société civile intervenant dans ces différents secteurs. Les travaux conduits au sein de ce Comité ont permis d établir que la Côte d Ivoire dispose d un énorme potentiel en matière d écotourisme avec notamment : seize (16) réserves botaniques d une superficie totale de hectares, dix (10) sites en forêts classées, neuf (9) parcs nationaux et réserves naturelles, dont deux Réserves de Biosphère, exploitables au plan touristique et plus d une dizaine de forêts sacrées, treize (13) fêtes initiatiques, trois (3) carnavals, cinq (5) fêtes religieuses, dis-sept (17) cérémonies rituelles qui se déroulent harmonieusement dans le milieu naturel des populations concernées. Trois types d activités ont été programmés par le Comité National Ecotourisme sur l année 2002 : 1 - un séminaire national sur l écotourisme suivi d une visite de familiarisation sur un site écotouristique ( Le parc national du Banco situé en pleine ville d Abidjan ) ; 2 - des caravanes d information et de sensibilisation à travers le pays avec installation de comités locaux d écotourisme. 3 - élaboration de micro-projets au profit des communautés locales et recherches de financements. Le séminaire national sur l écotourisme s est tenu les 5, 6 et 7 février Depuis, les actions d information et de sensibilisation se poursuivent à travers quelques médias dont la chaîne nationale de la radiodiffusion. Mais des efforts restent encore à faire pour s assurer l adhésion des principaux intervenants dans l activité écotouristique. II DIFFICULTES RENCONTREES Les contraintes sont encore nombreuses et liées de manière générale : - au peu d intérêt que nos pouvoirs publics accordent à des secteurs comme le tourisme et la culture et à la réticence manifestée par certaines populations. - aux difficultés d accès aux sites; - à la rareté de la faune, décimée par le braconnage ; - à l appauvrissement de la flore ;

10 - aux infrastructures touristiques en état de dégradation avancée ou inexistantes, etc. III QUELQUES SOLUTIONS - Le cadre de collaboration que constitue le Comité National Ecotourisme a permis de franchir un pas important dans la sensibilisation des administrations et autres structures partenaires, - La synergie doit se renforcer pour permettre de sensibiliser les pouvoirs publics, - les actions de sensibilisation seront portées sur le terrain grâce aux caravanes du Comité National Ecotourisme dans les régions à fortes potentialités et la création de comités locaux d écotourisme. IV EXAMPLES DE PROJETS EN COURS Quelques Projets d écotourisme sont déjà en cours d exécution dans certains parcs nationaux dont: 1 - Le Projet Autonome pour la Conservation du Parc National de TAÏ Le Parc National de TAÏ est la plus grande forêt tropicale primaire sous protection de toute la zone ouest africaine avec une superficie de 5340 km². Il a été classé Patrimoine Mondial en Le programme d écotourisme sur ce parc est opérationnel depuis Le Projet de Gestion Participative des Ressources Naturelles et de la Faune (GEPRENAF). - Projet pilote de gestion de deux forêts classés situé à la frontière de la Côte d Ivoire et du Burkina Faso, co-financé par le Royaume de Belgique et le Fonds pour l Environnement Mondial. - Objectif global : conservation de la biodiversité et amélioration du niveau de vie des populations des zones périphériques. - une étude portant sur les produits et circuits touristiques pouvant au mieux valoriser la zone du projet vient d être réalisée par l Union Mondiale pour la Nature.

11 3 - Le Projet de Gestion Communautaire des Ressources Naturelles autour du Parc National des Îles Ehotilé. Initié par le Fonds Mondial pour la Nature en 2001, avec un financement de l Ambassade de Grande-Bretagne en Côte d Ivoire, ce projet vise à participer à l amélioration des conditions de vie des populations et à contribuer à la préservation de la biodiversité du parc. Une stratégie d écotourisme vient d être définie à partir de ses atouts naturels, historiques et culturels. Y ont participés, tous les acteurs nationaux du tourisme et de l environnement ainsi que les populations locales regroupées en associations. CONCLUSION Enseignements essentiels : - l implication des communautés locales par une approche participative est indispensable à la réussite du projet. Cette démarche a l avantage de leur fournir la capacité de participer directement à la conception et à la mise en œuvre des activités initiées à leur profit. Ainsi, elles contribuent mieux à la conservation des ressources autours desquelles les projets s exécutent. - le développement de l écotourisme nécessite des investissements importants que de nombreux pays ne sont pas en mesure de mobiliser directement. L appui de la communauté internationale et La coopération bilatérale et multilatérale doit donc se renforcer sans cesse pour une protection plus efficace de nos ressources naturelles et l amélioration des conditions de vie de nos populations.

PROCEDURES DE CONCESSION DE L EXPLOITATION TOURISTIQUE DES PARCS NATIONAUX ET RESERVES

PROCEDURES DE CONCESSION DE L EXPLOITATION TOURISTIQUE DES PARCS NATIONAUX ET RESERVES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DES EAUX ET FORETS - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Office

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT 30 mars - 1 er avril 2015 ESPACE LATRILLE EVENTS, ABIDJAN RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE La 4 ème session plénière

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale

Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale Leila Maziz & Thomas Fondjo UNESCO Centre du patrimoine mondial Zone d intervention 7 sites du

Plus en détail

Qu est ce qu un Parc naturel régional?

Qu est ce qu un Parc naturel régional? Qu est ce qu un Parc naturel régional? Une marque Classement «PNR» par décret par le Ministère de l Ecologie et du développement durable La marque déposée a pour but de promouvoir une image de qualité,

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations Exemple du développement d un mode de gestion des risques côtiers adaptés à Ouvéa, îles

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION TOGO OCTOBRE 2006 / AVRIL 2007

PROGRAMME D ACTION TOGO OCTOBRE 2006 / AVRIL 2007 PROGRAMME D ACTION TOGO OCTOBRE 2006 / AVRIL 2007 1. Dossier diagnostique «Destination TOGO»: Recensement, identification et formalisation de l offre touristique de la région des plateaux puis du Togo.

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

II. Le e-marketing mix de Eco-Benin

II. Le e-marketing mix de Eco-Benin II. Le e-marketing mix de Eco-Benin 1. La Politique de Communication Après sa création en 1999, l organisation Eco-Benin a consacré ses premières années d existence à développer et aménager des sites et

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

REUNION DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO Paris, 21 au 23 juin 2006

REUNION DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO Paris, 21 au 23 juin 2006 REUNION DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO Paris, 21 au 23 juin 2006 Le Réseau des Aires Protégées d Afrique Centrale (RAPAC) et la dynamique de conservation de la biodiversité dans le Bassin

Plus en détail

FICHE II. 6 Aménagement d un espace de détente et de convivialité dans le jardin du presbytère à La Bruyère

FICHE II. 6 Aménagement d un espace de détente et de convivialité dans le jardin du presbytère à La Bruyère DESCRIPTION DU PROJET Le jardin de la cure, planté de quelques très beaux arbres remarquables, témoigne de l élégance discrète des propriétés de notables d autrefois. La commune a le souhait de préserver

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR

COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR RANDRIAMAHALEO Sahoby Ministère de l Environnement et des Forêts

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41)

Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41) Thème Territoire Fiche-bonne pratique Sol Blois Référence : 41_S_01 Date : janvier 2013 Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41) http://www.centre.developpement-durable.gouv.fr/ 1 Historique/Contexte

Plus en détail

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Présentation du rapport de stage effectué au Conseil Régional R d Aquitaine Février à Juillet 2013 Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Master professionnel: Economie et

Plus en détail

Etre ambassadeur du Bien Causses et Cévennes dans le Parc national des Cévennes. 1 Parc national des Cévennes

Etre ambassadeur du Bien Causses et Cévennes dans le Parc national des Cévennes. 1 Parc national des Cévennes Etre ambassadeur du Bien Causses et Cévennes dans le Parc national des Cévennes 1 Dates clés 1970 : Territoire classé Parc national 1985 : Territoire classé Réserve de biosphère par l UNESCO 2006 : Nouvelle

Plus en détail

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale -

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale - COMITE DE CONCERTATION ETAT/SECTEUR PRIVE REUNION DES POINTS FOCAUX Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020 - Orientation générale - DIRECTION DE L ECONOMIE VERTE

Plus en détail

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens Les massifs montagneux, ainsi que les bassins fluviaux, sont des territoires qui se caractérisent par des enjeux de développement

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE

RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE Evolution institutionnelle RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE Créé en 1951, le CSRS a évolué institutionnellement, sur trois grandes phases : (i) de 1951 à 2001, entièrement administré par la Commission

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

Le développement durable facteur de positionnement dans la Vision 2020

Le développement durable facteur de positionnement dans la Vision 2020 DOSSIER DE PRESSE Le développement durable facteur de positionnement dans la Vision 2020 Extrait du discours de Sa Majesté Le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (30 juillet 2009) «la préservation des

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur

Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur PRESENTATION DU SCENARIO D AMENAGEMENT RETENU pour le compte de la Ville de Namur INSTITUT DE CONSEIL ET D'ETUDES

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO?

II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO? Projet éducatif LPO Sommaire I. Qui sommes nous?... 2 I.1. La LPO... 2 I.2. Nos Valeurs... 2 I.3. Notre mission... 2 II. Pourquoi faire de l éducation à l environnement à la LPO?... 3 III. L éducation

Plus en détail

Introduction. Manifeste pour les territoires «naturbains» naturba / Séminaire de clôture 1 er et 2 décembre 2011 / Le manifeste

Introduction. Manifeste pour les territoires «naturbains» naturba / Séminaire de clôture 1 er et 2 décembre 2011 / Le manifeste Le manifeste 3 Introduction Manifeste pour les territoires «naturbains» Ce livret a été réalisé à l occasion du séminaire de clôture naturba. Il fait parti d un coffret remis aux participants. L espace

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PARC NATUREL REGIONAL

PARC NATUREL REGIONAL PARC NATUREL REGIONAL DES MONTS D ARDECHE Synthèse du bilan de gaz à effet de serre du territoire 1. Eléments de contexte Les derniers travaux du GIEC (Groupe d Experts Intergouvernemental sur l Evolution

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

Révision générale du plan local d urbanisme

Révision générale du plan local d urbanisme Révision générale du plan local d urbanisme Qu est ce qu un plan local d urbanisme? Le PLU est un outil d'aménagement et de gestion de l'espace qui permet de planifier, maîtriser et ordonner l'organisation

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

DIMMBAL.CH. projet de développement multisectoriel intégr. Bilan d un d. gré dans la Commune de Dimbal au Mali

DIMMBAL.CH. projet de développement multisectoriel intégr. Bilan d un d. gré dans la Commune de Dimbal au Mali DIMMBAL.CH Bilan d un d projet de développement d multisectoriel intégr gré dans la Commune de Dimbal au Mali 02 décembre d 2005 Nos objectifs A un niveau général g (pays émergents) Faire un effort important

Plus en détail

Principales actions du PAG du Parc National de Dghoumès

Principales actions du PAG du Parc National de Dghoumès Principales actions du PAG du Parc National de Dghoumès Structure de la présentation Zonage proposé Actions par zonage Aspects institutionnels et législatifs Activités en relation avec l écotourisme et

Plus en détail

Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat

Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat Regard des communautés sur les impacts du changement climatique «Nos maisons sont emportées par l avancée de la mer. Nous sommes obligés de partir

Plus en détail

AUTORITE DU BASSIN DU NIGER

AUTORITE DU BASSIN DU NIGER RENFORCER LES CONNAISSANCES ET LES CAPACITÉS DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES DU BASSIN DU NIGER POUR LE BÉNÉFICE DES COMMUNAUTÉS ET LA RÉSILIENCE DES ÉCOSYSTÈMES Inversion des Tendances à la Dégradation

Plus en détail

Projet pilote de développement local communautaire durable

Projet pilote de développement local communautaire durable - 1 - Projet pilote de développement local communautaire durable Projet «Avenir de Nkounda» Zone rurale périurbaine de la Rivière Rouge et de ses environs (Naissance du 5 ème arrondissement de Pointe-Noire)

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ

GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ 1 GONDWANA PRINCIPAUX : LE OBJlElCTIFS PARTENAIRE BIODIVERSITÉ DES ENTREPRISES Société indépendante créée en 2005 ; Gondwana est une société

Plus en détail

L école de la Morelle souhaite rendre cet engagement explicite dans une charte d éducation à l environnement et au développement durable.

L école de la Morelle souhaite rendre cet engagement explicite dans une charte d éducation à l environnement et au développement durable. Préambule 1 De plus en plus d organisations s engagent dans une démarche concertée d éducation à l environnement et au développement durable tout en rendant public leur engagement. L école de la Morelle

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE République de Côte d Ivoire Union- Discipline - Travail ----------------- DÉCRET N 2007-570 DU 10 AOUT 2007 PORTANT ORGANISATION DU MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE

Plus en détail

cete de l Est Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr

cete de l Est Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr cete de l Est ENVIRONNEMENT ET RISQUES Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr Approches globales Contribuer par ses prestations à une perception

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3. ENJEUX DE DÉVELOPPEMENT ET ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 3.1 Cadre d intervention Le présent plan de mobilité durable s inscrit dans une démarche beaucoup plus large, qui s est amorcée en 2012 par l adoption

Plus en détail

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E www.cooperation-tourisme.org Un outil au service du développement territorial Échanger, partager et construire des partenariats

Plus en détail

Classement du stage par rapport aux domaines de politique de développement (numéros): 11,13

Classement du stage par rapport aux domaines de politique de développement (numéros): 11,13 Argentine Développement d itinéraires de randonnées dans la Réserve de Biosphère des Yungas Veuillez bien noter que ce stage fait partie du programme GLEN GéCo. La langue de travail sur les séminaires

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Le Parc naturel régional du Gâtinais français. Déplacement Bas Saint Laurent 1

Le Parc naturel régional du Gâtinais français. Déplacement Bas Saint Laurent 1 Le Parc naturel régional du Gâtinais français Déplacement Bas Saint Laurent 1 46 Parcs naturels régionaux en France Déplacement Bas Saint Laurent 2 Les missions d'un Parc Protéger et mettre en valeur les

Plus en détail

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic SauveterredeGuyenne Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire PLU Phase 1 diagnostic Agglomération bordelaise Libourne CastillonlaBataille SteFoylaGrande Bergerac SauveterredeGuyenne

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS Comité permanent Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel Permanent Inter States Committee for Drought Control in the Sahel Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

Table Filière Karité du Burkina Faso - (TFK)

Table Filière Karité du Burkina Faso - (TFK) Table Filière Karité du Burkina Faso - (TFK) Une concertation interprofessionnelle nationale de la filière Karité Présentée Par Antoinette OUEDRAOGO 1ere Vice Présidente Crée en 2000, la vocation de la

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Domaines de Certes et de Graveyron (Gironde) : Création d un pôle de connaissance, de préservation et. de valorisation de la biodiversité Aquitaine

Domaines de Certes et de Graveyron (Gironde) : Création d un pôle de connaissance, de préservation et. de valorisation de la biodiversité Aquitaine Domaines de Certes et de Graveyron (Gironde) : Création d un pôle de connaissance, de préservation et de valorisation de la biodiversité Aquitaine Samedi 15 février 2014 Le site Le domaine de Certes-Graveyron

Plus en détail

Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire. Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 -

Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire. Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 - Le plan/schéma vélo pour un usage utilitaire Réunion des agents de développement des Pays et PNR - 18 septembre 2008 - Contexte général La part modale de la voiture augmente malgré une progression des

Plus en détail

de la production agricole Groupe 2

de la production agricole Groupe 2 Appui à l amélioration de la production agricole Groupe 2 Plan de présentation Introduction Objectifs Méthodologie Description de la zone d étude Les grandes périodes de changement Les Changements dans

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Réseau rural de Basse-Normandie Groupe de travail thématique : «Bien gérer l'espace en milieu

Plus en détail

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Contact presse : Murielle THERMED Directrice du Développement et de la Communication Parc Naturel Régional de la Martinique Tél. : 06

Plus en détail

Perspectives et stratégies sur le transport aérien

Perspectives et stratégies sur le transport aérien Perspectives et stratégies sur le transport aérien Présenté par Ravoniharoson Voahangy, Directeur des affaires juridiques et économiques de l Aviation civile de Madagascar Commission de l Océan Indien

Plus en détail

PARTICIPATION DES COLLECTIVITÉS AUX ACTION S DE DÉVELOPPEMENT: EXPÉRIENCE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE AU NIGER

PARTICIPATION DES COLLECTIVITÉS AUX ACTION S DE DÉVELOPPEMENT: EXPÉRIENCE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE AU NIGER PARTICIPATION DES COLLECTIVITÉS AUX ACTION S DE DÉVELOPPEMENT: EXPÉRIENCE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE AU NIGER 1. Définition 2. Finalités PLAN 3. La coopération décentralisée au Niger 4. Les actions

Plus en détail

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 1 Election Présentation I) Les orientations de nos partenaires - Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

DE L ARCHITECTURE D INNOVATION. A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s.

DE L ARCHITECTURE D INNOVATION. A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s. POUR UNE APPROCHE ETHNOGRAPHIQUE DE L ARCHITECTURE D INNOVATION S a n d r i n e G E R M A I N - A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s. o r g La

Plus en détail