Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier Banque et Finances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier 2005. Banque et Finances"

Transcription

1 Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier 2005 Banque et Finances 1

2 SOMMAIRE PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS CLÉS D'ÉVOLUTION LE MARCHÉ AMÉRICAIN COMME REPÈRE SCÉNARIOS DE RECONFIGURATION Contact : Rémi LEGRAND Associé Pôle Banque & Finances - Eurogroup Tél. :

3 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS 3

4 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS Le marché du crédit à la consommation a triplé en France ces 15 dernières années, et laisse encore apparaître des potentiels de développement Entre 1987 et 2003, la progression des encours du crédit à la consommation en France a largement excédé celle du PIB avec un encours de 110 Milliards d'euros à fin CROISSANCE COMPARÉE DE L'ENCOURS DE CRÉDIT CONSOMMATION ET DU PIB (EN VALEUR) EN FRANCE, DEPUIS 1987 (sources : INSEE, observatoire de l'endettement des ménages) 300 EN-COURS PIB INDICE 100 EN Le marché français recèle à première vue un potentiel de croissance encore inexploité. 25 % 20 % 15 % POIDS DU CRÉDIT CONSOMMATION COMPARÉ AU REVENU DISPONIBLE BRUT DES MÉNAGES (sources : ASF, BdF) 12,4 % 15,1 % 16,4 % 20,6 % 10 % 5 % 0 % 4,8 % Italie 6,4 % Pays-Bas 8,1 % Belgique France Espagne Allemagne Grande- Bretagne Le rattrapage du niveau d'endettement des ménages allemands dégagerait un potentiel d'encours de 35 milliards d'euros, soit une croissance du marché de plus de 30%. 4

5 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS Il donne cependant des signes de maturité Cette croissance est fortement corrélée aux cycles conjoncturels du PIB et à ses incertitudes EN-COURS ÉVOLUTION COMPARÉE DES TAUX DE CROISSANCE DU PIB (EN VALEUR) ET DE L'ENCOURS DE CRÉDIT CONSOMMATION EN FRANCE DEPUIS 1988 (sources : INSEE et Observatoire de l'endettement des ménages) PIB et l évolution de l encours du crédit à la consommation rapporté au revenu brut des ménages marque le pas depuis cinq ans. 13,0 % 12,5 % 12,0 % 11,5 % 11,0 % 10,5 % 10,0 % 9,5 % 9,0 % ÉVOLUTION DE L ENCOURS DU CRÉDIT CONSOMMATION RAPPORTÉ AU REVENU DISPONIBLE BRUT DES MÉNAGES (sources : ASF et Observatoire de l'épargne européenne) 8,5 % T T T T T T

6 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS Le marché français reste partagé à quasi parts égales entre les sociétés financières spécialisées et les réseaux bancaires classiques La part de marché des sociétés financières spécialisées (SFS) est relativement stable, autour de 53%, ces trois dernières années : PARTS DE MARCHÉ RESPECTIVES DES BANQUES ET DES SFS 2003 BANQUES = 46,7 % SFS = 53,3 % 2002 BANQUES = 46,8 % SFS = 53,2 % 2001 BANQUES = 47,9 % SFS = 52,1 % 0 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Les sociétés financières sont adossées à des groupes originaires de secteurs très divers : Des banques commerciales Des groupes de distribution Des constructeurs automobiles Des compagnies d assurance RÉPARTITION DES ENCOURS DES SFS, SELON L ORIGINE DE LEUR ACTIONNARIAT PRINCIPAL (2003) (sources : Banque de france, ASF) 4 % Compagnies d'assurance 8 % Constructeurs automobiles 20 % Groupes de distribution 68 % Banques commerciales 6

7 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS Les six premières sociétés spécialisées gèrent la moitié de l encours du marché RÉPARTITION DE L ENCOURS SUR LES SIX PREMIÈRES SOCIÉTÉS FINANCIÈRES SPÉCIALISÉES (source : bilans financiers des sociétés) Société spécialisée Cetelem Sofinco Cofinoga Franfinance Finaref Cofidis En-cours géré en France à fin 2003 (milliards d'euros) 17,9 15,8 6,7 6,6 3,8 3,6 Actionnariat principal BNP Paribas Crédit Agricole Galeries lafayette et Cetelem Société Générale Crédit Agricole 3 Suisses International et Cetelem Total six premiers 54,4 Rappel total marché : 110 milliards d'euros Part de marché six premiers 49 % L'encours géré représente l'encours en propre et l'encours géré pour le compte de partenaires. La suite de l étude s appuie sur ce panel des six principales sociétés financières spécialisées. 7

8 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS La rentabilité de leurs capitaux propres est nettement supérieure à la moyenne du secteur financier Le ratio moyen du résultat net sur capitaux propres consolidés est de 17,6% pour les six sociétés constitutives du panel. Il est de l ordre de 7 points supérieur à la moyenne de la rentabilité des capitaux propres des banques commerciales françaises. RÉSULTAT NET SUR CAPITAUX PROPRES DES SFS DU PANEL (sources : rapports financiers des sociétés) Cetelem Franfinance Sofinco Cofinoga Cofidis * Finaref * Finaref : chiffres 2002 non significatifs étant donné l importance des éléments exceptionnels 8

9 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS Des écarts de rentabilité entre les acteurs apparaissent à l analyse des ratios de gestion Par rapport au produit des intérêts perçus des clients rapporté à l encours : Avantage pour les sociétés spécialisées centrées sur le revolving dont les taux d intérêt client sont plus élevés : Finaref, Cofidis et Cofinoga. 20 % 15 % 10 % INTÉRÊTS PERÇUS SUR ENCOURS (sources : rapports annuels 2002, Comptes consolidés) Rappel des taux constatés au 4ème trimestre 2003 par la Banque de France : Prêts personnels : entre 7,2% et 11,4% Revolving, découvert : entre 12,4% et 16,1% Sofinco Franfinance Par rapport au résultat brut d'exploitation rapporté à l encours : 5 % 0 % Cetelem Finaref Cofidis Cofinoga Un RBE / encours de 3 à 5% pour les sociétés à l offre produits diversifiée et aux canaux de distribution multiples 10 % 8 % 6 % RÉSULTAT BRUT D'EXPLOITATION SUR ENCOURS (sources : rapports annuels 2002, Comptes consolidés) Un RBE / encours de l ordre de 7 à 9% pour les sociétés centrées sur la distribution d un produit revolving au travers d un canal privilégié. 4 % 2 % 0 % Sofinco Franfinance Cetelem Finaref Cofidis Cofinoga 9

10 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS Par rapport au coefficient d'exploitation (1) : Le coefficient d exploitation moyen des sociétés financières spécialisées du panel est de 55% en ,8 0,7 0, COEFFICIENT D'EXPLOITATION (sources : rapports annuels 2002, 2003) Cette moyenne est en écart de près de 15 points avec celles des banques commerciales en France (coefficient d exploitation moyen de 69,7 % en 2002). 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0,0 Cofinoga Sofinco Franfinance Cetelem Cofidis Finaref (1) Coefficient d exploitation = charges d exploitation rapportées au produit Net Bancaire 10

11 PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS Deux groupes distincts ressortent de l analyse de rentabilité Les acteurs directement issus du monde de la distribution (Finaref, Cofidis et Cofinoga) s avèrent les plus rentables. Cette position peut s expliquer par : La prépondérance des produits revolving à forte marge dans leur encours Un canal de distribution privilégié et largement adossé à un distributeur Les trois établissements plus directement issus du monde bancaire (Cetelem, Sofinco, Franfinance) sont légèrement en retrait sur ces indicateurs de rentabilité du fait : D une gamme d offre plus large incluant des produits à marge plus faible que le revolving D un réseau de distribution plus multiforme et plus étendu D une prise de risque plus systématique sur la période étudiée vis-à-vis de l international (prise en compte de certaines filiales à l étranger dans les comptes consolidés) De coûts de structure plus importants liés à l émergence d une organisation de groupe Cet écart favorable au premier groupe est-il pérenne dans les conditions de marché à venir? 11

12 CLÉS D'ÉVOLUTION 12

13 CLÉS D'ÉVOLUTION Cinq clés pour appréhender l'évolution à moyen terme du marché français Clé 1 : des acteurs à la recherche d une taille critique significative sur un marché qui devient mondial. Clé 2 : un modèle de développement européen à construire. Clé 3 : une bancarisation accrue du marché induite par des facteurs financiers, commerciaux et stratégiques. Clé 4 : des barrières à l entrée importantes protégeant les acteurs établis. Clé 5 : la nécessité d une maîtrise des coûts de fonctionnement, des risques et d innovation pour maintenir les marges. 13

14 CLÉS D'ÉVOLUTION Clé 1 : des acteurs à la recherche d une taille critique significative sur un marché qui devient mondial La taille des acteurs français, pourtant présents à l international, est relativement faible par comparaison aux acteurs américains : Encours mondiaux gérés 2003 (milliards d'euros - Taux appliqué : 1 = 1,3$) Citibank* 126 MBNA 91 JPMorgan Chase Bank one* 100 Cetelem 29 Sofinco / Finaref 26 Cofinoga 10 Cumul 6 premiers acteurs France 72 Bénéfices 2003 (milliards d'euros - Taux appliqué : 1 = 1,3$) Rentabilité des encours (bénéfices générés / 1000 d'encours) *activité carte de crédit La différence d échelle entre les marchés peut expliquer cette situation : source : bilans financiers et de gestion Allemagne 230 Pays Encours Crédit à la consommation 2003 (milliards d'euros) France 110 États-Unis 1545 Espagne Italie Zone Euro Angleterre = 47% du marché US Autres 36 Japon 460 La course à la taille critique mondiale est-elle un enjeu pour les acteurs français? Elle implique nécessairement un leadership européen et une présence significative sur d autres marchés, y compris les Etats-Unis. 14

15 CLÉS D'ÉVOLUTION Clé 2 : un modèle de développement européen à construire Le marché du crédit à la consommation européen reste fragmenté, avec des pratiques et des usages spécifiques à chaque pays (illustration et comparaison avec les Etats-Unis) : 20 % TAUX D'ÉPARGNE BRUT DES MÉNAGES PART DU CRÉDIT CONSOMMATION / 25 % REVENU DISPONIBLE BRUT 50 % PROPORTION DES MÉNAGES AYANT UN CRÉDIT CONSOMMATION 80 % PART DE MARCHÉ DES BANQUES SUR LE CRÉDIT CONSOMMATION 15 % 20 % 40 % 70 % 60 % 15 % 30 % 50 % 10 % 40 % 10 % 20 % 30 % 5 % 5 % 10 % 20 % 10 % 0 % 0 % 0 % 0 % 120 % TAUX D'ENDETTEMENT DES MÉNAGES 40 % PART DU REVOLVING DANS L'ENCOURS DU CRÉDIT CONSOMMATION 6000 ENCOURS MOYEN DE CRÉDIT CONSOMMATION (en euros) 2,5 NOMBRE DE CARTES DE CRÉDIT PAR HABITANT 100 % 80 % 35 % 30 % 25 % ,0 1,5 60 % 20 % % 20 % 15 % 10 % 5 % ,0 0,5 0 % 0 % 0 (sources : Observatoire de l'épargne européenne, BDF, Federal Reserve, BRI, Bank of England, presse financière, ECRI) 0,0 FRANCE ALLEMAGNE GRANDE-BRETAGNE ÉTATS-UNIS Le modèle de développement européen des spécialistes français reste à construire : Un cadre réglementaire en cours d harmonisation, à petite vitesse. Une proximité culturelle qui se manifeste de plus en plus dans les habitudes de consommation. Un très fort développement dans les marchés du sud de l Europe (Italie, Espagne) et des succès plus mitigés dans les deux principaux marchés (Allemagne, Angleterre). Des marchés en cours d exploration et de consolidation dans les pays d Europe centrale. 15

16 CLÉS D'ÉVOLUTION Clé 3 : une bancarisation accrue du marché induite par des facteurs financiers, commerciaux et stratégiques Une progression sensible de la part des encours gérés par des sociétés spécialisées adossées à des groupes bancaires : RÉPARTITION DES ENCOURS GÉRÉS PAR LES SOCIÉTÉS FINANCIÈRES SPÉCIALISÉES (source : Banque de France) % 20% 8% 4% % 31% 12% 4% 0 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % GROUPES BANCAIRES GRANDS DISTRIBUTEURS CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES ASSUREURS Plusieurs facteurs expliquent cette tendance : Une proximité stratégique de plus en plus marquée entre les métiers des services financiers spécialisés et ceux de la banque de détail. Les banques de détail sont disposées à effectuer les investissements nécessaires pour acquérir le savoir-faire ou des parts de marché significatives. Le savoir-faire des services financiers spécialisés permet d optimiser le rendement de la clientèle captive des banques de détail. Des possibilités de synergies industrielles. Via notamment la mise en commun de back-offices de traitement (accès aux infrastructures de moyens de paiement de la Place, ). Des coûts de refinancement optimisés en recourant aux ressources d un groupe bancaire. 16

17 CLÉS D'ÉVOLUTION Clé 4 : des barrières à l'entrée importantes privilégiant les acteurs établis Les tentatives d entrée sur le marché français d entreprises étrangères et notamment anglo-saxonnes n ont pas été concluantes ces dernières années : EGG et Capital One ont vendu leur activité de crédit à la consommation en France à des acteurs hexagonaux (respectivement Banque Accord et Mediatis, filiale de Cofinoga). MBNA a cherché à nouer des alliances sans résultat positif. Des explications d ordre culturel, commercial et réglementaire : Un marché encadré par des mesures réglementaires. L existence du taux de l'usure (1) limite l accès à certaines tranches de la population. - Marché potentiel en France = 60% des ménages - Marché potentiel en Espagne (pas de taux d usure) = 85% des ménages (1) Taux plafonné réglementairement ; il est actuellement de 19,45% pour les prêts d un montant égal ou inférieurs à 1524, de 16,33% pour les prêts permanents et financement d achats supérieurs à 1524 (source BdF). Pas de fichier positif en France regroupant l ensemble des informations sur l endettement des ménages (le coût d acquisition d un client devient très élevé pour de nouveaux entrants). Des barrières culturelles à l entrée sur les modalités de vente du produit. Des relations de longue date établies entre les prescripteurs et les sociétés financières. Sans modification des conditions de marché, il est peu probable que de nouveaux entrants puissent s implanter durablement en France via la création ex nihilo d un centre de profit. 17

18 CLÉS D'ÉVOLUTION Clé 5 : la nécessité d'une maîtrise des coûts de fonctionnement, des risques et d'innovation pour maintenir les marges Entre 1999 et 2003, une diminution des marges est constatée : Le PNB cumulé des sociétés financières spécialisées membres de l ASF a progressé moins rapidement que les encours globaux du marché La progression du résultat d exploitation cumulé de ces sociétés a été inférieure à la progression du PNB, du fait de l augmentation du coût du risque crédit et des coûts de fonctionnement (hors personnel). ÉVOLUTION (sources : Commission Bancaire, Banque de France, ASF) 50 % 48,4 % 40 % 30 % 20 % 24,5 % 20,0 % 26,7 % 15,8 % 10 % ENCOURS PNB COÛT DU RISQUE COÛT DE FONCTIONNEMENT RÉSULTAT EXPLOITATION 0 % Périmètre : Sociétés financières spécialisées membres de l'asf Un double défi à relever pour maintenir les marges : Maîtriser les coûts tout en maintenant le développement de l activité à l international et en répondant aux nouvelles exigences réglementaires, notamment Bâle II (coût de mise en œuvre des réformes estimé entre 0,5% et 1% du PNB). Développer de nouveaux produits et de nouveaux canaux de clientèle tout en préservant : - Les produits à forte marge existants. - La qualité des engagements pour maîtriser le coût du risque. 18

19 LE MARCHÉ AMÉRICAIN COMME REPÈRE 19

20 LE MARCHÉ AMÉRICAIN COMME REPÈRE Le marché américain a connu une progression similaire à celle du marché français entre 1999 et 2003 Le marché du crédit à la consommation aux Etats-Unis a connu une progression similaire à celle constatée en France (24% en 4 ans) avec une baisse de la part relative du revolving ,8 ENCOURS DE CRÉDIT CONSOMMATION ET PART DU REVOLVING (%) FRANCE (source : ASF) ÉTATS-UNIS (source : Federal Reserve) 26 % , ,7 25 % % ,6 % ,3 % 39,7 % 23 % 23 % 39,2 % 22,1 % 22 % ,4 % 37,7 % 21 % % % 41 % 40 % 39 % 38 % 37 % 36 % 35 % L analyse bilancielle des parts de marché entre 1999 et 2003 fait apparaître une tendance à la bancarisation du crédit revolving (celle-ci est rendue moins lisible par la titrisation importante opérée Outre Atlantique). RÉPARTITION DE L'ENCOURS DE REVOLVING PAR ORIGINE (source : Federal Reserve) Banques commerciales et mutuelles Sociétés financières Sociétés non financières Titrisation % 5 % 8 % 50 % % 5 % 3 % 50 % 20

21 LE MARCHÉ AMÉRICAIN COMME REPÈRE Ce marché s'est fortement concentré ces quinze dernières années L'analyse des données de gestion dévoile un panorama fortement concentré avec une part de marché de près de 60% pour les banques commerciales : En 2003, les trois premiers acteurs détenaient 55% des encours, les 9 premiers 87%. Pour mémoire, en 1990, les 10 premiers acteurs détenaient 50% des encours. RÉPARTITION DES ENCOURS CARTES GÉRÉS EN 2003 (source : CID) 13,3 % Autres 2,6 % FleetBoston 3,2 % Household (groupe HSBC) 5,4 % Bank of America 5,9 % American Express 7,0 % Capital One 7,4 % Discover 22,6 % Citigroup 19,5 % JP Morgan Chase - Bank One 12,9 % MBNA Total = 657 Milliards $ 21

22 LE MARCHÉ AMÉRICAIN COMME REPÈRE Le processus de consolidation reste actif Le processus de consolidation entamé depuis les années 90 est resté très actif avec plus $47 Mds d encours qui ont changé de main entre la mi-2003 et la mi-2004 : Une fois et demi le marché français du revolving. Les opérations les plus importantes concernaient des acteurs de la grande distribution qui se délestaient de leur activité interne ou qui changeaient de partenaire pour la gestion de leur encours : Principale opération : acquisition par Citigroup de l activité de crédit à la consommation du dernier grand distributeur ayant maintenu cette activité en interne, Sears, pour $3,4 Mds (et le paiement annuel de $200 millions sur 10 ans). - Sears dispose d un réseau de 2700 magasins et gère un CA de $41,4 Mds. - L activité carte de crédit représentait un encours de $29 milliards avec 25 millions de comptes actifs (sur 59 millions ouverts). - La vente a été motivée par le nombre important d impayés suite à une tentative d expansion au-delà de la clientèle privative. Autres opérations significatives : - Acquisition par GE de l activité financière de Dillard s (5 millions de cartes privatives) pour $1,25 Mds. - Perte par GE de la gestion du portefeuille des cartes privatives de Home Depot en faveur de Citigroup. À noter les opérations réalisées par des banquiers européens : Rachat par la Royal Bank of Scotland de People s Bank of Connecticut ($ 2 Mds d encours). Rachat par la Barclays Bank de Juniper Financial pour $287 millions. 22

23 LE MARCHÉ AMÉRICAIN COMME REPÈRE Enseignements pour l analyse du marché français Les marchés français et américain ont évolué d une manière similaire ces cinq dernières années en terme de progression des encours, de pression sur les marges et de bancarisation de l offre. Toutefois, la part des groupes de distribution dans les encours gérés reste significative en France. L exception que représente le business-model de certains grands acteurs français du crédit à la consommation pourra t-il perdurer ou subira-t-il le sort de Sears Financial Services? 23

24 SCÉNARIOS DE RECONFIGURATION 24

25 SCÉNARIOS DE RECONFIGURATION Scénarios de reconfiguration pour les acteurs en France Scénario 1 : concentration autour de 3 ou 4 pôles bancaires d origine française, dans une perspective de leadership européen et/ou de course à la taille critique mondiale. Scénario 2 : arrivée de nouveaux entrants étrangers. Scénario 3 : développement de partenariats européens. 25

26 SCÉNARIOS DE RECONFIGURATION Scénario 1 : Concentration autour de 3 ou 4 pôles bancaires d origine française, dans une perspective de leadership européen et/ou de course à la taille critique mondiale Parmi les grands groupes bancaires français, certains qui ne sont pas encore équipés pourraient chercher à s emparer du savoir faire d un spécialiste : Le Crédit Mutuel annonce vouloir se développer sur ce segment où il dispose aujourd hui d offres éclatées (Financo, Sofemo, Credifis). - Le rachat d un spécialiste lui permettrait de devenir un acteur majeur et de consolider son offre. D autres réseaux mutualistes (Banques Populaires, Caisses d Epargne), dans une logique de couverture du périmètre «banque de détail» : - Ces deux acteurs sont en partenariat de longue date avec Cetelem. Des acteurs significatifs existants peuvent vouloir consolider leur position dominante : BNP Paribas pourrait vouloir renforcer la sphère d influence de Cetelem. Crédit Agricole a entamé une course au leadership avec la constitution de son nouvel ensemble Sofinco- Finaref. 26

27 SCÉNARIOS DE RECONFIGURATION Scénario 2 : Arrivée de nouveaux entrants étrangers Des banques ou des groupes financiers américains leaders sur leur marché : Les groupes financiers américains sont quasiment absents du troisième marché européen de crédit à la consommation (France). - Ils détiennent plus de 20% du marché anglais (1er marché européen) : MBNA est le deuxième acteur du marché GE est leader sur la niche des cartes de crédit privatives des grandes enseignes de la distribution (GE détient 50% de part de marché sur une activité qui représente 5% de l encours global) - Leur présence est acquise sur le marché allemand (2ème marché européen). - En France, seul GE Capital est présent avec 1,7 Mds d encours (3% des encours des spécialisés). Leurs tentatives d ancrage sur le marché français via des logiques de partenariat ou de création ex nihilo d activités ont échoué. Leur imposante surface financière leur laisse une forte capacité d acquisition (dans le cas où des opportunités capitalistiques se dessineraient), même si le coût d entrée est élevé. Des acteurs européens qui poursuivent une stratégie de banque universelle sur le retail : Acteurs possibles : Santander, Barclays et pourquoi pas HSBC? 27

28 SCÉNARIOS DE RECONFIGURATION Scénario 3 : Développement de partenariats européens Plusieurs logiques de combinaison sont possibles : Une association entre des acteurs français du crédit à la consommation adossés à des groupes de distribution et des banques de détail européennes. Une association entre deux grands groupes bancaires européens dans l optique de partager les risques d un développement en force sur de nouveaux marchés (US, Asie, pays émergents). Une association entre un acteur bancaire français peu présent sur le marché du crédit consommation et un acteur européen disposant de cet outil, pour conquérir une place sur le marché français et les autres places européennes. Une association d acteurs européens du crédit consommation, gardant leur autonomie de distribution mais regroupant leurs moyens dans une logique d économies d échelle sur le métier de producteur. Plusieurs conditions président à la mise en œuvre de partenariats solides et performants : Un bon niveau de confiance entre les deux partenaires. Le partage d une vision commune sur les attentes d une telle opération à moyen terme. Une culture de partenariat existante chez les deux acteurs. Des participations croisées capitalistiques pour ancrer la relation dans la durée. Au vu de ces conditions, les acteurs bancaires sont appelés à jouer un rôle majeur dans la mise en place des logiques de partenariats européens. 28

BNP Paribas. Renforcement du Leadership Européen de Cetelem dans le Crédit à la Consommation. 29 mars 2005

BNP Paribas. Renforcement du Leadership Européen de Cetelem dans le Crédit à la Consommation. 29 mars 2005 BNP Paribas Renforcement du Leadership Européen de Cetelem dans le Crédit à la Consommation 29 mars 2005 1 Plan de la présentation Une opportunité unique Cofinoga: un acteur majeur du crédit à la consommation

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2.1. Le marché du crédit renouvelable en France 2.1.1. Le crédit à la consommation en France En ce qui concerne la composition de l encours

Plus en détail

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Performance des résultats et solidité renforcée

Performance des résultats et solidité renforcée 4 mars 2015 Le groupe Crédit Mutuel en 2014 1 Performance des résultats et solidité renforcée Un résultat net de 3 027 M (soit + 11,4 %) permettant de renforcer la structure financière du Crédit Mutuel

Plus en détail

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE?

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? Michel PHILIPPIN Directeur Général de Cofinoga Notre propos concerne la rentabilité économique

Plus en détail

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES GROUPE SOCIETE GENERALE STRATEGIE ET CHIFFRES CLES Frédéric OUDEA Directeur Financier du Groupe 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs

Plus en détail

4. LES OFFRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

4. LES OFFRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT 4. LES OFFRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT 4.1. Les offres proposées par les établissements de crédit La comparaison des offres des établissements de crédit en matière de crédit renouvelable est délicate,

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011

ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION. Mars 2011 ETUDE ACQUISITION, SERVICES AUX COMMERCANTS : UNE OFFRE DE PLUS EN PLUS DIVERSIFIEE DANS UN MARCHE EN PLEINE MUTATION Mars 2011 Contexte & enjeux Avec l accélération des évolutions concurrentielles, technologiques

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Résultats au 30 juin 2013

Résultats au 30 juin 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2013 Résultats au 30 juin 2013 Activité commerciale en croissance Résultats financiers * Produit net bancaire 2 298 M + 3 % Résultat brut d exploitation 760 M

Plus en détail

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2014 CHARGES EXCEPTIONNELLES RELATIVES A L ACCORD GLOBAL AVEC LES AUTORITÉS DES ÉTATS-UNIS 5 950 M AU 2T14 DONT : - PÉNALITÉS* : 5 750

Plus en détail

17/10/06 à la main dans le Masque. Groupe Banque Populaire. Résultats 2007. Conférence de presse 6 mars 2008

17/10/06 à la main dans le Masque. Groupe Banque Populaire. Résultats 2007. Conférence de presse 6 mars 2008 17/10/06 à la main dans le Masque Groupe Banque Populaire Résultats 2007 Conférence de presse 6 mars 2008 Avertissement L évolution des périmètres résultant de la création de Natixis conduit à une présentation

Plus en détail

Journée Investisseurs - 4 octobre 2004

Journée Investisseurs - 4 octobre 2004 Journée Investisseurs - 4 octobre 2004 1 Sommaire Cetelem, un atout majeur de BNP Paribas François Villeroy de Galhau L activité de Cetelem en France Yves Gaudin Le développement International de Cetelem

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

Cas n COMP/M.5605 - CREDIT MUTUEL/ MONABANQ. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5605 - CREDIT MUTUEL/ MONABANQ. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5605 - CREDIT MUTUEL/ MONABANQ Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. L Utilité Économique du Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. L Utilité Économique du Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO L Utilité Économique du Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Février 2009 L utilité économique du crédit à la consommation Sommaire Synthèse Cette étude

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque. Achever l'optimisation du portefeuille d'activités du Groupe

Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque. Achever l'optimisation du portefeuille d'activités du Groupe Communiqué de Presse 15 juin 2010 Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque Ambition SG 2015 Renforcer un modèle de banque universelle orienté client et recentré sur 3 piliers à fort potentiel

Plus en détail

4 Développer le crédit responsable

4 Développer le crédit responsable 4 Développer le crédit responsable COMITÉ CONSULTATIF DU SECTEUR FINANCIER RAPPORT 2007-2008 35 L exercice 2007-2008 a été marqué pour le CCSF par de nouveaux travaux dans le domaine du crédit. L adoption

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Cardif Lux Vie en bref

Cardif Lux Vie en bref Cardif Lux Vie en bref Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs historiques au Luxembourg, Cardif Lux International et Fortis Luxembourg Vie. - Depuis le 31 décembre 2011, Cardif Lux Vie

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008 Conférence de presse 26 février 2009 Groupe Banque Populaire Résultats 2008 Avertissement Cette présentation peut inclure des prévisions basées sur des opinions et des hypothèses actuelles relatives à

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE

POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE Rapport réalisé par Athling Management pour le Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) DÉCEMBRE 2008 Les résultats, les appréciations

Plus en détail

Les résultats des grandes banques internationales depuis le début de 2006

Les résultats des grandes banques internationales depuis le début de 2006 Les résultats des grandes banques internationales depuis le début de 2006 Alain TOURNIER, Catherine GOUTEROUX Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance générale du Système

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Les internautes face aux services financiers

Les internautes face aux services financiers Les internautes face aux services financiers Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne 4 4ème baromètre des comportements multicanaux des internautes pour la gestion, la recherche d information et la

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO 1 LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO Le 16 février 2012, RCI Banque a lancé en France le livret d épargne

Plus en détail

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9 Pour un développement responsable du crédit en France 3. FICHE PAYS 3.. L encours de crédit en Europe à fin 007 en Europe à fin 007 (en milliards d euros) Roy aume-uni Allemagne France Espagne Italie Grèce

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe Rapport Annuel 2010 2 Sommaire Rapport Annuel 2010 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Rapport

Plus en détail

Paris, le 31 juillet 2014

Paris, le 31 juillet 2014 Paris, le 31 juillet 2014 Groupe BPCE : 1 er semestre 2014 solide avec un résultat net part du groupe de 1,7 milliard d euros 1 en hausse de 10,4 % par rapport au 1 er semestre 2013 Bonne performance commerciale

Plus en détail

CREDIT A LA CONSOMMATION : L EXPERIENCE FRANÇAISE. LES SPECIALISES, DES PIONNIERS QUI DURENT

CREDIT A LA CONSOMMATION : L EXPERIENCE FRANÇAISE. LES SPECIALISES, DES PIONNIERS QUI DURENT CREDIT A LA CONSOMMATION : L EXPERIENCE FRANÇAISE. LES SPECIALISES, DES PIONNIERS QUI DURENT Jean-Claude NASSE Délégué Général de l Association Française des Sociétés Financières A la différence de ce

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE CARREFOUR BANQUE PLUS DE 30 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DES CLIENTS Carrefour Banque commercialise des solutions de paiement, de financement, d épargne et d assurance. Depuis le lancement de la première

Plus en détail

Etat des lieux du crédit à la consommation en France

Etat des lieux du crédit à la consommation en France Etat des lieux du crédit à la consommation en France Un marché en cours de mutation? Référence du document : Athling_Crédit à la consommation en France_121018_App.ppt 21 octobre 2012 Page 1 Qui a dit?

Plus en détail

Club Asset Management N 4

Club Asset Management N 4 Club Asset Management N 4 Mardi 20 juin 2006 José DEGLI ESPOSTI Directeur Commercial Cardif Assurance-Vie Animation Epargne Financière du Réseau BDDF Pour le compte d AMS BNP PAM 1 Club Asset Management

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Autumn Conference Cheuvreux

CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Autumn Conference Cheuvreux CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Directeur général Autumn Conference Cheuvreux 24 Septembre 2008 1 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Dossier de presse. Bilan de l expérimentation d un nouveau mode de paiement combinant biométrie et communication sans contact à moyenne distance

Dossier de presse. Bilan de l expérimentation d un nouveau mode de paiement combinant biométrie et communication sans contact à moyenne distance Dossier de presse Bilan de l expérimentation d un nouveau mode de paiement combinant biométrie et communication sans contact à moyenne distance Conférence de presse 14 mai 2013 Paris Sommaire Communiqué

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Communiqué de presse Paris le 1 er juin 2015 Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Le Fonds Stratégique de Participations

Plus en détail

Année Bancaire 2007 - Executive summary

Année Bancaire 2007 - Executive summary Année Bancaire 2007 - Executive summary Les banques françaises relativement épargnées dans un marché bancaire mondial secoué par la crise Des conséquences limitées des subprimes sur les résultats Partie

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Paris, le 9 mai 2014 Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas 1. Estimations des résultats

Plus en détail

RÉSULTATS AU 31 MARS 2015

RÉSULTATS AU 31 MARS 2015 RÉSULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 avril 2015 FORTE PROGRESSION DES REVENUS DES PÔLES OPÉRATIONNELS - TRÈS BONNE PERFORMANCE DE CIB ET DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS - PROGRESSION DE

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

La naissance de BNP Paribas Rental Solutions. renforce l offre de location longue durée avec services

La naissance de BNP Paribas Rental Solutions. renforce l offre de location longue durée avec services t Puteaux, le 28 juin 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE La naissance de BNP Paribas Rental Solutions renforce l offre de location longue durée avec services de BNP Paribas La location avec service d équipements

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE NE PAS DIFFUSER AUX ETATS-UNIS D AMERIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 4 juin 2007 LANCE LA SECONDE TITRISATION DE RISQUE D ASSURANCE AUTOMOBILE SUR UN PORTEFEUILLE PANEUROPEEN annonce le lancement de

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC

Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé complet

Plus en détail

Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé

Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé Communiqué de presse Paris, 26 mars 2009 Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé - En 2008, le résultat net d exploitation de LeasePlan Corporation s élève à 208 millions

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle

Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle Roland Zaatar CHEA 1 Takaful Les Principes de l Assurance Islamique Naissance du Takaful Définition Takaful vs Assurance Modèles et Structures d une

Plus en détail

L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes

L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes Delphine Lahet Introduction 1. Définitions des concepts et de l environnement réglementaire a. Concepts : les acteurs, les évolutions des métiers

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Le crédit à la consommation en pleine mutat i o n Mars 2008 http://www.finances.gov.ma/depf/depf.htm Boulevard Mohamed V. Quartier Administratif,

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client [ la protection financière ] Entreprises Garanties 2007 APRIL Gestion pour petites et moyennes entreprises Un contrat unique qui vous donne accès à tous les outils de gestion de vos risques d'impayés APRIL

Plus en détail