Selon une étude publiée par Sofinco le1juin 2008 sur le crédit àla

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Selon une étude publiée par Sofinco le1juin 2008 sur le crédit àla"

Transcription

1 Crédit à la consommation: l exception française? JaCques marseille Historien Aborder la question du crédit à la consommation des ménages en France n est pas seulement mesurer un volume d encours et en évaluer les effets sur la croissance.c est surtout décrypter les stéréotypes largement véhiculés par l histoire et pénétrer dans le champ de la morale.pourquoi ce type de crédit souffre-t-il d une si mauvaise image en France? Pourquoi suscite-t-il autant la méfiance des ménages? Selon une étude publiée par Sofinco le1juin 2008 sur le crédit àla consommation àlafin 2007 dans les vingt-sept pays de l Union européenne, l encours moyen par habitant était enfrance de 2158 euros (contre 222 en moyenne en Europe). La France se classait loin derrière le Royaume-Uni (5 82), l Irlande (5 111), le Danemark ( 895), l Autriche ( 106), l Allemagne (2 715) et l Espagne (2 558). Des encours modestes Au cours des cinq dernières années ( ), la croissance moyenne des encours en Europe a été de 6,5 % par an mais de 5,4 % en France. Ces encours, qui étaient de 18 milliards d euros en France fin 2007 et de 140,4 milliards fin septembre 2008, représentaient 1 %delaconsommation des ménages (16 % en moyenne dans l Union européenne) contre 26 % au Royaume-Uni, 19 % au Danemark, 18 %enespagne et 16 %enallemagne. Selon l Observatoire des crédits aux ménages, 1,8 millions de ménages français avaient un crédit en 2007, soit 52 % d entre eux. Un pourcentage qui n évolue guère dans le temps. Ils étaient 50,2 % en 1997, 52,9 % en 2001, 49,7 % en 200, 52,6 % en eme trimestre

2 Histoire économique Ainsi, même si la France est le troisième marché de l Union européenne derrière le Royaume-Uni et l Allemagne,lecrédit àlaconsommationatoujours mauvaise presse. Selon la Banque de France, la production de crédits à la trésorerie aux ménages sur l année 2008 a reculé de 7,6 % par rapport à S il devait être évalué, l écart d encours de crédit à la consommation entre la France et l Allemagne représenterait plusieurs dizaines de milliards d euros de chiffre d affaires pour la distribution. Par ailleurs, à la question posée à dix mille Européens en décembre 2008 par l Observatoire Cetelem sur les nouveaux comportements des consommateurs en temps de crise,1%seulement des ménages français envisagent de recourir au crédit «en cas de hausse de leur pouvoir d achat»contre 21%dans les treize pays qui ont fait l objet de l enquête.c est au Royaume-Uni que le pourcentage est le plus élevé (42 %). Alors que le crédit immobilier se drape en France dans la saine utilité de l acquisition d un logement, le crédit àlaconsommation sesitue historiquement dans le champ de la morale du trop.le crédit qui surendette et Le crédit à précipite son débiteur àla perte de son statut social la consommation renvoie inévitablement aux vieux fantasmes de l usure. se situe Trop souvent, dans la presse et dans la tête des législa- historiquement teurs, le crédit à la consommation se résume au crédit dans le champ de la renouvelable au consommateur alors que ce dernier est morale du trop. en perte de vitesse depuis quinze ans (de 27 % à 21 % des crédits à la consommation). Sur les 4,2 millions de comptes de crédit renouvelable ouverts en France àfin 2007, 20 millions seulement étaient actifs, c est-à-dire généraient des agios. Seuls 9% des ménages français, soit 2,5 millions d entre eux, déclarent rembourser un crédit renouvelable.l encours moyen est de 1500 euros et le montant des tirages est inférieur dans 81 % des cas à 250 euros. Enfin 85 % des comptes de crédit renouvelable ne connaissent aucun impayé.ce pourcentage passe même à 94 % si l on prend en compte ceux qui ont été régularisés en moins de soixante jours. Un ostracisme moral Reste que ces chiffres ne changent rien à la mauvaise image du crédit à la consommation. Àcet égard, ilest intéressant d observer que les pays où les encours de 118 Sociétal n 66

3 Crédit àlaconsommation :l exception française? crédit par habitant sont les plus importants (Royaume-Uni, Danemark, Autriche, Allemagne) sont des régions de tradition protestante où le crédit personnel est plutôt épanoui et que les pays où les encours sont les plus faibles (France, Portugal, Italie) sont des régions de tradition catholique où le crédit est plutôt crispé. Ce n est qu au concile Vatican II en 1962 que l Église catholique éliminera de ses dogmes les connotations liées à la pratique du prêt! Pendant des siècles, en fait, l assimilation de la dette au péché a constitué le terreau dans lequel s est élaboré le discours de l Église et a été forgée la morale populaire. Mieux, chez Adam Smith, le père de l économie libérale, on découvre de manière surprenante une condamnation du crédit à la consommation supposé appauvrir les pays. «L homme qui emprunte pour dépenser sera vite ruiné et celui qui lui prête aura vite l occasion de se repentir», écrit-il en 1776 dans Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations. Dans La Science du bonhomme Richard, publiée en 1757 par Benjamin Franklin, on trouve aussi ce qui va devenir l ossature de la moralité quotidienne. Ainsi, on peut lire: «Plus la cuisine est grasse, plus le testament est maigre Celui qui va faire un emprunt va chercher une mortification Que revient-il de cette vanité de paraître pour laquelle on a tant de risques à courir et de peines à endurer? Quelle folie n est pas que de s endetter pour de telles superfluités! Allez plutôt vous coucher sans souper que de vous lever avec des dettes.» Destinés à aider le pauvre peuple et à préserver les chrétiens du péché de l usure, les monts-de-piété, nés en Italie en 1462 (Pérouse) et apparus en France en 1577, à Avignon, ne vont pas en améliorer l image. Même s ils ont offert des secours précieux à toute une clientèle de commerçants et de petits industriels handicapés par le faible développement du crédit bancaire, et même si 95 % des gages ont été retirés à temps, la réputation de «ma tante» n a fait qu accentuer l ostracisme moral dont souffrait le crédit. Un instrument de lutte contre la pauvreté Une thèse récente de Laurence Fontaine (L Économie morale,gallimard, 2008), fondée sur une exploitation méthodique de sources inédites de l Ancien Régime,vient toutefois de corriger ces stéréotypes. Elle montre que, malgré son coût, le crédit aux pauvres a été un élément essentiel de leur survie et que la majorité des hommes et des femmes n a pu vivre qu en empruntant. À tel point que Turgot raconte en eme trimestre

4 Histoire économique que les plus grands défenseurs d un accusé lors d un procès criminel à la Tournelle pour fait d usure furent ceux-là même qui en avaient souffert! À cet égard, le crédit a été,bien plus que la charité,un instrument majeur de lutte contre la pauvreté.dès le XVI e siècle,montaigne n écrivait-il pas qu il préférait le marché au don car dans le marché, écrivait-il, «je ne donne que de l argent», alors qu avec le don, «je me donne moy-mesme»? Àcet égard, la Défense de l usure, publiée en 1787 par Jeremy Bentham, le chef de file de l école utilitariste, en quête du bonheur pour le plus grand nombre, développe toute une série d arguments qui éclairent encore les controverses actuelles. Il ydémontre en particulier que les lois sur l usure n offrent qu une protection apparente àceux qu on pourrait considérer comme faibles;qui plus est, qu elles tendent àdévelopper des pratiques illégales, totalement hors marchéetencontradictionflagrante avec le but qu elles se sont fixé.son idée centrale,vérifiée par la thèse de Laurence Fontaine,exprimée avec les mots de son époque,est toute simple:en matière de crédit, plus qu entout autre domaine économique, la Bentham a liberté des acteurs génère ses propres contrepoids, de démontré que les lois sur marchéoudemorale,doncempêche les règlements qui, l usure n offrent quasi mécaniquement, apparaissent avec les entraves qu une protection dites deprotection. Dès qu on réglemente, la nature apparente humaine cherche ettrouve lebiais pour outrepasser l in- à ceux qu on pourrait terdit. Et ce, toujours au détriment du plus faible. considérer Comment ne pas citer longuement ce passage oùl hu- comme faibles. mour le dispute au bon sens: «La profession de prêteur d argent, écrit Bentham, bien qu elle n ait été proscrite que depuis l établissement du christianisme,etseulement chez les peuples chrétiens, n apourtant été populaire àaucune époque et dans aucun pays.ceux qui sacrifient le présent àl avenir sont naturellement les objets de l envie de ceux qui ont sacrifié l avenir au présent. Les enfants qui ont mangé legâteau sont les ennemis naturels de ceux qui ont conservé le leur.tant qu onespère obtenir l argent dont on abesoin, et quelque temps encore après qu onl a obtenu, on regarde celui qui prête comme un ami et un bienfaiteur; mais bientôt, l argent est dépensé, et arrive l heure maudite où il faut payer. Le bienfaiteur se trouve alors avoir changé denature: ce n est plus qu un tyranetunoppresseur,car c est une oppressionque de réclamer son argent, tandis qu il est tout naturel de ne pas rendre celui qu ondoit. Chez les gens irréfléchis, c est-à-dire dans la grande masse du genre humain, les affections égoïstes conspirent avec les affections sociales pour attirer toute la faveur sur le dissipateur,et pour refuser toute justice àl homme économe qui afourni ses besoins. Le premier, 120 Sociétal n 66

5 Crédit àlaconsommation :l exception française? quel que soit le point de sa carrière auquel il soit parvenu, est toujours assuré sous une formeousous une autredelasympathie de l opinionpublique;tandis que le second, à aucune époque de sa vie,nedoit s attendre àune pareille faveur.»texte extraordinaire dont on entend les échos àchaque proposition deloi sur le surendettement. Une valorisation de soi Il faudra attendre en fait les années 1850 pour que le crédit à la consommation se transforme de secours aux pauvres en élément de valorisation de soi par acquisition d un meilleur standard de vie. À partir du moment où la révolution industrielle va livrer sur les marchés des biens de plus en plus nombreux, le crédit devient l instrument de l anticipation des recettes du travail permettant aux ménages les plus jeunes d acquérir ces biens. À cet égard, une règle de bon sens voudrait que la durée de remboursement d un crédit à la consommation n excède jamais la durée d usage du bien acquis. En ce sens, le crédit à la consommation est le meilleur intégrateur social qui soit. De la machine à coudre qui va jouer un rôle pionnier à l automobile qui en reste un des supports les plus importants, du réfrigérateur au téléviseur, la «vente à tempérament» se détache d un crédit destiné à soulager un présent difficile pour devenir un moyen de se projeter dans l avenir. Aux États-Unis où se développent les premières études sur le crédit à la consommation et où se fixent les premières législations, le crédit devient l un des fondements de la société. En France, il naît timidement avec la vente des meubles par abonnement amorcée par Crépin, un fils de paysan qui ouvre en 1856 un magasin boulevard Barbès. Le Palais de la Nouveauté de Dufayel, rue Christiani, là encore près de Barbès-Rochechouart, prend une plus grande dimension. En 191, quelques employés de Dufayel le quittent pour fonder la Semeuse. La Sovac (Société pour la vente à crédit d automobiles) est créée par Citroën en La Diac (Diffusion industrielle automobile par crédit) l est par Renault en 1924 et la DIN (Diffusion industrielle nationale) par Peugeot en Mais il faut attendre, dans la foulée de la Cofica (Compagnie pour le financement de l industrie,du commerce et de l agriculture), fondée le 8 mai 1945 (!), la création de Sofinco en 1950 et de Cetelem en 195 pour que la France entre dans l ère du crédit à la consommation, malgré les courants intellectuels gauchisants emmenés par Baudrillard qui affirment que le crédit corrompt la couche supérieure du prolétariat en le formant insidieusement aux règles du jeu capitaliste.un courant qui garde encore quelque vigueur dans le pays. 4 eme trimestre

6 Histoire économique Il faudra aussi attendre la loi Neiertz du 1 décembre 1989 pour que soient fixées les modalités de détermination du taux plafond dans le sens de la vérité du marché alors que cela était fait dans la législation britannique depuis le XIX e siècle.c est dire le poids des héritages culturels. Un enjeu de la croissance qui fait toujours débat Avec le texte proposé en avril 2009 en Conseil des ministres qui transpose, entre autres, la directive européenne votée en janvier 2008 et fait suite àlaloi Borloo de 200, aux lois Neiertz de 1989 et Scrivener de 1978 et 1979, sans oublier la loi initiale sur le taux de l usure de 1966, le crédit à la consommation fait de nouveau la une de l actualité. Pour Philippe Marini, qui adéposé dès novembre 2008 une proposition deloi sur fond decrise du subprime, il s agit de «responsabiliser les acteurs du crédit à la consommation et de lutter contre le surendettement». Avec une mention qui devra figurer obligatoirement sur les contrats de prêt: «Un crédit vous engage et doit être remboursé.» Pour le rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, «le premier enjeu immédiat d une meilleure régulation du crédit à la consommation, c est d éviter que des millions de nos concitoyens mal informés, alléchés par des publicités scandaleuses, ne tombent dans la tragédie du surendettement» et «d éviter que les établissements financiers poussent leurs clients les moins solvables à souscrire des crédits renouvelables, alors que,précisément, ils ne devraient pas en faire usage compte tenu de leur situation financière difficile». L enjeu est de taille. Alors que sévit la crise, qui ralentit la demande de crédits et gonfle les risques de défaut, il s agit de résoudre une équation délicate :protéger les intérêts des consommateurs en leur garantissant l accès au crédit tout en permettant aux banques de préserver leurs marges. Au cœur de la réflexion, la constitution d un fichier positif qui permettrait d avoir une connaissance parfaite du taux d endettement des ménages et interdirait à ceux qui sont le plus endettés de contracter un crédit à la consommation. En fait, c est réduire laquestion ducrédit àlaconsommation àcelle du surendettement. Un surendettement qui, pour lamoitié des cas, provient plus des accidents familiaux (maladie, divorce, chômage ) que d une mauvaise gestion du budget de la famille. À l heure actuelle, Cetelem refuse 0 % des demandes de prêt qui lui sont adressées et 98 % des dossiers acceptés se soldent par un remboursement intégral. 122 Sociétal n 66

7 Crédit àlaconsommation :l exception française? Facteur incontournable de l équipement des ménages, le crédit à la consommation reste en fait un élément déterminant de la croissance. Les dépenses réalisées grâce à lui représentent chaque année un peu plus de7%dupib, soit plus que le BTP. Élément déterminant de la consommation automobile, ilest en deuxième lieu le moyen d acquérir les biens d équipement liés à l habitat et, de plus en plus, le moyen de financer les services comme les équipements de loisir et les études. Les dépenses À ce titre, il reste plus un facteur d intégration sociale et de gestion detrésorerie qu un secours d assistance auquel semble le réduire le crédit renouvelable.il en va en fait du crédit àlaconsommation comme du reste: comment faire de l acte d achat un acte assumé et maîtrisé dans le monde de demain? réalisées grâce au crédit à la consommation représentent chaque année un peu plus de 7 % du PIB. 4 eme trimestre

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. L Utilité Économique du Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. L Utilité Économique du Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO L Utilité Économique du Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Février 2009 L utilité économique du crédit à la consommation Sommaire Synthèse Cette étude

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE?

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? Michel PHILIPPIN Directeur Général de Cofinoga Notre propos concerne la rentabilité économique

Plus en détail

CREDIT A LA CONSOMMATION : L EXPERIENCE FRANÇAISE. LES SPECIALISES, DES PIONNIERS QUI DURENT

CREDIT A LA CONSOMMATION : L EXPERIENCE FRANÇAISE. LES SPECIALISES, DES PIONNIERS QUI DURENT CREDIT A LA CONSOMMATION : L EXPERIENCE FRANÇAISE. LES SPECIALISES, DES PIONNIERS QUI DURENT Jean-Claude NASSE Délégué Général de l Association Française des Sociétés Financières A la différence de ce

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Edito. Catherine Martin Directrice

Edito. Catherine Martin Directrice Edito Les sociétés de crédit ont mauvaise presse. Outre les drames liés au surendettement dans notre pays, la crise des subprimes aux USA et l emballement de certaines économies (Islande par exemple),

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 36 - mai 2013 Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat En Guadeloupe, en 2010, un ménage sur trois est endetté

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9 Pour un développement responsable du crédit en France 3. FICHE PAYS 3.. L encours de crédit en Europe à fin 007 en Europe à fin 007 (en milliards d euros) Roy aume-uni Allemagne France Espagne Italie Grèce

Plus en détail

Etat des lieux du crédit à la consommation en France

Etat des lieux du crédit à la consommation en France Etat des lieux du crédit à la consommation en France Un marché en cours de mutation? Référence du document : Athling_Crédit à la consommation en France_121018_App.ppt 21 octobre 2012 Page 1 Qui a dit?

Plus en détail

4 Développer le crédit responsable

4 Développer le crédit responsable 4 Développer le crédit responsable COMITÉ CONSULTATIF DU SECTEUR FINANCIER RAPPORT 2007-2008 35 L exercice 2007-2008 a été marqué pour le CCSF par de nouveaux travaux dans le domaine du crédit. L adoption

Plus en détail

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE 26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Helsinki (7-8 avril 2005) Les aspects sociaux de la justice La recherche de solutions juridiques aux problèmes d endettement dans une société de crédit

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

N 2182 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2182 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2182 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 mars 2005. PROPOSITION DE LOI tendant à responsabiliser le prêteur

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

préface Pascal Chauvin

préface Pascal Chauvin préface Il n a jamais été aussi facile ces dernières années d obtenir un crédit renouvelable. En moyenne, plus d une publicité sur 4 dans nos magazines de télévision concerne une proposition de ce type

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT

I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT Communication de M. Philippe Marini Rapporteur général I. LES DERNIERES DONNEES SUR LES DELOCALISATIONS

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux!

Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux! Paris, 21 janvier 2010 Communiqué de presse 21 ème Observatoire Cetelem de la Consommation Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux! Depuis plus de 20 ans, L'Observatoire Cetelem décrypte, analyse et

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE

POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DU CRÉDIT RENOUVELABLE EN FRANCE Rapport réalisé par Athling Management pour le Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) DÉCEMBRE 2008 Les résultats, les appréciations

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt INTRODUCTION Le cas présenté ci-après permet de comprendre le fonctionnement général d une banque mais reste un cas d école purement théorique. Imaginons

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Observatoire 2011 de l opinion sur l image des banques -Juin 2011 Présentation du 16 09 2011

Observatoire 2011 de l opinion sur l image des banques -Juin 2011 Présentation du 16 09 2011 FBF PRESENTATION DES RESULTATS N 23938 Marie Laurence GUENA Elodie VAN CUYCK Marion LAMBOLEY Le Millénaire 2 35 rue de la Gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 Observatoire 2011 de

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01

Plus en détail

Guide du crédit à la consommation

Guide du crédit à la consommation Guide du crédit à la consommation Ce qu il faut savoir avant de s engager Sommaire Le crédit à la consommation, qu est-ce que c est?... page 4 Ce qu il faut savoir avant de s engager...page 12 Que faire

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2.1. Le marché du crédit renouvelable en France 2.1.1. Le crédit à la consommation en France En ce qui concerne la composition de l encours

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem Sommaire Baromètre de L Observatoire Cetelem Moral des Européens : après un point bas en 2009, du mieux pour 2010 Les intentions d épargne : retour du principe

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE 214 TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE Comité de suivi de la réforme de l usure Code courrier : 43-253 31 rue Croix-des-Petits-Champs

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Assurance individuelle de protection du revenu. Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux

Assurance individuelle de protection du revenu. Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux Assurance individuelle de protection du revenu Protéger son revenu, c est protéger ce qu on a de plus précieux Quel est votre actif le plus précieux? Vous croyez peut-être que votre maison, votre voiture

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation

Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Luc CHATEL Secrétaire

Plus en détail

Vers une définition européenne opérationnelle commune du surendettement

Vers une définition européenne opérationnelle commune du surendettement Le processus européen de protection et d inclusion sociales Conclusions d études politiques 11 Vers une définition européenne opérationnelle commune du surendettement ISSN 1830-544X Dans un contexte de

Plus en détail

Sortir du surendettement

Sortir du surendettement Analyses 2013 13 PRÉCARITÉ 1 Sortir du surendettement Le surendettement n est plus seulement l affaire de consommateurs trop dépensiers. Pour aider les personnes à se sortir de situations apparemment sans

Plus en détail

Catherine Martin directrice

Catherine Martin directrice Edito Difficile de parler de prévention du surendettement sans parler de la Centrale Positive des Crédits. Dans quelle mesure ce fichier, à l étude en France, devant recenser l ensemble des crédits souscrits

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007 Le Marché du Crédit à la consommation en Europe à fin 7 Une étude de SOFINCO Evry, le juin 8 Nicolas Pécourt Le crédit à la consommation en Europe Synthèse (/) Cette étude porte sur le marché du crédit

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Parlons clair LES BANQUES

Parlons clair LES BANQUES Parlons clair LES BANQUES en France 3 LES BANQUES EN FRANCE... LES BANQUES EN FRANCE... Sommaire... sont solides et respecteront la réforme internationale page 2... financent l économie page 4... sont

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Je règle mes comptes avec mes dettes

Je règle mes comptes avec mes dettes AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION Je règle mes comptes avec mes dettes Vous avez des dettes par-dessus la tête Faites un budget pour identifier vos dépenses essentielles. Vérifiez si vous êtes admissible

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

L assurance emprunteur en crédit immobilier

L assurance emprunteur en crédit immobilier Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail