Master AISA. Préparé par: Encadré par le Professeur: Cherkani sami. Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Master AISA. Préparé par: Encadré par le Professeur: Cherkani sami. Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah"

Transcription

1 UNIVERSITE MOULAY ISMAIL FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES MEKNES Master AISA Préparé par: Cherkani sami Encadré par le Professeur: Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah 2008/2009

2 plan Introduction Section I: les moyens de paiement à l international A- Définition : B- Le déroulement d un crédit documentaire : C- Contrat de vente : Section II:Les formes du crédit documentaire I-les formes du crédit documentaire A- Révocable B- Irrévocable C- Irrévocable et confirmé II -Les différents modes de réalisation du crédit documentaire A- Par paiement à vue B- Par paiement différé C- Par acceptation III -Les crédits spéciaux A- Crédit avec red clause B- le crédit transférable C- Le crédit revolving ou renouvelable D- Le crédit adossé ou back to back IV- Autres types de crédit A- La lettre de crédit commerciale B- La stand by letter of credit C- Les types de stand by letter of credit V- Coûts du crédit documentaire Section III: avantages et inconvénients du crédit documentaire: A- Avantages et inconvénients du crédit documentaire pour l importateur B- Avantages et inconvénients du crédit documentaire pour L exportateur C- Avantages et inconvénients du crédit documentaire pour la banque émettrice. D- Avantages et inconvénients du crédit documentaire pour la banque notificatrice et/ou confirmatrice Section IV: Étude de cas Conclusion

3 Les techniques de paiement a l international : Les techniques de paiement à l international Encaissement simple Contre remboursement Remise documentaire Crédit documentaire

4 Credoc Mr Amrani est un gérant d un magasin de mobilier de bureau. Il est installé au Maroc Monsieur Jim dirige une entreprise implantée au Japon. Il désire renouveler tous les bureaux de son entreprise et pour cela il désire les importer du Maroc. Il commande donc 150 bureaux et chaises à monsieur Amrani

5 Je ne sais pas si je peux faire confiance à ce monsieur Amrani! Si je lui paie sa commande, va-t-il bien m envoyer ma commande? Sera-telle correcte? Puis-je avoir confiance en monsieur Jim? Si je lui envoie sa commande serais-je payé?

6 Le déroulement du crédoc: Le donneur d ordre La banque émettrice Le bénéficiaire La banque notificatrice ou confirmatrice. La banque désignée

7 Le déroulement du crédoc: Contrat de vente Le donneur d ordre Demande de crédit documentaire Texte du crédit documentaire Le bénéficiaire Crédit documentaire La banque émettrice La banque notificatrice ou confirmatrice. La banque désignée

8 Le déroulement du crédoc: Marchandises 1 Paiement Documents 2 Documents Paiement Documents La banque émettrice Paiement La banque notificatrice ou confirmatrice. La banque désignée

9

10

11 Les formes et les modalités d utilisation du Credoc

12 Les formes du crédit documentaire - Révocable - Irrévocable - Irrévocable et confirmé

13 Révocable C e tte fo rm e n o ffre a u cu n e sé cu rité p l e x p o rta teu te u r (b é n é ficia ire ) ca r il s a g it d u n c q u i p eu e u t être ê tre a m e n d é o u a n n u le r à to u t m o m p a r le d o n n eu e u r d o rd re (a ch e te u r) o u p a b a n q u e éém m ettrice. ettrice.

14 Irrévocable Il n e p e u t êêtre tre a n n u lé sa n s a cco rd d e to les rtie s (l'e x p o rta teu ur e le s p aartie te u r, l'im p o rta te teu banque éém m e ttrice ). Il co u vre d o n c le ri ttrice). co m m e rcia l (d é fa illa n ce d e l a ch e te u r), m a is teu les le s risq u e s p a y s (risq u e p o litiq u e o u d éfa é fa ill d e la b a n q u e é m e ttrice ).

15 Irrévocable et confirmé la b a n q u e co n firm a trice s e n g a g e à p a ye ye b én ficia ire le m o n ta n t d e s d o cu m en é n ééficia e n ts reco re co con form es, m êm e en cas d e surven a d é vèn m een n ts p o litiq u eess o u é co n o m iq u es vè n eem es da p a y s é m e tteu r o u d e la d éfa é fa illa n ce d e p a ie m d e la b a n q u e é m e ttrice. Il o ffre d o n c a u v en en u n e sé cu rité o p tim a le een n co u vran vra n t le s risq u es es

16 commercial : qui peut être l interruption du marché. C est le risque financier supporté entre la date de signature du contrat par les parties contractantes et celle où les obligations de livraison ont été remplies. pays : r é s u l t a n t l e s d é c i s i o n s gouvernementales, révolutions, guerres, catastrophes naturelles faisant obstacle à l exécution du contrat commercial et au non transfert des fonds. banque : défaillance de la banque émettrice

17 Les différents modes de réalisation du crédit documentaire P a r p a i e m e n t à v uiel : e s t r é a lis a b le à p ré se n ta tio n d e s d o cu m een n ts re co n n u s co n fo r P a r p a ie m en : Le ré ve n d eu la e n t d iffé ifféré e u r a cco rd e u n d ééla d e p aaiem ie m e n t à l a ch eete teuu r (p a ie m e n t à te rm e iem term cré a tio n d e tra ite ). Le p a ie m een n t in te rv ie ite). iem l é ch é a n ce d u d é la i fix é. é.

18 C aass d u n cré d it d o cu m e n ta ire ré v o ca b le eett rév irré v o ca b :lel en m een n t d e p a ye r à l éch éa n c irrév L e n g a g eem est e st p ris p a r la b a n q u e ém é m ettrice e ttrice. C aass d u n cré d it d o cu m een n ta ire irré vo ca b le eett co n firm:él en g em n t d e p a yye err à l é ch é an ce L e n g aag e m een p ris p a r la b an q u e co n firm atrice a trice.

19 Par acceptation Il ressemble à celui d un crédit documentaire réalisable par paiement différé, mais avec création par le bénéficiaire d un effet de commerce tiré sur la partie requise au crédit documentaire. L exportateur se voit retourner un effet accepté, soit par la banque notificatrice/confirmante, soit par la banque émettrice (dans le cas d un crédit documentaire irrévocable). L acceptation vaut garantie de paiement à l échéance.

20 C a s d u n c ré e ré v o c a b l r é d it d o c u m e n ta ir ire irré v o ca b :lel e ffe t eest st tiré p a r le b én irrév é n é ficia ire s la b a n q u e ém ttrice.. é m eettrice C a s d u n cré d it d o cu m e n ta ire irrév irré v o ca b l co n firm:él e ffe ffett est e st tiré p a r le b é n é ficia ire su b a n q u e co n firm a n te. te.

21 Les crédits spéciaux Crédit avec red clause: C est un crédit dans lequel se trouve incorporée une clause spéciale autorisant à la banque notificatrice ou confirmatrice à effectuer des avances au bénéficiaire avant préstation des documents. La red clause consiste en une autorisation en blanc consentie par la banque notificatrice au bénéficiaire, sous la responsabilité de la banque émettrice,à la demande du donneur d ordre. Au maroc, l accord préalable de l office des changes et nécessaire avant l ouverture du crédit documentaire «red clause».

22 le crédit transférable Un crédit transférable est un crédit documentaire dont l ouverture comporte la clause (transférable) qui permet au bénéficiaire d origine (le premier bénéficiaire) de demander à la banque notificatrice dénommée «banque transférante» de transférer à un second bénéficiaire (sous-traitant ou fournisseur réel de la marchandise),tout ou partie de la garantie de paiement. Le transfert doit être effectué conformément aux conditions du crédit d origine

23 A u m o m e n t d e la ré a lisa tio n d u c r d o cu m e n ta ire, leer 1b één n é ficia ire co n se rve l p o ssib ilité d e su b stitu er e r se s p ro p re s fa ctu r ce lle s p ré se n té eess p ar ficia ire. sen a r le seco se co n d b én é n ééficiaire. A p ré c is e r q u e lo rs d u tra n s fe rt d u c d o cu m e n ta ire il n y a p a s u n seco se co n d en e ng a g e m p a r la b a n q u e tra n sfé ra n te m ais m een n tran a is se u le lem tra n sfe rt d in titu lé (le seco ur de se co n d fo u rn isse isseu le rée ré e l b é n é ficia ire). ire ).

24 Le crédit revolving ou renouvelable C e st u n cré d it d o cu m en créd e n ta ire d o n t le m o n ta n t reco n stitu e au to m a tiq u em en t ap rè s ch a q u e u tilisa tio n p ar le b én ficia ire sa n s a u cu n e é n ééficia n o u v elle rtu re d e cré d it d o cu m e n ta ire eett e lle o u ve vertu créd q u à so n é ch é a n ce

25 Le crédit adossé ou back to back Le crédit adossé est un crédit documentaire import «adossé» à un crédit documentaire export. De ce fait, le bénéficiaire du crédit export est le donneur d ordre du crédit import et la banque notificatrice et / ou confirmatrice devient la banque émettrice. Le bénéficiaire du crédit initial demande à son banquier d ouvrir un crédit en faveur de son propre fournisseur, crédit qui sera alors «adossé» au premier ouvert en sa faveur. Il s agit ici de deux opérations distinctes.

26 Donc il y a émission d un second crédit par le vendeur (bénéficiaire en faveur d un autre vendeur (2ème bénéficiaire) en offrant en garantie à la banque notificatrice le premier crédit documentaire tout en tenant compte des points suivants : Le montant du crédit réduit, La période de validité d expédition et les délais de présentation réduits, Il s agit de juxtaposition de deux crédits dont l un sert de garantie à l autre, mais ils sont juridiquement indépendants l un de l autre.

27 Autres types de crédit D eeu u x te ch n iq u e s trè s p ro ch eess d u cré d it tech créd d o cu m een n ta ire p e u ve n t être n t u tilisé e ven ê tre ég a lem een en e n co m m erce e rce in tern te rn a tio n a l. La le ttre d e cré d it co m m e rcia le. La sta n d b y le tte r o f cre d it.

28 La lettre de crédit commerciale. Les lettres de crédit commerciales sont souvent émises par les banques anglo-saxonnes ou d extrême orient au nom du bénéficiaire qui peut les recevoir : Soit directement, Soit par une banque intermédiaire (comme pour le crédit documentaire). La lettre de crédit commerciale n est pas régie par les règles et usances uniformes de la chambre de commerce internationale.

29 La stand by letter of credit La stand by letter of credit est émise en remplacement de certaines garanties bancaires: Vente de biens d équipements ou tout autre produit, Cautions sur marchés. Les lettres du crédit stand by ne sont pas utilisées comme le crédit documentaire traditionnel puisqu elles ne sont pas en elles mêmes des moyens de paiement. La pratique de stand by letter of credit tend à se répandre partout au monde, compte tenu de ses avantages de rapidité, de commodité et surtout d économie de frais et commissions bancaires considérables.

30 Coûts du crédit documentaire: Les commissions usuelles perçues par les banques dans le cadre du crédit documentaire : Frais de dossier.. : 200 Dhs Notification d ouverture : 1.25 (min 50 Dhs) Confirmation.. : 2% l an min 50 Dhs Transfert de crédit documentaire... : 1.25

31 Modifications : Durée : Confirmation. : 2 l an min 50 Dhs Montant : Notification : 1.25 flat min 50 Dhs Confirmation. : 2% l an min 50 Dhs Autres modifications..: MAD 50 /modification Levée des documents. : 1.5 min 50Dhs Acceptation... : 2% l an min 50 Dhs (min 2 mois) Paiement : 0.5 flat min 50 Dhs Courrier et Swift. : selon tarification en vigueur

32 Section III : AVANTAGES ET INCONVENIENTS DU CREDIT DOCUMENTAIRE U n p e u d h isto ire A va n t le 1 0 èm e siècle siè cle le m a rch a n t e st itin éra é ra ve n t e t e n ca isse le p ro d u it d e sa ven ve n te im m é d ia te m e n t, su r p la ce, le p ro d u it d e la v e n éta in v e sti d a n s u n e a u tre a ffa ire p o u r é ta n t ré réin a u g m e n te r so n ca p ita l.

33 D u 1 1 è m e a u 1 3 èm è m e siè cle, u n a u tre ty p e d e co m m e rce d û a u x b o u le vee rse m e n ts a p p o rté s lev les n d fo rm e. le s cro isés, isé s, p re ren e.

34 Le Less co n séq sé q u en ces ce s d es e s cro isa d eess so n t im p o rta ta n t p o u r l id é o lo g ie re lig ie u se q u e p o u n é g o c e. E lle s c r é e n t u n a c c rro o is s e m e n t é c h a n g e s a v e c le le v a n t e t p e r m e t t e n d é ve lo p p eem m en t d e s ré p u b liq u e s m a rch a n d velo V e n ise, ise, G ê n es.

35 Le s m o u v e m e n ts d a rg e n ts d e v ie n n n é cessa ce ssa ires, ire s, et e t so n t, à l o rig in e, co n trô lé s p a tem rs eett le te m p lie liers less m a rch a n ts V én é n itie n s. D e n o m b reu re u x n a v ires ire s v id eess d e re to u r d o rie n t à re m p lir. Les n o u v e a u x p ro d u its so n t ve ndus ven co u rs le s p lu s éélevé le vé s ( tissu s, v e lo u rs d e D a ép é p ice s

36 La te ch n iq u e d e s a ffa ire s é ta it rég ré g lé e d m a n ière iè re su iva n:te A cette ce tte ép é p o q u e le p rê rêtt d a rg en e n t a ve vecc in té t n éta é ta it p a s ad a d m is p a r l E g lise. U n e fo rm u le co n sid éérée ré e co m m e in vestisse ve stisse m éta rée, lle se fa isa it so it e n n u m é ra ire é ta it to lé léré e, eelle en e n m a rch a n d ises. ise s.

37 U n fin a n cier ta l p récie cie r co n fie d u m ééta ré cie u x à vo ya u r q u i va n éég g o cie r d es y a g eeu e s m a rch a n d ise lo in. Il p e rd to u t si le b a tea it n a u fra g ee,, p a r co te a u fa fait s il a rriv e à b o n p o rt, le g a in q u i een n résu ré su lte p a rta g é en e n tre l in ve stisse u r eett «l a ve n tu rier rie r» a risq u é sa vie vie..

38 Dans la forme du «Prêt à la GROSSE» la somme prêtée ne peut être réclamée si les marchandises ont été perdues au cours d un naufrage ou d une piraterie. Si certaines d entre elles ont été sauvées, la valeur des marchandises perdues est décomptée.

39 Le v o ya g eeu u r aav v en e n tu reu re u x risq u e sa v ie o u sa lib eerté rté.. U n e tra ve rsé e p ré se n ta n t to u jo u rs u n ce rta in d a n g eer, r, il ch eerch rch e à eem m p o rte r le m a x im d e m a rch an la a u g m e n te a n d ise s eett d a rg en e n t, ce cela d a u ta n t se s b één n é fice ficess p o u r u n risq u e é g a l.

40 C e sy stè m e sim p le et n fa it u n e stèm e t p ra tiq u e e st een a sso cia tio n d in té rêts rso n n eess créa térê ts e t d e p eerso cré a n t so ciété n ta ire eett é p h é m èr cié té d e co m m erce e rce élém é lé m een èr d o n t le b u t est e st d e co n to u rn e r l in te rd ictio n relig u se re lig ie ieu se..

41 Le p ro fil d u co m m e rça n t co m m en e n ce à ch a n g e se tie n t a u cen tre d eess a ffa ire s, co rresp tien rre sp o n d b ea o ya g e ra re m e n t : il d éép p êch e a u co u p m ais vvo rem ê ch e m eem m b re d e sa fa m ille ille,, o u a sso cié p a r co n tra t a p p e lé «fa cto r».

42 D é s le 1 0 èèm m e siècle siè cle, les le s rich es e s m a rch a n ts a ra o n t p ris l h a b itu d e d e lim ite r les le s tra n sp o rts d e m ééta ta u x o u o b je ts p ré cie u x, e n eem m p lo y a n t d e s cieu b ille ts écrits é crits q u i so n t en e n fa it d es e s p ro m e sse s d e p a iem n t à u n e d a te fix éée e.. Ils a p p e lle n t ce ie m een cess b ille ts d e s «sh a k k s»,

43 C e q u i sig n ifie : se a u, ca ch et, sea e t, ta m p o n a p p o sé su r u n écrit. é crit. S u i la n o to rié té et l im p o rta n ce d u m a rch a n t, ils p e u v en e n t ê tre p a y a b le s su r u n te rrito ire p lu s o m o in s ééte tenn d u.

44 A d a p té p a r les ita lie n s, ce p ro céd cé d é se tra n sfo r en ttre d e ch a n g ee,, systè m e to u jo u rs u tilisé e n le lettre systèm D an a n s u n m ê m e circu it fin a n cie cierr se reg re g: ro u p e - Le tireu lu i q u i la ré d ig e, tire u r, ce celu -Le tiré celu ce lu i q u i d a n s u n e au a u tre v ille la re ço it est e st in v ité à p a y eerr la so m m e in scrite à la d a te co n ve n u e. ven e.

45 T rè s v ite o n s e st a p erçu s est e rçu q u e le re çu sig n é p ca p ita in e d u n a v ire n o m m é «co n n o issem isse m e d u vie u x co n n o ître eett q u i p a sse ra d a n la n g a g e co u ran m ndnea issem ra n t so u s le n o co isse m e n, t fa is a it la p re u v e d e l e m b a rq u e m e n t m archandises et que les obligati c o n tra c tu e lle s d u v e n d e u r a v a ie n t b ie n rem re m p lie s.

46 Le co n n a issem en m a n d é à d e stin a tio e n t se ra d eem p a r le ca p ita in e o u so n a g e n t p o u r p re n d re p o ssessio n s e m b a rq u ééss. sse ssio n d e s b ie ien

47 C o n n a isse m en t e t le ttre d e ch a n g e aacce cce p té e éta é ta ien ie n t tra n sm is p a r co u rrie rrierr sp é cia l d e co n fi

48 A u co n cile d e LA T R A N ( ), le p a p e in n o ce n III d éécla cla re q u u n e so m m e d a rg e n t p eu e u t ê tre lég lé g itim e m e n t co n fié e à u n m a rch a n t p o u r q u e ce lu i-ci p u isse tra v aaille ille r à ju ste p ro fit.

49 L e n o n r e s p e c t d e c e t tte e in te io n t e r d ic ttio a u p a ra v a n t sa n ctio n n é p a r l e x co m m u n ica ic d e s ch ré tie n s se liv ra n t à l a ctivité d e p rête livra rê te u r

50 C e st a lo rs q u a p p a ra issen isse n t d e s a sso cia tio n s d ca p ita u x à fin s co m m ercia e rcia les. le s. D a n s le co n tra t d e co n stitu tio n, il eest st stip u lé la fin d e la d u ré e p ré vvu u e, le s co m p te s se ro n t, een n p a rta g ean e an t b én é n éfice é fice s o u p ertes e rte s p ro p o rtio n n elle m e n t à l a p p o rt in itia l d e ca p it d e ch aq a q u e a sso cié. cié.

51 D a n s ce co n te x te, s a ffirm e a u X V e siècle tex siè cle, u n n o u ve a u typ e d h o m m e s d a ffaire s : vea l in te rm é d ia ire ( la b a n q u e ) e n tre u n fo u rn iss term q u i v eu rta in d être e u t ê tre ce certa ê tre p ay a y é sitô t la m a rch a n d ise ex d iée e x p ééd ié e, e t u n a ch e te u r q u i n a cce p te d e p a yye err la m a rch an a n d ise q u e lo rsq u a re çu ee.. reçu

52 I-Avantages et inconvénients du crédit documentaire pour l importateur A v a n ta g e s si le créd n ta ire eest st révo cré d it d o cu m een ré vo ca b le, i so u scrit a u cu n e n g a g e m e n t ferm fe rm e vis v is a vi b é n éficia n d eerr o u révo é ficia ire, ire, ca r il p eu e u t a m een ré vo q u cré d it d o cu m en e n taire sa n s q u e le b én é n éficia é ficia ir so it a v erti e rti a u p ré a la b le. (la rév ré v o ca tio n to u te fo is im p o s s ib le d é s q u e le c r d o cu m een n ta ire a été é té ré a lisé ).

53 L in terp ré ta tio n d e s d o cu m en ts d u créd it tatio d o cu m e n ta ire se fa it selo se lo n l a p p lica tio n d e s R 5 0 0, re co n n u e d a n s le m o n d e een n tie r.

54 Il d o n n e co n fia n ce à so n vve e n d eeu u r e n fa isa n t in te rv een n ir la b a n q u e, rs n eu e, tie tiers e u tre e t d e n o to ri m o n d ia le m e n ts eett d le,, q u i se ch a rg era e ra d eess rè g le lem la sig n a tu re d e p re m ier ie r o rd re sera se ra re co n n u e p la b aan n q u e d e so n vve enn d eeu u r.

55 In co n vén n ts v én ie ien Fin an n t d e l o p éra a n cem ce m een é ra tio n d ééss la d e m a n d e d o u vertu d it d o cu m e n ta ire a u p rè ve rtu re d u cré créd rèss d b a n q u e éém m e ttrice ttrice.. C o û t a ssez le vé. sse z éélevé Lo u rd eeu u r d u tilisatio tilisa tio n. R isq u e d e ch a n g e a u ca s o ù la fa ctu ra tio n e s factu d e v ise s

56 II - Avantages et inconvénients du crédit documentaire pour l exportateur A v a n ta g e s L ex d itio n n e s e ffectu e q u e lo rsq u il y a L e x p ééd een n g a g eem m een n t d e la b a n q u e é m e ttrice. Il y a u n e n g a g e m en t fe rm e d e la b a n ferm é m e ttric e (d a n s le c a d re d u n c r d o cu m e n ta ire ré v o ca b le et v o ca b le). rév e t irré irrév le ).

57 Il y a é g ale g eem m een n t fe rm e d a le m en e n t u n en e n g aag b a n q u e co n firm a trice (d a n s le ca d re d u n c irré v o ca b le et co n firm é ). irrév R è g le m e n t assu ré p a r la b a n q u e co n firm a d é s re m ise d e s d o cu m een n ts co n fo rm e s.

58 III-Avantages et inconvénients du crédit documentaire pour la banque émettrice. In co n vén n ts v én ie ien U n c r é d it d o c u m e n t a ir e s e u le m e n t n o n e n g a g e n u llem en en e n t la b a n q u e n o tifica tric ca s d e n o n p a ie m e n t (d o ù risq u e à ch a rg l ex l e x p o rta te u r)

59 R isq u e d e n o n p a ie m een n t a u ca s o ù le s d o cu m iem re m is s o n t n o n c o n fo r m e s ( à m o in s l im p o rta te u r a cce p te la le v éée e d es teu e s rése ré se rv e s) R isq u e d e ch a n g e a u ca s o ù la fa ctu ra tio n éta é ta b lée lé e e n d evise s.

60 Avantages En cas d un crédit documentaire révocable, il ne souscrit aucun engagement ferme visà-vis du bénéficiaire, car il peut amender ou révoquer le crédit documentaire sans que le bénéficiaire en soit averti au préalable. (La révocation est toutefois impossible dés que le crédit documentaire a été réalisé)

61 La b a n q u e a l o b lig a tio n d ex e x écu é cu ter te r le less cla u se p a ie m e n t, d a c c e p ta tio n o u d e n é g o c ia t p ré v u e s a u cré d it d o cu m een n ta ire p o u r a u ta n t créd lu i so ie n t p ré se n té s d e s d o cu m e n ts co n fo sen a u x term d it d o cu m en te rm eess d u cré créd e n ta ire. O p ééra ra tio n q u i g é n è re d eess co m m issio n s.

62 In co n vén n ts v én ie ien R isq u e d e n o n p aaiem ie m e n t e n ca s d in so lva b ilit d o n n eeu u r d o rd re (sa u f e n ca s d u b lo ca g e fo n d s co rre sp o n d a n t à l im p o rta tio n o u a u g a ra n ties). tie s).

63 R isq u e d e n o n p a ie m e n t a u ca s o ù le s ré se rve so n t p a s rele v é eess e t fo rm u lé eess à te m p s d o n n e u r d o rd re p e u t d a n s ce ca s re fu se r la l refu d e s ré se rve s p o u r le s d o cu m e n ts p rése ré se n tés). té s).

64 IV-Avantages et inconvénients pour la banque notificatrice et/ou confirmatrice. A v a n ta g es es E lle n o tifie le cré d it d o cu m e n ta ire b één n é ficia ire san m een n t p erso sa n s en e n g a g eem e rso n n eell d p a rt (cré d it d o cu m e n ta ire ré v o ca b le irré v o ca b le ). le).

65 In co n vén n ts v én ie ien R isq u e d e n o n re m b o u rse m e n t si le p a ie m e éété té eeffectu ffe ctu é a u b één n é ficia ire m a lg ré la co n fo rm ité d es e s d o cu m e n ts (créd (cré d it d o cu m e n irré v o ca b le et e t co n firm é ).

66 Tableau récapitulatif à retenir Avantages Inconvénients - Sécurité total si le crédit est confirmé - Rapidité du paiement - Universalité de la technique (règles et usances uniformes de la chambre de commerce internationale RUU). -Procédure complexe -Formalisme rigoureux - Coût élevé.

67 Etude de cas Présentation de l entreprise Nom de l entreprise : SOPHYTONORD SARL Date de création : 1983 Activité : importation et commercialisation des produits phytosanitaires et matériel agricole Fournisseurs internationaux : Espagne, Holland, Italie, France, Angleterre. LIGNE DE CREDIT : ,00 DE DHS AVEC LA BMCI ET ,00DHS AVEC AWB.

68 Choix de moyen de paiement des importations Pour la société SOPHYTONORD, elle utilise trois moyens pour le règlement de ces importations : Contre virement, Traite avalisée, Credoc Pour le cas que nous allons voir, il concerne une société espagnole dénommé IQV La facture n cr du 09/01/2008

69

70 Le Less in co te rm s u tilisé s : F O B e t C FR, d a n s ce ca c e st lec FR c est -Le m o d e d e tra n sp o rt u tilisé ré d u it les le s o b lig a tio n s d e l a ch e te u r e n m a tiè re d e s fra is tra n sp o rt d e l e m b a rq u eem m e n t d e la m a rch a n d ju sq u a u d éch é ch a rg e m en e n t. -La m o n n a ie d e p a ie m e n t c e st l E U R O c est -Le Fret Fre t E st D e E U R O.

71 -M O Y E N D E P A IE M E N T le ttre d e cré d it irrév irré v o c jo u rs d ate d e fa ctu re. re. A p re ress ré cep ce p tio n d e la fa ctu re p ro fo rm a eett so n a cce p ta tio n p a r la so cié té, ccep té, celle ce lle -ci a d resse re sse à s b a n q u e u n en m een n t d im p o rta tio n et m e n g a g eem e t d eem d o u ve rtu re d u n e lig n e d e cré d it co n ce rn a n t l d ite fa ctu re.

72

73 C e st u n d o cu m e n t a d ressé re ssé à la b a n q u e p o u r l a cce p ta tio n d e so rtie d e d ev ccep e v ise s ; D a n s ce d o cu m en e n t o n d é sig n e : -les -le s co n d itio n s d e livra iso n : C + F, -l e x p é d ite u r : IQ V, -le rég ré g im e d o u a n ier ie r : m ise à la co n so m m a tio n

74

75 Dans ce document, on demande a la banque d ouvrir un crédit documentaire en faveur du fournisseur, d un montant de 61500EUROS AVEC une échéance de 150 jours date de facture contre remise d un certain nombre de documents tel que : -la facture commerciale, -Jeu complet de connaissement, -certificat d analyse, Apres ouverture de Credoc, on peut effectuer des changements soit pour la date de validité ou d envoyer les documents avec la marchandise plaie cartable ou directement a la banque, etc.

76

77 CONCLUSION Le créd n ta ire e st n é d a n s l in ce rti cré d it d o cu m een cert d u co m m e rce in te rn a tio n a l p o u r ré p o n d re b eso cu rité é p ro u vé p a r d e s n éég goc e so in d e sé sécu g é o g ra p h iq u e m e n t élo é lo ig n é s, se co n n a issa n t et u rs tra n sa cti e t so u cieu cie u x d e la b o n n e fin d e le leu sacti

78 L a ch eete teuu r so u h a ite rece v o ir la m a rch a n d ise sou re cev a co m m a n d ée a va n t d e la p a ye r, e t le ve n d e u yer, so n cô té so u h a ite e n re ce voo ir le p a ie m e n t a cev d e p re n d re le risq u e d e l e x p é d ie r. ier.

79 L u n e t l a u t r e p r é f é r e r a ie n t u n e p a r f co n co m ita n ce en nt d e n tre le d essa e ssa isissem isisse m een m a rch a n d ise et e t la ré cep ce p tio n d u p a ie m e n t. C r a r e m e n t r é a lis a b le t e c h n iq u e m e n t d a n p ra tiq u e d e to u s le s jo u rs.

80 D e to u s les le s p ro cé d é s d e règ rè g le m e n t u tilisa b le m a tiè re d e co m m e rce in tern te rn a tio n a l, se u l le c d o cu m e n ta ire p erm e rm eett d e réa ré a liser lise r ce co m p ro m

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Les techniques de paiement à l international

Les techniques de paiement à l international Les techniques de paiement à l international I) L encaissement direct Le s te ch n iq u e s d e p a ie m e n t co n ce rn e n t : I) l en n t sim p le l e n ca issem isse m een II) la re m ise d o cu m

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

Le crédit documentaire

Le crédit documentaire Le crédit documentaire Le Crédit Documentaire est l opération par laquelle une banque (banque émettrice) s engage, à la demande et pour le compte de son client importateur (donneur d ordre), à régler à

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT Les éléments ci-après sont d ordre général. Ils doivent être adaptés en fonction des produits et de leurs contraintes propres. JAY C.I. PARTENAIRE - 06.09.02.03.44

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle Maîtrise Statistique des Processus Approche opérationnelle But de la formation F o u rn ir d e s é lé m e n ts d e m é th o d o lo g ie p o u r p e rm e ttre a é tu d ia n ts, à l is s u e d e la fo rm

Plus en détail

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains «Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains Il y a u n p e u p lu s d u n a n, l a rrê t d e R o u x (1 ) a va it cla ire

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction Définition Cadre réglementaire Principe du crédit documentaire Crédit documentaire et remise documentaire Les différents types du crédit documentaire Mécanisme

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR :

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Introduction 1. Définition: Le crédit documentaire est un arrangement bancaire pour le règlement des transactions commerciales internationales. Plus précisément,

Plus en détail

Le crédit documentaire. Mai 2014

Le crédit documentaire. Mai 2014 Le crédit documentaire Mai 2014 Le crédit documentaire 2 S O M M A I R E PAGES Définition 3 Fonctionnement 4 Les différents types de crédit documentaire 6 Les conditions du crédit documentaire 7 Les documents

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S S a m e d i 1 6 N

Plus en détail

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.]

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.] [C om m uniqué au Conseil Q (fô(b)9 M. 24 (b). 1924. fi. et aux Membres de la Société.] SOCIÉTÉ DES NATIONS Genève, le 17 septembre 1924. INDEX AUX COMPTES RENDUS DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM)

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM) De l'expertise de vos problématiques et besoins spécifiques jusqu'à la mise en oeuvre de vos projets complexes alliant événementiel, sonorisation, vidéo, éclairage, nous disposons et maîtrisons l'ensemble

Plus en détail

Prévention des conflits d intérêts

Prévention des conflits d intérêts Prévention des conflits d intérêts I. Situations de conflits d intérêts relatifs à l activité de gestion financière 1. Critères de sélection et de suivi des intermédiaires Sélection des intermédiaires

Plus en détail

Le Crédit documentaire

Le Crédit documentaire FinancEmEnt En devises Et trade FinancE Le Crédit documentaire que vous exportiez ou importiez des marchandises et/ou des services, vous avez besoin de garanties : garantie du paiement de vos ventes si

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Mlle Bâ Aminata Master EI 2 ème année COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Année Universitaire 2009/2010 Mr Crapanzano 1 Sujet : Vous êtes analyste dans une banque, votre client est un intermédiaire,

Plus en détail

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION Fiche pratique professionnelle du Synprefh Préparateur en pharmacie hospitalière Fiche pratique professionnelle INTRODUCTION En milieu hospitalier comme à l officine, les préparateurs en pharmacie sont

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Deux Sujets d inquiétudes

Deux Sujets d inquiétudes 108" ANNEE. N 7. LE NUMERO \ ' t \ a T CENTIM ES DIMANCHE 14 FEVRIER 1937 JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLIS Paraissant le Dimanche Un an...,... «nais. A nom Huro»i 10 «_A_ IE3 O 1ST TST E l VU ZE IST

Plus en détail

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1 A. Crabières URC Paris Nord 09/03/2012 1 Plan de la présentation Intérêts de la communication Outils de la communication Phases de la communication Exemples URC Paris Nord 09/03/2012 2 INTERETS de la Communication

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

Table des matières. Première partie ... 23

Table des matières. Première partie ... 23 Sommaire... 5 Préface... 7 Introduction générale.... 11 Première partie Théorie générale du crédit documentaire et du connaissement et leurs cadres juridiques respectifs... 23 Chapitre 1 Théorie générale

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

WORD Niveau 2 Les objectifs de la formation M a î t r i s e r l e s f o n c t i o n n a l i t é s a v a n c é e s d e W o r d p o u r g a g n e r e n e f f i c a c i t é d a n s l a p r o d u c t i o n

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

COMPRENDRE LES CREDITS DOCUMENTAIRES

COMPRENDRE LES CREDITS DOCUMENTAIRES 2010 Arab Tunisian Bank COMPRENDRE LES CREDITS DOCUMENTAIRES Document offert à titre purement indicatif et consultatif ne représentant en aucun cas un support juridique opposable ni à l ATB ni à quiconque

Plus en détail

Les instruments de règlement à l international

Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international En fonction du degré de confiance que vous accordez à votre client ou à votre fournisseur, BMCE Bank vous propose

Plus en détail

PERFORMANCE LC STAND BY. Sécurisez vos contrats commerciaux à l international

PERFORMANCE LC STAND BY. Sécurisez vos contrats commerciaux à l international ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL PERFORMANCE LC STAND BY Sécurisez vos contrats commerciaux à l international PERFORMANCE LC STAND BY Pour les partenaires qui se connaissent bien et traitent ensemble

Plus en détail

FAQs Sur le Trade Finance

FAQs Sur le Trade Finance FAQs Sur le Trade Finance ecobank.com FAQS SUR LE TRADE FINANCE Q. Quels sont les produits bancaires du commerce international? A. Le chèque, le transfert, la lettre de change, le billet à ordre, la remise

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Tarifs commissions, conditions et frais à la charge des clients au Maroc

Tarifs commissions, conditions et frais à la charge des clients au Maroc Tarifs commissions, conditions et frais à la charge des clients au Maroc 1- COMPTES COURANTS ET DÉPÔTS 2- CHÈQUES 3- EFFETS 4- ORDRES DE VIREMENT EN AGENCE 5- OPÉRATIONS À L INTERNATIONAL 6- E-BANKING

Plus en détail

PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL

PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL.I) INSTRUMENTS DE PAIEMENT: A) LE CHÈQUE: - Chèque: Moyen de paiement à vue. - Chèque bancaire: Il présente une garantie bancaire. - Chèque de l'entreprise Il

Plus en détail

Consultation MED07 Campagne 2009

Consultation MED07 Campagne 2009 A L C O O L E T H Y L IQ U E 7 0 - IN C O L O R E C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 2 A L C O O L E T H Y L IQ U E 9 0-000 M L C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 3 A L C O O L E T H Y L IQ U E M

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

FINANCEMENTS DES OPERATIONS INTERNATIONALES

FINANCEMENTS DES OPERATIONS INTERNATIONALES FINANCEMENTS DES OPERATIONS INTERNATIONALES Intervenants Thierry Benoist-Gironière, Responsable de l International au CIC CIO-BRO, Ariele Violland, Expert-comptable, Présidente du Club Export Rhône-Alpes.

Plus en détail

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 Q U E S T -C E Q U U N E T HE R MO G R A P HIE? C e s t u n e «p h o to g r a p h i e d e l a c h a

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire n est pas une technique de paiement récente, contrairement à ce que beaucoup pensent. En effet l historien Fernand Braudel situe sa première utilisation en

Plus en détail

entreprises Performance LC Stand By Développement à l international Sécurisez vos contrats commerciaux à l international On est là pour vous aider

entreprises Performance LC Stand By Développement à l international Sécurisez vos contrats commerciaux à l international On est là pour vous aider entreprises Développement à l international Performance LC Stand By Sécurisez vos contrats commerciaux à l international On est là pour vous aider Sécurisation des transactions L offre page 1 Le déroulement

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

Addiction,sport et dopage. Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt

Addiction,sport et dopage. Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt Addiction,sport et dopage Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt Addiction, sport et dopage Indifférence Association rare mais 9.8%! Inceste Association suscitée par une proximité

Plus en détail

La lettre de change ou traite

La lettre de change ou traite 1 Le règlement Le règlement est l opération par laquelle un acheteur remet au vendeur, sous diverses formes, l équivalent de la marchandise reçue. L acheteur et le vendeur ont pris des accords au préalable

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES DES OPÉRATIONS À L ÉTRANGER 2014 L ESSENTIEL AU QUOTIDIEN OBJECTIVITÉ, TRANSPARENCE, SATISFACTION Extrait de nos conditions tarifaires au 1 er janvier 2014 Vous pouvez consulter l

Plus en détail

Cisco T e l e p r e se n ce n ou v e l l e e x p ér ie n ce col l a b or a t ion : u n e d e Mathieu in tr at Sales Business ev elo ent anag er unic at io ns nif iées in tr at@ is 2 5 Mar s 2 0 0 8 1 Cisco

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Sécuriser vos exportations au moyen du crédit documentaire

Sécuriser vos exportations au moyen du crédit documentaire Parole d expert Sécuriser vos exportations au moyen du crédit documentaire Olivier VANDEN BORRE et Pascal PENNINCK ING Belgique - Trade Finance Dpt Avec le soutien de : Trade Finance Services au sein d

Plus en détail

Billet du Syndic. P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010

Billet du Syndic. P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010 P.P. 1052 Le M ont N 142 JUILLET 2010 J o u r n a l c o m m u n a l d 'i n f o r m a t io n é d ité p a r la M u n ic ip a lit é d u M o n t-s u r - L a u s a n n e R e s p o n s a b le : M. D. G ro s

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE CIRCONSCRIPTION DE STRASBOURG 5 Régine Ballandras CPC Martin Arlen IEN ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE 26 novembre 2008 Ecole Jacqueline 3 décembre 2008 Ecole Langevin 2 La conquête

Plus en détail

Le Club de L INTERNATIONAL CCI International Auvergne 2 Avril 2015. Les 5 questions à poser à votre banquier avant de signer un contrat export

Le Club de L INTERNATIONAL CCI International Auvergne 2 Avril 2015. Les 5 questions à poser à votre banquier avant de signer un contrat export Le Club de L INTERNATIONAL CCI International Auvergne 2 Avril 2015 Les 5 questions à poser à votre banquier avant de signer un contrat export Vos intervenants : Des Contacts et Services de Proximité Evelyne

Plus en détail

Le Crédit Documentaire. Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU

Le Crédit Documentaire. Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU Le Crédit Documentaire Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU Sommaire I/ Définition II/ Procédure III/ Schéma IV/ Particularités V/ Conseils Sources: Livre «Exporter», de FOUCHER Lien:www.eur-export.com/francais/apptheo/finance/risnp/credoc.htm

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

Une garantie internationale pour le paiement et autres obligations : la Lettre de Crédit Stand By

Une garantie internationale pour le paiement et autres obligations : la Lettre de Crédit Stand By 04/ 2010 - LILLE Une garantie internationale pour le paiement et autres obligations : la Lettre de Crédit Stand By Qu est ce qu une SBLC? Une lettre de crédit Stand By est par nature, d abord et avant

Plus en détail

Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI

Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI welkom bienvenue Paris 8 juin, 2007 Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI 1. Le risque de crédit et le développement durable 2. Guide des risques sociaux et environnementaux liés à la micro

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES DES OPÉRATIONS À L ÉTRANGER L ESSENTIEL AU QUOTIDIEN OBJECTIVITÉ, TRANSPARENCE, SATISFACTION Extrait de nos conditions tarifaires au 1 er janvier 2015 Vous pouvez consulter l intégralité

Plus en détail

Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11

Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11 Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11 J a p p a rtie n s à u n e g é n é ra tio n q u i a a im é la b a g n o le. Ju sq u à la d é ra iso n. À d ix -h u it a n s, j a c h e - ta is u n e

Plus en détail

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013.

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013. P ROMETH E E CO NS E I L A NALY S E DE P L A CEMENT Point au 12 Avril 2011 Loi de Finances pour 2011 LE DISPOSITIF «SCELLIER» Devant la nécessite absolue de redynamiser le secteur de l investissement locatif,

Plus en détail

Les garanties de paiement, une alternative au crédit documentaire

Les garanties de paiement, une alternative au crédit documentaire Nos partenaires Les garanties de paiement, une alternative au crédit documentaire Le contexte du Commerce International Sommaire I. Caractéristiques des garanties et du crédit documentaire II. Le schéma

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 1

Table des matières. Introduction... 1 Table des matières Introduction... 1 Sommaire... 4 Introduction... 5 1.1 Intermédiaires impliqués dans la transaction internationale... 5 1.1.1 Fournisseurs en matières... 5 1.1.2 Courtiers en douane...

Plus en détail

FcM 07/06/2011. Les Moyens de Paiement à l International. Banque PALATINE Groupe BPCE Laurent Jouini

FcM 07/06/2011. Les Moyens de Paiement à l International. Banque PALATINE Groupe BPCE Laurent Jouini FcM 07/06/2011 Les Moyens de Paiement à l International Banque PALATINE Groupe BPCE Laurent Jouini 1 Moyens de paiement à l international Programme I. LES INSTRUMENTS DE PAIEMENTS USUELS Virements SWIFT

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

Documentaire Documentaire

Documentaire Documentaire MASTER MASTER 1 1 MIPMET MIPMET DROIT DROIT COMMERCIAL COMMERCIAL INTERNATIONAL INTERNATIONAL Dissertation Dissertation Juridique Juridique sur sur le le Crédit Crédit Documentaire Documentaire A partir

Plus en détail

Les moyens de financement du commerce international :

Les moyens de financement du commerce international : Les moyens de financement du commerce international : CREDIT DE PRE FINANCEMENT : C est un crédit contracter par l exportateur au prés de sa banque pendant la période de fabrication parce que les acomptes

Plus en détail

FICHE 9. Le crédit documentaire

FICHE 9. Le crédit documentaire FICHE 9 Le crédit documentaire 1 Définition C'est un engagement irrévocable de paiement à vue où à terme, limité dans le temps, pris par la banque de l'acheteur, en faveur du vendeur contre présentation

Plus en détail

LES G AR ANTIES INTERNATIONALES

LES G AR ANTIES INTERNATIONALES E N T R E P R I S E S C O M M E R C E I N T E R N A T I O N A L LES G AR ANTIES INTERNATIONALES Facilitez vos échanges internationaux 2 GARANTIES À L EXPORT Face à un environnement commercial international

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 0 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

lq â * A n n ô a. N" 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsjjq D i m a a t h e 1 2 A v r il 1 6 3 1

lq â * A n n ô a. N 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsjjq D i m a a t h e 1 2 A v r il 1 6 3 1 lq â * n n ô a. N" 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsq D i m a a t h e 1 2 v r il 1 6 3 1 JOURNL DE L RRONC SSEMENT DE SENLIS L'OISE On an... Six mol*. 7B O ZIST ïst TES 1VT IEJ 3ST T S 0% BurïSUJ P* Po»t«! Ou

Plus en détail

SITE MARCHAND. Le coût de l abonnement à l un de ces services sera à régler directement au prestataire choisi.

SITE MARCHAND. Le coût de l abonnement à l un de ces services sera à régler directement au prestataire choisi. PLATEFORME DE VENTE EN LIGNE Cette plateforme de vente par Internet est une solution intégrant de nombreuses fonctionnalités indispensables à la mise en place d'un site e-commerce. Elle peut fonctionner

Plus en détail

Principales Abréviations

Principales Abréviations 204053 Principales Abréviations CCI :. Chambre de Commerce International. CREDOC :.. crédit documentaire. INCOTERMS.international commercial terms. LTA :. Lettre de Transport Aérien. OMC :...Organisation

Plus en détail

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

COMMUNIQUÉS DE PRESSE 2 COMMUNIQUÉS DE PRESSE Quand vous commencez à rédiger un communiqué de presse, vous vous demandez certainement Comment susciter l intérêt de la presse et des médias en ligne? Comment me différencier du

Plus en détail

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S 23 P A R C D E L A B R È C H E R E G L E M E N T I N T E R I E U R PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S ART.1 - DEFINITION

Plus en détail

LES GARANTIES INTERNATIONALES

LES GARANTIES INTERNATIONALES LES GARANTIES INTERNATIONALES 1 DEFINITION Une garantie est un engagement délivré par une banque, le garant, d ordre et pour le compte de son client, le donneur d ordre, en faveur d un tiers, le bénéficiaire.

Plus en détail

La prévention des incendies à la maison

La prévention des incendies à la maison Homes for Ha ringey Fire safety in your home French This is the French version of Homes for Haringey s leaflet called Fire safety in your home. It contains important information about what to do in a fire

Plus en détail

JJ Mois Année. Présentation. «Crédits Documentaires : RUU600» La nouvelle version des RUU relatives aux Crédits Documentaires.

JJ Mois Année. Présentation. «Crédits Documentaires : RUU600» La nouvelle version des RUU relatives aux Crédits Documentaires. JJ Mois Année Présentation «Crédits Documentaires : RUU600» La nouvelle version des RUU relatives aux Crédits Documentaires Michèle FLAMEN 2 Pourquoi une révision des RUU? Améliorer l efficacité du crédit

Plus en détail

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT «Le registre des modifications» UWE «90 minutes pour l environnement» DGO3 - DPA Mons Wavre - Jeudi 10 mai 2012. B. Bequet 1 Plan de l exposé

Plus en détail

Intervenant : Hubert MARTINI

Intervenant : Hubert MARTINI Vendre c est bien, être payé c est mieux Intervenant : Hubert MARTINI Consultant en commerce international Formatex - Paris Expert Financement et Risques à l international CNUCED - Genève Pointe à Pitre

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail