N 99/ septembre Le G20 tourné vers la protection des consommateurs? Les rendez-vous du septembre. Sabine Rossignol Juriste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 99/ septembre 2011. Le G20 tourné vers la protection des consommateurs? Les rendez-vous du septembre. Sabine Rossignol Juriste"

Transcription

1 N 99/ septembre 2011 Le G20 tourné vers la protection des consommateurs? Les rendez-vous du septembre 7/09 : CRE GT2m relations client fournisseur distributeur et information des consommateurs 15/09 : CNA 15/09 : CCSF 16/09 : réunion de concertation consommateurs 20/09 : FNCCR compteurs Linky et SPANC 22/09 : DGAL 22/09 : CA ConsoFrance 24/09 : SNCF 27/09 : CPMVD 29/09 : Grouoe Afnor Tourisme 30/09 : Comité ethique AFNOR 30/09 : CPTP STIF Toute l équipe de l ALLDC souhaite la bienvenue à la petite Cyrielle et adresse ses félicitations aux heureux parents! A l occasion de la présidence française du G20 (1), la France a défini six priorités (réforme du système monétaire internationale, renforcer la régulation financière, lutter contre la volatilité des prix des matières premières, soutenir l emploi et renforcer la dimension sociale de la mondialisation, lutter contre la corruption, agir pour le développement). Dans ce contexte, le gouvernement français avait annoncé qu il souhaitait faire de la protection des consommateurs dans le secteur financier, un axe majeur des discussions car elle s inscrit pleinement dans l objectif de renforcer la régularisation financière. Ainsi, les 14 et 15 octobre prochains, cette thématique sera débattue par les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales au sein du G20 Finances où l OCDE (2) lui remettra un rapport. En effet, l OCDE a été mandaté à Séoul en 2010 pour élaborer une liste de principes communs de protection des consommateurs dans le champ des services financiers parmi lesquels l amélioration de l éducation financière et budgétaire, la commercialisation des produits et services financiers, l information, la transparence Face au contexte de la mondialisation des échanges, l association Léo Lagrange pour la défense des consommateurs ne peut que saluer toute démarche concertée entreprise à l échelle internationale pour améliorer la protection du consommateur. Pour autant, compte tenu de la grande disparité existante entre les pays membres du G20, les pays les plus industrialisés avec un marché régulé mais en pleine crise, face à des pays émergents peu encadrés mais connaissant une croissance exponentielle, il est à craindre que seuls des grands principes non contraignants soient énoncés. Retrouvez-nous dans l émission Consomag «Coffrets cadeaux comment éviter les mauvaises surprises» France 2 : du lundi au vendredi à 13h 45 France 3 : du lundi au vendredi à 11h 30 France 4 : mercredi et samedi à 11h 50 Peu de chance alors, dans ce contexte de crise économique et de dettes des Etats, que la confiance des consommateurs revienne. Sabine Rossignol Juriste (1) le G20 est une instance de coordination des politiques économiques réunissant les 20 principaux pays émergeants et développés. (2) OCDE : organisation de coopération et de développement économique qui a pour mission de promouvoir les politiques améliorant le bien être économique et social dans le monde.

2 POLITIQUE DE LA CONSOMMATION Le comité chargé de préfigurer la création d un «fichier positif» a rendu son rapport La loi du 1er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation prévoyait la création d un Comité chargé de préfigurer la création du registre national des crédits aux particuliers. Ce Comité avait pour mission de préfigurer, dans un délai d un an, les caractéristiques d un registre des créditssouvent appelé «fichier positif»- ayant pour objectif de prévenir le surendettement et d assurer une meilleure information des prêteurs sur la solvabilité des emprunteurs. Le Comité était composé de membres des assemblées parlementaires, de représentants de l Etat et de la Banque de France, d un membre de la Commission Nationale de l Informatique et Libertés et de représentants de toutes les parties prenantes : établissements de crédits, associations de Consommateurs, associations familiales, organismes de microcrédit, associations d insertion sociale et de lutte contre l exclusion et associations du secteur du commerce. Le rapport du Comité remis au gouvernement, et au Parlement le 2 août 2011, a été soumis à une consultation publique. Les principales préconisations du comité sont les suivantes : «1. Un système d identification au sein du registre des crédits reposant sur la création d un identifiant sécurisé dérivé du NIR (numéro d inscription au répertoire national d identification des personnes physiques, plus connu comme «n INSEE» ou numéro de sécurité sociale). 2. L enregistrement des seules données relatives aux crédits consentis par les établissements de crédit et les organismes de microcrédit habilités, à l exclusion des autres dettes et charges et des autorisations de découvert remboursables dans un délai inférieur à trois mois. 3. L enregistrement des informations relatives aux crédits suivants. Informations générales enregistrées pour toutes les catégories de crédit : informations permettant d identifier le crédit : numéro de référence du crédit au sein de l établissement de crédit, nom et code de l établissement, code guichet concerné, la catégorie de crédit : prêt personnel, crédit renouvelable, prêt affecté ou lié, autorisation de découvert remboursable dans un délai supérieur à trois mois, crédits immobiliers ou regroupements de crédits, la date de la dernière mise à jour effectuée pour chaque crédit. Les éléments permettant d identifier l établissement prêteur ne seront pas restitués lors des consultations. Informations enregistrées concernant chaque crédit amortissable : le Comité recommande que soient enregistrés : le montant emprunté et la date de la dernière échéance. Informations enregistrées concernant chaque crédit renouvelable : le Comité recommande que soient enregistrés : le montant du plafond de l autorisation consenti et l activité ou l inactivité du crédit. Informations enregistrées pour chaque autorisation de découvert remboursable dans un délai supérieur à trois mois : le Comité recommande que soit enregistré le montant de l autorisation consentie. 4. Une restitution des données aux établissements de crédit lors des consultations du registre sur une base agrégée et non détaillée «ligne de crédit par ligne de crédit». Les données seraient agrégées et restituées par grandes catégories de crédits : crédits affectés ou liés, prêts personnels, crédits renouvelables, autorisations de découvert remboursables dans un délai supérieur à trois mois, crédits immobiliers, regroupements de crédits. 5. La mise en place d une certaine profondeur historique des données permettant de suivre l évolution de la situation de la personne concernée au cours d une période de quelques mois précédant la date de la consultation. 6. S agissant de la situation personnelle, l enregistrement des données d état civil suivantes : nom de famille, nom d usage, prénom(s), date et lieu de naissance, sexe. 7. Une amélioration des données négatives recensées actuellement dans le FICP.

3 afin de compléter les informations actuelles concernant les incidents de paiement caractérisés par des informations bancaires ou de crédit constituant des signaux d alerte sur une dégradation de la situation financière de la personne concernée (par exemple la suspension d un crédit renouvelable à l initiative de l établissement de crédit), afin de permettre de différencier les personnes qui sont inscrites pour un incident de paiement ponctuel ou qui sont à l origine d impayés répétés, en mettant en place une profondeur historique pour les informations négatives, selon la même solution que celle préconisée pour les informations positives. 8. La mise en place à terme d un fichier unique, qui comporterait un module spécifique pour les informations négatives, et la suppression du FICP lorsque les conditions auront été réunies. 9. L autorisation de consulter les données positives et négatives du registre des crédits par les établissements de crédit uniquement avant l octroi d un crédit, cette consultation préalable étant obligatoire pour l ensemble des crédits. Le Comité préconise que, outre les données relatives à l emprunteur, les données relatives à la personne qui se porte caution puissent être également consultées le cas échéant. S ajouteraient à ces consultations celles effectuées par les établissements de crédit dans le cadre de l analyse de solvabilité triennale obligatoire des contrats de crédit renouvelable en application du code de la consommation. En revanche, les consultations par les établissements de crédit autorisées actuellement dans le cadre du FICP pour la gestion des risques liés aux crédits ainsi que la consultation annuelle obligatoire avant le renouvellement d un contrat de crédit renouvelable porteraient uniquement sur les données négatives. La question des modalités de consultation éventuelles du registre avant l octroi d un moyen de paiement, comme c est actuellement possible pour le FICP, doit faire l objet d une analyse complémentaire. 10. La traçabilité aux fins de preuve, qui consiste à permettre aux établissements de crédit de prouver qu ils ont bien rempli leurs obligations de consultation du registre quand la loi prévoit une consultation obligatoire, ainsi que d apporter tout élément de preuve devant les tribunaux en cas de litiges doit être assurée par les établissements de crédit eux mêmes sur une base que d apporter tout élément de preuve devant les tribunaux en cas de litiges doit être assurée par les établissements de crédit eux mêmes sur une base juridique certaine. 11. La traçabilité aux fins de contrôle, qui a pour objectif de permettre, outre la bonne gestion du registre, le contrôle du respect de ses finalités, doit être assurée par la Banque de France de façon systématique mais sur la base d informations simplifiées. 12. L information des personnes concernées requise par la loi «Informatique et Libertés» sera délivrée au même moment que l information précontractuelle qui doit être fournie préalablement à la conclusion du contrat de crédit en application du code de la consommation. 13. La mise en place et le développement privilégié d une modalité d exercice par internet du droit d accès des personnes aux données les concernant, sur la base d un login et d un mot de passe attribués par la Banque de France. 14. La création d un comité de gouvernance du registre, présidé par le Gouverneur de la Banque de France, et composé de représentants de toutes les parties prenantes (établissements de crédit et représentants des associations familiales et de consommateurs notamment)». Compte tenu du thème de cette consultation, et l expertise que l association Leo Lagrange pour la défense des consommateurs a acquise en matière d information juridique en droit de la consommation, de service d accompagnement de proximité aux débiteurs en situation d endettement et de surendettement, il nous a apparu important d y participer et d apporter les observations ci-dessous résumées. Notre association a bien noté que la mission du comité chargé de préfigurer la création d un registre national des crédits aux particuliers n était pas de se prononcer sur l opportunité de la création d un tel fichier. Toutefois, les critères retenus soulèvent des interrogations de notre part, face aux deux objectifs avoués de prévenir le surendettement et de faciliter l examen par le prêteur de la solvabilité de l emprunteur. En effet, compte tenu des indications qui seront indiqués dans ce registre (nombre, nature et montant du (des) crédit(s) accordé(s), il est fort

4 probable que ce «fichier positif» n est d impact réel que sur les personnes ayant un surendettement actif (13% des dossiers déposé, d après l enquête typologique 2010 sur le surendettement publiée par la Banque de France en mars 2011), d autant que la consultation de ce registre par les établissements de crédit ne pourrait avoir lieu qu au moment de l octroi d un nouveau crédit. De même la création d un registre national des crédits aux particuliers devrait aussi permettre aux établissements de pouvoir mieux apprécier la solvabilité de l emprunteur. Là encore, nous nous interrogeons sur l opportunité de mettre en place un tel fichier alors même que la loi Lagarde a déjà crée des mesures qui ont pour objectif de permettre aux créanciers de vérifier la solvabilité des emprunteurs. Ainsi le prêteur est tenu de fournir des explications permettant au consommateur de déterminer si le crédit proposé est adapté à ses besoins et à sa situation financière, et il a l obligation de vérifier la solvabilité du client avant tout octroi d un crédit (article L311-8 et L311-9 du code de la consommation) ou avant toute reconduction annuelle pour le crédit revolving (article L du code de la consommation). De même, une fiche de dialogue doit être établie sur le lieu de vente, avec communication des pièces justificatives lorsque le crédit dépasse 3000 euros. Enfin la consultation du FICP est devenue obligatoire. C est pourquoi, il serait intéressant d attendre les résultats de ces mesures entrées en vigueur seulement le 1 er mai 2011, avant d envisager la création d un tel dispositif. D autant que les répercussions financières ne seront pas négligeables. Le comité considère en effet que la création du registre national des crédits aux particuliers entraînera le fichage de 25 millions de personnes, et aura un coût important, soit un investissement de départ de 15 à 20 millions d euros. De plus, s ajouteront des charges de fonctionnement qui s élèveront dans une fourchette de 30 à 35 millions d euros, et ceux pour la seule Banque de France. Les établissements financiers, quant à eux, estiment que la création d un tel registre leur occasionnera des frais compris entre 525 et 820 millions d euros. Des coûts qui peuvent paraître indécent pour les consommateurs en cette période de rigueur budgétaire, et de crise de la zone euro. Sachant qu il est à craindre que l ensemble de ses coûts soient répercutés au final sur les clients de ses établissements financiers, voire sur le contribuable. Toutefois, l Association Léo Lagrange ne peut que saluer les recherches effectuées par le comité de préfiguration, pour tenter d améliorer les informations actuellement enregistrées par le FICP, comme l enregistrement de nouveaux signaux d alerte (ex : la suspension du droit d utilisation des crédits renouvelables décidés par les prêteurs), mais aussi la possibilité de consulter un historique des incidents de paiement sur une durée de 6 mois maximum. EVENEMENT Sabine Rossignol Zoom sur la commission de médiation de la consommation Lors des assises de la consommation qui se sont tenues en octobre 2009, les associations avaient unanimement réclamé la mise en place d'une action de groupe à la française. Toutefois, au cours des débats, il est apparu que la médiation n était ni présente dans tous les secteurs d activité (automobile, tourisme) ni équivalente dans les secteurs déjà pourvus d une médiation (médiation d entreprise, sectorielle). C'est dans ce cadre que la loi n du 1 er juillet 2010 créée la commission de médiation de la consommation. Rattachée à l Institut national pour la consommation (INC), cette commission est «chargée d émettre des avis et de proposer des mesures de toute nature pour évaluer, améliorer et diffuser les pratiques de médiation non judiciaires en matière de consommation» (article L534-7 du code de la consommation). Cette commission, présidée par une association de consommateurs (Orgeco), est composée de douze membres dont 5 représentants des

5 consommateurs, 5 représentants des professionnels et 2 personnalités qualifiées. Elle est, en outre, chargée d observer et d analyser les dispositifs de médiation de consommation, leurs modalités et leurs résultats, ainsi que l état des relations entre professionnels et consommateurs dans les secteurs ne disposant pas de dispositif de médiation. Elle rassemblera également des informations sur les pratiques de médiation de consommation dans d autres pays. Elle s attachera enfin à identifier les obstacles à la diffusion des pratiques de médiation de la consommation et elle proposera des solutions pour faciliter le développement de ces pratiques. La commission n a donc pas vocation a traité des litiges individuels. L objectif étant de permettre aux consommateurs de pouvoir accéder à la médiation, indépendamment du secteur concerné d ici au 1 er juillet BON A SAVOIR Des frais de justice à 35 MHM Juriste L article 54 de la loi n du 29 juillet 2011 de finances rectificative pour 2011 a introduit dans le code générale des impôts (article 1635 bis Q) une contribution financière à l aide juridique. Ainsi, depuis le 1 er octobre 2011, tout justiciable devra s acquitter d un droit de timbre de 35 (disponible chez le buraliste) en cas d introduction d une procédure judiciaire non pénale. Il s agit d une contribution unique pour la personne qui introduit l instance. Elle devra donc justifier s être acquittée de ces frais à peine que le juge ne prononce sa demande irrecevable, sauf régularisation de la situation. Toutefois cette contribution n est pas due en cas de procédure devant le juge des enfants, le juge de la liberté et de la détention, le juge des tutelles, et en cas de procédure collective et de procédure de surendettement des particuliers. De même, l aide juridique n est pas due pour les personnes bénéficiant de l aide juridictionnelle. REGIONS Le Pad du Pré Saint Gervais nous accueille L association Léo Lagrange Défense des Consommateurs reçoit depuis le 13 septembre les Gervaisiens au sein du Point d accès au droit de la ville dans le cadre d une permanence dédiée au surendettement. Il s agit de renseigner les gervaisiens en situation d endettement ou de surendettement et de constituer, avec leur concours, le dossier de surendettement. Cette permanence se tient deux fois par mois, les 2 ème et 4 ème mardi de 9h30 à 12h30 sur rendez-vous et remplit les conditions de gratuité et de confidentialité. Plus d info : PAD Pré Saint Gervais 53 rue André Joineau Le Pré Saint Gervais Tel : Les consommateurs mécontents Comme nous l indiquons sur notre site internet, nous ne répondons pas individuellement aux consommateurs qui nous saisissent par le biais du formulaire d alerte de la rubrique «vous nous alertez». Cependant, chaque mois, nous tentons de répondre à certains courriels de consommateurs qui nous exposent leurs litiges. Une question : Ma banque a refusé un chèque de 200 et nous mis en interdit bancaire, alors que nous avions placés sur d'autres comptes. En plus, dernièrement on nous a vendu des titres sans nous en informer, car nous avions demandé la fermeture du compte. Je n'ai toujours pas réussi à savoir si c'est courant mais j'ai du mal à accepter cela.

6 Léo répond : Tout d abord, le rejet de votre chèque de 200 s explique : le compte sur lequel votre chèque était tiré n était pas suffisamment approvisionné. Il a donc été rejeté et il en est résulté une interdiction bancaire. C est la conséquence du défaut de provision. Il importe peu en effet que vous possédiez au sein de la même banque, un ou plusieurs comptes créditeur pour un montant total de Chaque compte fonctionne en effet de manière indépendante. En revanche, la banque a commis une faute si elle a procédé à la vente de titres sans votre consentement. Elle ne peut agir que si elle reçoit un ordre exprès de votre part. Elle doit donc rétablir la situation antérieure à peine d engager sa responsabilité. Une colère : Je suis passé par un site qui s engage à aider les futurs auto entrepreneurs à s'installer et faire les déclarations liées au statut. Le site fonctionne très bien jusqu'à l'encaissement des frais de 75, mais après il devient impossible de remplir les formulaires pour activer la déclaration. Le mail de contact ne fonctionne pas non plus, et au téléphone l attente est payante (J'ai passé plus de 20 minutes au total!). J ai fini par abandonner. Mon courrier recommandé est, quant à lui, toujours en attente au bureau de poste! Léo répond : Vous pouvez signaler ces faits à la Direction de protection des populations où siège l entreprise pour qu elle effectue une enquête dans les locaux du vendeur. enfants et souhaiterais récupérer mon argent mais comment procéder? Léo répond : Hélas, il y a peu de chances de pouvoir récupérer les 1000 versés s il s agit d une faillite de l entreprise sauf si votre auto école avait souscrit une garantie financière. Celle-ci intervient justement en cas de défaillance de l auto école. Sinon, il ne vous reste plus qu à déclarer votre créance auprès du mandataire judiciaire désignée par le tribunal. Une question : J'ai demandé une résiliation pour motif légitime de l'abonnement de mobile de ma fille partie étudier aux USA. Le motif légitime m'a été refusé car je suis titulaire de l'abonnement. Ma fille, elle, n'a pas les moyens de payer. J'ai donc des redevances à cause de l'engagement de 24 mois. Léo répond : Il faut distinguer entre l utilisateur de la ligne et le titulaire du contrat. En l occurrence, c est vous qui avez souscrit le contrat d abonnement téléphonique même si dans les faits, c est votre fille qui est l utilisatrice exclusive de la ligne. Aussi, le motif légitime ne peut être invoquée dans votre affaire. Vous pouvez tenter de négocier malgré tout une remise partielle des sommes dues mais l opérateur n est pas obligé d accéder à votre demande. Une question : Mon fils loue depuis 2 ans une maison. Aujourd hui le bailleur demande un état des lieux tous les ans, est-il dans son droit? Léo répond : Evidemment non. L état des lieux contradictoire doit être établi en entrant dans les lieux et à la sortie du locataire (article 3 loi du 6 juillet 1989). Votre fils peut donc tout à fait refusé de procéder à cet état des lieux. Dans ce cas, même si le bailleur fait appel à un huissier de justice, il devra en supporter seul les frais puisqu il ne s agit pas d un état des lieux de sortie faisant suite à un préavis. Une question : Mon fils est inscrit dans une auto école. Après 1 leçon de conduite, la société a fermé alors que je leur avais versé 1000 euros. Je suis mère célibataire de trois Léo Lagrange Consommation 150, rue des poissonniers, Paris cedex 18 Tél Fax Directeur de publication : Marc Lagae Comité de rédaction : Ludivine Coly-Dufourt, Association Léo Lagrange pour la Défense des Consommateurs - 150, rue des poissonniers, Mélissa Howard-Maurice Paris cedex 18 leolagrange-conso.org

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

La réforme du crédit à la consommation «Lagarde»

La réforme du crédit à la consommation «Lagarde» La réforme du crédit à la consommation «Lagarde» Sommaire 1. Les objectifs de la réforme 2. Le calendrier 3. Les changements apportés 4. Les nouveaux documents 5. Pour en savoir plus 2 1. Les objectifs

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 17 Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette

Plus en détail

Protection des données personnelles et refus de crédit

Protection des données personnelles et refus de crédit GUIDE PRATIQUE Protection des données personnelles et refus de crédit ÉDITION 03/2003 Sommaire PRÉSENTATION page 2 VÉRIFIER QUE VOUS N ÊTES PAS FICHÉ A LA BANQUE DE FRANCE page 3 LES EXPLICATIONS POSSIBLES

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

Le FICP. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mai 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le FICP. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mai 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES 017 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Juillet 2012 n 17 crédit Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 26 octobre 2010 relatif au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux

Plus en détail

Distribution du crédit consommation en magasin : les établissements discrédités. UFC-Que Choisir de Redon

Distribution du crédit consommation en magasin : les établissements discrédités. UFC-Que Choisir de Redon Distribution du crédit consommation en magasin : les établissements discrédités UFC-Que Choisir de Redon 1 Introduction Rappel : notre enquête de début 2009 73 associations locales de l UFC-Que Choisir

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS Guide PROFESSIONNELS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS Guide PARTICULIERS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par la

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Connaissance du dispositif Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Affiche dans un centre d aide sociale Affiche dans une agence bancaire Panneau

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelamediationbancaire.com Le portail de la médiation bancaire lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) Ce

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : cles@fbf.fr

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler un litige avec ma banque? FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris

Plus en détail

Pour éviter le surendettement

Pour éviter le surendettement Pour éviter le surendettement Lister et classer ses dépenses dépenses fixes ou préengagées Dépenses réalisées dans le cadre d un contrat difficilement renégociable à court terme. Ces dépenses doivent être

Plus en détail

conditions générales de vente de l Exclusivité mobile francetvpluzz

conditions générales de vente de l Exclusivité mobile francetvpluzz SOLUTIONS VISIBILITÉ SOLUTIONS EFFICACITÉ SOLUTIONS SÉCURITÉ SOLUTIONS NOUVELLES ÉCRITURES ARCHITECTE DE SOLUTIONS campagnes 2014 conditions générales de vente de l Exclusivité mobile francetvpluzz Conditions

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Avenant au Règlement du jeu. «Tentez de gagner la création de votre site internet vitrine ou marchand»

Avenant au Règlement du jeu. «Tentez de gagner la création de votre site internet vitrine ou marchand» Avenant au Règlement du jeu La BANQUE DE SAVOIE, Société Anonyme au capital de six millions huit cent cinquante-deux mille cinq cent vingt-huit euros (6.852.528 euros), dont le Siège Social se situe 6,

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) L EIRL est une entreprise individuelle. Elle permet aux entrepreneurs individuels de mettre leur patrimoine personnel

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

L accès au crédit malgré un problème de santé

L accès au crédit malgré un problème de santé LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 12 L accès au crédit malgré un problème de santé Convention Belorgey FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE mise à jour avril 2005 Document réalisé en collaboration avec des associations

Plus en détail

Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX

Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX UESL Mai 2007 Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX OFFRE PREALABLE DE PRET : PRET PASS-TRAVAUX (établie en application des articles L 311-1 et suivants du code la consommation) Montant des dépenses

Plus en détail

Conditions Générales de Vente des Pré-Home mobile

Conditions Générales de Vente des Pré-Home mobile Conditions Générales de Vente France Télévisions Publicité, Société anonyme au capital de 38 100 euros ayant son siège social à Boulogne-Billancourt (92100), 64/70, avenue Jean-Baptiste Clément, SIREN

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Accueil Jeunes 11-17

Accueil Jeunes 11-17 République Française Ville de SaintCloud Pôle Petite enfance, Education, Jeunesse Présentation Accueil Jeunes 1117 Dossier administratif L accueil jeunes 1117 est une structure d accueil, située au 7 bis

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi ce document? La Poste souhaite apporter des solutions aux besoins de chaque client.

Plus en détail

Procédures. Le surendettement

Procédures. Le surendettement Vos droits Institutions Acteurs Procédures Le surendettement F i c h e p r a t i q u e Le surendettement Lorsqu une personne ne peut plus faire face à ses dettes, elle peut engager une procédure de surendettement.

Plus en détail

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise -

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise - DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES D ÎLE-DE-FRANCE ET DU DEPARTEMENT DE PARIS SITE REAUMUR 94 RUE REAUMUR - 75104 PARIS CEDEX 02 ACCUEIL DU PUBLIC : 8H35

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «Grand Jeu 3 000 remboursés»

REGLEMENT DU JEU «Grand Jeu 3 000 remboursés» REGLEMENT DU JEU «Grand Jeu 3 000 remboursés» ARTICLE 1 : ORGANISATEUR ET LOI APPLICABLE La Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Nord Europe, Société Anonyme coopérative de crédit à capital variable ayant

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 13 Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE juillet 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 GTG 2007 - GT1 V1 du 4 octobre 2006 PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 A- OBJET Cette procédure décrit les modalités de traitement, par le fournisseur et/ou le GRD, d une réclamation client adressée

Plus en détail

L E S M I N I - G U I D E S B A N C A I R E S

L E S M I N I - G U I D E S B A N C A I R E S Imprimé www.lesclesdelabanque.com PEFC par une imprimerie détentrice avec des encres végétales sur du papier marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées.

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Entre les soussignés: Nom Prénom Adresse (Si co-souscripteur) Nom Prénom Adresse Ci-après dénommé(s) «le Constituant ou le Souscripteur», Et (Le prêteur)

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 75 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 2 novembre 2011 PROPOSITION DE LOI visant à créer un fichier positif afin de lutter contre le surendettement, PRÉSENTÉE

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

LE GUIDE DU CREDIT A LA CONSOMMATION

LE GUIDE DU CREDIT A LA CONSOMMATION LE GUIDE DU CREDIT A LA CONSOMMATION INTRODUCTION L opprobre fut jeté sur le crédit. Accusé de tous les maux : causes du surendettement, décomposition des familles, suppôt de la société de consommation.

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Commission de surendettement Présentation du bilan 2013 Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Qu est-ce que la commission de surendettement? 12 FEVRIER 2014 Qu est-ce que le surendettement? o

Plus en détail

( ARTICLE(1(:(DEFINITIONS(

( ARTICLE(1(:(DEFINITIONS( EZBEAUTY CGU Dernière'mise'à'jour'le'15/07/2015' INTRODUCTION EZBEAUTY"laSociété")estuneplateformedemiseenrelationdestinéeàfaciliterlamiseenrelation,lacommunicationet lepaiemententre: i)despersonnesphysiquessouhaitantproposerdesprestationsdebeautéetbiencêtre"professionnels");et

Plus en détail

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION DIRECTION GENERALE 08, Bd Ernesto Che Guevara-16000 Alger. Tél: (021) 43.95.19/26/40/42/43/77-43.96.40 43.97.19/48/49/54/59/97. Email: dg@bna.dz DIRECTION MARKETING ET COMMUNICATION «DMC» 08, rue Amar

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Librairies francophones à l étranger

Librairies francophones à l étranger Centre national du livre Hôtel d Avejan - 53, rue de Verneuil - 75343 Paris Cedex 07 Tél. 00 33 (0)1 49 54 68 43 Fax 00 33 (0)1 45 49 10 21 site Internet : http://www.centrenationaldulivre.fr Librairies

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION. Entre M... Société... Pour le Centre... Situé... Tél. :... Fax :... dénommé par la suite «l adhérent» et

CONTRAT D ADHESION. Entre M... Société... Pour le Centre... Situé... Tél. :... Fax :... dénommé par la suite «l adhérent» et CONTRAT D ADHESION Entre M.... Société... Pour le Centre... Situé...... Tél. :... Fax :... dénommé par la suite «l adhérent» et Sonagora, SA Groupe Luz, 6 rue de l Abbé Groult, 75015 PARIS Dénommée par

Plus en détail

CHARTE DU SYSTEME D'ECHANGE LOCAL DU VAL D YERRES

CHARTE DU SYSTEME D'ECHANGE LOCAL DU VAL D YERRES CHARTE DU SYSTEME D'ECHANGE LOCAL DU VAL D YERRES Le principe d un Système d Echange Local (SEL) est d offrir la possibilité d échanger autrement et librement, en privilégiant le lien plutôt que le bien,

Plus en détail

La procédure de surendettement

La procédure de surendettement JUILLET 2012 N 22 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La procédure de surendettement 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS

CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS CREDIT MUNICIPAL DE TOULOUSE CONDITIONS ET TARIFS Tarifs en vigueur au 1 er juillet 2015 Sommaire Sommaire... 2 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS... 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE... 3

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

La protection de vos données personnelles

La protection de vos données personnelles LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 15 La protection de vos données personnelles FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE novembre 2004 Qu est-ce que la loi Informatique et Libertés? La loi Informatique et Libertés

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

AVANCE LOCA-PASS (1) Document à utiliser en cas de commercialisation à distance

AVANCE LOCA-PASS (1) Document à utiliser en cas de commercialisation à distance Annexe 4 (1) UESL- Août 2010 AVANCE LOCA-PASS (1) Document à utiliser en cas de commercialisation à distance OFFRE PREALABLE DE CREDIT (Articles L 311-1 et suivants du Code de la Consommation) Financement

Plus en détail

PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES

PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES Le présent Protocole contient les conditions d utilisation du système informatique de transmission électronique des soumissions (la TES) et prévoit les droits et les obligations

Plus en détail

Pour toute question supplémentaire, appelez le 05 56 52 75 23

Pour toute question supplémentaire, appelez le 05 56 52 75 23 Gestionet 53, rue Fondaudège 33 000 BORDEAU Tél : 05 56 52 75 23 GESTIONET & VOUS Quelle est la répartition des tâches entre Gestionet et le Propriétaire? 1 ) A l occasion du changement de locataire Lors

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

Une offre bancaire pleine d énergie pour faciliter votre logement

Une offre bancaire pleine d énergie pour faciliter votre logement OFFRE PACK INSTALL Banque Fédérale Mutualiste, la banque des agents du secteur public Une offre bancaire pleine d énergie pour faciliter votre logement MOINS DE 35 ANS BFM, partenaire du groupe Société

Plus en détail

Nom Prénom. Lieu de naissance Nationalité. Adresse de l étudiant(e) Tél. Portable. Langue vivante 1 Langue vivante 2. Année du bac Série N INE

Nom Prénom. Lieu de naissance Nationalité. Adresse de l étudiant(e) Tél. Portable. Langue vivante 1 Langue vivante 2. Année du bac Série N INE dossier d inscription IPSA PRIM 2015 Né(e) le Sexe F M Lieu de naissance Nationalité Adresse de l étudiant(e) Langue vivante 1 Langue vivante 2 Année du bac Série N INE Dernier établissement et classe

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

Désignation d un Commissaire aux Comptes titulaire et d un Commissaire aux Comptes suppléant à l APCM pour les exercices 2007 à 2012.

Désignation d un Commissaire aux Comptes titulaire et d un Commissaire aux Comptes suppléant à l APCM pour les exercices 2007 à 2012. Pouvoir adjudicateur : Assemblée Permanente des Chambres de Métiers (APCM) représentée par son président, Alain Griset 12 avenue Marceau - 75008 Paris Tél. 01 44 43 10 20 - Fax 01 47 20 34 48 www.apcm.com

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Entre les soussignés :

Entre les soussignés : 1 Entre les soussignés : - Association Française de la Dyskératose Congénitale (AFDC), association Loi 1901, créé le 5 avril 2007, déclarée en préfecture sous le numéro W343004458 (Journal Officiel du

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail