Ventilation non invasive :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ventilation non invasive :"

Transcription

1 synthèse Ventilation non invasive : indications dans l insuffisance respiratoire aiguë Rev Med Suisse 212 ; 8 : M.-E. Brunner A. Lyazidi J.-C. M. Richard L. Brochard Drs Marie-Eve Brunner et Jean-Christophe Marie Richard Aissam Lyazidi Pr Laurent Brochard Service des soins intensifs Département d anesthésiologie, pharmacologie et soins intensifs HUG, 1211 Genève 14 Non-invasive ventilation : indication for acute respiratory failure Mask or Non-invasive ventilation (NIV) is used for critically ill patients with acute respiratory failure (ARF) : acute exacerbation of chronic obstructive bronchopulmonary disease and severe cardiogenic pulmonary edema are considered as the best indications for NIV since it improves the outcome of these patients. This technique is also proposed for hypoxemic respiratory failure, with more various results. To be effective here, NIV must be established early enough and should not delay intubation if required. NIV is also proposed after invasive ventilation or in patients in whom endotracheal intubation is not desirable. Its use has increased and its effectiveness seems to have improved, due to a better understanding of the technique but also thanks to technological progress. La ventilation par masque ou non invasive (VNI) est utilisée dans la prise en charge des insuffisances respiratoires aiguës (IRA) : la bronchopneumopathie chronique obstructive en poussée et l œdème pulmonaire cardiogénique grave sont les indications de choix car la VNI améliore le pronostic vital des patients. Elle est aussi utilisée dans les IRA hypoxémiantes, groupe assez hétérogène, avec des résultats plus variables. Pour être efficace, elle doit alors être instaurée tôt et ne pas retarder une éventuelle intubation. La VNI est également proposée après extubation pour prévenir une détérioration, et quand l intensité des soins est limitée et l intubation endotrachéale non souhaitée. Globalement, l utilisation et l efficacité de la VNI s améliorent grâce à une meilleure connaissance de la technique et aux progrès technologiques. introduction La ventilation artificielle est une technique qui a été historiquement associée à la naissance de la réanimation et de la médecine intensive. 1 La ventilation est dite invasive quand la pression positive délivrée par le ventilateur se fait à travers une sonde d intubation endotrachéale ou une trachéotomie. Elle est dite non invasive (VNI) quand c est une interface de type masque (nasal ou facial) qui fait le lien entre le ventilateur et le patient (figure 1). La VNI, proposée aux soins intensifs dans les années 8, s est progressivement et largement imposée au cours des vingt dernières années, suite aux résultats de nombreuses études et essais randomisés qui ont prouvé son efficacité physiologique et son impact sur la mortalité. La plus reconnue de ses indications est la décompensation de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). 2,3 Parallèlement, la VNI a vu ses indications s élargir et son utilisation se démocratiser dans différents types d unités (préhospitalière, urgences, soins intensifs, pneumologie). 4,5 Dans cet article, nous discuterons les principales indications de la VNI dans les situations d urgence et son efficacité dans les différents types d insuffisance respiratoire aiguë (IRA). La VNI peut en effet être utilisée chez les patients qui présentent une insuffisance respiratoire ou cardiaque chronique acutisée ou une insuffisance respiratoire survenant sur des poumons antérieurement sains (IRA de novo). bases physiopathologiques Le bénéfice de la VNI repose sur l idée que la ventilation en pression positive délivrée via un masque fermement ajusté sur le nez et/ou la bouche du patient permet, malgré des fuites que l on ne peut totalement supprimer, d approcher l efficacité de la ventilation dite invasive tout en en limitant les complications liées à la sonde d intubation. Les différents modes de ventilation habituellement utilisés en ventilation invasive peuvent êtres utilisés en VNI. Néanmoins, c est la ventilation dite spontanée en aide inspiratoire (VSAI), où deux niveaux de pressions 2382 Revue Médicale Suisse 12 décembre 212

2 A C Figure 1. Exemples de masque A. Masque nasal ; B. Casque ou Helmet ; C. Masque oro-nasal ; D. Masque total face. sont réglés, qui est la plus utilisée. La pression de fin d expiration, pression expiratoire positive (PEP ou encore EPAP pour expiratory airway pressure), augmente le volume pulmonaire de fin d expiration et permet dans certains cas de maintenir ouverts des territoires pulmonaires instables. Elle permet aussi de contrebalancer l existence d une pression positive intrinsèque secondaire à l hyperinflation dynamique présentée par les patients obstructifs. Elle correspond à la pression réglée dans les modes «CPAP» (continuous positive airway pressure), utilisés dans le syndrome d apnées du sommeil ou l œdème aigu du poumon. La pres sion inspiratoire (IPAP inspiratory airway pressure) délivrée par le ventilateur au-dessus de la PEP lors de chaque insufflation est communément appelée aide inspiratoire. C est cette pression (5 à 15 cmh 2 O environ) qui, en venant s ajouter à celle générée par les muscles respiratoires, permet de réduire l effort respiratoire et augmente le volume courant. Au cours de la décompensation de BPCO, la VNI permet de mettre au repos au moins en partie la musculature respiratoire. 5,6 La PEP vient contrecarrer la distension pulmonaire observée en raison du collapsus bronchique (PEP intrinsèque). Ainsi, la VNI améliore les gaz du sang en diminuant l hypoxémie d une part et en corrigeant l hypercapnie par l augmentation de la ventilation alvéolaire d autre part. Dans les IRA de novo, où le problème principal est souvent l hypoxémie, la VNI permet de réduire le travail respiratoire et de corriger l hypoxémie. L efficacité de la techni que dans cette indication où l altération des échanges gazeux prédomine est moins certaine comparativement à la BPCO où c est la fonction pompe du système respiratoire qui est principalement atteinte. L indication et donc l efficacité de la VNI sont donc liées à la physiopathologie du type d insuffisance respiratoire présentée par le patient. 7 B D aspect technique de la ventilation non invasive La synchronisation patient-ventilateur est un point capital au cours de la VNI car elle est déterminante du confort et du succès de la technique. 8 Théoriquement, une synchronisation parfaite entre le patient et le ventilateur ferait coïncider l insufflation du ventilateur avec l inspiration du patient et la fin de l inspiration avec le cyclage en expiration. La principale cause de désynchronisation entre le patient et le ventilateur au cours de la VNI est liée à l existence quasi permanente de fuites autour du masque. Des inspirations prolongées peuvent se produire lorsqu il existe des fuites inspiratoires. Elles se traduisent par l incapacité du ventilateur à stopper son insufflation, ce qui est ressenti désagréablement par le patient. Cet effet est d autant plus marqué que l on utilise des pressions inspiratoires plus élevées. Les fuites expiratoires peuvent simuler un effort du patient lié à une perte de pression dans les voies aériennes ou un débit supplémentaire dans la fuite, simulant pour le ventilateur un effort inspiratoire. La machine déclenche alors un cycle non désiré par le patient. Ces cycles machines, appelés autodéclenchements, sont parfois difficiles à détecter et sont également inconfortables pour le malade. Dernièrement, les fabricants ont intégré des modes spécifiques pour la VNI sur les ventilateurs de soins intensifs. L objectif repose sur la détection et la compensation des fuites. Il offre aussi la possibilité de limiter le temps d insufflation pour éviter les insufflations trop prolongées. Les ventilateurs de domicile ont depuis longtemps intégré des logiciels spécifiques adaptés à la VNI. On peut classifier les ventilateurs qui peuvent être utilisés pour la VNI selon trois catégories : les ventilateurs à turbine de VNI pour le domicile, les ventilateurs à turbine dédiés à la VNI et adaptés aux urgences et aux soins intensifs et les ventilateurs de réanimation/soins intensifs présentant un mode dédié VNI. Les ventilateurs à turbine sont le plus souvent des ventilateurs à simple circuit avec une valve expiratoire déportée et ne contrôlent pas la fraction inspirée d oxygène. Les modèles plus récents dédiés à la VNI en réanimation sont équipés de circuits double branche (inspiratoire et expiratoire), comme les ventilateurs de réanimation. Globalement, les ventilateurs de type turbine ont su développer une technologie adaptée au problème des fuites, qui sont facilement compensées par le débit continu généré par la turbine. Les modes VNI des ventilateurs de réanimation ont cependant nettement amélioré les performances de ces derniers pour ce qui est de la gestion des fuites et de leurs conséquences. Plusieurs études récentes réalisées sur banc d essai vont dans ce sens. Ces travaux montrent que les asynchronies liées aux fuites (autodéclenchements et insufflations prolongées) sont significativement réduites si le mode VNI est activé. Les ventilateurs dédiés à la VNI (turbines) semblent parfois encore plus efficaces puisque sur certains modèles ce type d asynchronies disparaît presque totalement (figure 2). Le choix entre ces différents ventilateurs dépend entre autres des performances techniques à se synchroniser à la respiration du patient en présence de fuites, la facilité d utilisation, les outils de monitorage, sans oublier le coût Revue Médicale Suisse 12 décembre

3 Débit Pression des voies aériennes Activité électrique du diaphragme 2 1,5 1,5 -, ,2,1 -,1 -,2 -,3 (L/s) (cmh 2 O) Insufflation prolongée Autodéclenchement Fréquence d utilisation des ventilateurs (%) Ventilateurs domicile Ventilateurs turbine (VNI) Ventilateurs réanimation Figure 2. Tracés de débit et pression en fonction du temps Cette figure illustre les tracés de débit et pression en fonction du temps tels qu on peut les observer sur un écran de ventilateur. L activité respiratoire spontanée du malade est représentée par l activité électrodiaphragmatique. Le premier cycle en partant de la gauche est un cycle «normal» déclenché par le malade, le deuxième est également déclenché par le malade mais le temps d insufflation du ventilateur se prolonge en raison de fuites de fin d inspiration (insufflation prolongée) qui ne permettent pas au ventilateur de reconnaître la fin de l inspiration du patient. Le cycle de droite survient avant la contraction du diaphragme, c est un cycle autodéclenché. et la fiabilité du matériel. Dans les pays européens, les ventilateurs de réanimation restent principalement utilisés alors que l inverse est observé en Amérique du Nord. La figure 3 illustre la fréquence d utilisation des différents types de ventilateurs observée dans une étude de cohorte française et une étude de cohorte nord-américaine. ventilation non invasive dans les bronchopneumopathies chroniques obstructives décompensées L IRA, compliquant l évolution d une BPCO, représente l indication de choix de la VNI. En effet, les anomalies physiopathologiques observées chez les malades BPCO combinent une augmentation des résistances bronchiques, un collapsus des petites voies aériennes avec une limitation du débit expiratoire et une augmentation du volume pulmonaire (phénomène d hyperinflation dynamique). 6 Ces trois anomalies sont responsables d une importante augmentation du travail respiratoire qui conduit, en cas de décompensation, à une réduction du volume courant et à une augmentation de la PaCO 2 (pression artérielle en CO 2 ). Les symptômes de l hypercapnie sont l hypertension artérielle, une transpiration profuse, puis un retentissement neurologique pour lequel l intubation a longtemps été considérée comme partie intégrante du traitement. De nombreux travaux physiologiques ont montré que la pression positive (aide inspiratoire), délivrée lors de chaque cycle de VNI, permet de réduire le travail respiratoire, d augmenter le volume courant et la ventilation minute et ainsi de réduire la PaCO 2. 6 Les données physiologiques sur l efficacité de la VNI en cas de BPCO ont été confirmées dans les années 9 par les Réanimations françaises Réanimations nord-américaines Figure 3. Démonstration de la différence des machines VNI utilisées entre la France et les Etats-Unis résultats d essais multicentriques randomisés, qui ont rapporté un bénéfice de la technique dans cette indication sur la réduction du nombre d intubations et sur la mortalité. En 1993, Bott et coll. montrent, pour la première fois, une diminution de la mortalité des patients BPCO avec une étude contrôlée randomisée comparant le traitement conventionnel de la BPCO versus traitement conventionnel et VNI. 2 Brochard et coll. mettent en évidence également une diminution du taux d intubations et de la période d hospitalisation, tout en confirmant la diminution de la mortalité (figure 4). 3 Par la suite, d autres essais randomisés contrôlés, méta-analyses et études observationnelles viendront confirmer ces observations, démontrant ainsi que les résultats de la VNI observés dans les essais peuvent êtres transposés dans la pratique. Ce bénéfice est par ailleurs une réalité que nous observons tous les jours dans notre pratique. A côté de son effet direct sur la physiopathologie respiratoire, le bénéfice de la VNI en cas de BPCO repose également sur le caractère non invasif de la technique, qui limite significativement les nombres d infections respira- Pourcentage (%) Intubation Mortalité selon Brochard VNI Standard Mortalité selon Bott Figure 4. Effet de la VNI sur la mortalité et l intubation du patient BPCO Selon les articles de Brochard 3 et Bott Revue Médicale Suisse 12 décembre 212

4 toires et non respiratoires. 9 Ce dernier point est fondamental car il nous rappelle que le bénéfice escompté avec la VNI passe par une moindre «invasivité» de la technique et donc une réduction escomptée des complications qui lui sont associées. Actuellement, la VNI est indiquée par toutes les recommandations d experts comme le traitement de référence (gold standard) et de première intention chez un patient BPCO décompensé (ph m 7,35). On discutera cependant l indication de la VNI au cas par cas chez les patients peu acides (ph L 7,35) au vu du manque de preuves de l utilité de ce traitement chez les patients peu sévères. 1 Actuellement, on assiste à une généralisation de cette technique, avec une augmentation claire de l utilisation de la VNI en première intention de 4 à 16% dans des grandes enquêtes internationales incluant toutes les admissions en réanimation. 11 On observe également une augmentation de la sévérité des patients à qui l on propose la VNI et même, dans certains cas, des patients chez lesquels une intubation serait indiquée suite à un échec de traitement conventionnel. 12 S il est relativement facile de poser l indication à une VNI chez un patient en décompensation BPCO, il est moins aisé d en prédire l efficacité. Plusieurs études ont tenté de mettre en évidence des critères prédictifs d échec de la VNI et donc du risque d intubation. L absence d amélioration après deux heures de traitement par VNI du ph, de la fréquence respiratoire ou du score de Glasgow est un signe d échec. œdème pulmonaire aigu cardiogénique (oap) L OAP est probablement l indication la plus ancienne et classique de la ventilation en pression positive. Les effets bénéfiques hémodynamiques et respiratoires de la CPAP dans l OAP ont été largement étudiés. Bersten 13 décrit, en 1991, une réduction de l intubation chez les patients bénéficiant de CPAP en plus du traitement conventionnel par rapport au groupe ne recevant pas d assistance respiratoire. Dans cette indication où l altération des échanges gazeux s associe à une altération de la mécanique respiratoire (baisse de la compliance), parfois responsable d une hypoventilation alvéolaire, la VNI à deux niveaux de pression (VSAI) est une alternative à la CPAP. Plusieurs essais randomisés montrent que la CPAP permet de réduire significativement le nombre d intubations. 13 De même, le bénéfice de la VNI en VSAI a été montré à travers des méta-analyses et des essais multicentriques randomisés, qui sug gèrent que ce bénéfice est particulièrement vrai dans le sous-groupe des malades hypercapniques. 14 Cette observation est cohérente avec la physiopathologie de l OAP hypercapnique où une limitation de la musculature respiratoire à maintenir une ventilation adaptée aux besoins semble pré pondérante. Une controverse a existé sur l efficacité respec tive de ces deux techniques dans l OAP, suite à une étude qui montrait que la VNI en VSAI était associée à significativement plus d événements cardiovasculaires ischémiques. 15 Cet effet n a cependant plus été retrouvé par la suite et le choix se fait souvent en fonction de l endroit où le patient est pris en charge (service d urgence vs soins intensifs par exemple) et de la technique qui y est le mieux maitrisée. Pour autant, le bénéfice de ces deux techniques sur l intubation et même de la mortalité à la phase aiguë de l OAP, en particulier chez les malades hypercapniques et ou âgés, est largement admis. insuffisance respiratoire aiguë de novo L appellation IRA de novo fait référence aux pathologies pulmonaires survenant sur des poumons antérieurement sains, s opposant ainsi à l IRA compliquant une maladie respi ratoire chronique. Ce terme regroupe donc des pathologies très différentes les unes des autres (atélectasies postopératoires, pneumonies infectieuses, acute lung injury (ALI) dont la forme la plus grave est représentée par le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA)). Ce groupe très hétérogène représente un large collectif de malades dont certains pourraient bénéficier de la VNI. Cependant, la lecture des études sur ce sujet est rendue complexe par la diversité des malades inclus dans les études. A titre d exemple, le bénéfice de la VNI dans les pneumopathies communautaires graves, suggéré par certaines études et réfuté par d autres, semble être souvent lié aux bénéfices observés chez les malades hypercapniques. 16 L hypoxémie présente à des degrés divers chez ces malades est responsable d une augmentation de la commande respiratoire qui se traduit par une augmentation de la ventilation minute qui peut, dans certains cas extrêmes, se compliquer de fatigue musculaire ou d un arrêt respiratoire, en particulier en cas d insuffisance circulatoire associée. Dans ce contexte, la VNI permet d une part de préserver les échanges gazeux par l effet combiné de la PEP et la possibilité d accroître l oxygénation et de diminuer la FIO 2 (fraction inspirée en oxygène), et d autre part de soulager en partie l effort respiratoire par un effet direct mécanique. Dans une étude physiologique où étaient comparés les effets respectifs de la CPAP et de la VSAI sur les échanges gazeux et l effort respiratoire en cas d IRA, les auteurs montraient que seule la VSAI permettait de réduire l effort respiratoire et la dyspnée. 17 Des études ont montré que la VNI pouvait réduire le risque d intubation et même de mortalité chez des malades présentant un risque élevé dès lors qu ils sont intubés. C est le cas des malades d hématologies et immunodéprimés. 18,19 Des résultats comparables ont été observés après chirurgie pulmonaire, là aussi probablement en raison d un risque particulièrement élevé associé à la réintubation. 2 Ces résultats très encourageants ne peuvent être transposés dans la pratique à toutes les catégories d IRA de novo. Dans un essai randomisé de Delclaux et coll., la survie n était pas améliorée par l administration systématique de CPAP à des malades présentant une IRA de novo comparée au traitement con ventionnel basé sur l oxygénothérapie délivrée par un simple masque enrichisseur d oxygène. Certains patients assignés au groupe CPAP ont présenté un arrêt cardiorespiratoire suite à l arrêt de la ventilation. Ce point est important car il illustre que c est parce que la technique est efficace sur l oxygénation, que son interruption non planifiée peut précipiter l évolution et qu une intubation plus précoce était indiquée. 21 Dans ce contexte, il est important que la VNI, même quand elle est jugée efficace sur l oxygénation, ne Revue Médicale Suisse 12 décembre

5 retarde pas l intuba tion si celle-ci s avère nécessaire en raison d une péjoration respiratoire ou de la dyspnée. De nombreux travaux et une méta-analyse sur la VNI dans cette indication confirment que le bénéfice de la VNI en cas d IRA de novo est mince dès lors qu on exclut les malades hypercapniques. 22 Dans une étude observationnelle française, comparant le devenir de plus de 2 malades avec une IRA de novo à celui d un groupe semblable de malades présentant une décompensation de maladie respiratoire chronique et/ou un OAP, l échec de la VNI était associé à une augmentation du risque de décès en cas d IRA de novo. A l inverse, l échec de la VNI n augmentait pas le risque de mortalité des malades BPCO ou en OAP. Ces résultats sont importants car ils confirment l importance de tenter et de persévérer avec la VNI chez les malades hypercapniques, alors que l absence d amélioration rapide doit faire envisager l intubation en cas d IRA de novo. 7 autres indications de la ventilation non invasive La VNI a vu son utilisation augmenter ces dernières années dans les indications classiques précédemment discutées, avec des résultats qui semblent s améliorer, chez des patients dont la précarité clinique ne fait pourtant que croître. 4,7,8 Parallèlement, la VNI se développe dans des indications qui se diversifient d une part en amont de l intubation, en préhospitalier aux urgences et aux soins intensifs et d autre part au décours de l extubation, en relais ou pour prévenir la réintubation. 23,24 La VNI pourrait aussi être intéressante pour des pathologies transitoires et aussi diverses que l asthme ou les décompensations de syndrome thoracique aigu dans le cadre de la pathologie drépanocytaire. 25,26 Enfin, la VNI est de plus en plus utilisée avant une intubation pour mieux préparer et préoxygéner le patient. 27 Une dernière catégorie de patients allant en augmentant est représentée par ceux chez qui l intubation endotrachéale n est pas souhaitée, soit en raison de leur âge et de leurs comorbidités, soit de par le souhait du patient, de l entourage familial et médical et le plus souvent à la suite de discussions multidisciplinaires. Certaines données suggèrent que la VNI reste un traitement efficace dans ces conditions, en particulier en cas de BPCO et d OAP. Des données récentes montrent enfin que si la mortalité hospitalière est plus élevée que dans des indications sans limitation de traitement, la qualité de vie offerte à ces patients dans les mois qui suivent est tout à fait comparable aux autres patients et justifie donc cette approche. 28 conclusion Ces vingt dernières années, le développement de la VNI a changé la face des soins intensifs. Le bénéfice de cette technique, dans les indications considérées comme émergentes dans les années 9, est aujourd hui reconnu par tous, ce qui positionne cette technique comme incontournable, notamment chez les patients BPCO et les décompensations cardiaques. La VNI est un recours dans de nombreuses autres indications, avec des résultats variables selon les pathologies et la gravité. La prudence est de mise dans les IRA de novo dès lors que l évolution se dégrade malgré le traitement, indiquant ainsi qu il faut absolument éviter de repousser l intubation quand elle devient nécessaire. Parce que la VNI est efficace sur les échanges gazeux et qu elle limite la fatigue respiratoire et la sensation de dyspnées, il faut détecter les situations où le risque lié à son interruption pourrait compliquer l évolution du malade. Les progrès technologiques des ventilateurs et des interfaces ont contribué largement à la diffusion de la technique. > > > Implications pratiques La ventilation non invasive peut aujourd hui être considérée comme un traitement à part entière des décompensations de bronchopneumopathie chronique obstructive Son efficacité dans la prise en charge de l œdème pulmonaire aigu, en particulier hypercapnique, est également incontestable Son intérêt dans l insuffisance respiratoire aiguë de novo (hypoxémique) est plus discutable et, dans cette indication, le recours à l intubation ne doit pas être différé Bibliographie 1 Lassen HC. Treatment of bulbar poliomyelitis, with special consideration of urgent therapy in acute respiratory insufficiency. Ugeskr Laeger 1952;114: * Bott J, et al. Randomised controlled trial of nasal ventilation in acute ventilatory failure due to chronic obstructive airways disease. Lancet 1993;341: ** Brochard L, et al. Noninvasive ventilation for acute exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease. N Engl J Med 1995;333: Carlucci A, et al. Changes in the practice of noninvasive ventilation in treating COPD patients over 8 years. Intensive Care Med 23;29: Demoule A, et al. Increased use of noninvasive ventilation in French intensive care units. Intensive Care Med 26;32: Brochard L, et al. Reversal of acute exacerbations of chronic obstructive lung disease by inspiratory assistance with a face mask. N Engl J Med 199;323: ** Demoule A, et al. Benefits and risks of success or failure of noninvasive ventilation. Intensive Care Med 26;32: ** Carlucci A, et al. Noninvasive versus conventional mechanical ventilation. An epidemiologic survey. Am J Respir Crit Care Med 21;163: Girou E, et al. Association of noninvasive ventilation with nosocomial infections and survival in critically ill patients. JAMA 2;284: ** Keenan SP, et al. Which patients with acute exacerbation of chronic obstructive pulmonary disease benefit from noninvasive positive-pressure ventilation? A systematic review of the literature. Ann Intern Med 23;138: Esteban A, et al. Evolution of mechanical ventilation in response to clinical research. Am J Respir Crit Care Med 28;177: Conti G, et al. Noninvasive vs. conventional mechanical ventilation in patients with chronic obstructive pulmonary disease after failure of medical treatment in the ward : A randomized trial. Intensive Care Med 22; 28: * Bersten AD, et al. Treatment of severe cardiogenic pulmonary edema with continuous positive airway pressure delivered by face mask. N Engl J Med 1991; 325: * Nava S, et al. Noninvasive ventilation in cardiogenic pulmonary edema : A multicenter randomized trial. Am J Respir Crit Care Med 23;168: Mehta S, et al. Randomized, prospective trial of bilevel versus continuous positive airway pressure in acute pulmonary edema. Crit Care Med 1997;25: Confalonieri M, et al. Acute respiratory failure in patients with severe community-acquired pneumonia. A prospective randomized evaluation of noninvasive ventilation. Am J Respir Crit Care Med 1999;16: Revue Médicale Suisse 12 décembre 212

6 17 * L Her E, et al. Physiologic effects of noninvasive ventilation during acute lung injury. Am J Respir Crit Care Med 25;172: Antonelli M, et al. Noninvasive ventilation for treatment of acute respiratory failure in patients undergoing solid organ transplantation : A randomized trial. JAMA 2;283: Hilbert G, et al. Noninvasive ventilation in immunosuppressed patients with pulmonary infiltrates, fever, and acute respiratory failure. N Engl J Med 21;344: Auriant I, et al. Noninvasive ventilation reduces mortality in acute respiratory failure following lung resection. Am J Respir Crit Care Med 21;164: Delclaux C, et al. Treatment of acute hypoxemic nonhypercapnic respiratory insufficiency with continuous positive airway pressure delivered by a face mask : A randomized controlled trial. JAMA 2;284: Keenan SP, et al. Intensive care unit survivors have fewer hospital readmissions and readmission days than other hospitalized patients in British Columbia. Crit Care Med 24;32: Nava S, et al. Noninvasive mechanical ventilation in the weaning of patients with respiratory failure due to chronic obstructive pulmonary disease. A randomized, controlled trial. Ann Intern Med 1998;128: Esteban A, et al. Noninvasive positive-pressure ventilation for respiratory failure after extubation. N Engl J Med 24;35: Meduri GU. Noninvasive positive-pressure ventilation in patients with acute respiratory failure. Clin Chest Med 1996;17: Fartoukh M, et al. Early intermittent noninvasive ventilation for acute chest syndrome in adults with sickle cell disease : A pilot study. Intensive Care Med 21;36: Baillard C, et al. Noninvasive ventilation improves preoxygenation before intubation of hypoxic patients. Am J Respir Crit Care Med 26;174: Azoulay E, et al. Noninvasive mechanical ventilation in patients gaving declined tracheal intubation. Intensive Care Med 212 ; epub ahead of print. * à lire ** à lire absolument Revue Médicale Suisse 12 décembre

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

VNI pour décompensation aigue de BPCO

VNI pour décompensation aigue de BPCO VNI pour décompensation aigue de BPCO Jean-Michel Arnal Sce de réanimation polyvalente et hyperbare Hôpital Font Pré. Toulon jean-michel@arnal.org Rationnel De l obstruction à l hyperinflation Conséquences

Plus en détail

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP)

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP) Réanimation 2001 ; 10 : 744-9 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001955/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Indications, modalités, conduite, et arrêt de

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63)

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) INTRODUCTION Fin des années 80, débuts de la VNI version moderne. Technique répandue de plus en

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur

Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur F. Vargas G. Hilbert Département de Réanimation Médicale CHU Pellegrin-Tripode - Bordeaux DESC de Réanimation Médicale Toulouse 15 et 16 mars 2007

Plus en détail

Edito. Sommaire. contre le cancer. Les événements Vaincre le Cancer. Bulletin d information n 48 - Novembre 2013. Challenge Nathalie 2013

Edito. Sommaire. contre le cancer. Les événements Vaincre le Cancer. Bulletin d information n 48 - Novembre 2013. Challenge Nathalie 2013 nwl_mise en page // :5 Page Dossier : L expérimentation au service de la recherche Les événements Vaincre le Cancer contre le cancer Challenge Nathalie 0 Le challenge a été crée par Carla et Daniel VIGNERON,

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 188 (2004-2005) N 1 188 (2004-2005) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET modifiant le Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus en vue de favoriser l utilisation

Plus en détail

Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence. Indications

Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence. Indications Ventilation Non Invasive en Médecine d urgence Indications Jérôme CUNY 29 mai 2015 Collège Régional de Médecine d Urgence Nord-Pas-de-Calais EQUIPE FORMEE INDICATION POSEE VNI MATERIELS ADAPTES ET PERFORMANTS

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

ANTONELLO Marc Publications

ANTONELLO Marc Publications ANTONELLO Marc Publications ARTICLES Antonello M, Plages B. Le kinésithérapeute en service de réanimation polyvalente. Kinésither Sci. 1989 ;284 :15-21. Antonello M. La réalité de la réa. Kiné-Actualité,

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993

Quand et à quels patients proposer une ventilation à domicile au long. Constat de terrain : nombre de patients appareillés depuis 1993 DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus)

Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus) Conférence de consensus - Ventilation non invasive au cours de l insuffisance respiratoire aigue (nouveau-né exclus) R Robert 1, C Bengler 2, P Beuret 3, B Dureuil 4, G Géhan 5, F Joye 6, V Laudenbach

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35

points de repere Reste à charge des personnes bénéficiant de la CMU-C en 2010 septembre 2011 - numéro 35 septembre 2011 - numéro 35 points de repere Aujourd hui, plus de 4 millions de personnes ont, au titre de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), une protection complémentaire gratuite.

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet La Capnographie Intérêt en médecine d urgence Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet Introduction Les recommandations des sociétés savantes ( pour la France SFMU,SFAR,SRLF) pour le monitorage du

Plus en détail

La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO

La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO La ventilation non invasive à domicile dans la BPCO Dr Marjolaine Georges Dr Jésus Gonzalez-Bermejo Pr Thomas Similowski Unité d appareillage respiratoire de domicile Service de Pneumologie et Réanimation

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts EDUS 1101 Méthodologie de l observation Mme Joëlle Berrewaerts Les différentes phases d une recherche 6 grandes phases : (processus dynamique!) 1) Définir la PROBLEMATIQUE de départ (QP de recherche) +

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

TABLEAU DES ENTREVUES

TABLEAU DES ENTREVUES TABLEAU DES ENTREVUES Ce tableau regroupe les descriptions de toutes les entrevues réalisées auprès des éducatrices et éducateurs spécialisés. Pour chacun des thèmes, des suggestions de questions en lien

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

Détresse respiratoire aiguë

Détresse respiratoire aiguë Détresse respiratoire aiguë 1 I. PHYSIOPATHOLOGIE DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË II. DIAGNOSTIC, BILAN ET RECHERCHE D UNE ÉTIOLOGIE III. CONDUITE À TENIR INITIALE DEVANT UNE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Des établissements et services confrontés aux réformes des formations

Des établissements et services confrontés aux réformes des formations La réforme du diplôme d Etat d éducateur spécialisé a-t-il eu des incidences sur la coopération entre centres de formation et établissements et services? Qu observe-t-on de la place qui est la mienne,

Plus en détail

La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet

La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet Accident du travail ou de trajet : la santé du salarié peut, du fait ou à l occasion de son travail, se trouver altérée. Il bénéficie

Plus en détail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Emploi 3 Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Jean-François Giret, Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini * Les nouvelles générations d actifs sont beaucoup plus diplômées qu il y a trente

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Energie solaire de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse

IASC evaluation de l approche cluster phase 2 Rapport Synthèse IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif, AVRIL 2010 Evaluation de l Approche Cluster 2 Rapport Synthèse Julia Steets, François Grünewald, Andrea Binder, Véronique de Geoffroy, Domitille

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE

LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE SPECIALITE : TECHNICO-COMMERCIAL EN PRODUITS INDUSTRIELS Arrêté d habilitation : 20014020 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Jean-Michel SOMMER Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Brigitte MUNOZ PEREZ Démographe - C.E.R.C.R.I.D. - UMR 5137, Université de Lyon, Université

Plus en détail

L Union européenne en quête de cohésion Les fonds européens participent-ils à la réduction des inégalités territoriales?

L Union européenne en quête de cohésion Les fonds européens participent-ils à la réduction des inégalités territoriales? L Union européenne en quête de cohésion Les fonds européens participent-ils à la réduction des inégalités territoriales? AUTEUR Sébastien BOURDIN RÉSUMÉ La politique de cohésion de l UE a fêté ses vingt

Plus en détail

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine

Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine Argumentation et lecture d image - Inspirations de l enseignement littéraire en France pour celui en Chine SISU Doctorante en lettres Universités de Wuhan et de Bordeaux 3 Résumé : Lors de nos recherches

Plus en détail

Le grafcet et les modes de marches

Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches... 1 Le gemma... 2 Exemple corrigé : Tri de caisse... 6 Exercice : Machine de conditionnement par lot de 3 paquets... 9 Les Modes de

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU

LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU DOSSIER DE PRESSE LA MEDIATION DE L EAU : UN ACTEUR INCONTOURNABLE DANS LE SECTEUR DE L EAU CONFERENCE DE PRESSE du 24 mars 2011 www.mediation-eau.fr Agence Point Virgule Claire-Anne Brule Solenn Morgon

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE. GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles

2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE. GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles 2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles 0 Introduction Nous sommes quatre élèves de terminale S au lycée Hoche de Versailles : Cyril

Plus en détail

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR Fonctionnement administratif et financier 2014 2 Rapport du directeur sur le fonctionnement administratif et financier (prévu à l'alinéa 2 de l'article

Plus en détail

TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception

TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception Par Olivier Artur et Christophe Lotz, Alcatel CIT et Aster Ingénierie La difficulté d'accès aux équipotentielles

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014

Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 Paiement des conseils L importance des options proposées août 2014 15 août 2014 PAIEMENT DES CONSEILS L IMPORTANCE DES OPTIONS PROPOSÉES I. Introduction Les Canadiens ont accès à des marchés de produits

Plus en détail

Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu

Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu DOSSIER DE PRESSE Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu Le 16 mars 2016 1 Sommaire Éditorial... 5 Une modernisation de la gestion de l impôt sur le revenu

Plus en détail

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants FICHE 1a Fiche à destination des enseignants TS 25 Les défis de l'aéronautique au XXIème siècle Type d'activité Activité documentaire ; utilisation de TIC en classe. Notions et contenus du programme de

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LES PENSIONS DE RÉVERSION n LC 167 Décembre 2006 - 3 - LES PENSIONS DE RÉVERSION Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux Mécanismes des maladies Les échanges gazeux Pourquoi les patients sont-ils hypoxémiques? Le shunt Les malades atteints d œdème pulmonaire (OAP, SDRA) sont hypoxémiques du fait d un shunt intrapulmonaire.

Plus en détail

LA VEINE JUGULAIRE INTERNE (abord percutané)

LA VEINE JUGULAIRE INTERNE (abord percutané) LA VEINE JUGULAIRE INTERNE (abord percutané) Cette voie veineuse profonde donne un accès à la veine cave supérieure et répond ainsi à de nombreuses situations: apports liquidiens importants, alimentation

Plus en détail

Trachéotomie en 2010

Trachéotomie en 2010 Trachéotomie en 2010 Choix des indications et Résultats des différentes Etudes J.-F. Muir Service de Pneumologie et USIR CHU de Rouen Trachéotomie: 2 perspectives Prise en charge d une IRA et sevrage

Plus en détail

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45.

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Article «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/44308ac Note :

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development A usage officiel C(2015)65/REV1 Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 21-May-2015 Français - Or. Anglais CONSEIL C(2015)65/REV1

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA?

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? Du 25 au 27 septembre se tiendra à New York l'assemblée générale des Nations Unies durant laquelle les chefs

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilité et de transparence en fin de rapport EUR / USD Recul prononcé.

Plus en détail

Pédagogie, politique, démocratie participative

Pédagogie, politique, démocratie participative Pédagogie, politique, démocratie participative Raymond Millot La désaffection politique mine le corps social. L idée de démocratie participative apparaît comme un antidote. Sa mise en œuvre nécessite l

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

FEDRE Forum européen

FEDRE Forum européen FEDRE Forum européen Changements climatiques: Energie et Mobilité Genève, 23-27 janvier 2006 1. Introduction Développement des biocarburants en Europe: situation actuelle et perspectives Dr E. Gnansounou

Plus en détail

Démarche de développement des. transformation Lean

Démarche de développement des. transformation Lean Démarche de développement des compétences des cadres pour une transformation Lean Stéphanie Thibert, Richard Cloutier et Pierre Collerette Direction des ressources humaines Le 23 mai 2014 Contexte initial

Plus en détail

L assurance chômage en Europe

L assurance chômage en Europe L assurance chômage en Europe Unédic - 18 octobre 2012 AJIS Principes fondateurs de la protection sociale Deux logiques Les systèmes de protection sociale appartiennent à deux grandes familles - ceux qui

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Adoptée par le conseil d administration lors de sa 304 e assemblée, le 17 juin 2014 (résolution n o 2718) Dans cette politique, le masculin

Plus en détail

DU Lyon 2015. Méthodes de mesure. Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) NICE-SUGAR : - Glycémie artérielle ou capillaire ou laboratoire

DU Lyon 2015. Méthodes de mesure. Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) NICE-SUGAR : - Glycémie artérielle ou capillaire ou laboratoire Méthodes de mesure Précision inégale Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) Comparaison de la glycémie capillaire versus laboratoire Réanimaiton polyvalente (80 patients sur 4 mois) NICE-SUGAR : - Glycémie

Plus en détail

INTRODUCTION. Mise en contexte

INTRODUCTION. Mise en contexte Étude des distributions de racines fines d arbres et de fourrage en fonction de la profondeur et de la distance aux arbres dans un système agroforestier de cultures intercalaires Léa BOUTTIER, étudiante

Plus en détail

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010 Le marché des bureaux NIMES Bilan 1 er semestre 29 Septembre 29 Prochaine parution : Février 21 Dynamique régionale Scenarii économiques fortement dégradés, crise financière avérée et globalisée, le 1er

Plus en détail

ÉTAT DES PROGRÈS RÉALISÉS VERS L ATTEINTE DES OBJECTIFS DE L EPT EN AFRIQUE CENTRALE ET CONTRIBUTION A LA REFLEXION SUR L AGENDA POST-2015

ÉTAT DES PROGRÈS RÉALISÉS VERS L ATTEINTE DES OBJECTIFS DE L EPT EN AFRIQUE CENTRALE ET CONTRIBUTION A LA REFLEXION SUR L AGENDA POST-2015 RAPPORT REGIONAL CEEAC ÉTAT DES PROGRÈS RÉALISÉS VERS L ATTEINTE DES OBJECTIFS DE L EPT EN AFRIQUE CENTRALE ET CONTRIBUTION A LA REFLEXION SUR L AGENDA POST-2015 Janvier 2015 1 AVANT PROPOS Le rapport

Plus en détail

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte

Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Authentification mobile Instauration d un commerce sécurisé sans contrainte Le commerce mobile est en plein essor 58 % Plus de 1,7 milliards de clients disposeront d un smartphone d ici 2018 1 des opérations

Plus en détail

Nourrisson, pédiatrique, adulte

Nourrisson, pédiatrique, adulte Nourrisson, pédiatrique, adulte En soins intensifs, vous cherchez plus que des performances ventilatoires de classe mondiale. Vous recherchez des ventilateurs capables de fournir des données fiables et

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de service : Outils et Méthodes de la Systématique Intégrative - UMS 2700 Du Muséum National d Histoire Naturelle de Paris Avril 2008 Section

Plus en détail

Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine. TD ou Devoirs

Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine. TD ou Devoirs Conception & Évaluation des Interfaces Homme-Machine Concepteur du cours : Wendy E. Mackay, INRIA Futurs wendy.mackay@inria.fr Introduction aux TDs L'interface d'un logiciel détermine souvent sa réussite

Plus en détail

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet.

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Epidémiologie Etiologies Diagnostic Causes d IRA selon le délai dans les hémopathies

Plus en détail

Marchés à la production vrac 2015-16

Marchés à la production vrac 2015-16 Juin Marchés à la production vrac - Volumes cumulés depuis le / début de la campagne* en hl Rouges Rosés Blancs Total Vins de Vins de de cépages Total IGP IGP de cépages 9 7 (- %) 877 (+ %) 998 (+9 %)

Plus en détail

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014

Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Médecine de l éducation nationale : féminine donc dominée? Agnès Gindt-Ducros agnes.ducros@ehesp.fr EHESP MD,PhD Lyon, 2 September 2014 Recherche sociologique sur le groupe professionnel des médecins de

Plus en détail

Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique.

Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique. MEMOIRE DE DES Mise en place de l ECMO en réanimation pédiatrique. Expérience d une unité de réanimation polyvalente. A propos de 3 cas. LANG Mathieu CHU de Clermont-Ferrand 9 Octobre 2009 Cas 1 : SDRA

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

LE MARKETING DES SERVICES

LE MARKETING DES SERVICES 1 LE MARKETING DES SERVICES AUTEURS Plusieurs auteurs coordonnés par Philippe Callot : responsable du département marketing/vente de l ESCEM (Ecole Supérieure de Commerce Et de Management) de Tours-Poitiers

Plus en détail

Interfaces pour la ventilation non invasive de l enfant: critères de choix et surveillance Isabelle PIN. Pédiatrie. CHU de Grenoble D. Zerillo et l équipe de VNI. AGIRàdom. Grenoble Les différentes interfaces

Plus en détail

AECG 18 septembre 2013

AECG 18 septembre 2013 G.THIOLLIER, B.BARTHIER, A. FAUCONNIER. AECG 18 septembre 2013 Centre hospitalier Intercommunal Poissy St Germain en Laye Mme R, 57 ans Prolapsus extériorisé Gène fonctionnelle sévère Pas de symptôme urinaire,

Plus en détail

Les services de santé de première ligne au Québec

Les services de santé de première ligne au Québec Les services de santé de première ligne au Québec État de la situation Allocution de la 1 re vice-présidente de la CSQ, Louise Chabot à l Association des retraitées et retraités de l enseignement (A.R.E.Q.)

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 31 décembre Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport annuel

Plus en détail

Forum de Paris 1 Février 2012

Forum de Paris 1 Février 2012 Forum de Paris 1 Février 2012 Bouleversements politiques défis économiques Intervention M. Adil Douiri Mesdames, Messieurs, Je suis ravi d être parmi vous et de contribuer à la réflexion en cette période

Plus en détail

Les recommandations des experts de la SRLF

Les recommandations des experts de la SRLF Réanim Urgences 2000 ; 9 : 407-12 2000 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés Les recommandations des experts de la SRLF Champ n 1 Définition et fiabilité des paramètres

Plus en détail

Quelles approches pour tester autrement vos formules, produits et services?

Quelles approches pour tester autrement vos formules, produits et services? Harris Café 12 janvier 2016 Quelles approches pour tester autrement vos formules, produits et services? Présenté par : Garance Ferbeck, Directrice du Département Grande consommation/luxe, Harris Interactive

Plus en détail

Impella et Choc Cardiogénique

Impella et Choc Cardiogénique Impella et Choc Cardiogénique Principes, études & Expérience Bordelaise Dr Frédéric CASASSUS Cardiologie Interventionnelle, USIC SAU Cardiaques Hôpital de Haut-Lévêque, PESSAC Conflit d intérêt Je, n ai

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé Gestion de la production industrielle Spécialité : Optimisation des Préparations Industrielles Arrêté d habilitation : 20080263 REGLEMENT DU CONTRÔLE

Plus en détail