LES ENROBÉS AU QUÉBEC. Performances et Attentes du MTQ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ENROBÉS AU QUÉBEC. Performances et Attentes du MTQ"

Transcription

1 LES ENROBÉS AU QUÉBEC Performances et Attentes du MTQ

2 LES ENROBÉS AU QUÉBEC: Performances et Attentes du MTQ État du réseau Propriétés mécaniques recherchées La mise en œuvre Les attentes du MTQ Respect des documents contractuelles Rôle du MTQ Obligations de l entrepreneur Travaux défectueux Observations en territoire 2

3 Propriétés mécaniques recherchées Bon comportement en terme de : Résistance à l orniérage Résistance à la fissuration (de fatigue et thermique) Résistance à l eau (désenrobage) Résistance à la perte de granulats (arrachement) Adhérence (macrorugosité et microrugosité) Durée de vie (selon volume de circulation) 3

4 État selon l IRI 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Ensemble du réseau ,0 % (0,6) % le plus élevé depuis Augmentation depuis 9 ans. Déf. majeure 9,0% 9,2% 8,2% 8,1% 6,8% 6,8% 5,8% 4,7% 3,8% 3,6% Déf. mineure 29,7% 28,8% 28,6% 27,7% 25,5% 23,8% 22,0% 19,1% 17,9% 17,4% Bon état 61,3% 62,1% 63,2% 64,2% 67,7% 69,4% 72,2% 76,2% 78,4% 79,0% 4

5 Km parcourus selon l IRI 100% Ensemble du réseau 90% 80% 70% 60% 84,9% (0,6) 50% 40% 30% 20% 10% 0% Déf. majeure 5,4% 5,3% 5,2% 4,4% 3,6% 3,8% 3,0% 2,3% 2,1% 1,8% Déf. mineure 22,6% 21,2% 21,3% 19,5% 17,9% 16,6% 16,0% 14,2% 13,7% 13,3% Bon état 72,0% 73,6% 73,5% 76,2% 78,5% 79,6% 81,0% 83,5% 84,3% 84,9% 5

6 État selon l orniérage 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Ensemble du réseau ,3% ( 0,6) Déf. majeure 3,3% 5,2% 6,1% 5,1% 4,2% 3,5% 3,3% 2,8% 2,5% 2,7% Déf. mineure 5,3% 6,6% 7,5% 6,5% 4,9% 5,0% 4,7% 3,6% 3,5% 4,0% Bon état 91,4% 88,2% 86,4% 88,4% 90,9% 91,5% 92,0% 93,6% 93,9% 93,3% 6

7 État selon l orniérage 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% RSSCE ,7% ( 1,4) Déf. majeure 1,6% 2,4% 2,7% 3,0% 2,7% 2,4% 3,1% 2,6% 2,6% 2,9% Déf. mineure 2,8% 3,7% 5,1% 4,1% 3,5% 4,0% 4,3% 3,1% 3,3% 4,4% Bon état 95,6% 94,0% 92,2% 92,9% 93,8% 93,6% 92,6% 94,3% 94,1% 92,7% 7

8 Km parcourus selon l orniérage 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Ensemble du réseau ,8% (2,4) Déf. majeure 2,4% 4,3% 5,0% 5,0% 4,9% 4,8% 5,0% 4,6% 4,8% 5,7% Déf. mineure 3,9% 5,7% 6,5% 5,0% 4,7% 5,8% 6,0% 4,8% 5,1% 6,5% Bon état 93,7% 90,1% 88,5% 90,0% 90,4% 89,5% 89,0% 90,5% 90,2% 87,8% 8

9 Km parcourus selon l orniérage 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% RSSCE ,9% (2,4) Déf. majeure 1,5% 2,7% 3,2% 4,4% 4,7% 4,8% 5,7% 5,3% 5,6% 6,3% Déf. mineure 2,6% 4,7% 5,7% 4,0% 4,6% 6,0% 6,7% 5,0% 5,2% 6,8% Bon état 95,9% 92,6% 91,1% 91,7% 90,7% 89,2% 87,7% 89,7% 89,3% 86,9% 9

10 État du réseau selon l orniérage État selon l orniérage : Bon état sur autoroutes : 88,4 % ( 3,4) Déficience majeure sur autoroutes : 5,3 % déf. maj. ( 1,3) [200 km] Bon état sur chaussées mixtes : 86,1 % ( 4,6) Distance parcourue par les usagers selon l orniérage : Sur RSSCE, 6,3 % en déficience majeure ( 0,7) Travaux de réfection réalisés : En 2012, 410 km étaient susceptibles de devenir déficientes en orniérage. Donc 0,16 % (41 km) de baisse en bon état. Or, on observe plutôt 0,6 % de baisse. Conclusions : Taux de dégradation réel est plus important que prévu; 10

11 Orniérage d usure : état de situation Phénomène remarqué dans plusieurs directions territoriales Ce type d ornière est apparu sur des contrats de moins de 5 ans N est pas toujours présent sur la totalité du contrat (segments de chaussées plus affectés que d autres) Affecte la sécurité de l usager 11

12 Orniérage d usure 12

13 Orniérage d usure : causes Points communs pour plusieurs contrats : La compacité des enrobés est insuffisante! dans certains cas, plus de 50% des mesures de compacité étaient sous les 93%, autant pour les couches de roulement que pour les couches de base Ornière de post-compactage Les résultats non-conformes des mesures de compacité doivent être traités rapidement sur le chantier pendant que l enrobé est encore chaud et non pas trois mois après la fin du chantier! L entrepreneur doit prendre les moyens adéquats (nombre suffisant de rouleaux et nombre de passes de l équipement) pour atteindre le niveau de compacité requis. 13

14 LES ENROBÉS AU QUÉBEC La mise en œuvre

15 La mise en œuvre des enrobés compacité Joints de construction Compacité Conditions de pose Mise en oeuvre Uni Collage des couches Uniformité de pose T min et STL

16 Liant d accrochage Le liant d accrochage doit être bien curé et ne doit pas coller sur les pneus! 16

17 La mise en œuvre des enrobés Arrêts de finisseur

18 La mise en œuvre des enrobés

19 Mauvais comportements : causes Variation dans la production Températures de malaxage non-respectées Oxydation du bitume/enrobé Teneur en bitume du GBR inexact dans plusieurs cas (enrobé avec teneur en bitume trop faible) Variations excessives des densités maximales et/ou du V be Mise en œuvre déficiente Enrobés sous-compactés : ornière de post-compactage ou d usure Application du liant d accrochage réalisé dans de mauvaises conditions, liant mal curé, mauvais taux d application Ségrégation thermique 19

20 Ornières (moyenne des deux traces Comportement des chaussées Durées de vie Ornières Sections bien dimensionnées et classe PG adéquate Sections sous-dimensionnées et classe PG non adéquate Sections oxydées Âge de la chaussée

21 LES ENROBÉS AU QUÉBEC Les Attentes du MTQ

22 Respect des documents contractuelles Devis ensemble de documents constitués de: Cahier des charges et devis généraux (CCDG); CCG; Devis spécial; Bordereaux; Addenda. Devis généraux partie du devis décrivant, de façon générale, les spécifications, la mise en œuvre, l assurance qualité et les modes de mesurage et de paiement des ouvrages à construire. 22

23 Devis spécial - partie du devis décrivant, de façon spécifique: Localisation; L énumération et la dimension des ouvrages à exécuter; Les conditions propres à un contrat. Devis spécial peut contenir plusieurs parties: Clauses particulières; Clauses administratives; Clauses techniques 23

24 Défectuosité - tout ouvrage ou partie d ouvrage qui n est pas conforme aux exigences contractuelles ou dont la réalisation ne s est pas effectuée selon les usages et les règles de l art ou encore qui n est pas en état de servir à l usage auquel il est destiné, Mise en œuvre - action de l entrepreneur assurant l exécution des travaux. La mise en œuvre comprend la fourniture des matériaux, du matériels, de la main-d œuvre et des ouvrages nécessaires pour réaliser les ouvrages indiqués aux plans et devis. 24

25 Le CCDG inclut Partie 1 : Cahier des charges Définit les obligations liées à la gestion et à l administration d un contrat, ainsi que les conditions générales d exécution des travaux. Partie 2 : Devis généraux Décrit les obligations liées à l exécution des travaux (exigences relatives aux matériaux, à l assurance de la qualité et à la mise en œuvre, modalités de paiement). Partie 3 : Documents de référence Liste les documents de référence, les formations, les normes du Ministère (Tome VII Matériaux) et les Méthodes LC. 25

26 Rôle du MTQ Le surveillant représente le MTQ : Le surveillant juge de la qualité des matériaux et des ouvrages et mesure, calcule et établit les quantités des ouvrages exécutés. Les représentants du surveillant aident le surveillant dans le contrôle qualitatif et quantitatif des travaux. Représentant technique Représentant du laboratoire 26

27 Obligations de l entrepreneur : Mode d assurance de la qualité L entrepreneur doit en tout temps pouvoir démontrer que les exigences en matière d assurance de la qualité sont respectées. Par respect des exigences en matière d assurance de la qualité, le MTQ entend : Respect des exigences en préparation et en production» Notamment l utilisation de matériaux conformes aux normes exigées Respect des différentes certifications exigées Respect des exigences de mise en place 27

28 Obligations de l entrepreneur : AVOIR et FOURNIR les preuves (documents ou enregistrements) de conformité comme : Attestation de conformité Certificat Fiche descriptive Formule de mélange Avis de bétonnage Procédures diverses Carte de contrôle Billets de livraison Formulaires complétés de résultats d essais Etc. Dès que l entrepreneur constate qu il ne peut respecter ses obligations en matière d assurance de la qualité, il doit en aviser le surveillant. 28

29 Obligations de l entrepreneur L entrepreneur doit permettre au surveillant et ses représentants l accès à toutes les parties des travaux. L entrepreneur est responsable de l exécution de l ensemble des travaux et assume une obligation de résultat. L entrepreneur doit maintenir sur le lieu des travaux un représentant responsable autorisé à recevoir les communications du surveillant. 29

30 Travaux défectueux Travaux non conformes aux plans et devis ou autres stipulations du contrat considérés défectueux. 1. Le Ministère avise par écrit l entrepreneur. 2. L entrepreneur indique la correction qu il entend apporter et corrige les travaux défectueux OU les refait selon les plans et devis, dans les plus courts délais. 3. Si ce n est pas satisfaisant, le Ministère peut arrêter les travaux et faire faire les corrections. Reprise est toujours aux frais de l entrepreneur. CCDG art 4.2: Tous les matériaux doivent en tous temps être conformes aux différentes exigences du ministère. CCDG art 7.10: Tous les travaux non conformes aux plans et devis ou aux autres stipulations du contrat sont considérés comme défectueux. 30

31 LES ENROBÉS AU QUÉBEC Observations en territoire

32 Problématiques récurrentes Fabrication de l enrobé Granulats: Bitume: Enrobé: Respect du fuseau granulométrique Propreté des granulats utilisés (trop de fin) Variation des caractéristiques intrinsèques des granulats Grade de bitume inférieur à ce qui est demandé Bitume non conforme car contaminé par un autre bitume lors de la mise en réserve Vbe rarement atteint en production, un peu plus bas que la formule théorique Cartes de contrôle montrent les non-conformités mais aucune action prise Rapports de lot non conformes en mise en place Température trop élevé Difficile d obtenir les données des systèmes d acquisition des données Même lorsque requis au devis et lorsque des pénalités y sont associés dans leur format original» Si remis c est en Excel Délai de transmission des résultats de l entrepreneur au MTQ en cours de production est souvent dépassé. 32

33 Problématiques récurrentes Mise en place de l enrobé Liant d accrochage Temps de cure non respecté État de la surface sur laquelle le liant est posé Surface sale ou trempée Activités de peignage du liant sur la surface Collage du liant sur les pneus des équipements Enrobés Compacité Température des enrobés trop froide surtout en fin de saison Joints longitudinaux Compaction < à 90% Qualité de la confection comme telle des joints» joints ouvrent rapidement (après premier hiver) Collage des résidus d enrobé sur les pneus des équipements 33

34 Ce qui est attendu Proactivité Détecter les problèmes en amont donc avant que les enrobés soient rendus sur la route! Trouver des solutions Apporter des corrections rapidement Professionnalisme Respect des clauses contractuelles Respect des normes Contrôle de la production et des façons de faire Respect des fréquences d échantillonnage et d essais Remise des documents dans les délais 34

35 35 Merci

Acceptation et évaluation en production des formules de mélange. Présenté par : Vicky Poulin, tech. sr, auditrice Décembre 2013

Acceptation et évaluation en production des formules de mélange. Présenté par : Vicky Poulin, tech. sr, auditrice Décembre 2013 Acceptation et évaluation en production des formules de mélange Présenté par : Vicky Poulin, tech. sr, auditrice Décembre 2013 2 1 Introduction Méthode appliquée pour le ministère des Transports du Québec

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ LORS DE LA MISE EN ŒUVRE DES REVÊTEMENTS BITUMINEUX. Colloque Bitume Québec / 26 novembre 2008 Serge Meilleur, ing. M.Sc.A.

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ LORS DE LA MISE EN ŒUVRE DES REVÊTEMENTS BITUMINEUX. Colloque Bitume Québec / 26 novembre 2008 Serge Meilleur, ing. M.Sc.A. CONTRÔLE DE LA QUALITÉ LORS DE LA MISE EN ŒUVRE DES REVÊTEMENTS BITUMINEUX Colloque Bitume Québec / 26 novembre 2008 Serge Meilleur, ing. M.Sc.A. Les principaux contrôles ainsi que les mesures et essais

Plus en détail

Retraitement en place type II. Bitume Québec Montréal, 2 décembre 2014

Retraitement en place type II. Bitume Québec Montréal, 2 décembre 2014 Retraitement en place type II Bitume Québec Montréal, 2 décembre 2014 Points abordés Types de dégradation observés et objectifs recherchés? Description des étapes d un retraitement en place de type II

Plus en détail

La vérification des formules de mélanges

La vérification des formules de mélanges La vérification des formules de mélanges Pierre Langlois, ing., M.Ing. Formation technique 2011 Gestion de la qualité en chaussées souples 30 novembre et 1 er décembre 2011 Formules de mélanges (d enrobés)

Plus en détail

FOURNITURE DE BÉTON BITUMINEUX TRANSPORTÉ PAR LES CAMIONS DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

FOURNITURE DE BÉTON BITUMINEUX TRANSPORTÉ PAR LES CAMIONS DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE DE BÉTON BITUMINEUX TRANSPORTÉ PAR LES CAMIONS DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-12-02 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour la fourniture de béton bitumineux transporté par les camions

Plus en détail

Groupe Conseil SCT. Formulation des enrobés pour recyclage en centrale. Par : D. Bissonnette YOUR LOGO

Groupe Conseil SCT. Formulation des enrobés pour recyclage en centrale. Par : D. Bissonnette YOUR LOGO Groupe Conseil SCT Formulation des enrobés pour recyclage en centrale Par : D. Bissonnette Sujets qui seront discutés Matières premières; Limitations et considérations; Les sujets Formulation; Enjeux de

Plus en détail

Surveillance des travaux d enrobés, les bonnes pratiques à mettre de l avant

Surveillance des travaux d enrobés, les bonnes pratiques à mettre de l avant MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITÉ DURABLE ET DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS Surveillance des travaux d enrobés, les bonnes pratiques à mettre de l avant AQTR 13 décembre 2016 Plan de la présentation

Plus en détail

Le recyclage des matériaux de chaussées et autres techniques vertes pour les usages municipaux

Le recyclage des matériaux de chaussées et autres techniques vertes pour les usages municipaux MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITÉ DURABLE ET DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS Le recyclage des matériaux de chaussées et autres techniques vertes pour les usages municipaux Michel Paradis, ing.

Plus en détail

Le compactage des enrobés

Le compactage des enrobés Placer une photo circulaire de projet ou le logo du client ici. Insérer d abord la forme du cercle (diamètre de 9,5 cm, ou 3,75 po). Insérer ensuite l image à l aide de la fonction Remplissage de forme

Plus en détail

Caractérisation et contrôle qualitatif des granulats et du bitume

Caractérisation et contrôle qualitatif des granulats et du bitume Placer une photo circulaire de projet ou le logo du client ici. Insérer d abord la forme du cercle (diamètre de 9,5 cm, ou 3,75 po). Insérer ensuite l image à l aide de la fonction Remplissage de forme

Plus en détail

Le réchauffement planétaire et Kyoto 1 T d enrobé : 20 à 30 kg CO2 eq, dépend du type de carburant utilisé

Le réchauffement planétaire et Kyoto 1 T d enrobé : 20 à 30 kg CO2 eq, dépend du type de carburant utilisé Évolution et technologies des enrobés tièdes Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Adjoint, DJL 24 novembre 2009 Le réchauffement planétaire et Kyoto 1 T d enrobé : 20 à 30 kg CO2 eq, dépend du type de

Plus en détail

Les bitumes pour enrobés tièdes. Yvan Paquin, ing. Directeur technique Formation technique Bitume Québec 2012 ÉTS 5 décembre 2012

Les bitumes pour enrobés tièdes. Yvan Paquin, ing. Directeur technique Formation technique Bitume Québec 2012 ÉTS 5 décembre 2012 Les bitumes pour enrobés tièdes Yvan Paquin, ing. Directeur technique Formation technique Bitume Québec 2012 ÉTS 5 décembre 2012 Contenu de la présentation Contexte global Technologies disponibles Les

Plus en détail

Guy Tourangeau, ing. Coordonnateur du laboratoire de Montréal

Guy Tourangeau, ing. Coordonnateur du laboratoire de Montréal Direction du laboratoire des chaussées Contrôle des bitumes: Vision du donneur d ouvrage Guy Tourangeau, ing. Coordonnateur du laboratoire de Montréal Plan de la présentation 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 2

Plus en détail

Pierre Langlois, ing. M. Ing.

Pierre Langlois, ing. M. Ing. Les enrobés pour chaussées à longue durée de vie Pierre Langlois, ing. M. Ing. 1 L'expérience acquise Certaines chaussées ont des durées de vies écourtées malgré une mise en œuvre impeccable: Dégradations

Plus en détail

Le contrôle qualité des enrobés tièdes : adaptations simples au contrôle classique des enrobés à chaud

Le contrôle qualité des enrobés tièdes : adaptations simples au contrôle classique des enrobés à chaud PARTIE 1 Le contrôle qualité des enrobés tièdes : adaptations simples au contrôle classique des enrobés à chaud Yvan Paquin, ing. Directeur technique Formation technique Bitume Québec 2011 ÉTS 1 er décembre

Plus en détail

Formulation des enrobés Méthode LC

Formulation des enrobés Méthode LC Formulation des enrobés Méthode LC Pierre Langlois, ing. Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place. Montréal 2006. 1 Méthode LC Plusieurs entreprises d enrobés du Québec œuvrent

Plus en détail

Claude Robert, ing. M.Sc. Responsable du secteur Sols et granulats. Formation technique Bitume Québec 2010

Claude Robert, ing. M.Sc. Responsable du secteur Sols et granulats. Formation technique Bitume Québec 2010 Direction du Laboratoire des chaussées Les exigences du MTQ sur les granulats et le comportement des matériaux Claude Robert, ing. M.Sc. Responsable du secteur Sols et granulats Formation technique Bitume

Plus en détail

Référentiel technique sur les Enrobés à Module Élevé. D. LESBATS CEREMA / DTerSO / LRPC

Référentiel technique sur les Enrobés à Module Élevé. D. LESBATS CEREMA / DTerSO / LRPC Référentiel technique sur les Enrobés à Module Élevé D. LESBATS CEREMA / DTerSO / LRPC Sommaire - Point normatif - Caractéristiques techniques - Contrôles - Domaine d emploi et limites Point normatif NF

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION DU GÉNIE FÉVRIER 2014 FONDATION DE RUE

VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION DU GÉNIE FÉVRIER 2014 FONDATION DE RUE VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION DU GÉNIE TABLE DES MATIÈRES 1. OBJET 1 2. DOMAINE D'APPLICATION 1 3. CONFORMITÉ AVEC D'AUTRES EXIGENCES 1 4. DÉFINITIONS 1 4.1 Structure chaussée 1 4.2 Infrastructure de chaussée

Plus en détail

APPLICATION DE LA THERMOGRAPHIE POUR LA MISE EN OEUVRE DES ENROBÉS

APPLICATION DE LA THERMOGRAPHIE POUR LA MISE EN OEUVRE DES ENROBÉS APPLICATION DE LA THERMOGRAPHIE POUR LA MISE EN OEUVRE DES ENROBÉS Congrès Bitume Québec 23 mars 2006 Martin Lavoie Direction du laboratoire des chaussées Plan de la présentation 1) Étude: méthodologie

Plus en détail

Historique et mise à jour de la méthode LC

Historique et mise à jour de la méthode LC Direction du Laboratoire des chaussées Historique et mise à jour sur les enrobés du MTQ Louise Boutin, ing. Laboratoire des chaussée Service des matériaux d infrastructure Survol de la présentation Historique

Plus en détail

ENROBÉ A MODULE ÉLEVÉS, EME

ENROBÉ A MODULE ÉLEVÉS, EME 1 ENROBÉ A MODULE ÉLEVÉS, EME L EXPÉRIENCE FRANÇAIS / FRENCH EXPERIENCES 01 Plan de la Présentation 2. Historique des EME en France;. Terminologie;. Caractéristiques Techniques;. Études de Formulations;.

Plus en détail

Rappel du PAQ enrobés Paramètres pour l optimisation des formules

Rappel du PAQ enrobés Paramètres pour l optimisation des formules Direction du Laboratoire des chaussées Les nouvelles procédures d optimisation des formules d enrobés en laboratoire (PAQ enrobés) avec ou sans utilisation de GBR et autres matériaux recyclables Michel

Plus en détail

Vol. 17, n o 3, septembre Nouvelles versions des tableaux de choix des composants et critères de sélection des enrobés

Vol. 17, n o 3, septembre Nouvelles versions des tableaux de choix des composants et critères de sélection des enrobés Vol. 17, n o 3, septembre 2012 Contexte Le choix des composants d un enrobé selon le climat, le niveau de sollicitation des charges, de la disponibilité des est une étape cruciale dans la conception d

Plus en détail

Introduction aux enrobés. Pierre Langlois, M. ing.

Introduction aux enrobés. Pierre Langlois, M. ing. Introduction aux enrobés Pierre Langlois, M. ing. Composition des enrobés Composition des enrobés Les granulats sont enrobés d'un mince film ou feuil de bitume. Composition des enrobés Granulats Vides

Plus en détail

Alan Carter Formation technique BQ 2013

Alan Carter Formation technique BQ 2013 Alan Carter Formation technique BQ 2013 Ref PPT de Pierre Langlois PPT de Michel Paradis Formulation des enrobés au Québec Avant 1990: Marshall modifié; 1990: Début de l usage de l orniéreur. Pourquoi

Plus en détail

Historique du recyclage au MTQ / Suivi de performances des routes avec GBR et bardeaux BPF et BPC.

Historique du recyclage au MTQ / Suivi de performances des routes avec GBR et bardeaux BPF et BPC. MINISTÈRE DES TRANSPORTS Historique du recyclage au MTQ / Suivi de performances des routes avec GBR et bardeaux BPF et BPC. Michel Paradis, ing. M.Sc. Service des matériaux d infrastructures Direction

Plus en détail

(Questionnement sur le choix des PG en zone 1)

(Questionnement sur le choix des PG en zone 1) Normalisation du PG 64-28 : usages prévus Gaétan Leclerc, M. Sc., chimiste Laboratoire des chaussées Introduction Problématique Sommaire Solutions envisagées Sélection des PG en zone 1 Essais sur le PG

Plus en détail

L efficacité des bâches imperméables sur le transport de l enrobé

L efficacité des bâches imperméables sur le transport de l enrobé L efficacité des bâches imperméables sur le transport de l enrobé Martin Routhier, ing. jr Service des matériaux d infrastructures Bitume Québec congrès 2006 Étude réalisée durant la saison 2005 Depuis

Plus en détail

Guide Technique sur l «Abaissement de température des mélanges bitumineux»

Guide Technique sur l «Abaissement de température des mélanges bitumineux» Guide Technique sur l «Abaissement de température des mélanges bitumineux» Journée Technique du Entretien économe et à moindre impact environnemental des chaussées Nicolas Grignard Département Laboratoire

Plus en détail

Le collage des couches : Facteur déterminant pour la durabilité des chaussées

Le collage des couches : Facteur déterminant pour la durabilité des chaussées Direction du Laboratoire des chaussées Le collage des couches : Facteur déterminant pour la durabilité des chaussées 3 e congrès annuel Bitume Mars 2007 Gaétan Leclerc, M. Sc., chimiste DLC Secteur Liants

Plus en détail

Conception des giratoires

Conception des giratoires Club Entretien du 11/10/14 Auteur : Nicolas Grignard Sommaire Contexte Dimensionnement Mise en œuvre 2 Contexte Références : Guide Technique du CERTU : «Conception structurelle d un giratoire en milieu

Plus en détail

Les enrobés tièdes : c est aussi pour les villes. Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Construction DJL inc.

Les enrobés tièdes : c est aussi pour les villes. Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Construction DJL inc. Les enrobés tièdes : c est aussi pour les villes Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Construction DJL inc. INFRA 2 décembre 2014 Contenu de la présentation Introduction Cohabitation des appellations

Plus en détail

Enrobés en développement pour la norme 4202 et autres nouveautés

Enrobés en développement pour la norme 4202 et autres nouveautés MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITÉ DURABLE ET DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS Enrobés en développement pour la norme 4202 et autres nouveautés Colloque AQTr - Point de mire sur les travaux de

Plus en détail

Modifications au CCDG et à la norme 3101 du MTQ, version 2015

Modifications au CCDG et à la norme 3101 du MTQ, version 2015 MISE EN SITUATION Le MTQ révise annuellement le Cahier des charges et devis généraux (CCDG) ainsi que les tomes I à VII des normes. Ce document présente les principaux changements de ces documents touchant

Plus en détail

Principe de base de la mise en œuvre des enrobés

Principe de base de la mise en œuvre des enrobés Principe de base de la mise en œuvre des enrobés Plan de la présentation 1 ère partie : Principes généraux sur l organisation des chantiers d enrobés 2 ième partie : Le répandage des enrobés 3. Le compactage

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préambule Inspection continue Buts et objectifs Pertinence... 1

TABLE DES MATIÈRES. Préambule Inspection continue Buts et objectifs Pertinence... 1 INSPECTION DES TRAVAUX DE COUVERTURES 01-01-1998 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 1 Page 1- Inspection continue... 1 1.1 Buts et objectifs... 1 1.2 Pertinence... 1 2- Définition du bureau de contrôle...

Plus en détail

Les essais qualitatifs réalisés sur les enrobés et leurs constituants

Les essais qualitatifs réalisés sur les enrobés et leurs constituants Les essais qualitatifs réalisés sur les enrobés et leurs constituants Formation sur la gestion de la qualité en chaussées souples Par: Alexis Mailloux Jacques Chénard 30 novembre et 1 er décembre 2011

Plus en détail

Pose d enrobé par temps froid Bilan 2009

Pose d enrobé par temps froid Bilan 2009 Pose d enrobé par temps froid Bilan 2009 6 ième Congrès Annuel de Bitume Québec Guy Bergeron, ing. M.Sc. 26 mars 2010 Plan Historique et Directive ministérielle Détermination des températures minimales

Plus en détail

Contrôle de qualité interne du retraitement en place à froid. Yves Thériault

Contrôle de qualité interne du retraitement en place à froid. Yves Thériault Contrôle de qualité interne du retraitement en place à froid par Yves Thériault Principaux contrôle de qualité interne Contrôles exécutés lors des différentes étapes: Retraitement Type III (étape du planage)

Plus en détail

Présenté par Mathieu Meunier, Solmatech inc. LES ENROBÉS PHONIQUES: SOLUTION AU BRUIT ROUTIER Bulletin technique # 6

Présenté par Mathieu Meunier, Solmatech inc. LES ENROBÉS PHONIQUES: SOLUTION AU BRUIT ROUTIER Bulletin technique # 6 Présenté par Mathieu Meunier, Solmatech inc. LES ENROBÉS PHONIQUES: SOLUTION AU BRUIT ROUTIER Bulletin technique # 6 Présentation Le bruit routier Définition du bruit Les sources de bruit routier La mesure

Plus en détail

La pratique des enrobés coulés à froid. De la formulation à l application. Congrès Bitume Québec 23 au 24 mars 2006 Mont Ste-Anne, Québec

La pratique des enrobés coulés à froid. De la formulation à l application. Congrès Bitume Québec 23 au 24 mars 2006 Mont Ste-Anne, Québec La pratique des enrobés coulés à froid De la formulation à l application Congrès Bitume Québec 23 au 24 mars 2006 Mont Ste-Anne, Québec Sabine Le Bec, Construction DJL inc. Contenu de la présentation Les

Plus en détail

Yves Brousseau, ing. Ciment Québec inc. Cell : Courriel :

Yves Brousseau, ing. Ciment Québec inc. Cell : Courriel : Le Retraitement Haute Performance (RHP) au ciment. Rang St-Angélique Yves Brousseau, ing. Directeur Développement Commercial et Services Techniques Ciment Québec inc. Cell : 514-718-8308 Courriel : ybrousseau@cqi.ca

Plus en détail

Grave Emulsion (GE) et Béton Bitumineux à Froid (BBF) Arnaud BUQUET CD 11 Jean Denis TALLIEU CD 11 Pascal ROBIN - SPRIR (COLAS)

Grave Emulsion (GE) et Béton Bitumineux à Froid (BBF) Arnaud BUQUET CD 11 Jean Denis TALLIEU CD 11 Pascal ROBIN - SPRIR (COLAS) Grave Emulsion (GE) et Béton Bitumineux à Froid (BBF) Arnaud BUQUET CD 11 Jean Denis TALLIEU CD 11 Pascal ROBIN - SPRIR (COLAS) HISTORIQUE La Grave-Emulsion (GE) trouve son origine dans les années 50 à

Plus en détail

RETRAITEMENT EN CENTRALE. Bernard ECKMANN. Colloque de formation RETRAITEMENT A FROID DES CHAUSSEES SOUPLES Montreal 4-6 décembre 2007

RETRAITEMENT EN CENTRALE. Bernard ECKMANN. Colloque de formation RETRAITEMENT A FROID DES CHAUSSEES SOUPLES Montreal 4-6 décembre 2007 Travaux routiers Matériaux routiers et industries Environnement RETRAITEMENT EN CENTRALE Bernard ECKMANN Colloque de formation RETRAITEMENT A FROID DES CHAUSSEES SOUPLES Montreal 4-6 décembre 2007 RETRAITEMENT

Plus en détail

Arbre décisionnel - Comment choisir la bonne technique d entretien et de réhabilitation. Sylvain Provençal / Ali Excavation Inc. ETS, 2 décembre 2014

Arbre décisionnel - Comment choisir la bonne technique d entretien et de réhabilitation. Sylvain Provençal / Ali Excavation Inc. ETS, 2 décembre 2014 Arbre décisionnel - Comment choisir la bonne technique d entretien et de réhabilitation Sylvain Provençal / Ali Excavation Inc. ETS, 2 décembre 2014 Entretien et Réhabilitation de chaussées souples Entretien

Plus en détail

Marc Ewald. Expérimentation d enrobés Stone Mastic Asphalt (SMA) en Alsace. Chantier D1083 près de Erstein. Conseil Général du Bas-Rhin

Marc Ewald. Expérimentation d enrobés Stone Mastic Asphalt (SMA) en Alsace. Chantier D1083 près de Erstein. Conseil Général du Bas-Rhin Expérimentation d enrobés Stone Mastic Asphalt (SMA) en Alsace Chantier D1083 près de Erstein Marc Ewald Conseil Général du Bas-Rhin Nancy, 26 mai 2011 L origine de l expérimentation PFE INSA Strasbourg

Plus en détail

Remarque : Les enduisages ne peuvent être réalisés que par des entreprises possédant le Marquage CE, depuis janvier 2011.

Remarque : Les enduisages ne peuvent être réalisés que par des entreprises possédant le Marquage CE, depuis janvier 2011. L ENDUISAGE TABLE DES MATIERES 1) Définition. 2) Composition d un enduit. 3) Les différents types. 4) Travaux préparatoires. 5) Mise en œuvre. 6) Contrôles. 7) Conclusions. 1. Définition - Traitement de

Plus en détail

Normalisation européenne. des enrobés bitumineux à chaud

Normalisation européenne. des enrobés bitumineux à chaud Normalisation européenne et Marquage des enrobés bitumineux à chaud Cete de l Est - LR NANCY 17 Juin 2008 M. WALLEZ - USIRF 1/24 Qu'est-ce que le marquage CE? p La normalisation européenne des matériaux

Plus en détail

La structure d une chaussée

La structure d une chaussée La structure d une chaussée Définitions et objectifs Mathieu Meunier Solmatech Inc. Présentation technique 2013 École de technologie supérieur Novembre 2013 Présentation Autopsie d une chaussée Utilité

Plus en détail

Gestion de la qualité des chaussées souples: La garantie à long terme et le contrat de performance

Gestion de la qualité des chaussées souples: La garantie à long terme et le contrat de performance Gestion de la qualité des chaussées souples: La garantie à long terme et le contrat de performance Préparé par Guy Doré, ing. PhD. Devis de performance: Décrit les conditions et les exigences du donneur

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE 2015 Gestion des GBR : du chantier jusqu à la centrale

FORMATION TECHNIQUE 2015 Gestion des GBR : du chantier jusqu à la centrale FORMATION TECHNIQUE 2015 Gestion des GBR : du chantier jusqu à la centrale 1 GBR GRANULATS BITUMINEUX RÉCUPÉRÉS D OÙ PROVIENNENT-ILS? Des chaussées; des rebuts de fabrication d enrobés et des excédents

Plus en détail

Collage des couches. Préparé par Stéphane Trudeau, ing. STEB. Formation technique 2014 de Bitume Québec

Collage des couches. Préparé par Stéphane Trudeau, ing. STEB. Formation technique 2014 de Bitume Québec Collage des couches Préparé par Stéphane Trudeau, ing. STEB Formation technique 2014 de Bitume Québec Plan Liants d accrochage : Généralité Liants d imprégnation Nettoyage à l huile Épandage du liant Type

Plus en détail

Chap VI : Retraitement des matériaux bitumineux. I. Principaux mécanismes de dégradation des chaussées

Chap VI : Retraitement des matériaux bitumineux. I. Principaux mécanismes de dégradation des chaussées Sommaire Chap VI : Retraitement des matériaux bitumineux I. Principaux mécanismes de dégradation des chaussées II. Retraitement en place à froid III. Retraitement à froid en centrale IV. Retraitement à

Plus en détail

TRAITEMENT DE SURFACE

TRAITEMENT DE SURFACE TRAITEMENT DE SURFACE DÉFINITION Le traitement de surface, parfois nommé enduit superficiel, est une technique d entretien de surface des chaussées constituée de couches superposées d émulsion de bitume

Plus en détail

Uni Longitudinal. État de l art et recommandations. Direction : DTerCE Auteurs : Patrick Bidaut et Nicolas Grignard. Club entretien du 12/05/2015

Uni Longitudinal. État de l art et recommandations. Direction : DTerCE Auteurs : Patrick Bidaut et Nicolas Grignard. Club entretien du 12/05/2015 Uni Longitudinal État de l art et recommandations Direction : DTerCE Auteurs : Patrick Bidaut et Nicolas Grignard Club entretien du 12/05/2015 Uni Longitudinal Sommaire Généralités Mesures du Profil en

Plus en détail

La route constitue le premier patrimoine d une commune Km de routes communales en France, soit environ 17 km en moyenne par commune

La route constitue le premier patrimoine d une commune Km de routes communales en France, soit environ 17 km en moyenne par commune La gestion de la voirie communale I II III La route, un patrimoine Aspects réglementaires Aspects techniques IV Intervention sur voirie : Où? Quand? Comment? V Route et mobilité durable Pierre de Thé Congrès

Plus en détail

Recommandations pour le contrôle extérieur des chaussées

Recommandations pour le contrôle extérieur des chaussées Direction territoriale Ile-deFrance Recommandations pour le contrôle extérieur des chaussées COTITA Île de France Réunion du club Route, Entretien, Exploitation, Sécurité, Service à l usager Safi HADJ-BOUZIANE

Plus en détail

ENDUITS SUPERFICIELS 200 à 250 Mm² AUTOROUTES

ENDUITS SUPERFICIELS 200 à 250 Mm² AUTOROUTES ENDUITS SUPERFICIELS 200 à 250 Mm² AUTOROUTES RN RD VC LES ENDUITS SUPERFICIELS NORME 98-160 < Marquage CE des enduits superficiels Norme NF EN 12271 Normes essais sur les enduits superficiels NF 13043

Plus en détail

Sélection des bitumes selon l usage et la zone climatique

Sélection des bitumes selon l usage et la zone climatique Transp ort s Québec Direction du Laboratoire des chaussées Sélection des bitumes selon l usage et la zone climatique 10 e Journée du bitume et premier congrès annuel (23 mars 2005) Gaétan Leclerc, M. Sc.,

Plus en détail

LES STRUCTURES DE CHAUSSÉES FLEXIBLES FORTEMENT SOLLICITÉES

LES STRUCTURES DE CHAUSSÉES FLEXIBLES FORTEMENT SOLLICITÉES LES STRUCTURES DE CHAUSSÉES FLEXIBLES FORTEMENT SOLLICITÉES Colloque Bitume Québec - Mont Ste-Anne 23 mars 2006 Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Adjoint Contenu de la présentation Enrobé = flexible

Plus en détail

Étude sur l utilisation des électro densimètres pour déterminer la compacité des enrobés

Étude sur l utilisation des électro densimètres pour déterminer la compacité des enrobés laboratoire des chaussées Étude sur l utilisation des électro densimètres pour déterminer la compacité des enrobés Yves Robitaille Service des chaussées laboratoire des chaussées Mise en situation L appareil

Plus en détail

ÉVALUATION DU RENDEMENT DÉTAILLÉE. Ingénierie des ponts - surveillance

ÉVALUATION DU RENDEMENT DÉTAILLÉE. Ingénierie des ponts - surveillance ÉVALUATION DU RENDEMENT DÉTAILLÉE Évaluation du rendement Date : 6--9 Heure : ::6 Page : de 7 Compétence du surveillant et de son équipe Compréhension des documents contractuels plans, devis, normes, guides

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage : Ville de CHATELAILLON-PLAGE Direction des Services Techniques 20, Boulevard de la Libération 17340

Plus en détail

Les enrobés bitumineux et les petites municipalités

Les enrobés bitumineux et les petites municipalités Bitume Québec Formation technique 2014 Les enrobés bitumineux et les petites municipalités Mathieu Meunier, ing. Ph.D. Directeur Adjoint aux Travaux Publics Municipalité de Saint-Hippolyte Plan de la présentation

Plus en détail

RECYCLAGE DES CHAUSSÉES AU MTQ : Bilan 2010

RECYCLAGE DES CHAUSSÉES AU MTQ : Bilan 2010 Direction du Laboratoire des chaussées RECYCLAGE DES CHAUSSÉES AU MTQ : Bilan 2010 CERIU : INFRA 2011 7 au 9 novembre 2011 Guy Bergeron, ing., M.Sc. Service des chaussées?? Plan 1. Règlementation 2. Techniques

Plus en détail

Dossiers Qualibéton et BNQ

Dossiers Qualibéton et BNQ INTRODUCTION Le présent document présente des éclaircissements ou des pistes de solution concernant certains points portant sur le protocole de certification BNQ 2621-905/2012. L ABQ tient à souligner

Plus en détail

Profondeur du gel. Impact des conditions de sol Hiver Les lentilles de glaces se forment perpendiculairement à la direction du flux thermique!!

Profondeur du gel. Impact des conditions de sol Hiver Les lentilles de glaces se forment perpendiculairement à la direction du flux thermique!! Les lentilles de glaces se forment perpendiculairement à la direction du flux thermique!! soulèvement Réf: Konrad Profondeur du gel (Gelmètre) Impact des conditions de sol Hiver 1994 R 354, St-Alban Rang

Plus en détail

Les applications urbaines d enrobés tièdes au Québec : bilan des projets

Les applications urbaines d enrobés tièdes au Québec : bilan des projets Les applications urbaines d enrobés tièdes au Québec : bilan des projets 2005-2011 Yvan Paquin, ing. Directeur technique Congrès CERIU - Infra 2011 Québec 8 novembre 2011 Contenu de la présentation Contexte

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Lot n 2 : Signalisation Horizontale

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Lot n 2 : Signalisation Horizontale MAIRIE D ANNAY MARCHE DE SERVICES A BONS DE COMMANDE Marché de Signalisation Routière 2014 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Lot n 2 : Signalisation Horizontale Identification de l acheteur

Plus en détail

Volumétrie et méthode de formulation Marshall. Pierre Langlois, M. ing.

Volumétrie et méthode de formulation Marshall. Pierre Langlois, M. ing. Volumétrie et méthode de formulation Marshall Pierre Langlois, M. ing. Pourquoi travailler en volume? Les granulats ont des densités variées; Pour un même volume d'enrobé, les rapports de masses sont variables.

Plus en détail

ANNEXE I - INSPECTION/ASSURANCE DE LA QUALITÉ/CONTRÔLE DE LA QUALITÉ

ANNEXE I - INSPECTION/ASSURANCE DE LA QUALITÉ/CONTRÔLE DE LA QUALITÉ ANNEXE I - INSPECTION/ASSURANCE DE LA QUALITÉ/CONTRÔLE DE LA QUALITÉ Plan des essais et des inspections 1. L entrepreneur devra préparer un plan des essais et des inspections comprenant des plans individuels

Plus en détail

Normalisation des Mélanges Bitumineux. Utilisation des normes

Normalisation des Mélanges Bitumineux. Utilisation des normes Normalisation des Mélanges Bitumineux Utilisation des normes Thomas CAILLOT - Sétra Thomas CAILLOT - Normalisation des Mélanges Bitumineux 1/26 Journée Enrobés Bitumineux Bitumineux Nancy le le 17 17 juin

Plus en détail

Ce document a été rédigé par le comité Entretien des routes de l'association Bitume Québec.

Ce document a été rédigé par le comité Entretien des routes de l'association Bitume Québec. Bitume Québec décline toute responsabilité, directe ou indirecte, quant à l actualité ou à l exactitude des informations du présent devis technique ou aux conséquences découlant de son utilisation. Les

Plus en détail

LES ENROBÉS ADAPTÉS AUX BESOINS DES MUNICIPALITÉS (VILLE DE QUÉBEC)

LES ENROBÉS ADAPTÉS AUX BESOINS DES MUNICIPALITÉS (VILLE DE QUÉBEC) LES ENROBÉS ADAPTÉS AUX BESOINS DES MUNICIPALITÉS (VILLE DE QUÉBEC) Par : Patrice Bergeron, ing. Bitume Québec : FT-2014 2, 3 et 4 décembre 2014 SERVICE DE L INGÉNIERIE PLAN DE LA PRÉSENTATION Mélange

Plus en détail

Chaussées de béton au Québec

Chaussées de béton au Québec Chaussées de béton au Québec Par Pierre-Louis Maillard, ing. Février 2010 Chaussées de béton Expertise accrue depuis plus de 15 ans des intervenants: du MTQ, des consultants des entrepreneurs Équipements

Plus en détail

Auto-contrôle de l entrepreneur sur l uni avec profilomètre basse vitesse

Auto-contrôle de l entrepreneur sur l uni avec profilomètre basse vitesse Auto-contrôle de l entrepreneur sur l uni avec profilomètre basse vitesse Colloque Technique de Bitume Québec Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Adjoint Construction DJL inc. 26 novembre 2008 Plan de

Plus en détail

Protège la chaussée contre les déversements d hydrocarbures

Protège la chaussée contre les déversements d hydrocarbures N O T I C E T E C H N I Q U E ENROBÉ ANTI-KÉROSÈNE COLNAK Protège la chaussée contre les déversements d hydrocarbures Nouvelle génération d enrobés bitumeux de couche de roulement anti-kérosène, COLNAK

Plus en détail

PROGRAMME VOIRIE BORDEREAU DES PRIX (CADRE)

PROGRAMME VOIRIE BORDEREAU DES PRIX (CADRE) COMMUNE DE SAINT-ESTEPHE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES PROGRAMME DE VOIRIE 2012 BORDEREAU DES PRIX (CADRE) BORDEREAU DES PRIX N Désignation du prix et prix unitaire en toutes lettres HT Prix

Plus en détail

L entretien et la réhabilitation des chaussées bitumineuses. Les enrobés coulés à froid

L entretien et la réhabilitation des chaussées bitumineuses. Les enrobés coulés à froid L entretien et la réhabilitation des chaussées bitumineuses Les enrobés coulés à froid Montréal, 2 décembre 2014 SOMMAIRE 1. Définitions 2. Sélection des constituants 3. Fabrication et mise en œuvre 4.

Plus en détail

DEVIS SPÉCIAL (Clauses techniques et descriptives)

DEVIS SPÉCIAL (Clauses techniques et descriptives) N projet: N dossier: 154090358 7007-16-0102 DEVIS SPÉCIAL (Clauses techniques et descriptives) N document: 120 Unité administrative DIRECTION DE LA MAURICIE CENTRE-DU-QUÉBEC Plans et devis d'ingénierie

Plus en détail

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES MARCHE DE TRAVAUX A PROCEDURE ADAPTEE Maître d ouvrage : Communauté de Communes 16 rue Thiers 55120 Clermont-en-Argonne BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES OBJET DU MARCHE PUBLIC : PROGRAMME VOIRIE 2011 : Travaux

Plus en détail

Congrès Bitume Québec Mont Sainte-Anne 23 & 24 mars Normalisation Européenne Mélanges bitumineux à chaud. F.VERHEE Eurovia Management - France

Congrès Bitume Québec Mont Sainte-Anne 23 & 24 mars Normalisation Européenne Mélanges bitumineux à chaud. F.VERHEE Eurovia Management - France Congrès Bitume Québec Mont Sainte-Anne 23 & 24 mars 2005 Normalisation Européenne Mélanges bitumineux à chaud F.VERHEE Eurovia Management - France Normalisation Européenne - Mélanges bitumineux à chaud

Plus en détail

Présenté par : Fahd BEN SALEM

Présenté par : Fahd BEN SALEM Département génie de la construction Directeur: Pr. Alan CARTER, Codirecteur : Pr. Daniel PERRATON Présenté par : Fahd BEN SALEM Le 12 Avril 2016 Plan 1 Introduction 2 3 Méthodologie et processus du 4

Plus en détail

Ce document a été rédigé par le comité Entretien des routes de l'association Bitume Québec.

Ce document a été rédigé par le comité Entretien des routes de l'association Bitume Québec. Bitume Québec décline toute responsabilité, directe ou indirecte, quant à l actualité ou à l exactitude des informations du présent devis technique ou aux conséquences découlant de son utilisation. Les

Plus en détail

Réalisation du retraitement en place à froid Type II (urbain) Par Construction Soter inc.

Réalisation du retraitement en place à froid Type II (urbain) Par Construction Soter inc. Réalisation du retraitement en place à froid Type II (urbain) Par Construction Soter inc. Sommaire de la présentation Gestion de la circulation Fenêtre d exploration Étude de formulation Décohésionnement

Plus en détail

JOURNÉE BITUME 2000 ALLOCUTION DE M. MICHEL LABRIE, ing., directeur de la Direction du laboratoire des chaussées, Ministère des Transports du Québec

JOURNÉE BITUME 2000 ALLOCUTION DE M. MICHEL LABRIE, ing., directeur de la Direction du laboratoire des chaussées, Ministère des Transports du Québec JOURNÉE BITUME 2000 ALLOCUTION DE M. MICHEL LABRIE, ing., directeur de la Direction du laboratoire des chaussées, Ministère des Transports du Québec Date : Mardi le 21 mars 2000 Endroit : Auberge des Gouverneurs,

Plus en détail

REFECTION DE VOIERIE COMMUNALE VIEUX CHEMIN DE SENLIS

REFECTION DE VOIERIE COMMUNALE VIEUX CHEMIN DE SENLIS Pièce contractuelle n 2 COMMUNE D AUMONT EN HALATTE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES ---------------------------- REFECTION DE VOIERIE COMMUNALE VIEUX CHEMIN DE SENLIS Page 1 sur 5 CAHIER DES

Plus en détail

Méthodes et techniques d évaluation des chaussées existantes et établissement des diagnostics de réfection Cas types

Méthodes et techniques d évaluation des chaussées existantes et établissement des diagnostics de réfection Cas types BITUME QUÉBEC Méthodes et techniques d évaluation des chaussées existantes et établissement des diagnostics de réfection Cas types Présentée par : Louis D Amours, ing., M.Sc.A. Vice-président Groupe Qualitas

Plus en détail

Modification par rapport à la précédente édition de septembre 1993 : modification de forme uniquement

Modification par rapport à la précédente édition de septembre 1993 : modification de forme uniquement LABORATOIRE COMPOSITION DES BÉTONS POUR LA FABRICATION DES PAVÉS Données de base Auteurs : Claude REBITZER - Jacques BRESSON Modification par rapport à la précédente édition de septembre 1993 : modification

Plus en détail

Contenu de la session:

Contenu de la session: Bitume Québec Session 2011 Gestion de la qualité en chaussées souples Novembre 2011 Préparation et critères d acceptation des supports avant la mise en œuvre des enrobés Préparation et critères d acceptation

Plus en détail

Services Techniques MARCHE DE TRAVAUX DE PEINTURES ROUTIERES 2014 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

Services Techniques MARCHE DE TRAVAUX DE PEINTURES ROUTIERES 2014 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) COMMUNE DE Services Techniques MARCHE DE TRAVAUX DE PEINTURES ROUTIERES 2014 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Marché passé selon la procédure : En application de l article du Code

Plus en détail

LES ENDUITS SUPERFICIELS. Pathologie Réparabilité Recyclabilité. 1 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer

LES ENDUITS SUPERFICIELS. Pathologie Réparabilité Recyclabilité. 1 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer LES ENDUITS SUPERFICIELS Pathologie Réparabilité Recyclabilité 1 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer Patrice VALLON Septembre 2010 Dégradations rencontrées sur

Plus en détail

Lionel ODIE. Les revêtements superficiels. ESU et ECF : Deux techniques éprouvées

Lionel ODIE. Les revêtements superficiels. ESU et ECF : Deux techniques éprouvées Les revêtements superficiels ESU et ECF : Deux techniques éprouvées Lionel ODIE CETE de l Ouest / LRPC SaintBrieuc Commission de Normalisation Revêtements Superficiels Ministère de l'écologie, de l'énergie,

Plus en détail

MARQUAGE CE DES MATERIAUX BITUMINEUX COULES A FROID REALISATION DES PLANCHES TEST

MARQUAGE CE DES MATERIAUX BITUMINEUX COULES A FROID REALISATION DES PLANCHES TEST MARQUAGE CE DES MATERIAUX BITUMINEUX COULES A FROID REALISATION DES PLANCHES TEST Version du 8 juillet 2009 Le marquage CE des matériaux bitumineux coulés à froid (1) sera obligatoire à partir du 1 er

Plus en détail

8 e Congrès annuel Enrobés phoniques de l industrie. Pierre Langlois, ing.

8 e Congrès annuel Enrobés phoniques de l industrie. Pierre Langlois, ing. 8 e Congrès annuel Enrobés phoniques de l industrie Pierre Langlois, ing. 1 NOUVEAU PROJET Développement de produits spécialisés par les producteurs d enrobés Élaboration de «fiches produits» : enrobés

Plus en détail

VILLE DE TERREBONNE DIRECTION DU GÉNIE ET PROJETS SPÉCIAUX DEVIS TECHNIQUE TERRASSEMENT, FONDATION DE CHAUSSÉE ET REVÊTEMENT DE CHAUSSÉE EN ENROBÉS

VILLE DE TERREBONNE DIRECTION DU GÉNIE ET PROJETS SPÉCIAUX DEVIS TECHNIQUE TERRASSEMENT, FONDATION DE CHAUSSÉE ET REVÊTEMENT DE CHAUSSÉE EN ENROBÉS VILLE DE TERREBONNE DIRECTION DU GÉNIE ET PROJETS SPÉCIAUX DEVIS TECHNIQUE TERRASSEMENT, FONDATION DE CHAUSSÉE ET Édition : Mars 2017 C. NUMÉROTATION Veuillez noter que la numérotation du présent devis

Plus en détail

Parcs Canada V/RÉF. : CLAC-DRAINS-TUNNELS

Parcs Canada V/RÉF. : CLAC-DRAINS-TUNNELS Addenda 1 Date : 25 octobre 2016 Parcs Canada V/RÉF. : CLAC-DRAINS-TUNNELS Projet : Réhabilitation des systèmes de drainage des tunnels : Wellington rive-nord et rive sud Canal de Lachine Cet addenda fait

Plus en détail

RÉSEAU ROUTIER. chaussées. BITUME QUÉBEC Congrès Préparé par : L. Luc Chartrand, ing. LVM TECHNISOL

RÉSEAU ROUTIER. chaussées. BITUME QUÉBEC Congrès Préparé par : L. Luc Chartrand, ing. LVM TECHNISOL RÉSEAU ROUTIER Impact de l entretien l sur la durabilité des chaussées BITUME QUÉBEC Congrès 2008 Préparé par : L. Luc Chartrand, ing. LVM TECHNISOL PROGRAMME DE LA PRÉSENTATION 1. Courbes du cycle de

Plus en détail