MARS Investir en Bourse : ce n est pas sorcier!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MARS 2006 www.tendances.be. Investir en Bourse : ce n est pas sorcier!"

Transcription

1 MARS Investir en Bourse : ce n est pas sorcier!

2 FOCUS EDITORIAL par Michèle Audrit GD LE CARNET D ÉPARGNE OU LA BOURSE? Trends à l école consacre sa seconde édition aux marchés financiers. Un sujet sans cesse à la une de l actualité et où le jargon laisse perplexes bien des profanes. Dans son article de couverture, Frédéric Wauters décrypte le vocabulaire utilisé dans ce domaine en impliquant le lecteur dans la succession de Tante Rosa. Une généreuse vieille dame qui, en plus de laisser de confortables avoirs à son neveu Pascal, a eu la sagesse de lui léguer d indispensables conseils. Que faire pour faire fructifier ce pactole? Le conserver sur un carnet d épargne ou l investir en Bourse? Le Belge a une réputation de fourmi. En août 2005, 160 milliards dormaient sur les comptes épargne de nos compatriotes, soit par habitant! Eh oui, vous avez bien lu. Il s avère pourtant que le carnet d épargne, investissement on ne peut plus sûr, ne rapporte plus grand-chose aujourd hui. Dès lors, que faire? Opter pour l immobilier ou d autres formules de placements comme les sicav, les obligations, les bons d Etat, les assurances,...? La Bourse constitue un moyen intéressant de gonfler son bas de laine, mais il convient néanmoins de rester prudent car l opération n est pas sans risque. La belle période d avant-2000 et la bulle Internet ont montré les limites d un placement considéré par certains comme un jackpot. C était l ère de la nouvelle économie où les dot.com fleurissaient de tous les côtés, entraient en Bourse pour attirer l argent frais afin d assurer leur croissance, promettaient monts et merveilles à ceux qui y plaçaient leurs économies. Certains investisseurs, accros du clavier et de la banque en ligne, en avaient quasi fait un métier, se muant en day traders, achetant un jour et vendant le lendemain en dégageant de belles plus-values. Puis la bulle a éclaté entraînant avec elle la plupart des dot.com et ces investisseurs qui s étaient pris au jeu de la spéculation irréfléchie. Cette période est aujourd hui révolue, l investisseur est redevenu raisonnable et cherche à gérer au mieux son portefeuille. Suivant son tempérament, il optera pour un profil défensif (une gestion en bon père de famille, aux intérêts modestes mais où l on est assuré de ne pas perdre le moindre cent), neutre ou offensif (comportement plus risqué, avec des rendements plus attractifs, mais où il arrive aussi qu on perde de l argent...). En conclusion, si investir en Bourse reste une activité passionnante, ce n est pas un jeu. Mieux vaut bien s informer avant de s y lancer. Trends à l école Trends à l école est une initiative de Trends-Tendances, rue de la Fusée, 50, bte 9, 1130 Bruxelles. Direction et Rédaction en chef Amid Faljaoui Rédactrice en chef adjointe Michèle Audrit Coordination Jean-Marc Damry Mise en page Marc Deby, Geert Deceuninck, Benoit Haesen Content manager Christophe Charlot Ont collaboré à ce numéro Jean-Marc Damry, Pascale Haine, Lut Vandevelde, Frédéric Wauters. Documentation : Anne-Lise Castiaux Photo de couverture : Corbis Photographe : Corbis, Photo News Editeur : Dirk Vandekerkhove Editeur responsable : Wim Criel Aucune partie du présent ouvrage ne peut être reproduite et/ou rendue publique sous forme imprimée, photocopiée, microfilmée ou sous quelque autre forme que ce soit, sans l autorisation écrite préalable de l éditeur. Website : Trends à l école est une publication de Roularta Media Group S.A., Meiboomlaan, 33, 8800 Roulers. 2 TRENDS À L ÉCOLE MARS 2006

3 PG SOMMAIRE FOCUS SOMMAIRE MARS 2006 CORBIS 4 Trends à l école 4 Investir en Bourse, ce n est pas sorcier Actions, sicav, bons d Etat, obligations, warrants, options... Ces termes utilisés sur les marchés financiers peuvent laisser le profane sans voix. Il est pourtant utile de savoir de quoi on parle si l on veut investir dans autre chose que son carnet d épargne qui ne rapporte plus guère aujourd hui. Dans cette tour de Babel, accompagnons Pascal, dont la défunte tante Rosa lui a légué quelques biens immobiliers et son «portefeuille», mais aussi quelques précieux conseils. 11 Cocooner les bons éléments Les employeurs l admettent volontiers: les travailleurs sont leur capital le plus précieux. Des travailleurs motivés au bon profil et au bon poste contribuent sensiblement à la réalisation des objectifs de l entreprise. Reste que dans un environnement de plus en plus concurrentiel, la tâche n est pas évidente pour les directeurs des ressources humaines. Investir en Bourse, ce n est pas compliqué, mais il convient de rester prudent. 12 En droit civil, la meilleure preuve reste l écrit. 12 Preuves à l appui «Les Experts» font un malheur sur les écrans et nous familiarisent de près ou de loin à des moyens de preuve acceptés au niveau pénal : balistique, empreintes, analyses en laboratoire, autopsies... Ce n est toutefois pas avec ce genre de moyens qu on va prouver la propriété d un immeuble, la validité d un contrat commercial ou de mariage, la reconnaissance de dette ou le droit d un travailleur non respecté milliard pour la Wallonie Jadis une des plus prospères du monde, la Région wallonne est aujourd hui tombée bien bas. A-t-elle touché le fond? Impossible de le dire. En tous cas, le gouvernement wallon compte beaucoup sur l effet salutaire de son «plan Marshall», un plan dont le nom n a pas été choisi au hasard... PHOTO NEWS Grâce au plan Marshall, Elio Di Rupo veut redonner du tonus à la Wallonie. 15 RTL Ras-le-bol des griffes sur vos CD? Ne les jetez plus : SkipDoctor les répare Le SkipDoctor est un dispositif de réparation de griffes. Il rétablit les disques CD endommagés à leur performance optimale, qu il s agisse de CD audio, CD d enregistrement mais également de cédéroms, de DVD.Trends à l école vous en offre 5! Participez dès à présent au concours sur notre site web. MARS 2006 TRENDS À L ÉCOLE 3

4 FOCUS EN COUVERTURE FAIRE FRUCTIFIER SON PATRIMOINE Investir en Bourse : Actions, sicav, bons d Etat, obligations, warrants, options... Ces termes utilisés sur les marchés financiers peuvent laisser le profane sans voix. Il est pourtant utile de savoir de quoi on parle si l on veut investir dans autre chose que son carnet d épargne qui ne rapporte plus guère aujourd hui. Dans cette tour de Babel, accompagnons Pascal, dont la défunte tante Rosa lui a légué quelques biens immobiliers et son «portefeuille», mais surtout quelques précieux conseils. A rrivé chez lui, Pascal ouvre l enveloppe. Dedans, la fameuse liste : actions, bons d Etat, sicav, obligations, options, warrants,... Quel charabia! Apparemment, tout cela vaut pas mal d argent. Pascal se rappelle quelques conversations avec sa tante. «Tu sais, Pascal, les intérêts sur les comptes d épargne sont tellement bas, qu il ne vaut même pas la peine d y placer son argent. Outre la propriété des murs d un hôtel et quelques appartements qui m assurent un confortable complément à ma pension, j ai décidé d investir en Bourse! Au début, ce n est pas facile, mais une fois qu on est bien informé, c est très intéressant et très amusant, mais il faut toutefois rester prudent.» Agrafée à l inventaire du portefeuille, Pascal trouve une lettre de sa tante Rosa : «Mon petit Pascal, je suis sûre que tu te sens un petit peu désemparé en ce moment. J espère que cette petite lettre te permettra d y voir plus clair. Tu disposes à présent d un portefeuille contenant plusieurs titres, qu on appelle aussi valeurs mobilières: actions, obligations, sicav, etc. Voici quelques explications qui t aideront à comprendre de quoi il retourne. Les actions Commençons par les actions. Si demain tu voulais créer ton entreprise, tu devrais réaliser certains investissements : acheter des machines, te procurer les fournitures nécessaires, engager du personnel, etc. Tout cela coûte de l argent, et il faut bien que celui-ci vienne de quelque part. Soit tu as un petit bas de laine (quelques économies) et tu consacres cet argent à ton activité, soit tu dois emprunter. Laissons un moment l emprunt de côté. Si l argent est à toi et que tu décides de créer une société, cet argent deviendra le capital de la société. Il s agit du montant que tu as mis à sa disposition. Cet argent appartient désormais à la société, mais tu possèdes un document qui prouve que tu es le propriétaire de cette société. Tu peux aussi arriver à convaincre un ami ou tes parents d investir avec toi. La société aura alors plusieurs propriétaires que l on appelle les actionnaires. En guise de titre de propriété, chaque investisseur CORBIS recevra plusieurs actions qui symbolisent sa participation dans le capital de la société. Si la société que tu gères société dégage des bénéfices, elle peut soit les réinvestir dans son activité, soit les distribuer aux actionnaires. La partie des bénéfices qui est redistribuée aux actionnaires s appelle le dividende. Chaque actionnaire, en 4 TRENDS À L ÉCOLE MARS 2006

5 ce n est pas sorcier... fonction du nombre d actions qu il détient, aura droit à une partie des dividendes. Si la société réinvestit judicieusement la partie de ses bénéfices qu elle ne distribue pas, elle grandira, et sa valeur augmentera petit à petit : c est ce qu on appelle la plus-value. Un actionnaire peut facilement calculer le rendement de son placement, qui sera exprimé en SICAV ou pas SICAV? Société d investissement à capital variable : drôle de nom. Quelle réalité se cache derrière cette appellation mystérieuse? nvestir en Bourse n est pas à la portée de toutes les... Ibourses, justement. La constitution d un «bon» portefeuille d investissements est complexe et nécessite une somme conséquente : on parle en général de La plupart des gestionnaires de patrimoine, les organismes spécialisés qui s occupent de gérer la fortune d investisseurs aisés, considèrent d ailleurs que leurs clients doivent disposer de plus de à à investir. Pourquoi? Tout d abord, il y a les coûts de transaction : chaque opération sur les marchés financiers donne lieu au prélèvement d une commission par les brokers, et souvent aussi d une taxe. Cela revient vite à une trentaine d euros par opération. Autrement dit, acheter puis revendre les actions d une société déterminée coûte plus de 60 à l investisseur, sans compter les frais comptés par la banque pour la gestion du compte titres. Il donc faut que le montant investi dans une seule action soit suffisamment important pour que ce coût puisse être couvert. Ensuite, il y a le problème du risque. Investir en Bourse est une opération risquée : si le cours l action que j ai achetée baisse, je perdrai de l argent. Parfois beaucoup d argent. Heureusement, les spécialistes de la finance ont découvert qu en diversifiant un portefeuille, c est-à-dire en achetant suffisamment d actions et d obligations différentes, il est possible de réduire le risque encouru par l investisseur. Le problème, c est que les petits investisseurs ne disposent pas d un bas de laine conséquent. C est la raison pour laquelle le secteur financier a créé les sicav. Une sicav est une société anonyme d un genre un peu particulier. Ses actionnaires sont les petits épargnants qui souhaitent investir en Bourse mais ne disposent pas des capitaux ou des connaissances pour se lancer seuls dans l aventure. L argent récolté auprès des investisseurs est ensuite intégralement investi selon une stratégie qui figure dans les statuts de la société. La gestion de la sicav est assurée par une banque ou un organisme financier, donc par des investisseurs professionnels. Le degré de risque et le rendement d une sicav dépendront du type de sicav. Il en existe une très grande variété, avec autant de stratégies différentes de placement : sur un seul marché, sur plusieurs marchés, sur un seul secteur, sur quelques secteurs, uniquement en actions, uniquement en obligations, ou encore un mélange des deux. Certaines garantissent un certain rendement à l échéance, d autres promettent de récupérer au moins l investissement initial, d autres ne promettent rien. Le choix est énorme. A chaque investisseur de «faire son marché» en fonction du rendement qu il attend et du risque qu il est prêt à prendre... F.W. MARS 2006 TRENDS À L ÉCOLE 5

6 FOCUS EN COUVERTURE L analyste : le Monsieur Météo des marchés... omme le météorologue, l analys- financier se base sur une série Cte d observations pour tenter de prévoir l avenir. Il cherche à déterminer comment les valeurs qu il surveille vont évoluer. Ses sources d information? Les cours de la Bourse (passés et présents), les comptes annuels des sociétés, la lecture assidue de journaux et de revues ainsi que de nombreuses entrevues avec les responsables financiers des entreprises qu il scrute. «Il existe deux sortes d analystes financiers, explique Emmanuel Lefèvre, chez Fortis Banque: le primaire et le secondaire. Leurs rôles sont complémentaires.» L analyste primaire suit de cinq à dix sociétés. Il étudie en profondeur leurs comptes annuels et leurs perspectives d évolution, et construit des modèles pour estimer la valeur de ces sociétés. Il compare ensuite cette valeur au cours de l action et prépare ses recommandations: acheter, vendre ou conserver. L analyste secondaire, lui, s occupe d une quarantaine de valeurs, réparties sur un ou deux secteurs. Un secteur est constitué d un ensemble d entreprises ayant le même type d activité. Par exemple, Carrefour, Delhaize et Colruyt font partie du même secteur : le commerce de détail. Mais il y a bien entendu aussi bien d autres secteurs (pharmacie, télécoms,...). L analyste secondaire compare les sociétés d un même secteur entre elles, étudie les perspectives économiques, et essaie de dégager des tendances pour le futur. Pour son travail, il utilise souvent le résultat des recherches des analystes primaires. Les recommandations des analystes financiers sont communiquées aux clients importants de la banque, aux investisseurs institutionnels et à la presse. CORBIS L ANALYSTE FINANCIER Il tente de prévoir les évolutions futures, sur base du passé, des prévisions des entreprises elles-mêmes et de la situation économique. «Les investisseurs institutionnels, ce sont les fonds de pension, les gestionnaires de fonds et les sociétés d assurance, poursuit Emmanuel Lefèvre. Ils baseront leurs décisions d investissement sur les recommandations des analystes primaires. A notre niveau, l objectif est que ces analyses génèrent du volume,autrement dit amènent nos clients à effectuer des opérations d achat ou de vente, sur lesquelles nous prélevons une commission. Evidemment, il faut pour cela que nos conseils soient d excellente qualité, qu ils apportent une réelle valeur ajoutée. Il est hors de question, par exemple, de proposer l achat de telle ou telle valeur parce que nos concurrents ont émis un avis en ce sens. Il faut avoir le courage de prendre des risques : lorsqu un analyste repère une opportunité, une action dont le cours est nettement inférieur à ce qu il estime être sa valeur ou son potentiel d évolution, il doit réagir rapidement. Nous essayons aussi de suivre des thèmes, par exemple la croissance du secteur bancaire en Europe centrale. C est ainsi que nous avons recommandé les titres KBC à l achat : cette entreprise a en effet beaucoup investi dans cette partie de l Europe, et nous pensons qu elle est bien placée pour profiter de la tendance qui se dessine.» Cela ne veut pas pour autant dire que les analystes financiers ne s intéressent pas au travail de leurs concurrents, au contraire. «En tant qu analystes secondaires, nous sommes nous-mêmes clients de certains de nos concurrents, ajoute Emmanuel Lefèvre. Nous avons ainsi accès à leurs analyses et pouvons dès lors comparer leurs études aux nôtres, vérifier nos hypothèses et les confronter aux leurs.» L analyste financier tente donc de prévoir les évolutions futures, sur base du passé, des prévisions des entreprises ellesmêmes et de la situation économique. Comme pour le météorologiste, il s agit d un travail scientifique minutieux, mais dans lequel subsiste néanmoins une part d incertitude. «Il n y a jamais de certitude sur les marchés. Il est possible qu un élément important n ait pas été incorporé dans l analyse ou qu un événement imprévu vienne tout remettre en cause. Ainsi, après de longues discussions avec le management d Agfa, nous étions certains que l entreprise allait se redresser. Le management avait pris les mesures nécessaires, et tout pointait vers une reprise de l activité. Nous avions émis une recommandation d achat. Nos concurrents étaient d ailleurs, eux aussi, parvenus aux mêmes conclusions. Mais hélas, le chiffre d affaires a été beaucoup moins élevé que prévu, et la croissance attendue ne s est pas matérialisée. C est bien la preuve qu on ne peut jamais tout prévoir...» Un peu comme lorsqu il pleut pendant votre pique-nique alors que la météo annonçait du soleil... F. W A l image du météorologiste, l analyste financier réalise un travail scientifique minutieux mais dans lequel subsiste néanmoins une part d incertitude. 6 TRENDS À L ÉCOLE MARS 2006

7 pourcentage : il lui suffit d additionner le dividende et la plus-value et de diviser cette somme par son investissement initial. Mais chaque actionnaire de ta société prend un risque : si tu gères mal la société, elle ne fera pas de bénéfices. Si les choses tournent mal, elle peut même faire faillite. Dans ce cas, tes actionnaires ne récupèreront pas leur investissement. C est à cause de ce risque de perdre de l argent que les actions sont parfois appelées capital à risque. Si tu veux convaincre tes investisseurs de te faire confiance, le rendement que tu leur proposes doit donc être supérieur à celui d un livret d épargne. La différence entre le rendement et le taux d intérêt s appelle la prime de risque. Il s agit-là du supplément que les actionnaires exigeront en contrepartie du risque qu ils prennent en confiant leur argent à la société. MASTERFILE Les actions et la Bourse Tout ce que je t ai expliqué, eh bien ça se passe exactement de la même manière pour les actions que tu as dans ton portefeuille. Ces actions représentent ta part dans le capital de plusieurs sociétés et te donnent droit chaque année à une partie des dividendes qu elles distribuent. Comme ces sociétés sont très grandes, elles ont des milliers, parfois des dizaines de milliers d actionnaires. Bien sûr, ils ne se connaissent pas entre eux c est pour cela qu en Belgique on appelle ces sociétés des sociétés anonymes mais ils ont tous décidé d apporter un peu d argent à la même société parce qu ils pensent qu ils pourront en retirer un bénéfice. L avantage d une action, c est que si demain un actionnaire décide, pour une raison qui lui appartient, qu il ne veut plus être actionnaire de la société, il peut revendre les actions qu il possède. Tout ce qu il doit faire, c est trouver un acheteur. C est à cela que servent les Bourses : elles permettent aux gens qui souhaitent vendre des actions de trouver des acheteurs et vice-versa. La seule condition : se mettre d accord sur un prix. Chaque jour, des milliers d acheteurs et de vendeurs échangent des actions de la même société. Ce sont les prix auxquels se concluent leurs transactions qui déterminent le cours des actions, qu on appelle aussi la cote. Le cours d une action, c est le prix auquel les acheteurs sont d accord d acheter et les vendeurs prêts à vendre. Mais comment font-ils pour estimer ce que vaut la société dont ils échangent les actions? Et comment mettre la main sur cette information? Je te suggère de jeter un œil aux deux petits articles que je joins à cette lettre. Ils t expliqueront qui sont les analystes financiers et ce qu ils font pour déterminer la valeur INVESTIR EN BOURSE C est parfois un coup de dés. Il convient de rester prudent. Ce n est pas un jeu. d une entreprise (voir encadrés). Tu imagines bien que les investisseurs ne se rendent pas eux-mêmes à la Bourse avec leur petit portefeuille sous le bras! Ils feront en réalité appel à des opérateurs spécialisés qui s occuperont à leur demande d acheter et de vendre leurs titres. On les appelle courtiers ou brokers en anglais. Les obligations Imagine maintenant que ta petite société doit réaliser de nouveaux investissements. Si les actionnaires sont prêts à investir plus d argent, la société réalisera une augmentation de capital et émettra de nouvelles actions. Sinon elle pourra emprunter cet argent à la banque ou aux ac- La grande différence entre les actions et les obligations, c est le risque que prennent les investisseurs. MARS 2006 TRENDS À L ÉCOLE 7

8 FOCUS EN COUVERTURE A quoi tient la valeur d une entreprise... maginez deux boulangeries installées dans la même rue. I Leurs locaux ont la même surface et la même disposition. Les exploitants disposent des mêmes machines, se fournissent chez les mêmes grossistes, emploient le même nombre de personnes et fabriquent les mêmes produits. Le boulanger X est très soucieux de la qualité de son pain et de ses croissants. Pour rien au monde il ne vendrait un pain trop sec ou un croissant trop cuit. Il surveille chaque étape de la préparation et de la présentation de ses produits. Il est toujours bien habillé et aimable avec les clients. Le boulanger Y, lui, se rase quand il y pense. Il porte en permanence un vieux tablier taché. Il essaie toujours d écouler jusqu au dernier de ses pains, même s ils sont un peu rassis. Il laisse ses ouvriers s occuper seuls de la préparation et de la cuisson. Il sourit rarement à ses clients et, quand il est fatigué, ce qui lui arrive souvent, il leur répond de façon peu courtoise ou impolie. Si les deux commerces étaient à remettre lequel, à votre, avis se vendrait au prix le plus élevé? La plupart d entre vous désigneront sans hésiter la boulangerie X. Pourquoi? Posez la question autour de vous, la réponse sera toujours quelque chose comme : «Parce que le boulanger X est aimable avec ses clients.» Quel est le rapport entre l amabilité de Monsieur X et la valeur de son commerce? C est simple. A force de mettre l accent sur la qualité et l accueil, Monsieur X s est construit une clientèle fidèle. Sa boulangerie continuera à bénéficier de cette bonne réputation et ses revenus futurs sont donc assurés. Par contre, Monsieur Y, à cause de son attitude négligente, n a pas pu se construire une clientèle : les revenus de son activité sont moins importants et ses perspectives d avenir sont donc plus incertaines. Lorsque nous cherchons à savoir quelle boulangerie «vaut le plus d argent», notre premier réflexe est donc de comparer le potentiel des deux établissements. Et comment y arrivons-nous? En nous basant sur ce que nous savons du comportement passé des deux boulangers. C est exactement ce que font les analystes financiers. Bien sûr, leur travail est beaucoup plus long et plus complexe, mais le principe qu ils suivent est exactement le même : la valeur d une entreprise dépend de ses revenus futurs. Le travail de l analyste financier consiste donc à estimer avec le plus de certitude possible les revenus futurs de la société qu il étudie. Il se basera ensuite sur ces estimations pour déterminer la valeur des actions de cette entreprise. Les «modèles» d analyse Notre analyste financier se trouve donc confronté à deux questions cruciales : comment estimer les revenus qu aura l entreprise dans le futur? Et comment utiliser ces revenus futurs pour déterminer ce que vaut l entreprise tionnaires. Dans ce cas, il s agit d un prêt que la société devra rembourser et sur lequel elle paie un intérêt. Cet emprunt fera l objet d un contrat où sera mentionné le montant emprunté, la date de remboursement et le taux d intérêt. Les grosses sociétés dont les actions s échangent en Bourse ne sont pas obligées de passer par un banquier ou d emprunter à une seule personne. Elles peuvent directement s adresser aux marchés pour faire leur emprunt. Le mécanisme ressemble un peu à celui des actions: la société émet des titres qui représentent une partie du montant qu elle souhaite emprunter. Ces titres s appellent des obligations. Chaque obligation mentionne le montant emprunté, appelé principal, nominal ou valeur faciale, ainsi que le taux d intérêt et la date de remboursement, qu on appelle échéance. Les investisseurs qui achètent des obligations recevront chaque année un intérêt et, s ils gardent le titre jusqu à l échéance, ils recevront également le remboursement du montant nominal. Comme pour les actions, les obligataires peuvent décider de revendre les obligations qu ils détiennent à d autres investisseurs grâce aux marchés boursiers. Les obligations sont cotées en Bourse et leur cote est exprimée en pourcentage de la valeur nominale. En fait, la grande différence entre les actions et les obligations, c est le risque que prennent les investisseurs. Une obligation, je te l ai dit, est un emprunt : donc, la société est obligée de rembourser les détenteurs des obligations qu elle émet quand la date d échéance arrive. Ce n est pas le cas avec les actions. C est pour cela que le rendement des obligations est moins élevé que celui des actions. Mais comme il reste quand même un risque que la société fasse faillite et ne puisse pas rembourser, les obligations rapportent plus qu un simple livret d épargne. Il y a une prime de risque. Les entreprises ne sont pas seules à émettre des obligations. C est aussi un des moyens préférés des Etats pour emprunter de l argent. Les Etats ne peuvent pas faire faillite, leur prime de risque est donc en général moins élevée que celle des entreprises. Voilà, je crois que je t ai assez ennuyé. J espère que tu comprends mieux à présent ce que sont les actions et les obligations. Bonne chance pour tes premiers pas en Bourse! Tante Rosa.» Et les autres valeurs mobilières? Pascal se sent déjà moins désemparé. Mais le portefeuille de Tante Rosa contient d autres valeurs mobilières. Il décide de faire quelques recherches sur Internet, histoire d en savoir plus. Voici le résultat de ses investigations. Bons d Etat. C est ainsi qu on appelle, en Belgique, les obligations émises par l Etat belge. Options. Une option est un contrat entre deux personnes : l acheteur et l émetteur. Ce contrat est vendu à l acheteur par l émetteur. L acheteur peut s il le souhaite le revendre à un autre investisseur. L option donne à celui qui la détient le droit d acheter (option call) ou de vendre (option put), à un moment déterminé, une action, une obligation, une devise, un indice ou une matière première, à un prix convenu (le prix d exercice), à l émetteur. Si la société réinvestit judicieusement la partie de ses bénéfices qu elle ne distribue pas, elle grandira, et sa valeur augmentera petit à petit : c est ce qu on appelle la plus-value. 8 TRENDS À L ÉCOLE MARS 2006

9 aujourd hui? Répondre à la seconde question est à la fois simple et compliqué. C est ce qu on appelle le problème de la valeur actualisée : quelle est la valeur, aujourd hui, d une somme à recevoir dans le futur? Posons le problème autrement : si quelqu un m a promis de me donner 100 dans un an, mais que je préfèrerais être payé aujourd hui, quelle somme devrait-il débourser pour que notre situation à tous les deux soit exactement la même? C est cette somme qu on appelle la valeur actualisée de 100 dans un an. Comment la déterminer? Le principe est assez simple : c est la somme que je devrais placer aujourd hui en banque pour que, dans un an, grâce aux intérêts, je puisse retirer exactement 100 de mon compte en banque. Ainsi, au taux de 2%, je devrais placer 98,04 aujourd hui pour récupérer 100 dans un an ( 98,04 + 1,96 d intérêts). La valeur actualisée dépend donc du taux d intérêt utilisé pour le calcul, appelé taux d actualisation. Le calcul de la valeur actualisée des revenus futurs de l entreprise est bien entendu plus compliqué que notre petit exemple, puisqu il s étend sur plusieurs années. Mais la difficulté principale reste la même : déterminer le taux d actualisation le plus réaliste. Arriver à prévoir les revenus d une entreprise dans le futur est une autre affaire. Première piste : les comptes annuels de l entreprise. En étudiant les résultats des années précédentes, l analyste peut se faire une idée de la structure des revenus et des coûts de l entreprise. La plupart des sociétés cotées fournissent également leurs prévisions à intervalles réguliers généralement par trimestre. Mais cela ne suffit pas encore. Généralement, l analyste prend aussi en compte tout ce qui pourrait influencer la demande pour les produits de la société, comme les prévisions économiques pour les pays où la société est active, l évolution des prix, l existence de produits ou services similaires ou l apparition de nouveaux produits ou concurrents, la stratégie menée par les concurrents, etc. Il se base aussi sur tout ce qui pourrait influencer les coûts de production, à savoir l évolution du prix des matières premières, du coût de la maind œuvre, du financement, les politiques menées par les gros fournisseurs, le prix du transport, etc. Il tient également compte de l évolution du secteur (la stratégie des concurrents, leurs résultats passés et prévisions pour le futur,...)... Toutes ces informations permettent à l analyste de se forger son idée des perspectives de l entreprise et d établir ses prévisions de revenus. Les prévisions de revenus qu il prépare et la méthode d actualisation qu il a déterminée permettent à l analyste de construire un modèle d évaluation. Ce modèle lui permet d estimer la valeur de l entreprise et la façon dont elle va évoluer. Il pourra ensuite comparer la valeur qu il a déterminée au cours de l action de l entreprise et préparer ses recommandations. Si par exemple la valeur estimée par l analyste est supérieure au cours de l action, il peut la recommander à l achat. En effet, à long terme, les cours boursiers ont tendance à s ajuster pour refléter la valeur de la société. Dans notre exemple, ils risquent donc d évoluer à la hausse. Le client qui aura acheté des actions pourra alors les revendre en faisant un bénéfice. F. W CORBIS Pendant la période d exercice, le détenteur peut choisir d exécuter le contrat de l option, c est-à-dire vendre ou acheter à l émetteur la valeur sous-jacente. Mais il n y est pas obligé. D où le nom d option. Les options sont utilisées soit dans un but de spéculation, soit dans un but de couverture. Leur intérêt pour le spéculateur est que les options sont moins chères que les valeurs sur lesquelles elles portent. Par contre, leur valeur évolue de façon parallèle mais en multipliant l effet des variations de cours. Avec le même montant, un spéculateur peut donc augmenter fortement son bénéfice (ou sa perte). Celui qui décide de se couvrir va, lui, utiliser les options pour neutraliser un risque. Imaginons une entreprise qui sait qu elle va recevoir dans deux mois une forte somme en dollars qu elle devra changer en euros. Elle ne veut pas risquer de perdre de l argent à cause d une baisse du dollar en dessous de 1,20. Pour se couvrir, elle peut acheter des options put au cours de 1,20 pour la même date d échéance. Si à l échéance le cours du dollar est passé en dessous de 1,20, l entreprise exercera son option. Sinon, elle la laissera s éteindre. C est un peu comme si l entreprise avait acheté une assurance contre la baisse du dollar. Les warrants. Un warrant est une option représentée par un titre négociable en Bourse. Il s agit généralement d une option d achat (call), mais il existe aussi des warrants put. En voici un petit exemple : la Commerzbank a émis des warrants call sur les actions de la société Google. Chaque warrant porte sur 100 actions. Le prix d exercice est de $ 300 par action et la date d exercice est le 17 mars A cette date, le détenteur du warrant pourra choisir d acheter 100 actions Google à la Commerzbank au prix de $ 300. Si au moment de l exercice, les actions Google va- LA BOURSE Elle permet aux gens qui souhaitent vendre des actions de trouver des acheteurs et vice-versa. MARS 2006 TRENDS À L ÉCOLE 9

10 FOCUS EN COUVERTURE CORBIS Comment se portent les marchés? Quelques indices... Quel est le point commun entre Sherlock Holmes et un investisseur? Tous deux cherchent à résoudre une énigme et se servent d indices. Mais les indices qui intéressent les investisseurs sont assez différents de ceux que recherche le détective... herlock Holmes s est fixé pour Sobjectif de découvrir les coupables d un meurtre ou d un cambriolage. L investisseur, lui, cherche à se forger une idée de la façon dont les autres investisseurs envisagent le futur. Pourquoi? Parce que la valeur d une entreprise dépend de ses revenus futurs. Chaque jour, des millions de transactions s effectuent sur les marchés financiers et la façon dont le prix des actions évolue reflète donc l idée que l ensemble des investisseurs se font de l avenir. Pour un investisseur, il est donc crucial de connaître le «climat» du marché qui l intéresse. Dans son travail d investigation, l investisseur dispose d un genre particulier d indices : les indices boursiers. Il s agit d outils statistiques qui mesurent l évolution du prix d un ensemble de titres considérés comme représentatifs d un marché. En clair, les analystes considèrent que l évolution du cours des actions faisant partie de l indice donne une bonne idée du climat général sur le marché que l indice représente. L indice du marché des actions belges est le BEL 20. Il est calculé sur base du cours de vingt actions de référence (19 depuis la fusion Suez- Electrabel) cotées à Bruxelles. A côté de cela, il existe des indices qui ne sont pas spécifiques à une seule Bourse, mais à un pays, une zone géographique ou un secteur. Par exemple, le S&P500, qui reprend le cours de 500 actions différentes, mesure le climat sur les Bourses américaines. Le FT- SE EuroFirst 300 s intéresse aux Bourses européennes, et le MSCI est une mesure au niveau mondial. Alors, comment se portent les marchés boursiers ce matin? Pour le savoir, il suffit d ouvrir un journal et de rechercher les indices boursiers. Elémentaire, mon cher Watson! F.W. Les indices boursiers les plus connus BEL 20 (Euronext Bruxelles) CAC 40 (Euronext Paris) AEX (Euronext Amsterdam) DAX (Bourse de Francfort) FTSE100 (Bourse de Londres) Dow Jones (Bourse de New York) Nasdaq Composite (NASDAQ, une autre Bourse américaine) Nikkei (Bourse de Tokyo) lent plus cher, par exemple $ 367, il exercera son droit car il pourra revendre les actions achetées avec un bénéfice. Si les actions Google valent moins de $ 300, il ne l exercera pas. Les sicav. Tante Rosa ne possédait pas beaucoup de parts de sicav (société d investissement à capital variable). Et pour cause : la somme dont elle disposait était suffisante pour lui permettre d investir directement en Bourse. Pourquoi? La réponse se trouve dans l encadré «sicav ou pas sicav?». Notre ami Pascal va à présent pouvoir s essayer à faire fructifier son petit portefeuille. Mais c est un investisseur prudent. Avant de commencer à «jouer en Bourse» avec ce que lui a légué sa tante, il décide de s inscrire gratuitement au Concours Investisseurs organisé par Cash, le supplément au magazine Trends-Tendances, qui se déroule du 27 mars au 2 juin Il pourra ainsi jouer «pour du beurre» pendant quelques semaines et en apprendre plus sur la gestion de son portefeuille. Et puis, si ça marche bien pour lui, peutêtre gagnera-t-il une Mitsubishi Grandis, ou l un des nombreux autres prix. Frédéric Wauters Les options sont utilisées soit dans un but de spéculation, soit dans un but de couverture. 10 TRENDS À L ÉCOLE MARS 2006

11 RESSOURCES HUMAINES FOCUS THE RIGHT MAN AT THE RIGHT PLACE Cocooner les bons éléments Les employeurs l admettent volontiers: les travailleurs sont leur capital le plus précieux. Des travailleurs motivés au bon profil et au bon poste contribuent sensiblement à la réalisation des objectifs de l entreprise. Reste que dans un environnement de plus en plus concurrentiel, la tâche n est pas évidente pour les directeurs des ressources humaines. L e CV et la lettre d accompagnement forment le premier obstacle à franchir avant l entretien d embauche qui doit être préparé soigneusement. La sélection s accompagne très souvent d une panoplie de tests: intelligence, personnalité, collégialité. Depuis peu, des centres d évaluation (assessment centers) jugent les capacités de commandement des candidats, leur flexibilité, leur gestion du stress et des conflits, leur vision stratégique ainsi que leur intelligence émotionnelle. Les critères de recrutement se penchent ainsi de plus en plus sur des facteurs de personnalité. Soulignons aussi le rôle grandissant des sociétés d intérim dans le processus de regroupement. Le salaire n est pas la seule motivation Les jeunes connaissent mal le marché du travail: leurs ambitions salariales sont souvent exagérées par rapport à leurs responsabilités et ils ne sont pas suffisamment au courant des avantages extralégaux qui peuvent accroître leurs revenus. Ces derniers sont de plus fiscalement intéressants pour les deux parties en présence: chèques-repas, voitures de société, autres avantages en nature. Une assurance groupe ou une assurance hospitalisation, décès et incapacité de travail fait aussi partie des avantages extralégaux. Récemment, les new age benefits sont venus renforcer l attachement des travailleurs à leur entreprise par le biais de services divers: accueil d enfants, nettoyage du linge, courses, fitness, etc. Les «plans cafétéria» sont une approche moins paternaliste mais ils offrent au travailleur le choix à la carte entre une série d avantages: plus de salaire, plus de congé ou plus d assurances... Et ne parlons pas de la participation dans le capital de l entreprise par l octroi d actions (stockoption) qui associe par ailleurs les travailleurs à la croissance. Le secret d une bonne motivation ne réside toutefois pas uniquement dans un bon salaire. Une carrière intéressante et variée, la formation et la participation dans la prise de décision constituent autant de facteurs qui contribuent à motiver le personnel. Un directeur du personnel doit ainsi veiller aux sensibilités, attentes et besoins de son effectif pour réaliser des améliorations ou des réformes d organisation du travail. Eviter le stress La concurrence internationale a rendu les entreprises plus vulnérables. Les licenciements et l augmentation de la productivité créent des tensions. Le développement de nouvelles technologies et l insécurité d emploi peuvent menacer le bien-être au travail. Les collègues, le manque de soutien de la direction, le déséquilibre entre vie privée et professionnelle, etc., constituent d autres facteurs de stress. Ce LA GESTION DES COMPÉTENCES EST UN CONCEPT RELATIVEMENT RÉCENT Il convient de confronter les objectifs de l entreprise aux compétences et perspectives du personnel. De cette confrontation et de la combinaison idéale des compétences dépendront la réussite de l entreprise. La valeur d un travailleur peut-elle être mesurée? Des études récentes ont révélé que les entreprises avec une gestion des ressources humaines valable génèrent plus de bénéfices que celles dont la gestion est faible. Mais comment mesurer l efficacité d une gestion du personnel? Le rendement de l investissement dans les ressources humaines est-il mesurable? L idée sous-jacente à cette mesure est de réunir non seulement des indicateurs financiers pour mesurer le rendement d une entreprise mais aussi des informations sur sa capacité d innovation, la satisfaction des clients, le service et sur l efficacité du personnel. phénomène est pourtant cause d absentéisme, d une diminution de productivité et de situations conflictuelles. De plus en plus d entreprises développent des programmes qui visent à améliorer la qualité de vie en leur sein. Même le gouvernement prend depuis quelques années au sérieux les signaux de stress. Il a ainsi introduit une loi sur le bien-être au travail (1996) et sur la prévention du stress au travail (1999). Une loi contre la violence et le harcèlement au travail est venue récemment s ajouter à la prévention du stress sur le lieu du travail. La gestion du capital humain est donc essentielle pour l entreprise, c est sans doute la raison pour laquelle les DRH (directeurs des ressources humaines) font à présent leur entrée dans les comités de direction, voire accèdent au poste le plus élevé de la hiérarchie. Lut Vandevelde CORBIS MARS 2006 TRENDS À L ÉCOLE 11

12 FOCUS MOYENS DE PREUVE LE RÔLE DU DROIT CIVIL EST TROP SOUVENT MECONNU Preuves à l appui LES «EXPERTS» CRÈVENT LES ÉCRANS Mais la reine des preuves en Belgique, c est l écrit. RTL 12 TRENDS À L ÉCOLE MARS 2006

13 «Les Experts» font un malheur sur les écrans et nous familiarisent de près ou de loin à des moyens de preuve acceptés au niveau pénal : balistique, empreintes, analyses en laboratoire, autopsies... Ce n est toutefois pas avec ce genre de moyens qu on va prouver la propriété d un immeuble, la validité d un contrat commercial ou de mariage, la reconnaissance de dette ou le droit d un travailleur non respecté. La reine des preuves, c est l écrit! C est celle qui laisse des traces par excellence : il en existe de deux sortes. Celles faites par les officiers publics tout d abord. Rien à voir avec des officiers de l armée. Ce sont des personnes assermentées qui «reçoivent» un acte ou qui le «font» : les notaires en sont les principaux (avec les testaments ou les contrats de mariage, par exemple) mais également les huissiers de justice, greffiers, juges, officiers de l état civil ou de police judiciaire. Ces écrits sont appelés actes authentiques. Viennent ensuite tous les autres écrits faits par d autres personnes qui ne relèveraient pas des officiers publics dans l exercice de ses fonctions. Un notaire qui écrit sur un bout de papier qu il doit 50 à son voisin n a dressé aucun acte authentique, mais un écrit dit «sous seing privé». L écrit ne s impose en qualité d acte sous seing privé qu à condition que la signature soit reconnue. L article 1341 du Code civil est à ce niveau des plus clairs : il n est reçu aucune preuve par témoins contre et outre la contenu des actes ni sur ce qui a été dit avant, lors ou depuis les actes encore qu il s agisse d une somme ou valeur inférieur à 375. Concrètement, si un monsieur reconnaît par écrit avoir vu et parlé avec une dame un jeudi à minuit dans un restaurant, cela signifie pas plus que ce qui est écrit. Le témoin potentiel ne peut pas aller contre ce document écrit. La preuve testimoniale n a rien à voir avec un testament. C est le témoignage. C est une déposition faite par une personne qui n est pas l une des parties engagées dans le litige, personne qui relate ce qu elle a vu ou entendu relativement au fait litigieux. Un cas bien connu serait celui d un piéton qui a vu un accident de voiture entre deux conducteurs qu il ne connaît pas. Viennent ensuite la présomption, l aveu et le serment. Les présomptions sont des «conséquences que la loi ou le magistrat tire d un fait connu à un fait inconnu» dit le code civil. Il s agit d admettre la vérité d un fait litigieux par raisonnement à partir d un autre fait. Une note d hôtel payée par un homme marié à 5 kilomètres de sa maison alors qu il n a raté aucune nuit chez lui, de nombreux et longs appels téléphoniques relevés sur une facture de GSM sont des présomptions bien connues des tribunaux dans les cas de divorce... L aveu est la reconnaissance même du fait litigieux par la personne contre laquelle il est allégué. «Oui, je reconnais avoir acheté ce téléviseur le 17 mars 2005 à Monsieur Tartenpion.» Si, dans les films américains, on voit encore certaines parties, certains témoins ou prévenus porter serment sur la bible, c est parce que, comme chez nous avant 1974, tout serment était prêté «sous la garantie de l invocation à la divinité». Etant donné que, en Belgique, nous sommes de moins en moins effrayés par les foudres divines immédiates qui nous enverraient brûler dans les flammes de l enfer en cas de mensonge, il existe différentes formules de serment qui sont prévues par la loi et qui ne font plus référence à la divinité. Mais vu que nous prêtons aussi serment sur l honneur et que certains n ont pas peur de salir celui-ci par un magnifique parjure, on recourt rarement à ce moyen de preuve, sans doute par scepticisme... Tous ces éléments sont développés dans des livres épais dans toutes les facultés de droit. Et pour cet article, le précis de droit de Nicole Verheyden-Jeanmart de la faculté de Louvain fut un précieux outil. Le but n est pas de recopier le précis, mais de vous mettre l eau à la bouche sur ce sujet vaste. Quand la technologie s en mêle... Dominique Mougenot, avocat au barreau de Mons, présente une très longue synthèse sur le «droit de la preuve et technologies nouvelles». Car en effet, si notre code civil vit grâce à Napoléon, il doit néanmoins se mettre à la page des nouvelles technologies, particulièrement dans le secteur de l informatique. Les documents se dématérialisent et n ont plus de substance tangible. Maître Mougenot fait le tour des technologies et relève avec pertinence les avantages ou faiblesses de chacun d autant que ceux-ci remplacent des nouvelles techniques de copies (photocopie, fax), ou de transmission de documents (mail) voire même de stockage de données (CD-Rom, DVD,...). Qu est ce qui est le plus fiable : le moine copiste ou la photocopie? Une copie manuelle est très imparfaite, tant sur sa confection que sur sa valeur juridique car elle ne donne aucune garantie de conformité par rapport à l original. Sont ensuite apparues les copies carbone et stencils, puis enfin la photocopie. Cette dernière a un usage extrêmement répandu, jusque dans les couloirs de la justice car elle reproduit fidèlement les imperfections de l original ainsi que la signature. Elle serait donc, à la base, plus fiable que la copie manuscrite. Mais elle est aussi susceptible d altération volontaire, parfois peu décelable, sauf sous expertise. Il n y a donc aucune garantie de conformité. Le microfilm Il suffit de demander à un James Bond quelconque : le microfilm relève de la photographie en réduction d un Il est impossible d aborder le sujet de la preuve sur le plan commercial ou social, sans le voir sur le plan civil. MARS 2006 TRENDS À L ÉCOLE 13

14 FOCUS MOYENS DE PREUVE LE TÉLÉPHONE N APPORTE AUCUN INTÉRÊT SUR LE PLAN DE LA PREUVE Il ne laisse pas de trace quant au contenu. document sur papier afin de faciliter la conservation de documents en petit volume. C est une copie comme une autre, mais dont sa confection s accompagne en général de la destruction de son original. L enregistrement magnétique Si cela regroupait en premier les sons et paroles, l essor de la vidéo a permis d y intégrer les images conservées sur bandes magnétiques. Mais le problème se pose non seulement sur la valeur probante, mais également sur la confidentialité et le respect de la vie privée. Peut-on enregistrer quelqu un à son insu? Sans compter les possibilités de trucages ou d altérations, avec l aide de l informatique... Supports informatiques Disque dur, disquette, fichiers MP3, CD, CD-Rom,... certains supports permettent une lecture et simplement celuici, sans transformation. Le plus facile à comprendre étant le CD émis par un chanteur, un CD-Rom de jeux émis par un grand groupe japonais... Le contenu ne peut être modifié. Mais les soucis relevés portent sur : La durée de conservation : les disquettes peuvent être conservées en bon état, les logiciels pour les lire peuvent avoir disparu. L altération : la gestion du matériel informatique permet de prendre des photos numériques, de les placer sur son ordinateur, de les placer sur une autre image scannée, d en faire un montage et de l imprimer sur papier, ou de le sauvegarder sur support informatique. Le statut : sont-ce des écrits ou pas? Les moyens de transmissions Téléphone, télex, téléfax. Voici trois techniques bien connues de communication. Le téléphone n apporte aucun PHOTO NEWS intérêt sur le plan de la preuve puisqu il ne laisse pas de trace quant au contenu. Et en cas d enregistrement? Il faudra pouvoir apporter la valeur de la force probante de l enregistrement Le télex est tombé en désuétude mais existe encore avec certains pays où le réseau téléphonique est peu développé. Le document ne retransmet que les mots et pas les signatures. Mais le central conserve les traces des échanges ; il y a donc une bonne fiabilité à lui consacrer. Le fax cumule les handicaps de la copie et celui du procédé de transmission. On peut donc le contester de multiples façons : Le destinataire peut prétendre n avoir rien reçu. L émetteur reçoit un rapport reprenant la date, le n du destinataire, le nombre de pages, la durée de la communication et l indication des incidents de communication. Mais rien n empêche de joindre à ce rapport un autre document que celui transmis. C est un problème identique à celui d une lettre postale, sauf recommandée. La valeur de la force probante du fax est donc fragile, même s il commence à faire une timide apparition en justice et aura une force probante selon les circonstances et peut être même les Cours. Et la Toile? Internet a droit à un traitement à part. Son extension est mondiale et son développement foudroyant. Aucune entité administrative ou légale ne contrôle les activités de communication, le stockage d informations ou les utilisateurs. On retrouve en vrac des mails, des forums de discussion, des accès à des données de tous genres, du téléachat. Mais les contrats peuvent aussi être conclus par exemple suite à des échanges de messages électroniques. Mais qui se cache derrière chaque site? Garde-t-on toujours les traces écrites? Lorsqu un message n arrive pas à destination, il est renvoyé à l expéditeur, mais il existe aussi des accusés de réception. Tout le problème réside dans l identification de l expéditeur réel, l absence d altération (par l expéditeur et le destinataire) ou de détournement par un tiers ; à moins que certains procédés n empêchent la modification du document après enregistrement. Et c est tout? «Les Experts» l utilisent parfois, nos tribunaux civils aussi : les moyens scientifiques sont aussi employés comme des moyens de preuve. L ADN est le plus connu dans la reconnaissance en paternité. Vu son caractère incontestable, cela devient une force probante admise par tous les tribunaux. Ces nouveaux procédés sont unanimement acceptés comme des présomptions, certains demandant toutefois un régime probatoire plus fort que d autres. Mais le Code est à ce sujet bien en retard. La jurisprudence en ces matières est très discrète, même si elle existe. On ne peut rejeter purement et simplement ces techniques dans le néant de la nonpreuve. La preuve est un sujet vaste et passionnant. J espère en tout cas vous l avoir... prouvé! Pascale Haine La preuve doit être apportée selon ses propres moyens en droit commun (c est-à-dire pas en droit pénal) et donc, tout d abord, en droit civil. 14 TRENDS À L ÉCOLE MARS 2006

15 ECONOMIE FOCUS LA GOUVERNEMENT WALLON VEUT RELANCER LA MACHINE ECONOMIQUE 1 milliard pour la Wallonie Jadis une des plus prospères du monde,la Région wallonne est aujourd hui tombée bien bas. A-t-elle touché le fond? Impossible de le dire.en tous cas, le gouvernement wallon compte beaucoup sur l effet salutaire de son «plan Marshall»,un plan dont le nom n a pas été choisi au hasard... Flash-back. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l Europe n est plus que misère, désolation, chômage et les perspectives d avenir ne sont pas encourageantes. Arrive alors le discours qui met du baume au cœur des Européens : celui du général George Marshall, secrétaire d Etat américain et principal conseiller du président de l époque, le démocrate Harry Trumann. Son programme pour la reconstruction de l Europe, dévoilé pour la première fois à Harvard en 1947, va jeter les bases du redressement économique et social des différents pays européens parties prenantes à l opération, et faire déferler une véritable pluie de dollars sur le Vieux Continent entre 1948 à Le programme pour la reconstruction de l Europe, que l histoire retiendra finalement sous le nom de plan Marshall, a réellement jeté les bases des Trente Glorieuses. Bref, de la période de prospérité la plus extraordinaire de l histoire du Vieux Continent. Le modèle américain pour la Wallonie? Personne ne peut malheureusement nier que misère, désolation et chômage minent le quotidien d un nombre important de Wallons. Depuis des années, la sud du pays, et particulièrement le Hainaut, reçoit pourtant des aides européennes dont le montant cumulé dépasse aujourd hui les 3 milliards. Et malgré cette manne céleste, les «performances» de la Région manquent d une telle vigueur qu elle continue inlassablement à se classer sous la moyenne européenne en termes de PIB par habitant. Quant aux statistiques de chômage, particulièrement chez les ans, elles rangent la Wallonie dans la classe des cancres européens! En lançant son plan Marshall, le gouvernement wallon a pourtant posé un geste politique fort car, outre les montants GEORGE MARSHALL ET ELIO DI RUPO, MÊME COMBAT? Le Premier wallon veut sortir la Wallonie de sa léthargie. libérés, c est surtout une révolution des états d esprit qui se met en marche: il s agit de tourner la page de «société de consolation» et de faire place à une logique où les gens retroussent leurs manches et vont de l avant. Bref, on remet en cause et de manière fondamentale des «habitudes» et, entre les lignes, on discerne une logique où, pour résoudre les problèmes, on chercherait à prendre le taureau par les cornes plutôt qu à rechercher le pis de la vache laitière! Sans (r)évolution des mentalités, même les meilleures mesures resteraient malheureusement sans effet tangible sur le redressement structurel de la Wallonie. Les leçons du passé ont été tirées. Oui, trop d argent a été gâché dans des projets sans réelle valeur ajoutée, où le saupoudrage régional a primé sur l efficacité. Tout le monde le reconnaît aujourd hui ouvertement, même nos gouvernants. Le plan Marshall amène à un ciblage optimal des moyens financiers autour de cinq pôles bien précis l aérospatial, la logistique, les sciences du vivant, l agroalimentaire et le génie mécanique où la Région excelle et peut réellement faire la différence à l échelle internationale, voire mondiale. Pour beaucoup cependant, le plan Marshall n est que discours sans grands faits tangibles. Qu il s agisse de formations intensives en langues étrangères, de modules d immersion à l international sous l égide de l Awex, d assainissement de sites industriels désaffectés (Ndlr : pour lequel un budget de plus de 300 millions est dégagé) ou d encouragement de la recherche, pour ne citer que ces éléments, la phase d action va bientôt réellement commencer... Jean-Marc Damry PHOTO NEWS «Résoudre les problèmes en attrapant le taureau par les cornes plutôt qu en recherchant le pis de la vache laitière», c est là un des défis lancés à l adresse des Wallons. MARS 2006 TRENDS À L ÉCOLE 15

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : expliquer l objectif du crédit; analyser le rôle et l importance du crédit en ce qui concerne

Plus en détail

Les indices customisés

Les indices customisés Les indices customisés d IEM Finance Indices boursiers, l expertise spécialisée d IEM Finance 2 Les indices boursiers sont au cœur de l innovation financière car ils sont une synthèse d informations multiples.

Plus en détail

Qu est-ce que le crédit?

Qu est-ce que le crédit? Qu est-ce que le crédit? NIVEAU 9 11 Dans cette leçon, les élèves examineront les différents types de cartes de crédit offertes ainsi que les avantages et les inconvénients d acheter à crédit. Cours Initiation

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper.

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Vous recherchez à la fois le rendement et la sécurité pour vos investissements, sans

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext. p. 2 Index 1. Introduction 3 2. Options sur devises 4 Trois contrats d options sur devises 4 Pourquoi

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement!!! Créé Par Ben De Bourse Ensemble http://www.bourseensemble.com! À Lire - Très Important Je sais que vous avez envie de vous plonger

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Louer devient encore plus intéressant avec le. Pack Bailleur. Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier!

Louer devient encore plus intéressant avec le. Pack Bailleur. Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier! Louer devient encore plus intéressant avec le Pack Bailleur Une tranquillité absolue pour votre bien immobilier! Félicitations! En mettant votre bien en location, vous assurez vos arrières et vos fins

Plus en détail

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER OFFERT PAR AXA Banque PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER FICHE 2 LES ÉTAPES DE L ACHAT IMMOBILIER AXA Banque PETITS e-guides PRATIQUES - N 2 FICHE 2 LES ÉTAPES DE L ACHAT IMMOBILIER Comptez environ

Plus en détail

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Alexandre Vial 0 janvier 2009 Les intérêts cumulés Je place 00 e à 4% par an pendant un an. Donc au bout d un an, j ai 00 + 00. 4 = 00 00( + 4 ) =04 e. 00 Cependant,

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Questionnaire de l investisseur

Questionnaire de l investisseur Questionnaire de l investisseur La somme que vous décidez d allouer aux actions, aux obligations et à une réserve à court terme est un élément important qui déterminera le rendement et la volatilité à

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent De manière générale, on cherche toujours à se protéger au mieux et à prêter une attention particulière à ce qui nous est cher.

Plus en détail

Contact avec les employeurs. Pour te démarquer auprès des employeurs, fais-toi connaître!

Contact avec les employeurs. Pour te démarquer auprès des employeurs, fais-toi connaître! Contact avec les employeurs Pour te démarquer auprès des employeurs, fais-toi connaître! Document réalisé par le Carrefour jeunesse-emploi Rivière-du-Nord 2015 TU ENVOIES TON CV PAR COURRIEL? Écrire :

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC.

Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC. Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC. À chaque patrimoine familial sa propre histoire. Avec beaucoup de persévérance et de sagacité, vous vous êtes constitué un patrimoine

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

ASSURANCE DE GROUPE. Brochure employé. Pension@work. Mon job, mon assurance de groupe, mon avenir!

ASSURANCE DE GROUPE. Brochure employé. Pension@work. Mon job, mon assurance de groupe, mon avenir! ASSURANCE DE GROUPE Brochure employé Pension@work Mon job, mon assurance de groupe, mon avenir! 2 Félicitations! Votre employeur a souscrit pour vous une assurance de groupe Pension@work. Un moyen performant

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente 5 Prix d exercice 5 Échéance 5 4. Possibilités pour

Plus en détail

- STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS?

- STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS? CHAPITRE 5 - STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS? Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Calculez les coûts réels d un stock trop âgé Calculez le potentiel de bénéfice supplémentaire Quelques

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Introduction 3 2. ETF physiques 4 3. ETF synthétiques 5 Avantages et inconvénients

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise I. INTRODUCTION COACHING JRT 35, rue LeGuerrier Blainville (Québec) J7E 4H5 514-236-1729 info@coachingjrt.com www.coachingjrt.com Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission

Plus en détail

A. PRESENTATION B. IDENTITE. Date de naissance : --------------------------------------------------------------------

A. PRESENTATION B. IDENTITE. Date de naissance : -------------------------------------------------------------------- A. PRESENTATION Dans le cadre de notre politique KYC (Know Your Customer) et en prévision de nos séminaires, ainsi qu en introduction aux Programmes Cartes Bancaires, BankCFD vous fait parvenir par le

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance Liberté, flexibilité, rapport qualité-prix Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance CONTENU 2 Introduction 2 La plus-value d un collaborateur free-lance 5 Conclusion Introduction En

Plus en détail

Immotheker, comment financer l achat de ma maison?

Immotheker, comment financer l achat de ma maison? Immotheker, comment financer l achat de ma maison? La meilleure formule, pour mon assurance aussi. Grâce à l Immotheker, je sais avec précision quel budget je puis consacrer à mon projet. En tant que client

Plus en détail

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements La gestion de fortune par des professionnels, pour tous les investisseurs Edition pour la Suisse Fonds de diversification des actifs BFI Dynamic (CHF)

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Suivre les pas de ceux qui ont réussi

Suivre les pas de ceux qui ont réussi Suivre les pas de ceux qui ont réussi «Les bénéfices de la méthode inductive» De manière très résumée, on peut dire que la méthode inductive est la méthode de l'expérience. C'est une méthode qui travaille

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 13 Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE juillet 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Tome 1 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. J ai commencé à vous partager des techniques légales pour réduire vos coûts de crédits immobiliers.

Plus en détail

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch Les prêts hypothécaires Habiter chez soi www.bcn.ch Les financements hypothécaires Vu la valeur généralement élevée des biens immobiliers, il est usuel de faire appel à une banque, afin de participer au

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Comment réussir son investissement en loi Pinel? Le dispositif Pinel est une loi de défiscalisation particulièrement intéressante. Elle remplace avantageusement

Plus en détail

Questionnaire des connaissances et de l expérience pour les investisseurs non-particuliers

Questionnaire des connaissances et de l expérience pour les investisseurs non-particuliers Triodos Bank nv Succursale belge Rue Haute 139/3 1000 Bruxelles Tél. +32 (0)2 548 28 28 www.triodos.be TVA BE 0450.507.887 RPM Bruxelles Siège social : Zeist, Pays-Bas Questionnaire des connaissances et

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

Alliage Gestion. Pour réveiller votre épargne financière

Alliage Gestion. Pour réveiller votre épargne financière Alliage Gestion Pour réveiller votre épargne financière avec Alliage Gestion votre épargne financière est plus active Qu est-ce qu Alliage Gestion? Vous disposez d une épargne financière mais vous n avez

Plus en détail

Partage d un Macintosh entre plusieurs utilisateurs

Partage d un Macintosh entre plusieurs utilisateurs Infos info Votre Mac va vous aider NUMÉRO 16 SEMAINE DU 27 AU 31 MARS 2006 Partage d un Macintosh entre plusieurs utilisateurs Un Mac qui n est pas partagé, c est un Mac qui s ennuie Le but de ce seizième

Plus en détail

Modèles de lettres de présentation. Pour une candidature personnalisée

Modèles de lettres de présentation. Pour une candidature personnalisée Modèles de lettres de présentation Pour une candidature personnalisée Document réalisé par le Carrefour jeunesseemploi Rivière-du-Nord 2013-2014 Saint-Jérôme, le 20 septembre 2013 Monsieur Mario St-Onge

Plus en détail

Une lettre de motivation efficace en 10 points

Une lettre de motivation efficace en 10 points Une lettre de motivation efficace en 10 points Exercice de style aussi difficile qu indispensable, la lettre de motivation réclame des qualités que tout le monde ne peut maîtriser : esprit synthétique,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

3 façons de Gagner de l'argent sur Internet

3 façons de Gagner de l'argent sur Internet 3 façons de Gagner de l'argent sur Internet Ce livre numérique vous est offert par : Sébastien Laude (Pour en savoir plus sur l'auteur cliquez sur : A propos de l'auteur ) 1 Avertissement légal Le simple

Plus en détail

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella CONSULTANTE EN IMMOBILIER Micol Singarella - Avez vous entendu parler de toutes les bonnes affaires sur Berlin mais pas encore de moi? Pas de problème, il est encore temps! Je suis une consultante en agence

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Trousse d éducation pour adultes du Recensement

Trousse d éducation pour adultes du Recensement Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 2 : Le processus du recensement Aperçu Dans cette activité, les élèves apprendront le processus à suivre pour remplir le questionnaire du

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Épargne et dépenses NIVEAU 11-12

Épargne et dépenses NIVEAU 11-12 NIVEAU 11-12 Au cours de la présente leçon, les élèves examineront le pour et le contre de l épargne et des dépenses. Ils verront aussi l effet de l intérêt sur l épargne et les emprunts. Ils discuteront

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

UNE ÉTAPE À LA FOIS GUIDE D AHÉSION

UNE ÉTAPE À LA FOIS GUIDE D AHÉSION Votre rôle Votre bien-être Notre Société Votre croissance Votre acquis UNE ÉTAPE À LA FOIS GUIDE D AHÉSION épargne CT CTYourWealth.ca/Savings GUIDE D ADHÉSION UNE ÉTAPE À LA FOIS En tant qu employés de

Plus en détail

La Cotation Banque de France Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

La Cotation Banque de France Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil La Cotation Banque de France Novembre 2013 La Cotation Banque de France 2 Objectifs de la Banque de France Définition de la Cotation Banque de France Les sources d informations pour l attribution de la

Plus en détail

LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE

LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE Vous Conseiller Le Financement L Accompagnement Le Marché Un contexte économique et sociale fragile Le constat actuel pour les primo accédant, et notamment les jeunes ménages

Plus en détail

Test Minute. Un guide utile pour choisir parmi plusieurs possibilités

Test Minute. Un guide utile pour choisir parmi plusieurs possibilités Test Minute Un guide utile pour choisir parmi plusieurs possibilités Pour chaque question, encerclez la réponse qui vous décrit le mieux. SECTION 1 : Situation financière Vos finances Plus votre situation

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir 03 Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir Plusieurs banques au Canada offrent désormais le service de dépôt de chèque mobile. Le Canada dispose de l un des systèmes de compensation des chèques les

Plus en détail

Le contrat qui se met à votre écoute

Le contrat qui se met à votre écoute Nuances Plus Le contrat qui se met à votre écoute Ce sont vos questions et vos exigences qui nous ont guidés Pour concevoir Nuances Plus, contrat d assurance vie Caisse d Epargne, nous vous avons écoutés.

Plus en détail

Je vis ma vie, AXA Private Management fait vivre mon argent

Je vis ma vie, AXA Private Management fait vivre mon argent Je vis ma vie, AXA Private Management fait vivre mon argent Chez AXA Private Management nous sommes là pour vous permettre d être libre Vous nous confiez votre argent Et nous nous occupons de le faire

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail