La Bourse de Beyrouth. Test de l efficience de marché financière «étude de la série des rendements de l indice boursier BLOM».

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Bourse de Beyrouth. Test de l efficience de marché financière «étude de la série des rendements de l indice boursier BLOM»."

Transcription

1 La Bourse de Beyrouth Test de l efficience de marché financière «étude de la série des rendements de l indice boursier BLOM». Mémoire de fin d année du Master 2 recherches APE «analyse et politique économique» Sous la direction : M. TERRAZA MICHEL 1

2 Rédigé par : MELHEM SADEK Année universitaire PLAN Abstrait Remerciement Introduction Chapitre I : la bourse des valeurs de Beyrouth Secton1- La situation économique au liban 1.1- Le PIB 1.2- La monnaie et le prix 1.3- Le balance et l endette 1.4- L emploie 1.5- Le secteur tertiaire 1.6- Le commerce Section 2- le marché financier libanais (bourse) 2

3 2.1- Background 2.2- Priorité et buts 2.3- L attraction étranger et la clef 2.4- révélations 2.5- L optimisme est en règle Section 3- Les marchés boursiers 3.1- Introduction et l histoire des bourses des valeurs 3.2- Le rôle de la bourse dans le système financier 3.3- Définition et fonctionnement de la bourse Les émissions des titres La négociation et la cotation des titres 3.4- Les fonctions économiques de la bourse Stimuler l emploi et la croissance garantir la liquidité de l épargne te les capitaux estimer la situation des entreprises Mesure la santé de l économie 3.5- La structuration de la bourse libanaise Les marchés de BSE les listes des compagnies dans les marchés Les obligations Les Auteurs du marché Les méthodes de répartition des lettres d échanges Les différentes branches de la bourse Les qualifications de la marche d échange (bourse) La société MIDECLEAR 3.6- Evolution de la bourse de valeur de Beyrouth 3.7- Evaluation de la bourse de valeur de Beyrouth Chapitre II : l efficience des marchés financiers Section 1 Définition et déclinaisons de la notion d efficience des marches financières 3

4 1.1- définition de l efficience des marches financières 1.2- les principales conséquences de l hypothèse d efficience 1.3- Hypothèse des marchés efficients et marchés purs et parfaits 1.4- les conditions nécessaires à l efficience de marchés financiers 1.5- Qualité et fiabilité de l information et signaux 1.6- information comptable et analyses financières Section 2 Réexamen de l hypothèse d efficience des marchés financiers 1- les deux dimensions de l efficience : information et rationalité 1.1- efficience informationnelles Définition de la valeur fondamentale d un actif La théorie de l efficience des marchés financiers 1.2- Rationalité et anticipation rationnelles des agents La rationalité rationalité instrumentale rationalité cognitive rationalité limitée ou procédurale anticipation rationnelles Définition implications et caractéristiques des anticipations Section 3 les trois formes de l efficience 1- La forme faible de l efficience et les tests de prévision des cours 1.1- Définition et implication de la forme faible 1.2- analyse fondamentale et analyse technique 1.3- tests d efficacité des méthodes systématiques et spéculation 1.4- tests d auto covariance et d auto corrélation 1.5- tests des changements de signe (runs) 1.6- tests plus élaborés de marchés aléatoire et quasi marche aléatoire test de racine unitaire test de quasi marche aléatoire 1.7- analyse spectrale, la co-intégration et la bootstrap 1.8- les possibilités de détermination des rendements des actifs à par tir d un 4

5 Certain nombre de variables : inflation comparaison des quelques études concernant de la forme faible 2- La forme semi forte de l efficience et les tests d événements 2.1- Définition et implications de la forme semi forte 2.2- la forme semi forte et la vitesse d ajustement des cours 2.3- la vitesse d ajustement des cours à un événement spécifique 2.4- la méthodologie de l étude d événement 2.5- les limites de cette méthode et la nouvelle approche hypothèse joint la stabilité et la volatilité les méthodes fondées sur les volumes de transaction utilisation de la fourchette 3- La forme forte de l efficience et information privilégiée 3.1- Définition et implication de la forme forte 3.2- le problème de la vérification de la forme forte 3.3- l étude des délits d initiés et des quasi délits d initiés 3.4- la mesure des performances des portefeuilles quelques précision sur le mesure de la rentabilité et la Performance des SICAV mesure de performances et efficience des marchés financiers 3.5- quelques conclusions partielles sur la forme forte Section 4 Les principaux biais à la théorie de l efficience 4-1- Les biais à la théorie de l efficience : généralité 4-2- Les biais de fin de cycle l effet fin de semaine l effet fin de mois l effet fin d année 4-3- les biais liés à la taille des firmes l effet taille l effet PER et l effet Book To Market ratio les relations entre effet taille et l effet de fin de cycle 4-4- Les bulles spéculatives 5

6 les bulles rationnelles les bulles informationnelles les bulles irrationnelles 4-5- les biais liés à l irrationalité des investisseurs 4-6- les biais sont ils bien réels? - Retour sur la rationalité des agents et finance comportementale - Résumé Chapitre III : Application, Modélisation ARCH des rentabilités boursières de l indice bancaire Section1 Les processus à non linéarité en variance : les modèles ARCH 1.1- formalisation générale 1.2- Processus ARCH et GARCH 1.3- Une caractérisation générale des processus de type GARCH 1.4- Rappel sur le test ARCH 1.5- Les méthodes d estimation Le maximum de vraisemblance les moindres carrées en deux étapes 1.6- Modèles ARCH et prévision Section 2 Analyse empirique de l indice bancaire Conclusion Bibliographie Annexes 6

7 Résumé Ce travail vise à approfondir l analyse paramétrique des processus stochastique. Dans le cadre économique, ce travail s appuie sur l étude de l efficience du marché boursier libanais. Nous allons tester empiriquement sa forme faible en analysant la série des rendements de l indice BLOM par l approche paramétrique. Nous tenterons traitant les fluctuations observées sur le marché en cherchant à identifier notre série tout en tenant en compte les modèles ARCH. Mots-clé Efficience, processus de marché aléatoire, prévision, modèle ARCH. Remerciement Bien que seul le nom de l auteur apparaisse sur la couverture, la conception d un acte est souvent l aboutissement d un travail collectif. Il doit beaucoup au professeur Michel Terraza qui a assuré la direction de cette mémoire avec une patience et un engouement certains. Je voudrais remercier le professeur Françoise Seyte pour m avoir aider. Je voudrais aussi remercier M. Wassim Njeim pour le soutenir et son aide d envoyer les bases des données de la bourse. Que soient donc remerciés ici toutes celles et tous ceux qui m ont aidé et assisté. 7

8 Introduction Après l époque d or libanaise entre 1943 jusqu à 1975, la guerre civile a commencé au Liban. Cette période décrit par la période de prospérité et de développement économique. La situation économique était trop forte dans tous les niveaux (bancaire, tourisme, agriculture, industriel ), même la situation de la livre libanaise contre le dollars était surévaluation. Pendant cette période, les activations de la bourse dépendaient sur les banking, le commerce des devises étrangers, de l or et des actions des compagnies françaises qui ont privilégiés au moyen orient pendant la colonisation français. En 1957, en résulte de la développement de la bourse dans le monde, il émis un décision, au liban, qui organise les marchés des actions et les marchés de devises. Donc pendant cette période, la bourse était faible et fragmenté. Entre 1975 et 1990, c est la période de la guerre civile. Toutes les infrastructures sont détruites, la livre baisse fortement, le taux de croissance devient nul, brièvement l économie libanaise devient instable et passe en phase de crise. Pour cela, il est naturel que les activations de la bourse soient cessées. Apres onze ans de rupture le travaillent dans la bourse libanaise. La bourse joue un rôle très important dans les reconstructions du pays selon de la besoin de l économie des épargnes. Mais les volumes traités à la Bourse de Beyrouth demeurent symboliques même si le premier trimestre de 2003 marque un frémissement prometteur, mais il est contenu dans l augmentation jusqu au 2006 dépassant la choc d attenta d ex premier ministre le 14 février A partir de là, la bourse libanaise a envisagé plusieurs choc selon sa construction, l indice boursier a enregistré une baisse de points en une seule journée suite à l attenta de l ex première ministre le 14 février Comment expliquer des mouvements d une telle ampleur? Sont-ils conciliables avec les hypothèses de base de la théorie financière? 8

9 Une partie importante de la recherche économétrique s est trouvée vers l étude non linéaire des séries temporelles. Le développement récent des méthodes et des tests statistiques rend désormais possible la modélisation non linéaire. L intérêt suscité depuis les années 80 par les modèles dynamiques non linéaires à conduit des nombreux auteurs à rechercher l existence d une structure non linéaire, déterministe ou stochastique, dans les séries. La difficulté à distinguer un processus aléatoire d un processus déterministe rend frontière entre ces deux processus difficilement identifiable. L analyse des fluctuation de cours boursiers est liées a celle des fluctuations économique. En particulier, les anticipations théoriques de cours reflètent les anticipations des fondamentaux de l économie, le marché financier est souvent considéré comme un indicateur avancé de l économie. L approche retenue ici pour explique les mouvements de cours boursiers est donc stochastique 1 puisque les mouvements de cours apparaissent comme résultat de chocs exogènes venant affecter le marché. En outre, les fluctuations économiques tout comme les fluctuations de cours boursiers, ne peuvent exister en l absence de chocs exogène. Les marché financiers s inscrivent généralement dans le cadre stochastique. Si le processus sous-jacent à la série des rendements est chaotique, la théorie de l efficience n a tout simplement plus aucun sens puisque les écarts observés du cours à sa valeur fondamentale ne peuvent en aucun cas apparaître comme manifestation de chocs exogènes. L incapacité apparente de cette théorie à rendre compte d événements comme la chute instantanée de toutes les places financières en octobre 1987 a conduit certains économistes à abandonner l hypothèse de rationalité (Shiller 1989). Ils pouvaient alors adhérer a l approche déjà suivie par Keynes qui mettait en avant l importance des phénomènes psychologiques sur les marchés financiers 2 écrit. «la plupart d entre eux se soucient beaucoup moins de faire à long terme des prévisions serrées du rendement escompté d un investissement au cours de son existence entière que de devenir peu avant grand public les changement futurs de la base conventionnelle 1 Mignon (1998) a rejeté l hypothèse de chaos déterministe en faveur du caractère stochastique des processus sous-jacent aux séries des rendements boursiers et kyrtsou et Terraza(2000) ont appliqué les outils de détection du chaos. Ils montrent que l hypothèse de chaos déterministe est rejetée en faveur du caractère stochastique du processus des rendements de l indice CAC40. 2 Keynes 1936, P.170) 9

10 d évaluation. Il se préoccupent, non de la valeur véritable d un investissement pour un home qui l acquiert afin de le mettre en portefeuille, mais de la valeur que le marché, sous l influence de la psychologie de masse, lui attribuera trois mois ou un an plus tard». Ainsi, ce n est pas l anticipation sur la valeur des fondamentaux qui induirait les fluctuations de cours mais l anticipation sur le comportement des autres opérateurs. L hypothèse d agents rationnels prenant leurs décisions indépendamment des autres est ici occultée par la prise en compte des phénomènes psychologiques. A la vision économique traditionnelle attribuant les fluctuations des cours à l arrivée d informations nouvelles non anticipées s oppose l approche privilégiant les comportements psychologiques, les phénomènes de foule. Selon cette dernière, les écarts du cours à sa valeur fondamentale résulteraient ainsi des comportements mimétiques des agents (Orléan (1986)). De façon plus générale, la théorie de l efficience des marchés financiers stipule que le cours observé reflète toute l information disponible. De nombreux travaux empiriques sur la théorie de l efficience des marchés sont basés sur les méthodes paramétrique : Fama (1965), French et Roll (1986)..En outre, les auteurs se sont penchés sur l étude de la prévisibilité des rendements à partir d autres variable économiques ou financières par les méthodes paramétriques [voir par exemple Campell et Shiller (1987) et fontaine (1990), Mignon (1998) a réexaminé l hypothèse d efficience des marchés financiers sous l angle double des processus chaotique et des processus à mémoire longue. Dans ce conteste, l objet de ce mémoire est donc d examiner l efficience du marché boursier beyrouthin sur le série des rendements de l indice BLOM par les méthodes paramétrique ARCH. A cette fin, le présent travail s articulera autour de trois parties. La première partie, consacrée à la présentation la situation économique au Liban, l histoire et l évolution de la bourse libanaise. La deuxième partie, il consiste en premier lieu à présenter les différents types d efficience des marchés ainsi que les test ayant permis de les mettre en évidence. En deuxième lieu, il cherche en perspective l efficience des marchés financiers avec un certain nombre d objet. Les exposés théorique figurant dans ces deux parties seront accompagnés d applications empiriques portant sur la rentabilités des indices boursier BLOM, la présentation de série utilisée se trouvant au chapitre troisième. 10

11 Chapitre I : la bourse de valeur de Beyrouth Section1- La situation économique au liban La croissance économique du Liban a rebondi en 2003 à 5% et a atteint 6% en 2004 (selon l INSEE). Les importations, qui représentent environ 80% de la consommation intérieure, elle-même comptant pour la 2/3 de la croissance du PIB, ont progressé de 31%. Tirées par le redémarrage de l investissement dans le secteur de la construction et le développement du tourisme, elles atteignent leur plus haut niveau historique (9,4Md USD) et contribuent au creusement du déficit commercial (7,6Md USD, +35%), les exportations n augmentant dans le même temps que de 15% à 1,7Md USD. Après le choc négatif qu a constitué l assassinat de l ancien président du Conseil, Rafik Hariri le 14 février 2005, l activité économique se redresse graduellement et la situation financière continue de s améliorer. L année 2005 se traduira néanmoins par une croissance faible voire nulle et une détérioration des finances publiques. Le succès de la récente émission obligataire devrait permettre au trésor d assurer ses besoins de financement en devises jusqu au printemps Le PIB L 'évolution du PIB au liban est passe du plusieurs période. Entre 1964 et 1974, le PIB libanais a progressé rapidement selon un rythme moyen annuel de 9,9 %, ou de 7 % à prix constant. Au niveau sectoriel, les services représentaient l'essentiel de la richesse du pays (69 % du PIB), devant l ' industrie (22 % contre 20 % en 1964) et l'agriculture (9 % contre 12 % en 1964). En 1974, la contribution du secteur public au PIB était de 6,8 % contre 8,4 % en A partir de 1977, le PIB a progressé à nouveau rapidement et régulièrement pour atteindre 4,7 milliards de dollars en De même, on assiste à un renforcement du rôle du secteur public dont le poids dans le produit intérieur brut atteint 30 % en

12 A partir de 1983, le Liban entre dans une récession aiguë. L'aggravation des conflits armés, notamment interlibanais, la baisse des revenus des pays producteurs de pétrole et en conséquence celle des transferts des Libanais du Golfe, on passe de 130 à 38 millions de dollars par mois en moyenne, le déséquilibre croissant de la balance commerciale expliquent qu'à la fin de la guerre, en 1990, le PIB équivalait au tiers de celui de On observe, dès 1991, une amélioration de la situation économique, due à un effet de rattrapage et à la politique de M. Hariri. Le PIB atteint 12,3 milliards de dollars en 1996, soit une progression de 11,8 % par rapport à 1995, En 2004 le PIB devient 24 milliards de dollars (175% d endette générale) 1 Le revenu par habitant est aujourd'hui supérieur à celui des autres Etats de la région, excepté Israël et les pays du Golfe. En revanche, on assiste depuis la fin de 1995 à un tassement de la croissance économique largement imputable au contexte régional La monnaie et le prix Longtemps considérée comme une monnaie forte, la livre libanaise (LBP) s'est dépréciée rapidement pendant les années de guerre. Echangée avant 1975 selon un taux régulièrement proche de 2,5 LBP pour 1 USD, la livre tombait à 3,10 pour 1 USD en 1976, puis 5,26 en A partir de 1984, la dépréciation s'accéléra pour atteindre le taux de LBP pour 1 USD en septembre En février 1992, la décision de la Banque du Liban (Banque centrale) de ne plus soutenir la livre fit passer à cette dernière le seuil des LBP pour 1 USD. Avec la nomination de M. Rafic Hariri au poste de premier ministre, la livre qui s'échangeait à pour 1 USD s ' est raffermie sur le marché des changes et, depuis le début de l'année 1993, progresse régulièrement face à cette devise. En 1996, le taux de change est de LBP pour 1 USD. Il convient de noter que la monnaie nationale est également soutenue par des taux d'intérêts élevés (autour de 15 %) Les balances et la dette publique Le Liban est un pays structurellement importateur. Son déficit commercial se monte à millions de dollars en Malgré cette caractéristique, la balance des paiements est 1 FMI, le rapport annuel

13 pratiquement toujours équilibrée ou excédentaire (+ 730 millions d'usd en 1996). Ceci s'explique essentiellement par les entrées de capitaux provenant de la diaspora libanaise. Parallèlement, on peut observer une augmentation du déficit public depuis 1991 (726 millions d'usd en 1991, en 1996, 8100 en 2004), qui s'explique par le coût de la reconstruction ainsi que par la faiblesse des recettes fiscales. Cela entraîne un endettement important de 42 milliards de dollars à la mi 2005, principalement interne qui pourrait déboucher, si des dispositions correctives n'étaient pas prises à temps, sur une crise monétaire. 1.4-L'emploi Jusqu'en 1975, le cinquième de la population libanaise vivait de la terre alors qu'une grande partie des citadins (26 %) travaillait dans le commerce ou les services. Aujourd'hui, le problème de l'emploi au Liban est grave dans la mesure où tous les secteurs d ' activité connaissent une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée due aussi bien à la guerre (mort infirmité) qu'à l'émigration et l'absence de formation professionnelle. Les études réalisées à l'époque montrent qu'entre 1975 et 1977 (les deux premières années de la guerre civile), 30 % des salariés de la construction, 50 % des employés de l'industrie, 15 % des commerçants et 10 % des professionnels des services ont émigré de manière définitive. Par ailleurs, la chute de la livre libanaise a également entraîné une compression dramatique du pouvoir d'achat d'une grande partie de la population active. Dans le même temps, faute d'investissements, le nombre des chômeurs n'a fait que croître. Ainsi, selon les Nations unies, en 1990 le taux de chômage était estimé à 35 %. En 1996, ce taux a été évalué à environ 20 % Le secteur tertiaire Avant la guerre, Beyrouth était une place bancaire régionale très active. En effet, de nombreux établissements bancaires avaient été amenés à quitter le Caire pour Beyrouth en De plus, à partir de 1973, une grande partie des revenus pétroliers des pays du Golfe a été gérée par les banques libanaises. Dès le début des hostilités, le système bancaire, très fragilisé par le premier choc pétrolier, a connu un rapide déclin qui a pu toutefois être enrayé par la mise en place de nouvelles lois sur les banques offshore, le capital minimum des établissements bancaires et un rôle plus important de la Banque centrale. Après s'être redressé en 1978, le secteur bancaire a rencontré de nouveaux problèmes en 1982 avec l'invasion is- 1 Centre de recherche des pays arabes, rapport

14 raélienne et surtout en raison de la dépréciation rapide de la livre libanaise. Depuis la fin des évènements, quinze banques commerciales se sont vues retirer leur licence, et sept autres ont cessé leur activité. En 1996, 82 banques étaient effectivement actives. Le système bancaire constitue donc l'un des piliers de l'économie libanaise, et ce, depuis le début des années 50. Le Liban reste l'un des rares pays où la dimension monétaire est traditionnellement supérieure à la dimension économique : le bilan consolidé du secteur bancaire équivaut à 160 % du PIB, alors qu'il y contribue à hauteur de 8 % jusqu au 72 milliards de dollars en 2005 (300% de PIB). Les particularités de ce secteur au Liban, qui sont à l'origine de son développement, sont principalement : - une totale liberté de change et de transferts de capitaux. - le secret bancaire, institué par la loi du 3/9/56. - la possibilité d'ouvrir un compte numéroté. - l'exonération des carnets d'épargne et des comptes courants ouverts de l'impôt sur le revenu des capitaux mobiliers. On parle également de dollarisation de l'économie puisque les flux en devises n'ont cessé de progresser pour atteindre 60 % des dépôts et 87 % des crédits en Les difficultés rencontrées par le secteur bancaire et les exigences liées à la reconstruction ont conduit les autorités libanaises à modifier, depuis trois ans, la réglementation bancaire dans un souci de sécurité et d'efficacité. Depuis avril 1995, par exemple, le Liban a décidé de s'aligner sur les termes de l'accord de Bâle et de porter le taux de solvabilité de ses banques de 3 à 8 % et d'imposer un capital minimum aux établissements bancaires. La grande majorité des banques étrangères implantées au Liban est française. Ces banques françaises représentent environ 25 % du marché : Banque nationale de Paris succursale «Intercontinentale», Crédit lyonnais, filiale à 89 %, Banque Indosuez actionnaire à 51 % de la, Banque libano, française, Crédit agricole actionnaire à 6 % de la Fransa bank, Société générale actionnaire à 50 % de la Société générale libano européenne de banque, Banque Paribas actionnaire à 10 % de la Société nouvelle de la banque de Syrie et du Liban Le commerce Il n'existe aucunes statistiques permettant d'apprécier le nombre de commerçants au Liban. 14

15 Section 2- Le marché financier (bourse de Beyrouth) 2.1- Background L'économie du Liban est devenue plus favorable puisque la fin de la guerre civile, et tandis qu'encore vulnérables, ses perspectives pour le rétablissement soutenu et croissance continue est bonne. Le pays apprécie maintenant la stabilité, l'inflation contenue, et la balance des paiements des excédents. Le pays maintient un système bancaire financièrement solide et un secteur privé avec les ressources fortes. La production industrielle, le rendement agricole, et les exportations ont montré des gains substantiels. Le gouvernement du Liban stimule cet environnement positif en encourageant le secteur privé et l'investissement étranger dans la reconstruction et l'économie du Liban, et en agissant pour rétablir Beyrouth comme centre financier régional. Les étapes ont inclus la création de l'autorité de développement d'investissement du Liban en 1994 pour soutenir les investisseurs étrangers, l'établissement de Midclear en 1994 pour faciliter des transactions domestiques et régionales de capitaux propres, et rouvrir du marché boursier de Beyrouth en La bourse des valeurs de Beyrouth a été à l'origine établie juste après la Première Guerre Mondiale, avec le début du mandat français en En ses premières années, des opérations ont été limitées à l'or et aux transactions de devise. Ce marché, le premier dans le Moyen- Orient, investissements attirés de France et de Syrie aussi bien que de dans le Liban, et épanoui avec l'établissement des sociétés par action Libanais-Françaises mélangées dans les années 30, qui ont été citées simultanément sur les bourses des valeurs de Paris et de Beyrouth. Le commerce sur la bourse des valeurs de Beyrouth a continué à prospérer dans les années 50 et les années 60. Cependant, le commerce a ralenti avec le commencement de la guerre en Dans 1983 la Commission de bourse des valeurs des activités suspendues, en tant qu'activité économique a été sérieusement perturbée. Cette suspension a duré 11 ans. En 15

16 septembre 1995, la bourse des valeurs de Beyrouth a été officiellement rouverte, et le commerce a commencé en janvier Après onze ans d'absence, la bourse des valeurs de Beyrouth retourne avec de l'énergie remarquable. Puisque la bourse des valeurs jouera un rôle important dans le succès du processus de reconstruction Priorités et buts : «Les priorités de marché financier sont basées sur économique et les plans de construction qui sont maintenant dans les premières étapes de l'exécution et la bourse des valeurs est l'un des outils financiers de base pour stimuler l'économie en attirant le capital pour l'investissement dans les projets». Sehnawi 1 (1999) Il a ajouté que la bourse des valeurs aide également à rétablir d'autres secteurs de l'économie tels que le tourisme en participant à l'expansion de l'aéroport international de Beyrouth et du port de mer. En outre et avec la région au seuil de la paix, le Liban doit être préparé pour toutes implications de l'ère imminente, y compris la libéralisation économique qui aucun acte de doute soutiendra l'économie interne L'attraction du capital étranger est la clef Selon des études économiques que le Liban nécessitera entre $ 10 à 20 milliards pendant les dix années à venir pour la reconstruction et autour $5 milliards pour réunir le capital des compagnies aux niveaux admis. «La bourse des valeurs jouera un rôle important en attirant l'investissement au Liban en particulier à l'heure actuelle, quand les compagnies internationales ont montré l'intérêt sérieux pour le pays comme endroit important pour l'investissement,» Sehnawi (1999) Quant aux actions s'occupant de la bourse des valeurs de Beyrouth, Sehnawi a indiqué : Des «parts de Solidere, qui sont maintenant commercées sur le marché secondaire, seront incluses dans la bourse des valeurs. Il y a également six ou sept stocks qui ont été 1 M Sehnawi, ex ministre de la finance, 16

17 précédemment énumérés, en plus des bons du Trésor en livres libanaises et principaux liens de compagnie. On s'attend à ce qu'également de nouvelles compagnies se joignent pour réunir nouveau capital ou pour augmenter leur image de marque». En ajout que, les taux d intérêt trop élevé joue un rôle très important dans l attirance des capitaux étranger. Il a commencé après la guerre civil à partir de 18% et 22% au dollar, mais après il fait baisser par la banque central. Il est maintenant entre 5 et 9% Révélation La bourse des valeurs de Beyrouth peut ne pas pouvoir en mesure, au début, pour respecter des règlements internationaux de bourses des valeurs. Il peut exiger des compagnies énumérées de présenter leurs bilans à moins de six mois ou même douze mais imposera strictement les principes de la révélation exigeant de tous les nouveaux projets et cibles de permettre à des analystes d'évaluer des compagnies et donne des conseils appropriés à leurs clients. La bourse des valeurs énumérera également des compagnies avec de petits capitaux aussi bien que les compagnies arabes et étrangères sujet aux conditions spécifiques. Naturellement, la bourse des valeurs souhaitera joignent le système de tringlerie entre les bourses des valeurs de la région et, ultérieurement, avec des bourses des valeurs internationales. En référence à des bourses des valeurs arabes, Sehanwi dit : «Ces s'étendre de l'avancé à l'ordinaire. Il y a des échanges qui procurent peu d'occasion à la participation étrangère et d'autres qui continuent à interdire à des étrangers. La liberté d'échange est autorisée dans quelques bourses des valeurs et interdite dans d'autres. Mais les échanges arabes embarqueront un programme de développement pour libéraliser des règles d'échange pour assurer la production améliorée». La bourse des valeurs de Beyrouth a ses avantages, principalement la loi au sujet de la propriété étrangère, et la liberté sans restriction pour transférer l'argent et pour acheter des stocks sans paiement de tous les impôts sur ces transactions. Il y a également de nouvelles lois d'impôts qui ont abaissé des taux de fiscalités d'entreprises à dix pour cent. Ceci encouragera les compagnies étrangères à retourner au pays et aux gens du pays ceux pour éviter l'évasion fiscale. 17

18 «Il y a également de nouvelles lois réglant le travail des compagnies d'assurance et de d'autres, à l'étude, liées au commerce, fusion et tenant des compagnies. L'établissement d'une zone franche dans le port de Beyrouth est à l'étude. Quant à l'élément humain, un bon nombre de gens fortement qualifiés qui ont tenu des positions très importantes dans les établissements internationaux et les banques sont retournés à Beyrouth et l'échange utilisera leurs expériences, expertise et contacts avec le monde extérieur pour améliorer son exécution,» Sehanwi dit. Il a parlé au sujet de la concurrence israélienne prévue dans l'ère imminente de la paix dans la région. Il a dit que la bourse des valeurs de l'israël est une des plus importante dans la région. Elle énumère des stocks de mener les compagnies internationales que les compagnies arabes rivales dans le domaine de l'électronique, mais là seront assez de travail pour tout le monde. La bourse des valeurs de l'israël ne présentera pas la concurrence dangereuse mais pratique, elle vaut la peine de préciser que l'israël impose des impôts lourds comprenant l'augmentation des impôts aux rapport d'affaires courantes qui ont eu lieu il y a quelques mois et mené à la détérioration de l'échange d'ici 5 à 10 %. En outre, la présence de la bourse des valeurs arabe forte au Bahrain, en Oman, au Kowéit et en Arabie Saoudite doit être comptée avec L'optimisme est en règle. La tête de l'échange de Beyrouth a exprimé son optimisme à l'avenir. Il a dit que le Liban n'avait pas perdu ni volonté qu ils perdent son rôle financier et économique dans la région. Il a expliqué que l'intérêt étranger au Liban était évident au cours de la réunion du Fonds monétaire international à Madrid et en rendant visite à des délégations. La chose la plus importante est d'investir dans cet intérêt au bon temps et endroit. Ils ne devient pas goudronneux parce que la chance peut être manquée et l'occasion être saisie ainsi par d'autres pays dans la région. Les contacts sont en marche avec un certain nombre de pays occidentaux, en particulier avec des fonctionnaires à Paris, Londres et des bourses des valeurs de Tokyo et les offres de l'aide technique ont été reçues. Des contacts également sont faits avec la banque mondiale et l'i.f.c en vue des lois d'échange existantes se développantes pour se conformer au progrès, et pour informatiser et joindre les systèmes de tringlerie entre les échanges. Une des technologies de pointe understudy, un projet de «Reuter» qui est basé sur 18

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Le Rôle de la bourse

Le Rôle de la bourse Le Rôle de la bourse Les Bourses de valeurs ou marchés financiers sont des lieux où s'échangent différents produits financiers, parmi ceux-ci les plus connus sont les actions et les obligations, cependant

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Comptes de l'entreprise : Bilan simplifié

Comptes de l'entreprise : Bilan simplifié Pourquoi la bourse? Parmi les agents économiques certains ont une capacité de financement, d'autres ont un besoin de financement La bourse serait le lieu de rencontre de ces agents Agents à capacité de

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant :

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant : Parlons Trading Ask : prix d offre ; c est le prix auquel un «market maker» vend un titre et le prix auquel l investisseur achète le titre. Le prix du marché correspond au prix le plus intéressant parmi

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Une obligation pas comme les autres Sommaire Introduction 5 Nature de l investissement 7 Avantages et inconvénients 7 Mécanismes de performance 8 Avec ou sans protection du capital

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital STRATÉGIE P. 2 BNP Paribas - s adresse à l investisseur expérimenté qui souhaite un coupon brut annuel potentiel de 8% même en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 et qui accepte un risque en

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Ras al-khaimah Géographie Situation générale Ras al-khaimah fait partie des sept émirats des Émirats Arabes Unis et se trouve à environ 100 kilomètres au nord-est de Dubaï dans la partie sud du golfe Persique.

Plus en détail

COMMISSION D ORGANISATION ET DE SURVEILLANCE DES OPÉRATIONS DE BOURSE

COMMISSION D ORGANISATION ET DE SURVEILLANCE DES OPÉRATIONS DE BOURSE COMMISSION D ORGANISATION ET DE SURVEILLANCE DES OPÉRATIONS DE BOURSE INVESTIR EN BOURSE Sommaire 1 Introduction 2 Qu est-ce que la Bourse des valeurs mobilières? 3 Quels sont les droits liés aux valeurs

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

EMPRUNT PALATINE TERMES ET CONDITIONS INDICATIFS

EMPRUNT PALATINE TERMES ET CONDITIONS INDICATIFS Emetteur Titre de créance intégralement remboursé à l échéance ( * ) Souche n 1 Devise Montant Nominal Total Prix d Emission Valeur Nominale Indiquée Montant minimum de souscription Banque Palatine (Fitch

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions»

Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions» TOTAL RENDEMENT 2014 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement risqué de type «actions» Émetteur

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Secteur bancaire américain La crise qui n'en finit plus

Secteur bancaire américain La crise qui n'en finit plus Secteur bancaire américain La crise qui n'en finit plus Les résultats au quatrième trimestre des grandes banques américaines, parmi lesquelles Wells Fargo, Goldman Sachs et Bank of America, sont décevants.

Plus en détail

Misez sur l indice représentatif de la bourse suisse.

Misez sur l indice représentatif de la bourse suisse. ING Bank (NL) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? ING Bank (NL) est un titre de dette structuré. Le produit est émis par ING Bank N.V. et vous permet de miser sur l évolution du SMI (Swiss Market Index), l

Plus en détail

Agence France Locale

Agence France Locale Agence France Locale BSI Economics Résumé : L Agence France Locale (AFL) a été créée afin de permettre aux collectivités locales, même les plus petites, d obtenir des conditions de financement avantageuses.

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Société Générale Acceptance

Société Générale Acceptance Société Générale Acceptance À QUOI VOUS ATTENDRE? P. 2 Société Générale Acceptance est un instrument dérivé. Le produit est émis par Société Générale Acceptance N.V. et garanti par Société Générale S.A.

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS Direction de la Formation Centre Ouest Africain de Formation et d'etudes Bancaires (COFEB) EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS 30 ème PROMOTION DU COFEB Durée : 4 heures Aucun document n est autorisé Avenue

Plus en détail

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers Les Banques Cours N 2 B - Les titres financiers Vocabulaire : action, obligation, Bons du Trésor. Titres financiers et de manière plus générale «les créances». Un titre financier c'est une créance non

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Direction des Études Économiques Trimestriel N 11 Janvier 2007 Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Après un premier semestre exceptionnel,

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Question de synthèse étayée par un travail préparatoire

Question de synthèse étayée par un travail préparatoire Question de synthèse étayée par un travail préparatoire II est demandé au candidat : 1. de conduire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être utilisés dans la synthèse. 2. de répondre

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Le sterling fort ou faible?

Le sterling fort ou faible? Le sterling fort ou faible? La livre sterling se trouve dans une position difficile, prise entre le marteau et l'enclume. D'un côté, la livre est sous-évaluée par rapport à sa juste valeur contre l'euro

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail