ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE"

Transcription

1 ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE DE LUTTE CONTRE LA RAGE ET AUTRES ZOONOSES ETAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX 2009 SUR L ECHINOCOCCOSE ALVEOLAIRE Bon, où est-ce que je peux poser ma crotte contaminée à Nancy, moi? Note de Synthèse n 9 à l attention des Conseils Généraux, des Administrations, des Collectivités Territoriales, des Fédérations Départementales des Chasseurs E.R.Z. Domaine de Pixérécourt MALZEVILLE Tel : fax : Site Internet : 1

2 NOUVELLE CARTE DE REPARTITION DE L ECHINOCOCCOSE ALVEOLAIRE CHEZ LE RENARD EN 2009 VERMIFUGATION DES RENARDS EN ZONE URBAINE QUAND ON ARRIVE EN VILLE! 2

3 Les zoonoses sont les maladies communes aux hommes et aux animaux. La faune sauvage peut en être le réservoir ou (et) le vecteur. Très nombreuses et de nature variée (virales, bactériennes, parasitaires), certaines sont plus dangereuses par leur virulence et leur dispersion sournoise à travers quelques espèces animales sauvages qui ont tendance à croiser l homme de plus en plus fréquemment. Si la rage vulpine a été en France, une de ces zoonoses transmises par le renard, l échinococcose alvéolaire en est une autre dont les travaux de l ERZ sur le terrain permettent de cerner la progression en France. Progression qui est d ailleurs généralisée en Europe. D autres maladies semblent également évoluer épidémiologiquement tant sur le plan humain qu animal. Il est important de déterminer la part prise par la faune sauvage dans ces évolutions. L objet de cette note de synthèse est la présentation de la contribution de l ERZ en 2009 à la connaissance et au contrôle de ces maladies pour en diminuer la portée sur l homme. Dans un premier temps le lecteur trouvera les résultats des investigations et expérimentations réalisées sur l échinococcose alvéolaire et dans un deuxième temps, les perspectives zoonotiques dans lesquelles l Entente commence à s investir. I) L ERZ est devenu l opérateur national sur le terrain de l échinococcose alvéolaire en France. Trois grandes actions ont été entreprises par l Entente sur le terrain, l une d entre elles a couvert la totalité des départements adhérents et pourrait être encore augmentée eu égard aux résultats obtenus et les deux autres visent à maîtriser le risque de contamination humaine et pourraient être développées suivant leur intérêt à tous les territoires. A) Par l aboutissement de programmes d investigations épidémiologiques inégalés Déjà présenté dans les notes de synthèse des années précédentes, le programme de cartographie de présence de l échinococcose alvéolaire est presque abouti. Sur les quarante-cinq départements adhérents à l Entente en 2009, seuls trois Départements n ont pas souhaité participer à ce projet. C est dire l intérêt des Conseillers Généraux pour cet énorme chantier. Il aura fallu près de quatre ans pour en venir à bout mais grâce à l extraordinaire participation des acteurs locaux, Fédérations des Chasseurs et Laboratoires Vétérinaires Départementaux, le résultat est à la hauteur de l effort entrepris. Bien des équipes européennes travaillant sur ce sujet envient le plan d échantillonnage ainsi réalisé à ce jour. Les 550 intestins de renards positifs sur les 3155 qui ont été analysés, donnent ainsi à la France un nouveau visage de présence connue du parasite. Dans le Centre de la France, le parasite semble seulement émergent, ce qui nécessite la mise en place dans ces territoires, comme l Yonne, le Cher ou l Oise de programmes d épidémio-surveillance que l ERZ coordonne depuis En revanche, des Alpes à la Normandie, en passant par les grands centres urbains, le taux de renards contaminés progresse considérablement. On constate ainsi que dans les plateaux du Haut-Doubs, la prévalence a doublé en vingt ans et dans des territoires comme l Avesnois ou le Cambraisis (dans le Nord), le centre de la Picardie ou la Seine-et-Marne, elle est localement aujourd hui au même niveau (environ 1 renard sur trois contaminé) qu il y a vingt ans en Franche-Comté. L Entente et l AFSSA ont aussi montré que les renards, par leur urbanisation de plus en plus fréquente, étaient les agents de contamination de l environnement périurbain. Ce qui n est pas sans poser parfois quelques inquiétudes aux élus locaux. Mais ces organismes ont également amélioré la connaissance du rôle du chien dans la contamination humaine du fait de sa grande proximité avec son maître. Pour réduire la présence du parasite près de l homme, l ERZ à l instar de ses voisins européens, a choisi en première approche de tester l efficacité d une vermifugation des renards sur les périmètres urbains de deux communautés de communes (Pontarlier et Annemasse) en zone de forte endémie (plus de 50% des renards porteurs). 3

4 Prévalence chez le renard Prévalence chez le renard VERMIFUGATION DES RENARDS EN ZONE URBAINE Evolution de la prévalence à Pontarlier Evolution de la prévalence à Annemasse 30% 45% 40% 25% 35% 20% 30% 15% Urbain Témoin 25% 20% Urbain Témoin 10% 15% 10% 5% 5% 0% Recoltes PONTARLIER (25). Pas d effet du traitement du fait d une trop grande présence de rongeurs réservoirs. 0% Recoltes ANNEMASSE (74) : Bonne efficacité du traitement vermifuge. COMMUNAUTE URBAINE DE NANCY : IMPACT EPIDEMIOLOGIQUE D UNE POLITIQUE DE REDUCTION DES POPULATIONS DE RENARDS? 4

5 Pour libérer les zones périurbaines de ce risque parasitaire, distribuer des appâts contenant du vermifuge permet de réduire sensiblement la présence des œufs du ténia échinocoque dans l environnement à condition d adapter à chaque territoire la fréquence de distribution, la densité d appâts et la nature des zones à traiter. B) et la poursuite d expérimentations en vraie grandeur et la mutualisation des connaissances au niveau européen. Les études ainsi réalisées sur la cartographie de l échinococcose, sur le portage des chiens et l intérêt de leur déparasitage ainsi que sur le contrôle du risque pour l homme par la vermifugation des renards, font actuellement l objet de rédaction de publications scientifiques de portée internationale. Ce ne sont toutefois pas les seules méthodes envisageables pour aider les collectivités et l Etat à protéger leurs populations vis-à-vis de l échinococcose alvéolaire. Si on sait que l augmentation des populations de renards favorise une expansion géographique de présence du parasite, on ignore si réduire les effectifs dans un territoire «donné» aurait un impact épidémiologique positif. C est ce que l ERZ a entrepris de tester autour de la communauté urbaine de Nancy. Une zone expérimentale centrée sur Nancy de vingt kilomètres de rayon fait actuellement l objet d un suivi particulier. En 2006 la Communauté Urbaine de Nancy s est alarmée de la présence d une forte proportion de renards contaminés (plus de 50 %) dans son périmètre et a opté pour une politique de réduction des populations. L ERZ et l AFSSA ont souhaité faire l évaluation épidémiologique d un tel procédé. Aidés par les universités de Franche-Comté et de Suisse qui prennent part à la réflexion sur ce projet, il a été décidé en comité de pilotage de diviser en deux parties cette aire expérimentale de 125 km². La moitié nord est séparée du sud par des limites physiques peu franchissables par les renards (A31 et canal Marne-Rhin) rendant les deux territoires proches mais distincts. Une forte régulation des populations vulpines est entreprise au nord. La partie sud, où aucune gestion particulière n est envisagée, sert de témoin à cette expérimentation. Les renards par le biais de l évolution de leur structure de population, ou d âge, leurs comportements, leur dispersion, leurs effectifs et leur statut parasitaire sont régulièrement et attentivement examinés pendant les trois ans de ce projet. Après dixhuit mois, les différents recensements effectués au nord comme au sud, ne laissent voir aucune différence de densité de population entre la partie régulée et la partie non régulée. Il faut donc encore intensifier les prélèvements de renards mais l effort entrepris n est-il pas vain, voire épidémiologiquement défavorable? L Entente espère pouvoir répondre à cette question en L ERZ continue à s interroger sur l échinococcose mais aussi à mettre en place une approche plus globale à l échelle de la communauté européenne de la surveillance et du contrôle de cette maladie. II) Et pourrait devenir l acteur incontournable de la surveillance active des départements pour les zoonoses de la faune sauvage. La nature des travaux de l ERZ en vraie grandeur repose sur une capacité d acquisition de données à partir de la faune sauvage sur des surfaces rarement exploitables par d autres organismes en France et même en Europe. Si un certain nombre d expérimentations restent encore à mettre en œuvre, il est temps à présent de mutualiser aussi les résultats acquis par les nombreuses équipes européennes qui avancent dans le même temps sur les mêmes sujets. Et il apparaît comme nécessaire de mettre cette capacité de prospection épidémiologique au service de la lutte contre d autres pathologies zoonotiques. 5

6 ECHINOCOCCOSE EN HAUTE-SAONE Quel est le rôle du chien dans la contamination humaine? MALADIE DE LYME Borrelia burgdorferi Erythema migrans LEPTOSPIROSE Leptospira interrogans 6

7 A) En continuant à chercher les moyens de protéger les populations concernées du taenia échinocoque Travailler sur le terrain sur des problématiques de zoonoses sur la faune sauvage, nécessite un partenariat avec des organisations locales aussi compétentes que diversifiées, et d en coordonner les actions. L objectif de ces dernières est d évaluer les influences environnementales qui favorisent une pression zoonotique sur l homme. En 2009, les épidémiologistes humains ont alerté l Entente sur ce qui pourrait être un foyer d échinococcose humaine dans une partie du département de Haute-Saône. A la demande de l ERZ, un programme de travail est élaboré par un vaste comité de pilotage composé des différents acteurs pouvant intervenir en Franche-Comté. Plusieurs directions sont prises. L Université de Franche-Comté a lancé un Master 2 de Sciences pour déterminer la notion de foyer émergent dans ce département. Le Centre Collaborateur de l OMS à Besançon met à disposition l ensemble des données recueillies sur les cas humains depuis les vingt dernières années pour y arriver. Dans le même temps, une prospection sur les chiens dans tout le département est entreprise grâce à la collaboration des cabinets vétérinaires haut-saônois. L objectif à atteindre, comme dans la Meuse en 2008, est le contrôle d un millier de chiens. La Mutualité Sociale Agricole (MSA) de Franche-Comté va cibler des aires de dépistage pendant ses campagnes de suivi médical du monde agricole. Les analyses seront effectuées par le CHU de Besançon. Le laboratoire vétérinaire départemental et la fédération des chasseurs vont collecter et analyser des renards supplémentaires. La Fédération Régionale d Etudes et de Défense contre les Organismes Nuisibles (FREDON) organisera des campagnes d échantillonnage des populations de micromammifères, c est-à-dire les campagnols, qui seront analysés par l AFSSA. C est l Entente qui coordonne l ensemble de ces actions. Si la mutualisation des compétences locales permet d obtenir les résultats qu on connaît maintenant, il a semblé important qu elle s élargisse aux équipes de recherche européennes. C est une des exigences de l Etat évoquée en Ainsi, en 2010, avec l AFSSA, l UFC, et l OMS, l Entente sera le maître d œuvre de l organisation d un congrès européen sur la surveillance et le contrôle de l échinococcose alvéolaire. Ce parasite étant l objet de préoccupations diverses en Europe, en janvier 2010, près d une vingtaine de pays ont déjà répondu favorablement à un premier appel à candidature. Ce congrès se tiendra en Lorraine, à Malzéville sous l égide de l Europe, de l Etat et des Collectivités. B)... Et en initiant d autres projets sur d autres zoonoses émergentes. La faune sauvage participe directement à l émergence de certaines zoonoses. Certaines espèces peuvent jouer le rôle de réservoir d un germe pathogène, d autres celui de vecteur. Des situations écoépidémiologiques nouvelles font que l évolution de ces espèces sur le plan démographique ou géographique ou comportemental devient le facteur de rencontres plus fréquentes entre l homme et ces microbes. Il en est ainsi de certains micro-organismes pathogènes responsables notamment de la maladie de Lyme ou la leptospirose qui, bien que connues depuis longtemps, semblent en progression aujourd hui en France. L Entente souhaite rester vigilante sur ces phénomènes. Grâce à son réseau de partenaires de terrain, elle est à présent sollicitée pour mener des investigations sur les espèces vectrices de ces pathologies. La maladie de Lyme doit son nom à la ville des Etats-Unis où elle a été découverte en C est une bactérie Borrelia burgdoferi qui en est responsable. La maladie se traduit par des troubles dermatologiques, neurologiques, cardiaques et articulaires qui peuvent être très sévères. C est aussi la zoonose la plus fréquente en France avec 12 à cas par an. Elle est transmise par les tiques de genre Ixodes qui piquent un animal sur lequel elles vont se nourrir de sang et y transférer la bactérie pathogène. 7

8 Les différentes étapes (mues) d une vie de tique se passent sur différentes espèces animales. Les oiseaux, les rongeurs, les mustélidés, les cervidés mais aussi animaux d élevage sont à la fois des vecteurs potentiels, des réservoirs ou des éléments favorisant la multiplication des tiques. Il est donc légitime que l ERZ s implique dans les projets de surveillance de cette maladie. Une autre bactérie de la famille des spirochètes est responsable de la leptospirose, communément appelée «maladie des égoutiers». Elle concerne essentiellement, en effet, les personnes en contact avec des zones humides où la bactérie peut être maintenue ou disséminée par les animaux infectés, au premier rang desquels se place le rat. Entretenue par des rongeurs qui n en soufrent pas, cette bactérie est émise dans l environnement avec les urines de ceux-ci. Très préjudiciable en revanche, pour l homme et pour les animaux de rente ou de compagnie, cette bactérie en forme de spirale, est largement présente dans la nature grâce à la prolifération et au développement géographique d hôtes réservoirs en faune sauvage. A ce titre, le rôle probablement significatif d espèces telles que les ragondins et les rats musqués, mérite aujourd hui d être précisé. Présente depuis longtemps dans l environnement français, la leptospirose pourrait être considérée comme une maladie réémergente. D autres projets peuvent voir le jour à l ERZ. Ils prennent naissance au niveau européen comme le projet «wildtech» qui démarre en ce moment. L Entente est au service des départements. Plus leur nombre sera important et meilleurs seront l acquisition des connaissances épidémiologiques, le développement des méthodes de contrôle de ces zoonoses faune sauvage et le rapport coût efficacité de l ERZ. L échinococcose alvéolaire en est l illustration et il serait primordial de gagner des territoires de prospection vers l Ouest tout en acquérant une technicité européenne. Le mot du Président Très attaché à nos Départements, j ose redire ici ma satisfaction de présider aux destinées d élargissement de l ERZ par l adhésion d autres Conseils Généraux. En 2001, 30 Départements participaient à la fin de l aventure contre la rage. En 2009, 45 ont choisi de faire confiance à l ERZ dans sa croisade contre l échinococcose alvéolaire. Quelle autre établissement public français peut se targuer d une même efficacité en terme de mutualisation des moyens? Faut-il attendre des cas humains coûteux et dramatiques pour la société et les familles pour penser que le ténia peut être présent dans d autres territoires? J invite donc les Conseils Généraux, dans ces temps budgétaires difficiles, à ne pas se priver d un outil de terrain dont le rapport coût-bénéfice est très avantageux pour eux. Ayant mis à jour un vrai problème de santé publique, j invite aussi l Etat français à ne pas priver les collectivités de cet outil dont l activité relève de sa seule compétence. Au contraire, il doit nous accompagner d avantage, surtout quand l ERZ doit servir les collectivités pour d autres thèmes ou organiser un colloque européen pour lequel déjà dix-sept pays sont engagés et que je serai fier d accueillir avec les collectivités territoriales concernées. Jean Paul BOLMONT 8

ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE

ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE DE LUTTE CONTRE LA RAGE ET AUTRES ZOONOSES ETAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX 2011 SUR L ECHINOCOCCOSE ALVEOLAIRE et autres zoonoses Toutous, vous saurez tout sur l échino! Note

Plus en détail

ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE

ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE DE LUTTE CONTRE LA RAGE ET AUTRES ZOONOSES ETAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX 2010 SUR L ECHINOCOCCOSE ALVEOLAIRE et autres zoonoses Note de Synthèse n 10 à l attention des Conseils

Plus en détail

ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE

ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE DE LUTTE CONTRE LA RAGE ET AUTRES ZOONOSES ETAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX 2007 SUR L ECHINOCOCCOSE ALVEOLAIRE Vincent Raton Note de Synthèse n 7 à l attention des Conseils Généraux,

Plus en détail

M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc. Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon

M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc. Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon Les parasites : une part importante de la biodiversité? - Traitements antibiotiques Eradication de la variole

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales

ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales Rappel du cadre de ce recueil : Lors du Comité de Pilotage technique paritaire ANI «jeunes décrocheurs» du

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Emmanuel THEBAUD Réseau des Vétérinaires en Élevage Baptiste HUBERT

Plus en détail

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1 VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU VÉTÉRINAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU VÉTÉRINAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU VÉTÉRINAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU VÉTÉRINAIRE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 10 1

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Réalisée quotidiennement par la CCI de Quimper Cornouaille, la revue de presse a pour objectif de présenter l essentiel de l actualité économique

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 Conduire son schéma de mutualisation des services ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 1 Proposition d une méthodologie pour conduire son schéma de mutualisation des services

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE Intervenant: Dominique LUIS1 SOMMAIRE Introduction Les étapes du projet L étude d opportunité L étude de faisabilité

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

qu il y ait une très grande cohérence entre les différentes politiques publiques. Les orientations régionales peuvent aussi permettre de rechercher

qu il y ait une très grande cohérence entre les différentes politiques publiques. Les orientations régionales peuvent aussi permettre de rechercher Gestion de la faune sauvage et amélioration de la qualité des habitats. Dominique STEVENS (Délégué régional Poitou-Charentes ONCFS ) et Pascal DOUTAU ( F D C de Charente) : Dominique STEVENS : Nous allons

Plus en détail

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale?

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? Atelier n 20 Bernard FALCAND, CFTC, membre du bureau national d orientation du CNFPT, Jean-Charles GLATIGNY,

Plus en détail

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu direction générale des Infrastructures des Transports et de la Mer Certu L Enquête Déplacements VILLES MOYENNES Politique des Transports pour voir loin, autant voir clair Avant d engager la collectivité,

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Session 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES Durée : 3 heures Coefficient : 7 L usage de la calculatrice n est

Plus en détail

L échinococcose alvéolaire

L échinococcose alvéolaire L échinococcose alvéolaire DOSSIER Sommaire : 1. Qu est-ce que l échinococcose alvéolaire? 2. Comment la maladie se transmet-elle à l homme? 3. Comment se manifeste l échinococcose alvéolaire? 4. Existe-t-il

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Fiche 1 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Contexte La région Midi-Pyrénées bénéficie d un patrimoine naturel exceptionnel. Il faut toutefois constater un déficit de connaissance

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Formateur dans le contexte de publics à besoins spécifiques de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Termes de référence Activité 1

Termes de référence Activité 1 1 Termes de référence Activité 1 Atelier de formation thématique au journalisme d investigation Projet Médias d Afrique centrale contre le VIH PROJET MA-VIH VOLET 1 N D ACTION / ACTIVITE CODE 1 /1 MAUEA4111F30

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Forum N 2. Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Compte rendu : En résumé :

Forum N 2. Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Compte rendu : En résumé : Forum N 2 Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Présidence et animation : Véronique FAYET, membre du bureau de l UNCCAS Intervenants : Serge FRAYSSE, directeur

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Organisons, organisons... CHIEN DE CONDUITE DU TROUPEAU conduite et... PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Les exploitations ovines ne peuvent plus aujourd hui se passer des nombreux services rendus

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

«La ville jardin» Grande-Synthe (Nord)

«La ville jardin» Grande-Synthe (Nord) Valorisation des patrimoines bâti et naturel > Gestion différenciée des espaces verts Zones naturelles en périphérie de la ville : la gestion consiste en un fauchage une à deux fois par an avec enlèvement

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Inégalités sociales et territoriales de santé

Inégalités sociales et territoriales de santé Inégalités sociales et territoriales de santé Quels enjeux de santé dans les quartiers prioritaires? Quels outils pour y répondre? 20 mars 2012 Une situation régionale préoccupante accrue dans les quartiers

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

Amélioration énergétique en copropriétés

Amélioration énergétique en copropriétés Amélioration énergétique en copropriétés Marseille octobre 2012 Ingénierie sociale avant tout Petites copropriétés à Marseille Ingénierie sociale avant tout Le projet «Petites copropriétés à Marseille»

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

La recherche interventionnelle dans le domaine du cancer : illustration des spécificités

La recherche interventionnelle dans le domaine du cancer : illustration des spécificités La recherche interventionnelle dans le domaine du cancer : illustration des spécificités Hermann NABI Département Recherche SHS, Epidémiologie et Santé Publique, INCa Atelier ANR sur les recherches Interventionnelles

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

Les Fiches techniques

Les Fiches techniques Les Fiches techniques LES PORTES DU TEMPS en Languedoc Roussillon Sommaire Les Portes du Temps : Qu est ce que c est?... 2 Mode d emploi. 3 Comment y participer?..... 4 Fiche technique Gestionnaires d

Plus en détail

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association?

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? La création d une Agence de la biodiversité, annoncée dans son principe en septembre 2012 est à l étude depuis

Plus en détail

Gestion durable de l espace : quelle animation des territoires franc-comtois? Septembre 2009

Gestion durable de l espace : quelle animation des territoires franc-comtois? Septembre 2009 CAUE de Haute Saône Gestion durable de l espace : quelle animation des territoires franc-comtois? Septembre 2009 Chambres d Agriculture de Franche-Comté CAUE de Franche Comté 1. Contexte : L objectif de

Plus en détail

Télétravail, de quoi parle-t-on?

Télétravail, de quoi parle-t-on? Télétravail, de quoi parle-t-on? 1 Base présentation : Caisse des Dépôts, menée par les cabinets PMP et TACTIS au 1er semestre 2011. Cadre programme des Investissements d Avenir / Fonds National pour la

Plus en détail

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions»

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» «Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» L exemple Sem Charles DESCOURS Président d honneur délégué aux transports, sénateur

Plus en détail

Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory

Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory Comme chaque année une réunion de réseau a été organisée entre référents alternance des Missions Locales du

Plus en détail

Licence Science politique

Licence Science politique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Science politique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

FICHE DE POSTE Stages - Eskal Eureka

FICHE DE POSTE Stages - Eskal Eureka Description de la structure d accueil «Le Cluster pose un cadre de référence et d action. Dans cette période économique particulière, rien ne sera plus comme avant. Imaginons ensemble le BTP du futur,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro

AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro AVANT-PROPOS Bernard Tissot et Georges Pédro Le thème de l étude Santé-Déchets est très vaste et son contour est difficile à délimiter. Il fait appel à de nombreuses disciplines qui ne sont pas toutes

Plus en détail

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION,

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, DE LA SANTE ET DU DEVELOPPEMENT. Les indicateurs ci-dessous sont donnés à titre

Plus en détail

Maisons de santé Soutien aux projets en Pays de la Loire

Maisons de santé Soutien aux projets en Pays de la Loire Maisons Soutien aux projets en Pays de la Loire L a démographie des professionnels est une problématique au croisement de la santé et de l aménagement du territoire : un territoire sans professionnel n

Plus en détail

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile Seniors Eléments d état des lieux Un vieillissement rapide D'un point de vue démographique, le Jura se situe à un niveau intermédiaire par rapport aux autres départements métropolitains français : la part

Plus en détail

Lettre de l'état en Corrèze. La sécurité en Corrèze

Lettre de l'état en Corrèze. La sécurité en Corrèze Lettre de l'état en Corrèze La sécurité en Corrèze En ce début d'année, l'examen des chiffres de la délinquance de l'année 2010 me donne l'occasion de rappeler que la sécurité est la première des obligations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2014-1101

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2014-1101 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2014-1101 12 - Exercice 2014 - Budget annexe des forêts communales - Affectation des résultats de l exercice 2013 en application de la nomenclature M14 Mme l

Plus en détail

Note nationale BSV. Les campagnols nuisibles aux cultures

Note nationale BSV. Les campagnols nuisibles aux cultures Note nationale BSV Les campagnols nuisibles aux cultures Méthodes préventives et alternatives de lutte Note rédigée par la DGAl-SDQPV. Version 2012 Crédits photos : DGAl-SDQPV, Thomas Kraft (milan royal).

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Expérimentation de la réalisation d un bilan bucco-dentaire en EHPAD 3ème Journée «Hygiène et prévention des infections en EMS»

Expérimentation de la réalisation d un bilan bucco-dentaire en EHPAD 3ème Journée «Hygiène et prévention des infections en EMS» Expérimentation de la réalisation d un bilan bucco-dentaire en EHPAD 3ème Journée «Hygiène et prévention des infections en EMS» 1 Mardi 3 novembre 2015 PRESENTATION DU PROJET 2007 : URCAM réalise une étude

Plus en détail

Àl été 2002, le bureau national de l Association des bibliothécaires français a

Àl été 2002, le bureau national de l Association des bibliothécaires français a À PROPOS du bibliothécaire Àl été 2002, le bureau national de l Association des bibliothécaires français a souhaité proposer à l ABF de se doter d un code de déontologie, à l instar des 27 pays qui en

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Les grands enjeux de la gestion de patrimoine

Les grands enjeux de la gestion de patrimoine Les grands enjeux de la gestion de patrimoine Promouvoir la performance globale des établissements publics de santé Pierre-Hugues Glardon Sous direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Atlas de la fragilité du Languedoc-Roussillon

Atlas de la fragilité du Languedoc-Roussillon SYNTHESE Atlas de la fragilité du Languedoc-Roussillon Retraités de 55 à 74 ans du régime général Exercice 2010 La mise en œuvre d un observatoire des situations de fragilité traduit la volonté forte de

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail