Enquête auprès des experts-veilleurs et des responsables ministériels du Réseau de veille intégrée sur les politiques publiques. Marie-Claude Jean,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête auprès des experts-veilleurs et des responsables ministériels du Réseau de veille intégrée sur les politiques publiques. Marie-Claude Jean,"

Transcription

1 Enquête auprès des experts-veilleurs et des responsables ministériels du Réseau de veille intégrée sur les politiques publiques Marie-Claude Jean, Moktar Lamari et Florence Deshaye CREXE, ENAP Mercredi 30 novembre 2011

2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Contexte RVIPP Objectifs Méthodologie Résultats Constats 77&start=133&ndsp=6&ved=1t:429,r:0,s:133&biw=808&bih=561 Discussion

3 CONTEXTE Développement important de la veille électronique comme support et outil de courtage de nouvelles connaissances. Absence de données probantes quant à l efficacité de la veille électronique en tant qu outil de courtage de connaissances dans le cadre des processus décisionnels gouvernementaux.

4 LE RÉSEAU DE VEILLE INTÉGRÉE SUR LES POLITIQUES PUBLIQUES Se décrit comme un «véritable radar stratégique» pour l établissement des priorités et la prise de décisions gouvernementales, comme un outil de gouverne permettant une meilleure dynamique de concertation et de synergie entre les ministères et les organismes. Objectifs : Extrants : Renforcer la capacité des ministères et des organismes à comparer leurs politiques avec celles des autres gouvernements Permettre de dégager une vision commune de l évolution de l environnement et des changements d approche apportés ailleurs en matière de politiques publiques L Info-Réseau, le bulletin Prospective (tirage de 1500 exemplaires), fiches, clips, dossiers, etc.

5 OBJECTIFS Analyser les processus de production et la portée de la veille électronique en tant que levier de transfert et de courtage de connaissances au sein du gouvernement du Québec. Identifier les déterminants de l absorption des connaissances mis à contribution dans les processus de production de la veille et apprécier leur efficacité. Expliquer les stratégies et les rationalités des producteurs de veille.

6 MÉTHODOLOGIE Revue de la littérature (courtage de connaissances, outils Web 2.0, capacité d absorption) Sondage web auprès des experts-veilleurs et des responsables ministériels du RVIPP (104 questionnaires complétés taux de réponse de 44,3 %) Analyse de données à partir de SPSS

7 PREMIERS RÉSULTATS

8 1. CARACTÉRISATION DE LA VEILLE ET DES VEILLEURS Caractéristiques des veilleurs : Sexe : hommes (60 %); femmes (40%) Âge : 26 à 40 ans (35 %); 41 à 50 ans (23 %); 51 ans et + (40 %) Scolarité : niveau maîtrise ou plus (77 %) Discipline de formation : sciences sociales et administration (83 %) Position : statut de professionnel (90 %) Expérience de veille : moyenne de 4 ½ ans Intensité de la veille : moyenne de 30 heures par mois Implication : 35 % des répondants contribuent à l expertise d autres veilles

9 1. CARACTÉRISATION DE LA VEILLE ET DES VEILLEURS Caractéristiques de la veille : Principaux créneaux : santé (14 %); tourisme (8 %); famille, aînés, services de garde (8 %) Format : bulletin (36 %); fiche (28 %) Fréquence de diffusion : mensuelle (42 %); trimestrielle (36 %) Suivi : 17 % effectuent un suivi auprès des utilisateurs Effectifs : moyenne de 4 personnes par unité administrative

10 2. OUTILS ET SOURCES Outils de veille : moteurs de recherche (87 %); bulletins d information (62 %); forums de discussion (9 %) Sources documentaires consultées : Intra-organisationnelles : intranet (66 %); rapports ou articles (62 %); réseaux sociaux internes (10 %) Externes : sites internet (88 %); quotidiens (75 %); bases de données électroniques (12 %) Ressources humaines consultées : Intra-organisationnelles : personnel de recherche (47 %); gestionnaires (33 %); bibliothécaires ou documentalistes (29 %) Externes : personnel des autres directions (41 %); citoyens (0 %); groupes d intérêt (0 %)

11 2. OUTILS ET SOURCES : ANALYSE FACTORIELLE Sources documentaires intra-organisationnelles consultées Organisation Rapports ou articles publiés par l organisation Intranet de l organisation Bibliothèque interne ou centre de documentation % de la variance 42,1% Réseaux sociaux Réseaux sociaux internes 23,3 %

12 2. OUTILS ET SOURCES : ANALYSE FACTORIELLE Sources documentaires externes consultées Documentation de première main Documentation de seconde main Résumés % de la variance Articles de revues scientifiques 22,0 % Articles de revues professionnelles ou d'intervention Livres ou chapitres de livre Contenu des activités de formation Bases de données électroniques (ProQuest, PubMed, etc.) Autres veilles électroniques 17,7 % Rapports produits par les gouvernements Rapports des organisations internationales (OMS, OCDE) Communiqués de presse Revues de presses autres que celles produites par votre organisation 17,5 % Médias Quotidiens (presse écrite ou électronique) 12,3 % Sites Internet

13 2. OUTILS ET SOURCES : ANALYSE FACTORIELLE Ressources humaines externes consultées Secteur public autre que québécois et milieu universitaire (distance) Secteur public québécois et secteur privé (proximité) Le personnel des ministères des autres provinces canadiennes Le personnel des ministères fédéraux Le personnel des gouvernements étrangers à l extérieur du Canada Les professeurs ou professionnels de recherche issus du milieu universitaire Le personnel des autres directions au sein du ministère ou de l organisme Le personnel d'autres ministères québécois Les firmes privées Les citoyens % de la variance 26,3 % 25,6 %

14 3. PROCESSUS DE RECONNAISSANCE ET DE VALIDATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES La qualité des nouvelles connaissances repose sur % de répondants affirmant être légèrement ou complètement en accord La crédibilité de la source 93 % Le caractère pertinent et réaliste, par rapport au contexte québécois 84 % Le caractère applicable des données probantes 79 % Le caractère consensuel des données probantes 73 % La compétence et l expérience du veilleur 69 % Le caractère qualitatif des analyses menées 61 % Le caractère quantitatif des analyses menées 60 % Le caractère théorique des analyses menées 56 %

15 3. PROCESSUS DE RECONNAISSANCE ET DE VALIDATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES : ANALYSE FACTORIELLE La qualité des nouvelles connaissances repose sur % de la variance Méthode Pertinence Le caractère consensuel des données probantes véhiculées Le caractère quantitatif des analyses menées Le caractère qualitatif des analyses menées Le caractère théorique des analyses menées Le caractère applicable des données probantes La crédibilité de la source Le caractère pertinent et réaliste, par rapport au contexte du Québec La compétence et l expérience du veilleur 26,9 % 23,7 %

16 4. ACQUISITION DES NOUVELLES CONNAISSANCES POUR LA PRODUCTION DE LA VEILLE % de répondants y ayant librement accès Disponibilité et processus d acquisition des nouvelles connaissances Une ou plusieurs revues professionnelles 70 % Une bibliothèque à l'intérieur de l organisation 67 % Une ou plusieurs bases de données statistiques électroniques (ISQ, StatCan, OCDE, ) 64 % Une ou plusieurs revues scientifiques 64 % Une ou plusieurs bases de données 53 % bibliographiques électroniques

17 4. ACQUISITION DES NOUVELLES CONNAISSANCES POUR LA PRODUCTION DE LA VEILLE : ANALYSE FACTORIELLE Disponibilité et processus d acquisition des nouvelles connaissances % de la variance Bases de données Une ou plusieurs bases de données bibliographiques électroniques Une ou plusieurs bases de données statistiques électroniques (ISQ, StatCan, OCDE,...) 34,1 % Documentation Une ou plusieurs revues scientifiques 29,2 % Une ou plusieurs revues professionnelles Une bibliothèque à l'intérieur de l organisation offrant de la documentation utile aux activités de veille

18 4. ACQUISITION DES NOUVELLES CONNAISSANCES POUR LA PRODUCTION DE LA VEILLE Limites organisationnelles % de répondants dont le travail est beaucoup ou énormément affecté par ces limites Limites liées au temps 47 % Limites liées aux ressources financières 32 % Limites liées aux ressources humaines 32 % Limites liées à l'accès à certaines informations jugées confidentielles 16 %

19 4. ACQUISITION DES NOUVELLES CONNAISSANCES POUR LA PRODUCTION DE LA VEILLE : ANALYSE FACTORIELLE Limites organisationnelles % de la variance Ressources et processus Limites liées aux ressources financières 32,6 % Limites liées aux ressources matérielles Limites liées aux ressources humaines Priorités et accès à l information Limites liées à la lourdeur des processus administratifs Limites liées à l'accès à certaines informations jugées confidentielles Limites liées au temps Limites liées à l'intérêt porté par les gestionnaires Limites liées à l'intérêt porté par les autorités gouvernementales ; les décideurs publics 27,8 %

20 4. ACQUISITION DES NOUVELLES CONNAISSANCES POUR LA PRODUCTION DE LA VEILLE Répartition moyenne du temps consacré à l ensemble des activités de veille L'assimilation des nouvelles connaissances 30,7% La transformation du contenu des nouvelles connaissances 26,3% Le repérage des nouvelles connaissances 36,6%

21 4. ACQUISITION DES NOUVELLES CONNAISSANCES POUR LA PRODUCTION DE LA VEILLE Répartition moyenne du temps consacré aux activités de veille du RVIPP L'assimilation des nouvelles connaissances 27,7% La transformation du contenu des nouvelles connaissances 20,3% Le repérage des nouvelles connaissances 33,6%

22 4. ACQUISITION DES NOUVELLES CONNAISSANCES POUR LA PRODUCTION DE LA VEILLE Proportion moyenne des nouvelles connaissances issues de chaque source Sources canadiennes, hors Québec 19,6% Sources anglophones 46,9% Proportion moyenne des nouvelles connaissances issues de chaque source Sources québécoises 35,0% Sources internationales 45,4% Sources allophones 2,4% Sources francophones 50,6% Origine Langue

23 5. ASSIMILATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES Activités réalisées lors de la préparation de la veille Comprendre des résultats de recherches empiriques Lire en totalité des articles scientifiques, des études et des rapports de recherche Discuter de la pertinence des nouvelles connaissances issues des études et des rapports de recherche avec des collègues % de répondants affirmant agir souvent ou systématiquement ainsi 40 % 40 % 34 %

24 6. TRANSFORMATION ET COMMUNICATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES % de répondants affirmant s en préoccuper souvent ou toujours Transformation des nouvelles connaissances : préoccupations quant au contenu de la veille produite Résumé ou vulgarisé 69 % Transféré dans un langage compréhensible pour les utilisateurs visés 67 % Accompagné du texte de référence au complet ou 63 % accompagné du lien permettant l'accès à celui-ci Adapté au contexte québécois 61 % Validé par un comité de lecture avant diffusion 24 %

25 6. TRANSFORMATION ET COMMUNICATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES : ANALYSE FACTORIELLE Transformation des nouvelles connaissances % de la variance Accessibilité Résumé ou vulgarisé 38,1 % Transféré dans un langage compréhensible pour les utilisateurs visés Accompagné du texte de référence au complet ou accompagné du lien permettant l'accès à celui-ci Pertinence Adapté au contexte québécois 25,0 % Validé par un comité de lecture avant diffusion

26 6. TRANSFORMATION ET COMMUNICATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES % de répondants affirmant s en préoccuper souvent ou toujours Édition et communication des nouvelles connaissances : préoccupations quant à la veille produite Lisible et facile de compréhension 73 % Attrayante visuellement (graphisme, couleurs, humour) 27 %

27 7. UTILISATEURS DE LA VEILLE DU RVIPP Utilisateurs de la veille du RVIPP % de répondants affirmant que ce groupe utilise souvent ou très souvent la veille du RVIPP Le personnel de l unité administrative 22 % Le personnel des autres ministères ou organismes publics Le personnel de l'ensemble du ministère ou de l organisme Les autorités gouvernementales (décideurs publics) Les personnes ou organismes externes au gouvernement du Québec 11 % 10 % 6 % 1 %

28 8. EXPLOITATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES Impacts et perceptions La veille produite concorde avec les besoins et les attentes des utilisateurs La veille produite permet d'obtenir un plus large éventail d'options pour les décideurs publics La veille produite permet une plus grande ouverture sur l'innovation % de répondants affirmant être légèrement ou complètement en accord 60 % 56 % 55 % Les utilisateurs accordent de la crédibilité à la veille produite 49 % La veille produite influence les politiques publiques 42 % La veille produite contribue à accroître la cohérence de l'action gouvernementale 39 % La veille produite permet l économie de ressources financières 24 %

29 8. EXPLOITATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES : ANALYSE FACTORIELLE Impacts et perceptions Performance et pertinence La veille produite concorde avec les besoins et les attentes des utilisateurs La veille produite influence les politiques publiques % de la variance 42,1 % Marge de manœuvre La veille produite contribue à accroître la cohérence de l action gouvernementale Les utilisateurs accordent de la crédibilité à la veille produite La veille produite permet l'économie de ressources financières La veille produite permet d'obtenir un plus large éventail d'options pour les décideurs publics La veille produite permet une plus grande ouverture sur l'innovation 30,1 %

30 8. EXPLOITATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES % de répondants affirmant être légèrement ou complètement en accord Perceptions concernant la culture organisationnelle : le ministère ou l organisme favorise L'acquisition, l'adaptation et la diffusion des nouvelles connaissances 51 % Les liens entre les chercheurs et les décideurs 37 % L'utilisation d'évidences scientifiques 37 % La formation et l'apprentissage continu du personnel chargé de la veille 31 %

31 8. EXPLOITATION DES NOUVELLES CONNAISSANCES Influence du politique La veille est influencée par l'agenda politique québécois La veille est influencée par les positions de différents groupes d'intérêt La veille influence l'agenda des décideurs politiques % de répondants affirmant être légèrement ou complètement en accord 49 % 20 % 19 % La veille influence les groupes d'intérêt 5 %

32 9. INTERACTIONS ET RÉSEAUTAGE : ANALYSE FACTORIELLE Interactions Secteur public Communauté et milieu universitaire Le personnel des ministères et organismes fédéraux Le personnel des autres ministères ou organismes publics québécois Le personnel des ministères et organismes publics des autres provinces canadiennes Le personnel des gouvernements étrangers, à l'extérieur du Canada Le personnel des organismes communautaires Les chercheurs, professeurs ou professionnels de recherche rattachés au milieu universitaire % de la variance 28,2 % 19,8 % Secteur privé Le personnel des firmes privées 19,5 % Les groupes d'intérêt

33 9. INTERACTIONS ET RÉSEAUTAGE % de répondants affirmant agir souvent ou très souvent ainsi Initiation de réseautage Faciliter le contact entre l unité administrative et les utilisateurs concernés Participer à des séminaires, des réunions, des conférences ou d'autres événements sur la veille et sur le transfert de connaissances Être actif sur des réseaux sociaux en lien avec les activités de veille 14 % 12 % 4 %

34 9. INTERACTIONS ET RÉSEAUTAGE % de répondants Liens avec la communauté scientifique Connaissance personnelle de chercheurs universitaires Membre d un groupe ou d une équipe de recherche impliquant des universitaires 61 % 14 %

35 CONSTATS Les veilleurs ont davantage recours à des sources traditionnelles d information (articles scientifique, presse écrite) qu à des sources associées au Web 2.0 ou encore à des ressources humaines. Les critères portant sur la pertinence et l applicabilité des connaissances ont tendance à primer sur ceux portant sur la méthode par laquelle elles ont été produites lorsque les veilleurs évaluent les nouvelles connaissances. Le fait que l information soit généralement disponible favorise l acquisition des connaissances par les veilleurs, mais les limites liées aux ressources financières les contraignent quelque peu dans leur démarche. Peu de veilleurs adoptent régulièrement des pratiques favorisant l assimilation des connaissances.

36 CONSTATS (SUITE) L accessibilité du contenu pour le lecteur est la principale préoccupation des veilleurs lors de la production de la veille. Bien qu ils perçoivent leur veille comme pertinente, les veilleurs interrogés sont sceptiques quant à son influence réelle sur l élaboration des politiques publiques. Les données recueillies traduisent également une impression de la part des veilleurs que leur veille est peu consultée. Les interactions et le réseautage, tout comme l utilisation des réseaux sociaux, sont des avenues encore peu explorées par les veilleurs du gouvernement.

37 DISCUSSION MERCI DE VOTRE ATTENTION Questions et commentaires?

La veille gouvernementale

La veille gouvernementale La veille gouvernementale Colloque Veille, Planification et Évaluation Ugo-Mercier Gouin Mai 2005 Plan de la présentation Organisation de la veille gouverne- mentale Résultats de l enquête sur la veille

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

au service des politiques publiques

au service des politiques publiques L intelligence économique au service des politiques publiques Nicolas MOINET ENAP Québec Intelligence stratégique et optimisation des programmes gouvernementaux 22 octobre 2014 L intelligence économique,

Plus en détail

Enquête auprès des producteurs québécois de veille électronique en lien avec la santé et ses déterminants

Enquête auprès des producteurs québécois de veille électronique en lien avec la santé et ses déterminants Enquête auprès des producteurs québécois de veille électronique en lien avec la santé et ses déterminants Moktar Lamari et Florence Deshaye GÉPPS, ÉNAP Mercredi 30 novembre 2011 Recherche réalisée avec

Plus en détail

Veille stratégique au gouvernement du Québec - Une intelligence à partager

Veille stratégique au gouvernement du Québec - Une intelligence à partager Veille stratégique au gouvernement du Québec - Une intelligence à partager 2 Plan de la présentation État des lieux sur la veillee au gouvernement Mise en place du RVIPP Organisation du RVIPP Objectifs

Plus en détail

Partage de données: opinions, usages et besoins

Partage de données: opinions, usages et besoins Partage de données: opinions, usages et besoins Enquête DARIS auprès des chercheuses et chercheurs en sciences sociales en Suisse Eliane Ferrez et Martina Bichsel Lausanne, mars 2012 Introduction Le Service

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2013-2015

Plan d action de développement durable 2013-2015 Plan d action de développement durable 2013-2015 Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux Le contenu de cette publication a été rédigé et édité par l INESSS. Ce

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Octobre 2013 Contact Inergie Toute publication

Plus en détail

Mutualisation de l information géospatiale au gouvernement du Québec

Mutualisation de l information géospatiale au gouvernement du Québec Mutualisation de l information géospatiale au gouvernement du Québec Rencontre de travail entre le ministère de l Énergie et des Ressources naturelles (MERN) et l Institut national de recherche en sciences

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Loi sur les LANGUES OFFICIELLES

Loi sur les LANGUES OFFICIELLES Mise en œuvre de l article 41 de la partie VII Loi sur les LANGUES OFFICIELLES pour les régions du Québec for Quebec Regions Mise en œuvre de l article 41 de la partie VII Loi sur les LANGUES OFFICIELLES

Plus en détail

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER 09-11 AOUT 2011 27/10/2011 1 27/10/2011 2 Introduction

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int.

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. planification et examen Plan de la présentation Introduction Contexte

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

ÉVALUATION DES FORMATIONS

ÉVALUATION DES FORMATIONS ÉVALUATION DES FORMATIONS SUIVIES PAR LES GESTIONNAIRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ DE LA RÉGION DE CHAUDIÈRE-APPALACHES EN GESTION DU CHANGEMENT, GESTION DE PROJET ET EN LEAN MANAGEMENT Suzanne Pelletier,

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca

Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca TITRE DE POSTE : RELÈVE DE : EN LIAISON AVEC: Responsable du marketing numérique

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Urgence Leadership Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Forum de réflexion sur le leadership d avenir - CIRANO 26 janvier 2009 1 Urgence Leadership Un programme

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION DE L APLNB/ABPNB

PLAN DE COMMUNICATION DE L APLNB/ABPNB Général L élaboration d un plan de communication pour l Association a été reconnue comme une action essentielle pour la réalisation du Plan stratégique de l ABPNB 2009-2012. Un groupe de travail de quatre

Plus en détail

Plan d action développement durable 2014-2016

Plan d action développement durable 2014-2016 Plan d action développement durable 2014-2016 Orientations 1. Informer, sensibiliser, éduquer, innover (information/éducatio n et formation / recherche et innovation). ORIENTATION PRIORITAIRE 1. Mieux

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES Période du 1 er avril 2013 au 31 mars 2015 PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Les orientations de la politique de l information du gouvernement du Canada

Les orientations de la politique de l information du gouvernement du Canada GCDocs du SCT no 15898180 Les orientations de la politique de l information du gouvernement du Canada Association des bibliothèques de recherche du Canada Conférence Léviathan du Nord Mai 2015 Vision de

Plus en détail

Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles

Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles Sondage d opinion auprès des Canadiens FONDATION ÉMERGENCE ÉTUDE OMNIBUS PAN CANADIENNE Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles Mai 2007 Dossier : 12717-010 507, place

Plus en détail

omnipraticiens du Québec

omnipraticiens du Québec Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Étude d opinion d pour la Fédération des médecins m omnipraticiens du Québec 11250-006 006 Février 2010 www.legermarketing.com Contexte

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions PLAN DE LA PRÉSENTATION Congrès des milieux documentaires 25 novembre 2013 1. Introduction 2. Le SDIH de la Société d habitation du Québec

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Communication. Les différentes sous-familles et leurs missions. Communication interne, externe, relations publiques (13A)

Communication. Les différentes sous-familles et leurs missions. Communication interne, externe, relations publiques (13A) 13 Communication Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de renforcer la notoriété de l entreprise, de mettre en valeur ses produits, d améliorer la qualité de ses échanges d informations

Plus en détail

L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec

L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec «L éthique pour guider la réflexion et influencer l élaboration

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

37.0% 35.0% 30.0% 12.0% 10.0% 10.0% 10.1% 4.0% 6.0% 6.8%

37.0% 35.0% 30.0% 12.0% 10.0% 10.0% 10.1% 4.0% 6.0% 6.8% Intentions de vote Le 21 mars 2011 Conservateurs 39, Libéraux 28 MÉTHODOLOGIE Dans le cadre d un sondage téléphonique par échantillons aléatoires réalisé du 12 mars au 15 mars, la firme Nanos Research

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

Bulletin de veille informationnelle VIsAge Rapport d évaluation AVRIL 2012

Bulletin de veille informationnelle VIsAge Rapport d évaluation AVRIL 2012 Bulletin de veille informationnelle VIsAge Rapport d évaluation AVRIL 2012 Direction de la gestion de l information et des connaissances secteur Gestion des connaissances 1 Auteur Houtekier, Catherine

Plus en détail

RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC

RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC RÉSUMÉ DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DU CITOYEN MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC Novembre 2014 UN BREF RAPPEL : Pourquoi ce sondage a été réalisé? Parce que l opinion du citoyen est importante. La Municipalité

Plus en détail

Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat

Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat Réseau infirmier : vers une plateforme collaborative d échanges des savoirs suite des travaux issus de la 4 ième Journée partenariat Robin Dumais, MSI, coordonnateur des ressources documentaires et informationnelles

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

UNIVERSITÉ LAVAL. PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE. Titre et sigle du cours : Marketing touristique, MRK 20578

UNIVERSITÉ LAVAL. PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE. Titre et sigle du cours : Marketing touristique, MRK 20578 1 UNIVERSITÉ LAVAL FACULTÉ DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION Certificat en gestion du développement touristique PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE IDENTIFICATION Titre et sigle

Plus en détail

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada > > ARUCC 2014 16 juin 2014, Québec (Québec) PRÉSENTATION VUE D ENSEMBLE À propos du

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Évaluation de la Grille d identification des risques psychosociaux en entreprise : l importance des déterminants individuels et organisationnelles. Michel Vézina Carole Chénard JASP 27 novembre 2013 Plan

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

ITALIE INSTITUT FRANÇAIS D ITALIE

ITALIE INSTITUT FRANÇAIS D ITALIE CAVILAM Alliance française Centre d Approches Vivantes des Langues et des Médias 1 Avenue des Célestins BP2678 03206 Vichy Cedex France Tél. : 33 (0)4 70 30 83 83 Fax : 33 (0)4 70 30 83 84 Email : info@cavilam.com

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr Pour la mise en place d une bibliothèque numérique au sein de la Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication à l Université de Constantine (Algérie) RIHANE Abdelhamid Maitre

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Statistiques des bibliothèques publiques du Québec : reflet actualisé d un réseau en constante évolution

Statistiques des bibliothèques publiques du Québec : reflet actualisé d un réseau en constante évolution Statistiques des bibliothèques publiques du Québec : reflet actualisé d un réseau en constante évolution Prendre la mesure de sa bibliothèque 9 mars 2012 Benoit Allaire, Observatoire de la culture et des

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques Nature du projet Mise en place d un Carrefour de formation, de

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles

Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles Institut Économique de Montréal Rapport de recherche Octobre 2007 Opinion des Québécois quant à l autonomie des directeurs et directrices d écoles Octobre 2007 13026-016 507, Place d Armes, bureau 700,

Plus en détail

RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE :

RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE : RECHERCHE ET ANALYSE QUALITATIVE : LE TRAIT D UNION ENTRE L ÉVALUATION DES TECHNOLOGIES EN SANTÉ ET L ÉVALUATION DE PROGRAMME DANS LA PRODUCTION D UNE REVUE DE LA LITTÉRATURE MIXTE 1 Débora Merveille NGO

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

Outils et techniques de participation publique. Doug Sarno 8 janvier 2013 doug@forumfg.com

Outils et techniques de participation publique. Doug Sarno 8 janvier 2013 doug@forumfg.com Outils et techniques de participation publique Doug Sarno 8 janvier 2013 doug@forumfg.com Identifier des objectifs clairs de participation publique D abord concevoir le processus de décision Puis identifier

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1 Plan d action ITIEBF en conformité avec la Norme ITIE 1 Chaîne des valeurs Contrats et licences Objectifs Contexte Contraintes de capacité 1. Faire connaître les conventions minières et les licences aux

Plus en détail

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste!

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste! Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste Structure du profil d'enseignement et du programme d'études détaillé Année académique : 2015-2016 Haute Ecole Paul-Henri Spaak Catégorie sociale (IESSID) 1 1. Le

Plus en détail

PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE (COMEDAF IV+) 11-13 MAI 2011 NAIROBI (KENYA)

PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE (COMEDAF IV+) 11-13 MAI 2011 NAIROBI (KENYA) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone: 251 11 5517700 Fax: 251 11 5 517844 website: www.africa-union.org DEPARTEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE LA

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Développement du langage chez les jeunes enfants, 2 novembre 2005. Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation (RCRLA)

Développement du langage chez les jeunes enfants, 2 novembre 2005. Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation (RCRLA) Développement du langage chez les jeunes enfants, 2 novembre 2005 Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation (RCRLA) RCRLA Réseau des centres d excellence pour le développement

Plus en détail

Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré

Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré RAPPORT D ACTIVITÉS 2013 Par Gitane St-Georges, Conseillère en développement durable MRC de La Côte-de-Beaupré 22 janvier 2014 1 2

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Pour information : l ensemble des champs est à renseigner obligatoirement. Si pour un champ donné,

Plus en détail

Commission scolaire des Hautes-Rivières

Commission scolaire des Hautes-Rivières Commission scolaire des Hautes-Rivières P P O L I T I Q U E SUJET : POLITIQUE LINGUISTIQUE SERVICE : ADMINISTRATION GÉNÉRALE CODE : AGP 06 DATE D APPROBATION : 9 mai 2011 RÉSOLUTION NUMÉRO : HR 11.05.09-06

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

Mali Inventaire de la production du savoir. Résultats préliminaires d une enquête menée par GREAT

Mali Inventaire de la production du savoir. Résultats préliminaires d une enquête menée par GREAT Mali Inventaire de la production du savoir Résultats préliminaires d une enquête menée par GREAT Plan Introduction Motivations/Objectifs Déroulement de l enquête Quelques résultats Conclusions Introduction

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement Johann Jacob, M.A.P. et Richard Marceau, Ph. D. Centre de recherche et d expertise en évaluation (CREXE) Colloque annuel

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure Novembre 2008 SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure I MISSION Le Service des bibliothèques

Plus en détail

Sondage d opinion d l école publique au Québec

Sondage d opinion d l école publique au Québec Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Sondage d opinion d quant à l école publique au Québec www.legermarketing.com Contexte, objectifs et méthodologie! Léger Marketing a été

Plus en détail

Quelles ressources sur l internetl.? Méthodologie de recherche et validation de l informationl. Jean-Philippe Accart

Quelles ressources sur l internetl.? Méthodologie de recherche et validation de l informationl. Jean-Philippe Accart Quelles ressources sur l internetl? Méthodologie de recherche et validation de l informationl Jean-Philippe Accart Bibliothèque nationale suisse Service de recherches jean-philippe.accart@slb.admin.ch

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL DOSSIER DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS DE L EXPERIENCE PROFESSIONNELLE (RAEP) CONCOURS DE CATEGORIE A CAEO SAEG ET SAEO La loi du 2 février

Plus en détail