présentée et soutenue le

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "présentée et soutenue le"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DE BORDEAUX 1 U.E.R.INSTITUT REGIONAL DE GESTION INSTITUT D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES,~~;.)~,~~-~:;;: ~c lè -; CONTRIBUTION A L'ANALYSE DU COMPORTEMENT DES BANQUES DANS LEURS RELATIONS AVEC LES MOYENNES ENTREPRISES INDUSTRIELLES (M.~.I.), A TRAVERS LA SITUATION REGIONALE DE L'AQUITAINE. THESE POUR LE DOCTORAT DE 3ème CYCLE EN SCIENCES DE GESTION présentée et soutenue le 27 FEVRIER 1984 par Makhone T A L L JURY Président: Suffragants : M. André LABOURDETTE Professeur à l'université de Bordeaux 1 M. J.G. MERIGOT Professeur à l'un iversité de Bordeaux 1 Directeur de l'institut Régional de Gestion M. Marc BERTONECHE Professeur à l'université de Bordeaux 1 M. Gérard HIRIGOYEN Maître assistant à l'université de Bordeaux 1 D t. l /'\

2 -3- SOM MAI R E Introduction p. 6 PREMIERE PARTIE LE COMPORTEMENT DES BANQUES ET LEURS RELATIONS AVEC LES MEl: L'ANALYSE D'UNE CONTROVERSE - p. 14 Chapitre 1 - La thèse du comportement discriminatoire des banques p. 16 Section 1 : Situation d'oligopole et discriminations bancaires 1- Le secteur bancaire en situation d'oligopole A)- Concentration et barrières à l'entrée B)- La concurrence minimale intrasectorielle 11- Discriminations bancaires et taille des entreprises: A)- B)- "Qualité de l'emprunteur" et risques d'entreprises Le pouvoir de négociation des entreprises Section 2 : Les conséquences des discriminations bancaires sur la relation de clientèle avec les MEl 1- L'insatisfaction des MEl: A)- B)- Les MEl clients insatisfaits Les attentes des MEl 11- L'image différenciée des banques auprès des MEl A)- B)- L'image des banques nationales L'image des banques régionales p. 16 p. 17 p. 17 p. 22 p. 28 p. 28 p. 41 p. 46 p. 47 p. 4"'7. 1 p. 49 p. 53 p. 53 p. 54 Chapitre 11- Le rejet de la thèse des discriminations bancaires Section 1 : Les discriminations bancaires et les idées reçues 1- Le modèle de HESTER : A)- B)- Présentation du modèle Les conclusions du modèle p. 56 p. 56 p. 57 p. 57 p. 60

3 B) Les études empiriques A)- Les travaux de BACH et HUIZENGA B)- Les autres études statistiques Section 2 : Les différences de traitement et leurs justifications 1- La crise économique et les impératifs de sécurité A)- B)- La multiplicité des contraintes bancaires La dégradation de la rentabilité des banques 11- Les risques de la relation de clientèle A)- B)- La vulnérabilité accrue des MEl Les risques de l'octroi de crédit aux MEl p. 61 p. 62 p. 65 p. 70 p. 70 p. 70 p. 73 p. 75 p. 75 p. 77 DEUXIEME PARTIE : LE FINANCEMENT DES MEl ET L'AVENIR DE LEURS RELATIONS AVEC LES BANQUES - Chapitre 1 - La dualité du financement bancaire Section l : Le déséquilibre du financement bancaire 1- Le crédit objectif, facteur de déséquilibre A)- B)- A) La crise de l'autofinancement dans les MEl Le déséquilibre de l'endettement des MEl 11- L'ajustement par le financement global A)- B)- Le crédit global d'exploitation Les pools bancaires Section 2 : L'ambiguïté du financement public 1- L'Etat-Providence et le financement des MEl A)- B)- Les raisons de l'engagement croissant de l'etat Les aides de l'etat aux MEl 11- Le labyrinthe et les ambiguïtés du financement public : Les MEl dans le labyrinthe du financement Les ambiguïtés des aides de l'etat p. 99 p.loo p.lol p. 10 l p.l02 p.115 p.134 p.135 p. p.146 p.146 p.147 p.149 p.151 p.152 p.156

4 Chapitre 11- L'avenir de la relation de clientèle Section l : Les voies de l'interdépendance 1- La connaissance du marché des MEl A)- B)- Les difficultés du marketing bancaire Le management orienté vers les MEl 11- L'esprit d'entreprise des dirigeants de MEl A)- B)- Le dynamisme de l'investisseur La rationalité du décideur -5- Section 2 : La régulation de l'intervention de l'etat 1- Les limites de l'engagement de l'etat A) Les risques d'inertie B) Les frontières du possible 11- Les voies dynamiques de la régulation A) L'assouplissement des contraintes B)- Le développement du capital-risque p.159 p.159 p.160 p.160 p.162 p.171 p.171 p.175 p.177 p.177 p.177 p.lbo p.lb3 p.lb3 p.lb5 Conclusion générale Bibliographie Annexes p.190 p.194 p.201

5 -6- INTRODUCTION Dans cette introduction, nous essayerons d'exposer l'intérêt de la recherche; la méthode d'analyse; le plan de la recherche. 1- Intérêt de la recherche Cette recherche sur le comportement des banques dans leurs relations avec les M.E.I. est le prolongement d'un travail préliminaire qui nous avait permis une analyse approfondie de l'opinion des M.E.I. sur leurs rapports avec les banques en Aquitaine (1). Il était nécessaire de compléter ce travail par une analyse globale de la relation de clientèle en circonscrivant toujours notre étude à l'aire géographique de l'aquitaine. L'intérêt d'une telle démarche nous parait évident dans la situation actuelle de crise profonde des économies développées en général et de l'économie française en particulier. Partout en Europe, au Japon et aux Etats Unis, les politiques industrielles mettent l'accent sur l'importance des entreprises p~~iteset moyennes comme agents de l'innovation et de la création d'emplois nouveaux. Aux Etats Unis par exemple, elles constituent depuis dix ans, dans la Silicon Valley, la frange la plus dynamique des industries de pointe et le vivier des anticipations technologiques décisives dans la compétition internationale. Ces raisons sont suffisantes pour qu'en France où les M.E.I. représentent 96% du tissu industriel, les pouvoirs publics s'évertuent à mettre en place une politique de décentralisation (1) TALL (Makhone).- IIContribution à l'analyse des rapports entre les banques et les moyennes entreprises industrielles (MEl) à travers la situation régionale de l'aquitaine : le point de vue des MEI II.- Mémoire du DiplOme d'etudes Approfondies (DEA) en Sciences de Gestion ; Université de Bordeaux l, 1981, 158 pages.

6 -7- visant à donner à cette catégorie d'entreprises en particulier, les moyens juridiques et financiers de leur dynamisme indispensable à l'économie. Pour faire des entreprises de taille intermédiaire un instrument privilégié de la reconquête du marché intérieur et d'accélération des mutations technologiques, il convient de mettre à leur disposition des moyens de financement importants. En nationalisant l'essentiel du système bancaire, l'etat français entend mettre les leviers financiers au service de sa politique industrielle. Le recours à l'arme extrême des nationalisations soulève évidemment des problèmes politiques, voire éthiques. Mais l'analyse du débat qu'il initie en France, n'entre pas dans le cadre de ce travail. Cependant, on peut voir dans l'intervention des pouvoirs publics, une volonté de dissiper un certain malaise qui traverse les relations entre les banques et les MEl. Les problèmes que pose le financement des entreprises de taille intermédiaire ne sont jamais faciles à traiter, car l'octroi de crédit qui en est la composante essentielle, est souvent le lieu stratégique des négociations conflictuelles. Or, de tels conflits comportent des risques potentiels d'inertie des deux leviers de croissance de l'économie nationale que sont les banques et les MEl. Soumettre à l'analyse le contenu de la relation de clientèle nous semble être un moyen parmi d'autres d'éviter une trop grande inertie et d'esquisser les voies d'une interdépendance nécessaire. Le choix du contexte aquitain pour mener cette étude n'est pas hasardeux. D'abord, l'enseignement reçu à l'institut d'administration des Entreprises (I.A.E.) de Bordeaux comporte des méthodes pédagogiques de sensibilisation à la réalité et aux difficultés des MEl (1). t1) Séminaires du DiplOme d'etudes Approfondies (DEA) en Sciences de Gestion; Université de Bordeaux I.

7 -8- A l'intérieur même de l'institut, des recherches en cours tentent de montrer la spécificité de cette catégorie d'entreprises et les fondements de leur dynamisme (1). Ensuite, la région aquitaine présente en elle-même un intérêt qui justifie une attention particulière. Certes, il s'agit d'une région à vocation agricole (2), relativement sous-industrialisée (3) et comptant à peine petites et moyennes industries de plus de dix salariés (4). Mais c'est une région où la vulnérabilité du tissu industriel est importante en raison de la forte présence d'industries qui, au plan national, connaissent les plus grandes difficultés (5). S'y ajoute un profond déséquilibre structurel marqué par la présence, à coté des petites et moyennes industries (PMI) et de l'artisanat, de quelques grandes industries dont l'implantation trouve son origine en termes de "filières" (6). D'Où l'importance de la sous-traitance en Aquitaine et de ses difficultés en période de crise économique. La relation de clientèle entre les banques et les MEl devrait donc y revêtir un caractère conflictuel et justifier une analyse particulière. (1) HIRIGOYEN (G.).- "Caractéristiques de la moyenne entreprise industrielle en France" ; Banque, juillet 1981, p.857. (2) L'agriculture y occupe près de 15 % de la population active. (3) Le secteur industriel n'emploie que 21 % des actifs régionaux contre 26 % en moyenne pour la France. (4) Expanso - SDR.- "Panorama industriel de l'aquitaine". Document interne de la Société de Développement Régional (SDR) de Bordeaux, Nous remercions Mr BARDINET pour sa disponibilité et pour la grande diligence qu'il a mis à nous communiquer ces informations. (5) Industries traditionnelles de main-d'oeuvre, matériaux de construction, industries de papier-carton, etc... (6) Bois - papier, énergie, défense balistique.

8 -9-2- Méthode d'analyse: Pour étudier la relation de clientèle entre les banques et les MEl, nous avons adopté la double démarche de l'investigation théorique et de l'enquête sur le terrain. Deux enquêtes parallèles ont été menées auprès des MEl et des banques en Aquitaine. - Enquête auprès des MEl : Un questionnaire a été envoyé à un échantillon de MEl. La constitution de l'échantillon a nécessité un effort préalable de définition de certains critères. Bien que les caractéristiques intrinsèques des MEl justifient davantage une définition d'essence sociologique de ces entreprises, il est souvent fait usage dans les enquêtes, de critères normatifs, fondés sur le chiffre d'affaires, le nombre de personnes employées ou la valeur ajoutée. Tous ces critères présentent des inconvénients qui leur sont propres i mais offrent aussi l'avantage décisif d'être quantifiables et donc plus commodes à utiliser. Le critère de chiffre d'affaires est trop "volatil" pour servir de référence valable. Quant à la valeur ajoutée, elle a l'inconvénient d'être un; agrégat résiduel dépendant de caractéristiques sectorielles qui ne sont pas propres aux MEl. Reste donc le critère de l'effectif, souvent utilisé en raison de sa plus grande "stabilité" et de sa plus grande adéquation à la dimension réduite des entreprises de taille intermédiaire. Les MEl de notre échantillon sont donc des sociétés anonymes (SA) et à responsabilités limitées (SARL), financièrement indépendantes (exclusion des MEl appartenant à des groupes), ayant une activité industrielle et employant un effectif compris entre vingt (20) et cinq cents (500) salariés. Nous avons supposé que dans ces entreprises, le capital a une structure familiale caractéristique essentielle de la plupart des MEl.

9 -10- Les entreprises de l'échantillon ont été choisies à partir d'une liste KOMPASS 83 disponible à la Bibliothèque de l'i.a.e. de Bordeaux. Nous avons pu opérer leur ventilation sectorielle (voir tableau) directement à liste. partir de la répartition figurant sur cette Le tableau ci-dessous donne la répartition sectorielle des entreprises ayant répondu au questionnaire. Tableau: Répartition des MEl suivant leurs secteurs d'activité (classement KOMPASS 83) - Secteurs d'activité Nbre de MEl Transformation des métaux Industrie chimique Industrie alimentaire Industrie électronique Mécanique générale Machine - outil Industrie textile ~ Total Un questionnaire fermé a été envoyé à un échantillon de cent (100) MEl de la région aquitaine par l'intermédiaire de la Poste. Trente-trois (33) nous ont été retournés correctement remplis. Mais nous avons dû en éliminer deux (2) en raison de l'appartenance des entreprises en cause à des groupes susceptibles d'assurer éventuellement leur financement. Le dépouillement a donc porté sur trente-et-un (31) questionnaires dont le traitement statistique ne rencontrait plus d'obstacles.

10 -11- Le taux de réponses traitées est donc de 31 %, ce qui semble satisfaisant au regard du nombre réduit d'entreprises interrogées (100) et des moyens,d'acheminement des questionnaires (poste). Enquête auprès des banques : Un second questionnaire de même nature que celui adressé aux MEl a été envoyé à un nombre restreint de vingt (20) banques exerçant leur activité en Aquitaine. Les banques ont été choisies sur la même ayant servi à l'échantillon des MEl. liste KOMPASS~83 Il s'agit de banques nationales et de banques régionales; mais là aussi s'est posé un problème de définition. La distinction entre banque nationale et banque régionale repose sur la dimension des réseaux, l'implantation géographique ou parfois le total des actifs. Mais l'imprécision de tels critères ne permet guère de classer les banques "régionales" disposant de plusieurs réseaux et d'une large implantation géographique. Nous avons essayé de contourner la difficulté en demandant aux banques elles-mêmes, par l'intermédiaire du questionnaire: "Etes-vous une banque nationale?" "Etes-vous une banque régionale?" C'est donc en fonction des réponses obtenues que nous avons effectué le classement des banques de l~échantillon. Sur les vingt (20) questionnaires envoyés par la poste, douze (12) nous ont été retournés dament remplis. Toutes les réponses satisfont aux conditions d'un traitement statistique fiable. De la même façon que l'échantillon des MEl, celui adressé aux banques n'a nécessité qu'un traitement manuel des réponses, en raison de la simplicité des questions posées et de leur classement préalable. Nous avons pu dénombrer cinq (5) banques nationales et sept (7) banques régionales parmi les douze (12) banques ayant répondu à notre enquête.

11 -12- Le taux de réponse est donc de 60 % (12 ~0100 }, ce qui est très satisfaisant. Parallèlement aux questionnaires envoyés aux banques, il nous a été possible d'avoir des entretiens avec des responsables de haut niveau de quatre banques implantées en Aquitaine. Ces entretiens cordiaux et fructueux nous ont permis d'approfondir certaines questions gravitant autour des relations entre les mondes industriels et financiers (1). Pour des raisons d'ordre pratique, les résultats des enquêtes auprès des banques et des MEl ont été "dilués" dans l'ensemble du corps de cette recherche i mais le lecteur qui souhaite une appréciation statistique globale pourra consulter, en annexe, les résultats des enquêtes. 3- Plan de la recherche : Cette recherche emprunte à la démarche classique le schéma de la thèse, de l'antithèse et de la synthèse. Elle comporte globalement deux parties : - La première est une analyse des fondements de la controverse qui oppose les tenants de la thèse du comportement discriminatoire des banques aux défenseurs d'une logique bancaire rationnalle fondée sur la différenciation et non sur la discrimination. L'analyse des arguments mettant en évidence les phénomènes de discrimination s'appuie essentiellement sur la théorie de l'oligopole appliquée au marché bancaire. Mais il est possible d'ébranler les fondements théoriques et empiriques de ces arguments grâce à l'utilisation de modèles permettant de montrer que tout agent économique rationnel évoluant dans un environnement turbulent est fatalement conduit, pour assurer sa survie, à adopter une politique de risques minimums. (1) Nous tenons à remercier MM. KOSMAN et BONAFOUS de la BNP, Mr MAGONTIER de PARIBAS, Mr. MICHAU des Banques Populaires et Mr. FABRE de la Banque FININDUS.

12 -13- Les différences de traitement opérées par le système bancaire entre les entreprises doivent donc être interprétées dans le sens d'une protection contre les risques spécifiques des segments de clientèle. La deuxième partie de ce travail essaie d'analyser les modalités actuelles du financement des MEl et tente de proposer les voies nouvelles d'une interdépendance nécessaire entre les deux leviers de l'économie nationale que sont les banques et les MEl. Les études statistiques de la Banque de France montrent que les entreprises de taille petite et moyenne dépendent à 80 % du financement bancaire (1). Mais ce financement semble inadapté à leurs besoins à long terme du fait de sa structure excessivement orientée vers le court terme. Ce déséquilibre, souvent interprété comme une carence du système bancaire français, conduit les pouvoirs publics à un engagement croissant dans le financement des MEl. Les risques de cet engagement accru ne sont pas négligeables puisque l'etat tend à légiférer dans un domaine où la flexibilité est un élément essentiel de la rapidité dans la prise de décisions. Pour que la régulation de la relation de clientèle par les pouvoirs publics n'engendre pas trop de rigidités et de facteurs d'inertie, il convient de donner à cette relation un contenu plus dynamique : les banques, en adoptant un style de management davantage orienté vers le marché spécifique des MEl et ces dernières, en faisant preuve d'une plus grande maîtrise des problèmes de financement. (1) Banque de France, Cahiers économiques et monétaires, n012. "La place du crédit bancaire dans le financement de l'économie".- Actes du 7e Colloque Banque de France - 13 et 14 novembre 1980 ; 237 pages.

13 -14- PREMIERE PARTIE LE COMPORTEMENT DES BANQUES DANS LEURS RELATIONS AVEC LES M.E.I. : L'ANALYSE D'UNE CONTROVERSE L'idée que le comportement bancaire est discriminatoire à l'égard des MEI fait l'objet d'une controverse ancienne et permanente. Elle a été particulièrement analysée dans un contexte de politiques monétaires anti-inflationnistes, notamment aux Etats Unis, sans qu'une conclusion définitive vienne clore le débat. Le constat des différences de tarification ou d'un octroi de crédit plus libéral aux firmes de taille importante, n'induit pas automatiquement un comportement discriminatoire des banques. Encore faut-il mesurer les risques spécifiques des firmes et connaître les facteurs qui déterminent les mouvements des demandes de crédit qu'elles formulent. Mais si la maîtrise de ces facteurs s'avère difficile, même pour les grandes entreprises mieux structurées, elle devient extrêmement aléatoire, voire impossible pour les MEI soumises aux avatars du désordre. Les travaux empiriques et les tests statistiques ont donc toute chance de demeurer encore longtemps contradictoires devant la complexité des variables à maîtriser. La mise en évidence de ces contradictions et controverses forme la trame de la première partie de ce travail. La méthodologie adoptée dans cette partie sera donc classique puisqu'elle s'inscrit dans le schéma analytique bien connu de la thèse et de l'antithèse. La plupart des travaux fondés sur l'hypothèse de discriminations envisagent le comportement bancaire en situation d'oligopole. Ils ne font donc pas référence aux mesures statistiques des mouvements différenciés de la demande de crédit par taille d'entreprises pour en déduire d'éventuelles discriminations.

14 -15- Celles-ci découlent naturellement du comportement d'oligopole des banques les plus puissantes qui, sur le marché, ont les moyens de fixer les règles du jeu. Mais cette vision du comportement des banques ~ vigoureusement rejetée par les conclusions de certaines analyses et surtout par les membres de la profession. Leurs arguments remettent en cause les prétentions théoriques et la crédibilité des fondements statistiques de la thèse des discriminations bancaires. Les banques sont des agents économiques évoluant dans un environnement turbulent régi par une multitude de contraintes souvent difficilement contournables. Elles essaient, dans la limite de ces contraintes, de donner à la relation de clientèle avec les MEl, un contenu à la fois dynamique et durable. Mais l'étude que nous tentons de mener s'efforce, autant que faire se peut, de prendre ses distances avec cette controverse, en se plaçant à un niveau d'analyse qui transcende les passions afin de jeter les bases d'une interdépendance nécessaire. Après avoir parcouru la prem~ere partie de ce travail, le lecteur perspicace ne manquera pas de remarquer l'abondance de l'inspiration et des références économiques. Pour une thèse de gestion, le fait parait pour le moins paradoxal. La raison fondamentale en est que le comportement bancaire qui est l'objet de ce travail n'a pas échappé à la sagacité des économistes dont les travaux ont longtemps inspiré les recherches des gestionnaires. L'examen du comportement des banques dans leurs relations avec les MEl pouvait donc difficilement éviter de s'enrichir des apports de l'analyse économique. Cette première partie comporte deux chapitres : Chapitre 1 La thèse du comportement discriminatoire des banques Chapitre II Le rejet de la thèse des discriminations bancaires.

15 -16- Chapitre l LA THESE DU COMPORTEMENT DISCRIMINATOIRE DES BANQUES - C'est à travers l'impact différencié des politiques monétaires sur la structure du système productif que la question des discriminations bancaires a été souvent abordée. L'idée est qu'en période de resserrement monétaire, le système bancaire opère une distribution sélective du crédit en transférant l'essentiel du financement aux firmes de taille importante au détriment des entreprises de petite et moyenne dimension. Un tel comportement préexisterait même aux périodes d'encadrement du crédit puisque la situation d'oligopole serait l'état de fonctionnement "normal" du marché bancaire. Les discriminations se trouvent ainsi liées à la structure même de ce marché et aux conditions de son fonctionnement. Pour mettre à jour le comportement discriminatoire des banques, il suffit donc d'étudier leur marché à la lumière des instruments de la théorie de l'oligopole. Ainsi, l'explication du contenu conflictuel de la relation de clientèle entre les banques et les MEl deviendra plus évidente. Section 1 Section 2 Situation d'oligopole et discriminations bancaires Les conséquences des discriminations bancaires sur la relation de clientèle avec les MEl. Section 1 : Situation d'oligopole et discriminations bancaires. Les caractéristiques du marché financier français paraissent souvent déterminantes dans les rapports entre le système bancaire et le monde industriel. En mettant en évidence la concentration sectorielle, les barrières à l'entrée et la concurrence minimale dans le secteur bancaire, il est possible de saisir l'impact de ces phénomènes sur la relation de clientèle et

16 -17- sur l'interprétation que font les banques de la "qualité de l'emprunteur" industriel. l - Le secteur bancaire en situation d'oligopole. La concentration et les barrières à l'entrée du secteur sont des indices caractéristiques d'une situation d'oligopole. On constate souvent, dans ces conditions, l'organisation d'une concurrence minimale entre oligopoleurs. A)- Concentration et barrières à l'entrée Le secteur bancaire français n'a pas échappé au mouvement international de concentration industrielle et financière. Celle-ci a été concomitante avec l'institution de barrières légales puis structurelles à l'entrée du secteur. 1)- La concentration à l'intérieur du secteur Les profondes transformations du système économique international et l'apparition de nouvelles formes de regroupements industriels et d'internationalisation des firmes ont eu une influence décisive sur la structure et les conditions d'exercice de l'activité bancaire en France. C'est sous l'action de ces transformations que le système bancaire français a opéré un vaste mouvement de croissance externe. Cette stratégie nouvelle est d'abord le fait des grandes banques de dépôts qui entendent profiter des compétences respectives des banques d'affaires (1) et des banques régionales solidement implantées dans le terroir. L'une des conséquences de ce phénomène de regroupement résultant de la réforme de 1966 (tableau page 18) est la réduction quantitative de 25 % en trente ans du nombre de banques inscrites (2). (1) Cette stratégie a été favorisée par la réforme de 1966 ayant introduit la déspécialisation bancaire. (2) GOUPAYE (Pierre).- "Les banques françaises, bilan d'une réforme".- La Documentation Française; no , juin 1978.

17 Tableau LE SYSTEME BANCAIRE FRANCAIS MUTATIONS ET REFORMES STATUT Le secteur bancaire public est prépondérant La Loi du 2/12/1945 a nationalisé les 4 plus grandes banques de dépôts du secteur concurrentiel, ainsi que la Banque de France à compter du 1/1/1946. La Loi du 11/2/1982 a nationalisé l'essentiel du système bancaire (J.O. du 13 février 1982). A côté du secteur public, existe un ensemble de réseaux mutualistes et coopératifs placés sous la tutelle de l'etat par l'intermédiaire de leurs organismes centraux respectifs. Les mutations des 15 dernières années ont abouti à une forte concentration en quelques groupes bancaires : diminution du nombre d'établissements et accroissement de leur taille. 1 CD LOCALISATION La prépondérance de Paris comme place financière et boursière. La centralisation des décisions a connu une certaine inflexion, variable selon les réseaux. Trois situations sont à distinguer : - les grandes banques à réseau national et à vocation générale, dont les efforts vont dans le sens d'un renforcement des échelons entre les agences et les centres parisiens, ou d'une augmentation des pouvoirs de décision des exploitants locaux ; - les établissements semi-publics spécialisés, dont les efforts vont dans le sens de l'ouverture de délégations régionales ; - les réseaux bancaires décentralisés. RE GLEMENTAT ION Le système est très réglementé. Les autorités monétaires administrent et dirigent le système bancaire (Conseil National du Crédit, Commission de Contrôle des Banques, Banque de France, Ministère des Finances). Deux systèmes cohabitent : les banques inscrites relevant du CNC et contrôlées par le CCB, et les banques à statut légal spécial placées sous la tutelle directe des pouvoirs publics. Organisé après la guerre sur la base de la spécialisation des circuits bancaires, le cadre juridique mis en place à partir de 1966 vise plusieurs objectifs, dont l'accroissement de la concurrence et la multiplication des produits bancaires. La distinction juridique séparant les différentes catégories tend à s'estomper. Sous l'impulsion des pouvoirs publics, les banques sont entrées dans une phase de déspécialisation. Source Guy VAN LOYE, thèse citée pp

18 -19- On assiste à un double phénomène convergent de réduction sensible du nombre de banques d'affaires et de quasi disparition des banques locales ; mais aussi à une percée des banques étrangères concomitamment à l'ouverture des frontières de la Communauté économique européenne (1). Si les banques régionales ont quelque peu échappé à ce mouvement général, la stabilisation relative de leur nombre masque néanmoins leur affiliation croissante à des groupes bancaires (2). On assiste à l'émergence de groupes bancaires et à un mouvement corrélatif de concentration des dépôts qui transfert l'essentiel de l'activité dans les mains d'un petit nombre de banques de dépôts (3). L'examen du bilan cumulé des groupes bancaires français est révélateur de ce phénomène puisqu'en 1973, ceux-ci totalisaient 80 % de l'ensemble du bilan des banques (4). En 1975, les banques nationalisées collectaient 60 % des dépôts à vue et à terme de l'ensemble des banques inscrites et distribuaient 62,5 % du total des crédits accordés par les banques de dépôts. Elles disposaient en outre, pour la même période, de 60 % du total des guichets et employaient 60 % des salariés du secteur bancaire français (5). Avec les nouvelles nationalisations opérées en février 1982, l'importance des banques nationalisées s'est fortement accrue, puisqu'on estime que par ce biais, l'etat a intégré dans sa mouvance environ 75 % du secteur bancaire. (1) Traité de Rome, (2) En 1976, sur 20 banques régionales, 12 étaient affiliées au groupe CIC. (3) Six groupes bancaires dominent le marché: la BNP, la Société générale, le Crédit Lyonnais, le Groupe Suez, le Groupe Paribas et le Crédit Commercial de France. (4) TURIN (Michel).- "L'évolution des structures bancaires en France" ; Problèmes économiques, no 1344, 31 octobre 1973, p. 8. (5) GOUPAYE (P.).- Op. cit.

19 -20- La concentration du secteur bancaire a donc une double origine ; stratégique par le fait des banques elles-mêmes, mais aussi institutionnelle par le pouvoir discrétionnaire de l'etat qui s'est avéré par ailleurs déterminant dans la protection des banques par des barrières institutionnelles. 2)- Les barrières à l'entrée du secteur Avant la réforme de 1966, de nombreuses barrières légales étaient élevées à l'entrée du secteur, favorisant, voire légalisant un comportement cartellaire des banques les plus puissantes (1). Ce souci de protection de l'activité bancaire a toujours été justifié par les autorités, par le rôle spécifique des banques dans l'économie nationale. Aux Etats Unis où l'activité bancaire bénéficiait également d'importantes protections, ce sont les arguments de préservation de l'intérêt national qui ont été les plus avancés par les pouvoirs publics pour justifier les barrières légales (2). Bien qu'en France la réforme ait supprimé la plupart des barrières institutionnelles, il subsiste des barrières "structurelles" inhérentes à la concentration du secteur autour de quelques pôles dominants. En effet, dans un marché d'oligopole, de nombreuses barrières sont érigées par les firmes les plus puissantes pour protéger leur pouvoir de monopole collectif. Ainsi, les oligopoleurs peuvent bénéficier d'importants avantages dûs à leur dimension, leur permettant de mettre en oeuvre des techniques et des investissements difficilement accessibles aux firmes de taille moins importante. (1) On regroupe sous l'appellation de "conditions de banque", l'ensemble des réglementations du secteur, allant de l'obligation d'agrément préalable à l'ouverture de nouveaux guichets et à l'institution de taux d'intérêt légaux. (2) ALHADEFF (D.A.).- "A reconsideration of restrictions on bank entry" ; 0.uartely Journal of Economies ; Vol. LXXVI, fevrier 1962 ; pp

20 -21- L'obligation d'avoir à investir des ressources financières considérables pour entrer dans la concurrence constitue un obstacle important (1). Dans le secteur bancaire, l'implantation de nouvelles agences, l'élargissement de la gamme de "produits" et les actions de publicité, nécessitent des investissements matériels et financiers que seules les banques de grande dimension ont les moyens d'effectuer. Bien que (. Vexistence d'économies d'échelle dans le secteur bancaire fasse l'objet de discussions en raison de la spécificité de la fonction de production, on pense en général que les grandes banques bénéficient d'importantes économies de coûts du fait de leur taille et de leur position dominante sur le marché (2). De ce fait, elles ont sur les banques de petite et moyenne dimension, un avantage concurrentiel important au niveau de la tarification. En outre, les puissants moyens financiers dont disposent les banques du secteur oligopolistique, leur permettent de mener une politique de différentiation du "produit" fondée sur la fidélisation de la clientèle par un octroi de crédits quantitativement plus important que les possibilités financières des banques de taille inférieure. Cette politique semble efficace puisque la différentiation des produits est peut être l'obstacle à l'entrée le plus important des opérations bancaires d'investissement (3). (1) PORTER (Michaêl E.) - "Choix stratégiques et concurrence. Techniques d'analyse des secteurs et de la concurrence dans l'industrie".- Editions Economica, Paris, 1982 ; p. 10. (2) BENSON (G.J.).- "Economies of scale of financial institutions" ; Journal of Money, Credit and Banking Vol. IV, n 2, mai 1972 ; pp (3) PORTER (M.E.) - Op. cit. ; p. 10.

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année :

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année : Classes préparatoires - nature des classes composant les classes préparatoires économiques et commerciales aux grandes écoles Arrêté du 23-03-1995 http://mentor.adc.education.fr/exl-doc/scanbo/resk9500106a.pdf

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL

RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes pratiques ont été approuvées par le Conseil de

Plus en détail

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits

Domination par les coûts. Différenciation Champ concurrentiel. Concentration fondée sur des coûts réduits 1. INTRODUCTION AU CONCEPT DE STRATEGIE GENERIQUE Chapitre 3 : LE CHOIX D'UNE STRATEGIE GÉNÉRIQUE La troisième étape (choix d'une stratégie générique) de la démarche classique de la réflexion stratégique

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

OUTIL D'AIDE A LA PRISE DE DECISION:Analyse SWAT

OUTIL D'AIDE A LA PRISE DE DECISION:Analyse SWAT GESTION DES RESSOURCES HUMAINES OUTIL D'AIDE A LA PRISE DE DECISION:Analyse SWAT CHOIX DE SOLUTION - HYPOTHESE SCENARIO A l'origine de toute décision réside le choix entre plusieurs possibilités. Nous

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

Avenant n 3 1955-06-16. Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956

Avenant n 3 1955-06-16. Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956 Brochure JO 3108 Chimie Avenant n 3 1955-06-16 Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956 INGENIEURS ET CADRES, ANNEXE

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE TD 01 GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE I/ LA GESTION BUDGETAIRE EST UN OUTIL DE PREVISION : Pour souligner l'importance de la gestion budgétaire et de la gestion prévisionnelle d une façon plus large,

Plus en détail

1. LA GLOBALISATION DES MARCHÉS

1. LA GLOBALISATION DES MARCHÉS Les dix dernières années ont vu de grands bouleversements dans l'industrie du tourisme. Malgré une croissance de l'industrie dans la plupart des marchés, le phénomène de la concurrence est devenu une préoccupation

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

H. TAUX DE RÉFÉRENCE/D ACTUALISATION ET TAUX D INTÉRÊT APPLICABLE À LA RÉCUPÉRATION D AIDES ILLÉGALES

H. TAUX DE RÉFÉRENCE/D ACTUALISATION ET TAUX D INTÉRÊT APPLICABLE À LA RÉCUPÉRATION D AIDES ILLÉGALES H. TAUX DE RÉFÉRENCE/D ACTUALISATION ET TAUX D INTÉRÊT APPLICABLE À LA RÉCUPÉRATION D AIDES ILLÉGALES C 14/6 FR 19.1.2008 II (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS ET ORGANES DE L'UNION

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés :

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés : 2- La démarche du plan marketing Le plan marketing traduit la stratégie marketing choisie par la firme pour atteindre les objectifs fixés pour un couple produit-marché (ou pour un DAS). Il doit être en

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

IMPORTATIONS PARALLELES La protection des brevets prime-t-elle la concurrence?

IMPORTATIONS PARALLELES La protection des brevets prime-t-elle la concurrence? Contexte Présentation du cas Kodak a porté plainte contre le détaillant Jumbo, car celui-ci importait directement de Grande-Bretagne des films couleurs et des appareils photos jetables brevetés. Kodak

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources Unité R3 Comptabilité et finances ANNEXE 3.A: METHODOLOGIE D'EVALUATION DE LA CAPACITE FINANCIERE DES CANDIDATS

Plus en détail

Institut d Informatique FUNDP - Namur

Institut d Informatique FUNDP - Namur Institut d Informatique FUNDP - Namur Bilan-micro-01 v1.01.doc, version du 28/01/1999 Table des matières INTRODUCTION... 3 L'ÉCHANTILLON... 3 TECHNIQUE UTILISÉE... 4 ANALYSE DES RÉSULTATS... 5 EN FONCTION

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE DES TRAVAILLEURS QUITTANT L'ENTREPRISE OU LE LIEU DE TRAVAIL --------------------------

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 97.06 du 18 juin 1997 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d'estimation, changements d'options fiscales et corrections d'erreurs Le Conseil

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

Construire un Business Plan Complet

Construire un Business Plan Complet Construire un Business Plan Complet 2010 Connecting-Investors.fr Page /8 I. RESUME Synthèse rapide du plan de développement en quelques dizaines de lignes, le résumé opérationnel doit présenter les points

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L'IMPRESSION NUMÉRIQUE ET DES SERVICES GRAPHIQUES

LE MARCHÉ DE L'IMPRESSION NUMÉRIQUE ET DES SERVICES GRAPHIQUES BON DE COMMANDE EN PAGE 7 LE MARCHÉ DE L'IMPRESSION NUMÉRIQUE ET DES SERVICES GRAPHIQUES ÉTUDE RÉALISÉE PAR INTERQUEST POUR LE SYNDICAT DE L'IMPRESSION NUMÉRIQUE ET DES SERVICES GRAPHIQUES (S.I.N.) Vient

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED.

CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED. 1 CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED Requête n 330604 MOTS CLEFS : monopole liberté d établissement liberté de prestation

Plus en détail

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE Introduction page 2 I - Objectifs du COE page 2 II - Description de la prestation page 2 III - Modalités de réalisation

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Réponse de l AFIEG à la. Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz

Réponse de l AFIEG à la. Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz Réponse de l AFIEG à la Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz Ce document s inscrit dans le cadre de la consultation publique organisée par la

Plus en détail

Vu les dispositions de la Loi Fondamentale notamment en son article 59 ;

Vu les dispositions de la Loi Fondamentale notamment en son article 59 ; REPUBLIQUE DE GUINEE Travail - Justice - Solidarité CODE DE L ARTISANAT L'Assemblée Nationale de la République de Guinée ; Vu les dispositions de la Loi Fondamentale notamment en son article 59 ; Après

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

Banques: les fonds propres sont-ils chers?

Banques: les fonds propres sont-ils chers? Banques: les fonds propres sont-ils chers? Résumé: Le coût des fonds propres correspond à la rentabilité exigée par les actionnaires sur leur investissement en fonds propres. Celle-ci est supérieure à

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

P R E A V I S No 58. Remplacement des applications informatiques de gestion des créanciers et de la comptabilité générale

P R E A V I S No 58. Remplacement des applications informatiques de gestion des créanciers et de la comptabilité générale P R E A V I S No 58 Remplacement des applications informatiques de gestion des créanciers et de la comptabilité générale Renens, le 20 juin 2005/ofmc AU CONSEIL COMMUNAL DE R E N E N S, Monsieur le Président,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

Composition à partir d'un dossier portant sur les éléments généraux du droit et sur le droit des affaires

Composition à partir d'un dossier portant sur les éléments généraux du droit et sur le droit des affaires Concours externe de l agrégation du second degré Section économie et gestion Programme de la session 2013 Les candidats à l'agrégation externe d économie et gestion ont le choix entre cinq options : -

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

6- Concurrence et stabilité bancaire

6- Concurrence et stabilité bancaire 6- Concurrence et stabilité bancaire Les banques sont vulnérables à l'instabilité fragiles : transformation des échéances risque de ruées des déposants, crises systémiques enclines à prendre trop de risque

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE ET STABILITE DES PRIX DANS L'UEMOA : CONTRAINTES ET DEFIS

POLITIQUE MONETAIRE ET STABILITE DES PRIX DANS L'UEMOA : CONTRAINTES ET DEFIS Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique Service de la Recherche POLITIQUE MONETAIRE ET STABILITE DES PRIX DANS L'UEMOA : CONTRAINTES ET DEFIS

Plus en détail

90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger;

90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger; 90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger; - Statistique des affaires acceptées en réassurance "vie";

Plus en détail

Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor

Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor Plan 1. La phase du démarrage de l activité 2. La phase d industrialisation 3. La Phase d indépendance financière 4. La Phase de diversification 5.

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz.

Le Conseil Municipal est désireux de faire bénéficier la Commune de Soultz-les-Bains d'un service public de distribution de gaz. REPUBLIQUE FRANÇAISE DEPARTEMENT DU BAS-RHIN COMMUNE DE SOULTZ-LES- BAINS Délégation de service public de distribution de gaz sous la forme d'une concession de travaux et de service publics Le Conseil

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000

4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000 4 Des hypothèses testées aux limites rencontrées 4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000 4.1.1 Retour sur les hypothèses initiales

Plus en détail

Master Domaine Droit, Économie, Gestion Mention Économie des Organisations et Gouvernance M2 Etudes et Conseil

Master Domaine Droit, Économie, Gestion Mention Économie des Organisations et Gouvernance M2 Etudes et Conseil UFR d'economie et de Gestion 10, placette Lafleur BP 2716 80027 Amiens Cedex 1 www.u-picardie.fr Objectifs Publics Débouchés Modalités d'accès Organisation Contrôle des connaissances Formation continue

Plus en détail

Risques juridiques et de réputation dans le cadre des activités financières transfrontières

Risques juridiques et de réputation dans le cadre des activités financières transfrontières Foire aux questions (FAQ) Risques juridiques et de réputation dans le cadre des activités financières transfrontières (19 juin 2012) A. Analyses approfondies 1. Les risques juridiques des activités transfrontières

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité?

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? 4 e édition Avril 2014 Sommaire Baromètre Confiance 2014 : statu quo Fidélité clients : mythe ou réalité? 2 Relations banques et clients édition

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

AUTOMAT SA. 1.1. Coût du capital

AUTOMAT SA. 1.1. Coût du capital AUTOMAT SA La société AUTOMAT SA fabrique et vend des automatismes et des systèmes d'automatisation destinés principalement aux secteurs de l'aéronautique, de l'aérospatiale, de la communication, de l'informatique

Plus en détail

Business Plan Méthodologie PricewaterhouseCoopers. David Hodder Laurent Vanat

Business Plan Méthodologie PricewaterhouseCoopers. David Hodder Laurent Vanat Business Plan Méthodologie PricewaterhouseCoopers David Hodder Laurent Vanat L'approche du Business Plan développée par PricewaterhouseCoopers se veut d'offrir une solution simple et facile à la préparation

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité 1 Marge Seuil Zone sur Coûts coûts de de rentabilité profi pertes variables xes ts M = m x Q PLAN DE LA LEÇON : 1.LES COÛTS VARIABLES : OBJECTIFS

Plus en détail

Les principes généraux de la Comptabilité

Les principes généraux de la Comptabilité Les principes généraux de la Comptabilité présentés par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net 1. Introduction Il est toujours nécessaire, voire indispensable, de connaître les principes

Plus en détail

Mise en œuvre du volant anticyclique de fonds propres en Suisse concrétisation du rôle de la Banque nationale suisse

Mise en œuvre du volant anticyclique de fonds propres en Suisse concrétisation du rôle de la Banque nationale suisse abcdefg Berne, février 2014 Mise en œuvre du volant anticyclique de fonds propres en Suisse concrétisation du rôle de la Banque nationale suisse 1. Introduction Le volant anticyclique de fonds propres

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Dans cette partie sont étudiés les dispositifs contractuels

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Département des Opérations Direction des Etablissements de Crédit et de Microfinance ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Dakar, le 12 mai 2010 Dans le cadre des

Plus en détail

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché.

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Les étapes de la commercialisation Les opérations d acheminement

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

REACTION SUR LE LIVRE BLANC

REACTION SUR LE LIVRE BLANC DEBAT NATIONAL SUR L'ENERGIE REACTION SUR LE LIVRE BLANC 1/ Introduction et remarques générales 1/1- Présentation du R.A.R.E. Pour animer leurs politiques publiques de l'énergie et de l'environnement,

Plus en détail

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise 1. INTRODUCTION Chapitre 2 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE D UNE ACTIVITE Une fois la segmentation stratégique conduite et les segments identifiés, la démarche de l analyse stratégique passe à sa deuxième

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 2012 La Centrale des crédits aux particuliers est un outil qui vise à lutter contre le surendettement grâce à l'enregistrement de

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA DEMANDE TARIFAIRE 2014-2015 DU DISTRIBUTEUR

PRÉSENTATION DE LA DEMANDE TARIFAIRE 2014-2015 DU DISTRIBUTEUR PRÉSENTATION DE LA DEMANDE TARIFAIRE 0-0 DU DISTRIBUTEUR Page de 0 Hydro-Québec Distribution (le «Distributeur») dépose à la Régie de l'énergie (la «Régie») la présente demande afin d'amorcer le processus

Plus en détail

Le taux d'actualisation en France

Le taux d'actualisation en France The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 252-256 Le taux d'actualisation en France par Bernard Walliser* Le taux d'actualisation connalt un cheminement long et complexe entre sa definition

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.La comptabilité par activité : méthodologie de mise en œuvre... 2 1.Le recensement et la définition des

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé SENS ET LIMITES DE LA COMPARAISON DES TAUX... Synthèse Mars 2008 Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel (ci-après "l'ar

protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel (ci-après l'ar 1/7 Avis n 30/2008 du 3 septembre 2008 Objet : Constitution d'une base de données centrale des lecteurs/abonnés des institutions de prêt, visées aux articles 23 et 47 de la loi du 30 juin 1994 relative

Plus en détail

Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979. Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification

Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979. Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979 Source : www.legifrance.gouv.fr Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification Article 1er Les partenaires

Plus en détail