5 ème Forum International de la Finance - Alger mai 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5 ème Forum International de la Finance - Alger 12 13 mai 2009"

Transcription

1 5 ème Forum International de la Finance - Alger mai 2009 Rapport - FIF 5 «Stratégies bancaires et financières maghrébines» Les conséquences de la crise financière pour le Maghreb et les voies de sortie par Dhafer SAIDANE Dhafer SAIDANE est Docteur en sciences économiques, Habilité à diriger des recherches de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheur au centre EQUIPPE et au Lille School of Management Research Center. Il est Maître de conférences en sciences économiques, à l Université Charles-De-Gaulle Lille 3. Il intervient au Centre de formation de la profession bancaire (CFPB - Paris) et est membre du comité éditorial de la revue Techniques financières et développement (Paris). Il est expert auprès des Nations Unies - CEA (Commission économique pour l Afrique). Il est l auteur de plusieurs articles et ouvrages sur les stratégies et l industrie bancaire. Il a publié récemment quatre ouvrages : - La finance islamique à l heure de la mondialisation, Editions de la Revue Banque, L industrie bancaire : mondialisation des activités et des marchés, Revue banque Edition, La nouvelle banque : métiers et stratégies, Revue banque Edition, Les banques, acteurs de la globalisation financière, La Documentation française, Introduction Dans ce rapport, nous allons essayer d examiner les manifestations de la crise actuelle et ses répercussions sur les économies du Maghreb. On peut tout d abord noter que cette crise était, à certains égards, prévisible du fait de l accumulation de mauvaises pratiques financières notoires. L économie financière devenait de moins en moins ancrée à l économie réelle. Durant l automne 2008, l économie mondiale était à deux doigts de la catastrophe car au «Credit Crunch» allait se rajouter un «Banking Run». Les solutions arrêtées demeurent au-dessous des espérances. L industrie bancaire mondiale est gravement malade. Des modèles bancaires séculaires sont balayés par la crise. De plus la finance internationale doute de ses capacités. Les crises récurrentes commencent à faire germer l idée qu il est temps d évoluer vers un nouveau capitalisme financier. De grandes inquiétudes et une impression de vide stratégique ou de pilotage à vue présentent une menace réelle pour les économies du Maghreb. Comment amortir le coût de la crise au Maghreb? Nous suggérons dans le rapport qui suit quelques pistes basées sur une analyse préalable de la crise bancaire actuelle. 1

2 I. Une crise prévisible du fait de l accumulation de mauvaises pratiques notoires Toutes les grandes crises des dix-neuvièmes et vingtième siècles ont résulté du développement excessif du crédit et de la spéculation. De plus cela fait plus de vingt ans que l économie réelle se trouve déconnectée de l économie monétaire. D après certains experts, entre 1950 et 1980, 1 dollar supplémentaire de croissance du PIB des pays de l'ocde créait 1,5 dollar de crédit. En 1990, cet effet de levier avait atteint 3 dollars. En 2007, 4,5 dollars grâce notamment aux marchés de la titrisation. Le plus dangereux dans tout cela était que le marché était largement ouvert à des clients américains «Ninja» 1 dont la solvabilité est plus que douteuse. Via le «subprime» certains banquiers n ont pas observé le «premier commandement de tout bon banquier» : le crédit se mérite. Son octroi doit reposer sur des critères économiques tangibles. Or sur point il y a eu défaillance grave. Une économie financière de moins en moins réelle Maurice Allais, prix Nobel d économie en 1988, avait déjà fait remarquer qu en 1989, les flux monétaires, essentiellement spéculatifs dans les pays riches sont de trente quatre fois plus élevés que ceux correspondants aux transactions sur les biens et services. Ce mouvement spéculatif s est poursuivi. Ce rapport était de 73 en 1998 et est passé à 102 en l an D après les chiffres de 2007 de la BRI (Banque des Règlements Internationaux), la valeur notionnelle des produits dérivés sur les marchés financiers internationaux, c'est-à-dire la valeur théorique, est passée de milliards de dollars en 1986 à milliards en Or la valeur «effective marchande» des sous-jacents ne représentait que milliards, soit 4% de ce total. Dominique Lacoue-labarthe 2 rappelle qu on considère généralement qu un levier de 10 à 12 pour 1 est compatible avec un risque raisonnable. Or le leverage ratio (actif total/fonds propres) des grandes banques d investissement dépassé en 2007 les normes convenues : UBS, 63,9 pour 1 ; Royal Bank of Scotland, 60 ; Barclays, 52,7 ; Deutsch Bank, 52,5 ; Crédit Agricole, 34,8 ; BNP Paribas, 31,5, etc. Il y a presque trente ans, Maurice Allais, regrettait déjà que le monde soit devenu un vaste casino où les tables de jeu sont réparties sur toutes les longitudes et toutes les latitudes avec des millions de joueurs qui ne s'arrêtent jamais. Le soleil ne se couche jamais sur les salles de marché. Ainsi aux cotations américaines se succèdent les cotations à Tokyo, Hong Kong et Singapour puis Londres, Francfort et Paris. Allais ajoute, «partout la spéculation est favorisée par le crédit, puisque l'on peut acheter sans payer et vendre sans détenir». A deux doigts de la catastrophe Les premiers signes dramatiques étaient déjà apparus il y a plus d un an. Souvenons nous, le samedi 15 septembre 2007, une dépêche annonçait, en catastrophe, que des centaines d'épargnants paniqués se sont rués dans les agences de la banque britannique Northern Rock, le cinquième plus grand prêteur hypothécaire de Grande-Bretagne, pour fermer leurs comptes. Des files d'attente se sont formées devant les agences de l'établissement. Les déboires de la Northern Rock faisaient la une de nombreux 1 «No income, no job or asset». 2 Dominique Lacoue-Labarthe (2009), La crise offre des occasions de refondre la supervision bancaire, Banque Stratégie, n 267 février

3 journaux avec des titres alarmistes comme "Panique dans les rues de Grande-Bretagne". La confiance des clients britanniques a été ainsi affectée et l intervention de la Banque d Angleterre, au lieu de calmer le jeu, n a fait attiser les inquiétudes. II. Des solutions au-dessous des espérances Les plans de sauvetage pour refinancer les banques, du fait de l ampleur des dégats, relèvent plus de la recherche de l apaisement psychologique que de véritables solutions techniques. Le plan Paulson, du nom du secrétaire au Trésor américain, du 20 septembre 2008 consiste à «mutualiser les risques et les pertes». Le gouvernement américain rachète les créances douteuses des banques pour stopper la crise de confiance et de liquidité qui a fait disparaître des géants : Bear Stearns (30 milliards de dollars à JPMorgan Chase), Fannie Mae, Freddie Mac (nationalisation des deux agences pour éviter un cataclysme sur le marché immobilier coûtera 200 milliards de dollars), Lehman Brothers (80 milliards de dollars), Merrill Lynch (rachetée par Bank of America pour 50 milliards de dollars), AIG... En Europe, c est l inquiétude. Les banques centrales ont agi dans un premier temps en injectant des liquidités mais elles n ont pas réussi à restaurer la confiance. La Banque centrale européenne ne peut pas aller plus loin. Son action s est avérée insuffisante. A ce stade de la crise il faut passer à la vitesse supérieure c est-à-dire à un remède de cheval. Il faut une thérapie de choc. C est le but du plan européen coordonné et «massif» du 12 octobre Il vise à circonscrire les défaillances avant qu elles n affectent la totalité du système de la zone euro. Dans ce plan, outre sa dimension financière, il a une dimension psychologique très importante. Les chiffres qui circulent, plus de 1700 milliards d euros, ne vont pas être tout de suite déversés dans le «système». Il s agit de sommes potentiellement mobilisables en cas de risque de faillite de banques. Il s agit aussi de garanties d Etat à des banques qui ont besoin d être rassurées car elles se méfient les unes des autres. Par conséquent le montant précis de liquidité à injecter est par définition difficile à déterminer à l avance puisqu on ne connait pas le montant réel des dégâts. Pour la France, il peut être supérieur au plafond fixé à 360 milliards d euros, il peut être aussi inférieur. L augmentation de la garantie des dépôts du 7 octobre 2008 ne résout pas le problème au contraire Les vingt-sept ministres des Finances ont augmenté le 7 octobre 2008 le seuil minimal de garantis des dépôts des particuliers, en cas de faillite des banques, d'un montant au moins égal à euros. Sage décision mais ne risque t-on pas de jeter de l huile sur le feu? Des annonces de cette nature peuvent être en effet à double tranchant. Augmenter le seuil minimal de garantis des dépôts repose sur de bonnes intentions mais l origine du problème reste intact. Réunions du G20 du 15 novembre 2008 et du 2 avril 2009 : vers un nouveau Bretton Woods larvé ou «la montagne qui accouche d une souri» Les banques ne se font plus confiance, les bourses mondiales continuent à vaciller malgré les injections de milliards de la part des banques centrales et des Etats. Quels scénarios de sortie peut-on envisager? La question est donc de savoir comment rétablir la confiance? Cela ne passera pas par un nouveau Bretton Woods, car le monde du XXIe siècle n'est plus celui de Nous sommes dans un monde 3

4 globalisé où il n'y a plus de barrières aux flux des capitaux. On réitère à chaque réunion, et notamment lors de celle du 2 avril 2009, les mêmes vœux pieux : - Une régulation financière accrue. L instauration d un conseil de la stabilité financière doté d un dispositif d alerte précoce pour mieux contrôler les «Hedges Funds». - Rôle et soutien accru pour le FMI. - Fin du secret bancaire et des paradis fiscaux. - Un code de bonne conduite pour les Agences de notations et la fin des conflits d intérêt. - Encadrement de la rémunération des dirigeants indexée sur les résultats réels et non sur les prises de risque. - Augmenter les réserves et les fonds propres. - Rejeter le protectionnisme et favoriser le commerce mondial. III. Une industrie bancaire mondiale qui doute de ses capacités Des crises récurrentes Les cas de paniques sont plus nombreux qu on le pense dans l histoire contemporaine : krach des marchés d actions de 1987, krach des «Junk bonds», crise des Caisses d épargne aux Etats-Unis et des banques en Norvège, en Suède et en Finlande en 1990, crise mexicaine de 1992, défaillance de la Baring en 1995, krach asiatique de 1997, crise Russe de 1998, crise Brésilienne de 1999, crises Turque et Argentine de 2001, explosion de la «bulle internet» de crise des «Subprime mortgages» aux États-Unis de l été 2007, crise de la Northern Rock au Royaume-Uni en septembre 2007 Une chose est sûr, la fréquence des crises financières serait deux fois plus élevée depuis le début des années Le coût de ces crises est très élevé. Par exemple, celui des pays nordique s'est établi entre 4 % et 11 % de leur PIB. La crise du Mexique a coûté aux contribuables mexicains une charge de 20 % du PIB. L'assainissement du secteur financier de l'indonésie, suite à la crise asiatique de 1997, devrait coûter plus de 50 % du PIB. Quant à la crise des prêts immobiliers à risque américains («subprime») elle coûterait selon le FMI au minimum 1000 milliards de dollars aux investisseurs dans le monde. Les premières banques touchées sont Citigroup, Merrill Lynch, UBS, Deutsche Bank, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Bear Stearns, Lehman Brothers. Les principales banques françaises semblent tirer leur épingle du jeu grâce à la mutualisation des résultats et des pertes qu offre le modèle de la banque universelle. En effet, les grandes banques françaises ont adopté depuis quelques années approximativement le même business model basé sur la multispécialiation. Il en résulte aujourd hui que la banque de détail supporte le recul de la banque de financement et d investissement. La mondialisation rapide de l industrie bancaire pose donc de manière urgente le problème de l amélioration au plan international des techniques de contrôle des comptes et de suivi des innovations financières. L affaire Enron, durant l automne 2001, la crise des «Subprime mortgages» de l été 2007 de même que la fragilisation de la Northern Rock, durant l automne 2007, montrent une fois de plus que les ondes de choc ont une dimension planétaire et que, finalement, la régulation et la surveillance du «monde des affaires» va toujours moins vite que la mondialisation et l innovation financière. 4

5 Vers un nouveau capitalisme financier La mondialisation financière a été élaborée sur la base de quatre changements majeurs. - Changement de contexte. Désormais dans le monde sens de l histoire va vers plus de «Marché». C est la «Globalisation». - Changement de logique. Les systèmes financiers migrent du schéma «Stakeholder» au schéma «Shareholder». - Changement de mécanisme. Le marché sanctionne est le mécanisme central. Il sanctionne les «non créateurs» de valeur. - Changements de règles. Les nouvelles normes comptables internationales IAS/IFRS en vigueur le 1er janvier 2005 permettent d évoluer vers un modèle unique de normes comptables internationales. Ils permettent d insérer les banques dans une dynamique concurrentielle mondiale. Avant l avènement de la crise, la mondialisation avait développé des certitudes et avait conduit à l adoption de modèles et de schémas bancaires aujourd hui remis en cause. Parmi les «certitudes» de l ancien paradigme ont trouvait le principe «Big is Beautiful» générateur d économie d échelle. Ce principe serait-il aujourd hui dépassé? Rappelons qu à l origine il reposait sur deux fondements : l industrialisation du processus de production bancaire en vue d une plus grande compétitivité et les restructurations en vue d une plus grande efficacité. Le processus d industrialisation des banques est en cours depuis plus de vingt ans. Il repose sur une logique de fonctionnement qui vise à rapprocher la banque d une firme compétitive. L industrie bancaire est alors entrée dans une concurrence de plus en plus vive à une échelle planétaire. Le processus de restructuration qui en résulte se fonde sur les regroupements bancaires. Ils deviennent un impératif une stratégie gagnante. C est la meilleure réponse à la logique «prédateur-proie» celle du marché. Etre en position de «First Mover Winner» devient le réflexe des banques des pays de l OCDE face à cette mondialisation financière. Doit-on voir dans cette mutation «industrielle» de la banque les origines des excès qui ont conduit à la crise actuelle? Le terme «firme bancaire» ou même «entreprise bancaire» ne conduisent-il pas à des assimilations abusives entre secteur bancaire et secteur industriel? Une mondialisation contrastée En matière d organisation du marché bancaire, les évolutions mondiales sont contrastées. En matière de déréglementation on note un retard très clair des banques américaines par rapport aux banques européennes. Les banques américaines sont restées cloisonnées sous l influence des Glass- Steagall Act de 1933 une véritable «Murailles de Chine» ou «Firewall» entre les métiers bancaires. Le Gramm-Leach-Bliley Act, libérant les banques n a été adopté qu en Peut-être est-ce trop tard. Le mal est fait : Lehman Brothers, véritable mastodonte mono-produit, n est plus. Les banques européennes ont été plus alertes. La France, par exemple, a commencé déjà à partir des années 1980 à «toiletter» son système bancaire. La déréglementation a conduit progressivement à instaurer le modèle de la «Banque universelle». Le même mouvement a été observé à la même époque en Italie ou en Espagne. D une manière générale, les banques européennes ont été plus dynamiques en matière de restructuration. Elles ont adopté une stratégie à deux phases. Une première 5

6 phase a consisté à procéder à des restructurations domestiques suivie d une deuxième phase centrée autour de restructurations transfrontières. Ces mouvements de consolidation ont donné naissance à une industrie bancaire européenne de plus en plus concentrée. La part du total des actifs détenus entre les mains des cinq premières banques a considérablement augmenté depuis vingt ans. Cela a été le cas aux Pays-Bas et en Scandinavie où le marché est saturé (90% du total de l actif). En revanche l Italie et l Allemagne ont encore des marchés bancaires plus morcelés (20%). Enfin la France se trouve dans une situation intermédiaire (>50%). Le marché bancaire américain est encore très morcelé puisque la taille moyenne des banques américaines en termes de total du bilan, est encore inférieure à la moyenne des banques européennes. Des modèles bancaires balayés par la crise Il y a encore quelques mois la Banque de financement et d investissement (BFI) était considérée comme le modèle à suivre. Ce modèle vient d être remis en cause par la crise Les «brokers» américains et les analystes ont le sentiment que le ciel leur tombe sur la tête. Un monde de vérités et d archétypes s écroule. Rappelons qu aux Etats-Unis les restructurations ont pris beaucoup de retard. En la matière, au moins dix ans séparent l Europe des Etats-Unis. Il en a résulté le développement de BFI «pures» consécutif aux retards pris dans l application du Gramm-Leach-Bliley Act et aux mauvaises habitudes induites par la monoproduction bancaire du Glass Steagall Act. C est comme cela que sont nés ces montres financiers que sont les «Global Players» et autres «Bulge Brakets» dont les «Big Five US» récemment disparus ou rachetés (Merryll Lynch rachetée par Bank of America, Goldman Sachs et Morgan Stanley transformées en banque universelle (Holding), Bear Stearns rachetée par JP Morgan avec l aide de l Etat américain, Lehman Brothers faillite sous la protection du chapitre 11 ) En Europe la BFI souffre mais résiste (NATIXIS, Calyon.UBS, Deutch Bank, Crédit Suisse). De grandes inquiétudes et une impression de vide stratégique ou de pilotage à vue La crise a remis en cause certaines croyances. Beaucoup de doutes sur ce qui était unanimement admis. Le principe «Too Big to Fail» a été touché car Lehman Brothers après 158 ans d existence n est plus. Cette banque pesait 640 milliards de dollars d actifs et collaborateurs. Quel avenir alors pour la Banque universelle? Le modèle de la «Banque universelle» ou du «one stop shop» semble aussi affecté par la crise. En effet le démantèlement de Citigroup qui se défait de sa branche «courtage» Smith Barney au profit de Morgan Stanley ex-bfi est révélateur d un malaise dans la conception même du métier de la banque. Que vont devenir les «champions européens»? Vont-ils être revendus à la découpe comme certaines «american success stories». Vont-ils subir le sort des ex-champions US? 6

7 IV. Une menace réelle pour les économies du Maghreb A court terme les pays en développement dont les pays du Maghreb peuvent se sentir à l abri. Leur système financier est en effet relativement déconnecté des systèmes financiers des pays dits développés ; monnaies non encore totalement convertibles, marchés financiers relativement moins exposé, globalement peu d entreprises cotées. Paradoxalement, tous ces retards peuvent apparaître à l heure actuelle comme une chance. A moyen termes, soit à l horizon de 6 à 12 mois, les conséquences seront plus douloureuses. En cela on rejoint l opinion de Dominique Strauss-Khan Directeur général du FMI qui déclaré en mars 2008 «Je ne crois pas à la thèse du découplage. Personne n'est immunisé. Je parle plutôt de décalage dans le temps recul des perspectives de croissance des pays émergents Chine et Inde qui seront néanmoins affectés par la crise la transmission de la crise financière au secteur réel commence à être sensible». Techniquement, outre la baisse des recettes touristiques et des transferts des émigrés, il y a au moins deux autres canaux par lesquels la crise mondiale touchera les banques des pays du Maghreb. L investissement direct étranger : un ralentissement On s appuie sur les données les plus récentes, sur longue période fournies par la CNUCED. Il apparaît que le total de l IDE de la zone croît régulièrement depuis 1970 mais semble subir un ralentissement à sur la période (cf tableau et graphique 1). Tableau 1 - UMA : Flux d IDE entrant en millions de dollars ( ) Algérie Jamahiriya arabe libyenne Maroc Mauritanie Tunisie Total UMA Moyenne UMA Source : traitement de l auteur d après données CNUCED. Graphique 1 - UMA : Flux d IDE entrant en millions de dollars ( ) 7

8 L Union Européenne (UE) va connaître une récession en 2009, avec quasiment -2 % de croissance du PIB. Or l UE est le premier investisseur direct étranger (IDE) au Maghreb. D après les derniers chiffres disponibles de la CNUCED, la situation par pays est la suivante. En 2001, en Algérie, on note une prépondérance des IDE en provenance des pays de l Union Européenne pour 35% du total. En Europe l Espagne arrive au premier rang avec 13% du total. Le deuxième fournisseur d IDE est l Egypte avec environ 30% du total suivi des Etats-Unis pour environ 30% du total. En 2004, au Maroc, on note une prépondérance des IDE en provenance des pays de l Union Européenne pour plus de 70% du total. La France arrive au premier rang avec 50% du total, suivie de la Suisse et l Espagne, de l Allemagne et des Etats-Unis avec respectivement environ 5% du total. Enfin en 2003, en Tunisie, on note une prépondérance d IDE en provenance des pays de l Union Européenne pour plus de 70% du total. Au sein de l UE, le Royaume Uni arrive au premier rang avec 30% du total. On trouve ensuite le Koweït et les Etats-Unis avec respectivement environ 8% et 7% du total. Le commerce régional : un essoufflement N oublions une donnée importante : 80% des échanges du Maghreb s effectuent avec l union européenne. Si la demande chute dans le continent européen, ce qui est attendu, les entreprises maghrébines se retrouveront avec des carnets de commandes alléger voir vides dans certains secteurs. Or le crédit aux sociétés mais aussi aux ménages ne cesse de baisser en Europe parallèlement à la baisse des taux de la Banque centrale européenne (cf. tableau 2).. Tableau 2 - Crédits : taux de croissance annuel brut Crédits en France Sept-08 Octo-08 Nov-08 Déc-08 Janv-09 aux sociétés non financières 12,3 12,7 11,7 9,4 9,1 Investissement 13,9 13,7 13,2 11,8 12,1 Trésorerie 13,1 13,5 13,4 8,2 5,2 aux ménages 8,6 7,8 7,4 6,9 6,4 Habitat 10,0 9,3 8,6 8,1 7,4 Trésorerie 4,2 3,0 2,8 2,5 2,3 Zone euro : crédit au secteur privé 8,5 7,8 7,1 5,8 5,0 Source : banque de France Des secteurs clés comme le tourisme vont connaître une sévère contraction durant l été Par conséquent et sans trop rentrer dans les mécanismes, mathématiquement, si la croissance est touchée en Europe, elle le sera nécessairement au Maghreb via, entre autres, la baisse de l IDE et du commerce. Or en Europe la crise est déjà installée dans les esprits. Nous assistons déjà à un «credit crunch» c est-à-dire à des restrictions de grande ampleur de la distribution du crédit (cf. tableau 2). La distribution du crédit par les banques en Europe a donc été affectée. Son ralentissement est net. Une chose est sûr, le coût de la crise pour le pays du Maghreb sera plus élevé dans la configuration actuelle c est-à-dire celle d une «UMA abstraite» non encore opérationnelle. Ce coût aurait était nettement moindre, car mutualisé, dans le cas d une «UMA concrète» et effective. 8

9 V. Comment amortir le coût de la crise au Maghreb? : quelques pistes Comment doivent réagir les pays du Maghreb pour amortir les effets de la crise? Dans le contexte actuel, en matière de solution à la crise, aucun expert ne peut être exhaustif ni omniscient. La crise actuelle est systémique et global. Elle est aussi très complexe car elle renferme une forte dimension de blocages psychologiques aussi bien du côté de l offre que de la demande. Examinons quelques pistes de réflexion permettant à court et moyen terme d amortir le coût de la crise au Maghreb. Il y a deux stratégies à poursuivre et à consolider de manière urgente. A/ La poursuite de la libéralisation financière et des privatisations. Les pays du Maghreb doivent poursuivre leur stratégie prudente de libéralisation financière à l instar de ce qu avez fait la Corée du Sud dans les années Les privatisations bancaires maghrébines doivent se poursuivre. Ce n'est pas parce que l'europe et l'amérique nationalisent leurs banques (tableau 3) que le Maghreb doit stopper son processus de privatisation. Tableau 3 - Recapitalisation, aides massives, assistance en capital nationalisation des banques Etats-Unis Allemagne Royaume-Uni Pays-Bas Islande France Belgique AIG (79%) Citigroup (36%) Hypo Real Estate (aide massive) Bank of America (en cours) Source : d après l auteur. Royal Bank of Scotland (70%) Lloyds Banking Group (43%) Barclays (en cours) ABN Amro/Fortis (100%) Glitnir Landsbanki Kaupthing, Straumur Burdaras Dexia (50% France et Belgique) Caisse d épargne/banque populaire/ Natixis (20%) Fortis (100%) D'ailleurs revenons sur ce concept de nationalisation. Les nationalisations bancaires actuelles ne signifient en aucun cas un retour à une forme de socialisme. D ailleurs très souvent on leur associe les concepts de capitalisation, d aides massives, d assistance en capital. Là encore il importe de corriger certaine interprétations hâtives de la banque faites en dehors du champ de l économique et de rappeler que la banque est une entreprise spécifique. Par conséquent, la nationalisation d'une banque n'a pratiquement rien à avoir avec celle d'une entreprise quelconque (non bancaire). Nationaliser une banque est un acte par lequel les autorités monétaires se réapproprient provisoirement le pouvoir de création monétaire c est-à-dire le fonctionnement de la planche à billets afin de revenir à des «effets de levier» économiquement acceptables. Ce n'est donc absolument pas un «retour en arrière» c est-à-dire à un socialisme d Etat. 9

10 La nationalisation bancaire n'est donc pas antinomique de libéralisme. Au contraire c'est un élément inhérent à l'économie de marché qui lui permet d'auto-corriger ses propres dysfonctionnements. Il est donc imprudent de «surffer» sur cette vague en dehors de cette dimension économique autorégulatrice et de s'aventurer dans une forme de nostalgie politique. C est pourquoi les privatisations bancaires maghrébines doivent se poursuivre de manière sereine mais prompte. L heure n est pas aux doutes ni aux hésitations. La crise actuelle ne doit pas être une remise en cause du système capitaliste. Il est maintenant trop tard pour jeter le bébé avec l eau du bain et de remettre en cause le système. Reculer coûterait infiniment plus cher. Le vent du libéralisme et de la déréglementation souffle depuis les années Nous allons toujours vers plus de marché, c'est le sens de l'histoire. Ce n'est pas parce que des banquiers ont mal fait leur travail aux Etats-Unis qu'il faut pénaliser tout le système mondial. Par contre, il est nécessaire de disposer d une force de régulation de l'activité financière qui rappelle les règles de bon fonctionnement de la création monétaire. Bref, il est indispensable de renouveler le contrat de confiance qui lie la finance au monde de l'entreprise et à l'économie réelle. A ce titre, il est légitime que l'etat intervienne quand il s'agit de la chose publique, et la monnaie en fait partie. Les banques qui gèrent notre monnaie, ne sont pas des entreprises comme les autres. L'Etat est dans son droit le plus légitime d'intervenir et de réguler et d'imposer une discipline de marché. Durant les prochains mois, ce sont entre autres ces niches et ces pistes que nous devront explorer pour sauver une croissance menacée au Maghreb. Mais la tache aurait été autrement plus facile et le choc infiniment moins traumatisant si une dynamique entrepreneurial avait déjà pris corps autour de l UMA. B/ Augmenter la résilience des banques Maghrébines. Les banques maghrébines doivent demeurer au service du développement de l économie réelle. Elles doivent poursuivre leur mission d'animation, de conseil et de financement de leur tissu entrepreneurial. Elles ne doivent pas succomber aux sirènes d'une industrialisation démesurée de leur processus de production et continuer à servir la croissance réelle. L une des erreurs des banques des pays riches ces dernières années est une industrialisation et une externalisation trop poussée d une fonction essentielle celle de la gestion des risques. L outsourcing peut porter sur les fonctions commerciales. Cette stratégie ne peut pas être utilisée s agissant des centres névralgiques de la banque et de leur cœur de métier c est-à-dire l analyse du risque. En d autres termes, les banquiers ne sont donc pas des entrepreneurs comme les autres. Ils assurent une fonction essentielle qui leur a été déléguée par les autorités monétaires : la création et la gestion monétaire. De par le principe «Too Big To fail» ils sont confrontés à une fonction de production qui n est pas triviale. Cette fonction de production est à la fois microéconomique et macroéconomique. C est une fonction qui engage le système économique dans son ensemble par les «effets de domino». Ces principes de base doivent être rappelés afin d'éviter le pire. Ils doivent être rappelé en matière de restructuration et de F-A bancaire maghrébine. 10

11 Efficacité technique globale Les espaces bancaires maghrébins domestiques sont en cours de restructuration. Certains peuvent regretter les lenteurs de ce processus. Or ces regroupements sont aujourd hui indispensables pour mieux faire face à cette crise des structures financières. Les regroupements sont incontournables : domestiques et transfrontaliers. Ils ont commencé au Maroc. Ils se poursuivent en Tunisie. La crise ne doit freiner ce processus, au contraire elle devrait l accélérer. Grâce aux politiques menées ces dernières années, les pays du Maghreb et d Afrique semblent s être dotés de systèmes bancaires dont l efficacité progresse (cf. graphique 2). L efficacité des banques maghrébines croît. Elle est passée de 55% en 2005 à 65% en Cela signifie que leur inefficacité est passée de 45% en 2005 à 35% en En d autres termes, afin de se rapprocher des meilleures pratiques c est-à-dire de 100% d efficacité (Benchmark), elles doivent encore améliorer leur gestion factorielle et économiser 35% de moyens de production. L inefficacité des banques africaines en général a également baissée. Elle est passée sur la même période de 54% à 41%, soit une amélioration de l efficacité de 46% à 59%. Graphique 2 Efficacité technique globale des banques africaines et maghrébines 2005 à ,7 0,65 0,6 0,5 0,46 0,55 0,5 0,57 0,59 0,4 0,3 Afrique Maghreb 0,2 0, Source : calcul effectués avec l aide de Mehrez BEN SLAMA à partir de la base de données Bankscope - Lille School of Management Research Center. Méthode de calcul utilisée - Approche DEA (Data Envelopment Analysis) - On mesure l efficience technique globale (ETG) - ETG mesure l économie de moyens et de coûts possible permettant d éviter les gaspillages. Cette mesure est relative aux meilleurs pratiques observées (Benchmark). - Les moyens sont mesurer par : Dépenses de personnel, Immobilisations et intérêts versés. 11

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie 4 ème Forum International de la Finance 4 th Finance International Forum Alger 13 14 mai 2008 Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie Mehrez BEN SLAMA et Dhafer SAIDANE.

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

En pleine tempête financière : faisons le point

En pleine tempête financière : faisons le point En pleine tempête financière : faisons le point () Il est évident que, face à cette crise financière, nous ne sommes pas encore tirés d'affaires. Néanmoins, nous pouvons essayer d'en retracer les principaux

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

La régulation financière dans le monde

La régulation financière dans le monde Partie 1 La régulation financière dans le monde La mondialisation, qui s appuie sur la généralisation et la valorisation du principe de concurrence, implique autant la globalisation de l économie que la

Plus en détail

Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise

Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise Patrick Bolton Columbia University Un tour d horizon des crises récentes Les Années 1980 Le Crack de 1987 Les Années 1990 La crise Japonaise La crise

Plus en détail

Les banques dans la crise

Les banques dans la crise DOSSIER II Les banques dans la crise Mathieu Plane OFCE, Centre de recherche en économie de Sciences Po Georges Pujals OFCE, Centre de recherche en économie de Sciences Po Bureau Van Dijk (France) Cet

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

PUZZLE DES SUBPRIMES BONNE ANIMATION!

PUZZLE DES SUBPRIMES BONNE ANIMATION! PUZZLE DES SUBPRIMES Guide d animation Objectif : reconstituer et expliquer les différentes étapes de la crise financière de 2007 depuis son origine démontrer le rôle particulier des crédits subprimes

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise L économie mondiale et particulièrement les économies des pays développés ont connu depuis quelques années un important mouvement de financiarisation. Ce mouvement

Plus en détail

Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste

Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste 1 avril 9 - N 17 Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste Des indices multiples montrent que la tentation protectionniste est de plus en

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES XIIème Conférence sur la Transition Economique Les services financiers et bancaires au cœur de la transition économique Bruxelles, les 21 et 22 février 2008 Système

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

INSIDE JOB. Film documentaire de Charles Ferguson Narrateur : Matt Damon. Oscar du meilleur film documentaire 2011

INSIDE JOB. Film documentaire de Charles Ferguson Narrateur : Matt Damon. Oscar du meilleur film documentaire 2011 INSIDE JOB Film documentaire de Charles Ferguson Narrateur : Matt Damon Oscar du meilleur film documentaire 2011 Introduction La crise économique mondiale de 2008 a privé des dizaines de millions de personnes

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires Rappel historique et problématiques post crise 1/ Rappel historique a) Étape 1 Régulation issue du Comité de Bâle Bâle 1 «ratio Cooke» 1988-8%

Plus en détail

La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances

La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances Jean François Goux 20 Avril 2013 I A quoi servent les banques? Intro : les différentes catégories actuelles de banques 1) les rôles fondamentaux A le

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Recrutement financier : état des lieux et perspectives

Recrutement financier : état des lieux et perspectives AUSTRALIA BELGIUM FRANCE HONG KONG IRELAND JAPAN LUXEMBOURG NETHERLANDS NEW ZEALAND SINGAPORE SOUTH AFRICA UK USA Recrutement financier : état des lieux et perspectives Antoine Morgaut - 17/03/2009 1 Sommaire

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM Forum Financier, Namur 25 Novembre 2009 Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM 700 Subprimes USA : issuance of private-label RMBS

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Introduction. Jean-Marc FIGUET

Introduction. Jean-Marc FIGUET Introduction Jean-Marc FIGUET Introduction Les effets dévastateurs de la crise des subprimes sur : le système financier : Assèchement de la liquidité sur le marché monétaire (manque de confiance), Forte

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Crise des subprimes mortgages : quel impact?

Crise des subprimes mortgages : quel impact? 1 Paris, août 2007 Crise des subprimes mortgages : quel impact? L histoire financière des deux dernières décennies semble obéir à une précision de métronome. Le jeudi noir de Wall Street (1987), la crise

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Et maintenant, on fait quoi? On improvise!

Et maintenant, on fait quoi? On improvise! Et maintenant, on fait quoi? On improvise! Prévention et gestion d une crise bancaire Jacques Aben Plan 1 Prérequis : donner à des non économistes les bases minimales du raisonnement. 2 Prévention : montrer

Plus en détail

L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes

L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes Delphine Lahet Introduction 1. Définitions des concepts et de l environnement réglementaire a. Concepts : les acteurs, les évolutions des métiers

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne Synthèse et analyse des propositions du rapport Liikanen octobre 2012 Sommaire 1 Une réponse pragmatique à la nécessaire réforme structurelle

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Réforme bancaire : mythes ou réalité RÉFORME BANCAIRE : MYTHES OU RÉALITÉ

Réforme bancaire : mythes ou réalité RÉFORME BANCAIRE : MYTHES OU RÉALITÉ Réforme bancaire : mythes ou réalité 1 RÉFORME BANCAIRE : MYTHES OU RÉALITÉ 2 Réforme bancaire : mythes ou réalité Questions-réponses à des idées reçues sur les activités bancaires MYTHE N 1 - «LES ACTIVITÉS

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier 2005. Banque et Finances

Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier 2005. Banque et Finances Les acteurs français du crédit à la consommation : maturité ou nouvel élan? Étude - Janvier 2005 Banque et Finances 1 SOMMAIRE PANORAMA DU MARCHÉ FRANÇAIS CLÉS D'ÉVOLUTION LE MARCHÉ AMÉRICAIN COMME REPÈRE

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management

J.P. Morgan Asset Management J.P. Morgan Asset Management Insight + Process = Results Héritage du groupe JPMorgan Chase & Co. De la Bank of the Manhattan Company - première institution de l héritage du groupe agréée en 1799 à l acquisition

Plus en détail

Origine et traitement des crises bancaires : généralités

Origine et traitement des crises bancaires : généralités bancaires : généralités Le risque individuel et le risque systémique Les crises bancaires ont deux dimensions crise individuelle La crise peut être circonscrite à la défaillance d une seule banque avec

Plus en détail

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Les portefeuilles sélect RBC

Les portefeuilles sélect RBC Les portefeuilles sélect RBC À la suite des difficultés qui agitent le système financier mondial, les marchés boursiers mondiaux ont chuté de façon spectaculaire au cours des dernières semaines. Le Canada

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

system et la crise Le shadow banking financière Les acteurs du système bancaire parallèle

system et la crise Le shadow banking financière Les acteurs du système bancaire parallèle Le shadow banking system et la crise financière Esther Jeffers Université Paris 8, LED Dominique Plihon Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, CEPN La crise des subprimes a révélé l existence d un système

Plus en détail

Qui crée la monnaie?

Qui crée la monnaie? Fiche pédagogique de Sciences Economiques et Sociales Programme de Première ES Laurent Braquet Académie de Rouen Qui crée la monnaie? Finalités. Permettre aux élèves de comprendre le processus de création

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Quelles évolutions a connue la gouvernance mondiale depuis 1944?

Quelles évolutions a connue la gouvernance mondiale depuis 1944? Thème 4 Les échelles de gouvernement dans le monde Chapitre 3 : La gouvernance économique mondiale depuis 1944 L après Seconde Guerre mondiale marque une étape majeure dans la prise de conscience de la

Plus en détail

L actualité du Secteur bancaire 2013

L actualité du Secteur bancaire 2013 L actualité du Secteur bancaire 2013 Expertise Conseil Formation Le point de vue de notre Expert Michel LE BRET SECAFI Une société du Groupe Alpha 20 24, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 01 53 62

Plus en détail