Nature des sociétés de capitalinvestissement. firmes : le cas de la France. Muriel Dal-Pont Legrand Sophie Pommet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nature des sociétés de capitalinvestissement. firmes : le cas de la France. Muriel Dal-Pont Legrand Sophie Pommet"

Transcription

1 Nature des sociétés de capitalinvestissement et performances des firmes : le cas de la France Documents de travail GREDEG GREDEG Working Papers Series Muriel DalPont Legrand Sophie Pommet GREDEG WP No Les opinions exprimées dans la série des Documents de travail GREDEG sont celles des auteurs et ne reflèlent pas nécessairement celles de l institution. Les documents n ont pas été soumis à un rapport formel et sont donc inclus dans cette série pour obtenir des commentaires et encourager la discussion. Les droits sur les documents appartiennent aux auteurs. The views expressed in the GREDEG Working Paper Series are those of the author(s) and do not necessarily reflect those of the institution. The Working Papers have not undergone formal review and approval. Such papers are included in this series to elicit feedback and to encourage debate. Copyright belongs to the author(s).

2 Nature des sociétés de capitalinvestissement et performances des firmes Le cas de la France Muriel DalPont Legrand * et Sophie Pommet* GREDEG Working Paper No Résumé. Les études qui se sont intéressées aux performances du secteur du capitalinvestissement européen montrent toutes que ces dernières sont nettement inférieures à celles enregistrées par leurs homologues anglosaxons. On a recherché pendant longtemps à identifier les déterminants de cette contreperformance dans les comportements des acteurs. Aujourd hui, la connaissance empirique plus fine de ces derniers au sein de différents pays nous laisse penser que cette thèse n est pas fondée. L intuition que ce papier propose d examiner est que la nature des sociétés de capital investissement pourrait être un élément bien plus déterminant. L objectif de ce papier est d examiner l impact de la nature des fonds qui alimentent les sociétés de capital investissement sur les stratégies et in fine, les performances de ces dernières. Abstract. Many studies have examined the European venture capital firms and have shown they exhibit lower performances than their homologues based in AngloSaxon countries. Economists have tried for a long time to show that the causes of this lack of performance were rooted in the behaviors of the different actors. Today, because we have a better empirical knowledge of the behaviors of those companies, we know that this explanation is not satisfying. The intuition behind this paper is that the nature of the different venture capital firms may play a much more important role. The purpose of this paper is to examine the impact the nature of the funds invested in these companies can have on their strategies and in fine, on their performances. JEL Classification G3, O31, O32. Mots clefs. capitalinvestissement, innovation, petites entreprises innovantes à fort potentiel de croissance. Keywords: venture capital, innovation, small highpotential companies * Université Nice Sophia Antipolis et GREDEG CNRS, 250, Avenue Albert Einstein Sophia Antipolis, F06560 Valbonne Cedex. Contacts : 1

3 Introduction L industrie du capitalinvestissement a connu un essor particulièrement important durant les deux dernières décennies, suscité pour l essentiel par le développement d activités à fort contenu technologique nécessitant des liquidités importantes bien avant d être rentables. Le champ de la recherche académique s est rapidement emparé de ce sujet, intéressé essentiellement par la compréhension des déterminants de sa performance. Très rapidement, il est apparu que les sociétés de capitalinvestissement (SCI) anglosaxonnes réalisaient des performances bien plus importantes que leurs homologues basées en Europe continentale [Hege U., Palomino F., Schwienbacher A., (2006)] 1. Des études récentes sont venues démontrer que, contrairement aux premières intuitions, cette différence de performance tient bien moins à des écarts de comportements, qu à des effets de composition au sein du secteur du capitalrisque. En effet, on sait qu il existe différents types de sociétés françaises de capitalrisque en fonction de la nature des sociétés qui leur fournissent les fonds. Traditionnellement, la littérature identifie quatre types de SCI : les sociétés captives ou semicaptives qui sont étroitement associées à un organisme, une banque, une société d assurance ou encore un organisme public, les corporates (sociétés associées à de grandes firmes) et les indépendantes qui comme leur nom l indique, sont financées par des fonds qui euxmêmes sont composés de plusieurs investisseurs de nature hétérogène (des compagnies d assurance, des fonds de pension, des individus etc.). La littérature empirique qui s est développée sur le sujet a démontré que ce sont sans conteste les SCI indépendantes qui enregistrent les performances les plus élevées aux EtatsUnis, comme en Europe (cf. Bottazzi et al. (2008)). Par ailleurs, Hirsch et Walz (2006) ont montré que les sociétés de capitalrisque dites indépendantes, conduisent toutes à des performances identiques quel que soit leur pays d origine tout en soulignant que ces dernières représentent une proportion plus importante aux EtatsUnis ou au Royaume Uni que dans les pays d Europe continentale. En d autres termes, le différentiel de performance observé entre les pays anglosaxons et les pays d Europe continentale, ne serait pas dû à des différences majeures en termes de comportements mais à un effet de composition au sein du secteur des SCI. L objectif de ce papier est de déterminer dans quelle mesure la nature des sociétés de capitalrisque peut avoir un impact sur les performances des SCI et in fine sur celles des firmes innovantes et par quel mécanisme. Nous proposons une étude empirique originale ayant pour 1 En effet, les EtatsUnis et le RoyaumeUni apparaissent très clairement comme les deux économies qui affichent les performances les plus importantes dans l industrie du capitalrisque. En Europe, la France serait en tête, suivie de beaucoup plus loin par l Allemagne puis l Italie (AFIC, 2006). 2

4 objectif de d identifier les comportements des différentes SCI ainsi que leur(s) impact(s) sur la performance des firmes financées. Le papier s organise de la manière suivante. La section 2 rassemble les faits stylisés qui montrent que la nature i.e. la nature de pourvoyeurs de fonds «majoritaires» 2 des sociétés de capitalrisque n est pas neutre et qu à ce titre la composition de ce secteur au niveau national est un élément déterminant des performances des sociétés fortement innovantes dans ce même pays. La section 3 propose d enrichir ces faits stylisés par un examen approfondi d un base de données originale. La section 4 tire les implications de l analyse empirique et en déduit les prochaines étapes du programme de recherche. 2. Les faits stylisés Comme on le sait, la comparaison des performances réalisées par les sociétés européennes de capitalinvestissement à celles réalisées aux EtatsUnis montre une rentabilité bien supérieure du modèle anglosaxon. Cet écart des performances a suscité bon nombre d interrogations chez les économistes et divers explications ont été tour à tour avancées. Les premières analyses laissaient tout d abord supposer que les méthodes employées par les SCI anglosaxonnes étaient bien plus performantes essentiellement, parce qu elles supposent un management étroit, plutôt intrusif et appliquant des sanctions majeures dès lors que les performances ne se manifestent pas rapidement. Des analyses empiriques plus approfondies de ces performances nous ont conduits néanmoins à nuancer ces résultats. En effet, Hopp et Rieder (2006) ont par exemple montré que les SCI indépendantes (réputées pour être généralement les plus performantes) basées en Europe proposent des contrats très similaires à ceux de leurs homologues Nordaméricaines. Les différences clauses permettant à la SCI de contrôler l activité de la firme, voire d appliquer des sanctions, sont identiques et sont appliquées avec la même sévérité. En revanche, la proportion de SCI indépendantes est clairement plus élevée dans les pays Anglosaxons ce qui crée une sorte d effet de composition dans le calcul de la rentabilité financière de ce secteur du fait des performances généralement élevées de ces dernières. Il est par ailleurs assez aisé de constater que les SCI européennes investissent bien moins le stage du capitalrisque que les SCI anglosaxonnes pour concentrer davantage leur 2 Nous allons spécifier plus loin quels sont les critères retenus par la littérature qui permettent de déterminer la «nature» d une SCI en fonction de la structure de ses fonds. 3

5 intervention dans le segment particulier du capitaltransmission. En effet, si pour ces mêmes années, les sociétés localisées aux EtatsUnis obtiennent de meilleures performances que la France et l ensemble des pays européens pour les métiers du capitalrisque et du capitaldéveloppement, le métier du capitaltransmission est lui beaucoup plus rentable pour les opérateurs français et même européens que pour les opérateurs situés outreatlantique. On aurait donc une certaine «spécialisation» du capitalinvestissement français dans ce «métier», ce segment particulier du capitalinvestissement. Ce constat est par ailleurs cohérent avec l information révélée par le tableau 1 qui confirme que ce sont les opérations de transmission qui absorbent la plus grande partie des fonds collectés par les SCI françaises. On sait par ailleurs que les opérations de syndication permettent d améliorer les performances financière (Brander et al., 2002) et économique des entreprises (Lehmann, 2006) mais que cet impact varie en fonction de ses différentes motivations (Brander et al., 2002 ; DalPont et Pommet, 2010). Et enfin, les motivations dépendent fortement de la nature des SCI (cf. Dal Pont Legrand et Pommet, 2011). Dès lors, les différences non négligeables constatées dans la composition de ces secteurs du capitalinvestissement en France, en Europe et aux EtatsUnis (i.e. relativement aux proportions des différents types de SCI) vont se traduire par l observation de stratégies de syndication différentes (en moyenne) dans le secteur. Tableau 1 Montants investis dans les différents stades de développement des entreprises en % Sources: Yearbook de l EVCA (années 2004, 2005, 2006, 2007, 2009 et 2010) et AFIC La disparité observée dans l intensité et dans les motivations de la syndication contribuerait ainsi à expliquer les différences de performance observées entre les industries du private equity 4

6 situées des deux côtés de l Atlantique et cette dernière tiendrait à la nature des fonds mis à disposition de ces sociétés de capital investissement 3. L analyse des données, Cette première intuition nécessite des investigations plus approfondies. En utilisant une base de données originale, nous proposons de spécifier plus précisément les comportements des différents types de SCI ainsi que leurs impacts sur les performances des firmes. On recherche ainsi une compréhension plus fine des stratégies de ces sociétés qui, tout en étant étroitement liées à la nature de leurs fonds, se déclinent au travers de différents éléments comme leur degré de spécialisation, leur capacité à se syndiquer et de manière générale, par leur capacité à ajouter de la valeur aux firmes financées. L analyse des données est menée en deux étapes. Nous proposons dans un premier temps d analyser le comportement des SCI en fonction de la nature de leurs fonds. Dans un second temps, à l aide d un modèle de durée, nous analysons si les différences de comportements identifiées dans le premier test ont un impact sur la survie des entreprises financées. i) La base de données et l analyse univariée La base de données utilisée a été construite par nos soins à partir des données rendues disponibles par de l Autorité des marchés financiers (AMF) concernant les firmes introduites en bourse sur le «Nouveau Marché» dans les années Les données ainsi obtenues sont suffisamment homogènes notamment concernant le comportement des SCI en fonction de leur nature. Plus précisément, les documents utilisés et disponibles en ligne sont les prospectus d introduction en bourse des entreprises ainsi que les documents annuels qui permettent d obtenir des informations sur les firmes pour plusieurs années avant et après l introduction. Les données comptables manquantes, ont été complétées à l aide de la base de données Diane (bureau van dijk). Nous avons éliminé de l échantillon toutes les firmes étrangères, les firmes transférées d un marché à l autre, les introductions en bourse pour fusion/acquisition (LBO), etc. Notre échantillon final comprend 136 firmes dont 85 ont été financées par capitalinvestissement. Pour toutes ces firmes, nous sommes en mesure d identifier les différentes SCI qui ont participé à leur financement ainsi que la nature de ces dernières. Par ailleurs, nous avons suivi le devenir de ces firmes au minimum sur les 5 années suivant l introduction en bourse et nous sommes donc en mesure d identifier les firmes qui sont sorties du marché suite à leur introduction. 5

7 La liste des variables utilisées dans l étude est donnée dans le tableau 2. Afin de comparer les comportements adoptés par les SCI en fonction de leur nature, il est tout d abord nécessaire de définir «la nature» de ces sociétés. En suivant la méthodologie utilisée par Tykvová (2006), nous proposons de séparer les SCI en quatre sousgroupes en fonction de la nature de son leader : celles qui sont adossées à une banque ou une compagnie d'assurance, celles qui sont adossées à une entreprise industrielle, celles qui sont adossées à des organismes publique et enfin, les indépendantes qui ne possèdent pas de pourvoyeur de fond majoritaire. Afin de définir la nature de la SCI, nous avons recherché dans les sources tels que Les Echos, le Journal du Net, le site des SCI afin d obtenir des informations sur la composition de l actionnariat. La SCI leader a été définie selon la règle suivante : la SCI qui a participé au premier tour de financement de l entreprise est définie comme la SCI leader. Précisons qu en général, cette SCI est aussi celle qui détient la part de propriété la plus importante au sein de l entreprise. En effet, selon la définition utilisée par Tykvová (2006), la SCI leader est celle qui détient la part de propriété préintroduction la plus importante au sein de l entreprise. Tableau 2 : Définition des variables Temps de survie Le temps de survie mesuré en mois est la période entre la date de l'introduction en bourse et la date de sortie de l'entreprise. Pour les entreprises qui sont restées sur le marché et pour lesquelles aucun évènement de sortie n'est enregistré, le temps de survie est censuré à droite sur septembre 2009 qui correspond à la date d arrêt de collecte des données de survie. Age Age de l entreprise au moment de l introduction en bourse (années) Age de l entreprise au moment Age de l entreprise au moment où elle a reçu son premier du financement financement par CI (années) Age de la SCI Age de la SCI au moment de l introduction en bourse (années) Affiliée banque Un, si la SCI leader est détenue par une compagnie financière ; ou si une compagnie financière détient 50% du capital de la SCI leader. Affiliée industriel Bulle Brevets Capitalinvestissement (dum) Durée de l investissement Expérience Un, si la SCI leader est détenue par une firme industrielle ; ou si une firme industrielle détient 50% du capital de la SCI leader. Un si l entreprise a été introduite en bourse pendant les années 1998, 1999 ou Nombre de brevets détenus par l'entreprise au moment de l introduction en bourse (en log). Un, si l entreprise a été financée par capitalinvestissement ; zéro sinon. Durée écoulée entre le premier investissement de la SCI dans l'entreprise et l'ib (en mois). Un si l'âge de la SCI est audessus de l'âge médian des SCI de l'échantillon et zéro autrement. 6

8 Indépendante Un si la SCI leader est indépendante (non affiliée banque ou entreprise) et zéro sinon. Leader Un si la SCI est l'investisseur leader et zéro sinon. Nombre de SCI Nombre de SCI qui ont participé au financement de l entreprise. Comme Wang et al. (2002), si plusieurs fonds appartenant à la même SCI ont investi dans l'entreprise, nous comptons l'ensemble de ces fonds comme une seule SCI. Part détenue avant introduction Part de capital détenue par le leader avant l introduction en bourse (en %) Part détenue après introduction Part de capital détenue par le leader après l introduction en bourse (en %) Siège CA Un si la SCI détient un siège au conseil d administration de l entreprise. Stade Stade de développement de l'entreprise : démarrage/startup (1); expansion (2) ; préintroduction (3). Secteur hautetechnologie Un si la firme appartient au secteur de la hautetechnologie et zéro sinon. Taille Capitalisation de l entreprise au moment de l introduction en bourse au prix de l introduction en bourse. Taux de croissance Différence de la taille de l'entreprise mesurée en logarithme du nombre d'employés une année après et l année de l entrée sur le marché. Réputation Un si l introduction en bourse est menée par une banque réputée et zéro sinon. En suivant la méthodologie de Broye et Schatt (2003), nous distinguons 2 groupes de banques d investissement réputées et non réputées selon le nombre de participations à des introductions en bourse effectuées durant la période pour chaque année. Nous considérons que la banque d investissement est réputée si elle a participé à un nombre d introductions en bourse supérieur à la valeur médiane de l échantillon. ii) Statistiques descriptives : le comportement des SCI leader en fonction de leur nature. Dans notre échantillon, les firmes qui ont été financées par CI l ont été essentiellement par des sociétés indépendantes de capitalinvestissement et par des sociétés adossées à un organisme financier. Les sociétés affiliées à des groupes industriels ou encore publiques ne sont pas majoritaires dans l échantillon : nous n avons identifié qu une seule SCI publique leader pour laquelle nous avons les informations nécessaires, et donc nous avons décidé de pas prendre en compte cette catégorie en éliminant les données concernées Le tableau 3 permet de relever les différences de comportements qui peuvent exister entre les SCI. 7

9 Concernant l intervention des différentes SCI en fonction des stades de développement des entreprises, il apparaît que les SCI indépendantes financent les entreprises dans leurs premiers stades de développement alors que celles adossées à une entreprise financière ont tendance à concentrer leurs investissements sur des stades de développement plus avancés. Ce résultat se retrouve également au niveau de la durée d investissement des SCI dans l entreprise : les SCI indépendantes maintiennent leurs investissements plus longtemps que les SCI affiliées à une entreprise financière ou industrielle. Le stade moyen financé par les SCI indépendantes est de 1.97 contre 2.34 pour celles qui sont adossées à un organisme financier. Les SCI adossées à une firme industrielle se situent entre les deux autres types de SCI sans pour autant que les résultats ne soient significatifs. Concernant le comportement de syndication des SCI, on remarque que la nature des SCI ne guide pas l'intensité avec laquelle ces sociétés se syndiquent puisque ces partenaires financiers sont tous syndiqués en moyenne avec deux autres partenaires. Plus précisément, nous constatons que les SCI indépendantes détiennent des parts de capital pré et post introduction significativement plus importantes que celles des SCI affiliées à un groupe financier. Ce sont les SCI filiales d une entreprise financière qui détiennent la participation la moins importante au sein de l'entreprise que cela soit avant ou après l introduction en bourse. Par ailleurs, Kaplan et Strömberg (2004) montrent que les SCI sont significativement plus enclines à mettre en place des activités de soutien et de conseil, toutes créatrices de valeur pour les entreprises lorsqu'elles détiennent une part importante de leur capital. Ces auteurs trouvent également que plus la part de capital détenue par les SCI augmente et plus ces dernières développent ces activités de soutien et de conseil. Nos résultats suggèrent donc que les SCI indépendantes sont plus inclines à s impliquer dans des activités créatrices de valeur que les SCI filiales d un établissement financier. On remarque également que les SCI filiales d une entreprise financière ont tendance à être moins présentes dans les conseils d administration des entreprises que les autres SCI et plus particulièrement que les SCI adossées à une entreprise industrielle. Concernant les caractéristiques des SCI. Il existe de grandes différences lorsque l'on compare l'âge des SCI. Les SCI indépendantes sont significativement plus vieilles que les autres alors que les sociétés filiales d'une entreprise financière sont significativement plus jeunes que les autres. Cette différence est particulièrement exacerbée pour les corporate venture firms. L'âge de la SCI étant un indicateur de son expérience pour mesurer sa réputation [Gompers (1996)], 8

10 il apparaît dans notre échantillon que les corporate venture firms et les SCI filiales de banque ne sont pas des investisseurs expérimentés à la différence des SCI indépendantes. Cela est par ailleurs confirmé par les résultats obtenus pour la variable Expérience qui est définie à partir de l âge médian des SCI dans l échantillon. Les SCI ont des comportements assez hétérogènes notamment lorsque l on compare les sociétés indépendantes et celles qui sont adossées à un organisme financier. Selon les résultats obtenus pour le tableau 3, les sociétés indépendantes de capitalinvestissement devraient être plus à même de jouer un rôle actif dans le management des firmes que les sociétés filiales de banques. Selon ces résultats, les premières devraient donc être plus impliquées dans le processus de création de valeur que les secondes. La question que nous nous posons à ce stade de l étude est la suivante : ces différences dans le comportement des SCI ontelles un impact sur la performance des entreprises financées? iii) L analyse multivariée Dans ce qui suit, nous étudions l impact de la nature de la SCI sur le taux de survie des entreprises suite à leur introduction en bourse. Cela nous permet de mesurer l impact de la nature du financement par capitalinvestissement sur la performance économique de l entreprise. Il est à préciser que nous ne disposons pas à l heure actuelle d un échantillon de données permettant de mesurer cette performance à partir d entreprises qui n ont pas été préalablement introduites en bourse. Tableau 3 : Différences dans le comportement des SCI leader en fonction de leur nature Variables Nature SCI Moyenne Médiane pvalue (ttest) pvalue(mann Whitney Wilcoxon test) Panel A : Caractéristiques des entreprises financées Age de l'entreprise au moment du financement INDEP BANK CORP Nombre de brevets INDEP BANK CORP Bulle de l'internet INDEP _ 9

11 BANK _ CORP _ Panel B: Comportement des SCI Siège CA INDEP _ BANK _ CORP _ Stade INDEP BANK CORP Nombre de SCI INDEP BANK CORP Part de propriété preipo (%) INDEP BANK CORP Part de propriété postipo (%) INDEP BANK CORP Durée de financement (mois) INDEP BANK CORP Secteur HauteTechnologie INDEP _ BANK _ CORP _ Panel C: Caractéristique des SCI Age de la SCI (années) INDEP BANK CORP Expérience (âge audessus de la valeur médiane) INDEP _ BANK _ CORP _ Notes : niveaux de significativité : *** pour 1%, ** pour 5% et * pour 10%. Pour une définition des variables utilisées se référer au tableau précédent. Les entreprises sont divisées en 3 sousgroupes en fonction du type de la SCI leader. Nous avons effectué un ttest (laissant la possibilité aux variances d'être inégales) afin de tester les différences dans les moyennes de chaque variable pour deux sousgroupes : par exemple les SCI indépendantes et le reste. Nous avons de plus utilisé le test de MannWhitneyWilcoxon afin de tester les différences dans les médianes. 10

12 Nous avons choisi un modèle de durée en temps continu afin de mesurer l impact de ce type de financement sur le taux de survie sur le marché. Soit T une variable aléatoire de durée continue avec T > 0 et où T représente la durée pendant laquelle l'entreprise est restée sur le marché (i.e. le nombre de mois pour lesquels les entreprises ont survécu et ce, jusqu'à septembre 2009). Sa fonction de répartition est définie par la probabilité que cette durée soit inférieure à une valeur donnée t : F(t) = Pr(T t) où t est un intervalle de temps spécifié [Jenkins (2005)]. Dans notre cas, c'est la probabilité qu'une entreprise sorte du marché et donc de la population étudiée avant t années après son introduction en bourse. La fonction de survie S(t) est alors donnée par : Pr(TT > tt) = 1 FF(tt) SS(tt) où S(t) donne la probabilité que la durée de vie soit supérieure à une valeur donnée t (i.e. que l'entreprise reste sur le marché t mois après son introduction en bourse). Nous avons choisi d estimer un modèle de Cox à hasards proportionnels (PH). La variable expliquée est donc le temps de survie sur le marché qui est mesuré en mois et qui représente la période qui sépare la date d'introduction de l entreprise sur le marché de la date de sa sortie du marché. Concernant la définition des variables explicatives, nous avons choisi d introduire dans le modèle des variables qui sont souvent mises en évidence comme pouvant influencer positivement ou négativement le taux de survie des entreprises introduites en bourse. L âge des entreprises au moment de l introduction en bourse est connu pour influencer la probabilité de survie de ces dernières, à savoir que les sociétés les plus jeunes sont celles qui ont la probabilité d échec la plus élevée. Le taux de croissance des firmes peut avoir un impact sur leur probabilité de survie. Selon Fama et French (2004), les entreprises Nordaméricaines nouvellement introduites en bourse qui survivent le plus longtemps sur le marché sont celles qui ont un taux de croissance (mesuré par la croissance des actifs) élevé. Nous avons choisi de mesurer ici le taux de croissance des employés en suivant ce qui a déjà été fait par Audretsch et Lehmann (2004) sur le marché allemand. La taille de l entreprise peut avoir un impact sur sa probabilité de survie, au même titre que l âge [Evans (1987) et Audretsch (1995)]. Nous mesurerons la taille de l entreprise par sa capitalisation au moment de l introduction en bourse. La réputation de la banque d investissement introductrice est souvent citée comme un élément déterminant de la performance de l entreprise au moment de l introduction. Selon Carter et Manaster (1990), 11

13 les banques introductrices réputées jouent un rôle important pour signaler la qualité des introductions en bourse. Selon Jain et Kini (2000), les banques d investissement réputées peuvent ainsi améliorer les chances de survie des firmes introduites sur le marché. Certains auteurs comme Baum et Silverman (2002) ou encore Cockburn et Wagner (2010) ont montré que la détention de brevets (mesurée par le nombre de brevets détenus) améliorait significativement les chances de survie des entreprises. Nous prenons en compte le potentiel innovant des firmes au travers du nombre de brevets détenus par ces dernières au moment de leur introduction sur le marché. Pour finir, nous avons introduit la variable Bulle afin de tenir compte de la bulle de l Internet. En effet, Coakley et al. (2007) montrent que la performance opérationnelle postintroduction des firmes introduites en bourse durant la période diminue fortement en comparaison aux firmes introduites sur le marché pendant les périodes normales d activité. Nous tenons également compte du secteur de l entreprise financée. Concernant les variables relatives au financement par capitalinvestissement, nous divisons dans un premier temps les SCI en deux groupes : les captives et les indépendantes. Les captives regroupent les SCI autres que les indépendantes.. Nous disposons par ailleurs de la variable muette Capitalinvestissement qui permet de différencier les firmes financées et non financées par capitalinvestissement. Toutes ces variables sont présentées dans le tableau 2. Le tableau 4 présente les statistiques descriptives pour les 3 groupes de firmes : financées par SCI indépendantes, captives et celles qui n ont pas eu recours au financement par capitalinvestissement. Afin de tester l'égalité des fonctions de survie comparées deux à deux pour les trois groupes d'entreprises, nous avons réalisé les tests du logrank et de Wilcoxon (WilcoxonBreslow Gehan). Ces tests montrent qu'il n'existe pas de différence significative entre les fonctions de survie des entreprises financées par les deux types de SCI. En revanche, ces mêmes tests sont significatifs au seuil de 5% lorsque l on compare les fonctions de survie des entreprises financées par des SCI captives à celles des entreprises non financées par capitalinvestissement. Cela implique qu à première vue, les entreprises financées par des SCI captives ont des taux de survie sur le marché moins importants que ceux des entreprises qui n ont pas eu recours au financement par capitalinvestissement alors que ces taux de survie sont un peu près équivalents à ceux des firmes financées par des SCI indépendantes. 12

14 Tableau 4 : Statistiques descriptives pour les 3 groupes de firmes Captive Mean (Median) Indépendante Mean (Median) TDiff mean (median) TDiff mean (median) NCI Indépendante () () () Age (6.00) (8.00) () Taille (en M euros) (34.75) (33.97) () Taux de croissance (0.20) (0.16) () Réputation (1.00) (0.5) Nombre de brevets (0.00) (0.00) () Bulle (1.00) (1.00) Haute Technologie (1.00) (1.00) NCI : firmes non financées par capitalinvestissement NCI Mean (Median) 8.86 (7.00) (34.39) 0.31 (0.28) 0.63 (1.00) 0.43 (0.00) 0.76 (1.00) 0.67 (1.00) TDiff mean (median) NCICaptive () * () () (*) * () Le tableau 5 présente les résultats obtenus pour le modèle de durée en temps continu. Le modèle (1) ne prend en compte que le fait pour une entreprise d avoir ou non été financée par capitalinvestissement avec la variable muette capitalinvestissement. Le modèle (2) inclut les variables Captive et Indépendante afin de tenir compte de la nature de la SCI. Dans le modèle (1), on voit que le taux de croissance des entreprises a un effet significatif sur la probabilité de rester sur le marché. La période de la bulle de l Internet a quantà elle un impact négatif sur la probabilité de survie des firmes. Il apparaît en effet que les firmes introduites sur le marché pendant les trois années de la bulle de l Internet ont une probabilité plus élevée de sortir du marché que les autres firmes. Cela va dans le sens des résultats obtenus par Coackley et al. (2007) pour un échantillon d entreprises introduites en bourse au Royaume Uni. Par ailleurs, la variable Taille est faiblement significative (au seuil de 15%) mais avec un coefficient négatif indiquant un impact positif sur la probabilité de survie des firmes. Ces résultats se retrouvent aussi dans le modèle (2). Concernant nos variables principales, dans le modèle (1), il apparaît que le financement par capitalinvestissement a un impact significatif et négatif sur la probabilité de survie des firmes. La question étant : estce que cet impact est global ou peuton différencier les SCI en fonction de leur nature? Le modèle (2) permet de répondre à cette question. Il apparaît que les SCI captives ont un impact négatif sur la probabilité de survie des firmes alors que la variable Indépendante n est pas significative. Ces résultats montrent qu il y a un impact différencié des 13

15 différents types de SCI sur la probabilité des firmes de sortir du marché. Ces résultats tiennent toujours lorsque l on compare uniquement les entreprises financées par des SCI indépendantes, affiliées à des entreprises financières (en excluant donc les firmes financées par d autres types de SCI) et celles qui n ont pas eu recours au financement par capitalinvestissement. Certaines différences repérées dans les comportements des SCI se traduisent donc par des différences dans leur performance comme cela a déjà été montré par Bottazzi et al. (2008) sur un échantillon de sociétés européennes de capitalrisque. Afin de tester la robustesse des résultats, nous explorons des spécifications alternatives au modèle de Cox (PH) uniquement pour le modèle (2) 3. Les résultats des estimations sont donnés en Annexe 1. Tableau 5: Les estimations du modèle de Cox (PH) (1) (2) VARIABLES Coeff Coeff Age [0.031] [0.030] Taille(ln) a b [0.090] [0.090] Taux de croissance 0.602* 0.609* [0.320] [0.318] Reputation [0.263] [0.262] Capitalinvestissement (dum) 0.610** [0.283] Captive (dum) 0.671** [0.297] Indépendante (dum) [0.364] Haute Tech [0.335] [0.334] Brevet(ln) [0.147] [0.151] Bulle 0.824** 0.796** [0.369] [0.375] Observations Sorties Vraisemblance(log) Chideux Significatif à 10 % ; ** significatif à 5 % ; *** significatif à 1%. Erreurs standards (robustes) entre crochets. a: pvalue= ; b : pvalue= Si le coefficient estimé est plus grand que 0, alors la variable augmente le rapport de hazard (hazard ratio), et donc diminue la durée attendue, et vice versa. 3 Les spécifications alternatives pour le modèle (1) peuvent être fournies sur demande. 14

16 4. Conclusion Cette étude a permis de dégager les caractéristiques principales du comportement des différents types de sociétés de capitalinvestissement en France ainsi que l impact de ces sociétés sur la performance des entreprises financées. On s aperçoit ainsi que, comme l a déjà montré Tykvová (2006) sur le marché allemand, les SCI ont des comportements différents en fonction de leur nature : en termes de durée de leur investissement, de nature du contrôle exercé sur les firmes financées etc. Finalement, il apparait que les entreprises financées par des SCI captives ont des taux de survie inférieurs à ceux des autres entreprises sur le marché alors que les SCI indépendantes n ont pas d impact significatif sur les taux de survie des firmes. Cette étude a par ailleurs noté, comme d autres papiers avant elle, que la proportion de SCI indépendantes est relativement faible en Europe continentale mais aussi en France. Or, comme ces mêmes études le montrent, ce sont ces sociétés qui réalisent les performances les plus élevées. Il n est donc pas impossible que la France, au même titre peutêtre que d autres pays d Europe Continentale, soit victime d un effet de composition dans le secteur du capitalinvestissement. Dans ce cas, ce serait bel et bien la structure du capital drainé par ces sociétés, en d autres termes, la nature de leurs fonds, qui serait à l origine de leurs différences de comportements visàvis des sociétés dites captives et qui induirait des contrôles et in fine des performances différentes (en l occurrence supérieures). Si les évidences empiriques attestant ce fait commencent à apparaître, il est nécessaire d en fournir une analyse (empirique) plus fine pour ensuite essayer de les comprendre au travers d un modèle théorique. 15

17 Références Audretsch D. B., (1995), «Innovation, growth and survival», International Journal of Industrial Organization, Vol.13, pp Audretsch D. et Lehmann E., (2004), «The effects of experience, ownership, and knowledge on IPO survival : evidence from the Neuer Markt», Discussion paper N 04/10. Baum J.A.C., Silverman B.S., (2004), «Picking winners or building them? Alliance, intellectual, and human capital as selection criteria in venture financing and performance of biotechnology startups», Journal of Business Venturing, Vol.19, Issue 3, pp Bottazzi L., Da Rin M., Hellmann T., (2008), «Who are the active investors? Evidence from venture capital», Journal of Financial Economics, Vol.89, Issue 3, pp Broye, G. et A. Schatt (2003), Sousévaluation à l introduction et cessions d actions par les actionnaires d origine : le cas français, Finance Contrôle Stratégie, Volume 6, N 2, pp Carter R. et Manaster S., (1990), «Initial public Offerings and Underwriter Reputation», The Journal of Finance, Vol. XLV, N_4, pp Coakley, J., L. Hadass and A. Wood (2007), PostIPO operating performance, venture capital and the bubble years, Journal of Business Finance & Accounting, Vol. 34, pp Cockburn, I., and S. Wagner (2010), Patents and the survival of Internetrelated IPOs, Research Policy, Vol.39, pp DalPont Legrand M and S. Pommet (2011), «Capital investissement et stratégies de syndication : une évaluation du private equity en France», Revue d Economie Industrielle, N 134, 2e trimestre 2011 : La finance et l'industrie pp DalPont Legrand M., S. Pommet (2010), «Venture capital syndication and the financing of innovation: financial versus expertise motives», Economics Letters, Volume 106, Issue 2, pp Evans D., (1987), «The relationship between firm growth, size and age: estimates for 100 manufacturing industries», Journal of Industrial Economics, VOL.XXXV, N 4, pp Fama E.F. et French K.R., (2004), «New lists : Fundamentals and survival rates», Journal of Financial Economics, Vol.73, Issue 2, pp Gilford S. (1997), «Limited attention and the role of the venture capitalist», Journal of Business and Banking, Volume 12, Issue 6, November 1997, pp Gompers P.A. (1996), Grandstanding in the venture capital industry, Journal of Financial Economics, Vol. 42, Issue. 1, pp Hege U., Palomino F., Schienbacher A. (2006), «Venture capital performance: the disparity between Europe and the United States», RICAFE WP, n 001. Hirsch J., Walz U. (2006), «Why do Contracts Differ between VC types? Market segmentation versus corporate governance varieties», CFS Working Paper, n 2006/12. Hellmann T., Lindsey L. et Puri M., (2008), Building Relationships Early: Banks in Venture Capital, The Review of Financial Studies, Vol.21, n 2. Hopp C., Rieder F. (2006), «What drives Venture Capital Syndication?», Working Paper. Jain A., Kini O., (2000), «Does the presence of venture capitalists improve the survival profile of IPO firms?», Journal of Business Finance & Accounting, Vol.27, Issue 9&10, pp

18 Jenkins S.P., (2005), «Survival Analysis», Unpublished manuscript, Institute for Social Science and Economic Research, University of Essex, Colchester, UK Downloadable from :http ://www.iser.essex.ac.uk/study/resources/moduleec968. Kaplan S. N., Strömberg P., (2004), «Characteristics, Contracts, and Actions: Evidence from Venture Capitalist Analyses», The Journal of Finance, Vol.LIX, N 5, pp Kortum, S. et J. Lerner (2000), Assessing the contribution of venture capital to innovation, RAND Journal of Economics, Vol. 31, N 4, pp Manigart S., De Waele K., Wright M., Robbie K., Desbrières P., Sapienza H. J., Beekman A., (2002b), «Determinants of required return in venture capital investments : a fivecountry study», Journal of Business Venturing, Vol.17, pp Mayer, C., Schoors, K. and Yafeh, Y. (2005) Fund providers and investment activities of venture capital funds: evidence from Germany, Israel, Japan and the UK, Journal of Corporate Finance, Vol.11, pp Schertler A., (2005), «European venture capital markets: fund providers and investment characteristics», Applied Financial Economics, Vol.15, pp Tykvová T., (2006), «How do investment patterns of independent and captive private equity funds differ? Evidence from Germany», Financial Markets and Portfolio Management, Vol.20, N 4, pp Wang K., Wang C., Lu Q., (2002), «Differences in performance of independent and financeaffiliated venture capital firms», The Journal of Financial Research, Vol. XXV, N 2, pp

19 Annexe 1: Robustesse des résultats: fonctions de hazard alternatives (1) (3) (5) Coeff. Coeff. Coeff. Fonctions de hasard Weibull Gompertz Exponentielle VARIABLES Age [0.031] [0.031] [0.026] Taille(ln) a ** [0.090] [0.091] [0.077] Taux de croissance 0.611* 0.606* 0.531** [0.324] [0.320] [0.270] Reputation [0.265] [0.265] [0.221] Captive (dum) 0.698** 0.687** 0.595** [0.302] [0.303] [0.259] Indépendante (dum) b [0.364] [0.363] [0.313] Haute Tech [0.342] [0.340] [0.276] Brevet(ln) [0.156] [0.158] [0.133] Bulle 0.778** 0.835** 0.612** [0.360] [0.370] [0.295] Constant 7.914*** 4.736*** 3.014** [1.729] [1.530] [1.259] Observations Sorties Vraisemblance(log) ChiDeux Significatif à 10 % ; ** significatif à 5 % ; *** significatif à 1%. Erreurs standards (robustes) entre crochets. a: pvalue= ; b : pvalue=

20 Documents de travail GREDEG parus en 2015 GREDEG Working Papers Released in Laetitia Chaix & Dominique Torre The Dual Role of Mobile Payment in Developing Countries Michaël Assous, Olivier Bruno & Muriel DalPont Legrand The Law of Diminishing Elasticity of Demand in Harrod s Trade Cycle (1936) Mohamed Arouri, Adel Ben Youssef & Cuong Nguyen Natural Disasters, Household Welfare and Resilience: Evidence from Rural Vietnam Sarah Guillou & Lionel Nesta Markup Heterogeneity, Export Status and the Establishment of the Euro Stefano Bianchini, Jackie Krafft, Francesco Quatraro & Jacques Ravix Corporate Governance, Innovation and Firm Age: Insights and New Evidence Thomas BoyerKassem, Sébastien Duchêne & Eric Guerci Testing Quantumlike Models of Judgment for Question Order Effects Christian Longhi & Sylvie Rochhia Long Tails in the Tourism Industry: Towards Knowledge Intensive Service Suppliers Michael Dietrich, Jackie Krafft & Jolian McHardy Real Firms, Transaction Costs and Firm Development: A Suggested Formalisation Ankinée Kirakozian Household Waste Recycling: Economics and Policy Frédéric Marty Régulation par contrat Muriel DalPont Legrand & Sophie pommet Nature des sociétés de capitalinvestissement et performances des firmes : le cas de la France

Performance des introductions en bourse des sociétés financées par des capital-investisseurs: Une étude empirique sur la cas français

Performance des introductions en bourse des sociétés financées par des capital-investisseurs: Une étude empirique sur la cas français Performance des introductions en bourse des sociétés financées par des capital-investisseurs: Une étude empirique sur la cas français Résumé La contribution du capital-investisseur au processus de création

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009 QUE DEVIENNENT LES PETITES ENTREPRISES CANADIENNES APRÈS UN PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE? Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec Le 10

Plus en détail

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan

La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Alain SCHATT Melissa GNAEGI Julianne GUINAND La divulgation d informations sur les zones géographiques par les entreprises suisses Un bilan Des informations précises sur les ventes et la profitabilité

Plus en détail

L influence des marchés financiers sur les investissements en capital-risque : une comparaison Europe - Etats-Unis

L influence des marchés financiers sur les investissements en capital-risque : une comparaison Europe - Etats-Unis L influence des marchés financiers sur les investissements en capital-risque : une comparaison Europe - Etats-Unis Eric Nasica, Muriel Dal-Pont Legrand, Dominique Dufour To cite this version: Eric Nasica,

Plus en détail

Investir (ou non) en placements privés?

Investir (ou non) en placements privés? Investir (ou non) en placements privés? Richard Guay, Ph.D., CFA, FRM Professeur titulaire en finance, ESG UQAM Chaire CDPQ en gestion de portefeuille CIRANO Montréal, Québec Présentation à la conférence

Plus en détail

Hubert TCHAKOUTE TCHUIGOUA

Hubert TCHAKOUTE TCHUIGOUA Hubert TCHAKOUTE TCHUIGOUA Associate Professor of Corporate Finance and Microfinance Kedge Business School hubert.tchakoute@kedgebs.com Current Position Since July 2013 Kedge Business School, Campus of

Plus en détail

Working Paper IMRI 2008/07

Working Paper IMRI 2008/07 Working Paper IMRI 2008/07 IMRI, Université Paris Dauphine, 75775 PARIS CEDEX 16 / Tel : 33.(0)1.44.05.42.92 - Fax : 33(0)1.44.05.48.49 site internet : http://www.dauphine.fr/imri Le financement des entreprises

Plus en détail

Call for submission 3rd Bordeaux Workshop in International Economics and Finance. organized by LAREFI - Bordeaux University

Call for submission 3rd Bordeaux Workshop in International Economics and Finance. organized by LAREFI - Bordeaux University Call for submission 3rd Bordeaux Workshop in International Economics and Finance organized by LAREFI - Bordeaux University Alternative Platforms and Organization of Trading Activities Friday, december

Plus en détail

Performance des post Public to Private transactions en France

Performance des post Public to Private transactions en France Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2014-332 Performance des post Public to Private transactions en France Olivier MEIER Aurélie SANNAJUST http://www.ipag.fr/fr/accueil/la-recherche/publications-wp.html

Plus en détail

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels AUTEURS Fabienne PICARD, Nathalie RODET-KROICHVILI, Nafaa HAMZA-SFAXI RÉSUMÉ L objectif de cette

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

Mars 2015. L indice Mid-Market de la zone euro. Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research

Mars 2015. L indice Mid-Market de la zone euro. Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Mars 2015 L indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Sommaire page 3 Méthodologie page 4 Évolution de l Indice page 5 Capital-transmission vs industriels page 6 Activité

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

Gouvernement d entreprise Structure actionnariale et création de valeur 1

Gouvernement d entreprise Structure actionnariale et création de valeur 1 Revue «Echanges», n 211, juin 2004 Dossier «Evaluation et négociation d'entreprises» Historiquement, les promoteurs du gouvernement d'entreprise ont souvent préconisé une indépendance du management par

Plus en détail

Sous-évaluation à l introduction et. de cession d actions, les actionnaires. d origine : le cas français

Sous-évaluation à l introduction et. de cession d actions, les actionnaires. d origine : le cas français Sous-évaluation à l introduction et cessions d actions par les actionnaires d origine : le cas français Classification JEL : G32 Géraldine BROYE * Université de Strasbourg 3 Alain SCHATT Université de

Plus en détail

Présentation du rapport :

Présentation du rapport : Présentation du rapport : LE FINANCEMENT PAR CAPITAL-RISQUE DES ENTREPRISES INNOVANTES EN WALLONIE Prof. Armin Schwienbacher Louvain School of Management (LSM) Université catholique de Louvain Universiteit

Plus en détail

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe FARGO

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe FARGO CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe FARGO Le rôle de la syndication des capitalinvestisseurs dans le financement de l innovation1 - The Role of Venture Capitalists Syndication in the Financing of Innovation

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Prévision et analyse de la production manufacturière au Canada : comparaison de modèles linéaires et non linéaires Frédérick Demers

Prévision et analyse de la production manufacturière au Canada : comparaison de modèles linéaires et non linéaires Frédérick Demers Banque du Canada Bank of Canada Document de travail 2004-40 / Working Paper 2004-40 Prévision et analyse de la production manufacturière au Canada : comparaison de modèles linéaires et non linéaires Frédérick

Plus en détail

Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups»

Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups» Petit-déjeuner des start-ups: «Le financement des start-ups» Le capital-risque 15 novembre 2002 Pierre Delaly BCV Private Equity Table des matières Caractéristiques des fonds de VC Processus d investissement

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

Mesures de performance

Mesures de performance Mesures de performance Présenter les mesures de performance d'un portefeuille. Analyser la performance implique de : indiquer la rentabilité réalisée (performance «absolue») tenir compte des objectifs

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

PREUVES À L APPUI. Le grand décrochage. Cahier n 1. Comment les entreprises géantes déforment la Bourse. Janvier 2012

PREUVES À L APPUI. Le grand décrochage. Cahier n 1. Comment les entreprises géantes déforment la Bourse. Janvier 2012 Cahier n 1 Janvier 2012 Le grand décrochage Comment les entreprises géantes déforment la Bourse La Bourse a radicalement transformé notre économie. A partir des données de la base GEF/ IFGE, ce cahier

Plus en détail

Celine BARREDY, PhD Associate Professor of Management Sciences

Celine BARREDY, PhD Associate Professor of Management Sciences Celine BARREDY, PhD Associate Professor of Management Sciences PUSG, UFR 413 35, avenue Abadie 33072 Bordeaux Cedex celine.barredy@u-bordeaux4.fr TEL +33(0)685431233 Education 2005: PhD in Management Sciences

Plus en détail

La finance, facteur d inégalités

La finance, facteur d inégalités La finance, facteur d inégalités Olivier GODECHOT Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de

Plus en détail

Les déterminants de la performance à long terme des introductions en bourse: le cas français

Les déterminants de la performance à long terme des introductions en bourse: le cas français Les déterminants de la performance à long terme des introductions en bourse: le cas français François Degeorge* François Derrien** 12 juillet 21 Cet article a été publié dans le numéro de novembre-décembre

Plus en détail

bvdinfo.com L accès instantané aux données des entreprises belges et luxembourgeoises

bvdinfo.com L accès instantané aux données des entreprises belges et luxembourgeoises L accès instantané aux données des entreprises belges et luxembourgeoises Les classiques des outils avancés pour la recherche et l analyse des entreprises bvdinfo.com Bel-First est l outil de référence

Plus en détail

Juin 2015. L Indice Mid-Market de la zone euro. Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research

Juin 2015. L Indice Mid-Market de la zone euro. Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Juin 2015 L Indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Sommaire page 3 Méthodologie page 4 Évolution de l Indice page 5 Capital-transmission vs industriels page 6 Activité

Plus en détail

Clustering par quantification en présence de censure

Clustering par quantification en présence de censure Clustering par quantification en présence de censure Svetlana Gribkova 1 Laboratoire de Statistique Théorique et Appliquée, Université Pierre et Marie Curie Paris 6, 4 place Jussieu, 75005 Paris Résumé.

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Dans le but d écrire cette chronique trimestrielle, j ai pris connaissance de la plus récente analyse de la performance financière de l

Plus en détail

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. 9 juin 2009

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. 9 juin 2009 LA BOURSE DE CROISSANCE TSX : UN MARCHÉ PUBLIC DU CAPITAL DE RISQUE Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec 9 juin 2009 Cécile Carpentier et

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Banque de France VS Bundesbank

Banque de France VS Bundesbank Banque de France VS Bundesbank How the Banque de France could learn from the best practices of its European partner Alain Mathieu D I S C U S S I O N P A P E R J U L Y 2 0 1 4 Banque de France VS Bundesbank

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Les phases de l investissement

Les phases de l investissement Les phases de l investissement Présentation, 21 Janvier 2009, Lausanne Claude Florin (EL82) claude.florin@a3.epfl.ch 22.01.2009 Les phases de l investissement 1 Les phases de l investissement dans les

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

Canadian Worker Co-op Federation Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015

Canadian Worker Co-op Federation Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015 Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015 How can you improve your co-op s bottom line? Comment pouvez-vous améliorer le revenu net de votre coopérative? How can you raise

Plus en détail

Les individus sont de plus en plus impliqués dans. L éducation financière influence t elle les décisions des individus?

Les individus sont de plus en plus impliqués dans. L éducation financière influence t elle les décisions des individus? L éducation financière influence t elle les décisions des individus? Luc ARRONDEL CNRS PSE et Majdi DEBBICH et Paris School of Economics (PSE) Frédérique SAVIGNAC Cette lettre présente le résultat de travaux

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit.

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit. Le français suit. The Ombudsman for Banking Services and Investments (OBSI) today released its complaint statistics for the first quarter of its 2011 fiscal year (November 1, 2010 to January 31, 2011).

Plus en détail

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France 300 Introduction entretiens menés auprès de chefs d entreprises Avec 66 millions d habitants et un PIB culminant à 2 600 milliards

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Explication et répartition des crédits ECTS

Explication et répartition des crédits ECTS Explication et répartition des crédits ECTS PROGRAMME BSc in International Business Année 2013-2014 1 LES CREDITS ECTS (NOTE EXPLICATIVE) Qu est-ce qu un système de crédits? Un système de crédits est une

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

_COURSES SPRING SEMESTER 2011

_COURSES SPRING SEMESTER 2011 _COURSES SPRING SEMESTER 2011 Spring semester from January 3 rd to July 2 nd 2011 (exact dates of the semester depends on the courses taken, please refer to the calendar per school and year) Important

Plus en détail

Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets

Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets Dominique Foray Réunion du Groupe français de l AIPPI Octobre 2003 1 Nous nous intéressons. non pas à la PI en soi mais à l innovation

Plus en détail

Du business pitch au business plan: comment cristalliser son idée commerciale?

Du business pitch au business plan: comment cristalliser son idée commerciale? «venturelab» est un programme de l'agence pour la promotion de l'innovation CTI Du business pitch au business plan: comment cristalliser son idée commerciale? Jordi Montserrat jordi.montserrat@venturelab.ch

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Brochure de Presentation. (Janvier 2015)

Brochure de Presentation. (Janvier 2015) Brochure de Presentation (Janvier 2015) Présentation du Cabinet _Melhenas & Associés est un cabinet indépendant d expertise comptable, d audit et de conseil. _Notre métier, conseiller et accompagner nos

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

Isabelle DUCASSY EDUCATION

Isabelle DUCASSY EDUCATION Isabelle DUCASSY Associate Professor of Finance KEDGE Business School Domaine de Luminy, BP 921 Marseille 13228, France PROFESSIONAL +33 (0)4 91 82 79 45 isabelle.ducassy@kedgebs.com EDUCATION 2005 International

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Sommaire Méthodologie et approche 3 Le département marketing au Luxembourg: une fonction clef dans le support de la

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête Cécile RIOU Assistante de Recherche (CEVIPOF / IEP) Vincent TIBERJ Chargé de Recherche (CEVIPOF / FNSP) Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées.

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Baptiste Gregorutti 12, Bertrand Michel 2 & Philippe Saint Pierre 2 1 Safety

Plus en détail

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Ondel ansek Kay Sommaire Il ressort du débat sur le développement économique de l Afrique subsaharienne (ASS) que les

Plus en détail

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH L a b o r a t o i r e E u r o p é e n p o u r l a P h y s i q u e d e s P a r t i c u l e s E u r o p e a

Plus en détail

LE RISQUE DE FAILLIT ET GESTION DE ENTREPRISES ROUMAINES DANS LE CONTEXT DE LA CRISE FINANCIÈRE

LE RISQUE DE FAILLIT ET GESTION DE ENTREPRISES ROUMAINES DANS LE CONTEXT DE LA CRISE FINANCIÈRE LE RISQUE DE FAILLIT ET GESTION DE ENTREPRISES ROUMAINES DANS LE CONTEXT DE LA CRISE FINANCIÈRE Professeur universitaire docteur en sciences BUCĂTARU DUMITRU Maître assistant docteur en sciences ANTON

Plus en détail

Voilà d où l histoire demarre

Voilà d où l histoire demarre Voilà d où l histoire demarre 1. La realité des systèmes mécaniques Les systèmes de trading ne sont pas la solution de tous les problèmes Mais il ne font que substituer un genre de problèmes avec un autre

Plus en détail

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ?

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? Les recherches présentées dans cet article, qui couvrent dix pays, suggèrent que la maturité du marché de l'immobilier titrisé

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Rapport d'étape du groupe de travail Consolidation des sur la comptabilisation des opcvm dans les comptes individuels et consolidés de l investisseur Août 2005 Le groupe

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

L`ANALYSE COMPARATIVE DES FUSIONS-ACQUISITIONS AVEC LES AUTRES FORMES DE CROISSANCE DES ENTREPRISES (II- FUSIONS- ACQUISITIONS VS.

L`ANALYSE COMPARATIVE DES FUSIONS-ACQUISITIONS AVEC LES AUTRES FORMES DE CROISSANCE DES ENTREPRISES (II- FUSIONS- ACQUISITIONS VS. L`ANALYSE COMPARATIVE DES FUSIONS-ACQUISITIONS AVEC LES AUTRES FORMES DE CROISSANCE DES ENTREPRISES (II- FUSIONS- ACQUISITIONS VS. ALLIANCES) Vancea Mariana Universiy of Oradea Faculty of Economics Development

Plus en détail

Innover dans un contexte global: Quelles stratégies possibles, quelles conséquences pour les Ressources Humaines?

Innover dans un contexte global: Quelles stratégies possibles, quelles conséquences pour les Ressources Humaines? Innover dans un contexte global: Quelles stratégies possibles, quelles conséquences pour les Ressources Humaines? Dominique Jolly, Professeur à SKEMA Business School, Professeur Visitant à CEIBS (Shanghai)

Plus en détail

L écosystème entrepreneurial : enjeu(x) pour l entrepreneur

L écosystème entrepreneurial : enjeu(x) pour l entrepreneur Appel à communication 8 e congrès de l Académie de l Entrepreneuriat À la Haute école de gestion (HEG) de Fribourg Du 22 au 25 octobre 2013 22 octobre : consortium doctoral et journée de la recherche 23

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

MiFID. MiFID, l harmonisation des marchés financiers et des capitaux CORPORATE BANKING

MiFID. MiFID, l harmonisation des marchés financiers et des capitaux CORPORATE BANKING MiFID ifid MiFID, l harmonisation des marchés financiers et des capitaux CORPORATE BANKING MiFID ou Markets in Financial Instruments Directive (Directive concernant les marchés d instruments financiers)

Plus en détail

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape NOTE DE SYNTHESE (FR) A study prepared for the European Commission DG Communications Networks, Content & Technology

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Robustesse des méthodes de backtesting

Robustesse des méthodes de backtesting Institut de la finance structurée et des instruments dérivés de Montréal Montreal Institute of Structured Products and Derivatives NOTE TECHNIQUE NT 12-01 Robustesse des méthodes de backtesting Janvier

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Analyse de l enquête de Statistique Canada. Recours au commerce électronique et utilisation des technologies de l information et des communications

Analyse de l enquête de Statistique Canada. Recours au commerce électronique et utilisation des technologies de l information et des communications Contexte Analyse de l enquête de Statistique Préparé par la direction générale du commerce électronique - Industrie Recours au commerce électronique et utilisation des technologies de l information et

Plus en détail

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Ce sont GM et Verizon qui ont ouvert le marché des rachats d engagements

Plus en détail

Mobilités professionnelles et formation continue

Mobilités professionnelles et formation continue Mobilités professionnelles et continue Pauline GIVORD, Lionel WILNER 7 décembre 2009 Introduction Dans un contexte de flexibilisation accrue du marché du travail (Givord 2006), il est important de comprendre

Plus en détail

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit.

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit. Le français suit. The Ombudsman for Banking Services and Investments (OBSI) today released its complaint statistics for the fourth quarter of its 2010 fiscal year (August 1, 2010 to October 31, 2010).

Plus en détail

GSF-6032 Automne 2009

GSF-6032 Automne 2009 THÉORIE DE LA NÉGOCIATION ET TRANSACTIONS APPLIQUÉES (FRONT OFFICE) GSF-6032 Automne 2009 Enseignant: Philippe Bélanger Courriel: philippe.belanger@fsa.ulaval.ca Bureau: PAP-3224 Horaire: Lundi 12h30 à

Plus en détail

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008 Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007 1 Le 1 septembre 2008 Définition du TRI Net Définition du Taux de Rendement Interne (TRI) Le TRI est le taux d actualisation qui annule

Plus en détail

HOW DO YOU EXPECT YOUR COMPANY'S CHINA PROFIT?

HOW DO YOU EXPECT YOUR COMPANY'S CHINA PROFIT? C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Les entreprises suisses réussissent particulièrement bien en Chine En 2014, les ventes et les bénéfices des entreprises suisses actives en Chine connaissent une accélération

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

L UTILISATION DU MODÈLE DE COX-PLS DANS LA PRÉVISION DE

L UTILISATION DU MODÈLE DE COX-PLS DANS LA PRÉVISION DE L UTILISATION DU MODÈLE DE COX-PLS DANS LA PRÉVISION DE DÉFAILLANCE DES ENTREPRISES Sami Ben Jabeur IPAG Business Scool, 84 Boulevard Saint-Germain, 75006 Paris sbenjabeur@gmail.com Résumé. L objectif

Plus en détail

Le marché des brevets français

Le marché des brevets français Le marché des brevets français Une analyse quantitative des cessions à partir des inscriptions dans le Registre national et le Registre européen des brevets Yann Ménière, Antoine Dechezleprêtre et Henry

Plus en détail