Restaurer des relations de confiance entre les réseaux bancaires et les TPE-PME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Restaurer des relations de confiance entre les réseaux bancaires et les TPE-PME"

Transcription

1 Restaurer des relations de confiance entre les réseaux bancaires et les TPE-PME Rapport de Monsieur Gérard SOULARUE 8 juillet 2010

2 RESTAURER DES RELATIONS DE CONFIANCE ENTRE LES RÉSEAUX BANCAIRES ET LES TPE-PME Rapport de Monsieur Gérard SOULARUE avec la collaboration de Monsieur Abderrahim DOULAZMI et Madame Fabienne BRILLAND Département économique et financier à la Direction générale adjointe chargée des études, de la prospective et de l innovation Présenté au nom de la Commission économique, financière et fiscale et adopté à l'assemblée générale du 8 juillet 2010

3 SOMMAIRE INTRODUCTION...4 PARTIE 1 : ÉTAT DES LIEUX Des relations tourmentées par la crise Un ralentissement des encours de crédits aux entreprises Un durcissement des conditions d accès au crédit Des relations dégradées par une méconnaissance de la réalité du crédit bancaire aux TPE-PME Un manque de visibilité sur la situation réelle du crédit aux TPE-PME Un manque de transparence sur le suivi des engagements Des relations fragilisées par les faiblesses des partenaires et des systèmes d appui aux entreprises Les faiblesses au niveau des banques Les faiblesses au niveau des entreprises Les faiblesses au niveau des systèmes d appui des entreprises en matière financière...16 PARTIE 2 : LES PROPOSITIONS DE LA CCIP...17 AMÉLIORER LA CONNAISSANCE SUR LA SITUATION DU CRÉDIT AUX TPE-PME...18 PROPOSITION 1 19 Demander une publication semestrielle par chaque réseau bancaire de statistiques détaillées sur les crédits accordés aux entreprises par taille et par objet PROPOSITION 2 19 Pérenniser la médiation du crédit en élargissant ses missions à l animation d un observatoire du crédit bancaire aux entreprises PROPOSITION 3 19 Renforcer le rôle du Comité consultatif du secteur financier dans l investigation des relations banques-entreprises RENFORCER LA PROXIMITÉ ENTRE LES CHARGÉS D AFFAIRES ET LES TPE-PME...20 PROPOSITION 4 20 Professionnaliser et valoriser la spécialisation TPE-PME dans la formation des chargés d affaires PROPOSITION 5 21 Contractualiser les relations en formalisant une «charte de bonne conduite» entre le chargé d affaires et l entreprise PROPOSITION 6 22 Mettre en place une médiation interne ou un «Monsieur ou Madame TPE-PME» dans les services centraux et/ou régionaux de chaque groupe bancaire PROPOSITION 7 23 Sensibiliser les chefs d entreprises à l importance d un dialogue régulier avec la Banque de France pour améliorer la pertinence de la cotation de leur entreprise 2

4 RENFORCER LES COMPÉTENCES DES TPE-PME EN MATIÈRE FINANCIÈRE EN MOBILISANT LES RÉSEAUX CONSULAIRES...24 PROPOSITION 8 24 Développer une offre d appui aux TPE-PME en matière de gestion des relations bancaires en partenariat entre la CCIP et d autres acteurs PROPOSITION 9 25 Sensibiliser les chefs de TPE-PME aux possibilités de recrutement d un responsable financier à temps partiel ou à temps partagé ANNEXE : LISTE DES PERSONNALITES AUDITIONNEES

5 INTRODUCTION Le contexte : les relations banques-entreprises à la lumière de la crise La crise financière et économique a mis à rude épreuve la capacité de résistance des entreprises françaises, notamment les plus petites, et a rappelé, s il en était besoin, la nécessité vitale de relations de confiance entre les entreprises et leurs partenaires bancaires afin de surmonter les difficultés et d apporter des solutions adaptées à la situation de chaque entreprise. Pour aider les entreprises à traverser la crise et soutenir leur activité, les pouvoirs publics ont, au cours des derniers mois, multiplié les initiatives visant à éviter les ruptures de financements dont les conséquences auraient été dévastatrices pour l ensemble de l économie. La mise en place de la médiation du crédit aux entreprises et le renforcement des moyens des acteurs financiers publics (OSEO, FSI ) dans le cadre du plan de relance s inscrivent clairement dans cet objectif. En contrepartie du soutien public, les banques ont pris des engagements en matière de distribution du crédit. Des mesures législatives ont également été adoptées dans le cadre de la loi Brunel en vue de faciliter l accès des PME au crédit et un observatoire du financement des entreprises vient de voir le jour suite aux états généraux de l industrie. Quels enjeux pour les TPE-PME en sortie de crise? Pour relancer la dynamique de la croissance et accélérer la sortie de crise, les entreprises doivent accéder au crédit bancaire, principale source de leur financement externe, dans des conditions stables et soutenables qui ne fragilisent pas leur compétitivité. Même si les tensions dans les relations banques-entreprises ont tendance à perdre en acuité par rapport au paroxysme de la crise, les résultats des enquêtes menées par les banques centrales, en France et en Europe, montrent que les conditions de crédit sont toujours assez sévères aussi bien pour les prêts à long terme que ceux à court terme. La tendance qui se dessine aujourd hui d un renforcement des exigences prudentielles des banques dans le cadre de Bâle III, conjugué à un mouvement de recomposition du paysage bancaire met ainsi en évidence des enjeux multiples pour le financement bancaire des entreprises, notamment les TPE-PME, dans l après-crise : - dans un monde où le recours à l effet de levier sera plus encadré pour éviter les erreurs du passé, le crédit sera plus rare et donc plus cher. Dans cette perspective, le renchérissement du crédit pourrait rendre encore plus difficile l investissement des TPE-PME, et partant, affaiblir leurs capacités d innovation et de développement ; - parallèlement, la révision en cours des exigences prudentielles des banques se traduira par une plus grande sélectivité de ces dernières dans leur politique de crédit. Implicitement, la transparence de leurs procédures et critères de décision seront un enjeu essentiel pour éviter le risque d exclusion bancaire, en particulier des entreprises porteuses de croissance ; - la recherche d un meilleur équilibre dans les relations qu entretiennent les banques avec les TPE-PME implique une plus grande transparence entre les partenaires afin d instaurer durablement un climat de confiance indispensable au respect des engagements réciproques. 4

6 Principes et objectifs de la CCIP Fidèle à ses missions au service des entreprises, la CCIP est naturellement légitime pour se saisir du débat afin de défendre, sans parti pris, les intérêts des entreprises et proposer des pistes de recommandations pour améliorer les relations entre les réseaux bancaires et les TPE-PME. La ligne directrice de ce rapport s articule ainsi autour de principes qui sous-tendent les prises de position de la CCIP : - recherche d un meilleur équilibre dans les relations banques-entreprises ; - recherche d une plus grande transparence pour des relations durables entre les entreprises et leurs partenaires bancaires dans un climat de confiance ; - soutien aux entreprises pour renforcer leurs compétences financières et contribuer à leur développement. L approche adoptée dans le cadre de ce rapport se veut pragmatique. Elle focalise l analyse sur les TPE-PME, entreprises dont la taille et les besoins les excluent, en règle générale, de l accès aux marchés financiers. Le champ de la problématique met l accent sur les questions liées aux conditions d accessibilité du crédit bancaire qui constitue la première source de financement externe de ces entreprises. Il va de soi que le débat sur les relations banques-entreprises renvoie à des questions plus larges comme, par exemple, l évolution du cadre prudentiel des banques, la tarification de services bancaires ou la place de l industrie financière dans l économie et invite donc à une réflexion approfondie sur quel(s) modèle(s) de banque pour les entreprises. Néanmoins, la distribution du crédit bancaire aux TPE-PME et ses conditions font l objet d un débat récurrent qui justifie que ce rapport se concentre sur cette seule thématique. Ainsi, à partir d un état des lieux des relations entre les réseaux bancaires et les TPE-PME, trois axes d objectifs qui se déclinent en neuf propositions ont été retenus : 1. Améliorer la connaissance sur la situation du crédit bancaire aux TPE-PME. 2. Renforcer la proximité entre les chargés d affaires des établissements bancaires et les TPE-PME. 3. Renforcer les compétences des responsables de TPE-PME en matière financière en mobilisant les réseaux consulaires. 5

7 PARTIE 1 ÉTAT DES LIEUX 6

8 En France comme ailleurs en Europe, les banques jouent un rôle éminent dans le financement de l économie. D ailleurs, la bonne santé d une économie se mesure aussi à l aune de la puissance et du rayonnement international de son système bancaire. Si, d un point de vue macroéconomique, la solidité des banques françaises et leur résilience aux différentes crises sont largement reconnues, de nombreuses insuffisances sont régulièrement mises en lumière dans le financement de certaines catégories d entreprises, en particulier les entreprises en croissance, et, plus généralement, dans la gestion quotidienne des relations avec leurs clientèles, notamment celles des TPE et PME. De fait, ces entreprises sont, dans leur grande majorité, exclues de l accès aux marchés financiers. Elles ne peuvent donc généralement trouver de solution pour desserrer leur contrainte financière qu auprès de leurs banquiers. Ceux-ci deviennent des partenaires incontournables pour obtenir une ligne de trésorerie suffisant à leur cycle d activité et demander un financement de leurs projets d investissement à long terme. Il en résulte une forte dépendance de ces entreprises, en particulier les plus petites d entre elles, vis-à-vis de leurs banques, contrairement aux grandes entreprises qui peuvent accéder plus facilement à d autres sources de financement par les marchés notamment (graphique 1). Graphique 1 : Part des dettes bancaires dans l'endettement financier (en %) 70 TPE PME Grandes entreprises Source : Banque de France En outre, dans le cas des TPE notamment, cette dépendance est accentuée par la prépondérance des relations monobancaires qui limite le champ des possibles pour cette catégorie d entreprises. En effet, 86 % des TPE n ont qu une seule banque, contre 43 % des PME indépendantes et seulement 21 % des grandes entreprises (graphique 2). Graphique 2 : Répartition des entreprises selon le nombre de banques (décembre 2008) Source : Banque de France 7

9 Du fait de cette dépendance, la relation bancaire est souvent perçue par le chef d entreprise non pas comme une relation commerciale classique client-fournisseur mais plutôt comme une «relation d autorité» dans laquelle le banquier peut avoir «droit de vie ou de mort» sur son entreprise, notamment dans les périodes de conjoncture défavorable. Pour échapper à «l emprise» de cette relation d autorité, nombre d entreprises préfèrent souvent ne pas faire appel aux banques pour satisfaire leurs besoins de financement et remettent parfois même en cause leur propre développement par craintes anticipées des difficultés qui peuvent surgir avec leurs financeurs. Cette perception est en décalage avec l approche du banquier qui, en tant que commerçant, voit d abord dans la relation avec l entreprise l occasion de vendre des biens et services et donc de réaliser un profit tout au long de cette relation. En effet, la banque est une entreprise comme les autres et cherche à utiliser les ressources dont elle dispose pour atteindre certains objectifs de rentabilité. La spécificité bancaire découle du bien particulier qu elle gère : l argent. Cette denrée unique qui ne peut que s emprunter ou se prêter introduit une dimension spécifique dans les relations banques-entreprises et les rend chroniquement sujettes à des débats passionnés et parfois passionnels. Ceci est particulièrement vrai dans le contexte actuel de crise où les interrogations se multiplient sur l avenir du financement bancaire des entreprises et où la désignation des banques comme seules responsables des difficultés constitue une approche insatisfaisante pour traiter les problèmes. D autant que l exercice qui consiste à dresser l état des lieux des relations banques-entreprises s avère particulièrement compliqué. Outre la dimension émotionnelle qui caractérise le débat sur ces questions, il existe une véritable difficulté statistique pour mesurer la réalité de la situation du crédit pour les TPE et PME. Le manque de visibilité sur cette réalité est, en effet, lié à l absence de statistiques publiques fiables et détaillées sur l évolution des encours et des flux des crédits par secteur d activité, taille d entreprise, objet La responsabilité de ce flou statistique semble être partagée à la fois par les établissements de crédit dont les pratiques de reporting restent perfectibles et les institutions publiques comme la Banque de France ou l Insee dont l appareil statistique ne semble pas adapté pour intégrer les enjeux de la problématique de financement des TPE et PME. 1. Des relations tourmentées par la crise Bien que les relations banques-entreprises ne se réduisent pas aux seules relations de crédit, elles sont en grande partie structurées par les conditions dans lesquelles les entreprises peuvent accéder au crédit bancaire pour financer leur activité et leur développement. Si, en période normale, les difficultés peuvent surgir ponctuellement en lien avec les aléas de la vie de l entreprise ou de la gestion de la banque, l exacerbation des tensions et la multiplication des sujets de friction entre banques et entreprises semblent être un trait caractéristique de la période de crise que nous traversons. Certes, dans l ensemble, les relations banques-entreprises sont jugées globalement satisfaisantes par les dirigeants d entreprises. Ainsi, selon l enquête trimestrielle IFOP-KPMG-CGPME 1 sur le financement et l accès au crédit des PME, 85 % des dirigeants interrogés en mars 2010 estiment que leurs relations avec leurs banquiers sont satisfaisantes et cette proportion est relativement stable depuis plus d un an. Dans le même sens, la dernière enquête de la BCE 2, publiée en février 2010, sur l accès des PME au financement au second semestre 2009 montre que les difficultés sont moins aigües en France que dans les autres grands pays de la zone euro. Ainsi, la France apparaît comme le pays où le taux de satisfaction des demandes de crédit est le plus élevé (80 % des demandes sont satisfaites en totalité, contre 44 % en Espagne, 56 % en Italie et 59 % en Allemagne). 1 Enquête réalisée sur un échantillon de 401 dirigeants d entreprises françaises de 10 à 500 salariés. Cf. 2 Enquête réalisée entre le 19 novembre et le 18 décembre 2009 auprès de 5320 entreprises dont 90 % de PME. Cf. 8

10 Cependant, derrière ce constat plutôt rassurant sur l état des relations banques-entreprises en France, la réalité que vivent au quotidien de nombreuses entreprises, notamment petites, confrontées plus que jamais aux conséquences de la crise invite à une plus grande prudence dans le jugement que l on peut porter sur la qualité des relations banques-entreprises. Les différentes initiatives prises par les pouvoirs publics pour éviter les ruptures de financement et, en particulier, la mise en place d un médiateur du crédit à l automne 2008 sont révélatrices de dysfonctionnements structurels dans ces relations. Car si l on a pu éviter un phénomène massif de rationnement du crédit ou de «credit crunch» et ses conséquences désastreuses sur le financement de l économie, il n en demeure pas moins que l impact de la crise sur l évolution des crédits aux entreprises a été très sensible et les conditions dans lesquelles les entreprises, notamment petites et moyennes, peuvent accéder au crédit bancaire se sont sévèrement durcies depuis Un ralentissement des encours de crédits aux entreprises D un point de vue global, l évolution des crédits aux sociétés non financières avait amorcé un ralentissement en 2008 qui s est confirmé en 2009 sous l effet du net recul des encours de crédits de trésorerie (-17,6 % en rythme annuel en novembre 2009) et de la décélération progressive des crédits à l investissement (graphiques 3a et 3b). Plus généralement, la production de crédits nouveaux aux sociétés s est nettement repliée depuis l automne 2008 pour se stabiliser à partir de la fin 2009 (graphique 4). Graphique 3a : Crédits d investissement Md 350 Encours de crédits d'investissement % Encours (en Md ) Croissance annuelle (%) janv-04 janv-05 janv-06 janv-07 janv-08 janv-09 janv-10 Source : Banque de France Graphique 3b : Crédits de trésorerie Md Encours de crédits de trésorerie Encours (en Md ) Croissance annuelle (%) % janv-04 janv-05 janv-06 janv-07 janv-08 janv-09 janv-10 Source : Banque de France 9

11 Graphique 4 : Crédits nouveaux aux sociétés (montants cumulés sur 12 mois) Source : Banque de France Le ralentissement des encours de crédit s explique, selon les banques, par une baisse de la demande de crédits des entreprises et notamment de celle des PME. Le recul de l investissement lié à la dégradation des perspectives économiques tant générales que sectorielles serait la principale raison de cette baisse de la demande de crédits. Si, de manière générale, les encours des crédits d investissement ont relativement bien résisté pendant la crise, ceci tient notamment au fait que cette évolution peut refléter les lignes de crédit consenties avant la crise. En outre, les entreprises qui avaient l habitude de se financer sur le marché ont dû, dans un contexte de marchés difficiles, recourir au crédit bancaire pour financer leurs dépenses. En ce qui concerne les TPE et les PME, les difficultés ont principalement porté sur l accès aux crédits de trésorerie pour financer leur cycle d exploitation. Face à une montée des risques et des défaillances d entreprises, les banques sont en effet devenues plus restrictives dans leur politique de crédit et ont sensiblement relevé leurs exigences en termes de garanties requises des emprunteurs. Cette tendance a accentué les difficultés des TPE-PME pour financer leurs besoins en fonds de roulement, d autant plus que le poids élevé du crédit interentreprises pour ces catégories d entreprises durcit encore davantage leur contrainte financière (graphique 5). Graphique 5 : Poids du crédit interentreprises (en jours de CA) 16 TPE PME Grandes entreprises Source : Banque de France 10

12 1.2. Un durcissement des conditions d accès au crédit De fait, la crise financière a affecté à la fois les conditions d offre et la demande de crédit. Elle a pesé sur les conditions de refinancement des banques avec le blocage des marchés monétaires, et donc sur leur capacité à octroyer des prêts. Fragilisés par la crise, les établissements de crédit ont cherché à consolider leurs fonds propres et, par conséquent, à resserrer leurs politiques de crédit. D une manière générale, le durcissement des conditions d octroi du crédit a été plus marqué pour les PME que pour les grandes entreprises comme l attestent les enquêtes de la Banque de France sur la distribution du crédit 3. Cette tendance traverse l ensemble des pays de la zone euro avec une acuité plus ou moins élevée. Ainsi, l enquête de la BCE de février révèle, par exemple, que le taux de rejet des demandes de crédit des PME atteint 25 % en Espagne contre 15 % en Allemagne et 7 % en France. Sur le terrain, ce durcissement des conditions de financement bancaire se traduit par des exigences croissantes des banques à l égard des entreprises, notamment les TPE et PME, en termes de garanties supplémentaires et/ou de cofinancements pour limiter la prise de risque. Dans le même esprit, les banques peuvent se montrer plus tatillonnes sur le degré d exhaustivité des documents comptables et prévisionnels à fournir par l entreprise. Il peut se traduire également par une hausse significative du coût du crédit pour l entreprise, par un allongement des délais de réponse aux demandes de crédit ou par une réduction totale ou partielle des crédits ou des facilités de trésorerie. Face à ces exigences bancaires qui resserrent de plus en plus la contrainte financière des entreprises, ces dernières restent nombreuses à freiner leurs dépenses d investissement dans un contexte économique encore difficile et incertain. Ainsi, selon l enquête IFOP-KPMG-CGPME de juin 2010, 43 % des dirigeants interrogés déclarent se restreindre dans leurs investissements et demandes de financements en raison des difficultés d accès au crédit. En définitive, il apparaît que l accès des entreprises au crédit bancaire constitue un enjeu fondamental pour accélérer la sortie de crise et relancer la dynamique de croissance. Dans une économie où le financement bancaire reste la première source de financement externe des entreprises dont la plupart pourraient difficilement accéder aux marchés financiers, les conditions d accès au crédit, leur stabilité et leur soutenabilité sont au cœur des préoccupations des entreprises et des décideurs publics. 2. Des relations dégradées par une méconnaissance de la réalité du crédit bancaire aux TPE-PME 2.1. Un manque de visibilité sur la situation réelle du crédit aux TPE-PME Le diagnostic objectif de la situation du financement des TPE-PME souffre de l absence de statistiques publiques fiables et détaillées sur l évolution du crédit par taille d entreprises, secteur, objet Malgré quelques progrès récents, les données disponibles publiées par la Banque de France ne permettent pas de se faire une idée précise de la situation du crédit aux TPE-PME. Il reste en effet difficile de mesurer de manière précise l évolution des encours de crédit réellement octroyés à ces catégories d entreprises. En mélangeant dans un même calcul le renouvellement des crédits existants et les nouveaux pour tous types d entreprises, il devient compliqué de déterminer ce qui constitue réellement de nouveaux encours. 3 Cf. Banque de France, enquête trimestrielle auprès des banques sur la distribution du crédit. 4 Cf. Supra. 11

13 Ainsi, par exemple, il est difficile de mesurer de manière précise le volume des encours et la production des nouveaux crédits aux TPE-PME par types : facilités de caisse, découverts, crédits de trésorerie, crédits d investissement, crédit-bail De même, la part des crédits aux PME dans les crédits titrisés ou l importance des prêts accordés dans le cadre des opérations LBO ne sont souvent pas connues. Dans le même sens, la qualité des informations fournies par les établissements de crédit sur les flux et les encours accordés aux différentes catégories d entreprises selon la durée et l objet reste largement perfectible. Dans leurs rapports annuels, les banques livrent rarement des détails précis sur leurs concours aux TPE-PME et leur évolution. Ceci est d autant plus vrai que les choix de découpage des métiers opérés par les banques dans leurs documents officiels rendent particulièrement ardues les tentatives d y voir plus clair car l activité de prêts aux TPE-PME est souvent noyée dans des pôles qui regroupent plusieurs lignes de métiers (banque de détail, services financiers spécialisés, corporate finance ) et dont le contenu est, en règle générale, peu lisible Un manque de transparence sur le suivi des engagements En matière de distribution du crédit aux TPE-PME En 2008, dans le cadre du plan de soutien au financement de l économie mis en œuvre par le gouvernement à la suite de la crise financière, les banques françaises s étaient engagées, en contrepartie du soutien public, à faire progresser les encours de crédits à l économie de 3 à 4% en Selon les données de la Banque de France, les encours de crédits à l économie ont crû de seulement 0,2% en 2009 (1,8% hors secteur financier). Devant ce bilan mitigé, les banques ont pris un nouvel engagement en février 2010 pour mettre à la disposition des TPE- PME une enveloppe globale de 38 milliards d'euros sous forme de nouveaux crédits de moyen et long terme afin de financer leurs projets d'investissement. Au sein des entreprises et de leurs organisations professionnelles, les doutes persistent sur le respect de ces engagements, faute d outils de mesure et de suivi incontestables. En matière d utilisation de l épargne réglementée et des fonds BEI Autre domaine où la transparence bancaire peut être améliorée est celui de l utilisation des fonds de l épargne réglementée (LDD, LEP, livret A ) collectés par les réseaux bancaires et dont le taux de centralisation à la Caisse des dépôts a été baissé afin de favoriser le financement des PME. Ainsi, selon le rapport annuel des fonds d épargne 2008, la Caisse des dépôts a mis à la disposition des banques 16,5 milliards d euros de liquidités dédiées au financement des PME (7,3 milliards d euros sur le LDD et 9,2 milliards d euros sur le LEP). Toutefois, une certaine opacité caractérise l affectation réelle de ces sommes par les réseaux bancaires. De même, les banques ne communiquent pas assez sur les possibilités ouvertes aux PME pour accéder aux prêts accordés par la Banque européenne d investissement (BEI) 5. En définitive, le manque de visibilité sur la réalité du financement bancaire des TPE-PME rend difficile le contrôle du respect des engagements pris par les banques en matière de distribution du crédit aux entreprises. Il rend également plus compliquée la mise en œuvre de mesures ciblées et efficaces pour soutenir le développement de ces entreprises. Toutefois, la création en avril 2010 d un observatoire du financement des entreprises suite aux conclusions des états généraux de l industrie constitue une véritable avancée même si le champ des entreprises et secteurs couverts reste encore à clarifier. Dans ce cadre, un groupe de travail a été chargé de rassembler et de traiter les données nécessaires à une analyse des conditions de financement des entreprises (notamment les PME et les ETI). Un point d étape est prévu courant juillet Les prêts BEI peuvent être accordés aux PME au sens européen par l intermédiaire de banques commerciales partenaires de la BEI qui assument l'instruction des demandes de prêts, l'appréciation et le risque de crédit, ainsi que sa gestion. La participation du financement BEI dans un projet est limitée à 50% maximum du coût de ce projet. Seuls les projets dont le coût ne dépasse pas 25 millions d'euros d'investissements sont éligibles. 12

14 3. Des relations fragilisées par les faiblesses des partenaires et des systèmes d appui aux entreprises Si des progrès notables ont été réalisés au cours des dernières années pour améliorer la qualité des relations entre les TPE-PME et leurs banquiers, il faut admettre qu un certain nombre de faiblesses fragilisent encore ces relations, notamment en période de crise qui exacerbe les sources de tension. Ces carences se manifestent aussi bien au niveau des établissements bancaires qu au niveau des entreprises et des systèmes publics d appui Les faiblesses au niveau des banques Une méconnaissance des TPE et PME et une frilosité dans la prise de risque D une manière générale, les TPE et les PME, constituent une population très hétérogène. Cette hétérogénéité rend leur connaissance assez complexe pour les banquiers, malgré les progrès réalisés au cours des dernières années avec la création d agences dédiées ou de centres d affaires. Les chargés de clientèle professionnelle et PME dans les réseaux bancaires sont souvent de jeunes banquiers qui connaissent peu les spécificités de ces entreprises et de leurs besoins. La diversité des situations selon le secteur d activité, la taille, l âge ou l implantation géographique de l entreprise implique, en principe, une approche et un traitement différenciés de ses problématiques financières par le banquier. Faute d une bonne connaissance de ces entreprises, le banquier peut parfois exiger de leur part la même qualité de gestion et d informations financières que celle attendue d une grande entreprise bien structurée. En outre, les banquiers se montrent souvent frileux dans la prise de risque TPE et PME en raison notamment de leur plus grande vulnérabilité commerciale, économique et financière laquelle se reflète à travers des taux de défaillance relativement plus élevés parmi ces entreprises. Le risque de crédit TPE-PME reste donc insuffisamment maîtrisé par les banquiers en raison de la pauvreté de l information quantitative et qualitative collectée, contrairement aux autres catégories d emprunteurs : ménages, grandes entreprises et collectivités. Des délais de décision trop longs et des critères de décision qui manquent de transparence Contrairement aux grandes entreprises qui peuvent planifier leurs besoins financiers sur un horizon relativement long, les TPE et PME n ont souvent qu une vision très courte de leur activité qui les contraint à s adapter en permanence au volume de la demande. De ce fait, elles attendent une réponse à leur demande de financement dans un délai raisonnable qui ne compromet pas leurs plans. Du fait de leur mode d organisation et de la lourdeur des circuits de décision, les banques ont tendance à prendre leurs décisions dans des délais trop longs au regard des attentes des entreprises. Sur ce point précis, il faut noter que des progrès ont été réalisés au cours des derniers mois. En mars 2010, les banques ont ainsi pris l engagement de répondre dans un délai de 15 jours aux demandes de crédit des TPE- PME pour leurs besoins courants dès lors que le dossier est complet. Toutefois, selon les témoignages des chefs d entreprises, le délai effectif de réponse peut atteindre plusieurs mois car le délai théorique des 15 jours ne court qu à partir de la transmission du dossier par le chargé d affaires à l instance de décision (responsables des engagements, comité de crédit ). Par ailleurs, les éléments d appréciation de la solvabilité qui servent à fonder la décision de la banque ne sont pas toujours portés à la connaissance de l entreprise. Les systèmes de notation interne constituent ainsi une véritable «boîte noire» dont le contenu et le fonctionnement sont rarement explicités aux entreprises. 13

15 À cela s ajoute l anonymat des décisions qui peut être perçu par les entreprises comme une dilution des responsabilités entre les différents niveaux de décision dans la banque. Des interlocuteurs bancaires qui changent trop souvent Plusieurs témoignages de chefs d entreprise mettent en cause la non-permanence de leurs interlocuteurs bancaires comme un des principaux facteurs de la dégradation parfois brutale de leurs relations bancaires. La mobilité des chargés d affaires s inscrit dans une problématique de gestion des ressources humaines au sein des banques. Ce turnover semble plus élevé en région parisienne qu en province, ce qui tend à pénaliser davantage les TPE-PME franciliennes. Dans le cas des TPE et PME, la gestion des relations avec les banques repose, en grande partie, sur les liens personnels que noue le chef d entreprise avec ses interlocuteurs bancaires. Du coup, les changements fréquents d interlocuteurs ne favorisent pas l instauration d un climat de confiance indispensable au bon fonctionnement des relations Les faiblesses au niveau des entreprises Une insuffisance de la culture et des compétences financières dans les TPE-PME De par leur taille, les TPE et PME ont rarement la possibilité d adopter une structure organisationnelle qui permet de dissocier les différentes fonctions opérationnelles : direction commerciale, marketing, direction financière, comptabilité, ressources humaines Le plus souvent, c est le dirigeant de l entreprise lui-même qui cumule plusieurs de ces fonctions. Cependant, la nature des problématiques financières des TPE et PME exige de solides compétences financières pour évaluer les besoins financiers, préparer les plans de financement, et plus globalement gérer les relations avec les banquiers. L appréciation que porte le chef d entreprise sur les contraintes de trésorerie est souvent intuitive et manque d être étayée par une analyse financière rigoureuse. À la méconnaissance de certains chargés d affaires des réalités des TPE-PME correspond celle de certains chefs d entreprise du mode de fonctionnement des banques et de leurs contraintes. Ces dernières sont multiples : - les contraintes d ordre réglementaire et prudentiel visant notamment à garantir la sécurité des dépôts et la stabilité du système financier dans son ensemble à travers une surveillance étroite des risques pris par les établissements de crédit ; - les contraintes d ordre juridique liées au risque de soutien abusif que peut courir une banque en accordant ses concours à une entreprise dont la santé financière est gravement compromise. Inversement, le risque de rupture abusive peut peser sur les prises de décision de la banque. Ainsi, entre soutenir trop et cesser brutalement leur soutien, les banques évoluent constamment sur une étroite ligne de crête. Ces subtilités juridico-financières mal appréhendées par les TPE-PME nourrissent les incompréhensions et compliquent le dialogue avec leurs banquiers ; - les contraintes liées à l organisation interne de la banque avec la séparation des pouvoirs entre les différentes fonctions (commerciaux, analystes, contrôleurs ) ; la lourdeur des circuits de décision ; les contraintes liées à la gestion des carrières des collaborateurs, etc. ; - les contraintes commerciales et financières liées à la concurrence, aux objectifs de rentabilité et à la gestion des comptes de résultat et des bilans bancaires. 14

16 Au total, le banquier est soumis à un ensemble de contraintes qui lui imposent une gestion rigoureuse des fonds qui lui sont confiés et donc des crédits qu il accorde à sa clientèle. Les chefs de TPE-PME ignorent assez souvent le poids de ces contraintes lorsqu ils sollicitent le concours de leurs banquiers, ce qui peut rendre difficile leur dialogue. Une sous-capitalisation chronique des TPE et PME Dans une enquête d OSEO de janvier 2010, le manque de fonds propres apparaît comme un des principaux freins à l investissement des PME, davantage que le coût du crédit. La notion de fonds propres revêt une importance capitale dans les questions de financement des entreprises. Souvent, cette notion est mal maîtrisée par certains chefs de TPE-PME qui considèrent parfois les fonds propres comme un «mal nécessaire» imposé par la loi pour créer son entreprise, sans lien direct avec le risque inhérent à la décision même d entreprendre. Pour le banquier en revanche, le niveau des fonds propres représente clairement le risque pris par l entrepreneur. De ce fait, les entreprises sous-capitalisées sont souvent jugées par les banquiers comme des entreprises à risque car ne disposant pas de la surface financière nécessaire pour couvrir le risque entrepreneurial. Cela peut être le cas notamment des entreprises de croissance des secteurs innovants qui n arrivent pas à se financer sur le marché bancaire et doivent se tourner vers d autres sources de financement comme les fonds de capital-investissement. Toute entreprise étant un pari sur l avenir, les actionnaires qui engagent leurs capitaux dans l entreprise sont ceux qui en tirent profit et doivent donc assumer le risque de l entreprise. Le banquier assume un risque de crédit lorsqu il accorde un prêt à l entreprise mais n a pas vocation à se substituer aux associés de l entreprise pour combler le manque de fonds propres. Dans ce cadre, la question des garanties demandées à l entrepreneur est étroitement liée à celle des fonds propres. Les garanties ont pour finalité de réduire le risque et donc le coût du crédit aussi bien pour la banque que pour l entreprise. Plus une entreprise sera dotée en fonds propres, moins le niveau des garanties exigées par ses banques sera élevé. À cet égard, il faut souligner que le nouveau statut des EIRL 6 (entrepreneur individuel à responsabilité limitée) avec la création du patrimoine affecté (patrimoine professionnel séparé et distinct du patrimoine personnel) soulève des interrogations sur les conditions d accessibilité du financement bancaire pour ces entreprises. Des difficultés à fournir des prévisions fiables sur les perspectives de l entreprise Liée aux insuffisances de leurs compétences en matière financière, l incapacité des TPE et de certaines PME à fournir des prévisions fiables est souvent mise en cause par les banquiers pour justifier leur réticence éventuelle à prendre des engagements vis-à-vis de ces entreprises. Les causes de cette incapacité à fournir des prévisions fiables tiennent essentiellement aux facteurs suivants : - absence d un système d information performant dans les TPE et PME ; - une gestion trop concentrée entre les mains du seul dirigeant ; - les difficultés pour une TPE ou une PME d anticiper les conséquences microéconomiques de phénomènes macroéconomiques ou d interpréter l impact macroéconomique de décisions microéconomiques. 6 Entrée en vigueur prévue le 1 er janvier

17 3.3. Les faiblesses au niveau des systèmes d appui des entreprises en matière financière La mise en place de la Médiation du crédit à l automne 2008 s est inscrite dans un ensemble d initiatives publiques (mesures de soutien au secteur bancaire, création du FSI, renforcement des moyens d OSEO, loi Brunel ) qui visaient à éviter les ruptures de financements dont les conséquences auraient été dévastatrices pour l ensemble de l économie. De l avis général, le bilan de la Médiation du crédit est positif. Au 31 mars 2010, entreprises ont été confortées dans leur financement et l encours total débloqué s est élevé à plus de 2,5 milliards d euros. Une grande majorité des entreprises en médiation sont des TPE de moins de 10 salariés (87 % en mars 2010) pour des besoins financiers généralement inférieurs à Le succès de la Médiation du crédit révèle toutefois des carences plus globales au niveau du paysage des dispositifs de soutien aux entreprises. En effet, il semble manquer un véritable système d appui aux entreprises en matière d accès aux financements et de gestion des relations avec les partenaires financiers de l entreprise. Force est de constater que ni les experts-comptables, ni les centres de gestion agréés ne jouent ce rôle auprès des entreprises. En dehors d OSEO qui joue un rôle capital et reconnu par l ensemble des acteurs dans le soutien au financement des PME à travers ses différentes activités de garantie et de cofinancement, peu de structures publiques proposent des prestations adaptées aux besoins spécifiques des TPE-PME pour améliorer leurs conditions de financement et de développement. Le principal domaine dans lequel se fait sentir un besoin évident est celui de la formation et du renforcement de la culture et des compétences financières des dirigeants de TPE-PME. Souvent absorbés par les urgences de la gestion quotidienne de leur entreprise, ces dirigeants manquent parfois de recul et de compétences techniques pour réfléchir à la conception et la mise en œuvre d une véritable stratégie financière pour soutenir le développement de leurs projets : anticipation des besoins et recherche des meilleures solutions de financement, adoption d une démarche proactive dans la gestion des relations avec les partenaires financiers Plus globalement, on observe une réelle demande des TPE-PME pour des services de conseil et d appui en matière financière comme tend à le montrer l expérience du Médiateur du crédit dont l essentiel des dossiers traités relève davantage de problèmes d ingénierie financière de base dans le montage des dossiers de crédit. 16

18 PARTIE 2 LES PROPOSITIONS DE LA CCIP 17

19 AMÉLIORER LA CONNAISSANCE SUR LA SITUATION DU CRÉDIT AUX TPE-PME Le manque de visibilité sur la situation réelle du crédit aux TPE-PME est une des principales sources des tensions qui électrisent le débat récurrent sur les relations de ces entreprises avec leurs banquiers. Cette opacité plus ou moins institutionnelle rend particulièrement difficile le diagnostic dans des conditions objectives, et partant complique la recherche d un consensus des acteurs sur la réalité de la situation. En effet, pour estimer l étendue des difficultés qui semblent rémanentes dans les relations banques-entreprises, il est indispensable de disposer d outils de mesure statistique qui soient précis, fiables et incontestables par l ensemble des parties prenantes au débat. Pendant trop longtemps, les PME et, a fortiori, les TPE étaient des catégories ignorées des statistiques publiques de la Banque de France. À cet égard, la crise financière a eu un effet positif dans la mesure où elle a accéléré la prise de conscience par les décideurs publics du désert statistique dans lequel était laissée la situation financière des TPE-PME. Cette prise de conscience de l urgence d une plus grande transparence sur la réalité du crédit aux TPE-PME a conduit les pouvoirs publics à prendre un certain nombre de mesures dont les plus emblématiques sont : - La loi Brunel du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des PME et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers. Elle stipule notamment dans son article 5 que «la Banque de France publie chaque trimestre la part et le volume des crédits consentis aux PME et aux entreprises créées depuis moins de 3 ans». En ce qui concerne l utilisation des fonds de l épargne réglementée par les réseaux bancaires, l article 4 est destiné à contrôler le respect de l obligation d emploi des fonds déposés sur les livrets A et LDD. Les banques doivent fournir à la Ministre de l économie, tous les trimestres une information sur les concours accordés à l aide des ressources non centralisées. Les dépôts dont l utilisation ne serait pas conforme seraient centralisés dans un fonds et n ouvriraient pas droit à rémunération pour l établissement financier. - La création en avril 2010 d un observatoire du financement des entreprises suite aux états généraux de l industrie. Cet observatoire rattaché au Médiateur du crédit aura pour mission de suivre l évolution du financement de long terme par filière, par région, par maturité des prêts, fonds propres, par taille d entreprise, etc. S il semble un peu prématuré de dresser un bilan de ces mesures que soutient la CCIP, quelques recommandations peuvent utilement compléter ces mesures et renforcer leur efficacité. Proposition 1 : Demander une publication semestrielle par chaque réseau bancaire de statistiques détaillées sur les crédits accordés (encours et flux) aux entreprises par taille et par objet Au-delà des statistiques au niveau macroéconomique, les différents réseaux, privés comme mutualistes, devraient publier de façon semestrielle des statistiques détaillées sur les encours et les crédits nouveaux octroyés à leurs clientèles par taille d entreprise (TPE, PME, ETI) et par objet : - Crédits à court terme : facilités de caisse, découverts, autres crédits de trésorerie - Crédits moyen et long terme : crédit-bail, crédits d investissement 18

20 - Affacturage - Crédits titrisés La publication de telles statistiques de manière régulière et transparente pourrait stimuler l affichage des bonnes pratiques entre les différents réseaux et améliorer l observation de la situation du crédit aux entreprises aussi bien au niveau géographique qu au niveau sectoriel. Proposition 2 : Pérenniser la médiation du crédit en élargissant ses missions à l animation d un observatoire du crédit bancaire aux entreprises La CCIP soutient le principe du maintien de la médiation du crédit et recommande de faire évoluer son rôle vers de nouvelles missions de suivi du crédit aux TPE-PME. Dans ce cadre, un observatoire indépendant du crédit bancaire aux entreprises devrait être créé ou à défaut ce rôle serait assuré par l Observatoire du financement des entreprises rattaché au Médiateur du crédit dont les missions définitives ne sont pas encore clairement précisées. Il prendrait ainsi en charge le suivi de l évolution du crédit bancaire aux TPE-PME en se basant sur la collecte et l analyse de données détaillées par secteur, taille et âge de l entreprise. Il publierait également un rapport trimestriel et formulerait des recommandations pour améliorer la situation. Pour que ce nouvel observatoire joue pleinement et efficacement son rôle, il faudrait assurer une représentation équilibrée des entreprises, notamment les TPE-PME, dans ses instances de pilotage et de décision. Cette représentation pourrait être assurée par la CCIP. Proposition 3 : Renforcer le rôle du Comité consultatif du secteur financier dans l investigation des relations banquesentreprises Créé en 2003 par la loi de sécurité financière (LSF), le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) est chargé d étudier les questions liées aux relations entre les établissements financiers (banques, compagnies d assurances, entreprises d investissement) et leurs clientèles, et de proposer des mesures sous forme d avis ou de recommandations pour améliorer ces relations. Ce comité comprend trente membres titulaires dont six représentants de la clientèle de particuliers et quatre représentants de la clientèle de professionnels et d entreprises. Les travaux menés par le CCSF et publiés dans son rapport annuel accordent plus de place aux problématiques concernant les clients particuliers (crédit à la consommation et crédit immobilier, droit au compte, surendettement ) au détriment des sujets qui concernent directement les entreprises. Aussi, il paraît nécessaire d élargir le champ des travaux du CCSF aux problématiques spécifiques des relations banques-entreprises, notamment en matière de transparence sur la tarification des services et des crédits bancaires aux entreprises. Il parait également indispensable de rééquilibrer la représentation des entreprises au sein de ce comité. 19

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT Journée d étude «La gestion de la dette des collectivités et établissements publics locaux» Patrick Barbaste vendredi 9 novembre 2012 IEP de Strasbourg-CRC d'alsace PREMIERE

Plus en détail

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général (a) Base juridique: veuillez indiquer la base juridique applicable aux mesures mises en œuvre conformément au cadre temporaire. L aide sous forme de garanties

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Réforme de l assurance-crédit :

Réforme de l assurance-crédit : Réforme de l assurance-crédit : un enjeu pour la trésorerie des entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances J ai présenté en début d année un plan pour le renforcement de la trésorerie

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Les banques accompagnent-elles

Les banques accompagnent-elles parlons CLAIR Les banques accompagnent-elles les TPE / PME? parlons CLAIR Des questions se posent, des réponses s imposent. Parlons clair est une collection de livrets destinés à donner des explications

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Bilan des engagements de crédit 2009 des banques. Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises

Bilan des engagements de crédit 2009 des banques. Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises Bilan des engagements de crédit 2009 des banques Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises Statut de l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

Plus en détail

Evaluation de la mise en œuvre des 5 mesures prises par la FBF pour améliorer les relations banques-tpe/pme

Evaluation de la mise en œuvre des 5 mesures prises par la FBF pour améliorer les relations banques-tpe/pme Evaluation de la mise en œuvre des 5 mesures prises par la FBF pour améliorer les relations banques-tpe/pme Rapport remis le 25 novembre 2015 à Michel SAPIN, Ministre des Finances et des comptes publics

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse Vendredi 28 mars 2014 Conférence de presse Point sur 2013 et perspectives pour 2014 Le Crédit Agricole Alsace Vosges : une banque régionale de plein exercice en profonde transformation Page 2-28/03/2014

Plus en détail

Dakar, jeudi 03 mars 2011 OQSF/Sénégal. OQSF/Sénégal

Dakar, jeudi 03 mars 2011 OQSF/Sénégal. OQSF/Sénégal ------------------------------------------ ATELIER OUEST AFRICAIN SUR LA TARIFICATION TRANSPARENTE VUE D ENSEMBLE DE LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST Dakar, jeudi 03 mars 2011 OQSF/Sénégal OQSF/Sénégal

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

La loi Macron valide le prêt interentreprises

La loi Macron valide le prêt interentreprises La loi Macron valide le prêt interentreprises par Dominique Legeais, Professeur à l Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Directeur du CEDAG Article paru dans la Revue trimestrielle de droit

Plus en détail

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros.

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros. COMMUNIQUE DE PRESSE Année 2008 : une perte exceptionnelle de 2 milliards d euros dans un contexte de crise aggravé Un Groupe qui reste solide avec un ratio Tier 1 satisfaisant Résultat net 2008 : - 2

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

Infos financières Décembre 2014

Infos financières Décembre 2014 Infos financières Décembre 14 Évolutions monétaires à Saint-Pierre-et-Miquelon au septembre 14 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Conséquence d une activité mondiale plus faible que prévu

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

LES FONDS MONETAIRES ISR

LES FONDS MONETAIRES ISR L ESSENTIEL SUR LES FONDS MONETAIRES ISR Juillet 2014 Contexte Le développement des fonds monétaires ISR est une spécificité française apparue après la crise financière de 2008. En février 2009, Novethic

Plus en détail

Regards croisés sur l entreprise

Regards croisés sur l entreprise Regards croisés sur l entreprise Quelles perspectives de financement pour les PME depuis la crise? 10 juin 2014 Fiche mémo Eléments de contexte Situation des PME françaises L accès au financement des PME

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE Février 2015 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89

Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89 Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89 Décret n 2-89-519 du 23 hijja 1410 (16 juillet 1990) relatif au diplôme national d expert comptable Règlement du

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 MASTER FINANCE Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 Architecture générale du Master mention Finance Semestre 1 Tronc commun de la mention Finance Mention Finance Semestre

Plus en détail

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2. Architecture générale du Master mention Finance

MASTER FINANCE. Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2. Architecture générale du Master mention Finance MASTER FINANCE Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Université Lumière Lyon 2 Architecture générale du Master mention Finance Semestre 1 Tronc commun de la mention Finance Mention Finance Semestre

Plus en détail

L EXPOSITION DES FILMS EN SALLES

L EXPOSITION DES FILMS EN SALLES 1 L EXPOSITION DES FILMS EN SALLES ET RELATIONS DISTRIBUTION / EXPLOITATION PREAMBULE - Alors que se multiplient les modes d exploitation des films (télévision en clair, vidéo, chaînes payantes, chaînes

Plus en détail

SYNTHÈSE DU RAPPORT «RISQUE DE CRÉDIT»

SYNTHÈSE DU RAPPORT «RISQUE DE CRÉDIT» SYNTHÈSE DU RAPPORT «RISQUE DE CRÉDIT» En 1994, le Conseil national du crédit a décidé de constituer en son sein un groupe de travail sur le «Risque de crédit». Ce groupe devait examiner, en partant des

Plus en détail

Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR)

Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR) p Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR) Evaluation à mi-parcours des Contrats de Projets Etat-Région Volet Enseignement Supérieur et Recherche

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions

La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions DOSSIER : Gestion d entreprise 37 La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions Olivier AVRIL Gérant Associé d Acting-finances oavril@acting-finances.com 35, rue Arthème Genteur 92150

Plus en détail

Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne

Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne OBJECTIFS DE LA MISSION Le Groupe Caisse d Epargne a demandé à VIGEO d évaluer sa démarche de responsabilité sociale sur le périmètre

Plus en détail

23ème rapport annuel. Tableau de bord

23ème rapport annuel. Tableau de bord L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 25 Janvier 2011 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 23 ième

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00. bpifrance-lelab.fr

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00. bpifrance-lelab.fr 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00 bpifrance-lelab.fr 01. Vers une reprise malgré tout? - 4 + 13 Solde d opinion sur l évolution de l activité des PME en

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

MIFID et la gestion privée. Est-ce que MIFID est l enjeu stratégique 2007 des SGP?

MIFID et la gestion privée. Est-ce que MIFID est l enjeu stratégique 2007 des SGP? MIFID et la gestion privée Club Asset Management CLUB AM N 13 Est-ce que MIFID est l enjeu stratégique 2007 des SGP? 15 mai 2007 Confidentiel Intro MIFID est (enfin) un thème d actualité pour les acteurs

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail