ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles"

Transcription

1 N 24 MAI 214 ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles ZONE EURO : FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS : UN DÉVELOPPEMENT INÉGAL AU SEIN DE LA ZONE EURO Les entreprises non financières de la zone euro sont particulièrement dépendantes du crédit bancaire. Elles sont donc très concernées par les nouvelles contraintes nées de la crise et par le durcissement des règles prudentielles, qui réduisent la capacité des banques à accorder des prêts. L alternative au crédit bancaire appelée désintermédiation peut prendre principalement deux formes différentes : l appel direct aux investisseurs par les entreprises pour leurs financements de dette (émissions d obligations ou placements privés) ou des mécanismes qui permettent aux banques de sortir les créances de leur bilan (titrisation). Depuis 29, l endettement en direct sur les marchés a plus que compensé le recul des prêts bancaires aux entreprises au niveau de l ensemble de la zone euro. Toutefois, ceci recouvre de fortes disparités entre pays : la désintermédiation a été la plus importante en France, alors qu elle a quasiment été inexistante en Espagne. Les disparités sont également fortes selon la taille des entreprises, le recours aux marchés concernant surtout les plus grandes. En particulier, s agissant des prêts aux PME, la titrisation reste encore à développer ZONE EURO : ENDETTEMENT DES SOCIÉTÉS NON-FINANCIÈRES Mds EUR, flux nets cumulés depuis 1/1/ Endettement de marché Crédits bancaires Source : BCE Clémentine GALLÈS Antoine VALLAS Stagiaire

2 ECONOTE N 24 MAI 214 Depuis le début de la crise financière en 27-28, le secteur bancaire fait face à des changements majeurs de son environnement économique et réglementaire. Cette note en décrit les conséquences déjà visibles sur le financement des sociétés non-financières (SNF) au sein de la zone euro. EN ZONE EURO, LE MODÈLE DE FINANCEMENT PRIVILÉGIE LE CRÉDIT BANCAIRE L ENDETTEMENT DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES RESTE CONTENU L endettement 1 des SNF de la zone euro avait progressé de près de 2 points de PIB entre la création de l euro et son pic du début de la crise financière. Il s est stabilisé depuis, à un niveau légèrement inférieur à 7 % du PIB en 213 (graphique 1). Comparé aux autres économies développées, ce ratio d endettement des SNF apparaît nettement inférieur à ceux observés au Royaume-Uni et au Japon. Il reste toutefois supérieur à celui des États-Unis, même si l écart a tendance à se réduire depuis deux ans GR1. ENDETTEMENT DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES En % PIB Japon Zone euro Royaume-Uni États-Unis Source : Banque de France ET TRÈS DÉPENDANT DU CRÉDIT BANCAIRE En décomposant le passif consolidé des SNF, il apparaît que les entreprises de la zone euro se financent principalement par le crédit bancaire (graphique 2). Les prêts bancaires aux SNF représentent en effet un peu moins de % du PIB et surtout près de 7 % de l endettement des entreprises. Pour comparaison, les prêts bancaires aux SNF représentent aux États-Unis seulement près de 1 % du PIB et près de 3% du financement de la dette des SNF. 1 L endettement considéré ici (source Banque de France) fait référence à l endettement consolidé, c est à dire hors endettement interentreprises. Le modèle de financement de la zone euro est qualifié d «intermédié», dans la mesure où les banques jouent un rôle prépondérant d intermédiaires financiers et conservent à leurs bilans le risque de crédit. Par opposition, le modèle de financement aux États-Unis est qualifié de «désintermédié», dans la mesure où les financements sur les marchés dominent. 16% 14% 12% 1% 8% 6% 4% 2% % GR2. FINANCEMENTS DES SOCIÉTÉS NON FINANCIERES (212) En % PIB Zone Euro Crédits bancaire Titres de dettes (yc. Titrisation) Actions cotées DES CHANGEMENTS ÉCONOMIQUES ET RÉGLEMENTAIRES QUI POUSSENT À LA DÉSINTERMEDIATION Consécutivement à la crise financière de et ses prolongements ultérieurs au sein de la zone euro, les banques font face à des changements les incitant à modifier leur rôle dans le financement des économies. Du fait de l importance du crédit bancaire dans leur financement, les SNF de la zone euro y sont plus particulièrement sensibles. UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE QUI LIMITE LA DEMANDE ET L OFFRE DE CRÉDITS États Unis Endettement Sources : Fed, BCE, BDF L environnement macroéconomique difficile a pesé à la fois sur la demande de crédit des entreprises et sur l offre de la part des banques. Le niveau d activité (mesuré par le volume du PIB) dans l ensemble des pays de la zone euro reste aujourd hui inférieur à ce qu il était en 28. Fin 213, l activité est en effet inférieure de 7 % en dessous de son niveau précédant la crise de 28 en Espagne, et de 8 % en Italie. Ce contexte d activité morose s est accompagné d une dégradation de la situation financière des entreprises et d une chute de leur investissement (dont le volume reste inférieur de près de 2 % à celui de début 28 au niveau de l ensemble de la zone euro), limitant notamment leur recours au crédit bancaire. Autres conséquences, le nombre de faillites d entreprises a progressé, notamment dans les pays périphériques, et 2

3 ECONOTE N 24 MAI 214 les prêts non-performants pèsent sur les bilans des banques limitant leurs capacités à prêter. Dans ce contexte, les banques ont en outre connu des difficultés spécifiques. La crise de 28 a nécessité dans de nombreux pays l intervention des États pour soutenir leur secteur bancaire. En outre, la crise de dettes souveraines au sein de la zone euro a renforcé les difficultés de financement des banques, particulièrement dans les pays périphériques. Ces tensions ont contraint les banques à réduire la taille de leurs bilans. UN ENVIRONNEMENT BANCAIRE EN TRANSFORMATION Au-delà des effets directs sur l offre et la demande de crédit, la crise de 28 a débouché sur un ensemble de réformes réglementaires pour le secteur bancaire, Bâle 3 notamment. Les banques doivent répondre à de nouvelles exigences prudentielles plus dures en termes de capital et de liquidité. Ces changements limitent la capacité des banques à porter et transformer des risques de crédit et de maturité à leur bilan. D où une probable évolution du mode de financement des économies de la zone euro, d un modèle «intermédié» vers un modèle davantage «désintermédié». DEUX VOIES DE DÉSINTERMÉDIATION La désintermédiation consiste à passer d un modèle de financement «intermédié» par les banques vers un système où les risques de crédit et de liquidité sont directement portés par les investisseurs. La désintermédiation peut prendre deux formes : - Dans le cas le plus classique, le financement de marchés (par des émissions de titres de créances) remplace le financement bancaire : les investisseurs et emprunteurs se rencontrent «en direct» sur les marchés financiers. Dans ce cas, les banques jouent seulement un rôle de placement des émissions de titres auprès des investisseurs. Les placements dits «privés» sont une autre alternative de financements en direct vers des investisseurs ciblés, sans passer par les marchés. - Une autre forme de désintermédiation consiste pour les banques à continuer d originer des prêts mais à revendre ensuite tout ou partie de leurs risques à d autres investisseurs afin de ne pas les conserver dans leurs bilans. Ce mécanisme est communément désigné par OTD (originate to distribute), en contraste avec l acronyme OTH (originate to hold) qui fait référence à la conservation des crédits au sein des bilans bancaires. Pour cela, la banque peut notamment avoir recours à la titrisation 2. AU NIVEAU DE L ENSEMBLE DE LA ZONE EURO, LE PROCESSUS DE DÉSINTERMÉDIATION EST DÉJÀ BIEN VISIBLE La substitution du crédit bancaire dans le financement des SNF par de l endettement de marché est bien visible (graphique 3). En cumulé de janvier 29 à février 214, les crédits bancaires ont diminué de plus de 27 milliards d euros, tandis que les émissions (nettes des remboursements) de titres de créances ont dépassé 43 milliards d euros GR3. ZONE EURO : ENDETTEMENT DES SOCIÉTÉS NON-FINANCIÈRES Mds EUR, flux nets cumulés depuis 1/1/ Endettement de marché Crédits bancaires Source : BCE Ce phénomène de substitution s effectue principalement au niveau des grandes entreprises : leur capacité d accéder aux marchés leur permet en effet d emprunter auprès de ceux-ci plutôt qu auprès des banques. Cette évolution a été favorisée par des conditions de financement sur les marchés obligataires particulièrement attractives (graphique 4), du fait d un environnement global de liquidité abondante et de taux d intérêt historiquement bas. 2 Dans sa forme la plus simple, la titrisation consiste à émettre des titres de créances ayant comme contrepartie à l actif un portefeuille de prêts bancaires. 3

4 ECONOTE N 24 MAI GR4. TAUX D'INTÉRÊT SUR LE MARCHÉ OBLIGATAIRE POUR LES ENTREPRISES DE LA ZONE EURO En % Pour autant, une analyse plus fine montre que ce processus de désintermédiation se développe très inégalement au sein de la zone euro. UN DÉVELOPPEMENT INÉGAL DES FINANCEMENTS DE MARCHÉS SELON LES PAYS Sur l ensemble des SNF de la zone euro, la hausse du financement de marché apparaît plus que compenser la baisse du crédit bancaire. Mais, une analyse des quatre plus grandes économies de la zone montre d importantes différences d évolution entre les pays (graphiques ). LE FINANCEMENT DE MARCHÉ PROGRESSE LE PLUS EN FRANCE, OÙ LE CRÉDIT BANCAIRE NE S EST PAS CONTRACTÉ Indice Iboxx Source : Datastream En France et en Allemagne, aucune baisse brutale du crédit bancaire n est observable depuis 29 (pas de «credit crunch») : l encours des prêts est quasi-stable en Allemagne et il continue de progresser légèrement en France (graphiques a et b). Les enquêtes sur les conditions de crédit ainsi qu auprès des PME laissent penser que hormis en pleine crise financière en 28 / début 29 l atonie de la croissance du crédit bancaire provient davantage de la faiblesse de la demande plutôt que d une restriction de l offre 3. Pour ce qui concerne l endettement de marché des SNF, on constate en revanche une divergence significative entre l Allemagne et la France. Sa hausse cumulée depuis 29 a été seulement légèrement supérieure à 4 milliards d euros en Allemagne, à comparer à plus de 19 milliards d euros en France. Le mouvement de désintermédiation semble donc plus marqué en France (où les financements de marchés représentent aujourd hui 36 % de la dette des SNF françaises contre 26 % en début 29 4 ) qu outre-rhin. Deux facteurs contribuent peut-être à amplifier cette divergence : - Un facteur structurel : la prépondérance en France des grands groupes multinationaux, qui sont ceux ayant le plus tendance à se tourner vers les financements de marchés, alors que l Allemagne se caractérise par un poids important des entreprises moyennes, qui continuent de se financer auprès des banques ; - Un facteur plus conjoncturel : du fait de la dégradation de leur capacité d autofinancement, les entreprises françaises ont davantage recouru à l endettement sous toutes ses formes que leurs homologues allemandes. Des données plus détaillées sur les SNF françaises montrent que, sur la période récente, le crédit bancaire baisse pour les Grandes Entreprises et les Entreprises de Taille Moyenne (GE et ETI), alors qu il continue de progresser pour les PME. La désintermédiation apparait donc s opérer pour les entreprises ayant une taille leur permettant un accès plus facile aux marchés, tandis que les PME continuent de se financer via les banques. Le financement de dette par placements privés (qui est comptabilisé dans l endettement de marché) est une alternative pour les entreprises de taille intermédiaire (ETI). En France, ce mode de financement reste cependant en phase de démarrage, avec près de 4 milliards d euros de nouveaux financements en Selon la dernière enquête de la BCE et la Commission Européenne auprès des PME (entre avril et septembre 213), pourcentage de PME ayant obtenu en totalité le prêt qu elles demandaient : 87 % en Allemagne et 71 % en France à comparer à 2 % en Espagne et Italie. 4 Les placements privés sont inclus dans les statistiques des émissions obligataires et ont représentés 3,9 milliards d euros en 213, source AMAFI. Source Banque de France 4

5 ECONOTE N 24 MAI 214 GR. ENDETTEMENT DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES GRA. FRANCE Mds EUR, flux nets cumulés depuis 1/1/ GRB. ALLEMAGNE Mds EUR, flux nets cumulés depuis 1/1/ GRC. ESPAGNE Mds EUR, flux nets cumulés depuis 1/1/ GRD. ITALIE Mds EUR, flux nets cumulés depuis 1/1/ Endettement de marché Crédits bancaires Source : BCE LES MARCHÉS SE SUBSTITUENT PARTIELLEMENT AUX BANQUES EN ITALIE, MAIS PAS EN ESPAGNE En Espagne et en Italie, le crédit bancaire s est fortement contracté. Il a nettement baissé dès 29 en Espagne (de plus de 2 milliards d euros), tandis que la baisse est plus récente en Italie (baisse cumulée de plus de 4 milliards d euros depuis 29, mais de près de 8 milliards d euros depuis 212). Ces baisses s expliquent à la fois par une moindre demande de crédit et par des contraintes sur l offre, suite aux difficultés rencontrées par les banques de ces deux pays. Les différences de conditions de crédit entre les quatre principales économies de la zone euro apparaissent clairement lorsqu on compare les taux d intérêt sur les nouveaux prêts aux PME depuis (graphique 6) : ceux-ci ont été et restent encore nettement plus élevés en Italie et en Espagne qu en Allemagne et en France 6. 6 Une étude de la BCE (Cf. bulletin mensuel d aout 213) montre que ces écarts ne reflètent pas seulement la situation plus dégradée des emprunteurs dans les pays de la périphérie, mais aussi les plus grandes contraintes de financement des banques de ces pays GR6. TAUX D'INTÉRÊT DES NOUVEAUX PRÊTS BANCAIRES AUX PME (< 1 MEUR, fixation 1-ans) En % Italie Espagne Allemagne France Source : BCE Dans le cas de l Italie, on constate néanmoins que les financements de marchés se sont globalement à peu près substitués aux prêts bancaires (graphique d). La seule observation du crédit bancaire donne donc une image excessivement négative de l évolution du financement des entreprises. De fait, le ratio d endettement des SNF italiennes (en % du PIB, cf. graphique 7) s est stabilisé au cours des dernières années. Cependant, seules les plus grandes entreprises, et non pas les PME, ont pu surmonter les difficultés d accès au crédit bancaire en se tournant vers les marchés. En Espagne, en revanche, l endettement de marché n a quasiment pas progressé. Ceci s explique vraisemblablement par le fait que les entreprises espagnoles doivent d abord corriger l excès

6 ECONOTE N 24 MAI 214 d endettement qu elles avaient accumulé avant la crise. En effet, les SNF espagnoles affichaient en 29 un ratio d endettement beaucoup plus élevé que les autres pays de la zone euro, de l ordre de 12 % du PIB (graphique 7). Depuis lors, ce ratio a diminué d environ 2 points de PIB, mais il reste encore bien plus élevé que dans les autres grands pays de la zone euro. En % PIB GR7. ENDETTEMENT DES SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES Espagne Italie France Allemagne LA TITRISATION, RESTE MARGINALE POUR LES FINANCEMENTS AUX ENTREPRISES Source : Banque de France La désintermédiation peut aussi s opérer par la titrisation, processus qui permet aux banques de sortir les créances de leurs bilans. Elle pourrait représenter une alternative pertinente pour le financement des PME, qui ont difficilement accès aux marchés. La titrisation permettrait aux banques de pouvoir continuer à assurer le bon financement des PME, mais sans en porter en totalité le risque dans leurs bilans afin de se conformer au renforcement des exigences prudentielles. Sur l ensemble de la zone euro, le montant de crédits aux PME ayant été titrisés atteint 14 milliards d euros au T2-13, ce qui représente à peine 1 % de l encours des prêts aux PME. La répartition entre pays est toutefois très inégale (graphique 8), avec une forte dominante en Espagne 7 et en Italie, où les titrisations représentent près de 2 % du total des prêts bancaires. Cependant, la majeure partie de ces titrisations est conservée («retained») dans le bilan des banques, et non pas détenue par des investisseurs non bancaires : elles ont été mises en place pour servir de collatéral aux opérations de refinancement auprès de l Eurosystème GR8. TITRISATION D'ACTIFS ADOSSÉS À DES PRÊTS PME Mds EUR - Stock au T2-13 France Allemagne Italie Espagne Retained Sold Source : AFME Dans ce contexte, la relance du marché de la titrisation des prêts via les ABS («asset backed securities») apparaît aujourd hui souhaitée par les autorités européennes. D une part, la Commission européenne a récemment recommandé de relancer la titrisation dans sa feuille de route sur les investissements de long terme. D autre part et surtout, la BCE s est clairement prononcée en faveur du développement d un tel marché de la titrisation, en plaidant notamment pour un allégement des exigences en capital pesant sur les ABS les plus simples. Le catalyseur d un tel développement pourrait d ailleurs être le lancement d un programme d achats de ce type d actifs privés par la BCE, dans l hypothèse où celle-ci serait amenée à prendre des mesures d assouplissement quantitatif («quantitative easing»). 7 Les montants «cédés» dans le cas de l Espagne peuvent paraître importants (7 milliards). Cependant il semble qu ils sont issus de montants vendus antérieurement à la crise. En effet, ces calculs sont issus de données de stocks et la partie «vendue» représentait % en 28, contre seulement 17 % récemment. 6

7 ECONOTE N 24 MAI 214 NUMÉROS PRÉCÉDENTS ECONOTE N 24 Zone euro : financement des entreprises par les marchés : un développement inégal au sein de la zone euro Clémentine GALLÈS, Antoine VALLAS (Mai 214) N 22 La zone euro est-elle dans la trappe à liquidité? Marie-Hélène DUPRAT (Novembre 213) N 21 Hausse de la dette publique au Japon : jusqu à quand? Audrey GASTEUIL (Novembre 213) N 2 Pays-Bas : à la périphérie du cœur Benoît HEITZ (Septembre 213) N 19 États-Unis : Un exportateur de gaz naturel liquéfié Marc-Antoine COLLARD (Juin 213) N 18 France : Pourquoi le solde des paiements courants se dégrade-t-il depuis plus de 1 ans? Benoît HEITZ (Juin 213) N 17 Indépendance énergétique des États-Unis Marc-Antoine COLLARD (Mai 213) N 16 Pays développés : Qui détient la dette publique? Audrey GASTEUIL-ROUGIER (Avril 213) N 1 Chine : Débat sur la croissance Olivier DE BOYSSON, Sopanha SA (Avril 213) N 14 Chine : Prix immobiliers : l arbre ne doit pas cacher la forêt Sopanha SA (Avril 213) N 13 Le financement de la dette des États : vecteur de (dés-)intégration de la zone euro? Léa DAUPHAS, Clémentine GALLÈS (Février 213) N 12 La performance à l exportation de l Allemagne : analyse comparative avec ses pairs européens Marc FRISO (Décembre 212) N 11 Zone euro : une crise unique Marie-Hélène DUPRAT (Septembre 212) N 1 Marché immobilier et politiques macro-prudentielles : le Canada est-il synonyme de réussite? Marc-Antoine COLLARD (Août 212) N 9 Le «Quantitative Easing» britannique : plus d inflation mais pas plus d activité? Benoît HEITZ (Juillet 212) N 8 Turquie : Une politique monétaire atypique mais dépendante Régis GALLAND (Juillet 212) N 7 Chine : Investissements directs à l étranger : beaucoup de bruit pour rien Sopanha SA, Meno MIYAKE (Mai 212) N 6 Royaume-Uni : Retour du spectre de l inflation? Marc-Antoine COLLARD (Février 212) N L ajustement letton est-il un bon exemple pour les pays de la périphérie de la zone euro? Anna SIENKIEWICZ, Ariel EMIRIAN (Janvier 212) 7

8 ECONOTE N 24 MAI 214 ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONTACTS Olivier GARNIER Chef économiste du Groupe Olivier de BOYSSON Chef économiste Pays Émergents Marie-Hélène DUPRAT Conseiller auprès du chef économiste Ariel EMIRIAN Macroéconomie et analyse pays / Pays CEI Benoît HEITZ Macroéconomie et analyse pays / Zone euro et Europe Marc FRISO Zone euro, Europe du nord et Afrique Subsaharienne Régis GALLAND Bassin Méditerranéen et Asie Centrale Emmanuel PERRAY Analyse macrosectorielle Nikolina NOPHAL BANKOVA Analyse macrosectorielle Sopanha SA Asie Isabelle AIT EL HOCINE Assistante Valérie TOSCAS Assistante Clémentine GALLÈS Analyse macrosectorielle / États-Unis Françoise BLAREZ Analyse macrosectorielle Sigrid MILLEREUX-BEZIAUD Documentaliste Tiphaine CAPPE de BAILLON Études statistiques et édition Société Générale Études Économiques 7886 PARIS CEDEX 18 Tél : Tél : Fax : Ce document reflète l opinion du seul département des études économiques de la Société Générale à la date de sa publication. Il ne reflète pas nécessairement les analyses des autres départements ou la position officielle de la Société Générale ou de l une de ses entités juridiques, filiales ou succursales (ensemble, ci-après dénommé «Société Générale»). Il ne constitue pas une sollicitation commerciale et a pour seul objectif d aider les investisseurs professionnels et institutionnels et eux seuls, mais ne dispense pas ceux-ci d exercer leur propre jugement. La Société Générale ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. La Société Générale ne saurait donc engager sa responsabilité, au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans ce document qui est, par ailleurs, susceptible d être modifié à tout moment et sans notification. La Société Générale est susceptible d agir comme teneur de marché, d agent ou encore à titre principal d intervenir pour acheter ou vendre des titres émis par les émetteurs mentionnés dans ce document, ou des dérivés y afférents. La Société Générale, ses dirigeants ou employés, peuvent avoir exercé des fonctions d employé ou dirigeant auprès de tout émetteur mentionné dans ce document ou ont pu intervenir en qualité de conseil auprès de ce(s) émetteur(s). A l intention des lecteurs en dehors de France : ce document, et les valeurs mobilières qui y sont discutées, peuvent ne pas être distribués ou vendus dans tous les pays ou à certaines catégories d investisseurs. 8

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS N 18 JUIN 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS COURANTS SE DÉGRADE-T-IL DEPUIS PLUS DE 1 ANS? Le solde extérieur courant de la France

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles N 25 SEPTEMBRE 2014 ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles ZONE EURO : LA CRISE EST-ELLE TERMINÉE? Deux ans après que Mario Draghi, le président de la Banque centrale

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97 analyses 2 2 analyses 1 La position extérieure globale du Luxembourg 98 1.1 Introduction 98 1.2 La position nette par catégorie d actifs : vue d ensemble 99 1.3 La position d investissements directs 11

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

SUCCÈS DU PLACEMENT DE 287,5 MILLIONS D EUROS D OCEANE ILIAD À ÉCHÉANCE 1 ER JANVIER 2012, SUSCEPTIBLE D ÊTRE PORTÉ À 330,6 MILLIONS D EUROS.

SUCCÈS DU PLACEMENT DE 287,5 MILLIONS D EUROS D OCEANE ILIAD À ÉCHÉANCE 1 ER JANVIER 2012, SUSCEPTIBLE D ÊTRE PORTÉ À 330,6 MILLIONS D EUROS. Société anonyme au capital de 12.000.000 euros Siège social : 8, rue de la Ville l Évêque, 75 008 Paris 342 376 332 RCS Paris SUCCÈS DU PLACEMENT DE 287,5 MILLIONS D EUROS D OCEANE ILIAD À ÉCHÉANCE 1 ER

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 23.21.34 RPM Bruxelles 214-11-28 Liens: observatoire du crédit

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Zone euro Indicateur d impact du QE

Zone euro Indicateur d impact du QE N 1/263 1 er septembre 21 Zone euro Indicateur d impact du Avec l annonce d un programme étendu d achats d actifs non stérilisés (quantitative easing, ), portant essentiellement sur des titres souverains,

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

Observatoire du financement des entreprises

Observatoire du financement des entreprises Observatoire du financement des entreprises Rapport sur la situation économique et financière des PME Janvier 2014 1 Synthèse L Observatoire du financement des entreprises mis en place en 2010 regroupe

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014 Charte Euro PP (placements privés) Bercy, le 30 avril 2014 Michel Sapin ministre des Finances et des Comptes publics Arnaud Montebourg ministre de l Economie, du Redressement productif et du Numérique

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros 26 mai 2015 Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros Europcar Groupe S.A. («Europcar»), société anonyme de droit français, a annoncé aujourd hui le lancement d une

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

L actif net des organismes de placement collectif français non monétaires augmente en 2013 en dépit de retraits nets

L actif net des organismes de placement collectif français non monétaires augmente en 2013 en dépit de retraits nets L actif net des organismes de placement collectif français non monétaires augmente en 213 en dépit de retraits nets Gisèle FOUREL et Stephen LECOURT Direction des Statistiques monétaires et financières

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les chocs macroéconomiques mettent de nouveau à l épreuve les marchés mondiaux Durant ces six derniers mois, les événements

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Octobre 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 4 mars BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE TAUX D INTÉRÊT DES BANQUES DE LA ZONE EURO : JANVIER L indicateur composite du coût de l emprunt pour les nouveaux prêts accordés aux sociétés

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail