UN ETAT EUROPEEN PEUT-IL FAIRE FAILLITE? Conférence de Gaël Giraud sj Ecole de Provence, Marseille. Vendredi 14 janvier 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN ETAT EUROPEEN PEUT-IL FAIRE FAILLITE? Conférence de Gaël Giraud sj Ecole de Provence, Marseille. Vendredi 14 janvier 2011"

Transcription

1 UN ETAT EUROPEEN PEUT-IL FAIRE FAILLITE? Conférence de Gaël Giraud sj Ecole de Provence, Marseille Vendredi 14 janvier 2011 La salle Bernard Geoffroy est comble ce soir-là : parents d élèves, élèves, anciens et amis. Le Père Vinh Lê Quang nous présente Gaël Giraud, entré en même temps que lui en 2004 chez les jésuites. Gaël Giraud a travaillé comme consultant dans la finance à Paris, à Londres et à New York. Normalien, diplômé de l ENSAE et docteur en mathématiques appliquées, il a reçu en mai 2009 le prix du meilleur jeune économiste. Il est actuellement chercheur au CNRS, membre de l École d économie de Paris, collaborateur au CERAS (CEntre de Recherches et d'action Sociale) et chroniqueur à la revue Projet. En 2009, il a cosigné avec Cécile Renouard 20 propositions pour réformer le capitalisme. Il mène aussi tout un travail de vulgarisation, notamment à travers la publication d articles dans La Croix. Gaël Giraud commence son intervention sur une boutade : Pourquoi Dieu a-t-il créé les météorologues? C est pour rassurer les économistes, en se trompant encore plus qu eux dans leurs prévisions! A propos de la crise financière : Il s agit d une crise du système bancaire, dans laquelle nous nous trouvons encore. Cette crise a démarré avec un développement très fort du crédit hypothécaire aux Etats-Unis. A Cleveland, des institutions financières ont commencé à accorder des prêts immobiliers à des ménages à faibles ressources. Ces prêts, à taux variable, étaient gagés sur un bien immobilier dont on pensait que la valeur allait fortement augmenter. On s est ainsi retrouvé dans une pyramide de dettes, fondée sur la fuite en avant. Cela est similaire à un schéma de Ponzi, système de cavalerie où les nouveaux entrants, attirés par une rentabilité élevée, nourrissent le système en y plaçant des fonds. (Ce que Madoff a fait impunément de 1960 à 2008). Au moment où les taux ont commencé à monter, le marché immobilier s est retourné, ces maisons ont perdu de la valeur, les emprunteurs, incapables de payer leurs mensualités, ont eu leur maison saisie. Trois millions de personnes ont été affectées par cette crise ; des familles ont été réduites à dormir dans leur voiture Il est trop facile de décréter après coup que ces ménages ont pris des risques inconsidérés et qu ils n auraient jamais dû s endetter. Ils ont fait confiance aux banquiers venus leur vendre des prêts. Tout cela est bien montré dans le film Cleveland contre Wall Street (sorti en août 2010). Le problème a été un grand développement de la titrisation entre 2000 et 2007 : ces créances ont été revendues sur les marchés financiers par des organismes de crédit qui ne portaient alors plus le risque. Les acheteurs ont été attirés par des taux de rendement allant jusqu à 30%, en oubliant que cela allait forcément de pair avec un risque très élevé. Des titres mille-feuilles, avec la crème sur le dessus cachant des créances pourries, ont été vendus dans le monde entier. A l époque, Gaël Giraud travaillait sur le calcul du risque attaché à ces mille-feuilles. Il a prévenu ses supérieurs du risque d effet domino, et également de l impossibilité de calculer des corrélations, du fait d un manque de données historiques pour ces produits. On a refusé de l écouter. Il pense qu on ne sait toujours pas calculer ce risque ; ces produits devraient purement et simplement être interdits. Revenons à la crise de Au printemps 2008, les organismes financiers sont atteints à leur tour. Le 15 septembre 2008, la banque Lehman Brothers, une des cinq plus grandes banques mondiales, qui avait survécu à la crise de 1929, fait faillite. On prend alors conscience qu aucune banque n est à l abri. Pourquoi le gouvernement n a-t-il pas renfloué Lehman Brothers? Des fonctionnaires ayant travaillé dans des banques concurrentes ont sans doute influé sur les décisions du gouvernement Tirant les leçons de la crise de 1929, les banques centrales interviennent massivement en inondant les marchés financiers de liquidités. 1

2 Le 31 décembre 2008, les banques, y compris en France, sont en situation de quasi-faillite. Et pourtant 2009 sera une très bonne année, suivie de 2010, avec la reprise de la valse des bonus. Certaines banques, aux Etats-Unis et par exemple BNP Paribas en France, se portent même mieux qu avant la crise. Que s est-il passé? Tout cela se fonde sur une astuce comptable : des discussions sur l harmonisation des états financiers ont conduit à la mise en place de normes comptables (IFRS : International Financial Reporting Standards). Les banques sont maintenant obligées de valoriser les titres qu elles détiennent à leur valeur de marché, et non plus à leur valeur historique. Fin 2008, les banques sont prises à la gorge, car tous ces titres, ces actifs toxiques inscrits au bilan, ne valent plus rien. L IASB (International Accounting Standard Board) à Londres, institut privé édictant les normes comptables internationales, est alors mis sous pression par les banques afin de revenir à l ancien système que ces mêmes banques avaient pourtant combattu. Pour cette valorisation, basée sur des calculs d actualisation, elles commencent à embaucher des matheux et mettent en place des systèmes très compliqués auxquels les comptables ne comprennent rien, systèmes qui permettent facilement, de manière complètement opaque, de produire le résultat que l on veut. Les actifs toxiques (que personne ne veut acheter et qui donc ont une valeur de marché nulle) sont toujours inscrits au bilan des banques, mais valorisés d une façon plus avantageuse L IASB pense à ce moment-là que cette mesure ne sera que temporaire. On songe même à la mise en place d une grande banque de défaisance, banque qui n a pas encore vu le jour. (Définition sur Wikipedia : Les structures de défaisance publiques sont en général des agences publiques qui rachètent des actifs à haut risque à des institutions financières publiques ou privées au-dessus de leur valeur de marché. Le but de ce genre de transaction est d'éviter les faillites bancaires systémiques en socialisant les pertes. D'un point de vue juridique, la structure de défaisance rachète les actifs à haut risque, puis tente de les revendre au meilleur prix. Ce type de montage juridique permet d'isoler les pertes latentes au sein d'une seule et même structure. La situation des banques reste très fragile. Si les normes rechangent, la crise repart. La situation est fragilisée par le fort développement des marchés de gré à gré (OTC : Over The Counter). Les transactions sur ces marchés ne sont enregistrées par aucune institution et sont complètement opaques. Prenons un exemple : CIT, un organisme de crédit aux USA accordant des prêts aux PME, se retrouve en difficulté et est contraint de demander un rééchelonnement de sa dette. C est à cette occasion que l on découvre que les banques s étaient prémunies contre la faillite de CIT en achetant des CDS (Credit Default Swaps), équivalents à des contrats d assurance contre sa faillite. Ayant intérêt à ce que CIT fasse faillite, ces banques, notamment Goldman Sachs, refusent de lui venir en aide. On en arrive ainsi à des phénomènes similaires à un chirurgien sur le point de vous opérer, et qui serait en même temps le récipiendaire de votre assurance-vie : lui feriez-vous confiance? 50 fois la dette de Lehman Brothers était couverte par ce genre de contrats Pour restaurer la confiance, il faut donc réguler ces marchés, en imposant la création de Chambres de Compensation et en standardisant les produits financiers. Il va sans dire que les banques y sont plutôt hostiles. Venons-en à la situation dramatique de la Grèce: on découvre que le montant de son endettement public a été manipulé et que le pays ne satisfait pas aux critères d endettement de l Union Européenne. Les banques prennent peur et se couvrent massivement contre la faillite de la Grèce cette logique perverse se fonde sur des procédures complètement légales. La question est plutôt de savoir s il faut autoriser ce genre de comportement. Gaël Giraud ne croit pourtant pas à un complot contre la Grèce 2

3 Parabole des taches solaires : Imaginons un présentateur télé bien connu qui, un soir au journal de 20 heures, annonce que demain l euro va s effondrer. On a en effet détecté des taches à la surface du soleil. Vous êtes trader et vous vous couchez en vous disant que vous êtes une personne avertie et que ces deux choses n ont aucun rapport. Pourtant, vous vous réveillez au milieu de la nuit en réalisant que les gens n y connaissant rien, ils vont y croire et donc anticiper la baisse de l euro. Il me faut donc vendre au plus vite des euros avant qu ils baissent. Par vos actions, vous allez donc alimenter le mouvement. C est ce qu on appelle une prophétie qui s auto-alimente. Sur les marchés, seuls comptent les comportements grégaires : il faut mieux avoir tort avec tout le monde que raison tout seul. Alan Greenspan, le directeur de la Banque Fédérale américaine jusqu en janvier 2006, a joué le rôle du présentateur TV : dès qu il souriait, on pensait dans les salles de marché que cela annonçait une bonne nouvelle et une hausse des marchés. On prenait donc des positions en ce sens. On l a pris pour un gourou, alors qu il n anticipait nullement les mouvements sur les marchés. Problème des dettes publiques : La situation financière du Portugal relève exactement de ce phénomène. Le 29 octobre 2009, le G20 déclare qu à partir de 2013, les dettes seront renégociées et ne seront plus remboursées. Cela crée la panique. Les marchés se convainquent eux-mêmes que le Portugal va mal, alors que la situation n a rien de dramatique (contrairement à la Grèce). En Irlande, le problème est différent : en 2008, le pays a dû voler au secours de ses banques en remboursant les dettes accordées par la France, l Allemagne, le Royaume-Uni, pays qui ont fait pression. En Islande où cela n a pas été le cas, les banques se portent moins bien. Dans les pays surnommés PIGS (ou PIIGS : Portugal, Italie et Irlande, Grèce, Espagne), on pourrait renégocier les dettes, mais on ne sait pas comment passer le cap de Il est à peu près sûr que l un des cinq pays fera faillite et ne pourra rembourser ses dettes, ni payer ses fonctionnaires. La solution serait de faire fonctionner la planche à billets, mais cela est impossible au sein du système Euro. Il faudrait sans doute renégocier les traités pour permettre le refinancement des dettes publiques, sans toutefois donner un chèque en blanc aux gouvernements. La solution serait de financer un grand plan de relance. Mais le contre argument classique est le risque de relance de l inflation. Cela est pourtant loin d être démontré et il est temps de cesser de raisonner de cette façon. En fait, depuis 30 ans, on crée beaucoup de monnaie (plus de 15% par an à partir de 2000, et 30%/an depuis 2008), sans qu il y ait d inflation galopante. L argent sur les marchés financiers crée des bulles qui ne correspondent pas à l économie réelle. La seule exception vaut pour l immobilier, mais les prix de l immobilier ne rentrent pas dans le calcul du panier de la ménagère. On peut même aller jusqu à dire que l inflation serait une bonne chose pour alléger le fardeau de la dette. C était une bonne chose quand les salaires suivaient, mais ce n est plus le cas aujourd hui avec les plans d austérité. Cesser de voir l inflation comme le mal absolu, car ce raisonnement remonte à l Allemagne d avant le nazisme. Cette peur a conditionné les politiques des banques centrales d après-guerre : elles voulaient rester indépendantes des pouvoirs politiques qui avaient fait marcher la planche à billets Nous sommes en plein phénomène de taches solaires : on pense que les matières première, notamment le pétrole, vont augmenter. JC Trichet commence à dire qu il va resserrer les boulons pour contrer le risque d inflation, et on se retrouve dans un cercle vicieux, avec risque de déflation, baisse de l activité économique et hausse du chômage. Prix du pétrole : Il faudrait réglementer les marchés et lancer un grand plan d industrialisation verte. Quoi qu il arrive, les prix vont monter et même si les réserves sont encore énormes, l offre sera freinée par une barrière technique qui limite l extraction à 89 millions de barils par jour. Avec la Chine qui prend de plus en plus de place dans l économie mondiale et une demande qui augmente, les prix vont grimper. On a atteint 140 $ le baril en

4 Il est temps de songer à vivre autrement, revoir l habitat pour mieux l isoler, redéployer le réseau ferroviaire pour moins dépendre du transport automobile, revoir nos habitudes de consommation et cesser de consommer de la crevette thaïlandaise à Noël! Mettre les camions sur les trains ; réduire la croissance des banlieues pavillonnaires invivables sans voiture, créer des noyaux urbains très denses, avec les producteurs agricoles tout autour. Tout cela serait créateur d emplois, au sens de la relance keynésienne. Certains députés sont ouverts à ce discours, d autres continuent de militer pour la construction de centrales nucléaires supplémentaires. Notons aussi que, pour l instant, la France n est plus autonome alimentairement Quelques anecdotes : Gaël Giraud déjeune avec des fonctionnaires du Trésor, dans un restaurant faisant office de cantine officieuse de l Assemblée nationale. A la question : L Espagne va-t-elle faire faillite?, la réponse est Et alors? Nos fonds sont bien au chaud dans nos banques Pour pouvoir créer de la monnaie, il faudrait quitter la zone Euro. Les Allemands se sentent redevables vis-à-vis de la France mais se fichent de l Espagne qu ils n ont jamais envahie. En cas de désastre économique, que ferait un fonctionnaire du Trésor? L un prévoit d acheter une maison à Maisons-Laffitte (banlieue bourgeoise de l ouest parisien) où il connaît un député. En cas de problèmes et d émeutes des pauvres contre les nantis, il sait que le député prendra les mesures qui s imposent contre les casseurs venus des banlieues Temps de questions-réponses : * L économie réelle n a pas beaucoup été évoquée dans cet exposé. 15 % des gens vivent sous le seuil de pauvreté, mais ils ne se font pas entendre * Débat entre libre échangisme effréné et protectionnisme : le protectionnisme n est pas forcément mauvais. La théorie des avantages comparatifs de Ricardo qui justifiait le libre-échange ne tient plus, car on peut aujourd hui transférer des capitaux partout. Un protectionnisme écologique aurait du sens. Etre plus ouvert à la Chine une fois qu elle se mettra à produire de façon plus écologique, d accord. A propos de la Chine : le pays ne cesse de prêter aux US ses excédents commerciaux en achetant des obligations américaines. Elle n a pas intérêt à ce que l économie américaine soit en récession. Les Etats- Unis n ont donc aucune incitation à diminuer leur dette La Chine n a d ailleurs pas non plus intérêt à ce que l euro s effondre, et à ce que le tissu industriel et social européen soit mis en danger. A nous de nous donner les moyens de nous réindustrialiser afin de moins dépendre des Chinois en n étant plus pour eux qu un marché et une destination touristique. * Sur les banques : les banques françaises se portent mieux que les banques américaines, parce qu elles ont eu un comportement plus vertueux, en jouant moins avec des produits financiers risqués. Remarque importante : il y a en France 3 grosses banques qui interviennent sur les marchés financiers. Toute cette discussion ne concerne pas les banques de réseau. Aux Etats-Unis, Gaël Giraud pense qu on devrait revenir au cloisonnement entre banques d investissement et banques de dépôts en rétablissant le Glass-Steagall de 1933, abrogé en

5 * En exigeant un bon rendement pour les obligations que nous achetons, les fonds de pension etc. nous sommes tous responsables de la crise actuelle. Une conversion collective est nécessaire pour que les acteurs sur ces marchés cessent de prendre de tels risques. Exiger de forts rendements rend impossible tout investissement à long terme (notamment les investissements écologiques). Cela pousse au montage d opérations à fort rendement en private equity, opérations restructurant des entreprises pour les revendre ensuite par appartement (cf film Wall Street) * Comment en est-on arrivé à proposer des produits tellement compliqués que les vendeurs ne comprennent pas? Les techniciens créent des produits en fonction des exigences de leurs clients. La question est surtout de réguler les marchés, en interdisant certains produits (même règle que pour les médicaments). Bien sûr, les banquiers vont rétorquer que cela tue la créativité. Pourquoi trouve-t-on autant de polytechniciens dans ces métiers? Parce que les salaires y sont facilement de 30 % plus élevés que dans d autres métiers. * La solution passe par des contre-pouvoirs, par des lois et des réglementations. Ne pas compter sur l éthique individuelle! C est l éthos collectif qui doit s inscrire dans le droit. * Les US injectent beaucoup d argent dans l économie. Mais pour l instant on ne peut pas substituer une autre devise au $. Revenir à la vieille idée de Keynes et construire une monnaie? Les Droits de Tirage Spéciaux du FMI? * Gaël Giraud pense qu il ne faut pas désespérer, qu il y a des hommes politiques compétents et que des solutions existent. Il n est pas souverainiste, sortir de l Europe n est pas une solution envisageable. Certains ont proposé de ressusciter les monnaies nationales pour les échanges intra-europe et de garder l euro pour les échanges extérieurs Pourquoi pas? * Proposition intéressante : s engager en achetant une action à la garder au moins 6 mois, ou ne pas faire de plus-value avant 10 ans, pour ainsi écarter les spéculateurs et permettre des politiques industrielles à long terme. Redéfinition juridique de l entreprise. A quoi s engage-t-on en détenant une action? 5

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

LES CONTRATS DE DEPOTS ET RACHATS

LES CONTRATS DE DEPOTS ET RACHATS LES CONTRATS DE DEPOTS ET RACHATS Ce logiciel gère aussi bien les produits Neufs, une petite Location de courte durée, les Objets Déposés et les objets d occasion RACHATS (Troc). Les Objets Neufs sont

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011.

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. Qu est ce qu un appel d offres pour un acheteur? Il ne faut pas oublier que

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Tome 1 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. J ai commencé à vous partager des techniques légales pour réduire vos coûts de crédits immobiliers.

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Comment négocier une hypothèque?

Comment négocier une hypothèque? Comment négocier une hypothèque? Comment négocier une hypothèque pour obtenir le meilleur produit? Que faut-il savoir avant de signer une hypothèque avec une institution financière? Voici quelques pistes.

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque?

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? BUDGET ET GESTION DES FINANCES PERSONNELLES Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? Les taux d intérêt n ont jamais été aussi bas au Canada, mais il faut s attendre

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Les vrais leviers d une activité qui traque les gains

Les vrais leviers d une activité qui traque les gains Les vrais leviers d une activité qui traque les gains S il est un sujet d actualité qui demeure brûlant depuis le début, en 2008, de la crise financière que nous vivons actuellement, c est bien celui du

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER

PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER Lorsque vous savez combien rapporteront vos ventes à l étranger, il est difficile d imaginer comment votre entreprise a pu se passer de tels revenus. Grâce aux solutions

Plus en détail

heurts et consensus ÉDITORIAL

heurts et consensus ÉDITORIAL LA CRISE : heurts et consensus ÉDITORIAL michel rogalski Cette crise que bien peu ont vu venir, notamment parmi ceux qui avaient prophétisé un peu hasardeusement la «fin de l Histoire», alimente en boucle

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE 2. Inflation Concepts abordés Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE Effets de l inflation Sources de l inflation

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

La crise des Subprimes

La crise des Subprimes La crise des Subprimes Chez le courtier en crédits immobiliers ACE Mortgage Brokers «Avec nous, vos rêves se réalisent» Bon, je souhaiterais acheter une maison mais je n ai pas d apport personnel et je

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO Guide de trading de devises XForex vous a préparé un condensé du E- book, son manuel électronique sur le trading de devises. Le Mini E-book a été conçu

Plus en détail

Comprendre la dette publique en quelques minutes

Comprendre la dette publique en quelques minutes http://www.youtube.com/watch?v=aayyp_zewte Comprendre la dette publique en quelques minutes Depuis plusieurs décennies, la dette publique à laquelle sont confrontés des pays développés n a cessé de croitre

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN

DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN Vous souhaitez acquérir un terrain pour y construire votre villa, voici comment cela se déroule. I. CHOISIR VOTRE PARCELLE : Tout d abord, il s agit de faire

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

Thème 11 : production et coûts

Thème 11 : production et coûts Thème 11 : production et coûts A) Vrai ou faux 1) Le profit économique est généralement plus élevé que le profit comptable. ) Les coûts économiques correspondent à la somme des coûts comptables et des

Plus en détail

Le fi nancement de l économie

Le fi nancement de l économie Le fi nancement de l économie Fiche 1 Objectif Prérequis Mots-clefs comprendre les mécanismes des marchés dans le financement de l économie. définition de la monnaie et de l économie monétaire. besoin

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Chapitre 6 Résidence principale

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur les indices CAC 40 ou DAX Même dans un contexte

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres?

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Eléments de réflexion dans le cadre du projet de loi N 151 visant à ratifier le Protocole de Londres proposés par

Plus en détail

QU EST CE QUE LE TRADING?

QU EST CE QUE LE TRADING? QU EST CE QUE LE TRADING? www.tradafrique.com 1 1) Définition du trading 2) Définition du trader 3) Quoi trader? 4) Ou trader? 5) Comment trader? www.tradafrique.com 2 Définition du trading Le trading

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers LES SECRETS DE L'OR Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers AVERTISSEMENT INVESTISSEMENT À HAUT RISQUE : Le trading de forex et de contrats de différence (CFDs)

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail