UN ETAT EUROPEEN PEUT-IL FAIRE FAILLITE? Conférence de Gaël Giraud sj Ecole de Provence, Marseille. Vendredi 14 janvier 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN ETAT EUROPEEN PEUT-IL FAIRE FAILLITE? Conférence de Gaël Giraud sj Ecole de Provence, Marseille. Vendredi 14 janvier 2011"

Transcription

1 UN ETAT EUROPEEN PEUT-IL FAIRE FAILLITE? Conférence de Gaël Giraud sj Ecole de Provence, Marseille Vendredi 14 janvier 2011 La salle Bernard Geoffroy est comble ce soir-là : parents d élèves, élèves, anciens et amis. Le Père Vinh Lê Quang nous présente Gaël Giraud, entré en même temps que lui en 2004 chez les jésuites. Gaël Giraud a travaillé comme consultant dans la finance à Paris, à Londres et à New York. Normalien, diplômé de l ENSAE et docteur en mathématiques appliquées, il a reçu en mai 2009 le prix du meilleur jeune économiste. Il est actuellement chercheur au CNRS, membre de l École d économie de Paris, collaborateur au CERAS (CEntre de Recherches et d'action Sociale) et chroniqueur à la revue Projet. En 2009, il a cosigné avec Cécile Renouard 20 propositions pour réformer le capitalisme. Il mène aussi tout un travail de vulgarisation, notamment à travers la publication d articles dans La Croix. Gaël Giraud commence son intervention sur une boutade : Pourquoi Dieu a-t-il créé les météorologues? C est pour rassurer les économistes, en se trompant encore plus qu eux dans leurs prévisions! A propos de la crise financière : Il s agit d une crise du système bancaire, dans laquelle nous nous trouvons encore. Cette crise a démarré avec un développement très fort du crédit hypothécaire aux Etats-Unis. A Cleveland, des institutions financières ont commencé à accorder des prêts immobiliers à des ménages à faibles ressources. Ces prêts, à taux variable, étaient gagés sur un bien immobilier dont on pensait que la valeur allait fortement augmenter. On s est ainsi retrouvé dans une pyramide de dettes, fondée sur la fuite en avant. Cela est similaire à un schéma de Ponzi, système de cavalerie où les nouveaux entrants, attirés par une rentabilité élevée, nourrissent le système en y plaçant des fonds. (Ce que Madoff a fait impunément de 1960 à 2008). Au moment où les taux ont commencé à monter, le marché immobilier s est retourné, ces maisons ont perdu de la valeur, les emprunteurs, incapables de payer leurs mensualités, ont eu leur maison saisie. Trois millions de personnes ont été affectées par cette crise ; des familles ont été réduites à dormir dans leur voiture Il est trop facile de décréter après coup que ces ménages ont pris des risques inconsidérés et qu ils n auraient jamais dû s endetter. Ils ont fait confiance aux banquiers venus leur vendre des prêts. Tout cela est bien montré dans le film Cleveland contre Wall Street (sorti en août 2010). Le problème a été un grand développement de la titrisation entre 2000 et 2007 : ces créances ont été revendues sur les marchés financiers par des organismes de crédit qui ne portaient alors plus le risque. Les acheteurs ont été attirés par des taux de rendement allant jusqu à 30%, en oubliant que cela allait forcément de pair avec un risque très élevé. Des titres mille-feuilles, avec la crème sur le dessus cachant des créances pourries, ont été vendus dans le monde entier. A l époque, Gaël Giraud travaillait sur le calcul du risque attaché à ces mille-feuilles. Il a prévenu ses supérieurs du risque d effet domino, et également de l impossibilité de calculer des corrélations, du fait d un manque de données historiques pour ces produits. On a refusé de l écouter. Il pense qu on ne sait toujours pas calculer ce risque ; ces produits devraient purement et simplement être interdits. Revenons à la crise de Au printemps 2008, les organismes financiers sont atteints à leur tour. Le 15 septembre 2008, la banque Lehman Brothers, une des cinq plus grandes banques mondiales, qui avait survécu à la crise de 1929, fait faillite. On prend alors conscience qu aucune banque n est à l abri. Pourquoi le gouvernement n a-t-il pas renfloué Lehman Brothers? Des fonctionnaires ayant travaillé dans des banques concurrentes ont sans doute influé sur les décisions du gouvernement Tirant les leçons de la crise de 1929, les banques centrales interviennent massivement en inondant les marchés financiers de liquidités. 1

2 Le 31 décembre 2008, les banques, y compris en France, sont en situation de quasi-faillite. Et pourtant 2009 sera une très bonne année, suivie de 2010, avec la reprise de la valse des bonus. Certaines banques, aux Etats-Unis et par exemple BNP Paribas en France, se portent même mieux qu avant la crise. Que s est-il passé? Tout cela se fonde sur une astuce comptable : des discussions sur l harmonisation des états financiers ont conduit à la mise en place de normes comptables (IFRS : International Financial Reporting Standards). Les banques sont maintenant obligées de valoriser les titres qu elles détiennent à leur valeur de marché, et non plus à leur valeur historique. Fin 2008, les banques sont prises à la gorge, car tous ces titres, ces actifs toxiques inscrits au bilan, ne valent plus rien. L IASB (International Accounting Standard Board) à Londres, institut privé édictant les normes comptables internationales, est alors mis sous pression par les banques afin de revenir à l ancien système que ces mêmes banques avaient pourtant combattu. Pour cette valorisation, basée sur des calculs d actualisation, elles commencent à embaucher des matheux et mettent en place des systèmes très compliqués auxquels les comptables ne comprennent rien, systèmes qui permettent facilement, de manière complètement opaque, de produire le résultat que l on veut. Les actifs toxiques (que personne ne veut acheter et qui donc ont une valeur de marché nulle) sont toujours inscrits au bilan des banques, mais valorisés d une façon plus avantageuse L IASB pense à ce moment-là que cette mesure ne sera que temporaire. On songe même à la mise en place d une grande banque de défaisance, banque qui n a pas encore vu le jour. (Définition sur Wikipedia : Les structures de défaisance publiques sont en général des agences publiques qui rachètent des actifs à haut risque à des institutions financières publiques ou privées au-dessus de leur valeur de marché. Le but de ce genre de transaction est d'éviter les faillites bancaires systémiques en socialisant les pertes. D'un point de vue juridique, la structure de défaisance rachète les actifs à haut risque, puis tente de les revendre au meilleur prix. Ce type de montage juridique permet d'isoler les pertes latentes au sein d'une seule et même structure. La situation des banques reste très fragile. Si les normes rechangent, la crise repart. La situation est fragilisée par le fort développement des marchés de gré à gré (OTC : Over The Counter). Les transactions sur ces marchés ne sont enregistrées par aucune institution et sont complètement opaques. Prenons un exemple : CIT, un organisme de crédit aux USA accordant des prêts aux PME, se retrouve en difficulté et est contraint de demander un rééchelonnement de sa dette. C est à cette occasion que l on découvre que les banques s étaient prémunies contre la faillite de CIT en achetant des CDS (Credit Default Swaps), équivalents à des contrats d assurance contre sa faillite. Ayant intérêt à ce que CIT fasse faillite, ces banques, notamment Goldman Sachs, refusent de lui venir en aide. On en arrive ainsi à des phénomènes similaires à un chirurgien sur le point de vous opérer, et qui serait en même temps le récipiendaire de votre assurance-vie : lui feriez-vous confiance? 50 fois la dette de Lehman Brothers était couverte par ce genre de contrats Pour restaurer la confiance, il faut donc réguler ces marchés, en imposant la création de Chambres de Compensation et en standardisant les produits financiers. Il va sans dire que les banques y sont plutôt hostiles. Venons-en à la situation dramatique de la Grèce: on découvre que le montant de son endettement public a été manipulé et que le pays ne satisfait pas aux critères d endettement de l Union Européenne. Les banques prennent peur et se couvrent massivement contre la faillite de la Grèce cette logique perverse se fonde sur des procédures complètement légales. La question est plutôt de savoir s il faut autoriser ce genre de comportement. Gaël Giraud ne croit pourtant pas à un complot contre la Grèce 2

3 Parabole des taches solaires : Imaginons un présentateur télé bien connu qui, un soir au journal de 20 heures, annonce que demain l euro va s effondrer. On a en effet détecté des taches à la surface du soleil. Vous êtes trader et vous vous couchez en vous disant que vous êtes une personne avertie et que ces deux choses n ont aucun rapport. Pourtant, vous vous réveillez au milieu de la nuit en réalisant que les gens n y connaissant rien, ils vont y croire et donc anticiper la baisse de l euro. Il me faut donc vendre au plus vite des euros avant qu ils baissent. Par vos actions, vous allez donc alimenter le mouvement. C est ce qu on appelle une prophétie qui s auto-alimente. Sur les marchés, seuls comptent les comportements grégaires : il faut mieux avoir tort avec tout le monde que raison tout seul. Alan Greenspan, le directeur de la Banque Fédérale américaine jusqu en janvier 2006, a joué le rôle du présentateur TV : dès qu il souriait, on pensait dans les salles de marché que cela annonçait une bonne nouvelle et une hausse des marchés. On prenait donc des positions en ce sens. On l a pris pour un gourou, alors qu il n anticipait nullement les mouvements sur les marchés. Problème des dettes publiques : La situation financière du Portugal relève exactement de ce phénomène. Le 29 octobre 2009, le G20 déclare qu à partir de 2013, les dettes seront renégociées et ne seront plus remboursées. Cela crée la panique. Les marchés se convainquent eux-mêmes que le Portugal va mal, alors que la situation n a rien de dramatique (contrairement à la Grèce). En Irlande, le problème est différent : en 2008, le pays a dû voler au secours de ses banques en remboursant les dettes accordées par la France, l Allemagne, le Royaume-Uni, pays qui ont fait pression. En Islande où cela n a pas été le cas, les banques se portent moins bien. Dans les pays surnommés PIGS (ou PIIGS : Portugal, Italie et Irlande, Grèce, Espagne), on pourrait renégocier les dettes, mais on ne sait pas comment passer le cap de Il est à peu près sûr que l un des cinq pays fera faillite et ne pourra rembourser ses dettes, ni payer ses fonctionnaires. La solution serait de faire fonctionner la planche à billets, mais cela est impossible au sein du système Euro. Il faudrait sans doute renégocier les traités pour permettre le refinancement des dettes publiques, sans toutefois donner un chèque en blanc aux gouvernements. La solution serait de financer un grand plan de relance. Mais le contre argument classique est le risque de relance de l inflation. Cela est pourtant loin d être démontré et il est temps de cesser de raisonner de cette façon. En fait, depuis 30 ans, on crée beaucoup de monnaie (plus de 15% par an à partir de 2000, et 30%/an depuis 2008), sans qu il y ait d inflation galopante. L argent sur les marchés financiers crée des bulles qui ne correspondent pas à l économie réelle. La seule exception vaut pour l immobilier, mais les prix de l immobilier ne rentrent pas dans le calcul du panier de la ménagère. On peut même aller jusqu à dire que l inflation serait une bonne chose pour alléger le fardeau de la dette. C était une bonne chose quand les salaires suivaient, mais ce n est plus le cas aujourd hui avec les plans d austérité. Cesser de voir l inflation comme le mal absolu, car ce raisonnement remonte à l Allemagne d avant le nazisme. Cette peur a conditionné les politiques des banques centrales d après-guerre : elles voulaient rester indépendantes des pouvoirs politiques qui avaient fait marcher la planche à billets Nous sommes en plein phénomène de taches solaires : on pense que les matières première, notamment le pétrole, vont augmenter. JC Trichet commence à dire qu il va resserrer les boulons pour contrer le risque d inflation, et on se retrouve dans un cercle vicieux, avec risque de déflation, baisse de l activité économique et hausse du chômage. Prix du pétrole : Il faudrait réglementer les marchés et lancer un grand plan d industrialisation verte. Quoi qu il arrive, les prix vont monter et même si les réserves sont encore énormes, l offre sera freinée par une barrière technique qui limite l extraction à 89 millions de barils par jour. Avec la Chine qui prend de plus en plus de place dans l économie mondiale et une demande qui augmente, les prix vont grimper. On a atteint 140 $ le baril en

4 Il est temps de songer à vivre autrement, revoir l habitat pour mieux l isoler, redéployer le réseau ferroviaire pour moins dépendre du transport automobile, revoir nos habitudes de consommation et cesser de consommer de la crevette thaïlandaise à Noël! Mettre les camions sur les trains ; réduire la croissance des banlieues pavillonnaires invivables sans voiture, créer des noyaux urbains très denses, avec les producteurs agricoles tout autour. Tout cela serait créateur d emplois, au sens de la relance keynésienne. Certains députés sont ouverts à ce discours, d autres continuent de militer pour la construction de centrales nucléaires supplémentaires. Notons aussi que, pour l instant, la France n est plus autonome alimentairement Quelques anecdotes : Gaël Giraud déjeune avec des fonctionnaires du Trésor, dans un restaurant faisant office de cantine officieuse de l Assemblée nationale. A la question : L Espagne va-t-elle faire faillite?, la réponse est Et alors? Nos fonds sont bien au chaud dans nos banques Pour pouvoir créer de la monnaie, il faudrait quitter la zone Euro. Les Allemands se sentent redevables vis-à-vis de la France mais se fichent de l Espagne qu ils n ont jamais envahie. En cas de désastre économique, que ferait un fonctionnaire du Trésor? L un prévoit d acheter une maison à Maisons-Laffitte (banlieue bourgeoise de l ouest parisien) où il connaît un député. En cas de problèmes et d émeutes des pauvres contre les nantis, il sait que le député prendra les mesures qui s imposent contre les casseurs venus des banlieues Temps de questions-réponses : * L économie réelle n a pas beaucoup été évoquée dans cet exposé. 15 % des gens vivent sous le seuil de pauvreté, mais ils ne se font pas entendre * Débat entre libre échangisme effréné et protectionnisme : le protectionnisme n est pas forcément mauvais. La théorie des avantages comparatifs de Ricardo qui justifiait le libre-échange ne tient plus, car on peut aujourd hui transférer des capitaux partout. Un protectionnisme écologique aurait du sens. Etre plus ouvert à la Chine une fois qu elle se mettra à produire de façon plus écologique, d accord. A propos de la Chine : le pays ne cesse de prêter aux US ses excédents commerciaux en achetant des obligations américaines. Elle n a pas intérêt à ce que l économie américaine soit en récession. Les Etats- Unis n ont donc aucune incitation à diminuer leur dette La Chine n a d ailleurs pas non plus intérêt à ce que l euro s effondre, et à ce que le tissu industriel et social européen soit mis en danger. A nous de nous donner les moyens de nous réindustrialiser afin de moins dépendre des Chinois en n étant plus pour eux qu un marché et une destination touristique. * Sur les banques : les banques françaises se portent mieux que les banques américaines, parce qu elles ont eu un comportement plus vertueux, en jouant moins avec des produits financiers risqués. Remarque importante : il y a en France 3 grosses banques qui interviennent sur les marchés financiers. Toute cette discussion ne concerne pas les banques de réseau. Aux Etats-Unis, Gaël Giraud pense qu on devrait revenir au cloisonnement entre banques d investissement et banques de dépôts en rétablissant le Glass-Steagall de 1933, abrogé en

5 * En exigeant un bon rendement pour les obligations que nous achetons, les fonds de pension etc. nous sommes tous responsables de la crise actuelle. Une conversion collective est nécessaire pour que les acteurs sur ces marchés cessent de prendre de tels risques. Exiger de forts rendements rend impossible tout investissement à long terme (notamment les investissements écologiques). Cela pousse au montage d opérations à fort rendement en private equity, opérations restructurant des entreprises pour les revendre ensuite par appartement (cf film Wall Street) * Comment en est-on arrivé à proposer des produits tellement compliqués que les vendeurs ne comprennent pas? Les techniciens créent des produits en fonction des exigences de leurs clients. La question est surtout de réguler les marchés, en interdisant certains produits (même règle que pour les médicaments). Bien sûr, les banquiers vont rétorquer que cela tue la créativité. Pourquoi trouve-t-on autant de polytechniciens dans ces métiers? Parce que les salaires y sont facilement de 30 % plus élevés que dans d autres métiers. * La solution passe par des contre-pouvoirs, par des lois et des réglementations. Ne pas compter sur l éthique individuelle! C est l éthos collectif qui doit s inscrire dans le droit. * Les US injectent beaucoup d argent dans l économie. Mais pour l instant on ne peut pas substituer une autre devise au $. Revenir à la vieille idée de Keynes et construire une monnaie? Les Droits de Tirage Spéciaux du FMI? * Gaël Giraud pense qu il ne faut pas désespérer, qu il y a des hommes politiques compétents et que des solutions existent. Il n est pas souverainiste, sortir de l Europe n est pas une solution envisageable. Certains ont proposé de ressusciter les monnaies nationales pour les échanges intra-europe et de garder l euro pour les échanges extérieurs Pourquoi pas? * Proposition intéressante : s engager en achetant une action à la garder au moins 6 mois, ou ne pas faire de plus-value avant 10 ans, pour ainsi écarter les spéculateurs et permettre des politiques industrielles à long terme. Redéfinition juridique de l entreprise. A quoi s engage-t-on en détenant une action? 5

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise

Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Mercredi 14 mars 2012 Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Synthèse conférence du 29 Février La crise est autant financière qu économique.

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Recrutement financier : état des lieux et perspectives

Recrutement financier : état des lieux et perspectives AUSTRALIA BELGIUM FRANCE HONG KONG IRELAND JAPAN LUXEMBOURG NETHERLANDS NEW ZEALAND SINGAPORE SOUTH AFRICA UK USA Recrutement financier : état des lieux et perspectives Antoine Morgaut - 17/03/2009 1 Sommaire

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise L économie mondiale et particulièrement les économies des pays développés ont connu depuis quelques années un important mouvement de financiarisation. Ce mouvement

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans?

L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans? Texte originel de Adam Hamilton (Zeal Intelligence) Publié le 13 janvier 2006 http://www.zealllc.com/essays.htm traduit et résumé par LS L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans? Les

Plus en détail

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Pour un audit local Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Menu du jour Les administrations locales Prêts structurés et prêts toxiques Le passage obligé de l audit Le cas du Loiret Les

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Banque de France VS Bundesbank

Banque de France VS Bundesbank Banque de France VS Bundesbank How the Banque de France could learn from the best practices of its European partner Alain Mathieu D I S C U S S I O N P A P E R J U L Y 2 0 1 4 Banque de France VS Bundesbank

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

L -franc en 16 points

L -franc en 16 points L -franc en 16 points Résumé : Nous faisons deux constats : Premièrement, nous vivons une massification de la pauvreté et une précarisation du salariat : 5 millions de chômeurs (sans compter les découragés

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem Sommaire Baromètre de L Observatoire Cetelem Moral des Européens : après un point bas en 2009, du mieux pour 2010 Les intentions d épargne : retour du principe

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés. Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii

Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés. Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii 1. Le processus qui a conduit à la crise est générique, le détail est spécifique La dynamique du crédit et

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances

La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances La réforme bancaire de 2013 analyse et insuffisances Jean François Goux 20 Avril 2013 I A quoi servent les banques? Intro : les différentes catégories actuelles de banques 1) les rôles fondamentaux A le

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Nom du sénateur Eric Bocquet Groupe Communiste Républicain Citoyen Sénateur du Nord Paris, le 19 mars 2013 Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Monsieur

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle?

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle? Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? Une bulle immobilière est caractérisée par une hausse rapide de la valeur des biens immobiliers. Elle caractérise un écart important et persistant

Plus en détail

Le risque souverain en zone euro

Le risque souverain en zone euro Patrice PALSKY - FRACTALES s.a. p.palsky@fractales.com Le risque souverain en zone euro FRACTALES 0 Stress Testing Solvabilité 2 n aborde pas explicitement le risque souverain des pays membres de l Union

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

La crise qui débuta avec les crédits subprimes en

La crise qui débuta avec les crédits subprimes en 40 Les dérivés : outils d assurance ou instruments dangereux de spéculation? Les dérivés sont régulièrement pointés du doigt comme des instruments dangereux de spéculation renforçant l instabilité et les

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

L Europe face à la crise économique et financière

L Europe face à la crise économique et financière L Europe face à la crise économique et financière Benoît Cœuré (École polytechnique) Centre d excellence Jean Monnet Rennes, 26 janvier 2009 Plan 1. La crise financière et sa transmission à l Europe 2.

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Chapitre 9 La gouvernance économique mondiale depuis 1944

Chapitre 9 La gouvernance économique mondiale depuis 1944 CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 6 mai 2015 Chapitre 9 La gouvernance économique mondiale depuis 1944 Table des matières 1 Les réformes de l après-guerre 3 1.1 Les objectifs des États-Unis.......................

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN SOMMAIRE LE DOSSIER DE PRESSE Le concept Page 3 Une place de marché pour les passionnés du design Page 3 Nouvelle Vague : une place de marché pour les designers indépendants et les marques avant-gardistes

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers

Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers Michel LAMY [lamy@cfecgc.fr] 78 Il y a ceux qui sont pour le tout capitalisation, il y a ceux qui sont pour le rejet pur et simple des fonds

Plus en détail

INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA ATTENTION! Ceci est la dernière lettre gratuite que nous publions. Si vous n avez pas déjà

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les grands principes de la nouvelle régulation financière ont

Les grands principes de la nouvelle régulation financière ont Éditions La Découverte, collection Repères, Paris, 2010 IV / Régulation financière : arbitrage entre stabilité et croissance Agnès Bénassy-Quéré et Gunther Capelle-Blancard * Les grands principes de la

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014?

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Rédacteur : Sylvain DESEAU, conseiller agro-équipements Chambre d Agriculture du Loiret Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Après une montée en puissance

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE CES Document de réflexion sur la situation économique 2010/1 COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE Un piège financier Qu adviendrait-il si des hauts fonctionnaires

Plus en détail