Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai 2010, Hôtel de Ville, Paris Retranscription intégrale de la Table Ronde 8. Mardi 25 mai, 18:00-19h15

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai 2010, Hôtel de Ville, Paris Retranscription intégrale de la Table Ronde 8. Mardi 25 mai, 18:00-19h15"

Transcription

1 Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai 2010, Hôtel de Ville, Paris Retranscription intégrale de la Table Ronde 8 Mardi 25 mai, 18:00-19h15 Quel rôle pour le système bancaire dans le développement du microcrédit en France? Malgré le grand potentiel du secteur, les banques françaises font très peu de microcrédit à proprement parler. Cette table ronde vise à identifier les blocages actuels, les initiatives et mécanismes en cours afin de définir un modèle viable pour le développement du microcrédit (professionnel et personnel) en France par les banques. Modérateur : - Paul LORIDANT, Secrétaire général, Observatoire de la microfinance, Banque de France. Intervenants : - Bernard CANDIARD, Directeur, Crédit municipal de Paris. - Luc DEMAZURE, Président, Caisse régionale du Crédit Agricole du Nord-Est. - Jacques GUINAULT, Fondateur et président, Bénévolat de Compétences et Solidarité (BCS). - Jean-Marc MAURY, Directeur du département Développement Economique et Economie- Sociale, Caisse des Dépôts. - Jacques PIERRE, Directeur général, France Active.

2 Les intervenants sont à mes cotés. Vous avez à ma gauche M. Bernard CANDIARD, Directeur général du Crédit Municipal de Paris. Jean-Marc MAURY qui représente aujourd hui la Caisse des Dépôts et qui est directeur du Développement Economique et Sociale et qui gère donc pour le compte de l Etat le fonds de Cohésion Sociale et qui donc est un acteur important pour le développement du microcrédit en France. M. Jacques GUINAUT, à la retraite, consacre une partie de son activité à la microfinance et à son accompagnement. Jacques PIERRE, directeur général de France Active, est un des acteurs les plus importants dans le microcrédit professionnel et qui existe depuis plus de vingt ans. M. Luc DEMAZURE, qui est le président du Crédit Agricole Nord-Est, qui se caractérise par un engagement de longue date dans le microcrédit. Le microcrédit est en France une institution qui comporte deux volets : - Le microcrédit professionnel dont on peut faire remonter l existence à plus d une vingtaine d années. L ADIE a été créée en France Active en Pareil pour France Initiative. On peut donc dire que l expérience du microcrédit professionnel est ancienne et que le système fonctionne bien. - L autre volet est le microcrédit personnel. Certains disent «social». En vérité, sous sa forme actuelle, le microcrédit personnel existe officiellement depuis la Loi de Cohésion Sociale, dite Loi Borloo, votée fin 2005, rentrée en application fin Mais les premiers microcrédits personnels ont été distribués fin 2006, début Néanmoins, le volume n est pas, au travers du nombre de dossiers, véritablement déterminant. On peut donc se demander quelle est la place du microcrédit en France : personnel et professionnel? Existe-t-il un modèle économique? Où se situe notre pays dans cette évolution? Jacques PIERRE va nous parler du microcrédit professionnel à travers France Active. Jacques PIERRE : Bonsoir. France Active existe depuis 22 ans et travaille dans le champ de l aide à la création d entreprise. Deux volets : l économie solidaire, qui ne sera pas évoquée. Et celui des très petites entreprises qui relèvent du microcrédit bancaire. Dans ce dialogue dit Nord-Nord, il y a un rapport récent qui essaye de définir ce qu est le microcrédit. Il insiste sur la notion d accompagnement, de plafonds (25000 euros), et le fait que ce soit un prêt à titre onéreux, avec donc un taux d intérêt. Sur les crédits professionnels, il y a deux façons de faire. Les deux impliquent différemment les banques. La 1 ère façon est le microcrédit bancaire intermédié. Les banques prêtent à des associations agréées qui ensuite prêtent aux créateurs. Exemple l ADIE. Deuxième façon, c est le crédit bancaire direct au créateur. C est là que nous intervenons. Ce système comporte une expertise des dossiers, un accompagnement financier et des mises à dispositions garanties. On sécurise ainsi les banques. On appelle ça le microcrédit bancaire garantie. A titre d information, le microcrédit intermédié, c est dix à douze mille dossiers l an passé. Le microcrédit bancaire c est quatre mille dossiers. Par contre, en volume de crédit immobilisé pour l économie. L ADIE, l an dernier, avait 40M d euros de crédit garanties et 70M pour les banques. Soit

3 quasiment deux fois plus pour les établissements bancaires, en termes d argent mis à disposition pour les créateurs. L intérêt de ce système de microcrédit bancaire direct est en trois points : - Il n y a pas de malus à l exclusion : les créateurs accèdent à des crédits bancaires bien dimensionnés par rapport à leur projet. Par conséquent, un RMIste pourra réunir pour un plan de financement de 50 à 60 mille euros de départ environ 25 mille euros de prêt. - Les taux d intérêts sont les taux de marché. L an dernier sur les 70M de prêt bancaires garanties, 80% étaient à des taux inférieurs à 5%. Les banques acceptent de prêter à des créateurs en difficultés à des taux d intérêts corrects. - La limitation du risque par le créateur. Dans 80% des cas, pas de caution personnelle requise. Il ya a donc deux modèles de microcrédit différent. Dans le cas du microcrédit bancaire direct, on est dans une conception du microcrédit de la bancarisation classique du créateur d entreprise avec des prêts d un montant assez important, d un taux de marché, et des cautions solidaires limitées. Ce modèle se développe fortement, avec 70% de croissance l an dernier. Sur le premier trimestre on a plus que doublé l activité. La question pour se projeter dans l avenir, c est comment mieux impliquer les banques. Pour cela on pourrait éventuellement travailler dans deux directions. D une part, mieux cerner le sujet. Définir des indicateurs de mesure et d impact, d impact sur l emploi, de pérennité des entreprises, etc. Car aujourd hui on cerne encore mal les volumes économiques mis à disposition des créateurs. D autre part, il faudrait peut-être faire en sorte de rechercher un équilibre économique. Le système est fortement, à ce jour, financé par la puissance publique. Les garanties les plus importantes sont celles du Fonds de Cohésion Sociale et des collectivités locales et de l accompagnement, à l instar de l ADIE, financé par les puissances publiques. Il est impossible d équilibrer les coûts de ce type de projet. Il y a donc une plus-value pour la banque. Celle-ci apporte une expertise, garantie qui ne lui coûte quasiment rien, et derrière, dans 4 cas sur 5, elle a un client pérenne. Peut-être par conséquent que l une des voies de réflexion serait de voir avec les partenaires bancaires s ils ne peuvent financer une partie de ce coût d accompagnement. Cela commence à se dessiner avec certaines banques dans certaines régions. Mais peut-être l implication de la communauté bancaire peut-être cherchée dans ce point. Dans ce premier point il faudrait mieux comprendre ce qu il se passe et effectuer des mesures. L inspection générale des finances a évoqué l idée du CRA à la française : Community Reinvestment Act, qui oblige les banques américaines à publier des statistiques concernant leurs activités en faveur des personnes en situation d exclusion. De là à aller jusque là une meilleure visibilité du dispositif serait en tout cas apprécié. Il y a aujourd hui quelque chose qui se développe très fort, et auquel les banques adhèrent bien : 85% des banques mutualistes et plus récemment des banques commerciales. La Fédération bancaire Française qui a signé un accord de partenariat avec nous au mois de janvier appuie beaucoup de mouvement. Il y a en tout cas de la place en France. En Europe ça reste à préciser. Le réseau européen du microcrédit va y réfléchir. Il y a en tout cas la place pour le développement de deux systèmes parallèles non-concurrents de deux microcrédits pour les créateurs d entreprise qui ont de beaux jours devant eux. Merci. Bernard CANDIARD va nous éclairer sur le microcrédit personnel ou social à travers les initiatives récentes du Crédit Municipal de Paris.

4 Bernard CANDIARD : Merci Paul. Le Crédit Municipal de Paris a 233 ans, Créé en 1777 dans le but de faire du prêt sur gage. Et nous continuons à faire beaucoup de prêt sur gage avec plus de 500 clients par jour en ce moment. Nous nous sommes étendus au microcrédit personnel car nous avons considéré que de nombreux parisiens n avaient pas de biens à gager et parce que les banquiers, sensés prêter aux personnes qui n ont rien à gager, ne le font pas. En particulier les personnes qui sont dans des situations fragiles (cdd, intérim, ). C est donc l objet du microcrédit personnel, plus récent que le microcrédit professionnel, et qui vise précisément à éviter à des personnes de tomber dans des situations de précarité à cause d évènements dans leurs vies (décès, divorce, frais de santé, ). Nous venons donc en complément de ce qui existe. Le Crédit Municipal a souhaité se placer dans cette logique. Lorsqu il existe des dispositifs sociaux qui permettent aux gens de leur éviter des prêts, ces dispositifs sont privilégiés. Nous travaillons donc avec les services sociaux d Ile de France. Nous avons, dans cette optique, interrogé les services sociaux pour savoir dans quelles situations ils étaient en échec. Nous sommes donc intervenus en complément de cette activité. A savoir également qu en Ile de France, le microcrédit personnel est peu développé. Il y avait donc quelque chose à faire dans ce domaine. Nous avons donc rencontré les banques qui ne faisaient pas de microcrédit chez nous. Par exemple le Crédit Agricole fait vraiment des initiatives passerelles exceptionnelles, mais pas en Ile de France. La raison avancée est qu ils ne connaissent pas les partenaires sociaux. Nous nous sommes donc placés en complément avec une vingtaine de bénévoles, et 5 salariés à temps plein. Nous en aurions pris plus si nous avions plus de place. Il n est pas difficile de trouver des banquiers pour qui c est une manière de faire du social. Au contraire des travailleurs sociaux à la retraite qui considèrent souvent avoir déjà «donné». Dans cette action sur le microcrédit personnel, nous avons démarré il y a un peu plus d un an. Et tous les trimestres nous doublons notre activité. Nous avons fait aujourd hui plus de 600 microcrédits. Ce qui est peu. Mais nos bénévoles ont répondu à douze mille appels téléphoniques, et leur priorité n est pas de placer du microcrédit mais d informer pour aider à trouver ce qui convient. C'est-à-dire préférentiellement ce qui est de l ordre du don que de l ordre du prêt. Mais nous avons le sentiment à travers cette expérience d un peu plus d une année que le prêt n est pas la mauvaise solution pour un certain nombre de cas. Que c est restructurant pour un certain nombre de gens de réussir à rembourser un prêt et de se réinsérer. Nombreux ne sont pas des assistés et ne veulent pas l être. Et la formule du prêt, à travers le facteur confiance, a son importance. Notre résultat, dû en partie au fait que nous avons recours à des banquiers bénévoles, en particulier des banquiers de la Banque de France. Nous avons eu à ce jour un seul impayé sur cinq à six cents prêts, en un peu plus d un an, ce qui est un peu serré. Il faut donc certainement être moins sélectif. Aussi, nous avons le sentiment, en tant qu animateur d un réseau, et sous la vigilance de la Caisse des Dépôts qui nous suit depuis le départ, qu il y a un souci d assouplissement qui serait requis. Aussi, nous souhaiterions mieux sensibiliser les agents bancaires, car dans les banques il y a un nombre très réduit de personnes sensibilisées au microcrédit. Ceci n est pas imprégné dans les réseaux. Aussi, les travailleurs sociaux n aiment pas les prêts car cela signifie s endetter, et ils n aiment pas ça. Nos bénévoles, y compris banquiers, ont besoin d une formation ad-hoc pour être plus près des gens, afin qu ils soient proches des gens mais sans se mettre en danger. Cette expérience d un an m amène à penser qu il est nécessaire qu il y ait une mobilisation de l ensemble des acteurs. Ainsi qu une formation ou tout au moins une sensibilisation pour réussir.

5 Le microcrédit qu il soit personnel ou professionnel est donc un crédit et à ce titre se rembourse. Il est aussi accompagné. Il y a des initiatives intéressantes dans ce domaine. Jacques GUINAULT va donc présenter l une de ces façons de faire. Jacques GUINAULT : Je suis retraité de BNP Paribas depuis cinq ans. Une pensée m a marqué depuis déjà longtemps : «le microcrédit, c est apprendre à quelqu un, qui n a pas d emploi, à se faire de l argent plutôt qu à lui en donner sans rien lui apprendre.» Je me souviens aussi d une anecdote qui avait peut-être aidé à ma réflexion future: il y a trente ans, j étais au Burkina Faso. Il y avait déjà là-bas comme du microcrédit avant l heure. On avait prêté à quelqu un de l argent pour s acheter une mobylette. Il remboursait régulièrement puis au bout de six mois, il a eu un accident. Il a arrêté de rembourser. Plus de mobylette, plus d objet, plus de crédit. C est sans doute pour cela que, la retraite venant, j ai pensé qu il pourrait être intéressant de faire quelque chose dans l accompagnement à la création d entreprise et à l éducation financière, en créant une association de bénévoles, dont j ai le plaisir d être président, appelée BCS (Bénévolat de Compétences et Solidarité), avec l appui de BNPP et de l association de retraités de cette banque. BNPP, déjà fortement engagée dans le partenariat financier notamment avec l Adie depuis 1993, a trouvé dans cette initiative un prolongement naturel de sa responsabilité sociale et citoyenne. Notre rôle chez BCS est de promouvoir, susciter, encourager le bénévolat des actifs et retraités de BNPP en faveur des Organismes de micro-crédit. Donc nous expliquons aux personnes qui le souhaitent quels types de fonctions ou de mission sont à remplir au sein de l ADIE, France Active, France Initiative, Crésus également pour ce qui est du surendettement. Et nous les mettons en relation avec l Organisme choisi. Alors à la question précise posée : «quel rôle pour le système bancaire pour le développement du microcrédit en France?», le choix que BNPP a préféré jusqu à maintenant, c est d agir en partenaire et accompagnateur des Organismes développant le micro-crédit plutôt qu en acteur direct. Pourquoi? Parce qu à la différence de la banque classique, pour le microcrédit les Organismes spécialisés ont un programme de formation expliquant en amont et en aval ce qu il faut faire avec un crédit, ou dans la gestion d une petite entreprise par exemple. Il s agit là d un véritable métier, différent de celui des banques classiques, et pour lequel les Etablissements de micro-crédit sont parfaitement adaptés. En revanche, le partenariat financier et l accompagnement par des bénévoles, formés dans cet esprit, en renforçant les moyens des organismes spécialisés, participent fortement à l essor du microcrédit. Rappelons, à cet égard, la mise en place par BNPP du «Projet Banlieues» à la fois pour aider à installer des antennes de l ADIE dans des zones sensibles, et soutenir des associations d insertion. Mais aussi la création, il y a quelques années, d une cellule internationale de micro-crédit pour les pays émergents. Pour terminer, l objectif du microcrédit est d être temporaire : les clients ont vocation à devenir des clients banalisés du secteur bancaire. Sur ce plan l effort a été fait également pour accueillir ces clients avec des conditions privilégiées avant qu ils deviennent «bancables». Ces accompagnements qui existent sont sans doute un peu ignorés : il y a de la pédagogie, de la formation, de la connaissance réciproque à faire, car c est un aspect du microcrédit aussi essentiel que le prêt d argent. Dernière chose, je pense qu il faut continuer à créer de l information autour des organismes qui dispensent du microcrédit afin d apporter la clarification et la clarté nécessaire pour que tout le monde comprenne bien de quoi il s agit.

6 Merci Jacques GUINAUT. Je donne la parole au président Luc DEMAZURE, Président de la Caisse régionale du Crédit Agricole du Nord-Est. Le Crédit Agricole a cette caractéristique d avoir créé une démarche spécifique, appelée Passerelle, un nom symbolique permettant d aller d un lieu à un autre. M. DEMAZURE va vous expliquer son approche du microcrédit personnel ou professionnel et de l accompagnement. Luc DEMAZURE : Merci. Bonsoir à toutes et à tous. D abord permettez-moi de dire que les caisses régionales du Crédit Agricole sont par nature décentralisées, ce qui explique d ailleurs que sur un tel sujet, elles y vont chacune à la vitesse de leur histoire et pour les nécessités de leur territoire. Ce qui fait que peut-être, c est une des raisons qui a fait que la caisse régionale dont j ai le plaisir d être le président a lancé il y a maintenant 13 ans la logique des points Passerelle. Cette logique n est pas directement du microcrédit, mais d aider certaines personne qui sont en voie de très forte fragilisation pour des raisons d accident de la vie - généralement chômage ou divorce - et qui ont derrière des problèmes de budget. Ces points Passerelles, situés en dehors de nos agences, au niveau de nos caisse régionales de pouvoir accueillir à l aide de nos animateurs ceux que l on appelle les requérants qui sont en difficulté. Les écouter, les accueillir, leur donner éventuellement quelques conseils, dans certains cas les aider par de la médiation, et en toute état de cause les aider à régler leurs problèmes. Ils ne sont pas forcément uniquement de type bancaire et ne nécessite pas uniquement d avoir de réponses de type crédit. Même dans nos démarches, grosso modo, c est à peu près 15% des requérants qui voient la logique du microcrédit qui leur est proposée. Dans le reste des cas, c est pour beaucoup les aider à faire des démarches vis-à-vis d organismes sociaux, de type juridiques, ou de la gestion de leur budget courant, voire de les accompagner dans la rédaction de leur dossier de surendettement. A peu près 30% des cas vont dans ce sens là : les accompagner vers la banque de France. La logique pour les animateurs est de pouvoir les recevoir jusque 3 fois. Le taux de réussite de ces points ont relativement important : environ 75 %, totale ou partielle, sachant que dans 10% des cas c est plutôt un problème d orientation mal faite, et dans 15% des cas, les échecs et les abandons sont liés au fait que les requérants s imaginaient pouvoir trouver une subvention comme ça, alors qu une des nécessité pour ces requérants est d avoir eux-mêmes la volonté de s en sortir. Si jamais on leur octroi un crédit dit «solidaire», c est bien entendu le fait de s engager à accepter d avoir avec eux un accompagnateur pendant toute la période de la durée de leur crédit. Quelques chiffres, puisque les ¾ des caisses régionales ont rejoint ce dispositif : quelques requérants sont venus dans notre grosse cinquantaine de points Passerelle et nos 80 animateurs. Derrière cela, lorsqu un crédit est réalisé, nous avons un dispositif de suivi obligatoire qui est mis en place et qui est fait par un bénévole de nos associations : environ 350 personnes, dont environ 250 anciens salariés des caisses régionales particulièrement bien formés (les autres suivant des formations), 1 à 2 rencontres de 30 à 45 minutes par mois avec chaque requérant, chaque accompagnateur ayant en général 3 à 5 dossiers. Cet accompagnement est absolument essentiel : quand on regarde les résultats au niveau des créances douteuses et litigieuses et je parlerai au niveau de ma caisse régionale -, nous sommes très près des créances classiques : 3 à 4% au lieu de 2 %. Ce qui montre bien que grâce à notre accompagnement on arrive à avoir des résultats formidables. Derrière, les crédits donnés sont de 3 types. Type Borloo depuis 2006, avec l avantage de la garantie mais avec l inconvénient que les FICP (Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers) ne sont pas acceptés et que seuls 350 dossiers ont été faits dans ce sens sur l ensemble des caisses régionales pour environ Une action, qui avait été mise en place l année précédente sur la quasi-totalité des caisses régionales, a peu près dans les mêmes conditions d octroi que le microcrédit personnel Borloo, «l avance coup de main»,

7 a eu bien plus de répondant puisque nous avons fait environ 2000 dossiers pour un encours de l ordre de 4M jusqu à ce jour. Les crédits de type Passerelle, plus solidaires : à peu près aussi 2000 dossiers pour un encours total une vingtaine de millions d euros. Vous voyez que ce sont des sommes non négligeables qui sont mises en place dans ce cas. J ai évoqué bien entendu le microcrédit. Pour le professionnel, l ensemble de caisses régionales travaillent soit sur des dispositifs propres qu elles ont créés elles-mêmes, soit en partenariat avec des organisations existantes, ADIE, France Active, etc. J insiste pour le point le plus important, c est bien entendu la phase d accompagnement. Dans une caisse régionale comme la mienne, l association dite Passerelle, qui comporte à la fois des lieux extérieurs et un personnel détaché de la caisse régional, est financée dans l ensemble par la caisse régional ; les accompagnateurs qui sont tous bénévoles n apportent pas de coût complémentaire ce qui fait que globalement l ensemble de ces actions ne sont pas sur le plan bancaire direct une charge. C est bien une action spécifique qui est faite par les caisses régionales dans ce cas. M. le président merci. Je me permets d attirer votre attention sur ce que vient de dire à la fois le président DEMAZURE et Jacques GUINAULT. On ne peut pas dire, par les temps qui courent, que l image des banques soit revalorisée aux yeux du grand public. Et pourtant l un et l autre viennent de vous expliquer que leurs établissements bancaires consacrent du temps à accompagner des personnes dans leurs démarches administratives, bancaires, voire sociales et ne l imputent pas sur le compte d exploitation de leurs entreprises (ça c est étonnant). Ils ne sanctionnent pas leurs salariés s ils passent trop de temps à faire de l accompagnement social auprès d une de leur catégorie de clients. De plus, ces établissements font cela au titre de la RSE, la responsabilité sociétale de leur entreprise. Franchement, on ne vous croit qu à moitié, et pourtant je sais que c est vrai. Tout cela pour dire qu il est en train de se passer quelque chose dans le domaine du microcrédit et de la micofinance. Et que l idée que le modèle économique équilibré, voire bénéficiaire, s impose dans la microfinance. Dans les relations Nord-Nord, en France, ce n est pas aussi évident. Nous ne sommes pas sûrs qu il existe un modèle économique du microcrédit en France. Et pourtant, il s en fait, et s il s en fait ce n est pas nécessairement au nom de la rentabilité financière. En gros, c est là le message, messieurs, que vous venez de nous délivrer. Alors je vais donner la parole à Jean Marc MAURY comme dernier intervenant. Lui gère les fonds de l Etat au travers du Fonds de Cohésion Sociale de la Caisse des Dépôts, qui fixe des critères. Il est donc un des acteurs pour le développement du microcrédit en France. Certains de nos interlocuteurs ont mis le doigt sur des difficultés : le fait d être fiché à la Banque de France est un frein pour accéder au microcrédit ; le regroupement de crédit ou le refinancement de crédit n est pas nécessairement autorisé. Bref, il faut que l Etat bouge pour que la CDC qui est son bras séculier fasse évoluer ce dossier. Jean-Marc MAURY : Premièrement, nous sommes les seuls à ne pas faire travailler uniquement les retraités! Ce que je vous propose est de travailler en 2 temps. D abord, un petit mot rapide sur l action de la CDC dans ce secteur, et puis après je souhaiterais revenir sur certains points abordés par plusieurs d entre vous afin d apporter quelques précisions ou d engager une petite discussion. D une part, pourquoi la caisse. Si la CDC, on en entend parler souvent à l occasion de grandes opérations financières, là on est plus dans un secteur qui peut paraitre atypique. Or si on se réfère à la mission qui a été confiée par le parlement à la Caisse, c est un groupe public au service du développement économique du pays. Ce ne sont pas uniquement les entreprises du Cac 40, cela commence avec les très petites entreprise et cela passe aussi avec le retour à l emploi et la cohésion sociale au sien du pays. Ce qui explique deux choses, c est d une part l intervention depuis plus de 20 ans sur l aide à la création

8 des TPE. Nous étions un peu à la naissance, sur le berceau, des grands réseaux d aide à la création d entreprise. Et deuxièmement nous avons signé avec l état une convention qui s appelle «agir pour l emploi», où à travers diverses dispositions nous consacrons une partie de nos fonds propres à l aide au crédit ; mais également nous sommes gestionnaires du Fonds de Cohésion Sociale et donc nous gérons à ce titre des crédits d état d intervention pour soutenir le microcrédit. Et donc on a sous cet angle-là effectivement une vision un peu globale des choses sur ce qui se passe tant du côté du microcrédit professionnel que personnel. Schématiquement, je voudrais vous faire partager ces quelques constations à travers quelques chiffres. Microcrédit professionnel, c est : si on fait bloc et j y reviendrai sur les aspects définitions, de tout ce que l on peut assimiler à du microcrédit professionnel, c est-à-dire en dessous de seuil reconnu par l UE soit 25000, on y rajoute les garanties et les choses de ce genre on arrive à entreprises aidées par an. Cela parait relativement conséquent, mais quand on rapporte ça à l ensemble des créations d entreprises surtout après l impact du «microentrepreneur», on est quand même plus près de 8% du total que d autre chose. Plusieurs d entre vous ont évoqué le rapport de l IGF sur les aspects microcrédit qui est sorti en début d année. Dans ce rapport, il y a une petite simulation sur le nombre potentiel sur le microcrédit professionnel : cela doit être aux alentours de On peut dire qu il se passe des choses mais qu il reste de marges de progression. Et ceci au bout de 20 ans et avec des réseaux structurés. Sur le microcrédit personnel, comme le disait Paul Loridant, on en est au tout début. C est une démarche bien particulière qui a besoin d être intégrée par les différents acteurs. Bernard Candiard disait tout à l heure : les accompagnateurs sociaux sont perturbés par le microcrédit puisque de part leur formation souvent ils étaient plus dans une démarche de dons que de prêts. Ces premières années cela a été aussi pour former ces accompagnateurs afin d intégrer cette autre démarche. Au bout de 4 années pleines de distribution, en 2009 on était aux alentours de 5600 microcrédits personnels. Ce n est pas énorme, simplement on progresse entre 30 et 40% tous les ans ce qui est beaucoup plus sympathique et on espère pouvoir en distribuer pas nous mais les partenaires impliqués- 8 à cette année. Donc il ya une progression continue et une intégration, une généralisation du dispositif. C est quand même un premier objet de satisfaction car cela signifie que le binôme constitué systématiquement d un établissement financier et d un réseau accompagnant se répend et se généralise. Jusqu à une date récente il y avait peu d établissements financiers, de grands réseaux de distribution (je mets à part les banques fédérales qui sont une structuration particulière). Ils commencent à entrer dans le dispositif de microcrédit ce qui signifie que cela se banalise. Pour le professionnel, à l occasion d un colloque en fin 2009 il y a eu signature d un accord entre la fédération des banques françaises, l état et la caisse pour sensibiliser l ensemble des acteurs et des réseaux à l intérêt d avoir une démarche de valorisation du microcrédit. Ce sont des points positifs, et cet accord là a été décliné à plusieurs reprises soit en région soit par des accords particuliers entre des réseaux et des banques. Il y en a eu un pour France Active au moment du salon des entrepreneurs qui a été signé avec la BNP, et ainsi de suite. On est dans une démarche de pénétration du tissu économique de l intérêt de recourir au microcrédit. Cependant, c est Jacques Pierre qui le disait, qu il s agisse du microcrédit personnel ou professionnel ce n est pas une opération sur laquelle l établissement financier gagne de l argent et il est rare qu il puisse équilibrer les choses, c est le moins qu on puisse dire. Ceci génère quelques petits soucis : c est la question du taux. Mais au-delà, du nombre! Car même si il est difficile de faire quelques opérations de crédit, ouvrir lignes de crédit à des foyers qui pourraient en avoir besoin On ne boxe plus dans la même catégorie. Il faut à ce titre-là appréhender le rôle des établissements financiers, mais aussi des autres acteurs, pour essayer de voir comment on pourrait développer un mécanisme de microcrédit et ne plus se cantonner à l aspect de microcrédit au cas par cas, mais se placer plutôt au niveau de la responsabilité sociale de l entreprise, sur la publication de l implication des établissements financiers en matière de microcrédit

9 et des aspects non directement quantifiables. SI on se réfère au projet de loi sur le crédit consommation, il y est fait mention, à l initiative de Mme. Lagarde, de la parution de façon périodique de l implication des établissements financiers en matière de microcrédit. Il y a également un élargissement des cas de recours au microcrédit. Dans sa version telle qu elle va être soumise aux parlementaires dans sa deuxième lecture, il y a pour répondre à la critique du FICP une petite mention qui consiste à dire que le FICP en tant que tel n est pas de nature à justifier a priori le refus d un crédit. Tout ceci ce sont des petits éléments qui devraient permettre de dégeler la situation. Il y a par contre une limite, notamment pour le microcrédit personnel je pense qu il y a un arbitrage à trouver : ce serait le dénaturer si il devenait une véritable nouvelle forme de crédit consommation pur et dur. Si il devient un simple crédit comme un autre, on ne va plus distinguer du reste, il n y a donc aucune raison qu on ne retombe pas par ce bais-là, sur des errements type surendettement. On est sur une voie étroite où les positions évoluent, se dégèlent petit à petit, le tout étant que l on continue à progresser rapidement. Merci Jean-Marc. Mesdames, Messieurs, il était prévu qu autour de 19h vous ayez la parole : nous attendons vos questions. Question : Claude XXX du Crédit Coopératif. Je trouverais intéressant qu on voit les autres facettes du métier du système bancaire, c est-à-dire que je pense qu une banque peut intervenir sur d autres types d activité que le simple contact avec le client et l accueil. Quand on intervient par exemple en refinancement, en garantie ou en créant des produits solidaires qui amènent des fonds aux entreprises qui interviennent dans le crédit solidaire. Quand on voit le modèle de l ADIE par exemple, au début l ADIE ne prêtait pas directement, c étaient les banques qui intervenaient. Maintenant ces dernières refinancent l ADIE. Donc je pense qu il existe une variété d intervention possible pour favoriser le développement du microcrédit. En effet, Il n y a pas de modèle unique. Il y a des structures qui ne font que de l accompagnement, et en amont et en aval. Et le prêt est fait par une banque. Le Crédit Municipal de Paris a une plateforme et a passé convention avec 4 banques. Le Crédit Municipal instruit le dossier et c est une des banques qui fait le crédit. L ADIE peut aujourd hui prêter directement sur ces fonds propres mais elle peut aussi emprunter pour re-prêter. Seule chose dont on est sûr c est que c est un crédit et qu il doit être remboursé : ce n est pas du don, de l aide sociale. Nous en sommes tous d accord et nous pensons que c est important. Car pour ces populations-là, cela constitue une chance pour retrouver sa dignité. Cette dimension est à intégrer. Jean Marc MAURY : En repartant de ce que vous disiez madame, je pense qu il est effectivement intéressant, important, utile que l on est cette diversité, c est-à-dire des établissements financiers purs et durs, comme le vôtre, et puis des associations qui peuvent à la fois emprunter pour reprêter car cela signifie que dans le schéma que nous sommes en train de bâtir, il n y a pas un point d entrée unique vers lequel serait dirigé ceux qui ne peuvent pas se financer, se tourner vers toute la gamme et qu il n ya pas d outils qui les marginaliserait peut-être un peu plus. Le fait qu il y ait toujours la possibilité du mouvement associatif à compétence élargie, mais aussi de l établissement financier, c est la preuve qu on est potentiellement

10 dans une démarche justement d insertion et cela c est la richesse de ce qu on est en train de bâtir avec deux aspects qui sont, à mon sens, les plus intéressants. A contrario, cette diversité porte le refus d un autre modèle : il faut savoir que la fédération bancaire française s est interrogée un moment s il fallait créer une «banque des pauvres». En gros, on aurait pu demander à la Banque Postale, par exemple, de se spécialiser dans le microcrédit. Le choix délibéré des pouvoirs publics mais aussi de la profession bancaire (la FBF) a été de refuser ce modèle. Il a été demandé à toutes les banques (les mutualistes avaient déjà de l avance) de promouvoir le développement du microcrédit. On est donc dans un modèle diversifié. Oui madame? Question : Pascale XXX, Société Générale. Les banques ont en général des calculs de taux d endettement et des plafonds de taux pour ces taux qui sont tels qu il est très difficile à des gens qui sont surendettés d accéder à des crédits de consommation qui pourtant leur permettraient vraissemblablement de sortir un peu de sortir de situation de crise. Il s agirait simplement d assouplir un peu les règles. Est-ce qu il y a des réflexions en ce sens? Sujet difficile. La position des autorités de la Banque de France du Gouverneur- est qu une personne surendettée, qui est inscrite au FICP, ne doit pas accéder au microcrédit parce que la banque et les autorités, considèrent que ce serait aggraver sa situation. Cette vision est défendue et partagée avec les fonctionnaires de Bercy. J ai vérifié car on est dans mon cœur de métier : elle est partagée par les hautsfonctionnaires de Bercy. En vérité, il y a déjà une expérience d assouplissement puisqu on a demandé au Cosef, à titre expérimental, de traiter 600 dossiers de personnes inscrites au FICP, donc surendettées vraisemblablement et de leur permettre d accéder au crédit. L expérience est en cours et on l a prorogé à la demande des pouvoirs publics. C est une question qui est posée régulièrement par certains réseaux accompagnants. Ceci dit, c est un sujet difficile. Il faut quand même un suivi très serré pour considérer qu une personne surendettée puisse s en tirer en lui faisant un nouveau crédit. Ce n est pas si simple. Je sais bien qu on peut restructurer des crédits mais enfin le dossier est difficilement plaidable auprès des Pouvoirs Publics. Question : Je crois que je me suis mal exprimée, je pensais aux personnes très mal endettées, il y a une frange de personnes qu un rien pourrait basculer sur le surendettement. Elles ne rentrent pas dans les cases : elles n ont pas le droit à la procédure de surendettement mais pas à de nouveau crédit. Je suis d accord : on est sur un autre sujet. Il est traité dans la loi de crédit conso qui est en cours de discussion devant le Parlement puisque c est une restructuration de dette. Là, ce sont les banquiers classiques. Comment faites-vous? Luc DEMAZURE : C est vrai, que dans ce cas-là au niveau de l association Passerelle et de ma caisse régionale, on accepte quelques dossiers de mal endettement, pas de surendettement bien entendu. Mais là, ce que l on disait tout à l heure les uns et les autres, au niveau de l accompagnement, c est encore plus fort. Il faut

11 absolument un engagement sans faille de la personne que l on accepte dans ce sens, et un accompagnement d une très grande rigueur. Mais ce sont des choses qui marchent, dans ma caisse on appelle cela des prêts en partie de prêts solidaire. Jusqu à présent, nous n avons pas de défaut particulier, pas plus que des créances douteuses et litigieuse classiques. Mais je vous assure que l accompagnement est extrêmement fort. Je en crois pas qu on pourrait faire un nombre de dossier considérables dans ce cas-là. Un complément de réponse par Bernard Candiard du Crédit municipal. Bernard CANDIARD : Merci oui. Plus de 20% de nos bénéficiaires de microcrédit sont IFCP, et nous ne constatons pas du tout de situations plus difficiles au niveau des remboursements, c est plutôt une réussite à ce titre. Nous avons même une dizaine de cas de surendettement pour lesquels dans le cadre de la procédure expérimentale en cours, la commission de surendettement est d accord pour que nous fassions le prêt. Ce sont des cas un peu limite qui remboursent très correctement car nous aidons ces gens à faire fasse à la situation difficile qui est la leur. Cela montre que sur le microcrédit, les formules couperet ne sont pas très adaptées et qu il faut laisser un peu de souplesse aux acteurs de terrain à condition que l accompagnement soit là : qu on puisse effectivement être auprès de la personne, comprendre ces difficultés et accompagner sa démarche ans la dignité. On arrive alors effectivement à passer des caps un peu compliqués. Pour notre part, nous estimons qu un certain endettement, un crédit revolving qui handicape une personne par exemple (c est quand même 21% d intérêt), doit pouvoir être racheté. Alors nous sommes un peu à la pointe là. Nous avons le soutien de la ville de Paris pour el faire en dehors du Fonds de Cohésion Sociale, mais nous espérons bien sûr que le Fonds de Cohésion Sociale au vue de notre expérience, acceptera de nous suivre dans cet assouplissement. Il est sûr que le microcrédit relève du sur-mesure, ce qui explique d ailleurs la difficulté d industrialiser le processus. C est un débat permanent. J entends bien que des banques développent le microcrédit au titre de leur responsabilité sociétale d entreprise, mais je ne sais pas si cela durera toujours. C est pour cela que tout ce qui peut aboutir à une sorte d industrialisation du modèle peut aller dans le bon sens car cela fera baisser les coûts. Oui Monsieur? Question : Bonjour, Antoine XXX, bénévole à ATD Quart Monde. Je devais venir avec deux personnes de notre association mais qui ont refusé de venir sous les ordres de l hôtel de ville, ils étaient un peu gênés du décor. Pourquoi on ne parlerait pas de méso-crédit? J ai entendu cela il y a 15 jours. Puisqu on parle beaucoup de l union depuis le 9, il se passe des choses avec tous les drames qui s opèrent en Grèce par exemple. Le montant moyen de ce crédit n est pas 1100, mais plutôt 2500 voir euros. L UE serait sur le point, si les pays membres sont d accord, de débloquer un certain nombre de fonds. Que pouvez-vous nous dire sur cette initiative de l UE? Parce qu on ne s en sortira pas tout seul, francofrançais, avec toutes les belles initiatives que l on a, avec, tout confondu, 60M de microcrédit, alors que le crédit revolving à lui tout seul à produit 29Md. Ne pourrait-on pas un peu accélérer, et se dire qu il y a peut-être des moyens. Par ailleurs, tout le monde n a pas l impédance pour porter un projet. Il y a besoin en effet d énormément d accompagnement. Moi cela fait 22 ans que j accompagne des

12 personnes, pendant un an ou deux, à retrouver un peu de dignité et d insertion dans notre société. Cela peut prendre jusque 5 ans. Mais une fois qu ils on retrouvé cette dignité, si par hasard il y a un projet à la clé et qu on leur dit : il va falloir vous présenter sous différentes formes, avoir des justificatifs, etc. - car ils sont à nouveau dans le système bancaire classique- et bien ils se voient refuser le microcrédit professionnel auquel ils aspirent. Ma dernière question : combien d organismes travaillent, entreprennent pour un micromarché de 45M? Est-ce que l on ne pourrait pas nous mettre un peu ensemble, arrêter de travailler chacun dans notre coin et dire : j aime beaucoup toutes ces initiatives, mais à un moment, ne faut-il pas avancer ensemble. Il y a 8 millions de personnes, d après ATD Quart Monde, qui sont en effet soit exclues soit non plus d accès soit ne sont plus en condition d être financées. Ne pourrait-on pas travailler plus ensemble? C est pour cela que j adore Convergences2015. On va essayer de répondre à vos questions. Sur la première, je vous signale que votre information date un peu, car dans la définition européenne du microcrédit le seuil est de Tout crédit inférieur à ce seuil peut être considéré, au point de vue des règles de l union européenne, comme un microcrédit. En réalité c est un peu plus compliqué car c est un compromis entre les anciens pays de l Est, on va dire la Roumanie où 40% de la population n est pas bancarisée et donc lorsqu on accède à un crédit pour une entreprise on considère cela comme un microcrédit. Alors qu en France, la moyenne du microcrédit personnel est de 2000 et en deçà de pour un microcrédit professionnel. Avancer tous ensemble, je veux bien mais le monde n est pas en situation financière exceptionnelle pour faire du microcrédit. Je ne sais pas ce que vous en pensez, je pense qu il faut laisser faire le mouvement bancaire. Je trouve plutôt rassurant qu enfin au mois de janvier dernier la FBF a donné conseil à ces adhérents d accélérer le mouvement. Je pense que cela va plutôt dans le bon sens. Pour votre deuxième question, sur l accompagnement Jean-Marc MAURY : Dans votre exemple, vous prenez quelqu un qui est pratiquement réinséré, qui est porteur de projet et qui se voit fermer la porte. Je dirais a priori qu on est typiquement dans le schéma de Nacre. C est-à-dire que c est quelqu un qui est au chômage ou bénéficie de minima sociaux (l état a mis en place un dispositif particulier sur Nacre) avec un prêt jusque adossé à un prêt bancaire. Alors, effectivement en fonction du projet, des garanties qu il peut apporter, il peut se voir opposer un refus, mais en même temps on trouvera toujours ce cas-là. A l inverse, ce que l on peut dire c est qu en 6 mois de temps on en a eu à peu près qui ont trouvé par ce biais-là le moyen de réaliser leurs projets. C est des petits segments positifs, on est bien loin effectivement de la droite parfaitement plane et pavée uniquement de réussite. Mais je pense que ces petits bouts mis les uns à coté des autres nous permettent d avancer. Je ne suis pas d accord avec vous sur votre perception du troisième point. La diversité que vous voyez là c est aussi la diversité des modes d accompagnement. Généralement une association a tendance à travaillera avec une banque ou réciproquement : il se tisse des liens de confiance. La diversité des réseaux d accompagnement se retrouve aussi dans la diversité des établissements financiers présents et qui s impliquent progressivement. Je pense que cela favorise plutôt la couverture des besoins que la dispersion. Il y a un aspect encore plus intéressant : les établissements financiers «dépensent un peu moins», car on sait que chaque microcrédit n est pas source de bénéfices. Le fait qu il y en ait un peu moins, cela en insiste d avantage à enter dans le dispositif, au moins dans un premier temps. Dernière chose, ne pas oublier que l on n a que 5 ans dernières nous : on ne fait pas une réussite absolue en 5 ans.

13 Bernard CANDIARD : Notre démarche au crédit municipale a été à peu près ce que vous dites : on a demandé aux acteurs tout autour pour qu on travaille sur une plateforme ensemble. En Ile de France, on rassemble les 4 banques qui ont voulu travailler avec nous et nous sommes en contact avec quelques autres banques en espérant qu ils voudront bien nous rejoindre. Nous travaillons également avec une trentaine d associations qui sont avec nous dans le dispositif. Nous avons passé des accords avec les services sociaux pour l ensemble de l île de France. Ce que je constate, c est que toutes les semaines, nous avons un comité des crédits avec les 4 banques qui sont nos partenaires, que nous nous répartissons les dossiers et que nous arrivons à faire tourner la machine et ce qui n est pas très fréquent, dans un esprit de dialogue réellement très positifs. Il en va autant avec les associations, et je crois que cela répond un peu à votre attente. Mesdames et Monsieur, merci de nous avoir écoutés jusqu à cette heure si tardive et merci aux intervenants.

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans!

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Saint-Etienne, le 18 mars 2013 Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Vendredi 15 mars 2013, Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme-Ardèche

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Créateurs Repreneurs

Créateurs Repreneurs Créateurs Repreneurs R E U S S I R VOTRE PROJET D E N T R E P R I S E Prêt d honneur la clé de votre financement BON À SAVOIR Montant moyen : 8 000 euros Durée : de 3 à 5 ans En moyenne, 7,8 euros de prêt

Plus en détail

Premier crédit et fidélité du client

Premier crédit et fidélité du client Premier crédit et fidélité du client Mardi 26 octobre 2004 Marc Roesch Dans les rapports d activités des IMF on trouve presque toujours un graphique présentant l évolution du nombre d adhérents ou du nombre

Plus en détail

LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE

LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE LE MICROCREDIT EN FRANCE LE MICROCRÉDIT PROFESSIONNEL LE MICROCRÉDIT PERSONNEL - Retour à l autonomie financière par la création de son propre emploi - Crédit

Plus en détail

Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise. Animé par : Marc DEMAISON

Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise. Animé par : Marc DEMAISON Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise Animé par : Marc DEMAISON En France, la création d entreprise se caractérise avant tout par un «entrepreneuriat populaire» - Des

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer?

Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer? Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer? Des recommandations au sujet de la Centrale des crédits aux particuliers ont déjà été formulées par le Réseau

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Création et développement des petites et très petites entreprises

Création et développement des petites et très petites entreprises Création et développement des petites et très petites entreprises L EXPERIENCE DE FRANCE INITIATIVE Séminaire Tunis 11-14/12/06 1 1 - Généralités Nous parlons de la «très petite et de la petite entreprise»

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise

Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise Animé par : Animé par : Fabienne KERZERHO, Directrice Régionale Adie Marc DEMAISON, Responsable Adie Conseil - Adie En France,

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin FÉVRIER 2015 ENTREPRENEURS N 14 ENTREPRENDRE LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Entreprendre au féminin Réalisé dans le cadre d un partenariat

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 RESULTATS 2013 Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Initiative

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles. Programme de formation 1er trimestre 2014

Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles. Programme de formation 1er trimestre 2014 Association Crésus Île-de-France Paris Riches de notre solidarité Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles Programme de formation 1er trimestre 2014 Personnes concernées Les

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Le mécénat d entreprise

Le mécénat d entreprise Le mécénat d entreprise Ubiqus Paris, le 1 er octobre ] Sommaire Ouverture... 3 Georges CHABIN, Directeur de la communication... Qu est-ce que le mécénat?... 3 Maxine HEBERT, Responsable du Mécénat, société

Plus en détail

LE MICROCREDIT. Novembre 2015. Page

LE MICROCREDIT. Novembre 2015. Page LE MICROCREDIT Novembre 2015 Page Sommaire 2 Contexte. Parcours Confiance. Le microcrédit aux professionnels. Le dispositif de parrainage Vos interlocuteurs. Questions réponses. Contexte 3 C est au cours

Plus en détail

Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE

Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE SYNTHESE Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE Mars 2011 Service CIL PASS-ASSISTANCE Avril 2011 Action Logement Les entreprises s engagent avec les salariés 1 Données de l enquête Enquête de type

Plus en détail

PARCOURS NACRE VOUS ETES SANS EMPLOI? VOUS VOULEZ CREER VOTRE PROPRE ENTREPRISE?

PARCOURS NACRE VOUS ETES SANS EMPLOI? VOUS VOULEZ CREER VOTRE PROPRE ENTREPRISE? PARCOURS NACRE VOUS ETES SANS EMPLOI? VOUS VOULEZ CREER VOTRE PROPRE ENTREPRISE? La CCI 90 vous accompagne dans le cadre du dispositif NACRE Le Processus NACRE est un nouvel accompagnement pour la création

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 17 Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

«La Journée du Sociétariat est l occasion de faire découvrir ou

«La Journée du Sociétariat est l occasion de faire découvrir ou COMMUNIQUÉ DE PRESSE «La Journée du Sociétariat est l occasion de faire découvrir ou redécouvrir au public notre modèle de banque coopérative de proximité» LA JOURNÉE DU SOCIÉTARIAT Mais combien sont-ils,

Plus en détail

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Institut de Microfinance Créa-Sol 26 rue Montgrand - 13006 Marseille 04 91 57 72 15

Plus en détail

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le Fonds de cohésion sociale (FCS) Le FCS est institué le 18 janvier 2005. C est un fonds de garantie qui vise à lutter contre l exclusion

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire

La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire La Caisse des Dépôts et l Economie sociale et solidaire La Caisse des Dépôts, un établissement spécial La Caisse des Dépôts est une institution financière publique, créée par la loi du 28 avril 1816 Avec

Plus en détail

Proposition de motion Sensibiliser ou assister? Pour une politique de sensibilisation aidant à lutter contre l endettement des jeunes

Proposition de motion Sensibiliser ou assister? Pour une politique de sensibilisation aidant à lutter contre l endettement des jeunes Secrétariat du Grand Conseil M 1678 Proposition présentée par les députés: M mes et MM. Guy Mettan, Anne-Marie von Arx-Vernon, Béatrice Hirsch-Aellen, Véronique Schmied, Luc Barthassat, Guillaume Barazzone,

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Créer son entreprise lorsqu on est demandeur d emploi

Créer son entreprise lorsqu on est demandeur d emploi FÉVRIER 2015 ENTREPRENEURS N 15 ENTREPRENDRE LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Créer son entreprise lorsqu on est demandeur d emploi Ce guide

Plus en détail

Les travailleurs pauvres et précaires constituent une des populations cibles du microcrédit personnel. Peuton améliorer leur détection?

Les travailleurs pauvres et précaires constituent une des populations cibles du microcrédit personnel. Peuton améliorer leur détection? Les travailleurs pauvres et précaires constituent une des populations cibles du microcrédit personnel. Peuton améliorer leur détection? Séminaire du 18 octobre 2012 Objectifs de l atelier "Ouvrir des pistes

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 16/20 Un dossier de surendettement est déposé en France

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Présentation de l Adie L Association pour le droit à l initiative économique

Présentation de l Adie L Association pour le droit à l initiative économique Présentation de l Adie L Association pour le droit à l initiative économique Séminaire du 22 septembre 2015 - Paris Financial Instruments for delivery of the ESF Mission de l Adie Créée en 1989 par Maria

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

CLÉS. pour réussir votre création d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre création d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre création d entreprise en Ardèche 1 Etre un créateur dans l âme Créer puis gérer une entreprise demande de solides qualités personnelles : Désir d entreprendre Engagement fort

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN FINANCER SON PROJET

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN FINANCER SON PROJET FINANCER SON PROJET SOMMAIRE Les atouts de l accompagnement Les critères d appréciation du projet par la banque Les prêts à taux zéro L intermédiation bancaire et les garanties L Adie, un financement alternatif

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 8 mars 2010 Journée des femmes. Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique

DOSSIER DE PRESSE. 8 mars 2010 Journée des femmes. Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique DOSSIER DE PRESSE 8 mars 2010 Journée des femmes Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique Un dispositif géré par ; UN FONDS DE GARANTIE DESTINÉ AUX FEMMES Grace au FGIF plus

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

Finances Conseil Méditerranée / ESIA

Finances Conseil Méditerranée / ESIA Finances Conseil Méditerranée / ESIA - Financement des TPE - Financement des entreprises responsables - Dispositif CEDRE 25 avril 2013 QUI EST ESIA? Un outil de développement local créé en 2001 par la

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Se porter caution : un engagement financier

Se porter caution : un engagement financier JUIN 2015 N 19 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Se porter caution : un engagement financier Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

«Quand utilité sociale rime avec performance économique»

«Quand utilité sociale rime avec performance économique» L entrepreneuriat social en Lorraine : un projet pour vous «Quand utilité sociale rime avec performance économique» «Les entreprises sociales partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse :

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse : Dossier de presse Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire Contacts presse : Sandrine Bonamy Tél. : 01 56 03 59 03 06 86 17 48 76 - s.bonamy@adie.org Audrey Thirot Tél. : 01

Plus en détail

Conseil national de l information statistique

Conseil national de l information statistique Conseil national de l information statistique Commission Système financier et financement de l économie Accessibilité et inclusion bancaire 25 septembre 2014 1 Pourquoi la Croix-Rouge française s occupe-t-elle

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN

DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN Vous souhaitez acquérir un terrain pour y construire votre villa, voici comment cela se déroule. I. CHOISIR VOTRE PARCELLE : Tout d abord, il s agit de faire

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Les Français et le financement des associations. - Sondage de l Institut CSA -

Les Français et le financement des associations. - Sondage de l Institut CSA - Les Français et le financement des associations - Sondage de l Institut CSA - N 0701388 Novembre 2007 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Et si vous rencontriez un activateur de projets innovants?

Et si vous rencontriez un activateur de projets innovants? Créateurs d entreprises Chercheurs Jeunes entreprises Et si vous rencontriez un activateur de projets innovants? Original en France, le Comité Innovergne mobilise les ressources financières et d accompagnement

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FSE)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FSE) Page 1 Axe 2 - Renforcer la cohésion sociale et poursuivre l effort de qualification et de professionnalisation de la population active Service instructeur DIECCTE Dates agréments CLS 3 Juillet 2008 2

Plus en détail

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00 Cahier des charges de l Appel à Projets communautaire 2015 «Actions d animations sportives» Le présent cahier des charges porte à la connaissance des porteurs de projets les conditions de sélection des

Plus en détail

Parlement de la Communauté française

Parlement de la Communauté française Parlement de la Communauté française Question orale de Caroline Désir, Députée, à Jean-Marc Nollet, Ministre de la petite enfance sur «L'explosion démographique bruxelloise et l'accueil de la petite enfance»

Plus en détail

L accès au crédit malgré un problème de santé

L accès au crédit malgré un problème de santé LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 12 L accès au crédit malgré un problème de santé Convention Belorgey FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE mise à jour avril 2005 Document réalisé en collaboration avec des associations

Plus en détail

Bien se faire conseiller

Bien se faire conseiller Bien se faire conseiller Comment choisir son cabinet d aide à la création Se faire accompagner surtout au début, est vraiment indispensable. Une boutique de gestion est le partenaire idéal pour vous aider

Plus en détail

Dossier de presse CLEJ

Dossier de presse CLEJ Dossier de presse CLEJ I. Euskaldun Gazteria Euskaldun Gazteria est un mouvement géré et animé par des jeunes de 16 à 25 ans. Il cible son action au Pays Basque intérieur. Depuis 1966, Euskaldun Gazteria

Plus en détail

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail