Sommaire. N 99 - Octobre Le trimestre en chiffres 2. Timeo Danaos 3 à 4. La croissance mondiale en 2011 et à 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. N 99 - Octobre 2011. Le trimestre en chiffres 2. Timeo Danaos 3 à 4. La croissance mondiale en 2011 et 2012 6 à 8"

Transcription

1 N 99 - Octobre 2011 Sommaire Le trimestre en chiffres 2 Timeo Danaos 3 à 4 Chute depuis 3 mois des banques françaises. 4 à 6 Pourquoi? La croissance mondiale en 2011 et à 8 Crise financière : les garanties 8 à 10 A propos d or 11

2 Le Trimestre en Chiffres: Variation depuis le MARCHES BOURSIERS EUROSTOXX , ,66-22,0% STOXX , ,70-16,5% NEW YORK (Dow Jones) , ,38-5,7% NEW YORK (Nasdaq) 2 652, ,40-9,0% S&P , ,42-10,0% TOKYO (Nikkei) , ,29-14,9% SUISSE (SMI) 6 436, ,74-14,1% LONDRES (Ftse 100) 5 899, ,48-13,1% FRANCFORT (Dax) 6 914, ,02-20,4% PARIS (CAC 40) 3 804, ,96-21,6% Or (Once en $) 1 420, ,97 14,3% Pétrole (WTI en $) 94,48 79,20-16,2% TAUX 10 ANS France (OAT) 3,36 2,60-0,76 Etats-Unis 3,29 1,92-1,37 2 ANS France (OAT) 0,96 1,05 0,09 Etats-Unis 0,59 0,28-0,31 3 MOIS Zone Euro 0,40 0,38-0,02 Etats-Unis 0,14 0,02-0,12 DEVISES Euro/Dollar 1,3384 1,3387 0,0% Euro/Livre 0, ,8590 0,2% Euro/Franc Suisse 1,2507 1,2157-2,8% Euro/Yen 108,47 103,12-4,9% Dollar/Yen 81,12 77,06-5,0% 2 - Liberté Info - Octobre 2011 Source : Bloomberg 30 septembre 2011 Sarah CAPRON

3 «Timeo Danaos et dona ferentes». «Je crains les Grecs surtout quant ils apportent des cadeaux». Les latinistes se souviennent de ce vers de Virgile (Eneide II, 49) qui illustrait dans les grammaires latines la règle du double accusatif. Dommage qu il n y ait pas eu à Bruxelles dans les hautes instances de l Europe, et dans certaines banques plus de latinistes. Car on se serait plus méfié de la Grèce et on aurait peut être évité la tornade financière dans laquelle nous sommes plongés aujourd hui. On aurait surveillé de plus près la Grèce, ses comptes (qu elle a truqués avec l aide de la banque américaine Goldman Sachs), son déficit qui s est révélé être deux fois plus important qu annoncé (12 % du PIB contre 6 % annoncé), son endettement colossal (dette publique 350 Md soit 175 % du PIB), sa gestion désastreuse des finances publiques ( fonctionnaires pour 5 millions d habitants) qui a fait «exploser» les critères de Maastricht dès que la récession est arrivée. L ennui c est qu entre-temps la Grèce avait inondé le monde et plus particulièrement l Europe de ses emprunts, TIMEO DANAOS que l on retrouve dans le bilan des Etats (France 9 Md par exemple), dans le bilan des banques (France 35 Md ) dans les actifs des compagnies d assurancevie, dans le bilan de la Banque Centrale Européenne, voire aussi en Amérique (25 Md ). Et ces emprunts sont devenus de la dynamite pour ceux qui les détiennent, car si la Grèce fait défaut, les banques devront passer la perte dans leurs comptes, et seront probablement contraintes à effectuer en catastrophe des augmentations de capital, dans des conditions désastreuses. Et d un autre côté on ne voit pas comment la Grèce ne ferait pas défaut, car toutes les solutions «classiques» mises en œuvre depuis un an, réduction de la dépense publique, des salaires des fonctionnaires, augmentation des impôts n ont pratiquement mené à rien si ce n est à des révoltes dans les rues, et que la solution alternative du «Roulage» (rollover) (réinvestissement obligatoire dans de nouvelles émissions obligataires à l échéance des anciennes) de la dette semble compliquée et difficile à mettre en œuvre. Mais surtout le défaut de la Grèce, ou Suite en page 4 Liberté Info - Octobre

4 le rééchelonnement, risque de provoquer pêle-mêle, une faillite des principales banques grecques, une mise sous surveillance négative des banques françaises et allemandes par les agences de notation, des mouvements de panique sur les autres pays fortement endettés (Portugal, Italie, Espagne)... La seule solution serait que les pays de l Europe du Nord, acceptent de garantir l émission des Eurobonds qui seraient émises pour venir en aide aux pays du Sud. Une suite à la fable de la Cigale et de la Fourmi... que les opinions publiques allemandes, néerlandaises, autrichiennes rechignent (pour le moins) à écrire pour l instant! Et pourtant cette marche vers un fédéralisme organisé et harmonieux serait probablement, les choses étant ce qu elles sont, la moins mauvaise des solutions pour tout le monde. En évitant le défaut de certains pays du sud, on éviterait le défaut par ricochet de certaines institutions financières de l Europe du Nord, la désorganisation du commerce international qu induirait une sortie de l Euro de certains pays et la dévaluation de leur monnaie. Calamité, opportunité? Hugues DUBLY CHUTE DEPUIS TROIS MOIS DES BANQUES FRANCAISES. POURQUOI? Les banques et les compagnies d assurance sont dans la tourmente boursière. Elles affichent toutes de fortes baisses depuis le début de l année. La Société Générale chute de 60 %, La BNP de 50 %, Le Crédit Agricole de 53 %, et parmi les assureurs la situation n est pas plus brillante : AXA, par exemple, baisse de 30 %. Suite en page Liberté Info - Octobre 2011

5 Pour juger de la qualité d une banque, nous disposons essentiellement de deux ratios : le ratio de solvabilité et le ratio de liquidité. 1) Le ratio de solvabilité Ce ratio mesure le pourcentage de fonds propres qu une banque doit détenir en garantie des crédits qu elle accorde à ses clients. Ce pourcentage est modulé en fonction de la qualité des clients. Le ratio exigé est de 7 % minimum, notons qu à ce titre les banques françaises sont très bien notées. Les résultats des stress tests des banques françaises de cet été viennent d ailleurs confirmer ce bon ratio. Toutefois, ce ratio ne tient pas compte de l hypothèse d un défaut de paiement même partiel d un état de la zone euro. Et, à cet égard, les banques françaises sont très engagées sur la Grèce, le graphe ci-dessous montre l exposition des banques françaises ainsi que de leur filiale : Alors, si un défaut de la Grèce se produisait, il faudrait sans aucun doute recapitaliser les banques françaises pour compenser leur perte. 2) Le ratio de liquidité Pour assurer le financement des crédits accordés à leur client, les banques disposent de deux moyens ; le premier consiste à utiliser les dépôts des clients sur leur compte, le second à recourir à des emprunts extérieurs. Le ratio de liquidité mesure le rapport entre l encours des crédits accordés et le montant des dépôts au sein de l établissement. Ce ratio devrait être de l ordre de 100 % dans une banque très sûre. Pour les banques françaises, il est compris entre 130 et 140 %, ce qui est très dangereux car cela oblige les établissements à emprunter chaque jour 30 à 40 % de leurs encours de crédit sur le marché interbancaire. En fait, les banques françaises souffrent d un manque de dépôts car les dépôts des épargnants en France s orientent surtout sur les livrets A et les contrats d assurance vie. Suite en page 6 Liberté Info - Octobre

6 Cette situation est aujourd hui très difficile car les banques ne se font plus confiance et ne se prêtent plus d argent, c est donc la Banque Centrale Européenne qui doit intervenir pour se substituer au marché interbancaire. Souvenons nous que Lehman Brother s est morte «asphyxiée» car elle n arrivait plus à se refinancer. La récente décision des banques centrales mondiales (US, Japon...) d approvisionner en dollar américain (et ceci sans limite) les filiales des banques européennes installées à l étranger démontrent bien leur préoccupation. Tout doit être entrepris afin d éviter une crise de liquidité, ce que les spécialistes appellent un «crédit crunch». La solution passe certainement par des efforts commerciaux destinés à favoriser l augmentation des dépôts, mais les banques devront également diminuer l encours des crédits ce qui risque de peser sur l économie. Didier MOREAU LA CROISSANCE MONDIALE EN 2011 ET 2012 «Dans les pays avancés reprise molle et cahotante» C est en ces termes qu Olivier Blanchard, conseiller économique du FMI, qualifie la croissance des principales économies dans son rapport de septembre Les perspectives de croissance des pays de la zone euro sont faibles pour 2011 et plus faibles encore pour On serait même en récession au Portugal et en Grèce. Suite en page Liberté Info - Octobre 2011

7 Un cran au-dessus des pays de la zone euro, le Royaume-Uni devrait croître de 1,6 % en Et, malgré une nette révision à la baisse, les Etats-Unis dépassent l Europe avec 1,8 %. Le Japon profiterait d un rebond à 2,3 % après une année 2011 marquée par le tremblement de terre et le tsunami. «Dans les pays en développement : forte croissance» Dans les principaux pays d Asie, d Amérique latine ou d Afrique, le FMI continue à anticiper une forte croissance. Les révisions à la baisse par rapport au mois de juin sont beaucoup plus faibles que pour les pays développés, entre 0,1 et 0,4 %. Quel crédit accorder à ces prévisions? Les économistes du FMI estiment que des risques de dégradation existent principalement dans la zone euro où ils craignent de voir la situation échapper au contrôle des gouvernants. A l inverse, les risques propres aux pays émergents ou aux Etats-Unis leur paraissent moins sérieux. Une nouvelle dégradation des prévisions est donc possible, et plus particulièrement pour les pays de la zone euro. La croissance mondiale sera de 4 % en 2011 et 2012 Entre la Grèce avec une prévision de récession de 5 %, et l Inde avec une prévision de croissance de 9 %, le FMI prévoit pour 2011 et 2012 une croissance mondiale de 4 %, c est-à-dire un rythme un peu supérieur à la moyenne Suite en page 8 Liberté Info - Octobre

8 des 60 dernières années. La zone euro est le principal point faible de l économie mondiale et les risques de détériorations se concentrent sur cette même zone. La première économie mondiale, les Etats-Unis, résiste beaucoup mieux et présente des risques de révision à la baisse plus limités. Les remèdes du FMI Le rééquilibrage de la croissance mondiale passe d après le FMI par une action coordonnée pour dynamiser la consommation intérieure des pays exportateurs et réduire progressivement les déficits dans les pays à fort déficit commercial. Le FMI souligne un certain nombre d avancées en 2010, mais craint une nouvelle détérioration en 2011 et surtout en 2012 si les prévisions de croissance se dégradent. La principale mesure proposée pour la zone Euro est la baisse des charges sur le travail compensée par une hausse de la TVA ; elle rassemble les économistes du FMI. Une telle mesure doit sécuriser les recettes budgétaires, faire baisser le coût du travail et augmenter le prix des produits y compris importés. Mais, avec le risque de provoquer une hausse des prix. Dans le passé, Olivier Blanchard avait déjà surpris les banquiers centraux européens en proposant d augmenter l objectif de taux d inflation. Ces mesures ne parviendront toutefois qu à préserver une croissance faible dans la zone euro alors que le monde est en croissance plutôt forte. Alain Mroziewicz CRISE FINANCIERE : LES GARANTIES I/ GARANTIE DES DEPOTS ESPECES DANS LES BANQUES Vous vous interrogez sur le sort des titres et des espèces en cas de faillite d un établissement financier, après avoir entendu parler du Fonds de Garantie créé par la loi de sécurité financière du 25 juin 1999 dans le but d indemniser les clients. Qu en est-il exactement? Elle concerne principalement les comptes courants, les comptes à terme, les comptes sur livret, les plans d épargne Suite en page Liberté Info - Octobre 2011

9 logement, et exclut certains dépôts comme les bons de caisse anonymes et les dépôts en devises autres que celles de l Espace Economique Européen (27 pays de l Union Européenne + Islande, Norvège, Liechtenstein). Tout dépôt effectué en espèces dans une banque devient propriété de la banque, le déposant étant alors considéré comme créancier de l établissement pour cette somme. Le Fonds de Garantie des dépôts garantit les comptes à hauteur de euros par déposant et par établissement bancaire, quel que soit le nombre de comptes ouverts dans l établissement. Notons qu un compte joint est vu comme appartenant à 2 titulaires (deux personnes possédant uniquement un compte joint dans un établissement seraient donc garanties à hauteur de euros pour ce compte) alors qu une personne morale ou une indivision est limitée à un seul (la garantie est donc limitée à euros pour une indivision quel que soit le nombre d indivisaires). La procédure d indemnisation menée à la demande de L Autorité de Contrôle Prudentiel par un administrateur provisoire prévoit un délai maximal de deux mois : celui-ci identifie les biens et clients concernés, puis écrit au client afin de faire confirmer la liste des biens identifiés à son nom, et indemnise à la réception de cette confirmation écrite. Doté d un capital avoisinant les 2 milliards d euros, ce fonds permet de gérer la défaillance d un adhérent de taille modeste (établissement bancaire français ou filiale française de banque étrangère) mais aurait besoin de moyens supplémentaires en cas de crise grave : cotisations supplémentaires appelées auprès des membres de la place, emprunt, et intervention de l Etat en dernier ressort. II/ GARANTIE DES DEPOTS TITRES Cette garantie concerne les instruments financiers (actions, titres de créances, parts ou actions d OPCVM, instruments financiers à terme) ainsi que les espèces liées aux comptes titres dès lors qu elles sont en devises de l Espace Economique Européen. Contrairement au mécanisme décrit précédemment pour les espèces, le déposant conserve la propriété des titres placés sur le compte : ils sont simplement déposés chez un teneur de compte, cantonnés en dehors des actifs de l établissement et régulièrement contrôlés. Les titres sont donc rendus à son propriétaire en cas de défaillance de l établissement et la garantie titres intervient uniquement si une malversation conduit à constater une disparition de ceux-ci. La procédure d indemnisation menée à la demande de L Autorité de Contrôle Prudentiel par un administrateur provisoire prévoit un délai maximal de trois mois : celui-ci identifie les biens et clients concernés, puis écrit au client afin de faire confirmer la liste des biens identifiés à son nom, rend les titres au client et indemnise les pertes éventuelles à la réception de cette confirmation écrite. Cette démarche distingue deux cas : - Quand l établissement financier n est pas établissement de crédit (par exemple Suite en page 10 Liberté Info - Octobre

10 Dubly-Douilhet, entreprise d investissement) la garantie atteint au maximum euros par détenteur et par établissement pour les instruments financiers et euros pour les dépôts espèces liés. - Quand l établissement financier est un établissement de crédit (banques), la garantie s élève à euros par détenteur et par établissement pour les instruments financiers, les espèces étant couvertes par la garantie espèces décrite au paragraphe précédent. Ici également le compte joint est lié à 2 déposants alors que l indivision ou la personne morale est considérée comme une personne unique. III/ QU EN EST-IL DE L ASSURANCE VIE? épargnants à hauteur de euros par épargnant et par entreprise ( euros pour les rentes de prévoyance). IV/ ET DUBLY-DOUILHET? Dubly-Douilhet est restée une entreprise d investissement spécialisée dans son métier historique : la gestion de portefeuilles de valeurs mobilières pour le compte de tiers. Elle n exerce pas d activité de crédit auprès de ses clients, n a aucune dette, n exerce aucune activité de marché pour son compte propre, et a la chance d avoir une clientèle fidèle. Le risque de faillite y est donc particulièrement faible. La situation est très différente pour l Assurance Vie, car c est la compagnie d assurance qui possède les instruments financiers inclus dans les fonds en unités de comptes ou les obligations présentes dans les fonds en euros. En cas de faillite de la compagnie d assurances, l administrateur provisoire nommé par l Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles tente de trouver un repreneur pour les portefeuilles. En cas d échec les clients sont considérés comme créanciers chirographaires, les services de l Etat étant prioritaires dans l indemnisation : le fonds de garantie des assurances de personnes (distinct du fonds de garantie des dépôts et des titres) est alors chargé d indemniser les Le client qui achète de l or «matière» chez Dubly-Douilhet en est bien sûr propriétaire. Il est simplement déposé dans nos coffres, qui sont protégés et assurés. En cas de faillite il est, comme les titres, simplement rendu à son propriétaire puisqu il ne fait pas partie des actifs de l entreprise. Tous les mécanismes de protection décrits dans cet article sont restés théoriques car en amont des garanties, les Etats et les Banques Centrales viennent à la rescousse des établissements en difficulté. Espérons que cela puisse durer car la capacité des fonds de garantie ne Suite en page Liberté Info - Octobre 2011

11 permet pas en pratique de rembourser tout le monde... Nous constatons en tout cas que les dépôts de titres apparaissent plus sécurisés en ces temps troubles que les dépôts espèces. Jean-Marc ROGEZ A PROPOS D OR En ces périodes troublées où l or, «la relique barbare», retrouve des attraits et brille de mille feux, tentons de percevoir pourquoi tant d hommes, aux cours des temps, ont été attirés par ce métal précieux, et ce qu il signifie pour eux. Pour nous y aider, certains écrivains, et non des moindres, nous ont légué quelques écrits à ce sujet : «Le cœur d un homme vaut tout l or d un pays» - (chanson de geste) «Un âne couvert d or a meilleure mine qu un cheval bâté» - Cervantes (Don Quichotte) «L or, même à la laideur, donne un teint de beauté» - Boileau (Satires) «Ni l or ni la grandeur ne nous rendent heureux» - La Fontaine (Philémon et Baucis) «Comment en un plomb vil l or pur s est-il changé?» - Racine (Athalie) «L or est un charme à la vertu fatal.» - Jean de Rotrou «C est l usurier le plus juif : il vend son argent au poids de l or» - Lesage (Turcaret) «La soif de l or auri sacra fames est devenue tellement impérieuse au jour d aujourd hui, que beaucoup de gens n hésitent pas, pour se procurer des sommes, à employer le meurtre, la félonie, parfois même l indélicatesse» - A. Allais (Rose et Vert pomme) Il existe des expressions où le mot «or» associé à un autre contient toute une histoire. En voici trois : La ruée vers l or : période d environ 8 ans ( ) qui commença en janvier 1848 par la découverte d or à l Est de Sacramento dans l actuel état de Californie. La nouvelle se répandit rapidement et attira en Californie plus de aventuriers américains et étrangers. Cette ruée vers l or fut le point de départ du développement de San Francisco, puis de toute la Californie. Le nombre d or : ce nombre est très connu des mathématiciens. Il est égal à (1+ 5)/2 soit environ Il s agit en fait d une proportion jugée esthétiquement parfaite. Cette divine proportion a été appliquée entre autres à l architecture, à la peinture, à la musique... et même à l analyse graphique boursière. La règle d or : si l on suit l actualité politique et financière, on pense aussitôt aux discussions visant à rétablir durablement l équilibre des Finances Publiques. En fait, la règle d or est une morale fondamentale très ancienne, dont le principe est trouvé dans pratiquement toutes les grandes religions et cultures, et qui signifie simplement : «traite les autres comme tu voudrais être traité» ou «ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu ils te fassent». C est sûrement la base essentielle du concept moderne des droits de l homme. André GOSSELET Liberté Info - Octobre

12 Lorsque vous souhaitez nous transmettre un ordre de bourse par courrier électronique, merci d utiliser l adresse Imprimerie PRINT FORUM LILLE NANCY 50, boulevard de la Liberté 62, rue Stanislas LILLE NANCY Tél Tél Fax Fax S.A. au capital de R.C.S. Lille B entreprise d investissement régie par la loi du 2 juillet 1996 Liberté Info - Octobre

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier S informer sur La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier Octobre 2011 Autorité des marchés financiers La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres?

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Créé par la loi du 25 juin 1999 relative à l épargne et à la sécurité financière, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) est chargé d une

Plus en détail

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres?

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Créé par la loi du 25 juin 1999 relative à l épargne et à la sécurité financière, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) est chargé d une

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded?

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded? 16 Septembre 211 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu 14 Europe: indice du secteur bancaire européen

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

LES INDICES BOURSIERS

LES INDICES BOURSIERS TRADAFRIQUE LES INDICES BOURSIERS [Type the document subtitle] Di [Pick the date] Qu est ce que les indices boursiers Les indices permettent de mesurer l évolution des marchés boursiers ce sont à la fois

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION

COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION Association régie par la loi 1901 4, place Richebé 59 000 LILLE www.nordeuroperetraite.fr CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 19 MARS 2012 DE L'ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

Portes et Fenêtres Design ltée 1

Portes et Fenêtres Design ltée 1 Portes et Fenêtres Design ltée 1 Le 15 janvier 2007, Robert Lemeilleur, président et chef de la direction de Portes et Fenêtres Design ltée (PFD) est sorti tout content de la réunion du conseil d administration.

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

LE MEILLEUR DÉPART POUR VOTRE INVESTISSEMENT

LE MEILLEUR DÉPART POUR VOTRE INVESTISSEMENT INVESTIR Optimal Timing 2015 LE MEILLEUR DÉPART POUR VOTRE INVESTISSEMENT Investir au plus bas du marché pendant la première année Participer à l évolution du Dow Jones EuroStoxx Select Dividend 30 Une

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Le site www.regardbtp.com s est enrichi en 2015 d une rubrique

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Le site www.regardbtp.com s est enrichi en 2015 d une rubrique LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE JANVIER 2016 www.probtp.com PARTICULIERS RBTP 0001 V5 01/2016 Document non contractuel Édito Découvrez dans cette lettre annuelle, les nouveautés de l épargne salariale du BTP.

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie :

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : -Une fonction d unité de compte, elle permet de comparer la valeur des différents biens, -Une fonction de

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Phase de «décumulation» : quelle approche?

Phase de «décumulation» : quelle approche? Phase de «décumulation» : quelle approche? Avril 2012 Forum International d Epargne Retraite Allocation Globale & ALM Les différents étapes de l épargne 2 Phase de restitution En phase de restitution,

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

[Libellé ident ent/libellé ident teneur cpte/code isi. Objet : Information aux porteurs de parts du FCPE «ETOILE SELECTION ACTIONS»

[Libellé ident ent/libellé ident teneur cpte/code isi. Objet : Information aux porteurs de parts du FCPE «ETOILE SELECTION ACTIONS» [Civilité] [Prénom] [Nom] [Adresse ligne 1] [Adresse ligne 2] [Adresse ligne 3] [Adresse ligne 4] [Code Postal] [Ville] [Pays] Paris, le 9 décembre 2011 [Libellé ident ent/libellé ident teneur cpte/code

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie,

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie, Le 31 janvier 2013 Objet : Information concernant le choix de report de l impôt sur le revenu à l intention des actionnaires résidant au Canada détenteurs d actions d AbbVie Inc. suivant la scission de

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

Le crédit relais immobilier

Le crédit relais immobilier juillet 2012 n 31 crédit Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le crédit relais immobilier 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Quelle garantie pour vos dépôts?

Quelle garantie pour vos dépôts? 006 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Quelle garantie pour vos dépôts? L E S M I N I - G U I D E S B A N C A I R E S FBF - 18 rue

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Juillet-Août 2010 LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Les prix qui avaient baissé de 5 à 10% en 2009 ont regagné le terrain perdu depuis le début de l année. Les prix de l ancien nous semble toutefois

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 2. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Juillet N. Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Les gouvernements européens et les autorités européennes ont mis en place une pratique de «mutualisation rampante»,

Plus en détail