TOUR BANQUE NATIONALE Rapport d inventaire des émissions de gaz à effet de serre (pour la période de juin 2013 à mai 2014)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TOUR BANQUE NATIONALE Rapport d inventaire des émissions de gaz à effet de serre (pour la période de juin 2013 à mai 2014)"

Transcription

1 TOUR BANQUE NATIONALE Rapport d inventaire des émissions de gaz à effet de serre (pour la période de juin 2013 à mai 2014) Rapport final Projet :

2 TOUR BANQUE NATIONALE 600, RUE DE LA GAUCHETIÈRE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3B 5B1 RAPPORT D INVENTAIRE DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (POUR LA PÉRIODE DE JUIN 2013 À MAI 2014) Préparé par : Sophie Mirlicourtois, ing. jr. Approuvé par : Judith Michaud, ing. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 1 / 35

3 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION PROFIL DE L ORGANISATION LIMITES DE L ORGANISATION (PÉRIMÈTRE ORGANISATIONNEL) Limite de l organisation : Définition des limites de l organisation du présent rapport : LIMITES DE L EXPLOITATION (PÉRIMÈTRE OPÉRATIONNEL) Limites de l exploitation : Trois types d émissions selon la norme ISO14064:06 : Définition des limites de l exploitation du présent rapport : Émissions directes de GES au sein des limites d exploitation définies : Émissions de GES à énergie indirecte au sein des limites d exploitation définies : Autres émissions indirectes de GES au sein des limites d exploitation définies : Émissions directes de CO2 issues de la combustion de biomasse : Suppression de GES : QUANTIFICATION DES ÉMISSIONS DE GES Recensement des sources : Méthodologie de quantification : Sélection et recueil des données d activité GES : Sélection ou mise au point des facteurs d émission : Calcul des émissions de GES et période de déclaration couverte ÉLÉMENTS DE L INVENTAIRE DES GES Documenter les émissions des GES : Activités de l organisation visant à réduire les émissions de GES : Période couverte par l inventaire de GES et année de référence : Recalcul de l inventaire des GES : Évaluation et réduction de l incertitude GESTION DE LA QUALITÉ DE L INVENTAIRE DES GES Gestion des informations sur les GES Conservation des documents et tenue des dossiers ROLE DE L ORGANISATION DANS LES ACTIVITÉS DE VÉRIFICATION TABLE DE RÉFÉRENCES bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 2

4 ANNEXES : - ANNEXE 1 FACTEURS D ÉMISSION EMPLOYÉS POUR L INVENTAIRE DES GES ET SOURCES - ANNEXE 2 DONNÉES D ACTIVITÉS LIÉES À LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ - ANNEXE 3 DONNÉES D ACTIVITÉS LIÉES À LA CONSOMMATION DE VAPEUR - ANNEXE 4 DONNÉES D ACTIVITÉS LIÉES À LA CONSOMMATION D EAU REFROIDIE - ANNEXE 5 DONNÉES D ACTIVITÉS LIÉES À L UTILISATION DE RÉFRIGÉRANTS - ANNEXE 6 DONNÉES D ACTIVITÉS LIÉES À LA CONSOMMATION DE DIESEL - ANNEXE 7 CALCULS bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 3

5 1. INTRODUCTION LSR Immobilier Inc. est actuellement en cours de processus pour obtenir une certification «LEED Canada pour les bâtiments existants 2009 : exploitation et entretien» [1] pour la Tour Banque Nationale située au 600, rue de la Gauchetière Ouest à Montréal (CaGBC Projet N : 15854). La firme Bouthillette Parizeau a été mandatée pour participer à l obtention de cette certification pour certains préalables et crédits. Dans le cadre de cette certification LEED, le respect des exigences du crédit «Énergie et Atmosphère crédit 6» est visé. Ce crédit requiert l établissement de l inventaire des émissions de gaz à effet de serre (GES) du bâtiment du projet et l inscription de cet inventaire dans un registre d un organisme officiel, tel que le registre ÉcoDépart de CSA. Bouthillette Parizeau, a été mandatée pour rédiger le présent rapport d inventaire de GES selon les exigences de CSA et de la norme ISO :2006 [2]. Le présent rapport d inventaire de GES couvre la période allant du 1 er juin 2013 au 31 mai Bouthillette Parizeau, est une firme de génie-conseil fondée en 1956 qui se spécialise en mécanique et électricité du bâtiment. L entreprise préconise une approche intégrée, qui implique la synergie immédiate des disciplines et réduit l occurrence de changements. Bouthillette Parizeau est championne d'efficacité énergétique et privilégie des solutions axées sur le développement durable. Notre équipe compte un nombre élevé de professionnels agrées LEED (Leadership in Energy and Environnemental Design). Bouthillette Parizeau est certifiée ISO 9001, cela atteste de ses aptitudes à livrer invariablement un produit conforme aux exigences des clients et aux exigences règlementaires applicables et atteste du fait que la firme applique de manière efficace le système afin de s assurer la satisfaction des clients ainsi que de la conformité aux exigences des clients et aux exigences règlementaires applicables. 2. PROFIL DE L ORGANISATION Depuis sa fondation en 1969, LSR Immobilier Inc. a su agir en tant que constructeur, promoteur, propriétaire et gestionnaire immobilier dans l élaboration à grande échelle de multiples projets allant de la maison unifamiliale aux tours en copropriété, en passant par les immeubles locatifs et centres pour personnes âgées, jusqu à la gestion d espaces corporatifs. Au fil des ans, l entreprise étend le champ de ses activités au Canada, aux États-Unis ainsi qu en Pologne. En tant que gestionnaire immobilier, LSR Immobilier Inc. assure la gestion de nombreux bâtiments commerciaux, dont la Tour Banque Nationale à Montréal. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 4

6 3. LIMITES DE L ORGANISATION (PÉRIMÈTRE ORGANISATIONNEL) 3.1 Limite de l organisation : ISO :06 spécifie qu un organisme peut comporter une ou plusieurs installations et doit consolider ses émissions et suppressions de GES au niveau de l installation selon l une des approches suivantes : a) contrôle : l organisme justifie ses émissions et suppressions de GES quantifiés provenant des installations sur lesquelles il exerce un contrôle financier ou opérationnel. b) part du capital : l organisme comptabilise les émissions et/ou suppressions de GES provenant des installations en proportion de sa part. 3.2 Définition des limites de l organisation du présent rapport : Dans le présent cas, une approche dérivée de l approche de «contrôle opérationnel» est choisie. Considérant que l utilisation prévue du rapport d inventaire est l obtention de la certification LEED Canada pour bâtiments existants pour la Tour Banque Nationale, seules les émissions de GES quantifiées provenant de cette installation nous intéressent. La compagnie de gestion LSR Immobilier Inc. détient le mandat de gestion et d exploitation de ce bâtiment, pour le compte de L Immobilière Banque Nationale Inc., propriétaire du bâtiment. Ainsi, l approche sélectionnée sera de justifier toutes les émissions de GES provenant de la Tour Banque Nationale, une installation sur laquelle LSR Immobilier Inc. exerce un contrôle opérationnel. Le périmètre organisationnel a donc été fixé à la limite de propriété de ce bâtiment. Elle est mise en évidence en rouge sur le plan de repérage présenté ci-après. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 5

7 Figure 1 Plan de repérage du site Le complexe composé de deux tours à bureaux a été construit en 1983 aux 600 et 700 rue de la Gauchetière à Montréal. Seule la Tour Banque Nationale, sise au 600 rue de la Gauchetière, propriété de L Immobilière Banque Nationale Inc., fait l objet du présent inventaire de GES et du projet de certification LEED associé Le bâtiment, d une superficie totale de pi 2, présente 36 niveaux dont : - 29 étages de bureaux similaires occupés par des employés de la banque et d autres locataires; - Un niveau dédié à la succursale de la banque; - Un étage dédié à la salle mécanique principale; - Un niveau de salles de conférence; - U n niveau pour les activités techniques (quais de déchargement, entrepôts); - 3 niveaux de stationnement en sous-sol. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 6

8 4. LIMITES DE L EXPLOITATION (PÉRIMÈTRE OPÉRATIONNEL) 4.1 Limites de l exploitation : La définition claire de périmètres opérationnels permet d éviter tout doublon dans la comptabilisation des émissions et des absorptions, elle consiste à identifier les émissions associées aux opérations à les catégoriser et à choisir les émissions classifiées «autres émissions indirectes» qui seront quantifiées et déclarées. 4.2 Trois types d émissions selon la norme ISO14064:06 : Émissions et absorptions de GES directes: les émissions et absorptions directes constituent les émissions et les puits de GES provenant des installations situées à l intérieur de ses périmètres organisationnels Émissions de GES à énergie indirecte : les émissions de GES à énergie indirecte sont issues de la production d électricité, de chaleur ou de vapeur importée pour l usage du bâtiment Autres émissions indirectes de GES : d autres émissions indirectes, liées à des activités hors du périmètre organisationnel, peuvent être considérées. Elles pourraient inclure par exemple le transport des employés pour accéder au bâtiment, la production de matériel et de ressources utilisées dans le bâtiment. 4.3 Définition des limites de l exploitation du présent rapport : Le chauffage et la climatisation du bâtiment se font par la ventilation via des serpentins d eau chaude basse température et des serpentins à l eau refroidie. Les locaux de la zone interne sont climatisés uniquement. L eau chaude de chauffage et l eau glacée de la Tour Banque Nationale sont produites par une centrale thermique commune, desservant l ensemble du complexe 600 et 700 rue de la Gauchetière. L installation est raccordée au réseau de vapeur urbain du CCUM (Corporation de Chauffage Urbain de Montréal). La centrale thermique est située en dehors des limites de la Tour Banque Nationale. La vapeur fournie par le CCUM est par ailleurs utilisée pour réaliser l humidification de l air de la Tour Banque Nationale. Deux génératrices d urgence installées dans la centrale thermique alimentent les lignes électriques d urgence de l ensemble du complexe, dont la ligne desservant la Tour Banque Nationale. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 7

9 4.3.2 Au total, plus de employés occupent la Tour Banque Nationale, du lundi au vendredi, de 6h à 18h. 4.4 Émissions directes de GES au sein des limites d exploitation définies : Cet inventaire inclut toutes les émissions directes du bâtiment, il n y a aucune exclusion Les émissions directes de GES de la Tour Banque Nationale sont constituées des émissions liées à l utilisation de réfrigérants notamment pour les chambres froides des cuisines et les comptoirs réfrigérés de la cafétéria Aucune autre source d émission directe n est recensée. En effet, l eau glacée pour la climatisation des locaux est produite dans la centrale thermique, hors des limites du périmètre organisationnel. La production de chauffage est également située dans la centrale thermique, hors des limites organisationnelles, et est alimentée par la vapeur du réseau de chaleur urbain et par la récupération de chaleur au niveau des refroidisseurs. 4.5 Émissions de GES à énergie indirecte au sein des limites d exploitation définies : Cette catégorie inclut les émissions de GES liées à la production externe d énergies consommées par le bâtiment Cet inventaire inclut toutes les émissions à énergie indirecte du bâtiment, il n y a aucune exclusion Les sources d énergie suivantes sont donc comptabilisées ici : - L électricité est importée pour son usage au bâtiment, mais produite par une source extérieure, soit Hydro-Québec. La consommation d électricité à la Tour Banque Nationale est liée à l éclairage, aux accessoires de bureautiques, aux salles de serveurs et aux charges motrices de ventilation et de pompage. - La vapeur est importée pour son usage au bâtiment, mais produite par une source extérieure, soit le réseau de chaleur urbain de Montréal (CCUM). La consommation de vapeur de la Tour Banque Nationale est liée au chauffage des locaux et à l humidification de l air. - L eau glacée est importée pour son usage au bâtiment, mais est produite par les bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 8

10 refroidisseurs au sein de la centrale thermique, hors des limites du périmètre organisationnel. L eau glacée est considérée comme «achetée» par le bâtiment. - L utilisation ponctuelle des groupes électrogènes, fonctionnant au diesel, pour la production d électricité en cas d urgence. Les génératrices sont situées dans la centrale thermique, hors du périmètre organisationnel, et assurent la production d électricité d urgence pour l ensemble du complexe, dont la Tour Banque Nationale. 4.6 Autres émissions indirectes de GES au sein des limites d exploitation définies : Les autres sources d émissions indirectes de GES ne sont pas quantifiées dans le présent inventaire. Ce choix découle de l utilisation prévue du rapport d inventaire de GES, soit satisfaire les exigences du crédit ÉAc6 de la certification «LEED Canada pour bâtiments existants : exploitation et entretien 2009» : - En effet, afin de respecter les exigences du crédit ÉAc6 de la certification visée, les équipes de projets doivent calculer les émissions de gaz à effet de serre générées par la consommation d énergie du bâtiment. Ainsi, les émissions liées au voyagement des employés et autres émissions indirectes ne sont pas requises pour satisfaire aux exigences de «LEED Canada pour bâtiments existants : exploitation et entretien 2009». 4.7 Émissions directes de CO2 issues de la combustion de biomasse : Il n y a aucune émission directe de CO2 issue de la combustion de biomasse pour le bâtiment. 4.8 Suppression de GES : Aucune suppression de GES n a eu lieu durant la période couverte par le présent rapport. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 9

11 5. QUANTIFICATION DES ÉMISSIONS DE GES 5.1 Recensement des sources : Les sources d émission de GES à la Tour Banque Nationale, telles qu identifiées dans les paragraphes précédents, sont : - Les réfrigérants, utilisés pour les chambres froides et comptoirs réfrigérés (émissions directes de GES); - La consommation d électricité (émissions de GES à énergie indirecte); - La consommation de vapeur (émission de GES à énergie indirecte); - La consommation d eau refroidie (émission de GES à énergie indirecte). - La consommation de diesel des groupes électrogènes d urgence (émission de GES à énergie indirecte). 5.2 Méthodologie de quantification : Méthodologie générale : - La formule de calcul suivante a été employée pour le calcul des émissions de GES, conformément à la norme ISO :2006 : Données d activité x facteurs d émission = Émissions Précisions de méthodologie concernant les émissions directes liées à l utilisation de réfrigérants : - Pour le calcul des émissions liées à l utilisation de réfrigérants, le calcul s appuie sur la méthode présentée dans le rapport d inventaire national du Canada : «National Inventory Report, greenhouse gas sources and sinks in Canada» [3], basée sur le «Revised 1996 IPCC guidelines for national greenhouse inventories» [4]. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 10

12 - Selon cette méthode, la formule suivante est employée pour le calcul des émissions de chaque équipement pendant sa durée de vie : Emissionsoperation = PRG * C * x Où : PRG, correspond au potentiel de réchauffement global (ou PRP, potentiel de réchauffement planétaire) C, correspond la charge en réfrigérant de l équipement (en kg ou tonnes). x, correspond au pourcentage de fuite annuel par rapport la charge totale. - Le pourcentage de fuite annuel utilisé dans les calculs est de 10% pour les chambres froides et les comptoirs réfrigérés, d après le chapitre 7 du volume 3 (Tableau 7.9) des «Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires de gaz à effet de serre» [5]. Ces valeurs représentent les valeurs inférieures des fourchettes d estimation des émissions pour les systèmes de réfrigération commerciaux présentées dans ce document. Selon les lignes directrices, les valeurs inférieures des fourchettes s appliquent à la situation des pays développés Précisions de méthodologie concernant les émissions indirecte liée à la consommation d eau refroidie : - Le calcul des émissions liées à la consommation d eau refroidie prend en compte d une part les émissions liées à la consommation d électricité des équipements liés à la production d eau glacée (refroidisseurs, tours d eau, pompes), et d autre part les émissions liées à l utilisation de fluides frigorigènes dans les refroidisseurs de la centrale thermique. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 11

13 - La part liée à la consommation d électricité des équipements est calculée d après des comptages d énergie et d électricité. En effet, une centrale thermique produit l eau glacée pour les deux tours du complexe. Deux compteurs d électricité mesurent la consommation électrique de la centrale thermique et deux compteurs d énergie mesurent la quantité d eau refroidie consommée par chacune des tours. Afin de prendre en compte uniquement les émissions liées à l exploitation de la Tour Banque Nationale, la consommation électrique liée la production d eau glacée pour l usage de la Tour Banque est calculée selon le ratio d eau glacée consommée par la Tour Banque Nationale appliqué à la consommation électrique totale de la centrale thermique. - La part des émissions liées à l utilisation de fluides frigorigènes par les refroidisseurs de la centrale thermique est calculée d après les données techniques des refroidisseurs, selon une méthode identique à celle employée pour le calcul des émissions directes liées l utilisation des réfrigérants dans le bâtiment, présentée plus haut. Les émissions totales de GES ainsi calculées sont reportées à la part d eau glacée consommée par la Tour Banque Nationale, d après les comptages d énergie, afin prendre en compte uniquement les émissions liées à l exploitation de l installation étudiée. Le pourcentage de fuite annuel utilisé dans les calculs est de 2% pour les refroidisseurs, d après le chapitre 7 du volume 3 des «Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires de gaz à effet de serre» [5]. - Le refroidisseur #1 a été installé au cours de la période de référence, soit le 7 juin Les émissions dues au procédé de chargement du nouvel équipement sont donc aussi comptabilisées pour cet équipement et la formule suivante est employée pour le calcul des émissions dues au nouvel équipement : Emissions charge = PRG * C N * k Où : PRG, correspond au potentiel de réchauffement global (ou PRP, potentiel de réchauffement planétaire) CN, correspond la quantité en réfrigérant chargée dans le nouvel équipement (en kg ou tonnes). k, correspond au pourcentage d émission initiale de réfrigérant. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 12

14 - Le pourcentage d émission initiale de réfrigérant lors de l installation du nouveau refroidisseur est de 0,2% d après le chapitre 7 du volume 3 (Tableau 7.9) des «Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires de gaz à effet de serre» [5]. Ces valeurs représentent les valeurs inférieures de la fourchette d estimation des émissions. Selon les lignes directrices, les valeurs inférieures des fourchettes s appliquent à la situation des pays développés. 5.3 Sélection et recueil des données d activité GES : Réfrigérants : Les données concernant les réfrigérants ont été recueillies lors du recensement des équipements de réfrigération, effectué à l occasion du projet de certification LEED, et présenté pour EAp3 et EAc5. La charge en réfrigérant de chaque appareil a été collectée, pour permettre le calcul des émissions de GES Électricité : Les données d activités sont issues des relevés des deux compteurs électriques comptabilisant l électricité consommée par le bâtiment : les compteurs 4E1018C et 4E1017C pour l alimentation générale du bâtiment et le compteur Urgence installé pour compter l électricité consommée par la ligne d urgence du bâtiment Vapeur : Les données d activité de consommation de vapeur de la Tour Banque Nationale sont issues de différents comptages, croisés avec les factures du CCUM: - Les compteurs 3A1L76 et 3A1L77 sur les échangeurs de vapeur 3A1-51 et 3A1-52 mesurent en kwh la consommation de vapeur destinée à la production de chauffage pour l ensemble du complexe. - Les compteurs d énergie 3A2L78 et 3A2L79 sur les départs d eau chaude de chauffage permettent de connaître la consommation de chauffage respective de la Tour Banque Nationale et de la tour du 700 de la Gauchetière, et ainsi de déduire la part de vapeur utilisée pour produire l eau chaude attribuable à la Tour Banque Nationale. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 13

15 - Le compteur 3A1L74 mesure la consommation directe de vapeur à l intérieur de la Tour Banque Nationale, pour l humidification de l air Eau glacée : L eau glacée utilisée pour le bâtiment est produite par la centrale thermique, alimentée par le réseau d électricité public. Les données d activité suivantes sont utilisées dans le calcul des émissions : - Les compteurs d énergie 3R1L77 et 3R1L76 installés respectivement sur le départ d eau glacé desservant la Tour Banque Nationale et celui desservant la tour du 700 de la Gauchetière; - Les compteurs d électricité 4-E1-014 et 4-E1-013 comptabilisant la consommation d électricité de la centrale thermique, incluant les lignes d urgence; - Le compteur d électricité de la ligne d urgence alimentant la Tour Banque; - L estimation de la consommation d urgence alimentant le reste du complexe. Cette valeur est utilisée dans le cadre du contrat de répartition de l énergie liant les différentes parties prenantes du complexe. - Les données concernant les réfrigérants utilisés dans la centrale thermique, par les refroidisseurs, ont été recueillies lors du recensement des fluides frigorigènes, effectué à l occasion du projet de certification LEED, et présenté pour EAp3 et EAc5. La charge en réfrigérant de chaque équipement a été collectée, pour permettre le calcul des émissions de GES Diesel : Les deux groupes électrogènes alimentent la Tour Banque Nationale et le reste du complexe en électricité en cas d urgence. Les données d activités concernant la consommation de diesel des groupes électrogènes sont tirées des factures annuelles pour le remplissage des réservoirs par la compagnie Pepco. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 14

16 5.4 Sélection ou mise au point des facteurs d émission : Réfrigérants : Les potentiels de réchauffement global (PRG) utilisés pour les calculs sont issus du rapport du Programme pour les Nations Unies pour l Environnement (PNUE) «UNEP 2010 Report of the Refrigeration, Air conditioning and Heat Pumps Technical Options Commitee (RTOC) 2010 Assessment». [6] Électricité : Les facteurs d émissions pour le Québec de CO2, de CH4 et de N2O du Rapport d inventaire national , publié en 2014, ont été utilisés dans les calculs (Partie 3, Annexe 13, Table A13-6) Vapeur : Les données fournies par le responsable de la chaufferie centrale CCUM pour les facteurs d émissions de CO2, CH4 et N2O de 2012 ont été considérées pour les calculs Eau glacée : Pour la part des émissions de GES liée à la consommation électrique nécessaire à la production d eau refroidie, les facteurs d émissions pour le Québec de CO2, de CH4 et de N2O du Rapport d inventaire national , publié en 2014, ont été utilisés dans les calculs (Partie 3, Annexe 13, Table A13-6). Pour la part des émissions de GES liées à l utilisation de fluides frigorigènes pour la production d eau refroidie, les potentiels de réchauffement global (PRG) utilisés pour les calculs sont issus du rapport du Programme pour les Nations Unies pour l Environnement (PNUE) «UNEP 2010 Report of the Refrigeration, Air conditioning and Heat Pumps Technical Options Commitee (RTOC) 2010 Assessment». bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 15

17 5.4.5 Diesel : Les facteurs d émissions pour le Québec de CO2, de CH4 et de N2O du Rapport d inventaire national [3], publié en 2014, ont été utilisés dans les calculs (Partie 2, Annexe 8). 5.5 Calcul des émissions de GES et période de déclaration couverte Suivant la méthodologie de quantification présentée dans les paragraphes précédents, les données d activités recueillies et les facteurs d émissions sélectionnés, les émissions de GES de la Tour Banque Nationale pour la période du 1 er juin 2013 au 31 mai 2014 sont les suivantes : Type d émissions Source d émission Émissions totales de GES (t CO 2 eq) Directes Réfrigérants 4,6 Indirectes Électricité 38,8 Indirectes Eau glacée 48,0 Indirectes Vapeur 181,4 Indirectes Diesel 12,6 Total 285, Les données démontrent que la part des émissions directes (4,6 tonne CO2 eq.) est faible comparativement aux émissions indirectes (280,9 tonne de CO2 eq.), qui représentent 98% des émissions. Cela s explique par le fait que les émissions directes sont liées uniquement à l utilisation de petits équipements de réfrigération à l intérieur du périmètre du projet. En effet, les refroidisseurs produisant l eau glacée, les chaudières produisant la vapeur ainsi que la production d électricité pour le bâtiment du projet sont situés à l extérieur du périmètre du projet et représentent donc des émissions indirectes. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 16

18 5.5.2 Les calculs d émissions de GES sont présentés à l annexe Le graphique suivant présente la répartition des émissions annuelles de GES : Répartition des émissions annuelles de GES par source 2% 4% 14% 63% 17% Réfrigérants Electricité Eau glacée Vapeur Diesel bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 17

19 6. ÉLÉMENTS DE L INVENTAIRE DES GES 6.1 Documenter les émissions des GES : Les données d activité utilisées pour quantifier les émissions de GES à énergie indirecte issues de la consommation d électricité sont présentées en annexe Les données d activité utilisées pour quantifier les émissions de GES à énergie indirecte issues de la consommation de vapeur sont présentées en annexe Les données d activité utilisées pour quantifier les émissions de GES à énergie indirecte issues de la consommation d eau refroidie sont présentées en annexe Les données techniques concernant les équipements contenant des réfrigérants sont présentées en annexe Activités de l organisation visant à réduire les émissions de GES : LSR Immobilier Inc. s implique pour minimiser l impact environnemental de la Tour Banque Nationale et recherche le maximum d économies d énergie. Lors de sa construction en 1980, le complexe du de la Gauchetière était déjà le plus performant de sa catégorie en termes d énergie et s est vu décerner en 1983 le prix de l ASHRAE pour sa performance énergétique. Les propriétaires ont fait de cette performance énergétique exceptionnelle un objectif durable à respecter pour toute la durée du cycle de vie du bâtiment. Cette stratégie permet de limiter fortement les émissions de GES liées aux consommations énergétiques Notamment, la récupération d énergie est optimisée au sein du bâtiment, avec un système de récupération de chaleur sur les refroidisseurs ainsi que sur l air évacué, permettant de limiter la consommation de vapeur pour le chauffage des locaux Le recours à un réseau de chaleur urbain pour le chauffage du bâtiment contribue également à la limitation des émissions de GES. La production centralisée d énergie par la chaufferie urbaine induit une meilleure gestion de la combustion et les équipements de génération d énergie Par ailleurs, les horaires de fonctionnement des équipements (ventilation et éclairage) sont programmés pour correspondre au plus près aux horaires d occupation des locaux, afin d optimiser la consommation électrique. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 18

20 6.2.5 Dans le cadre du processus de certification LEED en cours, un audit énergétique a été réalisé ainsi qu un recommissioning général des systèmes du bâtiment. Ces études ont abouti à la mise en œuvre des mesures d amélioration de l efficacité énergétique suivantes : - Optimisation de la récupération de chaleur sur les systèmes d air neuf. - Optimisation du contrôle de pression d étage. - Optimisation du contrôle d air neuf sur le système Période couverte par l inventaire de GES et année de référence : Le présent inventaire des GES de la Tour Banque Nationale est réalisé pour la période allant du 1 er juin 2013 au 31 mai Cette période correspond aux exigences de la certification LEED BE:E&E, soit une période de performance de 12 mois se terminant lors du dépôt de la demande Considérant que ce rapport est le premier rapport d inventaire de GES de la Tour Banque Nationale, la période couverte par cet inventaire sera définie comme étant l année de référence. Les futurs inventaires de GES seront comparés à cette année de référence, afin de mesurer les efforts de réduction des émissions. 6.4 Recalcul de l inventaire des GES : Dans le cas où des modifications seraient apportées aux périmètres opérationnels, à l appartenance et au contrôle des sources à l intérieur ou à l extérieur des périmètres organisationnels ou aux méthodologies de quantification des GES générant des changements significatifs des émissions quantifiées, l année de référence sera recalculée pour en tenir compte Les procédures pour le recalcul de l année de référence seront établies selon le cas survenant et les recalculs de l année de référence dans des inventaires de GES ultérieurs seront documentés. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 19

21 6.5 Évaluation et réduction de l incertitude : Les données d activité sont évaluées à partir des comptages d électricité, de vapeur et d énergie sur l eau glacée mis en œuvre sur le site. Cette méthode induit un faible rang d incertitude sur les données Les compteurs d électricité ont été installés en Tous les compteurs bénéficient d un certificat de calibration, démontrant qu ils ont été calibrés et testés en conformité avec les normes du Conseil national de recherches Canada Les compteurs d énergie pour l eau glacée, l eau chaude et la vapeur sont calibrés annuellement par une firme spécialisée Le tableau suivant présente l évaluation de l incertitude selon les différentes sources d émissions : Source d émissions Vapeur Électricité Eau glacée Réfrigérants Diesel Rang d incertitude Modérée Les facteurs d émissions de la production de vapeur sont directement fournis par l exploitant du réseau de chaleur urbain. Des compteurs calibrés permettent de mesurer la quantité de vapeur consommée. L addition des incertitudes des compteurs utilisés induit une incertitude modérée sur la quantification des émissions. Aussi, le fait que les facteurs d émissions ont été fournis par l exploitant du réseau urbain induit une incertitude modérée. Faible les compteurs électriques sont calibrés selon les normes en vigueur et les facteurs d émissions sont issus des données annuelles de la moyenne provinciale. L électricité étant produite au Québec par une source majoritaire à 96% (hydroélectricité), l incertitude liée à la source primaire d énergie est réduite. Modérée les compteurs mesurant la quantité d énergie consommée provenant de l eau glacée sont calibrés annuellement. Les compteurs d électricité permettant d isoler la consommation de la centrale thermique sont calibrés selon les normes en vigueur et les facteurs d émissions sont issus des données annuelles de la moyenne provinciale. L incertitude provient de la donnée de consommation d électricité de la ligne d urgence du 700 de la Gauchetière. Cette donnée n est pas sous le contrôle opérationnel de LSR Immobilier Inc., elle est estimée aux fins de répartition énergétique. L incertitude sur les émissions de GES pour la consommation d eau glacée, liée à l estimation de cette donnée, est de l ordre de 10%. Faible Le calcul s appuie sur la méthode présentée dans le rapport d inventaire national du Canada : «National Inventory Report, greenhouse gas sources and sinks in Canada», basée sur le «Revised 1996 IPCC guidelines for national greenhouse inventories» et le pourcentage annuel de fuite est tiré des «Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires de gaz à effet de serre». Les quantités de réfrigérants dans les équipements de réfrigération sont les données du fabricant ou ont été mesurées. Faible Les facteurs d émissions du diesel sont issus du Rapport d inventaire national, et la quantité de diesel consommée est mesurée et facturée par le fournisseur d énergie lors du remplissage des réservoirs. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 20

22 7. GESTION DE LA QUALITÉ DE L INVENTAIRE DES GES 7.1 Gestion des informations sur les GES Les procédures de gestion des informations à LSR Immobilier Inc. garantissent la conformité aux principes de l ISO et garantissent la cohérence avec l utilisation envisagée de l inventaire des GES, soit l obtention de la certification LEED. En effet, seules les émissions directes lié à l utilisation de réfrigérants et les émissions à énergie indirectes sont quantifiées dans l inventaire aux fins de l obtention de la certification et ces dernières sont calculées à partir des données de facturation et des donnés de compteurs du bâtiment. La procédure de gestion de la facturation est la suivante : - Le propriétaire du 700 de la Gauchetière reçoit les factures d électricité d Hydro- Québec et de vapeur de la CCUM du complexe. Les factures sont archivées pendant 7 ans. - L équipe mixte d exploitation (EME) reçoit les factures de diesel et conserve cellesci pendant 7 ans. - L équipe mixte d exploitation (EME) procède aux lectures des compteurs d énergie mensuellement et consigne les données dans une banque de données. Les données sont conservées pendant 7 ans LSR Immobilier Inc. convient que ses méthodes de gestions des informations GES tiennent compte de l identification et l examen de la responsabilité et de l autorité des personnes en charge de la mise au point de l inventaire des GES Des contrôles réguliers assurent la réalisation d un inventaire exact et complet Considérant que les données d activités sont obtenues des fournisseurs d énergie, la Tour Banque Nationale s en remet à ces derniers en matière de gestion des procédures d utilisation, de maintenance et d étalonnage du matériel de mesure. Ces fournisseurs sont des organismes accrédités auprès de Mesures Canada Afin de réaliser un inventaire cohérent et complet des émissions de GES, les rôles et responsabilités sont assignés de façon à assurer la conformité et la cohérence avec la norme ISO :06. La répartition des rôles et responsabilités est présentée dans le tableau suivant : bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 21

23 Membre de l équipe Pierre Saucier Directeur immobilier, LSR Immobilier Inc. Natalie Malaison Administratice, LSR Immobilier Inc. Mathieu Kieken Conseiller en développement durable, LSR Immobilier Inc. Eddy Cloutier, ing. Ingénieur, Bouthillette Parizeau Consultant LEED Judith Michaud, ing. Ingénieur, Bouthillette Parizeau Consultant LEED Sophie Mirlicourtois, ing. jr. Bouthillette Parizeau Consultant LEED Responsabilités Définir le périmètre organisationnel du projet; Fournir les données requises de consommations, d après les relevés des compteurs Fournir l inventaire des réfrigérants mis en œuvre sur le site Approuver et signer le rapport d inventaire et le formulaire d inscription au registre CSA EcoDépart Fournir les données requises de consommations, d après les factures des fournisseurs d énergie; Identifier les sources de GES; Sélectionner les méthodologies de quantification et s assurer de leur application; S assurer de la fiabilité des données d activité dans le but de réduire l incertitude; Recueillir et traiter les données d activités; Collecter les facteurs d émissions appropriés; Réaliser les calculs d émissions de GES; Rédiger le rapport de GES, en accord avec les exigences de la norme ISO :06 et les exigences du registre CSA Eco-Départ. François Lafortune, Ph. D., Lafortune Enviroconseil Vérificateur Vérifier que le rapport produit par Bouthillette Parizeau respecte les exigences de la norme ISO :2006 et les exigences du registre CSA Eco-Départ. Délivrer un document précisant les conclusions de la vérification. 7.2 Conservation des documents et tenue des dossiers Les données de compteurs sont enregistrées et conservées dans une base de données pour une durée de 10 ans. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 22

24 7.2.2 Le présent inventaire des émissions de GES de la Tour Banque Nationale est le premier à être réalisé. Il contient des informations importantes et toute la documentation nécessaire à sa conception, soit : les facteurs d émissions, les données d activité de juin 2013 à mai 2014, l inventaire des réfrigérants, les émissions de GES de l année de référence. Il est dans l intérêt du propriétaire et de l exploitant de conserver ce rapport de référence, notamment s ils souhaitent s inscrire au registre CSA EcoDépart pour une prochaine année LSR Immobilier Inc. conserve et met à jour sur son serveur informatique la documentation servant à la conception et la mise à jour de l inventaire de GES afin d en permettre la vérification. 8. ROLE DE L ORGANISATION DANS LES ACTIVITÉS DE VÉRIFICATION La firme Lafortune Enviroconseil a été retenue pour effectuer la vérification impartiale, indépendante et objective du rapport d inventaire, selon la norme ISO :06. La vérification sera effectuée afin de rendre un avis sur la justesse de la déclaration GES, avec un niveau d assurance raisonnable, d après les exigences du programme CSA EcoDépart. Les mesures suivantes ont permis à Bouthillette Parizeau et LSR Immobilier Inc. de préparer la vérification : - L attribution de la mission de vérification à une tierce partie indépendante et disposant des compétences et qualifications appropriées; - La définition du périmètre, des objectifs, des critères et du niveau d assurance de la vérification avec le vérificateur ; - La répartition claire des rôles et responsabilités du personnel concerné; - La revue des exigences de la norme ISO :06 et du registre CSA EcoDépart; - La mise en œuvre d un processus de contrôle de la qualité du rapport généré. bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 23

25 9. TABLE DE RÉFÉRENCES 1. Conseil du bâtiment durable du Canada Canada Green Building Council. LEED Canada pour bâtiments existants : exploitation et entretien 2009, Guide de référence. 778p. 2. International Standards Organization. ISO :2006, Partie 1 : Spécification et lignes directrices, au niveau des organismes, pour la quantification et la déclaration des émissions et des suppressions des gaz à effet de serre, Mars Environnement Canada. National Inventory Report ( ), Greenhouse gas sources and sinks in Canada, Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), Revised 1996 IPCC guidelines for national greenhouse inventories, Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre, UNEP Report of the Refrigeration, Air conditioning and Heat Pumps Technical Options Commitee (RTOC) 2010 Assessment, février bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 24

26 ANNEXE 1 Facteurs d émission employés pour l inventaire des GES et sources CO 2 CH 4 N 2O HFC Source des données Electricité Eau Glacée Vapeur Diesel 3.4 g eq CO2/kWh 3.4 g eq CO2/kWh d électricité 76,54 kg eq CO2/1000lbs g/l 0,0005 g CH4/kWh, soit g CO2eq/kWh 0,0005 g CH4/kWh d électricité, soit g CO2eq/kWh 0,03 kg eq CO2/1000lbs 0,133 g/l, soit 2,793 g eq CO2/L 0,0001 g N2O/kWh, soit g CO2eq/kWh 0,0001 g N2O/kWh d électricité, g CO2eq/kWh 0,42 kg eq CO2/1000lbs 0,400 g/l, soit 124 g eq CO2/L PRP : 1370 (R-134 A) Rapport d inventaire national , publié en 2014 (Partie 3, Annexe 13, Table A13-6) - Rapport d inventaire national , publié en UNEP 2010 Report of the Refrigeration, Air conditioning and Heat Pumps Technical Options Commitee (RTOC) 2010 Assessment Corporation de Chauffage Urbain de Montréal (fournisseur) selon le Rapport d inventaire national , publié en 2014 (Annexe 8, Tables A8-1, A8-4) Rapport d inventaire national , publié en 2014 (Partie 2, Annexe 8, Table A8-4) Réfrigérant Pouvoir de Réchauffement Global (PRG) Source des données R-404A 3700 R-134A 1370 R-414B 1300 UNEP 2010 Report of the Refrigeration, Air conditioning and Heat Pumps Technical Options Commitee (RTOC) 2010 Assessment bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 25

27 ANNEXE 2 Données d activités liées à la consommation d électricité Mois Consommation mesurée (kwh) Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Total bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 26

28 ANNEXE 3 Données d activités liées à la consommation de vapeur Mois Consommation mesurée (lbs de vapeur) Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Total bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 27

29 ANNEXE 4 Données d activités liées à la consommation d eau refroidie Mois Consommation mesurée (kbtu) Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Total bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 28

30 ANNEXE 5 Données d activités liées à l utilisation de réfrigérants Équipement Nombre d équipement Réfrigérant Charge de réfrigérant (lbs) Refroidisseur #1 (Centrale Thermique) 1 R-134A 2860 Refroidisseur #2 (Centrale Thermique) 1 R-134A 1706 Refroidisseur #3 (Centrale Thermique) 1 R-134A 1706 Refroidisseur #4 (Centrale Thermique) 1 R-134A 1706 Chambre froide 1 R-404A 4,66 Chambre froide 1 R-404A 4,31 Chambre froide 1 R-404A 5,47 Comptoir réfrigéré 1 R-404A 2,4 Comptoir réfrigéré 1 R-134A 1,125 Bac à glaçons 1 R-404A 1,875 Chambre froide 1 R-414b 2 bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 29

31 ANNEXE 6 Données d activités liées à la consommation de diesel Remplissage Diesel (L) Novembre ANNEXE 7 Calculs Électricité Mois Consommation électrique totale (kwh) Emissions totales annuelles kg CO 2eq/an juin ,1 juil ,2 août ,1 sept ,3 oct ,7 nov ,9 déc ,3 janv ,1 févr ,1 mars ,8 avr ,7 mai , ,8 bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 30

32 Vapeur Mois Consommation Banque TOTALE (lbs) Emissions de GES (kg CO 2eq) CO 2 CH4 N 2O TOTAL juin ,42 5, juil ,44 6, août ,16 2, sept ,00 0,00 0 oct ,00 0,00 0 nov ,71 10, déc ,98 167, janv ,61 316, févr ,34 186, mars ,10 225, avr ,93 69, mai ,00 0,00 0 Total bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 31

33 Eau Glacée Mois Compteur 3R1L77 eau glacée BANQUE Compteur 3R1L76 eau glacée 700 de la gauchetière Part eau glacée BANQUE Consommation électricité production eau glacée totale (centrale thermique) Consommation électricité production eau glacée portion BANQUE kwh kwh % kwh kwh Emissions eau glacée BANQUE kg CO 2eq/an juin % ,5 juil % ,6 août % ,4 sept % ,1 oct % ,7 nov % ,6 déc % ,4 janv % ,9 févr % ,5 mars % ,8 avr % ,3 mai % ,7 TOTAL ,5 bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 32

34 Réfrigérants Equipement Nombre Type de réfrigérant Quantité de réfrigérant PRP Fuites annuelles en exploitation Temps de fonctionnement annuel Émissions lb kg % de la capacité % de la période Tonnes eq CO2/an REFROIDISSEUR R1DC 1 R-134A (HFC) ,2% 100% 39,1 REFROIDISSEUR R2VSD 1 R-134A (HFC) % 100% 21,2 REFROIDISSEUR R3VSD 1 R-134A (HFC) % 100% 21,2 REFROIDISSEUR R4VSD 1 R-134A (HFC) % 100% 21,2 102,7 Émissions de GES annuelles totales Consommation annuelle d'eau glacée pour Banque Consommation annuelle d'eau glacée pour le 700 Part annuelle eau glacée de Banque Émissions de GES annuelles pour la Tour Banque Tonnes eq CO2 kwh kwh % Tonnes eq CO2 102, ,4 bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 33

35 Equipement Nombre Type de réfrigérant Quantité de réfrigérant PRP Fuites annuelles en exploitation Temps de fonctionnement annuel Émissions par machine Émissions lb kg % de la capacité % de la période Tonnes eq CO 2/an Tonnes eq CO 2/an CHAMBRE FROIDE A 1 CHAMBRE FROIDE B 1 CHAMBRE FROIDE C (congélateur) COMPTOIR REFRIGÉRÉ COMPTOIR REFRIGÉRÉ BAC A GLACONS 1 CHAMBRE FROIDE R-404a HFC R-404a HFC R-404a HFC R-404a HFC R-134a HFC R-404a HFC R-414b HCFC 4, ,0% 100,0% 0,78 0,78 4, ,0% 100,0% 0,72 0,72 5, ,0% 100,0% 0,92 0,92 2, ,0% 100,0% 0,40 1,61 1, ,0% 100,0% 0,07 0,14 1, ,0% 100,0% 0,31 0, ,0% 100,0% 0,12 0,12 TOTAL 4,61 bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 34

36 Des ajouts de réfrigérants ont été faits dans les différents équipements de réfrigération (autres que les refroidisseurs), toutefois, la contribution de ces ajouts aux émissions de GES est négligeable. Voici le détail : Date de remplissage Diesel Remplissage/réparation sur les équipements de réfrigération autres que les refroidisseurs type de réfrigérant Quantité de réfrigérant lbs kg PRP % émission initiales Émissions Tonnes eq CO2/an juin-13 R404a 1,5 0, ,5% 0,01 juin-13 R414b 0,5 0, ,5% 0,00 sept-13 R404a 2,5 1, ,5% 0,02 oct-13 R404a 1,5 0, ,5% 0,01 nov-13 R414b 0,5 0, ,5% 0,00 févr-14 R404a 2 0, ,5% 0,02 avr-14 R414b 0,5 0, ,5% 0,00 TOTAL 0,07 Consommation annuelle (litres de diesel) Emissions totales annuelles kg CO2eq/an CO 2 CH4 N 2O TOTAL 4 531, ,05 12,66 561, ,55 bouthillette parizeau systèmes évolués de bâtiments éac6-rap-001-inventaire ges-r05.docx Page 35

Récupération de la chaleur dans les gaz de combustion

Récupération de la chaleur dans les gaz de combustion ÉTÉ 2011 VOLUME 26 NUMÉRO 2 Refroidisseurs et récupération d énergie : le projet du 1801 McGill Récupération de la chaleur dans les gaz de combustion à la chaufferie de Technocell Installation d écrans

Plus en détail

Format de restitution pour la publication du bilan GES

Format de restitution pour la publication du bilan GES Format de restitution pour la publication du bilan GES Bilan des émissions de gaz à effet de serre conformément au décret n 2011-829 du 11 juillet 2011 Version : 28 décembre 2012 Rédaction : Pascal OCHALEK

Plus en détail

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre PREFECTURE DE REGION D ILE DE FRANCE Bureau environnement/énergie Immeuble Le Ponant 5 rue Leblanc 75015 PARIS ANTONY, le 21 décembre 2015 Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet

Plus en détail

L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins

L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins Antonin Bouchard, ing., D.E.S.S. Directeur associé, exploitation & redéploiement 10 avril 2008 Colloque San-Tech Collaboration: M. Vincent Lacouline OBJECTIFS

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE. BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE. BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Ce bilan est une démarche volontaire, étant

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES SA... 3 2.1. Informations relatives à la personne morale... 3 2.2. Personne

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR

Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR Bilan des émissions de gaz à effet de serre du groupe SFR Décembre 2012 Réalisé pour le compte du Groupe SFR par Biens Communs et Factea Durable Sommaire I PRÉSENTATION... 1 I.1 DESCRIPTION DE LA PERSONNE

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 France Telecom SA Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : France Telecom SA Code NAF : 6110Z / Télécommunications filaires

Plus en détail

Bilan des Emissions de GES. Restitution finale

Bilan des Emissions de GES. Restitution finale Bilan des Emissions de GES Restitution finale 19/11/2012 Agenda Synthèse de la collecte des données Modifications vs. restitution intermédiaire Présentation des résultats actualisés Plan d actions de réduction

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Raison sociale : MAAF ASSURANCES SA Code NAF

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES RAYTHEON SYSTEMS COMPANY SAS

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES RAYTHEON SYSTEMS COMPANY SAS BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES RAYTHEON SYSTEMS COMPANY SAS Réf : DO/GIM/15-05466 10/12/2015 Page 1/13 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES RAYTHEON SYSTEMS COMPANY SAS... 3 2.1.

Plus en détail

Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille

Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE «scope 1 et 2» ANNEE 2011 1. CONTEXTE Ce bilan des émissions de gaz à effet de serre fournit

Plus en détail

SOMMAIRE. Le supermarché de Scarborough émet environ 2 700 t éq. CO 2. CanmetÉNERGIE www.canmetenergie.rncan.gc.ca

SOMMAIRE. Le supermarché de Scarborough émet environ 2 700 t éq. CO 2. CanmetÉNERGIE www.canmetenergie.rncan.gc.ca SOMMAIRE Pendant plusieurs années, la société Loblaws Inc. a misé sur des technologies de réfrigération innovatrices. En s appuyant sur ses succès passés, la compagnie multinationale a ouvert en 2008,

Plus en détail

Synthèse des principales actions de réduction PARIS HABITAT OPH

Synthèse des principales actions de réduction PARIS HABITAT OPH Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 et au décret n 2011-829 du 11 juillet 2011 Synthèse des principales actions de réduction

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS)

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : INRS, Association loi 1901 Code NAF : 7219Z Code SIREN

Plus en détail

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Ce document résume toutes les procédures de soumission

Plus en détail

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing.

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing. Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel Stéphan Gagnon, ing., CEM, LEED GA Plan de la présentation Genèse du projet Mode de réalisation Description

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES AIR SYSTEMS. Chrono : 062 11/12/2015 Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES AIR SYSTEMS. Chrono : 062 11/12/2015 Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES AIR SYSTEMS Chrono : 062 11/12/2015 Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRÉSENTATION DE THALES AIR SYSTEMS... 3 2.1. INFORMATIONS RELATIVES A LA PERSONNE MORALE...

Plus en détail

L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire

L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire Notre organisation (au 31 octobre 2012) 1 ère institution bancaire au Québec 19 920 employés 451 succursales au Canada 2,4 millions de clients particuliers

Plus en détail

Bilan 2012. des émissions de gaz à effet de serre. de l Institut Pasteur. Données 2011

Bilan 2012. des émissions de gaz à effet de serre. de l Institut Pasteur. Données 2011 Bilan 2012 des émissions de gaz à effet de serre de l Institut Pasteur Données 2011 Décembre 2012 SOMMAIRE 1. Description de la personne morale concernée... 3 2. Périmètres organisationnel et opérationnel...

Plus en détail

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées Bilan des émissions de gaz à effet de serre Septembre 213 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Sommaire

Plus en détail

Bilan de Gaz à Effet de Serre

Bilan de Gaz à Effet de Serre Bilan de Gaz à Effet de Serre Compagnie IBM France Rapport annuel 2013 Activité 2012 Page 1 / 11 INTRODUCTION GENERALE Les opérations IBM sont diverses et dynamiques. IBM a des milliers de clients avec

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/MD/cg/15/148/-/COU Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/MD/cg/15/148/-/COU Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A Réf : DENV/MD/cg/15/148/-/COU Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES SA... 3 2.1. Informations relatives à la personne morale... 3 2.2. Personne

Plus en détail

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) HABITAT TOULOUSE ANNEE 2012 Le 25/2/2014 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : HABITAT TOULOUSE

Plus en détail

Takt-etik Bilan annuel

Takt-etik Bilan annuel 1 Takt-etik Bilan annuel Nov 2009 - Oct 2010 Généré le juin 9, 2011 par Takt Etik 2 Détails sur le rapport Approche de consolidation Contrôle opérationnel Évaluateur, assurance de la qualité Matthieu Beauchemin

Plus en détail

Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012

Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012 CH SAINT-AFFRIQUE- Bilan des émissions des GES 2012 Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012 En application de la Méthode pour la réalisation

Plus en détail

- Société des Eaux de Volvic - Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Année de reporting : 2014

- Société des Eaux de Volvic - Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Année de reporting : 2014 - Société des Eaux de Volvic - Bilan des émissions de gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Année

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2012 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes

Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes 2 décembre 2014 Rôle du réfrigérant et équipements de refroidissement dans les centres informatiques modernes Par Kevin Mathieu, ing., PA LEED Directeur Associé Plan de la présentation Caractéristiques

Plus en détail

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One (Prix Energia 2013) (Méritas Technologique ASHRAE 2015) ASHRAE Stan Katz, LEED PA Directeur Général - Énergie, Tuyauterie

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. LEGUERNEY Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

FAURECIA BLOC AVANT. Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France

FAURECIA BLOC AVANT. Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France FAURECIA BLOC AVANT Bilan des émissions de gaz à effet de serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France Décembre 2012 Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode pour

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 Lectra S.A. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 World Headquarters & siège social : 16-18, rue Chalgrin 75016 Paris France

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES ALENIA SPACE FRANCE

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES ALENIA SPACE FRANCE ISSUE : Page : 1/14 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES ALENIA SPACE FRANCE Rédigé par Responsabilité JL PIVATO T BAJAT Responsable HSE Site de Toulouse Thales Alenia Space Responsable HSE Site de Cannes

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2015 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. HANDOUCHE Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

l évaluation de la consommation d énergie à l école

l évaluation de la consommation d énergie à l école l évaluation de la consommation comprendre la consommation d énergie de notre école Adapté de EcoSpark, Wattwize: Teacher Guide, document 1, accessible sous ecospark.ca. L évaluation de la consommation

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2013-2014 Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)... 1 Exercice 2013-2014... 1 1. Description de la personne morale concernée...

Plus en détail

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 1 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. - DESCRIPTION DU SITE. - BILAN DES MESURES DEPUIS

Plus en détail

Projet d économies d énergie

Projet d économies d énergie Développement durable au Cegep de Sherbrooke Projet d économies d énergie Cordillère de Vilcabamba Pérou Projet d efficacité énergétique au Cegep Impacts économiques Impacts sociaux Impacts environnementaux

Plus en détail

Bilan d émissions de GES Centre Départemental de Repos et de Soins (CDRS)

Bilan d émissions de GES Centre Départemental de Repos et de Soins (CDRS) Bilan d émissions de GES Centre Départemental de Repos et de Soins (CDRS) Application du décret du 11 juillet 2011 relatif au bilan des émissions de GES. Format de restitution conforme à l Annexe 3 de

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2012 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Partie 1 : Bilan d émissions de gaz à effet de serre 1. Description de la personne morale concernée 1.1. Informations

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES SYSTEMES AEROPORTES. Réf : TSA1165696-00-FR décembre 2015 Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES SYSTEMES AEROPORTES. Réf : TSA1165696-00-FR décembre 2015 Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES SYSTEMES AEROPORTES Réf : TSA1165696-00-FR décembre 2015 Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES SYSTEMES AEROPORTES... 3 2.1 INFORMATIONS RELATIVES

Plus en détail

La certification NF des équipements multi-énergies

La certification NF des équipements multi-énergies La certification NF des équipements multi-énergies Conférence INTERCLIMA - 5 novembre 2013 INTERVENANTS : Christine KERTESZ AFNOR CERTIFICATION Sophie BOCQUILLON Sylvain CURTY EUROVENT CERTITA CERTIFICATION

Plus en détail

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE Réalisé par Okavango Energy selon les principes de la norme ISO 14064-1 le protocole GHG et la méthodologie du Bilan Carbone Rapport du 8 décembre 2015 Pernod SA

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Page 1 Table des matières CONTEXTE... 3 NOTE METHODOLOGIQUE... 4 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 5 A. DESCRIPTION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 18 avril 2012 relatif au diagnostic de performance énergétique pour

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Page 1 Table des matières CONTEXTE... 4 NOTE METHODOLOGIQUE... 5 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 6 A. DESCRIPTION DE LA PERSONNE

Plus en détail

Détails de notre performance environnementale

Détails de notre performance environnementale Détails de notre performance environnementale Émissions de gaz à effet de serre Émissions totales de gaz à effet de serre (en tonnes d équivalent CO) 03 03 0 00 009 008 Activités au Canada 07 69 7 73 9

Plus en détail

Notre solution : Souplesse des systèmes

Notre solution : Souplesse des systèmes Projet d efficacité énergétique Notre solution : Souplesse des systèmes et équipements efficaces! par Daniel Bussière, ing. 1 Objectifs du projet Atteindre les objectifs de réduction fixés par le ministère

Plus en détail

Bilan d émissions de GES Clinique Belledonne Saint Martin d Hères (38)

Bilan d émissions de GES Clinique Belledonne Saint Martin d Hères (38) Bilan d émissions de GES Clinique Belledonne Saint Martin d Hères (38) Application du décret du 11 juillet 2011 relatif au bilan des émissions de GES. Format de restitution conforme à l Annexe 3 de la

Plus en détail

1 Description de la personne morale concernée

1 Description de la personne morale concernée BILAN D EMISSIONS DE GES ARTICLE 75 GDF SUEZ ÉNERGIE SERVICES 1 1 Description de la personne morale concernée Raison sociale : GDF SUEZ Energie Services S.A. Code NAF : 3530 Z Code SIREN : 552 046 955

Plus en détail

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI Copropriété : Décryptage du volet réglementaire Hicham LAHMIDI Audit énergétique d un immeuble ou d un groupe d immeubles en copropriété Décryptage du décret du 27 janvier 2012 et de l arrêté du 28 février

Plus en détail

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS Volet sur mesure - Nouveau bâtiment ÉnerCible Volume 1, numéro 1 Mars 2012 Liste des documents à transmettre Afin que nous puissions effectuer l analyse technique

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie. 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012

Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie. 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012 Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012 1 AGENDA Un coup d œil sur ISO 50001 Mise en œuvre de la norme ISO 50001 Bénéfices des systèmes de gestion

Plus en détail

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations Pierre BOISSON Pôle Automatisme et Gestion de l Energie CSTB Marne la vallée pierre.boisson@cstb.fr

Plus en détail

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r)

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) 1. Description de la personne morale (PM) concernée Raison sociale : ZF Systèmes de directions Nacam SAS Code NAF : 2932Z

Plus en détail

Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf

Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf Présentation de Thierry DJAHEL, Schneider Electric Dans le cadre de la matinée technique IFPEB CSTB du 28 novembre 2012. 28/11/2012 1 En chiffres 35

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014

SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014 Talented Together SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014 1 Bilan GES Sopra et Sopra Banking Software2014 SOMMAIRE 1. Synthèse

Plus en détail

Conseil Régional Basse-Normandie. Bilan des Emissions de

Conseil Régional Basse-Normandie. Bilan des Emissions de Conseil Régional Basse-Normandie Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (GES) Année 2011 Reporting réglementaire Ce document présente la restitution du BEGES réglementaire du Conseil Régional de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES LIÉES À L EXPLOITATION DES BÂTIMENTS» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement de la Francophonie

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS Décembre 2012 Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 3 I.1 Contexte et objectif... 3 I.2 Année de reporting de l exercice et de

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage 1/9 2/9 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : ELIVIA VILLERS BOCAGE Code NAF : 1011Z Code SIREN

Plus en détail

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Que sont les crédits de priorité régionale? Les crédits de priorité régionale ont été mis en place dans les systèmes d évaluation LEED 2009

Plus en détail

PROCTER ET GAMBLE AMIENS SAS

PROCTER ET GAMBLE AMIENS SAS PROCTER ET GAMBLE AMIENS SAS Zone Industrielle Nord Rue André DUROUCHEZ 80 082 AMIENS Yves GAUDON Risk Manager Tel 03 22 54 33 81 Gaudon.yg@pg.com PROCTER ET GAMBLE AMIENS SAS BILAN DES EMISSIONS DE GAZ

Plus en détail

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES Elior Restauration Entreprises Responsable du suivi : Vincent Cossac Fonction : Responsable Développement Durable Adresse : 46/52 rue Albert 75013 Paris : 01

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247 Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 Une méthodologie pour des audits énergétiques de qualité dans des secteurs spécifiques Une norme en 5 parties EN 16247-1

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des Midi-Pyrénées

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des Midi-Pyrénées Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des 1 P a g e Sommaire Cadre général... 3 1. Description de la personne morale concernée... 4 2. Année de reporting de l exercice et l

Plus en détail

Centre Hospitalier de Brioude

Centre Hospitalier de Brioude Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre Centre Hospitalier de Brioude Date : 19 Juillet 2013 Destinataire : Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement Auvergne SOMMAIRE

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Indicateurs Normes Codes de conduite. Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012

Indicateurs Normes Codes de conduite. Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012 Indicateurs Normes Codes de conduite Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012 Pas de normes globales.. Mais 2 initiatives importantes Recenser les Normes concevoir un document (2013) (Coordination Group

Plus en détail

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Présenté par : Sonia Veilleux, Ambioner 28 avril 2014 Introduction Le principe de base dans la gestion des matières 1. Réduire 2. Réutiliser

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHRONOPOST Année 2011

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHRONOPOST Année 2011 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHRONOPOST Année 2011 Table des matières 1. Description de la personne morale concernée... 2 2. Année de reporting de l exercice et année de référence... 3 3.

Plus en détail

Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre selon la Circulaire du 23 décembre 2011

Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre selon la Circulaire du 23 décembre 2011 Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre selon la Circulaire du 23 décembre 2011 Document n 1303/01 v5 réglementaire du 29/03/2013 Etabli par Jean-Claude Herry Revu par K. Gaudemard et

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier 23/05/2013 Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier L université Joseph Fourier s est engagée dans la réalisation de son propre Bilan des Emissions de Gaz à Effet

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION Année de référence : 211 Page : 1 / 12 SOMMAIRE I. GENERALITES... 3 A. INTRODUCTION 3 B. OBJECTIFS 3 II. LA METHODE BILAN CARBONE... 4 A.

Plus en détail

Bilan des Energies et des Fluides 2011

Bilan des Energies et des Fluides 2011 Bilan des Energies et des Fluides 2011 Rapport de synthèse Unibat, Service des Bâtiments et Travaux Georges Berweiler, Efficience, Energie & Habitat Lausanne, le 2 juillet 2012 Introduction Dans le cadre

Plus en détail

Objet: Écogeste, Programme d'enregistrement des mesures volontaires sur les changements climatiques

Objet: Écogeste, Programme d'enregistrement des mesures volontaires sur les changements climatiques Gatineau, le 8 août 2001 Monsieur Jean Pierre Lefebvre, ing. Ministère de l'environnement du Québec 675, boul. René Lévesque Est, 9 ième étage, boîte 30 Québec (Québec) G1R 5V7 Objet: Écogeste, Programme

Plus en détail

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001.

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001. Sommaire En bref : gérer l énergie pour l avenir EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001 Etudes de cas En bref : gérer l énergie pour l avenir VOTRE LOGO Gérer l énergie pour l avenir Des

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DEPENSES ENERGETIQUES DANS L INDUSTRIE ET LE RÔLE DU RESPONSABLE ENERGIE» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1. SYNTHESE DU BILAN DE GAZ A EFFET DE SERRE...4 2. INTRODUCTION... 6 2.1 Rappel sur les enjeux énergie-climat...6 2.2 Méthodologie employée...7 2.3

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES)

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Conformément à l article 75 de la loi N 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement. Le 20 décembre 2012 Sommaire Présentation...

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Site audité : Centre Hospitalier de Fontenay Le Comte CLIENT : Centre Hospitalier de Fontenay Le Comte INTERLOCUTEUR : TELLIER Jean-François ADRESSE : CS 10039

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l IRD

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l IRD Bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l IRD Remis à la Préfecture de région Provence- Alpes - Côte d Azur Décembre 2013 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : Institut

Plus en détail

Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Reporting pour l année 2014

Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Reporting pour l année 2014 Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Reporting pour l année 2014 J.Mansuy 29/06/2015 Table des matières 1. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 3 2. ANNEE DE REPORTING DE L EXERCICE

Plus en détail

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques AGPI (avril 2007) Alain Moreau, ing., M.Sc.A. Chercheur, chargé de projet Institut de recherche d Hydro-Québec Jean Lemay, ing. Gestionnaire de

Plus en détail

Préfecture de la Région PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR Bd Paul Peytral 13282 MARSEILLE CEDEX 20

Préfecture de la Région PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR Bd Paul Peytral 13282 MARSEILLE CEDEX 20 THALES UNDERWATER SYSTEMS S.A.S 525 route des Dolines BP 157 06903 Sophia Antipolis Cedex France Tél. : +33 (0)4 92 96 30 00 Fax : +33 (0)4 92 96 39 50 www.thalesgroup.com Préfecture de la Région PROVENCE-ALPES-COTE

Plus en détail

Critères d admissibilité ENERGY STAR pour les pompes à chaleur géothermiques

Critères d admissibilité ENERGY STAR pour les pompes à chaleur géothermiques Critères d admissibilité ENERGY STAR pour les pompes à chaleur Vous trouverez dans la présente la version 3.1 des spécifications de produit pour les pompes à chaleur homologuées ENERGY STAR. Un produit

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2014 Le DPE, QUELS OBJECTIFS? Le diagnostic de performance

Plus en détail

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction Novembre 2015 de *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION Développement Durable Eiffage Construction Préliminaire R é f é r e n c e s Date du Bilan Carbone Logiciel utilisé Période de Référence Adresse de publication

Plus en détail

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Division des bâtiments Office de l efficacité énergétique (OEE) Ressources naturelles Canada (RNCan) http://oee.nrcan.gc.ca/commerciaux/appuifinancier/existant/ameliorations/index.cfm?attr=20

Plus en détail

Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal

Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal Patrice Leroux, ing. PA LEED, CEM Chef de section Énergie et Environnement Yannik Sauvé, MGP Conseiller planification énergie Julien Harvey-Vaillancourt,

Plus en détail