Les coûts directs et indirects de la sécurité. Liane CAKIL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les coûts directs et indirects de la sécurité. Liane CAKIL"

Transcription

1 Les coûts directs et indirects de la sécurité Liane CAKIL

2 Résumé Les accidents du travail et les maladies professionnelles représentent un poids économique considérable pour les individus, les employeurs et la société dans son ensemble. Certains de ces coûts, tels que les jours de travail ou le salaire perdus, sont évidents et peuvent être facilement chiffrés. Cependant, beaucoup de conséquences économiques d accidents sont invisibles, ou ne peuvent pas être facilement quantifiables. Le concept de coûts indirects des accidents du travail est connu depuis la publication d Heinrich en 1931 comprenant l élaboration d un ratio coûts indirects/coûts directs des accidents du travail, encore utilisé comme référence aujourd hui. Cet article contient deux parties. La première est une revue de la littérature concernant la classification des coûts directs et indirects selon différents auteurs. La seconde partie présente plusieurs méthodes d évaluation des coûts indirects. Une grande hétérogénéité est constatée dans les résultats obtenus par les études répertoriées, tant au niveau de la classification des coûts directs et indirects que du calcul des coûts indirects. Mots-clés : coût direct, coût indirect, accident, santé, sécurité Abstract Workplace accidents and occupational diseases are of significant economic importance for individuals, employers and society as a whole. Some of these costs, such as days of work and wages lost, are obvious and can easily be quantified. However, many economic impacts of accidents are invisible, or cannot be easily measured. The concept of indirect costs of workplace accidents has been well-known since the publication of Heinrich in 1931, which included the calculation of an indirect costs/direct costs ratio of workplace accidents, still in use today. This article contains two parts: a literature review about the classification of direct and indirect costs according to different authors, and a presentation of several assessment methods of indirect costs. There are large discrepancies between the results obtained by the studies outlined, in terms of both classification of direct and indirect costs, and of calculation of indirect costs. Keywords: direct cost, indirect cost, accident, health, safety 2

3 Table des matières Résumé 2 Abstract 2 Introduction 4 1. Classification des coûts directs et indirects Approche d Heinrich (1931) Approche de Simonds et Grimaldi (1956) Approche de Bird (1974) : théorie de l iceberg Approche de Brody, Létourneau et Poirier (1990) Approche de Riel et Imbeau (1995) Approche de LaBelle (2000) Classification des coûts directs et indirects Simonds et Grimaldi (1956) Howard (1964) Coût des accidents du travail dans l industrie de la construction LaBelle (2000) 15 Conclusion 16 Bibliographie 17 3

4 Introduction Chaque année, en France, près d un million d accidents du travail avec arrêt et de maladies professionnelles sont recensés par la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS). En 2012, près de 8 milliards d euros 1 ont été déboursés au titre des accidents du travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles. Ces coûts représentent pour la plupart des pays européens entre 2,6 et 3,8% du PIB (Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail). Les accidents du travail représentent un enjeu économique et financier important. L intégralité du coût direct des accidents du travail et des maladies professionnelles (indemnités journalières, frais médicaux et d hospitalisation, etc.) est supportée par les entreprises au travers des cotisations de sécurité sociale. De nombreux autres coûts qualifiés d indirects viennent s ajouter aux cotisations, tels que le temps passé à secourir la victime, les perturbations au niveau du personnel, la baisse de la productivité ou encore les frais liés au remplacement de l employé absent. La majorité des études décompose les coûts des accidents du travail en deux catégories, les coûts directs et les coûts indirects. Cependant, certains auteurs utilisent parfois de manière similaire les terminologies coûts assurés et non assurés, coûts visibles et invisibles/cachés. Dans cet article, seuls les termes coûts directs et indirects seront utilisés, considérant que ce sont les plus couramment utilisés dans la littérature. L objectif de cet article est de réaliser une revue des écrits disponibles sur l évaluation des coûts indirects afin d apporter un éclairage sur la complexité de l identification et du calcul de ces coûts. La première partie est une revue de la littérature concernant la classification des coûts directs et indirects selon différents auteurs. La seconde partie présente plusieurs méthodes d évaluation des coûts indirects. 1 Ce montant comprend les dépenses d indemnités journalières, les dépenses de soins et les rentes ou capitaux versés pour l indemnisation des accidents du travail et maladies professionnelles. 4

5 1. Classification des coûts directs et indirects Les coûts de la santé et sécurité au travail sont fréquemment classés selon qu ils soient directs ou indirects. Les coûts directs représentent généralement les frais engagés suite à l accident du travail alors que les coûts indirects sont les pertes subies par l entreprise suite à l accident mais n étant pas nécessairement comptabilisées comme telles (Gosselin, 2004). L évaluation des coûts des accidents du travail a fait l objet de nombreuses recherches sans toutefois que les auteurs utilisent une définition commune des termes coûts directs et indirects. Ce qui est considéré comme un coût indirect pour certains auteurs peut être exclu pour d autres. Par exemple, certaines typologies n incluent pas dans les coûts indirects la perte de productivité ou de profits. Loss of profit of idle machines or workers is not generally a valid cost. When workers or machines are made idle, one of two things occurs. Either the production is eventually made up, or it is not. If it is made up, in the sense that over a long period of time no less goods are produced and sold than would have been had the accident not occurred, there is no loss of profit, apart from the increase in production costs [Simonds et Grimaldi, 1956] Approche d Heinrich (1931) Heinrich (1931) a été l un des premiers auteurs à s intéresser aux coûts des accidents du travail et à mettre en évidence la présence de coûts indirects. A partir de l étude de dossiers d assurance, Heinrich classe les coûts en deux catégories, coûts directs et indirects, selon qu ils soient ou non remboursés par l assurance (Tableau 1). Il identifie les évènements entourant un accident et pouvant avoir des répercussions économiques : Temps rémunéré mais non travaillé par l accidenté et les autres employés ayant dû arrêter leur activité conséquemment à l accident ; Interruption de la production ; Dommages causés ; Avantages sociaux payés sans production ; Pertes de profits ; Salaire versé à l accidenté avec production réduite ; Charges sociales pendant l interruption de la production ; Perte de moral suite à l accident ; Dépenses d électricité, de chauffage et de location. L analyse de dossiers d accidents en tenant compte des évènements identifiés ci-dessus permet à Heinrich d obtenir des données sur les coûts indirects des accidents du travail. Il les 5

6 compare ensuite aux coûts directs qu il définit comme étant les indemnisations ainsi que les frais médicaux et d hospitalisation. Tableau 1 : Classification des coûts directs et indirects (Heinrich, 1931) Coûts directs Coûts indirects Heinrich (1931) Indemnisations Frais médicaux et d hospitalisation Temps rémunéré mais non travaillé par l accidenté et les autres employés ayant dû arrêter leur activité conséquemment à l accident Interruption de la production Dommages causés Avantages sociaux payés sans production Pertes de profits Salaire versé à l accidenté avec production réduite Charges sociales pendant l interruption de la production Perte de moral suite à l accident Dépenses d électricité, de chauffage et de location Coûts indirects Les travaux d Heinrich lui permettent d établir un ratio de 4 pour 1, ce qui signifie Coûts directs que pour 1$ de coûts directs, il existe 4$ de coûts indirects supportés par l employeur. Heinrich conclut ses recherches en affirmant que : It is not contented that the 4-to-1 ratio proportion holds true for every industrial accident or every individual plant, and it is granted that in nationwide application the ratio may vary, yet it has already been tested sufficiently to provide approximate confirmation [Heinrich, 1959]. Ce ratio est souvent utilisé comme référence dans la littérature, malgré certaines faiblesses. En effet, le ratio tient compte des accidents dans lesquels il n y a que des pertes matérielles, donc ayant des coûts indirects généralement élevés par rapport aux accidents sans pertes matérielles. De plus, aucune analyse de variance n a été effectuée, ce qui ne permet pas de vérifier la stabilité du ratio selon le type d accident et le secteur d activité de l entreprise. Heinrich n a donc pas prouvé l existence d une relation linéaire entre les coûts directs et indirects. Les résultats énoncés par Heinrich ont fait l objet de plusieurs critiques, notamment par Simonds et Grimaldi (1956) qui ont jugé l étude déficiente. 6

7 1.2. Approche de Simonds et Grimaldi (1956) L approche de Simonds et Grimaldi (1956) s oppose à celle d Heinrich en plusieurs points. Tout d abord, les auteurs qualifient les coûts directs de coûts assurés et les coûts indirects de coûts non assurés. Selon eux, le coût direct ne peut être uniquement constitué de la compensation versée par les assurances. A celle-ci s ajoute la prime payée par l employeur dont le montant peut être supérieur de 30% à cette compensation puisqu elle comprend les frais administratifs, les profits dans le cas d assurances privées, la prévention et les fonds spéciaux administrés par l assureur. Concernant le coût indirect, les auteurs excluent de la liste d Heinrich des éléments non quantifiables jugés non valides tels que : les coûts liés à la baisse de la productivité, les dépenses d électricité, de chauffage et de location, etc. Enfin, le ratio Coûts indirects Coûts directs est contredit du fait que l existence d une relation linéaire entre les coûts directs et indirects ne soit pas statistiquement vérifiée Approche de Bird (1974) : théorie de l iceberg Afin de comprendre la différence entre les coûts directs et indirects, Franck E. Bird Jr. développe en la théorie de l iceberg dans laquelle la partie visible est constituée des coûts directs des accidents du travail (coûts assurables) et la partie immergée des coûts indirects (non assurés), difficilement observables. Figure 1 : Iceberg du coût des accidents (Source : M. Lebeau, P. Duguay, 2011) 2 Management guide to loss control, Franck E. Bird Jr.,

8 Bird développe la philosophie du «contrôle des pertes matérielles» qui repose sur la prévention des incidents définis comme étant «un événement opportun, ou indésirable, qui peut détériorer, ou détériore, le fonctionnement d une entreprise». Tout comme Simonds et Grimaldi (1956), Bird tient compte dans ses calculs des cas de dégâts matériels sans lésion professionnelle faisant augmenter l importance relative des coûts indirects dans les coûts totaux des accidents du travail. Ainsi, Bird estime que le montant des coûts indirects des accidents du travail peut être entre 6 (5+1) et 53 (50+3) fois plus élevé que celui des coûts directs Approche de Brody, Létourneau et Poirier (1990) L analyse des déterminants des coûts indirects réalisée par Brody, Létourneau et Poirier (1990) est l une des contributions majeures dans le domaine de la recherche en santé et sécurité au travail. Brody et al. développent une méthode de calcul des coûts indirects des accidents du travail afin d évaluer leur ampleur et d analyser la relation entre coûts directs et indirects. Les coûts directs comprennent les frais médicaux et d hospitalisation ainsi que les indemnités de revenus versées aux travailleurs accidentés. L échantillon étudié est constitué de 312 accidents du travail avec perte de temps, survenus dans 151 établissements de 100 employés et plus, dans 13 secteurs d activité économique du Québec. Les auteurs utilisent un modèle économétrique multivarié d estimation des coûts indirects. Parmi les variables dépendantes du modèle figurent le secteur d activité, la gravité de la lésion (nombre de jours perdus) et l âge du travailleur. L étude montre que la taille de l établissement, le pourcentage d utilisation de la capacité de production, l âge du travailleur ainsi que la gravité de l accident ont un impact positif et significatif sur les coûts indirects. Après étude de l échantillon, les coûts indirects varient de 317$ pour le secteur du bois et des Coûts indirects meubles à 2 236$ pour le secteur minier. Les auteurs obtiennent un ratio moyen Coûts directs de 0,83 3, variant de 0,59 à 1,3 selon le secteur d activité, très inférieur aux résultats d Heinrich. Cette différence de résultat s explique par le fait que l étude d Heinrich retenait les accidents sans perte de temps (donc ayant des coûts directs faibles) et que l indemnisation des victimes était beaucoup plus faible à l époque d Heinrich. 3 Les coûts indirects représentent 83% des coûts directs. 8

9 1.5. Approche de Riel et Imbeau (1995) Riel et Imbeau (1995) proposent une classification des coûts différente de l approche des coûts directs et indirects utilisée par la plupart des auteurs. Leur classification repose sur trois catégories, le coût des assurances, des détériorations du travail et des perturbations, chacune d elles étant considérée comme un centre de coûts. Le coût des assurances comprend les indemnités d invalidité, les remboursements, les dépenses médicales et légales, etc. Le coût des détériorations représente le coût du travail réalisé dans des conditions non optimales. Enfin, les perturbations comprennent la démotivation, la perte d image, etc. Pour chaque centre de coûts, les auteurs distinguent les coûts discrets des coûts périodiques, eux-mêmes divisés en coûts quantifiables, irréductibles et intangibles (Tableau ). Selon Riel et Rimbeau, les coûts discrets sont supportés par l entreprise de manière ponctuelle tandis que les coûts périodiques sont encourus plusieurs fois pendant une période de temps définie. Les coûts quantifiables représentent les coûts pouvant être mesurés par un système comptable alors que les coûts irréductibles ne peuvent pas être caractérisés en termes monétaires mais uniquement à l aide d indices opérationnels. Enfin, les coûts intangibles sont les coûts ne pouvant pas être caractérisés en termes monétaires et n ayant pas d indices opérationnels capables de mesurer leurs répercussions sur l organisation. La méthode d analyse diffère selon chaque centre de coûts identifié. En effet, le coût des assurances est défini par l analyse des combinaisons de risques pour l entreprise (risque au niveau du poste de travail et risque général). Le coût de détérioration du travail est déterminé à l aide de l observation et de l analyse du travail. Enfin, l évaluation du coût des perturbations est réalisée grâce à une approche par les coûts cachés. 9

10 Tableau 2 : Classification des coûts selon Riel et Imbeau (Gosselin, 2004) 10

11 CAKIL 1.6. Approche de LaBelle (2000) Selon LaBelle (2000), les coûts directs sont des dépenses attribuables aux accidents alors que les coûts indirects représentent des frais en termes de temps et de ressources non monétaires (Tableau 2). Tableau 2 : Classification des coûts directs et indirects (LaBelle, 2000) Coûts directs Coûts indirects LaBelle (2000) Indemnisations Frais médicaux et d hospitalisation Adaptation du travail Achats d équipements neufs Matériels pour les soins médicaux sur le lieu de travail Blessures des travailleurs Suivi des victimes Retour au travail Perte de productivité Enquête suite à l accident Coût d embauche Retards de production Sécurité Formation Aspect légal 11

12 CAKIL 2. Classification des coûts directs et indirects Le calcul des coûts indirects n est pas simple car il nécessite certaines approximations ainsi que la collaboration de nombreux intervenants, impliqués de près ou de loin dans l accident, tels que le contremaître, le représentant de la santé et de la sécurité au travail ou encore le service des ressources humaines. Ces approximations peuvent comporter une probabilité d erreur élevée, notamment pour le calcul des pertes de temps et de productivité, ainsi que le coût de sélection et de formation du remplaçant. D autres coûts sont enfouis dans le système comptable et nécessitent l intervention d une personne spécifique afin de les retracer. C est le cas par exemple des coûts des dégâts matériels, des pénalités pour retard de livraison et du coût de transport de l accidenté. Plusieurs études ont été réalisées afin d évaluer les coûts en santé et sécurité au travail, en fonction des acteurs intéressés : les entreprises, les employés et la société. La littérature est abondante concernant l évaluation de ces coûts pour les entreprises selon leur type et leur secteur d activité Simonds et Grimaldi (1956) Simonds et Grimaldi (1956) proposent une méthode d évaluation des coûts indirects (non assurés) à partir de l étude de cas d accidents, selon quatre types : Accident avec perte de temps (465$) ; Accident avec intervention d un médecin (115$) ; Accident avec premiers soins (25$) ; Accident sans blessure (occasionnant uniquement des dommages matériels) (850$). Le calcul des coûts indirects s effectue en multipliant ces coûts moyens par le nombre d accidents dans chacune des catégories et en y additionnant les coûts directs (assurés). Cette méthode est simple et facile d utilisation, malgré certaines faiblesses. En effet, elle ne prend en compte que le type d accident et néglige certains facteurs pouvant influencer le coût de l accident tels que la gravité de l accident, le type de lésion et le secteur d activité de l entreprise. 12

13 CAKIL 2.2. Howard (1964) Howard (1964) reprend la classification de Simonds et Grimaldi (1956) afin de calculer le coût de 2772 accidents dans sept entreprises d Australie (composantes électriques, industrie chimique, génie électrique, fabrication de matériel de construction, industrie du bois, administration publique et aliments et boissons). Il établit ainsi, pour chaque catégorie d entreprises, un coût moyen par accident et une fréquence. Les conclusions de l étude montrent que, de part leur fréquence très élevée, les cas nécessitant uniquement des premiers soins ont un effet aussi important sur les coûts totaux des accidents que les cas avec perte de temps. La comparaison des résultats obtenus par Simonds et Grimaldi (1956) et Howard (1964) est résumée dans le tableau suivant : Tableau 3 : Comparaison des études de Simonds et Grimaldi (1956) et de Howard (1964) (Gosselin, 2004) 13

14 CAKIL 2.3. Coût des accidents du travail dans l industrie de la construction Certains auteurs ont calculé les coûts des accidents pour des entreprises d un même secteur d activité. C est le cas de Levitt, Parker et Samelson (1981), Leopold et Leonard (1987) puis Laufer (1987) qui se sont intéressés à l industrie de la construction. Levitt, Parker et Samelson (1981) séparent leur échantillon en deux avec d un côté les accidents avec perte de temps et de l autre les accidents sans perte de temps. Les résultats de l étude montrent que les coûts directs augmentent plus vite que les coûts indirects dans le cas d accidents avec perte de temps, et inversement pour les accidents sans perte de temps. L approche retenue par Levitt et al. est similaire à celle d Heinrich (1931) du fait de considérer les coûts directs comme étant les coûts médicaux et de compensation payés par l assurance pour l accident spécifique. Une des limites de cette étude repose sur la petite taille de l échantillon considéré (49 entreprises). Leopold et Leonard (1987) optent pour une approche de classification des coûts directs et indirects différente de celle généralement utilisée par les auteurs. Ils incluent dans les coûts directs les dégâts matériels, entraînant des répercussions sur l ampleur des coûts directs par rapport aux coûts indirects, constitués quant à eux uniquement des pertes salariales. Ces différences dans la classification des coûts par rapport aux autres études entraînent une Coûts indirects 1 diminution conséquente du ratio qui est de Coûts directs 4,5. Coûts indirects Selon les auteurs, le ratio = 1 montre que la connaissance des coûts indirects ne Coûts directs 4,5 représente pas un incitatif suffisant pour investir davantage en prévention. Laufer (1987) évalue l ampleur du coût des accidents du travail à partir d un échantillon de 210 accidents en utilisant des définitions de coûts directs et indirects similaires à celles de Simonds et Grimaldi (1956). Les résultats obtenus incitent Laufer (1987) à conclure que l ampleur des coûts non assurés n est pas suffisante pour augmenter l implication de la haute direction en sécurité. 14

15 CAKIL Les résultats obtenus par les trois auteurs sont résumés dans le tableau suivant : Tableau 4 : Comparaison des études de Levitt, Parker et Samelson (1981), Leopold et Leonard (1987) et Laufer (1987) (Gosselin, 2004) 2.4. LaBelle (2000) LaBelle (2000) propose une méthodologie afin de déterminer les coûts des accidents du travail pour l entreprise. Il inclut dans le terme «accident» les cas de premiers soins, les cas enregistrés, les cas de journées de travail réduites ou perdues ainsi que les invalidités permanentes. Le coût total des accidents est déterminé pour chaque catégorie de coûts présentée dans le Tableau 2 et est obtenu en additionnant les coûts directs et indirects moyens. Les coûts directs moyens sont obtenus en divisant la somme des coûts monétaires actuels par le nombre d accidents total, les coûts indirects moyens sont quant à eux obtenus en multipliant le temps moyen passé par accident par le temps moyen d indemnisation. Les coûts obtenus sont ensuite répertoriés dans une fiche descriptive, permettant ainsi de visualiser les coûts à minimiser. 15

16 CAKIL Conclusion L analyse des différents travaux montre que, même si les différences sont parfois infimes, il n y a pas d accord entre les auteurs sur les définitions de coûts directs et indirects. De plus, il est difficile de classer un coût de manière catégorique car celui-ci peut varier selon le secteur d activité, l entreprise et le point de vue des individus. En effet, un même coût peut se retrouver sous plusieurs appellations selon l auteur concerné. Ainsi, bien que la classification des coûts selon qu ils soient directs ou indirects soit la plus fréquemment utilisée par les auteurs, elle présente également des faiblesses car elle se focalise sur les coûts encourus par l employeur et fait abstraction de ceux assumés par les parties prenantes telles que les employés, le gouvernement et les collectivités. C est ainsi que d autres auteurs, tels que Riel et Imbeau (1995), ont proposé des classifications des coûts différentes. Cette revue de littérature permet de constater qu il n existe pas de ligne directrice dans l étude du calcul des coûts des accidents du travail, et ce malgré une certaine homogénéité des systèmes de santé et de sécurité au travail du monde occidental. Cependant, quelle que soit l approche utilisée, les conclusions montrent que les coûts indirects représentent une part considérable dans le coût total des accidents du travail. Certaines études plus récentes, telles que celle de Leopold et Leonard (1987) ou celle de Laufer (1987), émettent des réserves quant à l ampleur des coûts indirects. Beausoleil (1984) apporte une explication à ces observations : [ ] On peut cependant se demander si les coûts privés assumés par les entreprises ellesmêmes, comme ceux résultant du remplacement des travailleurs blessés ou invalides, de la formation de nouveaux travailleurs et de la réparation de l équipement, sont aussi considérables que ceux qu on suppose habituellement si on tient compte des conditions dans lesquelles s exerce l activité des entreprises actuelles. En effet, le chômage élevé, la transformation des emplois, la réduction de la formation en emploi, la disponibilité de la main-d œuvre qualifiée constituent un ensemble de phénomènes propres à réduire les coûts des accidents du travail et des maladies professionnelles auxquels doivent faire face les entreprises [Beausoleil, 1984]. Les études scientifiques concernant la détermination des coûts indirects des accidents du travail datent pour la plupart de plusieurs dizaines années. Les recherches menées par Heinrich en 1931 et Simonds et Grimaldi en 1956 servent de base à de nombreuses études réalisées dans ce domaine. De ce fait, l utilisation des ratios Coûts indirects Coûts directs déterminés dans le passé peut ne plus être adaptée à la réalité technologique, organisationnelle et économique actuelle. Il existe par conséquent un besoin de nouvelles études afin d évaluer l ampleur des coûts indirects des accidents du travail compte tenu des évolutions de ces dernières années. 16

17 CAKIL Bibliographie BIRD, F. E. Management guide to loss control, Loss control publications, 1974, 243 p. BRODY, B., LETOURNEAU, Y. et POIRIER, A. An indirect cost of theory of work accident prevention, Journal of occupational accidents, 1990, p GOSSELIN, M. Analyse des avantages et des coûts de la santé et de la sécurité au travail en entreprise - Développement de l'outil d'analyse, Études et recherches, Rapport R-375, Montréal, IRSST, 2004, 68 p. GRIMALDI, J.V. et SIMONDS, R.H. Safety Management, Homewood, Illinois, 1956, 636 p. HEINRICH, H.W. Industrial Accident Prevention: A Scientific Approach, 4th edition (1931 for the 1st ed.), Newyork, McGraw Hill, 1959, 479 p. HOWARD, W.A dans BRODY, B., LETOURNEAU, Y. et POIRIER, A. (1990). Le coût des accidents du travail. État des connaissances, Relations Industrielles, 45 (1), 1964, p LABELLE, J.E. What do Accidents Truly Cost? Determining Total Incidents Costs, Professional Safety, 2000, p LEBEAU, M. et DUGUAY, P. (2011). Les coûts des lésions professionnelles, Etudes et Recherches, Rapport R-676, 87 p. LEOPOLD, E. et LEONARD, S. dans BRODY, B., LETOURNEAU, Y. et POIRIER, A. (1990). Le coût des accidents du travail. État des connaissances, Relations Industrielles, 45 (1), 1987, p LEVITT, E.R., PARKER, H.W. et SAMELSON, N.M. dans BRODY, B., LETOURNEAU, Y. et POIRIER, A. (1990). Le coût des accidents du travail. État des connaissances, Relations Industrielles, 45 (1), 1981, p RIEL, P.F. et IMBEAU, D. Economic Justification of Investments for Health and Safety interventions. Part I: A Cost Typology. Part II: Applying Activity Based Costing to the Insurance Cost, International Journal of Industrial Engineering, 2 (1), 1995, p

Kluwer & AXA Safety Engineering Partenaires en prévention

Kluwer & AXA Safety Engineering Partenaires en prévention Kluwer & AXA Safety Engineering Partenaires en prévention IMPACT DES INVESTISSEMENTS EN SÉCURITÉ SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL 16.12.14 / Les Isnes Marie-Pierre DAWANCE SAFETY Manager Safety is a cheap

Plus en détail

Analyse des avantages et des coûts de la santé et de la sécurité au travail en entreprise

Analyse des avantages et des coûts de la santé et de la sécurité au travail en entreprise Analyse des avantages et des coûts de la santé et de la sécurité au travail en entreprise Développement de l outil d analyse Maurice Gosselin ÉTUDES ET RECHERCHES R-375 RAPPORT TRAVAILLENT POUR VOUS MISSION

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE

INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE INDICATEUR 1 INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE Mesurer la fréquence des accidents de service survenus dans l année. Renseigner sur la sinistralité dans le domaine des accidents de service entrainant

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés (Fiche 17)

III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés (Fiche 17) III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés () La pension d invalidité est un revenu de remplacement accordé à titre temporaire. Ce revenu compense

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE

LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE LE «COQ» ET LES COUTS RESULTANT DE LA NON-QUALITE Finalité de la démarche Evaluer les coûts résultant de la non-qualité.. Prérequis Notions élémentaires sur la démarche qualité et ses outils. 1 Les définitions

Plus en détail

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles 1 La nouvelle tarification ne change pas dans son principe mais elle est plus simple à comprendre et

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

C.E.R.N.A. ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE

C.E.R.N.A. ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE Partenaire de C.E.R.N.A. 14 ème journée juridique Vendredi 18 novembre 2005 ACCIDENTS CORPORELS DU SKIEUR ET ASSURANCE I - Quelques statistiques II - Quelles garanties pour les dommages corporels III -

Plus en détail

Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles. Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle

Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles. Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle Chapitre 4 : AT et MP A la fin de ce thème, vous devrez

Plus en détail

Le calcul détaillé du taux personnalisé 2012. Guide

Le calcul détaillé du taux personnalisé 2012. Guide Le calcul détaillé du taux personnalisé 2012 Guide Le calcul détaillé du taux personnalisé 2012 Ce document est réalisé par la Vice-présidence aux finances en collaboration avec la Direction des communications

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CORSE EN 2014

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CORSE EN 2014 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CORSE EN 2014 Juin 2015 Mélanie BAZOGE Cécile BAZIN Marie DUROS Guillaume PREVOSTAT Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

Les mutuelles de prévention

Les mutuelles de prévention Les modes de tarification de la Commission sur la Santé et Sécurité au Travail (CSST) Annuellement, chaque employeur doit remettre à la CSST une prime dont le montant est calculé selon le taux de prime.

Plus en détail

Qualité et limites des données

Qualité et limites des données Qualité et limites des données Le Registre des entreprises s appuie en grande partie sur les données obtenues au cours de l inscription à un numéro d entreprise (NE) auprès de l Agence de revenu du Canada

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010 Septembre 2011 Cécile BAZIN Marie DUROS Henitsoa RAHARIMANANA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013 Juin 2014 Cécile BAZIN Marie DUROS Guillaume PREVOSTAT Amadou BA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie

Plus en détail

ATTESTATIONS DE SALAIRE

ATTESTATIONS DE SALAIRE AM@llier Votre lettre d information n 15 Février 2013 Caisse primaire d Assurance Maladie de l Allier QUELQUES CONSEILS DE REMPLISSAGE! ATTESTATIONS DE SALAIRE Dossier Pour éviter toute rupture de revenus

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Maitriser les coûts cachés au niveau des banques

Maitriser les coûts cachés au niveau des banques LOGO Maitriser les coûts cachés au niveau des banques Elaboré par: Chokri Mhiri Mohamed Messaoudi Ghada zouaoui Année universitaire:2013-2014 Plan 1 2 Introduction Le concept des coûts cachés 3 Evaluation

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Comprendre. votre tarification. et bien naviguer sur votre compte! année 2014

Comprendre. votre tarification. et bien naviguer sur votre compte! année 2014 année 2014 Comprendre votre tarification AT/MP et bien naviguer sur votre compte! >> 1 comment est calculé votre taux de cotisation? Votre taux de cotisation AT/MP «Accidents du Travail et Maladies Professionnelles»

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité.

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité. REMUNERATION DES PROFESSIONNELS DES MARCHES FINANCIERS 1 - Processus décisionnel mis en œuvre pour définir la politique de rémunération de l'entreprise, y compris la composition et le mandat du comité

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Calcul du taux personnalisé 2013. Guide de l employeur. www.csst.qc.ca

Calcul du taux personnalisé 2013. Guide de l employeur. www.csst.qc.ca Calcul du taux personnalisé 2013 Guide de l employeur www.csst.qc.ca Ce document est réalisé par la Vice-présidence aux finances, en collaboration avec la Direction des communications et des relations

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO MATERNITÉ, MALADIE ET POINTS DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 6 JUIN 2015 Maternité, maladie et points de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Nouvelle tarification des entreprises

Nouvelle tarification des entreprises Nouvelle tarification des entreprises 1- Qu est-ce que la «tarification»? En France, 2 millions d établissements des secteurs de l industrie, du service et du commerce cotisent en fonction de leur taille,

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec Document d information Direction générale des finances municipales Février 2009 Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Préambule La Convention Collective Nationale du Sport applicable depuis le 25 novembre 2006 comprend un chapitre 12 relatif au sport professionnel. Bien que sur

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations FICHE CONSEIL Chemin d accès : METHODES/OUTILS/2.DEVELOPPER/FICHES CONSEIL/SOCIAL RH/DIVERS Page : 1/5 1. L arrêt maladie

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Chômage et accident? Informations de A à Z

Chômage et accident? Informations de A à Z Chômage et accident? Informations de A à Z Si vous avez droit à l indemnité de chômage (IC), vous êtes automatiquement assuré contre les accidents auprès de la Suva. Tout accident doit être annoncé au

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN GUYANE EN 2013

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN GUYANE EN 2013 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN GUYANE EN 2013 Juin 2014 Cécile BAZIN Marie DUROS Guillaume PREVOSTAT Amadou BA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011 Septembre 2012 Cécile BAZIN Marie DUROS Noël TADJINE Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie sociale en

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Mise à jour des données SILC pour l année 2010 (Traduction du rapport allemand 2012) Sur mandat d Employés Suisse : Hansjörg Schmid, communication

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012 Juin 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Sondage complémentaire de l étude

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 1 Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 Le chargé de cours à forfait bénéficie d une protection salariale en cas de maladie ou d accident, entièrement

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Idées reçues sur la Sécurité sociale

Idées reçues sur la Sécurité sociale Idées reçues sur la Sécurité sociale Idée reçue n 1 : «La Sécu, c est la carte Vitale» La carte Vitale est sans doute le symbole le plus connu de la Sécurité sociale, mais la Sécurité sociale ne se limite

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Indicateur n 3 : Répartition des AT-MP par secteur d activité au regard des effectifs de salariés affiliés au régime général dans ces secteurs

Indicateur n 3 : Répartition des AT-MP par secteur d activité au regard des effectifs de salariés affiliés au régime général dans ces secteurs 24 Partie I Données de cadrage Indicateur n 3 : Répartition des AT-MP par secteur d activité au regard des effectifs de salariés affiliés au régime général dans ces secteurs La répartition des sinistres

Plus en détail

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 L avenant du 15 septembre 2009, étendu par un arrêté du 16 avril 2010 (JO du 27 avril 2010) modifie les articles 17 et 18 du chapitre

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE INDICATEURS DES COÛTS DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES 2005-2007 DS-012

MÉTHODOLOGIE INDICATEURS DES COÛTS DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES 2005-2007 DS-012 MÉTHODOLOGIE INDICATEURS DES COÛTS DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES 2005-2007 DS-012 TABLE DES MATIÈRES MÉTHODOLOGIE INDICATEURS DE LÉSIONS PROFESSIONNELLES (2005-2007) 3 EN BREF 4 INDICATEURS 4 Coûts totaux

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

GARANTIE POUR PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISE

GARANTIE POUR PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISE 2015 GARANTIE POUR PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISE La plupart des travailleurs au Manitoba sont protégés par le régime de la WCB de sorte que, en cas de blessure ou de maladie attribuable au travail, ils reçoivent

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

POLICE COMMERCE ET SERVICES

POLICE COMMERCE ET SERVICES POLICE COMMERCE ET SERVICES La police Commerce & Services protège les assurés contre divers risques dans leur vie professionnelle. L assurance est destinée aux commerces de détail. Assurances Que peut-on

Plus en détail

L artisanat du BTP est un acteur économique français majeur mais demeure parmi les secteurs où les risques professionnels sont toujours importants.

L artisanat du BTP est un acteur économique français majeur mais demeure parmi les secteurs où les risques professionnels sont toujours importants. ARTISANAT DU BTP NOTE DE SYNTHESE 2011 N 1 Edition Janvier 2014 OBSERVATOIRE NATIONAL DES FORMATIONS A LA PREVENTION SOMMAIRE UN PREMIER ETAT DES LIEUX Retour sur l année 2011 LES DOMAINES DE FORMATION

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 OBJET : Régime social des contributions patronales finançant des prestations de prévoyance

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD

Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD Assurance collective ProAvantages MD Offert par l Assurance collective Manuvie, le programme ProAvantages MD est constitué d un ensemble

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Comment gérer les retours au travail Les clauses d'assurance

Comment gérer les retours au travail Les clauses d'assurance Comment gérer les retours au travail Les clauses d'assurance Denis Gobeille, M. Sc. R.I. Conseiller en ressources humaines agréé Conseiller en régimes d assurance collective Agir face à l'invalidité en

Plus en détail

Pégase 3 Le taux horaire des heures supplémentaires

Pégase 3 Le taux horaire des heures supplémentaires Pégase 3 Le taux horaire des heures supplémentaires Dernière révision le 15/11/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Calcul du taux horaire de base...3 Indemnité de RTT...4 La majoration

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Police Protection Niveau de vie pour les professionnels

Police Protection Niveau de vie pour les professionnels Stéphane a 40 ans et il touche une rémunération nette de 125 000 $ par année. Il est sur le point de devenir allergique au latex......ce qui lui coûtera plus de 4,5 millions de dollars. Police Protection

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) INDEMNISATION L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans Pour qui? Pour vous si : vous avez travaillé

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Incapacité MODE D EMPLOI. 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle.

SANTE AU TRAVAIL. Incapacité MODE D EMPLOI. 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. SANTE AU TRAVAIL Consolidation Incapacité CRP 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. Dans 1 cas sur 10, la victime perd une partie de ses capacités fonctionnelles

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Une meilleure prévention s impose grâce à une analyse des risques Bruxelles, le - Securex, acteur international dans le domaine des services RH, attire

Plus en détail

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL)

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Statut social des gardien(ne)s d enfants 01 01 2009 Contenu A. Généralités... 1 B. Champs d application... 1 C.

Plus en détail