Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte"

Transcription

1 Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte

2 Le cadre Signalement externe par un établissement de santé ARS et CCLIN Accompagnement de l antenne pour investigation de l infection 3 lieux et intervenants différents : un cabinet généraliste, un centre hospitalier, une clinique privée Une infection grave avec impact fonctionnel ++ Evitabiité et potentiel d amélioration des pratiques Analyse approfondie des causes

3 Méthodologie Analyse proposée et coordonnée par l ARLIN, formé à Analyse EIG entretiens individuels téléphoniques (entretien collectif non souhaité + éloignement des sites + manque de disponibilité des intervenants), recherche des données et de leurs vérifications dans le dossier médical du patient par l infirmière hygiéniste résumé du cas clinique et analyse validé par tous anonymat des intervenants garanti. Un avis d expertise externe : hygiéniste, infectiologueet chirurgien orthopédiste de la région, non impliqués dans la prise en charge de ce patient.

4 L histoire (1) prothèse totale du genou gauche en RAS per op et post op 1 an après, consultation de son médecin pour douleur genou opéré, samedi fin de consultation Injection intra articulaire de corticoïde (goutte?) Après 48 h retour du patient, genou hyperalgique, ponction et analyse microbiologique : Staphylocoque doré sensible à la meticilline. Leucocytes

5 L histoire (2) Patient pris en charge par rhumatologue, hospitalisation en neurologie Mise en route précoce d un tt antibiotique efficace: cloxa+ aminoside, relai oral cloxa+quinolones Pas d avis chirurgical et réponse clinique qui paraît favorable J20, ponction et échographie ; collection purulente Transfert à la clinique ayant implanté la prothèse

6 L histoire(3) repris au bloc le jour même traitement antibiotique : vancomycine + péfloxacine 15 jours IV puis pefloxacine + fucidine 250mgx3 Après 3 mois, échec et arret tt, retrait de la prothèse, mise en place spencer Prélèvement per op, SASM TT atb Cloxa+Genta, puis relai Pristinamycine + ac fusidique (250X3),3 mois, évolution favorable Réimplantation 9 mois après l injection corticoide

7 Inventaire des actes invasifs Intervention chirurgicale initiale conforme préparation cutanée pré opératoire : 2 douches pré opératoire, préparation du champ opératoire en 5 temps ATS alcoolique. Antibioprophylaxie Consultations post opératoires à 1 mois, 3 mois et 10 mois RAS Injection intra articulaire de corticoïde: Non conformité en cas de ponction d une cavité stérile La préparation cutanée 1 seul passage de polyvidoneiodée aqueuse Aucun geste d hygiène des mains juste avant la ponction, Pas de port de gants stériles.

8 Cause immédiate Non indication de l infection intra articulaire de corticoïde dans la goutte CI en cas de prothèse intra articulaire Conditions d hygiène de l injection très insuffisantes, porte d entrée la plus probable, staphylocoque doré= saprophyte cutané Mais seule une analyse microbiologique à la première ponction aurait prouvé cette hypothèse : possibilité de l existence d une infection antérieure évoluant à bas bruit et exacerbée par l immunosuppression induite par l infiltration.

9 Les causes latentes Un accident intervient au milieu d autres évènements influencés par d autres facteurs: liés aux tâches à effectuer liés à l environnement de travail et aux facteurs individuels organisationnels et d équipe Une fois l infection survenue, les mesures mises en œuvre pour sa récupération et la limitation des conséquences sont essentielles et leurs analyses peuvent encore apporter d autres enseignements

10 Facteurs liés aux tâches à effectuer Ponction ou infiltration articulaire : conditions d hygiène très strictes, difficiles à mettre en œuvre dans un cabinet de ville par un médecin généraliste, mal connues rareté du geste et des complications (1/35000 infiltration) geste banalisé (faible perception du risque) Importance de la formation des professionnels libéraux: rapport bénéfice risque.

11 Facteurs liés à l environnement de travail et aux facteurs individuels fin de consultation, samedi matin, difficultés liées à la permanence des soins en secteur libéral Les facteurs individuels: 2 éléments ont pu modifier la perception par le médecin généraliste du rapport bénéfice risque de cet acte invasif. Patient: antécédents de goutte Médecin problème de santé personnel grave

12 Facteurs organisationnels et d équipe Gravité et complexité des IOA prise en charge pluridisciplinaire incluant chirurgien orthopédiste, infectiologue, radiologue, anesthésiste, rééducateur fonctionnel et rhumatologue. Difficulté pour le rhumatologue d obtenir les avis spécialisés, sur clinique et biologie, evolution est apparu au départ favorable. Conduite de l antibiothérapie pas facile, surtout en cas d échec, changement de molécule, posologie

13 Réalisé par Florence Delaperche, gestiionnaire des risques, Toulouse

14 Arbre des causes 1

15 Arbre des causes 2

16 Mesures correctives Rédaction de fiches pratiques en cours par les 3 spécialistes (hygiéniste, infectiologueet chirurgien orthopédiste), à destination des professionnels de santé de la Réunion et de Mayotte rappelant les recommandations sur prise en charge des douleurs articulaires sur prothèses, CI de ponction sur prothèse en cabinet libéral, CI formelle d infiltration de corticoïde sur une prothèse; réalisation aseptique d acte de ponction de cavité stérile : préparation cutanée en 5 temps, hygiène des mains au plus près du geste, gants stériles prise en charge pluridisciplinaire d une IOA sur prothèse

17 Conclusion 1 L importance du risque infectieux lié à l existence d une prothèse intra articulaire devant tout geste invasif qui expose à un risque de bien respecter ses indications, ses contre indications, les procédures d asepsie pour en limiter le risque infectieux. En cas d infection avérée, du fait de sa gravité, il est primordial de tout mettre en œuvre pour en limiter les conséquences par une prise en charge précoce avec une équipe pluridisciplinaire.

18 Conclusion 2 Ne pas s arrêter à la responsabilité individuelle du médecin généraliste qui a réalisé l infiltration. analyse avec une approche systémique: causes immédiates + causes latentes ayant favorisé l infection mais aussi limité sa récupération, Mise en œuvre des actions correctives plus larges impact plus important que la seule transmission des recommandations professionnelles par les sociétés savantes

19 Retour d expérience EPU Fiche Rex CCLIN SE Publication Risque et qualité : Leçon pour la sécurité des soins De l injection à l infection, Une histoire d os!

Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale Réunion - Mayotte

Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale Réunion - Mayotte Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale Réunion - Mayotte Le cadre Signalement externe par un établissement de santé ARS et CCLIN Accompagnement de l antenne pour investigation de l infection 3 lieux et intervenants

Plus en détail

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique 2 e Journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 Infections à streptocoque A en chirurgie plastique C. Gautier 1, R.Dutrech 1, A-G. Venier 2, C. Dumartin 2 1 Antenne Régionale

Plus en détail

Résultats inattendus d une investigation d Infection de Site Opératoire

Résultats inattendus d une investigation d Infection de Site Opératoire Résultats inattendus d une investigation d Infection de Site Opératoire Catherine CADINOT, IDE Hygiéniste, Bloc Opératoire Stéphanie MULLIER, Qualiticienne - Maryline LEPAGE, IDE Hygiéniste, Services d

Plus en détail

Présence en salle d opération du dossier médical et de la feuille d anesthésie sur lesquels sont mentionnnés la prescription de l antibioprophylaxie

Présence en salle d opération du dossier médical et de la feuille d anesthésie sur lesquels sont mentionnnés la prescription de l antibioprophylaxie THEME : ANTIBOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE ORL ET CHIRURGIE CERVICO-FACIALE PROGRAMMÉE BUT DE LA DEMARCHE : diminuer le risque infectieux du site opératoire, réduire la pression de l antibiothérapie Introduction

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Présentation de l établissement 13 000 patients admis en 2014 dont 6 000 patients de chirurgie en ambulatoire 3 400 patients de chirurgie hospitalisés 3 600 séjours dans le pôle médical Nos patients 584

Plus en détail

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Jean-Yves JENNY Service de Chirurgie Orthopédique Septique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1 Conflits d intérêt ( potentiels ) Déclaration d intérêts

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

RMM Infectiologie, février 2016

RMM Infectiologie, février 2016 RMM Infectiologie, février 2016 Infection ostéo ostéo articulaire articulaire sur matériel prothétique et d ostéosynthèse. Dr Levent. EOH Référent antibiotique.chsa. Situation du problème: Cas groupés

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014

Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014 Recommandations de bonnes pratiques - HAS mars 2014 Prothèse de hanche ou de genou : diagnostic et prise en charge de l infection dans le mois suivant l implantation Dr S. Nguyen Service de Maladies Infectieuses,

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ISO EN CHIRURGIE DU RACHIS

INVESTIGATION D UNE ISO EN CHIRURGIE DU RACHIS INVESTIGATION D UNE ISO EN CHIRURGIE DU RACHIS REUNION DU RESEAU INFIRMIERS (ERES) ET CADRES HYGIENISTES D AQUITAINE 18 JUIN 2015 DR CIPIERRE P. ROUGIER M. Pharmacien IADE Hygiéniste CLINIQUE DU PARC PERIGUEUX

Plus en détail

Visite de risques. Objectifs

Visite de risques. Objectifs Visite de risques Complexité de l activité au BO Aspect multifactoriel du risque infectieux Multiplicité des procédures et des acteurs Facteurs potentiels des risques infectieux identifiés Diagramme d

Plus en détail

Tugdual Legaludec, 67 ans, vous consulte pour douleurs abdominales.

Tugdual Legaludec, 67 ans, vous consulte pour douleurs abdominales. Tugdual Legaludec, 67 ans, vous consulte pour douleurs abdominales. Ses antécédents : - DNID, tabagisme (30 PA), alcool modéré - Pontage aorto-bifémoral il y a 16 mois avec suites simples Son traitement

Plus en détail

Nouvelles recommandations en matière d hygiène au bloc opératoire

Nouvelles recommandations en matière d hygiène au bloc opératoire Nouvelles recommandations en matière d hygiène au bloc opératoire Avis du CSS n 8573 Darquennes Olivier 1 Plan de présentation. Pourquoi des recommandations au bloc opératoire? Enquête nationale blocs

Plus en détail

L analyse des causes Retour d expérience en néonatologie

L analyse des causes Retour d expérience en néonatologie La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 L analyse des causes Retour d expérience en néonatologie Nouara Baghdadi Présentation Martine Erb Revue de mortalité-morbidité

Plus en détail

Infections ostéo-articulaires Toujours complexes?

Infections ostéo-articulaires Toujours complexes? Infections ostéo-articulaires Toujours complexes? Louis BERNARD Service de Maladies Infectieuses, CHU Tours Omédit Blois 22 septembre 2015 1/12 1 Avant de devenir complexe. c était simple 2 Infections

Plus en détail

Qualité et sécurité de la réalisation des injections intra vitréennes. Evaluation des Pratiques Professionnelles EPP

Qualité et sécurité de la réalisation des injections intra vitréennes. Evaluation des Pratiques Professionnelles EPP Qualité et sécurité de la réalisation des injections intra vitréennes Evaluation des Pratiques Professionnelles EPP Protocole de visite de risque 2014 Table des matières Glossaire... 3 Introduction...

Plus en détail

Paris le 16 mai 2017

Paris le 16 mai 2017 Paris le 16 mai 2017 LES ISO au bloc opératoire en Gynécologie/Obstétrique organisation Chaque fin de mois, le médecin Praticien Hospitalier de l équipe opérationnelle d hygiène (EOH) envoie par mail à

Plus en détail

Impact de la charte sur la gestion du risque infectieux au Bloc Opératoire

Impact de la charte sur la gestion du risque infectieux au Bloc Opératoire Impact de la charte sur la gestion du risque infectieux au Bloc Opératoire 6émes Journées Maghrébines 3ème Congrès National d Hygiène Hospitalière Casablanca 15,16 novembre 2013 J.BELHABES Z.MEKOUAR Introduction

Plus en détail

Gestion du risque infectieux lié aux cathéters à chambre implantable (CCI)

Gestion du risque infectieux lié aux cathéters à chambre implantable (CCI) EOHI : Gestion du risque infectieux lié aux cathéters à chambre implantable (CCI) - Mmes S. Nottebaert, Dr Caroline LAURANS, médecin hygiéniste, pour l Équipe Opérationnelle d Hygiène et d Infectiologie

Plus en détail

Corinne TAMAMES Cadre expert en hygiène (Hôpital de la Pitié Salpêtrière Paris) Marcelino TAMAMES Chirurgien orthopédiste (Bry sur Marne)

Corinne TAMAMES Cadre expert en hygiène (Hôpital de la Pitié Salpêtrière Paris) Marcelino TAMAMES Chirurgien orthopédiste (Bry sur Marne) Corinne TAMAMES Cadre expert en hygiène (Hôpital de la Pitié Salpêtrière Paris) Marcelino TAMAMES Chirurgien orthopédiste (Bry sur Marne) Introduction ISO = 3 ème infection associée aux soins 13.5% des

Plus en détail

D autres approches méthodologiques pour la gestion du risque infectieux : retour d expérience d un CHU

D autres approches méthodologiques pour la gestion du risque infectieux : retour d expérience d un CHU D autres approches méthodologiques pour la gestion du risque infectieux : retour d expérience d un CHU Séminaire conseil scientifique du CCLIN Ouest 11/03/2010 Dr Hélène ABBEY Dr Marie José d ALCHE GAUTIER

Plus en détail

ISO en neurochirurgie : l histoire

ISO en neurochirurgie : l histoire ISO en neurochirurgie : l histoire Hors définition ISO A eu un geste d infiltration avant l intervention ASA 2, 59 ans Laminectomie le 10/12 Abcès lombaire 18/02 SASM + S. mitis Hors définition ISO ASA?

Plus en détail

Justification du choix. Cadre de travail. Contexte. La survenue d un EIGAS : ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM!

Justification du choix. Cadre de travail. Contexte. La survenue d un EIGAS : ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM! Justification du choix ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM! Analyse d un EIGAS aux urgences gynécologiques La survenue d un EIGAS : Le RSI du SAU signale à l EOHH et à la GDR le cas d une patiente

Plus en détail

Abcès sous-cutanés en long séjour à la suite de perfusions par hypodermoclyse : quelle démarche de prévention du risque infectieux

Abcès sous-cutanés en long séjour à la suite de perfusions par hypodermoclyse : quelle démarche de prévention du risque infectieux Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Abcès sous-cutanés en long séjour à la suite de perfusions par hypodermoclyse : quelle démarche de prévention

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses CHU Fattouma Bourguiba Monastir. Monastir le

CAS CLINIQUE. Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses CHU Fattouma Bourguiba Monastir. Monastir le CAS CLINIQUE Dr Adnene TOUMI Service des Maladies Infectieuses CHU Fattouma Bourguiba Monastir Monastir le 28.11.2008 Patient âgé de 54 ans, diabétique sous insuline 5.08.2008 : AVP avec TC temporal gauche

Plus en détail

ostéo articulaire Dr E. Senneville

ostéo articulaire Dr E. Senneville Modalités s du diagnostic de l infection ostéo articulaire Dr E. Senneville Clinique d Orthopédie Traumatologie, CHRU de Lille Service Universitaire Régional des Maladies Infectieuses, CH GustaveDronTourcoing

Plus en détail

Analyse de scénario. Analyse de scénario clinique et prévention du risque infectieux

Analyse de scénario. Analyse de scénario clinique et prévention du risque infectieux Analyse de scénario Outil innovant pour la gestion du risque infectieux 2014 E Laprugne-Garcia CClin Sud-Est et prévention du risque infectieux Analyse d évènements indésirables liés aux soins : expérience

Plus en détail

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 2 Définition (1) Augmentation significative de la fréquence d'une maladie au-delà de ce qui est habituellement observé en un lieu et une période de temps

Plus en détail

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015.

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015. Dr PERRON Stéphanie Praticien en Hygiène Hospitalière CH SAUMUR (49) & Mme ABLAIN, Cadre de santé, service Gynécologie-Obstétrique Mme AMBLARD, Cadre Supérieur de Santé, service Gynécologie-Obstétrique

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A

RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A Dr Sophie Jobard Pôle de santé de Guingamp 22/04/2016 INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A Appelée fièvre puerpérale au 17 ème siècle

Plus en détail

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne L Arlin est une structure régionale d appui et de conseils pour les établissements de santé, les établissements médico-sociaux

Plus en détail

Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG

Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG Case report Bibliographie Discussion LIGNEL A. (interne) POLARD J-L (PH) Service d Orthopédie et Traumatologie CHU Rennes Mme L, 67 ans ATCD

Plus en détail

GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS

GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS Françoise BARD, infirmière hygiéniste, Dr Agnès LASHERAS-BAUDUIN Praticien Hospitalier Service Hygiène hospitalière UG

Plus en détail

RRAC : RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE AVENIR?. PRESENT!! Dr P. Mercier Orthopédie Saint-Luc Bouge

RRAC : RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE AVENIR?. PRESENT!! Dr P. Mercier Orthopédie Saint-Luc Bouge RRAC : RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE AVENIR?. PRESENT!! Dr P. Mercier Orthopédie Saint-Luc Bouge chirurgie) : DEFINITION Ensemble de mesures qui permettront la reprise d une autonomie active et complète

Plus en détail

Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes

Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes REPH RA Lyon, 17 novembre 2015 Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes S.DUCKI RIPIN Appel du RIPIN le mardi 10 février en fin d après midi Résultat microbiologique d une ISO avec bactériémie

Plus en détail

Pourquoi l hygiène en imagerie médicale

Pourquoi l hygiène en imagerie médicale Pourquoi l hygiène en imagerie médicale Forcomed Dr Florence Lair La découverte de l asepsie au XIXème siècle Philippe Ignace Semmelweis (1818-1865) Médecin dans le service d obstétrique de l hôpital général

Plus en détail

Les cathéters veineux centraux : Expériences de terrain. Jeudi 14 mars 2013 Journée CCLIN Est-ARLIN Bourgogne Dijon Dr POIRIER E./ K.

Les cathéters veineux centraux : Expériences de terrain. Jeudi 14 mars 2013 Journée CCLIN Est-ARLIN Bourgogne Dijon Dr POIRIER E./ K. Les cathéters veineux centraux : Expériences de terrain Jeudi 14 mars 2013 Journée CCLIN Est-ARLIN Bourgogne Dijon Dr POIRIER E./ K. GUERRE Introduction Fréquence des événements indésirables graves : 275

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS)

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) IN / IAS Hospitalisation Absente à l admission Délai 48h après l admission Délai > période d incubation Exemple : légionnellose 10 jours

Plus en détail

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Infections ostéo articulaires P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Novembre 2010 Infections ostéo articulaires Plusieurs tableaux cliniques Mais

Plus en détail

Des déclarations d infections postcésariennes. une analyse systémique

Des déclarations d infections postcésariennes. une analyse systémique Des déclarations d infections postcésariennes donnent naissance à une analyse systémique Goujat Pascale 1, Lyonnet Fabienne 1, Mottet-Auselo Benoit 1, Montibert Claire 2, Souchon Valérie 2, Nord Jean-François

Plus en détail

Rôle central du médecin rééducateur au cours des infections ostéoarticulaires

Rôle central du médecin rééducateur au cours des infections ostéoarticulaires Rôle central du médecin rééducateur au cours des infections ostéoarticulaires Diplôme interuniversitaire national des infections ostéo-articulaires. Docteur François RIGAL. 20 novembre 2014 Le médecin

Plus en détail

QUAND L IBODE ECLAIRE LE MER.

QUAND L IBODE ECLAIRE LE MER. QUAND L IBODE ECLAIRE LE MER www.ch-metropole-savoie.fr Qu est ce qu un MER? Un presse bouton? Il manipule des amplis? Il connait quoi à l asepsie Mais il peut s habiller en stérile? Un informaticien de

Plus en détail

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne L Arlin est une structure régionale d appui et de conseils pour les établissements de santé, les établissements médico-sociaux

Plus en détail

Prothèse totale de hanche en chirurgie ambulatoire. Pascale SZTARK Clinique du Sport Mérignac

Prothèse totale de hanche en chirurgie ambulatoire. Pascale SZTARK Clinique du Sport Mérignac Prothèse totale de hanche en chirurgie ambulatoire Pascale SZTARK Clinique du Sport Mérignac Quelques chiffres sur la Clinique du Sport Ouverture dela nouvelle clinique en septembre 2013 : chirurgie orthopédiquearticulaire

Plus en détail

Rédaction Vérification Validation Version 2. Date : Fev Liliane HENRY Benoit LE HASIF Odile VIAUD. Dr France BORGEY RRH.

Rédaction Vérification Validation Version 2. Date : Fev Liliane HENRY Benoit LE HASIF Odile VIAUD. Dr France BORGEY RRH. ARLIN - Normandie Procédures (Cathéter central à insertion périphérique) Page : 1 / 5 Document réalisé par l ARLIN- de Normandie,, utilisable par tout professionnel de santé sous réserve de notifier la

Plus en détail

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins M.ERB

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

Dispositifs intravasculaires de longue durée (DIVLD) ANTENNE RÉGIONALE MIDI-PYRÉNÉES CCLIN SUD-OUEST 2014

Dispositifs intravasculaires de longue durée (DIVLD) ANTENNE RÉGIONALE MIDI-PYRÉNÉES CCLIN SUD-OUEST 2014 Dispositifs intravasculaires de longue durée (DIVLD) ANTENNE RÉGIONALE MIDI-PYRÉNÉES CCLIN SUD-OUEST 2014 Dispositifs intravasculaires En établissement de santé En HAD Fréquence d exposition Prévalence

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS Direction des Affaires Médicales, de la Recherche, des Usagers et de la Qualité USAGERS ET QUALITÉ RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS 1. INDICATEURS DU TABLEAU DE BORD DE LUTTE

Plus en détail

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains : La place des solutions hydro-alccoliques 1 «Outil de contact» Outil de travail Richesse en germes Vecteur d infections Transmission

Plus en détail

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience 3 ème Journée régionale de Martinique Prévention du risque infectieux en établissement médico-social Rachel Dutrech Cadre de santé Antenne

Plus en détail

Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1

Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1 Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en 2014 Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1 Présentation du CH de Niort Département des Deux-Sèvres

Plus en détail

Traitement Chirurgical de l infection articulaire. H. SESMAT, O. ROCHE Centre Chirurgical Emile Gallé CHRU Nancy

Traitement Chirurgical de l infection articulaire. H. SESMAT, O. ROCHE Centre Chirurgical Emile Gallé CHRU Nancy Traitement Chirurgical de l infection articulaire H. SESMAT, O. ROCHE Centre Chirurgical Emile Gallé CHRU Nancy Introduction Inoculation d un germe dans une articulation Processus pathologique en plusieurs

Plus en détail

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale :

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : aspects pratiques, prise en charge des patients et gestion des échecs Dr O Sisteron, Dr T Balme Service de Radiologie - Polyclinique

Plus en détail

Les nouveaux indicateurs de lutte contre les infections nosocomiales

Les nouveaux indicateurs de lutte contre les infections nosocomiales Les nouveaux indicateurs de lutte contre les infections nosocomiales Dr Karine BLANCKAERT - médecin hygiéniste coordonnateur Antenne Régionale Nord Pas de Calais de Lutte contre les Infections nosocomiales

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie de première intention

Antibioprophylaxie en chirurgie de première intention Antibioprophylaxie en chirurgie de première intention Services de chirurgie A et B et Bloc opératoire BAUDIN/EPP ATB 1 CHOIX DU THEME Antibioprophylaxie = mesure fondamentale de prévention des ISO* et

Plus en détail

PROBLEMATIQUES LOCALES DES TRANSMISSIONS INFECTIEUSES

PROBLEMATIQUES LOCALES DES TRANSMISSIONS INFECTIEUSES PROBLEMATIQUES LOCALES DES TRANSMISSIONS INFECTIEUSES 3 E M E S J O U R N É E S D E P É R I N ATA L I T É D E M AY O T T E 1 3es JPM A.Milllot Praticien Hygiéniste CHM LA MATERNITÉ DU CHM Un service maternité

Plus en détail

Gestion du Risque Infectieux A priori

Gestion du Risque Infectieux A priori Gestion du Risque Infectieux A priori 12 ème Journées d automne: Association des Hygiénistes de Picardie 22 septembre 2016 S. Izoard Pharmacien hygiéniste Coordonnateur de GDR associés aux soins Contexte:

Plus en détail

FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE

FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE FÉVRIER 2016 HELUIN VALÉRIE, IDE HYGIÉNISTE La Clinique Mégival accueille: 95 lits d hospitalisation de chirurgie et de médecine 30 lits de soins de suite et de réadaptation 18 places de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

Présentation du. COmité de Surveillance des Accès Vasculaires

Présentation du. COmité de Surveillance des Accès Vasculaires Présentation du CoSAV COmité de Surveillance des Accès Vasculaires SFAV Ajaccio 17 juin 2016 Dr MENANT Marie Chirurgien vasculaire, Marseille Dr FRANTZEN Luc Néphrologue, Marseille DIAVERUM MARSEILLE/PROVENCE

Plus en détail

Informations régionales. 22 Juin 2017

Informations régionales. 22 Juin 2017 Informations régionales 22 Juin 2017 Dispositif National de Lutte contre les Infections Associées aux Soins (2017) Santé Publique France ou ANSP Ministère de la Santé DGS DGCS DGOS PROPIAS HCSP CPIAS

Plus en détail

Formation des auditeurs

Formation des auditeurs GRoupe d Evaluation des Pratiques en Hygiène Hospitalière Audit 2007 La préparation cutanée de l opéré Formation des auditeurs Groupe «POP» : Marie-Alix ERTZSCHEID, Michèle AGGOUNE, Dr. Claude BERNET,

Plus en détail

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Question 1 En préopératoire, quels dépistages systématiques et quelles stratégies

Plus en détail

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Facteurs généraux et choix de l ATB Facteurs associés

Plus en détail

Référent Antibiothérapie en Clinique Retour d expérience

Référent Antibiothérapie en Clinique Retour d expérience Référent Antibiothérapie en Clinique Retour d expérience Journée des référents en antibiothérapie Jeudi 4 mai 2017, Vannes Dr Ludovic LESECQ Cursus Curriculum Infectiologique: - DESC Maladie Infectieuse

Plus en détail

Ministère de la santé et des solidarités - DGS/DHOS - Cellule infections nosocomiales version juin 2006

Ministère de la santé et des solidarités - DGS/DHOS - Cellule infections nosocomiales version juin 2006 Bilan d'activités des centres de coordination de lutte contre les infections nosocomiales et de leurs antennes régionales (CCLIN) Fiche de synthèse annuelle ARLIN LORRAINE Domaines d activités Activités

Plus en détail

MOYENS DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE INFECTIONS OSSEUSES

MOYENS DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE INFECTIONS OSSEUSES MOYENS DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE INFECTIONS OSSEUSES Infection hématogène : (ostéomyélite) Hémocultures x 3 Si arthrite, ponction du liquide articulaire cytologie, bactériologie, BK avec «kit infection osseuse»

Plus en détail

LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE UN ENGAGEMENT CENTRE SUR LE PATIENT

LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE UN ENGAGEMENT CENTRE SUR LE PATIENT LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE UN ENGAGEMENT CENTRE SUR LE PATIENT DU 17/07/15 LA RECUPERATION RAPIDE APRES CHIRURGIE, UN ENGAGEMENT CENTRE AUTOUR DU PATIENT un projet devenu une réalité à l Hôpital

Plus en détail

La RCP IOAC Usage Mésusage Bon Usage

La RCP IOAC Usage Mésusage Bon Usage La RCP IOAC Usage Mésusage Bon Usage DIU Infections Ostéo-Articulaires Rennes 22 novembre 2016 Philippe ROSSET Louis BERNARD Tours CRIOGO Objectifs: organisation d une prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION

Plus en détail

3. DOCUMENTS DE REFERENCE :

3. DOCUMENTS DE REFERENCE : 1. OBJET : Ce protocole décrit les étapes relatives à la réalisation d hémoculture dans les conditions maximales d asepsie et le respect des précautions standards. La réalisation dans des conditions aseptiques

Plus en détail

3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI)

3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI) Qualité et prévention 3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI) Introduction Les infections acquises au sein de l établissement, d origine plurifactorielle, sont susceptibles de

Plus en détail

Visite de risque : Démarche de gestion des risques a priori Organisation au CHU de Grenoble Bilan à 5 ans

Visite de risque : Démarche de gestion des risques a priori Organisation au CHU de Grenoble Bilan à 5 ans Visite de risque : Démarche de gestion des risques a priori Organisation au CHU de Grenoble Bilan à 5 ans K. Vancoetsem Unité d Hygiène Hospitalière et Gestion des Risques CHU de Grenoble Congrès biologie

Plus en détail

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Dr Zoher KADI Responsable ARLIN Picardie Définitions Contamination Colonisation Infection Infection Associée aux Soins Formation des Référents

Plus en détail

Les complications infectieuses des prothèses articulaires

Les complications infectieuses des prothèses articulaires Les complications infectieuses des prothèses articulaires Dr Bertrand ISSARTEL Médecine Interne Maladies Infectieuses et Tropicales Centre de Vaccinations Internationales et de médecines des Voyages 35,

Plus en détail

DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse. Ponction articulaire : intérêt, procédures?

DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse. Ponction articulaire : intérêt, procédures? DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse Monsieur B., 66 ans à 8 mois d une première pose de prothèse de hanche pour coxarthrose Depuis deux semaines Douleur à la marche Fièvre

Plus en détail

La préparation cutanée de l opéré

La préparation cutanée de l opéré La préparation cutanée de l opéré «Audit POP» ATELIER PRATIQUE 8ièmes Journées de Prévention des Infections liées aux soins Composition groupe de travail Mme COMAN Guylène : Clinique les Eaux Claires Mme

Plus en détail

Visite de risques au bloc opératoire PROTOCOLE DE VISITE

Visite de risques au bloc opératoire PROTOCOLE DE VISITE Visite de risques au bloc opératoire PROTOCOLE DE VISITE CCLIN Sud-Ouest 2015 COORDINATION GALY Elisabeth Cadre Supérieur de Santé Hygiéniste ARLIN Midi-Pyrénées Toulouse GROUPE DE TRAVAIL DELANNOY Véronique

Plus en détail

La journée hygiène des mains

La journée hygiène des mains La journée hygiène des mains 5 Mai 2011 Pourquoi ce document? Pour aider les établissements dans la préparation et l organisation de cette journée. Pour responsabiliser et rendre acteur, chaque participant

Plus en détail

Efficacité des solutions désinfectantes (1) Salzman MB, J Clin Microbiol 1993 Étude expérimentale in vitro randomisée contrôlée concernant la manipula

Efficacité des solutions désinfectantes (1) Salzman MB, J Clin Microbiol 1993 Étude expérimentale in vitro randomisée contrôlée concernant la manipula Utilisation du cathéter Manipulation du cathéter, des tubulures et robinets Efficacité des solutions désinfectantes (1) Salzman MB, J Clin Microbiol 1993 Étude expérimentale in vitro randomisée contrôlée

Plus en détail

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires IFSI 21/10/2014 G. Bellaud PLAN Introduction Arthrite aigue Ostéomyélite aigue Spondylodiscite Infection sur prothèse ostéoarticulaire

Plus en détail

Importance de l hygiène des mains

Importance de l hygiène des mains Observance de l hygiène des mains et obstacles à l utilisation des solutions hydro-alcooliques en réanimation Mme Sophie Hayaud, Cadre Hygiéniste Mme Audrey Martin, IDE Hygiéniste Réunion des infirmières

Plus en détail

PLACE DE L AUDIT DES PRATIQUES EN HYGIENE: UN OUTIL POUR L AMELIORATION DES PRATIQUES AU BLOC OPERATOIRE

PLACE DE L AUDIT DES PRATIQUES EN HYGIENE: UN OUTIL POUR L AMELIORATION DES PRATIQUES AU BLOC OPERATOIRE PLACE DE L AUDIT DES PRATIQUES EN HYGIENE: UN OUTIL POUR L AMELIORATION DES PRATIQUES AU BLOC OPERATOIRE P.BATTAGLIOTTI ESPRI/HCL 32 ièmes Journées Nationales d Etudes et de Perfectionnement de l UNAIBODE

Plus en détail

Facteurs de risque d Infection profonde du Site Opératoire dans le service d orthopédie d un Centre Hospitalier Universitaire : étude cas-témoin

Facteurs de risque d Infection profonde du Site Opératoire dans le service d orthopédie d un Centre Hospitalier Universitaire : étude cas-témoin XXVe Congrès National de la SF2H 4, 5 et 6 juin 2014 Facteurs de risque d Infection profonde du Site Opératoire dans le service d orthopédie d un Centre Hospitalier Universitaire : étude cas-témoin A Ghenassia

Plus en détail

Prévention de l infection de site opératoire à la phase postopératoire

Prévention de l infection de site opératoire à la phase postopératoire 4e édition Vendredi 31 mars 2017 Hilton Strasbourg 1 Avenue Herrenschmidt, 67000 Strasbourg Prévention de l infection de site opératoire à la phase postopératoire Sous la Présidence du Professeur Jean-Yves

Plus en détail

Document de travail DHOS/DGS Version 21, janvier évoluer.

Document de travail DHOS/DGS Version 21, janvier évoluer. L infirmier ou l infirmière «donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. L infirmier ou l infirmière participe à

Plus en détail

Service de chirurgie vasculaire Bloc opératoire de chirurgie vasculaire Chef de service :Professeur Malikov Cadre de santé : Mme Caniaux Equipe d

Service de chirurgie vasculaire Bloc opératoire de chirurgie vasculaire Chef de service :Professeur Malikov Cadre de santé : Mme Caniaux Equipe d Service de chirurgie vasculaire Bloc opératoire de chirurgie vasculaire Chef de service :Professeur Malikov Cadre de santé : Mme Caniaux Equipe d hygiène : Mme Diguio et Mme Tousseul Leslie Hernandez &

Plus en détail

Notion de réhabilitation rapide après chirurgie. Drs. JB DOLBEAU & B RAIMBAULT

Notion de réhabilitation rapide après chirurgie. Drs. JB DOLBEAU & B RAIMBAULT Notion de réhabilitation rapide après chirurgie Drs. JB DOLBEAU & B RAIMBAULT Principes de la RRAC Rétablissement rapide des conditions physique et psychique Favoriser et ne pas contrarier la réhabilitation

Plus en détail

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse DUCIV 2016 Introduction Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse Pré-test* * Grade 5/5 (très difficile) Pre-test 1 Gertrude 68 ans, consulte pour dyspnée. L examen

Plus en détail

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives

Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Risques infectieux en Hémodialyse Cas pratique Analyse Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Cas d infections nosocomiales virales Méthode d analyse 1. Description de l événement

Plus en détail

Réduction du risque infectieux lors de la pose et de la manipulation des cathéters veineux

Réduction du risque infectieux lors de la pose et de la manipulation des cathéters veineux Réduction du risque infectieux lors de la pose et de la manipulation des cathéters veineux Dr Nathalie Pestourie 31 ème rencontre des correspondants en hygiène du Limousin Cathéter veineux périphérique

Plus en détail

Evaluation autour des CCI (Chambre à cathéter implantable)

Evaluation autour des CCI (Chambre à cathéter implantable) Fiche n 1 : Avant la pose de CCI Audit organisationnel : 1 fiche par établissement «poseur» Répondre à l'ensemble des questions ci-dessous 1-1 Une Check-list Voie Veineuse Centrale est mise en place dans

Plus en détail

La prévention des infections nosocomiales. Infections associées aux soins et sécurité des soins. Evolution de l épidémiologie des IN (1) : ENP

La prévention des infections nosocomiales. Infections associées aux soins et sécurité des soins. Evolution de l épidémiologie des IN (1) : ENP Infections associées aux soins et sécurité des soins Journée des CLIN de l interrégion Paris-Nord Mardi 30 mars 2010 Bruno Grandbastien La prévention des infections nosocomiales Lutte contre les infections

Plus en détail

Analyse a posteriori du risque infectieux RMM et CREX. Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie

Analyse a posteriori du risque infectieux RMM et CREX. Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Analyse a posteriori du risque infectieux RMM et CREX Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Rappels Définition d un risque «Situation non souhaitée ayant des conséquences négatives résultant

Plus en détail

Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD)

Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD) Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD) Audit observance Hygiène des mains en UAD E Seringe, F Boulot, N Godefroy (Arlin idf) Congrès Lille 2016 XVèmes rencontres

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Evaluation de la prévention du risque infectieux en chirurgie

Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Evaluation de la prévention du risque infectieux en chirurgie Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Evaluation de la prévention du risque infectieux en chirurgie Protocole d évaluation Dernière mise à jour : Août 2014 SOMMAIRE

Plus en détail

Convention partenariat public privé. Dr Olivier Rogeaux Infectiologie CH de Chambéry Paris 10 avril 2014

Convention partenariat public privé. Dr Olivier Rogeaux Infectiologie CH de Chambéry Paris 10 avril 2014 Convention partenariat public privé Dr Olivier Rogeaux Infectiologie CH de Chambéry Paris 10 avril 2014 Besoin d un infectiologue dans le secteur privé? Oui pour répondre aux besoins du référent en antibiothérapie

Plus en détail

La ponction articulaire préopératoire est-elle utile pour la prise en charge des infections péri-prothétiques?

La ponction articulaire préopératoire est-elle utile pour la prise en charge des infections péri-prothétiques? La ponction articulaire préopératoire est-elle utile pour la prise en charge des infections péri-prothétiques? A Bicat-See, J Lourtet-Hascouet, MP Felice, C Livideanu, C Delpierre, G Giordano, E Bonnet.

Plus en détail

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Dr Claire AUDINET-BYHET Gériatre Dr Stéphanie ROCHON-EDOUARD Praticien

Plus en détail