3 -Les traumatismes du membre inféri e u r

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3 -Les traumatismes du membre inféri e u r"

Transcription

1 3 -Les trumtismes du memre inféri e u r C. Cytevl*, A. Cotten*, M-P.Srrère*, N. Tixedor* Le memre inférieur pour mission de supporter le poids du corps et de permettre de se m o i l i s e r; toute irrégulrité rt i c u l i re entrîne une rt h rose rpide et des séquelles fo n c- tionnelles. Le iln initil doit être précis pour permettre d effectuer une réduction ntomique des frctures rt i c u l i res et de préserver l longueur et l xe de chque segment du memre. En urgence, l vitlité du memre trumtisé et son étt vsculire doivent être l préoccuption pre m i è re. Lésions osseuses de l ceinture p e l v i e n n e Les frctures de l ceinture pelvienne sont fréquentes mis ne représentent que 2 à 3 % de l ensemle des frctures u cours des ccidents de l voie pulique. Le ssin constitue un nneu continu qui présente trois points de fi l e s s e: en vnt, le complexe ischiopuien; ltérlement, les cotyles; en rrière, le complexe ilio-scré. Le iln rdiogrphique stndrd repose essentiellement sur qutre clichés: ssin de fce; hémissin trumtisé de fce, olique lire qui déroule l ile ilique, explore le ord postérieur de l os ilique et le ord ntérieur du cotyl e; olique oturtrice qui étudie le détroit supérieur, le ord postérieur du cotyle et le cdre oturteur. Deux clichés complémentires peuvent être rélisés: outlet ou fce scendnte qui dégge les rnches supérieures et inférieures du puis ; inlet ou fce descendnte qui permet une onne visulistion du scrum (1). Frctures du ssin ( 2 ) Elles sont secondires à un trumtisme violent et résultent de forces de compression directe ntéro-postérieure ou ltéro-ltérle et/ou de forces de cisillement verticl pr chute d un lieu élevé (il fut rechercher des lésions des pophyses trnsverses ssociées). Les ssocitions lésionnelles, homo ltérles ou croisées, sont multiples et fcteurs d instilité. Elles présentent un risque hémorrgique mjeur et pour certines des risques viscérux ou neurol o g i q u e s. Lésions postérieures Les lésions des rticultions scro-iliques comportent les disjonctions pures et les frctures-disjonctions. Ces deux entités constituent des équivlents de frcture verticle postérieure. Les frctures verticles du scrum (postérieures du ssin) sont toujours ssociées à des frctures verticles ntérieures de l nneu pelvien. L grvité dépend du retentissement sur les rcines scrées. Le dignostic sur les rdiogrphies stndrd est inconstnt. Lésions de l rc ntérieur Ce sont les frctures et disjonctions symphysires puiennes. Elles sont de dignostic fcile sur les rdiogrphies stndrd. Les frctures isolées sont stles mis e x c e p t i o n n e l l e s; leur constttion impose donc l rélistion d une TDM pour rechercher une lésion ssociée de l rc postérieur. Ces ssocitions sont fcteurs d instilité d utnt plus qu elles sont souvent croisées. Lésions de l ile ilique L hémtome sous-péritonél est prticulièrement fréquent dns ce contexte. Les frctures isolées, pr choc direct, sont plus rres (choc direct lors des ccidents de moto). *Service d Imgerie Médicle, Hôpitl Lpeyronie, Montpellier 27

2 Que fire? L TDM un triple intérêt en urgence ou de fçon différ é e: le iln plus précis des lésions (frcture postérieure méconnue ou discordnce rdioclinique); l recherche de déformtions de l nneu pelvien génértrices de cls vicieux hutement invlidnts chez l femme jeune pour les grossesses futures; l recherche d hémtome et de lésion viscérle. Les trumtismes uro-génitux sont ssociés ux ruptures de l rc ntérieur vec cisillement du plncher pelvien. L emrochge vésicl pr une esquille osseuse est necdotique lors qu une déchirure, voire une section de l urètre sont fréquentes chez l homme. Les lésions directes des visseux iliques ou de l hypogstrique pr cisillement ou pr perfortion osseuse sont en fit ssez rres. Une hémostse en urgence ou un geste d emolistion de l rtère fessière ou du tronc de l hypogstrique sont lors nécessires. Prfois l stilistion en urgence pr un fixteur externe permet, à elle seule, de stiliser l hémorrgie. Les frctures du cotyle (3) Lors des chocs postérieurs du ssin, les forces trumtiques sont trnsmises à l tête fémorle qui se comporte comme enclume ; dns les impcts ntérieurs trnsmis à trvers le col fémorl, l tête se comporte comme utoir. Le siège des lésions dépend lors du degré d duction et de flexion de l hnche u moment de l impct (frctures postérieures), ou de son degré de rottion externe (frctures ntérieures). Qutre types de frctures constituent plus de 75 % des frctures du cotyle (proi postérieure 27 %, trnsverse 9 %, ssociées entre elles 20 %; colonne ntérieure 5%, colonne postérieure 4 %, ssociées entre elles 20 % ). Frcture de l proi postérieure En rison de leur mécnisme de survenue, elles sont souvent secondires à une luxtion fémorle postérieure ( F i g.3-2). L constttion d une frcture de l proi postérieure doit fire penser à une luxtion spontnément réduite. Le trit de frcture est sgittl olique lors que tous les utres repères sont intcts. L découverte d une tête fémorle luxée ou excentrée doit fire rechercher une zone d impction ou un frgment incrcéré (Fig. 3-3). Frcture de l colonne postérieure Les luxtions postérieures de l tête fémorle y sont fréquentes insi que les risques de lésion du nerf scitique. Le trit de frcture frontl court générlement de l région de l grnde échncrure scitique vers l prtie postérieure de l rrière fond du cotyle pour finir sur l rnche ischiopuienne. L colonne postérieure est déplcée en rrière et en rottion interne. Frcture de l proi ntérieure Comme les frctures de l colonne ntérieure, cette lésion résulte de forces ltérles ppliquées sur le grnd trochnter. Le trit nît u niveu du sourcil cotyloïdien ntérieur et se termine sur l prtie externe de l rnche iliopuienne. Le trit est en générl comminutif et emporte l prtie ntérieure du toit. Souvent, cette frcture est ssociée à un volet de surfce qudriltère refoulé en dedns et en rrière, lors que l proi ntérieure se déplce en vnt et en dedns. c Fig 3-1: Frcture comminutive du toit du cotyle guche. : 3/4 oturteur : TDM du cotyle, coupe xile c: Reconstruction frontle; sence d impction osseuse de l tête fémorle. Présence d un petit corps étrnger intr-rticulire inférieur. 28

3 Trumtismes du memre inférieur Fig 3-2: Luxtion postérieure de l tête fémorle ssociée à une frcture de l proi postérieure du cotyle. ) Rdiogrphie du ssin de f c e ; spect rccourci et rottion du col fémorl fisnt évoquer l luxtion ) TDM du cotyle. Coupe xile trnsverse millimétrique qui confirme l luxtion postérieure de l tête fémorle. Frcture de l proi postérieure. Hémrthrose vec niveu liquide. c Fig 3-3: Contrôle rdiogrphique près réduction d une luxtion postérieure de l tête fémorle : Rdiogrphie du ssin de fce qui montre l frcture déplcement de l proi postérieure qui se projette en rrière de l tête fémorle : Coupe xile TDM; le frgment de l proi postérieure du cotyle est intr rticulire c: Reconstruction sgittle qui visulise l zone d rrchement sur le cotyle et l position du frgment intr-rticulire. Frcture de l colonne ntérieure Le plus souvent, elle est ssociée à une frcture de l colonne postérieure ou une frcture trnsversle. L intégrité de l rnche ischiopuienne permet d éliminer une frcture de l proi ntérieure. Le trit une orienttion frontle. Il descend et coupe le toit (Fig. 3-1) sur son secteur ntérieur, l rrière-fond et l échncrure ischiopuienne. Il existe prfois un refend dns l rrière-fond outissnt à un lrge volet endopelvien. Cette frcture se crctérise essentiellement pr son déplcement en rottion externe vec enroulement vers le hut et en vnt. Frcture trnsversle Son trit divise l os ilique en deux segments: un segment supérieur, ilique, rttché u scrum et donc stle, et un segment inférieur, ischiopuien, instle. Ce pln de clivge psse toujours pr le centre de l tête fémorle qui peut venir se luxer en dedns (luxtion centrle). L recherche d une lésion des rticultions scro-iliques doit être systémtique ; en effet, cette frcture trnsversle interrompt l nneu pelvien en un seul point et l disjonction (même minime) de l scro-ilique est constnte et rélise le second point de rupture. Les frctures ssociées Elles ssocient u moins deux des formes élémentires déjà décrites et divisent l os ilique en plus de deux frgm e n t s: frcture trnsversle plus frcture de l proi post é r i e u r e; frcture des deux colonnes ; frcture en T qui peut être ssimilée à une frcture trnsversle vec un pied verticl qui interrompt l rrière-fond du cotyle et l rnche ischiopuienne; frcture de l proi ou colonne ntérieure plus hémitrnsversle postérieure; frcture des colonnes plus proi postérieure. Que fire? L rrière-fond du cotyle est difficilement exploré en rdiogrphie stndrd; le scnner est l technique de choix pour évluer les frgments osseux et leur déplcement, les impctions, les distsis, les frgments intr-rticulires; il ser u mieux effectué près trction. Les complictions précoces sont reltivement rres (compression du nerf scitique) (4 ). À long terme, l coxrthrose est en règle générle l conséquence d une incongruence rticulire persistnte. Le devenir de l tête fémorle est prtiquement fixé u moment du trumtisme et quelle que soit l qulité de l réduction chirurgicle, l nécrose peut pprître. 29

4 Les luxtions de hnche (5) Elles ne posent en principe ps de difficulté dignostique sur les 4 clichés stndrd systémtiquement rélisés. Elles doivent être réduites en urgence vnt l explortion TDM, notmment en rison du risque de prlysie du nerf scit i q u e. Les frctures prcellires L douleur est u premier pln souvent sns impotence fonctionnelle mjeure (mrche possile). Le iln rdiologique doit être guidé pr l clinique qu il s gisse d un rrchement tuérositire, d une frcture prcellire de l ile ilique ou du cdre oturteur chez le sujet âgé. Les trits horizontux du scrum peuvent être isolés et sont ien vus sur les rdiogrphies de profil. Les frctures d un seul point de l nneu pelvien, dites élémentires, sont rres, et ne doivent être considérées comme telles qu près voir éliminé une utre interruption de l nneu, si esoin pr TDM. Fr c t u res du fému r Extrémité supérieure du fémur (6) Elles surviennent essentiellement chez les sujets âgés, de sexe féminin, à l occsion d une simple chute (frgilité osseuse pr ostéoporose), rrement chez les sujets jeunes lors d un violent trumtisme (ccident de l voie pulique). Le iln rdiogrphique stndrd est dns l mjorité des cs suffisnt u dignostic ssocint un ssin de fce et une hnche de fce et de profil (profil chirurgicl d Arcelin). Le trit peut être sous-cpitl, trnscervicl (le plus fréquent) ou sicervicl. Le déplcement est pprécié de fce selon l clssifiction de Grden (Type 1 : en cox v l g ; type 2: sns déplcement; type 3: en vrus ccroc h é; type 4: tête totlement lire) ou en confrontnt les deux incidences. Les frctures cervico ou pertrochntériennes simples sont stles, tndis que les frctures inter ou sous-trochntériennes, pertrochntériennes complexes ou trochntéro-diphysires sont instles. Le risque de nécrose du frgment céphlique est d utnt plus importnt que le déplcement est mrqué (Grden 3 et 4). Rrement les frctures engre nées sont de dignostic plus difficile sur les clichés stndrd et c est l discordnce rdioclinique qui nécessite l rélistion d un scnner. Diphyse fémorle Elles présentent un risque hémorrgique importnt. Le iln rdiologique doit être effectué près trction. Il doit comporter deux incidences orthogonles et visuliser les rticultions sus et sous-jcentes. Trumtisme du genou (7) Les frctures de l extrémité inférieure du fémur On peut distinguer les frctures suprcondyliennes métphysires, des frctures condyliennes épiphysires (8). Le dignostic rdiogrphique des frctures unicondyliennes est prfois difficile. Elles nécessitent une ostéosynthèse solide pour éviter rideur, désxtion ou rthrose. Les frctures de l ptell Elles sont consécutives à un choc direct. Les frctures trnsversles (comme les ruptures du tendon qudricipitl ou du tendon rotulien) interrompent l ppreil extenseur, elles sont de dignostic évident sur le profil. Les frctures sgittles sont moins évidentes sur le cliché de fce. c Fig 3-4: TDM du genou qui permet une onne pproche morphologique de l enfoncement d une frcture du plteu tiil ltérl : coupe xile, : reconstruction coronle, c: 3D vue postérieure. 30

5 Trumtismes du memre inférieur Frcture des plteux tiiux (9) Ce sont des frctures fréquentes qui ont un pronostic fonctionnel rticulire grve (fig. 3-4) et peuvent compromettre l démultion et l sttion deout. Ces frctures sont secondires à des mécnismes indirects de compression xile ou ltérle. L ensemle de ces lésions s ccompgne très fréquemment de lésions ligmentires. L frcture spinotuérositire médile vec comminution du mssif spinl est l équivlent d une désinsertion osseuse du ligment croisé ntérieur. Un niveu hémto-lipidique sur le profil de genou à ryon horizontl, dns le cul de sc sous-qudricipitl, signe l frcture rticulire. Le iln ntomique précis psse souvent pr l rélistion d une TDM (nlyse des frgments et de leur déplcement, de l importnce du tssement ssocié). Luxtions du genou Elles sont rres. Les rdiogrphies stndrd suffisent à montrer le sens du déplcement. Il fudr surtout s ttcher à rechercher une compliction vsculire (lésion intimle) pr un Doppler ou une rtériogrphie même si les pouls répprissent. Les entorses du genou et les lésions méniscles Elles sont fréquentes. En cs de doute clinique, l explortion rdiologique retrouver l sence de frcture. Le iln des lésions ménisco-ligmentires ser effectué pr l IRM dns un second temps, en dehors du contexte d urgence. L encoche du condyle externe, secondire à un tssement ostéochondrl, doit fire évoquer une lésion du croisé ntérieur. Un rrchement ltérl d un plteu tiil évoque une lésion ligmentire ssociée. (Frcture de Second) ( 1 0 ). Les trumtismes de l chev i l l e (11) Les frctures mlléolires On distingue les frctures sus-ligmentires pr duction ou pr rottion dns lesquelles le ligment tiio-fiulire est toujours rompu, des frctures sous-ligmentires pr dduction dns lesquelles le ligment reste intct. L rottion entrîne des frctures interligmentires. Les clichés de fce, profil et 3/4 interne et externe suffisent à fire le dignostic. Le tritement est, en principe, chirurgicl précoce pour permette l réduction prfite. Frctures du pilon tiil Elles correspondent à un mécnisme de séprtion ou d enfoncement. Toutes ces frctures sont mrginles (ntérieures, postérieures ou i-mrginles), et presque toutes comminutives, d explortion stndrd difficile. Le degré d urgence est directement lié à l mplitude du déplc e m e n t; il est nécessire de rétlir l ntomie de l pince mlléolire. Entorses de cheville Elles concernent dns 95 % des cs le ligment colltérl ltérl. Le iln doit rechercher un rrchement de l pointe d une mlléole ou une lésion ostéochondrle du dôme tlien (fig. 3-5 ). Fig 3-5: Douleurs mécniques de l rrière-pied persistntes près une immoilistion pour entorse de l cheville. ) rdiogrphie stndrd de fce )IRM: séquence frontle T1 confirmnt l frcture ostéochondrle non déplcée de l prtie supéro-interne du dôme tlien. 31

6 Trumtisme du pied Frctures du tlus (12) Le tlus ou strgle est un os court et compct, dont près de 60 % des surfces sont crtilgineuses: en sitution intermédiire entre l jme et le pied, il est soumis à de fortes contrintes. Ces frctures sont peu fréquentes; leur grvité dépend de l présence d une luxtion de l tiiotrsienne et/ou de l sous-tlienne ssociée vec dns ce cs un risque mjeur d ostéonécrose secondire. L reltive rreté de ces frctures ne doit fire méconnître le risque d rthrose secondire. On distingue les f r c t u r e s t o t l e s( e x: séprtions du col et du corps), vec risque de nécrose d un frgment, et les frctures prcellires d n s le cdre d une entorse. Frctures des processus postérieurs Ce sont les plus fréquentes (Fig. 3-6) des frctures prcellires. Elles peuvent être ssociées à des frctures prcellires de l tête ou à des luxtions sous strgliennes isolées. L frcture du tuercule postéro-ltérl (frcture de E. Cloquet-Sheherd) est à l origine d un syndrome du crrefour postérieur de l cheville de dignostic clinique et rdiologique souvent retrdé. Frctures de l pophyse ltérle du tlus Elles pssent souvent inperçues; l symptomtologie clinique se confond le plus souvent vec celle d une entorse. Elle doit être systémtiquement recherchée sur le cliché de fce vec rottion médile de 10 à 15. C est le scnner en coupe coronle qui est l exmen le plus performnt devnt l persistnce d un syndrome du crrefour externe du tlus. Frctures ostéochondrles Elles doivent être clssées en: impctions sous chondrles, frctures prtielles non déplcées, frctures détchées sns déplcement, frgments ostéochondrux liérés dns l rticultion, géodes fireuses sous-chondrles entourées de sclérose (clssifiction de Loomer). Frctures du clcnéum (13) Frctures les plus fréquentes du pied (60 %), elles représentent à elles seules 2 % de toutes les frctures vec une nette prépondérnce msculine; elles peuvent être iltérles. Ces frctures résultent hituellement d une chute sur les tlons, entrînnt un cisillement du clcnéum sous l ction du poids du corps, trnsmis pr le tlus, et de l résistnce u sol trnsmise pr l grosse tuérosité clcnéenne. Elles peuvent être ssociées à un tssement vertérl lomire. Le iln rdiogrphique stndrd comprend un profil et une incidence rétrotiile qui visulisent en prticulier l rticultion sous-tlienne et l tuérosité postérieure. Les frctures extr-rticulires sont rres et de on pronostic, les rdiogrphies stndrd sont en générl suffisntes. Dns les 3/4 des cs, les frctures du clcnéum sont complexes tteignnt l rticultion su-tlienne, et ml explorées pr les clichés stndrd, nécessitnt un iln TDM (Fig. 3-7 ) qui précise le siège et l orienttion des trits de frctures ; le nomre et le type de frgments principux; le déplcement pr rpport u sustentculum tli. Cette TDM permet églement l étude du thlmus (congruence rticul i r e ); des corticles insi que l recherche d un trit de refend plntire; des prties molles (recherche d une incrcértion des tendons fiulires) et l nlyse du sinus du trse (étude du ligment interosseux) ( 1 4 ). c Fig 3-6: TDM de l rrière- pied pour douleur à l ppui près un ccident de moto. : Coupe xile; frcture de l pophyse postérieure du tlus : Reconstruction sgittle; meilleure visulistion de l frcture c: Coupe xile du médio-pied; ssocition à une frcture non déplcée de l pophyse tiile de l os nviculire 32

7 Trumtismes du memre inférieur c Fig 3-7: Frcture du clcnéum chez un ptient victime d une chute de 3 mètres sur les tlons. : rdiogrphie de profil de l rrière- pied; frcture comminutive du clcnéum vec diminution de l ngle de Boelher : TDM, reconstruction coronle près une cquisition hélicle; frcture rticulire postéro-externe du clcnéum vec enfoncement du frgment externe c: TDM, reconstruction sgittle. Frctures thlmiques Secondires le plus souvent à une chute verticle pr doule mécnisme de cisillement de l grnde pophyse et de compression xile du thlmus, Duprc les clsse en cinq types ntomopthologiques de grvité croissnte, (en fonction du nomre de frgments), ien corrélés u pronostic fonctionnel. Frctures du ec de l grnde pophyse du clcnéum Ce sont des frctures rticulires qui mencent l congruence de l rticultion clcnéo-cuoïdienne; elles peuvent être sources d rthrose secondire et de douleurs chroniques, s il persiste une incongruence rticulire. Frctures du sustentculum tli Elles sont souvent ssociées à une lésion du ligment colltérl médil. Elles posent le prolème de l venir de l rticultion su-tlienne ntérieure. Les frctures extr-rticulires Ce sont des frctures prcellires extrthlmiques intéressnt de fçon prépondérnte l grosse tuérosité du clcnéum. Elles consolident en générl sous tritement o r t h o p é d i q u e. Frcture de l os nviculire On distingue trois types de frctures. Les vulsions corticles, siègent sur l fce dorsle et représentent 50 % des lésions du scphoïde. Les frctures du corps du scphoïde( F i g.3-7 ); les frctures totles à trit horizontl vec énuclétion du frgment supérieur présentent un risque de nécrose importnt. Les frctures du tuercule interne, en regrd de l insertion du tendon tiil postérieur. Cette frcture peut poser des prolèmes de dignostic différentiel vec un os scphoïde ccessoire présent chez 10 % de l popultion et iltérl chez 66 % des sujets. Luxtions tiio-trsiennes et sous-tliennes Elles représentent 15 % de l pthologie du tlus et 1 % de toutes les luxtions. Elles sont rrement isolées, le plus souvent ssociées à une frcture du tlus ou du clcnéum vec incongruence tlo-clcnéenne. Le risque de nécrose cutnée nécessite une réduction rpide. Trumtismes de l vnt pied (15) Luxtions trso-méttrsiennes de l rticultion de Lisfrnc (16) Ce sont les luxtions du pied les plus fréquentes, liées à un trumtisme en flexion plntire forcée ssociée à une rottion. Elles sont volontiers ssociées à des frctures telles que se du 2 e méttrsien, 1 e r cunéiforme ou cuoïde. Le iln rdiogrphique comporte des clichés de fce, profil et 3/4 de l vnt pied. Groulier et Pinud ont proposé une c l s s i f i c t i o ns i m p l e: Luxtion totle ou homoltérle: tous les méttrsiens sont déplcés dns l même direction ; Luxtion totle d i v e r g e n t e: déplcement médil du premier méttrsien (colonne) et ltérl des qutre méttrsiens ltérux (plett e ); luxtion prtielle (déplcement isolé d un ou de deux méttrsiens pr rpport à l ensemle). Ces frctures peuvent psser inperçues dns un contexte de polytrumtisé. Elles nécessitent une réduction ntomique prfite (à ciel fermé ou snglnte) cr le risque d rthrose secondire est grnd. En cs de comminution importnte, une rthrodèse d emlée peut être proposée. Frctures des méttrsiens Elles doivent être recherchées sur les clichés de fce et de 3/4 de l vnt pied, en prticulier les frctures rrchement de l se du 5e méttrsien dont le frgment peut être ttiré à distnce pr le tendon du court fiulire et nécessiter un tritement chirurgicl (17). 33

8 Les trumtismes des muscles et des t e n d o n s (18) Les trumtismes musculires touchent essentiellement les sportifs lors de l ccélértion rutle ou à l occsion d un effort indpté. L échogrphie est l exmen de référence qui montre une désorgnistion loclisée des fires musculires ssociée à une suffusion liquidienne contre les fscis et les ponévroses dès le deuxième jour d évolution. Elle peut être négtive dns les deux premiers jours en rison de l hyper échogénicité de l hémtome u stde initil. Elle pprécie le volume de l hémtome et le degré de grvité de l lésion musculire. Le stde 0 est une simple contrcture. Le stde 1 c o r r e s- pond à une élongtion vec tteinte de quelques fires musculires. Le stde 2 est un clquge vec lésion touchnt moins de l moitié de l épisseur du muscle ; les ruptures prtielles sont ml visiles (hypoéchogénicité du muscle norml) et il fut rechercher l interruption des cloisons conjonctivo-dipeuses échogènes interfsciculires qui sont rompues u même niveu que les fires. Le stde 3 rélise une rupture complète vec possile rétrction musculire. L spect en oule du segment rompu u sein d une collection séro-hémtique constitue l imge clssique en ttnt de cloche. L rupture complète est confirmée pr l épreuve dynmique qui reproduit sur l écrn les déformtions visiles à l inspection. L IRM ser réservée u doute clinique ou échogrphique pour fire un iln très précis des lésions et de leur stde d évolution cictricielle ou pour éliminer un processus t u m orl sous-jcent. Fig 3-8 : Artériogrphie sélective de l rtère fémorle superficielle près trumtisme jmier pr rme de chsse et ischémie suiguë du pied : Interruption des trois troncs jmiers. L rtère poplitée sous rticulire pprît régulière non lésée. Interruption de l rtère tiile ntérieure dès son origine. Le tronc tiiopéronier est opcifié mis il est très irrégulier, porteur de lésions intimles. Revsculristion des xes jmiers en vl du foyer de frcture pr un réseu colltérl. Le ptient ser trité pr pontge court poplitéo-fiulire. Fig 3-9: Trumtisme du ssin lors d un ccident de voiture : TDM u cours d une injection intrveineuse de produit de contrst e ; fuite de produit de contrste en flque, témoin d un signement ctif pr lésion de l rtère ilique interne en vnt d une frcture sgittle du scrum. : Artériogrphie sélective de l rtère ilique interne en vue d une emol i s t i o n: visulistion d un signement ctif en regrd des rnches préscrées. 34

9 Trumtismes du memre inférieur Les trumtismes rt é r i e l s (19) L grvité des lésions vsculires trumtiques est plus souvent liée à des lésions rtérielles qu à des lésions veineuses. Ces lésions rtérielles sont à l origine de phénomènes ischémiques ou hémorrgiques grves. En slle d urgence, les signes d ischémie distle ou d hémorrgie doivent être explorés, en premier lieu, pr l échogrphie-doppler qui peut mettre en évidence l persistnce d une vsculristion distle non pprécile cliniquement ou un hémtome. L rtériogrphie est nécessire u iln exct des lésions (Fig. 3-8 et 9), elle montre le type de lésion (section totle, rupture incomplète respectnt l dventice, le réseu résiduel, l existence éventuelle d une fistule rtério-veineuse). Elle peut prticiper à l hémostse pr emolistion. Si une lésion rtérielle est suspectée les clichés stndrd seront toujours rélisés. En cs de lésion ostéo-rticulire ouverte vec signe d ischémie, près explortion chirurgicle, l rtériogrphie ser rélisée dns un second temps pour vérifier l réprtion des lésions rtérielles. En cs de lésion ostéorticulire fermée, vec signe d ischémie, on doit évoquer une compression ou une rupture rtérielle si les lésions ostéo-rticulires sont déplcées. Le Doppler vérifier l levée de l ischémie près l réduction orthopédique; ce n est qu en l sence d efficcité du tritement orthopédique que l rtériogrphie est indiquée pour rechercher, soit une lésion rtérielle proprement dite, soit une compression pr l hémtome. Devnt une ischémie distle vec plie des prties molles, sns lésion ostéo-rticulire (lésion pr gent vulnérnt ou lle), l explortion de l plie vsculire est en règle peropértoire. L rtériogrphie ne ser envisgée que chez un ptient hémodynmiquement stle et quelquefois indiquée en pré-opértoire en cs de doute clinique sur une lésion rtérielle. C o n c l u s i o n Au totl, l explortion rdiogrphique stndrd est le plus souvent suffisnte pour locliser un foyer de frcture diphysire, en préciser le type et pprécier son déplcement. Des coupes tomodensitométriques complémentires vec reformtge 2D voire 3D doivent être rélisées lors de frctures rticulires : plteux tiiux, rrière pied. Elles nlysent les différents frgments rticulires et leurs déplcements, l congruence rticulire; elles précisent l présence d éventuelles esquilles osseuses lires en sitution intr-rticulire. En post-opértoire, l TDM est églement utile pour pprécier le rélignement des frgments osseux, l persistnce de frgments intr-rticulires et le positionnement correct du mtériel d ostéosynthèse. L existence de complictions extr-osseuses intervient en premier lieu dns l prise en chrge en urgence. Les complictions vsculires, qu il s gisse d une ischémie distle pr plie ou spsme rtériel, ou d un syndrome des loges en rpport vec l hémtome et l œdème post-trumtique, doivent conditionner le geste initil. De simples phénomènes compressifs peuvent rétrocéder près réduction du foyer frcturire. Une ponévrotomie de déchrge est prfois nécessire en urgence. Les complictions nerveuses doivent être systémtiquement recherchées; elles sont orientées pr le siège de l frcture; une tteinte du nerf rdil concerne notmment une frcture du tiers moyen de l diphyse humérle (10 à 20 % des cs). Les complictions cutnéesrésultent le plus souvent de frcture pr choc direct, l tteinte llnt de l dermrsion à l perte de sustnce cutnée (clssifiction de J. Cuchoix et J. D u p r c: type 1, ouverture cutnée limit é e; type II, plie contuse vec décollement sous-cutné, type III, perte de sustnce cutnée). B i l i og r p h i e 1. Resnik CS, Stckhouse DJ, Shnmugnthn K, Young JW. Dignosis of pelvic frctures in ptients with cute pelvic trum : efficcy of plin rdiogrphs. AJR, 1992, 158: Kricun ME. Frctures of the plevis. Orthop Clin North Am ; 21 : Pul S, Potok DO, Kenneth D, Hoperr MD, Mrjory J, Umluf RT. Frctures of the cetulum: imging, clssifiction, nd understnding. Rdiogrphics 1995 ; 15 : Duquennoy A, Tillie B, Dupres E. Duois R. Apport de l TDM dns les frctures du cotyle. J. Rdiol 1985 ; 66 : Hougrd K, Lindequist S, Nielsen LB. Computerised tomogrphy fter posterior disloction of the hip. J Bone Joint Surg (Br) 1987 ; 69 : Kempf I, Dgrent D, Krger C. Frcture de l extrémité supérieure du fémur. Editions Techniques Encycl. Med. Chir. (Pris Frnce). Appreil locomoteur, A , 28 p. 7. Cpps GW, Hyes CW. Esily missed injuries rond the knee. Rdiogrphics 1994 ; 14 (6) : Assencio G, Bertin R, Megy D. Frctures de l extrémité inférieure du fémur. Editions Techniques Encycl. Med. Chir (Pris-Frnce), ppreil locomoteur, A 10, 1995, Huten D, Duprc J, Cvgn R. Frcture des plteux tiiux de l dulte. Editions Techniques Encycl. Med. Chir. (Pris Frnce), ppreil locomoteur, A , 12 p. 35

10 10. Stllenerg B, Genevois PA, Sintzofs JR, Mtos C, Andrinne Y, Struyven J. The frcture of the posterior spect of the lterl tiil plteu: A Rdiogrphic sign of nterior crucite ligment ter. Rdiology 1993 ; 187 : Srzin L. Frcture et luxtion du pied, 16 è S é m i n i r e Hôpitl Cochin, Pr. A. Chevrot. 12. Curvle G, Btille JF, Rochwerger A. Frcture et luxtion du tlus. Encycl. Med. Chir. (Elsvier - Pris), ppreil locomoteur, A 10, 1997, 11 p. 13. Bin SR, Simon P. Frcture du clcnéum. Encycl. Med. Chir. (Elsvier - Pris), ppreil locomoteur, A 10, 1996, Rilhc JJ, Pey C, Assoun J et coll. Apport du scnner dns les frctures du clcnéum. In G Morvn : Pied et chev i l l e : imgerie clinique. GETROA Opus XVIII, Surmps Medicl, Montpellier 1991 ; Delgoutte JP, Minrd D, Bronner J. Frcture du trse ntérieur, des méttrsiens et des orteils. Luxtion du pied. Encycl. Med. Chir. (Elsevier Pris), ppreil locomoteur, A 10, 1997, 8 p. 16. Fcieszewski T, Burks RT, Mnstere BJ. Sutle induring of the Lisfrnc joint. J. Bone Joint Surg (AM) 1990 ; 72 : Shereff MJ. Complexe frctures of the mettrsls. Orthopedics, 1990 ; 13 : De Pulis F, De Amicis R, Bonnni G et coll. Les lésions musculires trumtiques, mécnisme, clinique, pronostic. In : A Chevrot, MF Khn, G Morvn. Imgerie des prties molles de l ppreil locomoteur. GETROA, Opus XX, Surmps Médicl, Montpellier 1993 ; Fieve G, Brice M, Czigne J. Vsculr injuries ssocited with osteorticulr lesions of the lower extremities. Act Chir ; 84 :

L ARTICULATION TEMPORO-MANDIBULAIRE. Cours pour 3 année - période A

L ARTICULATION TEMPORO-MANDIBULAIRE. Cours pour 3 année - période A L ARTICULATION TEMPORO-MANDIBULAIRE Cours pour 3 nnée - période A Stéphne COENDOZ février 2000 ARTICULATION TEMPORO-MANDIBULAIRE 2 TABLES DES MATIERES Tles des mtières...2 Antomie osseuse...3 Crâne, vue

Plus en détail

Syndromes malformatifs à expression faible : un piège pour l orthodontiste

Syndromes malformatifs à expression faible : un piège pour l orthodontiste Syndromes mlformtifs à expression file : un piège pour l orthodontiste C. PAULUS Conférence présentée le 15 décemre 2008, à Lyon Voir pprître u décours d un tritement en période de croissnce une symétrie

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

DOULEURS CHRONIQUES DU MOLLET D ORIGINE VEINEUSE CHEZ LE SPORTIF

DOULEURS CHRONIQUES DU MOLLET D ORIGINE VEINEUSE CHEZ LE SPORTIF Titre de l rticle DOULEURS CHRONIQUES DU MOLLET D ORIGINE VEINEUSE CHEZ LE SPORTIF J.F. POUGET, D. MONTAGNON, L. COURT, S. COUZAN INTRODUCTION Lors d un biln échogrphique pour douleurs chroniques du mollet

Plus en détail

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm N 529 Assemlges ngulires de plns de trvil de cuisine d'une lrgeur de 60 cm A Description Le grit de frisge APS 900 et une défonceuse Festool, p. ex. l défonceuse OF 1400, permettent de réliser rpidement

Plus en détail

Intérêt de l isocinétisme dans le bilan et la rééducation d un genou opéré. Docteur Patrick GAUTHIER

Intérêt de l isocinétisme dans le bilan et la rééducation d un genou opéré. Docteur Patrick GAUTHIER Intérêt de l isocinétisme dns le biln et l rééduction d un genou opéré Docteur Ptrick GAUTHIER INTERET DE L ISOCINETISME DANS LE BILAN ET LA REEDUCATION D UN GENOU OPERE Dr Ptrick GAUTHIER SPORTIVA ISOCINETISME???

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Notice d instructions originales 11/2010. à conserver pour une utilisation ultérieure. Bac de rangement. Réf. 583010000. Les techniciens du coffrage

Notice d instructions originales 11/2010. à conserver pour une utilisation ultérieure. Bac de rangement. Réf. 583010000. Les techniciens du coffrage 11/2010 Notice d instructions originles 999281403 fr à conserver pour une utilistion ultérieure c de rngement Réf. 583010000 escription du produit escription e c de rngement ok est un ccessoire de levge

Plus en détail

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 2 SOMMAIRE A/ PRÉSENTATION Rélistion de conduits utoportnts pré-isolés à prtir de pnneux de l gmme Fi-Air. A/ PRÉSENTATION

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Le(s) tissu(s) fibreux, clé(s) de la caractérisation lésionnelle en pathologie digestive

Le(s) tissu(s) fibreux, clé(s) de la caractérisation lésionnelle en pathologie digestive Formtion médicle continue J Rdiol 2002,83;292-308 Éditions Frnçises de Rdiologie, Pris, 2002 Le(s) tissu(s) fireux, clé(s) de l crctéristion lésionnelle en pthologie digestive D Régent, V Lurent, L Antunes,

Plus en détail

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A Une conception prticulièrement innovnte pour une cnlistion de moyenne puissnce. L enveloppe en luminium plus légère est pte à résister ux environnements

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie 5-050--0 Production des ryons X en imgerie pr projection et en scnogrphie D. Régent, D. Mndry, V. Croise-Lurent,. Oliver, F. Jusset, V. Lombrd Le tube rdiogène reste le fcteur limitnt dns les techniques

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

AA17 Broche Ø 0,7 mm AA21 AA25 AA30 AA35. les kits. Think Simple. Kit Omnitech Evolution Mini-Hand

AA17 Broche Ø 0,7 mm AA21 AA25 AA30 AA35. les kits. Think Simple. Kit Omnitech Evolution Mini-Hand Kit Omnitech Evolution Mini-Hnd Omnitech Evolution Ø 1,7 mm, Ø 2,1 mm, Ø 2,5 mm, Ø 2,9 mm, Ø 3,0 mm, Ø 3,5 mm VIS AUTO-PERFORANTE ET AUTO-TARAUDANTE. Kit de vis AA17 AA17 Broche Ø 0,7 mm AA21 Kit de vis

Plus en détail

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT L Météorologie 8 e série - n 28 - décemre 1999 57 D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ Guy Crochrd et Didier Renut

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE ACCESSOIRES

ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE HUMIDIFICATEURS IR médicl dministré u ptient pr voies respirtoires. Il se visse à l sortie d un déitmètre (à ille ou ien précliré) et s utilise vec de l eu stérile. Principles crctéristiques

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Réseaux secs Réseaux secs

Réseaux secs Réseaux secs p7 l Nos solutions hmres télécom p76 l Guides de choix - hmres télécom p78 l Stndrds p80 l Morphée p8 l Spécifiques pour réseux divers p8 l ccessoires oîtes pvillonnires p86 l Boîtes 5 x 5 et 0 x 0 p88

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct DNPA Clibrtion 16-01-04 1 Clibrtion bsolue pr l mesure du fisceu direct 1- Introduction Les différentes méthodes permettnt de fire des mesures bsolues en diffusion de neutrons ux petits ngles (DNPA) sont

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

Les résorptions dentaires ont été définies en 1994 par

Les résorptions dentaires ont été définies en 1994 par 17 Résorptions rdiculires pthologiques A. CLAISSE-CRINQUETTE, M. GUIGAND Les résorptions dentires ont été définies en 1994 pr l Americn Assocition of Endodontists comme étnt «un étt ssocié à un processus

Plus en détail

POUSSETTE CANNE RIAD AVERTISSEMENT : CE SIEGE NE CONVIENT PAS A DES ENFANTS DE MOINS DE 6 MOIS. P.1 N O T I C E. Conforme aux exigences de sécurité

POUSSETTE CANNE RIAD AVERTISSEMENT : CE SIEGE NE CONVIENT PAS A DES ENFANTS DE MOINS DE 6 MOIS. P.1 N O T I C E. Conforme aux exigences de sécurité Conforme ux exigences de sécurité Cnopy vec visière Grde corps movible Boucles en forme de «D» Roues vnt pivotntes vec blocge directionnel POUSSETTE CANNE RIAD Indice 02/02.10.13 Hrnis 5 points vec protecteurs

Plus en détail

INFORMATION IMPORTANTE DE PHARMACOVIGILANCE

INFORMATION IMPORTANTE DE PHARMACOVIGILANCE INFORMATION IMPORTANTE DE PHARMACOVIGILANCE Assocition non pprouvée de Avstin et du mlte de sunitinib Neuilly, Juillet 2008 Mdme, Monsieur, Cher Confrère, Résumé En ccord vec l Agence Frnçise de Sécurité

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Les langages de programmations.

Les langages de programmations. Communiction technique: L utomte progrmmle industriel (les lngges) Leçon Les lngges de progrmmtions. Introduction : L écriture d un progrmme consiste à créer une liste d instructions permettnt l exécution

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS. Chlorhydrate trihydraté d irinotécan pour injection Antinéoplasique RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS. Chlorhydrate trihydraté d irinotécan pour injection Antinéoplasique RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT MISES EN GARDE E PRÉCAUIONS 7220131328 juin 2011 d irinotécn pour injection Antinéoplsique RENSEIGNEMENS SOMMAIRES SUR LE PRODUI Voie d dministrtion Intrveineuse Forme posologique/ eneur Solution/ 20 mg/ml

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION MARINE CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE

MANUEL D UTILISATION MARINE CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE MANUEL D UTILISATION MARINE CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE MODE D EMPLOI DE VOTRE MARINE CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE L.LEROY Le modèle chronogrphe utomtique de l ligne Mrine est inspiré des fmeux chronomètres de

Plus en détail

Le Plancher Rayonnant Surfacique à faible inertie

Le Plancher Rayonnant Surfacique à faible inertie Le Plncher Ryonnnt Surfcique à file inertie Vue en coupe mm *4 mm 0 5 4 * Selon le type d isolnt et selon le niveu d isoltion du plncher G r n t 0 i e ns Avis technique CSTB 4/-55 Grntie 0 ns GAN M34-0-058/059

Plus en détail

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs Comprison de trois types de ventiltion lors d un trnsport de 10 heures mince et ien-être des porcs étge 3 étge 2 étge 1 Le règlement 411/98 CE, complémentire de l Directive 91/628 CE pour le trnsport de

Plus en détail

ULTRASONS DOUBLE ACTION

ULTRASONS DOUBLE ACTION ULTRASONS DOUBLE ACTION GRAISSES SUPERFICELLES GRAISSES PROFONDES HISTORIQUE LES ULTRASONS Les Ultrsons, générlité et théorie - 1794: découverte des ULTRASONS - 1927: mise en évidence de leurs ctions sur

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Automates à états fnis Damien Nouvel

Automates à états fnis Damien Nouvel Automtes Automtes à étts fnis Automtes à étts fnis Pln Représenttion des utomtes (FSA) Défnition formelle (DFA) Équivlence DFA / NFA / ε-nfa Licence Informtique L1 Automtes 2 / 30 Automtes à étts fnis

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR ÉCLAIRAGES À LED CH OL/AOL ET OFR/AFR LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR NOUVELLES SÉRIES D ÉCLAIRAGES À LED PUISSANCE LUMINEUSE ET DESIGN INGÉNIEUX PERFORMANTS,

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

+... INDUSTRIAL UFTING n.v.

+... INDUSTRIAL UFTING n.v. Pour déplcements vriles +... INDUSTRIAL UFTING n.v. OUDSTRIJDERSSTRAAT 3... 600 ST-PIETERS-LEEUW V 02-378.06.50 /4l/FAX: 02-377.58:9 www.lls.e Rouleur Express - les Roustes - Coffret complet Domines d'pplictions:

Plus en détail

Chapitre 9. Lésions inflammatoires du col de l'utérus

Chapitre 9. Lésions inflammatoires du col de l'utérus Chpitre 9 Lésions inflmmtoires du col de l'utérus L présence de lésions inflmmtoires sur les muqueuses vginles et cervicles se trduit pr des pertes vginles bondntes, blnches, grises ou june verdâtre, inodores

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

catalogue SECURISATION RESERVE HAUTE ET BASSE

catalogue SECURISATION RESERVE HAUTE ET BASSE tble c r t é R e d r t p.2 Blus bine C e d t i o T r u o p es l b t c r t é R s e-pied d r G s e l ô T 4 p. Du stndrd vers l singulrité Depuis s crétion en 1972, LYCMA rticule s strtégie utour de 4 xes

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)?

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)? IN 02 6 mrs 2009 Rttrpge NOM : Prénom : ucun document n est utorisé. ce QCM outit à une note sur 42 points. L note finle sur 20 ser otenue simplement en divisnt l note sur 42 pr 2. Il suffit donc de donner

Plus en détail

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR ÉCLAIRAGES À LED CH OL/AOL ET OFR/AFR LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR NOUVELLES SÉRIES D ÉCLAIRAGES À LED PUISSANCE LUMINEUSE ET DESIGN INGÉNIEUX PERFORMANTS,

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / ssocitions Loi du 1 er juillet 1901, reltive u contrt d ssocition Nom de l ssocition : Dte limite de retour des dossiers / 31 jnvier 2016 Pr courrier : Mirie de

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Plce Cormontigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fx : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Svoir-fire expérimentux.. Référentiel.. :. S5 Sciences. Appliquées......

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II Le mnuel d utilistion du jeu Rody & Mstico II Mnuel rélisé pr : Fredo_L Site web : http://www.lnkhor.net E-mil : fred@lnkhor.net Remrque : les erreurs du mnuel d origine ont volontirement étient reproduites

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Examen des préférences des consommateurs urbains en matière de cultivars de pomme

Examen des préférences des consommateurs urbains en matière de cultivars de pomme FESTIVAL 2010 Exmen des préférences des consommteurs urins en mtière de cultivrs de pomme Rpport de projet : Progrmme de développement de produits gricoles innovteurs (DPAI) Évlution sensorielle recherche

Plus en détail

OphtalmologieMC. Conférences scientifiques. Oncologie oculaire : les tumeurs métastatiques intra-oculaires

OphtalmologieMC. Conférences scientifiques. Oncologie oculaire : les tumeurs métastatiques intra-oculaires OphtlmologieMC Conférences scientifiques NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2005 Volume 3, numéro 6 COMPTE RENDU DES CONFÉRENCES SCIENTIFIQUES DU DÉPARTEMENT D OPHTALMOLOGIE ET DES SCIENCES DE LA VISION, FACULTÉ DE MÉDECINE,

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final Impct Recherche Outremont / Roervl Lc-St St-Jen / St-Hycinthe - Bgot 17 septemre élections prtielles Rpport Finl Tle des mtières SOMMAIRE EXÉCUTIF 3 CONTEXTE, OBJECTIFS, ET MÉTHODOLOGIE 6 PROFIL 12 NOTORIÉTÉ

Plus en détail

Chapitre 2 Les automates finis

Chapitre 2 Les automates finis Chpitre 2 Les utomtes finis 28 2.1 Introduction Automtes finis : première modélistion de l notion de procédure effective.(ont ussi d utres pplictions). Dérivtion de l notion d utomte fini de celle de progrmme

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Mathématiques, Semestre S1

Mathématiques, Semestre S1 Polytech Pris-Sud PeiP1 2011/2012 Notes de cours Mthémtiques, Semestre S1 Filippo SANTAMBROGIO 2 Tble des mtières 1 Les fonctions dns R et leurs limites 7 1.1 Fonctions réelles d une vrible réelle.........................

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET Édition mrs 2014 Document rédigé pr les membres de l Délégtion Jeunesse Commission MiniBsket et Groupe de trvil 7/11 ns LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

Là où on s y attend le moins, des

Là où on s y attend le moins, des REGARDS LOGIQUE & CALCUL L conjecture du crré inscrit Plcer sur une coure fermée qutre points formnt les coins d un crré est presque toujours possile. C est ien, mis comment se dérrsser du «presque»? Jen-Pul

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

ABB-Welcome Le portier connecté

ABB-Welcome Le portier connecté ABB-Welcome Le portier connecté Fonctions Deux finitions pour les pltines de rue : cier inoxydle rossé et lnc mt Fce vnt des pltines de rue en cier inoxydle V2A poli Système fonctionnnt sur un us 2 fils

Plus en détail

PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE

PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE PROFILÉS POUR LA CONSTRUCTION MODERNE 1 1 11 11 11 11 11 10 1 1 11 1 1 1 1 1 1 1 1 1 11 1 1 1 0 0 0 0 0 11 11 1 1 1 1 1 11 11 11 1 1

Plus en détail