Note de Conjoncture n La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note de Conjoncture n 1-2010. La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives"

Transcription

1 Mise à jour statistique: 8 juin 200 Note de Conjoncture n -200 La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives Le texte intégral de la Note de Conjoncture est disponible sur Internet à l'adresse SERVICE CENTRAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES

2 Responsable de la publication: Serge ALLEGREZZA Coordination, Rédaction: Rédaction: Bastien LARUE Ferdy ADAM Laurent BLEY Chantal HAAS Johann NEUMAYR Guy SCHULLER David SOPPELSA Nico WEYER Prix de ce numéro: 5.00 EUR + frais de port La reproduction totale ou partielle de la présente note est autorisée à condition d en citer la source. ISSN STATEC Service central de la statistique et des études économiques Centre Administratif Pierre Werner 3, rue Erasme L-468 Luxembourg-Kirchberg Tél.: Fax: Internet: 2

3 Sommaire Sommaire Préface 5 Résumé et faits principaux 7. Conjoncture internationale 9 2. Conjoncture luxembourgeoise Evolution récente du PIB 3 3. Activité par branches 7 3. Industrie 3.2 Construction Commerce Hôtels et restaurants Transports et communications Immobilier, location et services aux entreprises Secteur financier Inflation et salaires Prix à la consommation Salaires Relations économiques extérieures Emploi et chômage Emploi Chômage Finances Publiques Politique budgétaire et fiscale La situation d'ensemble des comptes publics Prévisions macro-économiques Résumé Conjoncture internationale Principales mesures en matière de politique budgétaire et fiscale Le PIB dans une perspective de moyen terme et croissance potentielle Le PIB sous l'optique dépenses Le PIB sous l'optique production 8.7 Marché du travail Prix et salaires Finances publiques 25 Index des tableaux et graphiques 35 Note de conjoncture n -0 3

4 Sommaire Liste des encadrés Analyse statistique des révisions du PIB trimestriel du Luxembourg 4 Évolution des parts de marché à l'exportation du Luxembourg entre 2002 et Les entreprises actives dans le domaine informatique et celui de l'information guère touchées par la crise 6 Crise financière et interventions gouvernementales 90 Risques et incertitudes 98 Impact de la rétention importante de main d'œuvre sur les perspectives à court terme du marché du travail 5 Prise en compte du modèle d'indicateurs précurseurs du STATEC pour l'établissement de la prévision du PIB 30 4 Note de conjoncture n -0

5 Préface Préface Des prévisions meilleures dans un environnement plus incertain Les dernières semaines de rédaction de cette Note de conjoncture ont été particulièrement délicates car les turbulences dans la zone euro ont laissé planer un sérieux doute sur la reprise qui semblait suivre un schéma classique de reprise sans encombres. Les plans de la relance concertée de la conjoncture, les opérations de sauvetage d instituts financiers, la crise de l économie réelle ont fini par transformer les dettes privées en dettes publiques qui pèsent lourdement sur certains Etats du Sud. Les déficiences du cadre institutionnel communautaire, qui n a pas été équipé pour remédier aux crises financières systémique ont remis en question la solidité de la zone euro à seize membres. De plus, les plans de consolidation budgétaire décidés dans la précipitation, sans autre forme de coordination, risquent de peser sur la reprise encore fragile s ils sont exécutés simultanément dans tous les pays. Ces trois éléments pèsent sur la reprise en Europe qui mise surtout sur la reprise de la croissance mondiale dans les pays émergents. Le STATEC a donc ajouté un scénario de risque à son chapitre de prévision envisageant la possibilité d une dégradation de la conjoncture de la zone euro ou une baisse des cours des bourses très sensibles dans la conjoncture luxembourgeoise. C est dans ce contexte qu il faut apprécier la prévision de 3% de croissance du PIB en volume pour 200 et 20. Le déficit de l Etat sous la barre fatidique des 3% Les comptes publics ont été revus par l arrivée de nouvelles données statistiques, révisant le déficit à 0.7% pour Une pause dans le rythme des dépenses publiques en 200 et la reprise molle réduisent le déficit public significativement par rapport aux dernières prévisions. Compte tenu des mesures discutées lors de la tripartite, et annoncées dans le discours sur l état de la Nation, le déficit des finances publiques devrait se situer en -dessous de la barre fatidique des 3% du Traité de Maastricht, prévisions qui ont d ailleurs motivé la Commission européenne pour arrêter la procédure pour déficit excessif contre le Luxembourg. En termes structurels, la situation des comptes du secteur public corrigée de la conjoncture, est proche de l équilibre. L objectif affiché d un solde proche de l équilibre, voire au-dessus, amène à envisager de nouvelles mesures de consolidations. La compétitivité au sens strict Au sens restreint, la compétitivité est souvent entendue comme coût salarial unitaire (le ratio du coût salarial sur la productivité du travail). Comparé à ceux des pays voisins, il révèle une dégradation de la compétitivité luxembourgeoise pendant la récession. Le recul de la productivité et le ralentissement du coût salarial n étant pas du même ordre de grandeur, le coût salarial unitaire (nominal) a tendance à augmenter. La compétitivité a une composante conjoncturelle qu il faut prendre en compte. La rétention de main-d œuvre Le marché du travail a évolué singulièrement dans la plupart des pays de l OCDE. Les entreprises ont procédé plus fréquemment à des ajustements des heures de travail plutôt qu à des licenciements secs de personnes. Ceci s explique par plusieurs facteurs comme les règles strictes de protection du travail, le recours au chômage partiel, les aménagements du temps de travail et des salaires dans le cadre des négociations collectives. A ces facteurs vient s ajouter, dans le cas du Luxembourg, le manque chronique de main-d œuvre qualifiée auquel sont confrontées les entreprises luxembourgeoises. La conséquence en est une moindre hausse du chômage que celle à laquelle on aurait pu s attendre en période de récession. Les comptes trimestriels, revisités Le STATEC produit des comptes trimestriels depuis quelques années. Dans un petit pays qui a des taux de croissance élevés, la volatilité est intrinsèquement plus élevée, ce qui conduit plus souvent à des révisions plus ou moins fortes. Une analyse des révisions des comptes montre que les révisions sont certes importantes mais elles ne sont pas plus fortes que celles enregistrées pour le Danemark, la Suisse ou la Finlande. C est un constat plutôt rassurant même s il ne dédouane pas les utilisateurs des comptes trimestriels du STATEC de la prudence d usage en la matière. De plus, les comptes trimestriels sont publiés 3 mois plus tard que le mois de référence (les comptes du er trimestre 200 seront publiés début juillet) conformément à la réglementation communautaire. Certains grands pays, disposant de structure plus stables et d un appareil statistique plus puissant, publient déjà en T+2 mois. Le STATEC n est pas en mesure de suivre ce calendrier en raison des livraisons tardives et partielles des administrations publiques qui collectent les données Note de conjoncture n -0 5

6 ainsi que des enquêtes que les entreprises doivent remplir. Cependant pour pallier cette lacune, le STATEC avait confié à un institut de recherche la construction d un modèle d indicateurs précurseurs susceptible de prédire les trimestres suivants sur base des informations statistiques disponibles. Cet outil économétrique était en phase de test pendant plusieurs années et est divulgué dans la présente note de conjoncture et publié en détail dans un numéro d Economie et statistique. La présente Note de Conjoncture contient plusieurs encadrés qui donnent un coup de projecteur sur certaines problématiques. Dr S. Allegrezza Directeur du STATEC Dr Serge ALLEGREZZA Directeur

7 Résumé et faits principaux Résumé et faits principaux Amélioration franche de l'environnement international, mais timide en Europe La croissance mondiale s'est révélée plus forte qu'escomptée sur la deuxième partie de 2009 et le début de 200. Ce constat s'applique cependant surtout aux économies américaines et asiatiques, où le rebond de l'activité a été particulièrement prononcé. Les chiffres de croissance pour la zone euro, dont dépend étroitement l'activité économique du Luxembourg, ne témoignent malheureusement pas de la même amélioration. Cette moindre dynamique de la zone euro se voit confirmée par les évènements récents liés aux spéculations concernant le financement de la dette de plusieurs Etats européens. Reprise modérée de l'activité Pour l'ensemble des branches marchandes de l'économie luxembourgeoise, le profil de l'activité est plus ou moins similaire: une chute très rapide à partir du 4 ème trimestre 2008, un point bas atteint au début 2009, puis une reprise progressive à l'approche de l'été 2009 qui se confirme sur le début 200. Dans ce contexte de crise avec une progression nulle du PIB en 2008 suivie d'un recul de 3.4% en 2009 le secteur financier, qui avait été le premier à fléchir en termes de valeur ajoutée est également le premier à bénéficier du redémarrage conjoncturel. Avec le secteur financier, l'industrie est l'autre branche à avoir payé le plus lourd tribut dans cette crise. L'activité s'est pourtant redressée graduellement à partir du 3 ème trimestre, mais les volumes de production restent encore, au début de 200, bien inférieurs à ceux d'avant-crise. Le secteur des transports aussi a été nettement impacté à partir de la fin de La crise économique s'est en effet matérialisée par une chute des échanges de marchandises au niveau international ainsi que des déplacements de personnes. Le secteur des communications, sans doute plus porté par une croissance de type structurel, semble avoir bien mieux résisté. Les exportations de services ont largement progressé au fur et à mesure de l'avancée dans 2009, sous l'effet principalement des exportations de services financiers qui ont bénéficié d'un solide mouvement de reprise de la part des fonds d'investissement. Pressions faibles sur les prix et les salaires Les fluctuations du prix du pétrole expliquent très largement celles de l'inflation sur les deux dernières années. Après un taux d'inflation faible sur l'ensemble de 2009 (0.4%), la remontée des prix pétroliers depuis un an aboutit à un taux d'inflation plus élevé sur le début de 200, supérieur à 2%. Néanmoins, si l'on considère l'évolution des prix à la consommation hors produits pétroliers, la tendance est clairement orientée à la désinflation, une configuration qui témoigne d'une moindre pression sur les prix en lien direct avec la position dans le cycle conjoncturel (européen et luxembourgeois): le niveau élevé du chômage pèse sur la demande des ménages en termes de consommation, mais renforce également la concurrence sur le marché de l'emploi, ce qui limite les pressions à la hausse du côté des salaires. Une progression de l'emploi encore trop faible Sur l'ensemble de 2009, et contrairement à la plupart des pays européens, l'emploi a continué de progresser au Luxembourg, mais sur un rythme largement inférieur à celui des années précédentes et en tous cas insuffisant pour contenir la hausse du chômage. Le taux de chômage luxembourgeois a fortement progressé entre la fin de 2008 et l'été 2009, même si ce mouvement de hausse a été freiné par la suite. A la base de ce freinage se trouve une meilleure dynamique de l'emploi, qui ne relève pas seulement de facteurs conjoncturels tels que la reprise de l'activité: elle s'explique aussi en partie par un renforcement des politiques publiques en matière d'emploi, notamment via les aides accordées en termes de chômage partiel et le développement des mesures d'aide à l'emploi. Des prévisions moins défavorables Selon les prévisions établies par le STATEC, le PIB luxembourgeois devrait croître d'environ 3% en 200 et 20, un rythme en deçà des performances du passé. Ainsi, aucune des composantes du PIB ne renouerait avec un taux d'expansion proche de ce qui avait été observé sur les périodes précédentes de reprise. La demande intérieure resterait atone, pour de multiples raisons: faiblesse des revenus disponibles, hausse du chômage, sous-utilisation des capacités de production (déprimant l'investissement), modération des dépenses publiques, etc. Le moteur conjoncturel serait principalement alimenté par la demande extérieure, mais cette dernière resterait peu dynamique car trop dépendante des pays de la zone euro. Eu égard à l'évolution du PIB en 2008 et en 2009, le marché du travail a fait preuve jusqu'ici d'une surprenante résistance, avec une trajectoire plus favorable que celle esquissée dans les précédentes prévisions. Les prévisions améliorées en matière d'activité laissent entrevoir une légère hausse de l'emploi intérieur, de l'ordre de 0.6% en 200 (+.% en 20). Le chômage a fortement augmenté en 2009 et devrait encore progresser en 200, mais la progression serait bien moins forte que celle envisagée dans la précédente prévision, Note de conjoncture n -0 7

8 Résumé et faits principaux avec un taux de chômage à 6.0% en 200 (au lieu de 6.7%) et à 6.3% en 20, un nouveau record. La modération actuelle de l'inflation, qui révèle peu de tensions, devrait se prolonger sur l'horizon de prévision: le taux d'inflation prévu est de 2.% pour 200 et de.6% pour 20 et la partie sous-jacente (i.e. hors produits pétroliers et produits à prix volatils) devrait s'ancrer à.5% environ sur ces deux années. La relative faiblesse de l'inflation devrait contenir les hausses de salaires, qui seraient également limitées par le niveau de chômage historiquement élevé. Les finances publiques peuvent être rangées du côté des indicateurs pour lesquels la dégradation a été moindre que prévu, à commencer avec l'année 2009, pour laquelle le déficit, résultant des statistiques budgétaires établies par le STATEC, passe de.% à 0.7% du PIB. Pour 200, il est prévu à ce stade un déficit de quelque 2%, ce qui constitue une nette amélioration par rapport à la prévision établie dans la précédente Note de Conjoncture (déficit de 4.8%, prévision établie en novembre 2009). A la base de cette amélioration se trouvent à la fois une moindre expansion des dépenses et des recettes orientées plus favorablement. Pour 20, le STATEC s'attend à une nouvelle, mais légère, amélioration, le déficit descendant alors sous les 2%. Dans le cadre de ces prévisions, le STATEC postule un freinage assez marqué des dépenses publiques du Luxembourg. La politique budgétaire devrait pourtant rester expansive en 200 (effets décalés du plan de conjoncture de 2009) mais cesser de l'être à partir de 20 (démarrage des effets de freinage liés aux annonces récentes de politiques économique, fiscale et budgétaire). Depuis l'établissement de ce scénario central de prévision, l'environnement financier international s'est sensiblement dégradé sous l'effet des inquiétudes liées à la soutenabilité de la dette publique de plusieurs Etats membres de la zone euro. Ces évènements n'ont pas été pris en compte dans les prévisions de printemps effectuées par les organisations internationales (Commission européenne, OCDE, FMI), qui constituent une part importante du panel d'hypothèses à la base des prévisions effectuées par le STATEC. Afin d'évaluer les risques correspondants aux développements les plus récents, le STATEC a simulé l'impact sur l'économie luxembourgeoise d'une dégradation bien plus prononcée des marchés boursiers et celui lié à la dépréciation de l'euro. D'après les résultats obtenus, la dépréciation de l'euro, entraînant une hausse des exportations et de l'activité pour l'ensemble de la zone, pourrait contrebalancer une évolution plus défavorable des marchés boursiers. Il va sans dire qu'une dégradation encore plus marquée des marchés, voire un nouvel épisode de krach financier du type de celui de l'automne 2008, remettrait en cause ces résultats, mais de telles éventualités n'ont pas lieu d'être a priori privilégiées dans le contexte actuel et dans le cadre d'un exercice de prévision macro-économique. 8 Note de conjoncture n -0

9 . Conjoncture internationale. Conjoncture internationale Tableau : Conjoncture internationale, observations récentes Etats-Unis Japon EU27 Zone euro Allemagne France Variations annuelles en %, sauf taux de chômage (en % de la population active) et indicateurs précurseurs (par rapport aux trois mois précédents) Croissance du PIB en volume T 0 T 0 T 0 T 0 T 0 T 0 dernier trimestre publié moyenne sur les 4 derniers trimestres Taux de chômage standardisé avr-0 mars-0 avr-0 avr-0 avr-0 avr-0 dernier mois publié un an avant Taux d'inflation (prix à la consommation) avr-0 févr-0 avr-0 avr-0 avr-0 avr-0 dernier mois publié un an avant Taux d'intérêt à court terme avr-0 avr-0 avr-0 avr-0 dernier mois publié un an avant Taux d'intérêt à long terme (Maastricht) avr-0 avr-0 mars-0 avr-0 avr-0 avr-0 dernier mois publié un an avant Cours de change (par EUR) mai-0 mai-0 dernier mois publié un an avant Sources: Eurostat, OCDE (Indicateurs précurseurs USA et Japon), FMI (inflation USA et Japon) Données au Etats-Unis: un rebond solide de l'activité profitable à l'emploi Le PIB des Etats-Unis est resté bien orienté au er trimestre 2009, malgré un ralentissement par rapport à la très forte progression du 4 ème trimestre Le moindre dynamisme résulte avant tout d'une contribution bien plus faible des stocks, alors que les autres composantes de la demande intérieure se sont renforcées: la consommation des ménages a été plus ferme " (+3.8% en rythme annualisé) et l'investissement non-résidentiel s'est accru pour le 2 ème trimestre consécutif. La composante extérieure a cependant pesé négativement car, avec la reprise de la consommation, les importations ont été largement stimulées. Alors que la production industrielle est repartie déjà depuis l'été 2009, les secteurs de la construction et de l'immobilier commencent seulement à enregistrer de meilleurs résultats au printemps 200 3, après un hiver particulièrement rigoureux sur le plan climatique qui a handicapé l'activité dans certaines régions. La reprise commence également à impacter positivement le marché du travail. L'emploi a cessé de se dégrader à la fin de 2009 et mai 200 marque le cinquième mois consécutif de création nette d'emplois 4, avec nouveaux emplois, un record depuis la reprise. Les marchés ont pourtant accueilli fraîchement ce résultat car les analystes attendaient un niveau plus proche de du fait des embauches exceptionnelles effectuées par le Gouvernement dans le cadre du recensement décennal de la population. Malgré la hausse du prix des matières premières (cf. partie Industrie, p. 20), les tensions inflationnistes sont faibles. Il faut dire que les conditions du marché du travail restent difficiles pour les salariés et pèsent sur l'évolution des rémunérations, laissant plus de marge aux entreprises pour amortir la hausse du prix des inputs. Avec la remontée de la productivité du travail, les coûts salariaux unitaires se voient nettement tirés vers le bas 5. Après un repli de 2.4% en 2009, le PIB devrait enregistrer une croissance proche de 3% en % en T, contre +.4% en T4 (variations trimestrielles données désaisonnalisées). 2 3 Les ventes au détail progressent d'ailleurs pour le 7 ème mois consécutif en avril 200. Hausses des ventes dans le neuf et l'ancien en mars, augmentation des mises en chantier en mars et avril. 4 Après une période de 22 mois consécutifs de baisse de l'emploi, de décembre 2007 à octobre Ils baissent pour le 3 ème trimestre consécutif en 200 T (-3.7% sur un an). Note de conjoncture N -0 9

10 . Conjoncture internationale Graphique : PIB Variations trimestrielles désaisonnalisées en % T 2008 T T T T 2009 T T T4 200 T Source: EUROSTAT EU5 Etats-Unis Japon Graphique 2: Formation brute de capital Variations trimestrielles désaisonnalisées en % T 2008 T T T T 2009 T T T4 Source: EUROSTAT EU5 Etats-Unis Japon 200 T Graphique 3: Consommation finale des ménages Graphique 4: Consommation publique Variations trimestrielles désaisonnalisées en % T 2008 T T T T 2009 T T T4 Source: EUROSTAT EU5 Etats-Unis Japon 200 T Variations trimestrielles désaisonnalisées en % T 2008 T T T T 2009 T T T4 200 T Source: EUROSTAT EU5 Etats-Unis Japon Graphique 5: Exportations de biens et services Graphique 6: Importations de biens et services Variations trimestrielles désaisonnalisées en % T 2008 T T T T 2009 T T T4 200 T Variations trimestrielles désaisonnalisées en % T 2008 T T T T 2009 T T T4 200 T Source: EUROSTAT EU5 Etats-Unis Japon Source: EUROSTAT EU5 Etats-Unis Japon 0 Note de conjoncture -0

11 . Conjoncture internationale Asie: une crise vite oubliée pour les économies émergentes La crise n'a pas épargné la Chine et l'inde, mais les deux économies phares de l'asie dite "en développement" n'ont subi qu'un ralentissement somme toute modéré de leur croissance, à respectivement 8.7% et 5.7% en D'autres pays ont quant à eux vu, avec la chute d'activité de leurs industries exportatrices, leur croissance largement se replier l'année passée (Japon, Taiwan, Singapour, la Thaïlande, la Corée du Sud, les Philippines ou encore la Malaisie). Néanmoins, pour ces pays, le rebond qui s'est mis en place à partir du 2 ème trimestre 2009 a été inversement proportionnel à la baisse intervenue au tournant de 2008 et Dans la plupart de ces pays, l'activité a pu retrouver les niveaux d'avant crise dès le 4 ème trimestre 2009, ou à partir du er trimestre 200, une configuration qui contraste singulièrement avec celle des économies européennes. Pour la Chine, la question essentielle n'est pas de savoir si la croissance est au rendez-vous, mais plutôt si l'économie encourt un risque de surchauffe, avec une inflation qui deviendrait difficile à contrôler. L'investissement dans l'immobilier est ultra-dynamique dans certaines régions et la consommation privée, restée longtemps le parent pauvre de la croissance chinoise, contribue de plus en plus à l'expansion économique 2. Dans ses prévisions de printemps 3, le FMI table sur une croissance de 5.4% pour les 5 principales économies de l'asean 4, de 0% pour la Chine et de presque 9% pour l'inde. Le Japon avait quant à lui subi une récession très sévère en 2009, avec une baisse du PIB de plus de 5%. Il profite néanmoins, comme les autres économies avancées du Pacifique (Australie et Nouvelle-Zélande), de la forte progression des importations chinoises: la croissance attendue dans l'archipel nippon devrait être proche de 2% en 200. consommation des ménages contribue quant à elle négativement à la croissance (-0. point de %). Cette dynamique transparaît au niveau des branches, avec une forte contribution de l'industrie (+0.4 point de %) qui s'est donc faite via le restockage. A l'approche de l'été, beaucoup d'interrogations entourent l'environnement européen quant à la soutenabilité/solvabilité de la dette de certains Etats membres: Grèce, Irlande, Espagne, Portugal et Hongrie. La baisse de l'euro, la rechute des marchés d'actions et la hausse des taux d'intérêts sur les titres de dette publique 6 des Etats en difficulté apparaissent comme les principaux symptômes de cette crise. L'Union européenne a adopté en mai 200 un dispositif ambitieux de soutien (à hauteur de 500 Mia EUR) destiné aux pays en proie aux difficultés de financement, complété par une enveloppe du FMI de 250 Mia EUR. La contrepartie plus ou moins explicite de ce soutien passe par des plans d'assainissement budgétaire, que certains Etats ont déjà engagé en coupant dans leurs dépenses (de fonctionnement et d'investissement). Si ces mesures de réduction des dépenses publiques sont destinées à restaurer la confiance des marchés, ce qui aurait un effet positif sur la croissance économique (les investisseurs préférant un environnement financier stable), elles sont également susceptibles de peser sur des composantes essentielles de la demande intérieure (consommation des ménages, investissement public) ce qui jouerait en défaveur de la croissance économique. Il est encore difficile, dans le contexte de cette crise, de faire la balance entre les risques positifs et négatifs correspondants 7. L'emploi de la zone euro a baissé de 0.3% au 4 ème trimestre 2009, enregistrant un recul pour le 6 ème trimestre consécutif. Les seules données disponibles au niveau de la zone pour le er trimestre 200 concernent l'allemagne et l'espagne et montrent une stabilisation. Le taux de chômage devrait se situer à un peu plus de 0% en 200, contre 9.4% en 2009 et 7.6% en Zone euro: une reprise sans dynamisme Après une quasi-stabilisation au 4 ème trimestre 2009 (+0.% 5 ), le PIB de la zone euro a gagné 0.2% au er trimestre 200. La hausse des stocks contribue fortement à cette progression (+0.8 point de %) tandis que la contribution du solde extérieur (-0.5 point de %) est pénalisée par une forte hausse des importations. La La part de la consommation dans le PIB reste cependant encore largement inférieure à la moyenne asiatique. Si le repli de l'euro (cf. partie secteur financier) va influer à la hausse sur les prix des matières premières importées 8 notamment sur ceux de l'énergie la faiblesse de la demande intérieure attendue pour 200 devrait limiter considérablement les pressions inflationnistes sousjacentes. 2 L'investissement immobilier dans les villes progresse de 26% sur un an au cours de 4 premiers mois de 200 et les ventes au détail sont en hausse de 8.5% sur un an en avril. Pour plus de détails: Philippines, Indonésie, Malaisie, Singapour, et Thaïlande. 5 Variation trimestrielle, données désaisonnalisées. 6 Ces taux s'apparentent au coût de financement, via la dette, des Etats. 7 Les prévisions de printemps des organisations internationales (Commission européenne, OCDE, FMI) n'avaient pas encore intégré ces éléments (cf. partie Prévisions, pp ). 8 Il va en parallèle rendre les exportations européennes plus compétitives. Note de conjoncture N -0

12 . Conjoncture internationale Graphique 7: Croissance du PIB dans la zone euro Variation trimestrielle en % T T T T T T T T T T3 Source: EUROSTAT 200 T Graphique 8: Indices PMI (Purchasing Managers' Index) pour la zone euro janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-0 mai-0 Source: Markit Economics PMI secteur manufacturier (indice synthétique) PMI secteur services (indice d'activité) PMI Composite (Activité) Graphique 9: Indices du climat économique janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-0 Confiance industrie Climat économique* (éch. dr.) Confiance services Source: Commission européenne * Calculé à partir des indices de confiance dans les secteurs de l'industrie, de la construction, du commerce de détail et des services ainsi que de la confiance des ménages. Tableau 2: Évolution macro-économique PIB à prix constants Prix implicites à la consommation privée Nombre de chômeurs Solde de la balance des paiements courants Belgique Allemagne Irlande Grèce Espagne France Italie Luxembourg Pays-Bas Autriche Portugal Finlande Danemark Suède Royaume-Uni UE Zone euro E.-U. d'amérique Japon Les prévisions de la Commission européenne pour le Luxembourg peuvent diverger de celles du STATEC. Variation en % En % de la pop. active En % du PIB Source: Commission européenne, mai Note de conjoncture -0

13 2. Evolution récente du PIB 2. Evolution récente du PIB Recul du PIB de 3.4% en 2009 Après avoir fortement rebondi au cours du 3 ème trimestre 2009, le produit intérieur brut luxembourgeois s'est plus ou moins stabilisé au cours du 4ème trimestre. Corrigé des variations saisonnières, il a en fait légèrement reculé de 0.2% mais ce reflux est statistiquement parlant plus proche d'une stagnation que d'une véritable rechute de la dynamique économique luxembourgeoise. Il faut également noter que le PIB a renoué avec un chiffre positif en variation annuelle au 4 ème trimestre 2009 (+.4%, cf. graphique), alors que tous les autres pays de la zone euro restent encore en territoire négatif. Les données du 4 ème trimestre viennent s'ajouter à celles des trimestres précédents pour constituer la première estimation annuelle du PIB. Ainsi, le PIB luxembourgeois affiche un recul de 3.4% sur l'ensemble de l'année de La baisse s'avère certes un peu moins marquée que prévue, mais cela n'altère en rien le constat d'une récession de très forte ampleur pour l'année passée, en attendant des données plus détaillées et consolidées (qui seront publiées en octobre 200). Même si la plupart des activités marchandes ont été touchées par un recul de l'activité, cette récession s'est matérialisée essentiellement au travers de deux branches: l'industrie et le secteur financier. L'industrie a été la plus durement touchée: elle a contribué pour moitié environ à la baisse de la valeur ajoutée en En termes d'emplois, c'est également dans cette branche que l'impact de la récession a été le plus marqué, avec une baisse des effectifs de 2.5% sur l'ensemble de l'année (cf. rubrique "Marché du travail" dans ce numéro). Le recul de l'emploi industriel aurait pu être bien plus important si les entreprises n'avaient pas massivement recouru au dispositif du chômage partiel car, dans le même temps, la valeur ajoutée de la branche a subi un recul de près de 8%. Ce moindre ajustement de l'emploi par rapport à l'affaissement de l'activité a de fait entraîné un recul très marqué de la productivité (du travail) dans l'industrie en Le secteur financier contribue quant à lui à hauteur d'un tiers au recul du PIB sur l'année écoulée. Les activités financières, en termes de valeur ajoutée, se sont cependant redressées à partir du 3 ème trimestre 2009 (+2.6%) et le 4ème trimestre est venu confirmer ce mouvement (+0.9%). On observe la même dynamique du côté des services aux entreprises, dont l'activité est en partie liée à celle du secteur financier, avec une progression pour le 2 ème trimestre consécutif (+0.7% en T3 et +.2% en T4). Les perspectives pour le er trimestre 200 sont plutôt encourageantes. L'environnement international s'est considérablement amélioré sur les premiers mois de 200, y compris au niveau financier où les marchés n'ont pas subi de mouvements baissiers majeurs. La production industrielle, en lien avec le net redressement des enquêtes de conjoncture observé sur les derniers mois, montre une progression notable sur le début de l'année. Enfin, les premières données disponibles en termes de chiffres d'affaires, sur les 2 premiers mois de l'année, confirment la poursuite de l'orientation plus favorable prise par les activités de services sur la fin de Le 2 ème trimestre 200 pourrait en revanche laisser apparaître un nouveau ralentissement de l'activité, sous l'effet de facteurs conjoncturels comme la baisse des marchés dans le sillage de la crise liée aux dettes publiques en Europe ou encore le plafonnement voire la légère baisse de certains indicateurs avancés dans la zone euro (surtout pour l'industrie). Graphique 0: PIB et emploi Variation annuelle en % T 998 T 999 T 2000 T 200 T 2002 T 2003 T 2004 T 2005 T 2006 T 2007 T 2008 T 2009 T La dernière prévision du STATEC, élaborée en décembre 2009, tablait sur une baisse de 3.9%. PIB à prix constants (éch. g.) Emploi intérieur (éch. dr.) Graphique : Comparaison internationale Evolution en % par rapport au trimestre précédent T 2005 T T 2006 T3 Sources: STATEC, Eurostat 2007 T 2007 T T 2008 T T 2009 T PIB Luxembourg PIB zone euro PIB Etats-Unis Variation annuelle en % 200 T Note de conjoncture n -0 3

14 2. Evolution récente du PIB Tableau 3: PIB et composantes de la demande 2009 T 2009 T T T T 2009 T T T4 Variation sur un trimestre en % Variation sur un an en % Dépense de consommation finale des ménages et ISBLSM Dépense de consommation finale des administrations publiques Formation brute de capital Exportations de biens et de services Importations de biens et de services (caf) PIB (données en volume, corrigées des variations saisonnières) Tableau 4: Valeur ajoutée par branche 2009 T 2009 T T T T 2009 T T T4 Variation sur un trimestre en % Variation sur un an en % Agriculture, chasse et pêche Industrie, y compris énergie Construction Commerce, Horeca, transports et communications Activités financières et services aux entreprises Autres activités de services Valeur ajoutée totale (données en volume, corrigées des variations saisonnières) Analyse statistique des révisions du PIB trimestriel du Luxembourg Les données des comptes nationaux trimestriels ont été publiées pour la première fois par le STATEC en avril 2005 et remontent jusqu'en 995. Elles sont complétées et éventuellement révisées tous les trois mois (au début des mois de janvier, avril, juillet et octobre) lorsqu'un nouveau trimestre est ajouté. Une étude publiée récemment par le STATEC vise à analyser les révisions du PIB effectuées depuis le lancement des comptes trimestriels en Cet encart en reprend les éléments essentiels. Par révision (R), on entend la différence arithmétique entre deux taux de croissance trimestriels du PIB désaisonnalisé, par exemple celui de la première estimation (P) et celui en vigueur plus tard (L). R t = L t P t Le tableau A reprend un extrait historique des données de croissance trimestrielle du PIB en volume. Il permet donc d identifier les révisions en question: Tableau A: Historique de taux de croissance trimestriel désaisonnalisé du PIB luxembourgeois Date de publication Trimestre de référence, reference en %, par rapport au trimestre précédent 2007 T 2007 T T T T 2008 T T T T oct janv avr juil oct janv avr juil oct Cf. Working paper N 39/200 de la série "Economie et statistiques" du STATEC (http://www.statistiques.public.lu/fr/publications/series/economie_et_statistiques/200/39_200/39_200.pdf) 4 Note de conjoncture n -0

15 2. Evolution récente du PIB La méthodologie appliquée est basée sur une approche multi-nationale standardisée mise à disposition par l'ocde. Les données examinées sont celles du PIB trimestriel désaisonnalisé, en taux de croissance par rapport au trimestre précédent. Pour tous les pays et pour un trimestre donné, les variations trimestrielles suivantes sont examinées: la première estimation, les chiffres en vigueur 5 mois, un an, deux ans et trois ans plus tard ainsi que la dernière estimation. Sur base de ces observations, différents indicateurs statistiques de dispersion sont calculés: la révision moyenne, la révision moyenne en valeur absolue et la révision moyenne en valeur absolue divisée par le taux de croissance historique moyen. n n La révision moyenne: R = ( L t Pt ) = n t= permet de vérifier s'il existe un biais directionnel sur les estimations successives de la croissance trimestrielle du PIB, c'est-à-dire si la croissance est systématiquement sur- ou sous-évaluée lors des premières publications. La principale conclusion est qu'il n'y a pas de biais systématique à la baisse ou à la hausse sur la croissance trimestrielle du PIB en volume depuis 995. Mais l'indicateur statistique "révision moyenne" comporte un défaut à savoir que des révisions négatives (c'est-à-dire sur-estimation initiale) peuvent être compensées par des révisions ultérieures allant en sens inverse. Le prochain indicateur statistique permet de parer à cet inconvénient. La révision moyenne prise en valeur absolue: MAR = n n t= L t P t = n n t= exprime chaque révision, qu'elle soit à la hausse ou à la baisse, par un chiffre positif. Sur cette série de chiffres R t R t positifs est prise une moyenne qui donne une idée sur l'ampleur des révisions, indépendamment du fait qu'elles soient à la hausse ou à la baisse. Les résultats en question sont assez défavorables pour le Luxembourg dans la mesure où les révisions absolues sont importantes, en comparaison internationale, et augmentent au fil du temps: la moyenne des révisions absolues 3 ans après la première estimation est supérieure à la révision effectuée 5 mois ou deux ans après la première estimation. Tous les pays ne présentent pas ce caractère croissant des révisions. Cet indicateur est toutefois biaisé par la propriété statistique bien connue qu'une série présentant une moyenne plus élevée peut également disposer d'indicateurs de dispersion statistique plus importants, ce qui se remarque effectivement au niveau de la comparaison internationale effectuée. Le dernier indicateur pris en compte corrige ce défaut: il s'agit de la révision moyenne prise en valeur absolue divisée par le taux de croissance historique moyen: RMAR = n t t= n L P t= L t t = n t= n t= R L t t Cet indicateur corrige le principal défaut du précédent en normant la révision moyenne absolue. En procédant de la sorte, le Luxembourg se situe toujours parmi les pays où la croissance est la plus révisée, mais il n'est pas le seul dans ce cas de figure (voir Graphique A). D'autres pays présentant des performances similaires sont la Suisse, le Danemark et la Finlande. Le groupe des pays avec des révisions comparativement faibles sur toutes les périodes comprend le Portugal, le Canada, la Corée et les Etats- Unis. Graphique A : Révision moyenne relative en valeur absolue en % AUT BEL CAN CH CZ DEN F FIN GER IRE IT JP KOR LUX NO NZ PT SP UK USA révision après cinq moins révision après un an révision après deux ans révision aprés trois ans dernière révision D'autres pays qui présentent une révision absolue moyenne élevée sont le Danemark, la Finlande, l'irlande, la Norvège et la Nouvelle- Zélande, soit des petites économies ouvertes présentant généralement des taux de croissance du élevés. Note de conjoncture n -0 5

16

17 3. Activité par branches 3. Activité par branches 3. Industrie Graphique 2: Activité récente dans l industrie Variation trimestrielle en % Solde des réponses positives et négatives Production désaisonnalisée (échelle de gauche) Nouvelles commandes, série désaisonnalisée (échelle de gauche) Opinions sur l'activité récente (échelle de droite) T 0 T3 02 T 02 T3 03 T 03 T3 04 T 04 T3 05 T (données désaisonnalisées) 05 T3 06 T 06 T3 07 T 07 T3 08 T 08 T3 09 T 09 T3 0 T -80 Opinions sur le carnet de commandes (échelle de droite) Une production au plus bas sur le début de 2009 La production industrielle luxembourgeoise s'est repliée de 6% en 2009, après une baisse de 5% déjà en C'est en fait à partir du 4 ème trimestre 2008 que la production a entamé une chute très rapide et le point bas a été atteint sur les premiers mois de Il s'agit, historiquement, d'un des replis les plus marqués jamais enregistrés par l'industrie luxembourgeoise. Les branches produisant des biens d équipement (-30%) et des biens intermédiaires (-7%) ont été les plus touchées (cf. Graphique 7). Parmi celles-ci, notons l industrie des produits du caoutchouc (-48% par rapport à 2008), la fabrication de machines et d équipements (-29%), la fabrication de produits électroniques (-28%), la fabrication de produits métalliques (-2%) ou encore le matériel de transport et autres industries manufacturières (-2%). Les seules branches ayant accru leur production en 2009 sont celles de l alimentation (+.5%) et des boissons et tabacs (+.4%), en fait celles qui sont le moins dépendantes de la situation conjoncturelle générale. suivie d'un redressement à partir du 3 ème trimestre Un rebond s'est opéré à l'approche de l'été, principalement sous l'impulsion d'une reprise dans la sidérurgie. Ce revirement de tendance est toujours perceptible sur les dernières données disponibles (mars 200) et devrait se prolonger sur le 2ème trimestre 200 si l'on en croit les résultats des enquêtes de conjoncture. Graphique 3: Enquête de conjoncture, production et carnets de commandes, industrie Soldes d'opinions janv-07 avr-07 juil-07 oct-07 janv-08 Tendance récente Emploi avr-08 juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 Carnets de commandes En effet, l'enquête de conjoncture du mois d'avril 200 vient confirmer cette tendance à l'amélioration (cf. Graphique 3). Le mouvement est nettement perceptible sur le jugement des industriels vis-à-vis de la tendance récente et, dans une moindre mesure, sur celui relatif aux carnets de commandes. Il est également réjouissant de constater que cette dynamique se transmet aux perspectives d'emploi, un résultat cohérent avec la baisse du nombre de demandes de chômage partiel émanant des entreprises de l'industrie (58 en avril, contre 70 en janvier). Le degré d'utilisation des capacités de production confirme le rebond (cf. Graphique 4), mais il indique également que l'activité n'a pas encore renoué oct-09 janv-0 avr-0 Note de conjoncture n -0 7

18 3. Activité par branches Graphique 4: Degré d'utilisation de la capacité de production En % T 93 T 94 T 95 T 96 T 97 T 98 T 99T 00 T 0 T 02 T 03 T 04 T 05 T 06 T 07 T 08 T 09 T 0 T Les perspectives pour le 2 ème trimestre 200 sont relativement bonnes au niveau européen. Les chiffres de production d'acier (cf. graph. 8), déjà disponibles pour avril 200, affichent un niveau élevé tant pour l'europe que pour le Luxembourg. Les indicateurs avancés de l'industrie européenne (cf. Graphique 6) restent également bien orientés sur le début du 2 ème trimestre 200. L'indice PMI (enquête d'opinion effectuée auprès des directeurs d'achat) pour le secteur manufacturier de la zone euro enregistre certes un repli en mai, à 55.8 points, mais reste largement dans ce que l'on appelle "la zone d'expansion" 3. Graphique 5: Evolution de la production industrielle dans la zone euro depuis le début de 2008 avec les niveaux d'avant crise, en cohérence avec les données de production. Signalons enfin que dans l'enquête sur les investissements de l'industrie luxembourgeoise effectuée en mars/avril 200, les entrepreneurs interrogés prévoient une croissance d'environ 5% de leurs dépenses d'investissements pour 200. Il faut certes rester prudent quant à ce résultat, basé sur des perspectives formulées en début d'année, mais le signal envoyé est tout de même positif. Un affaissement plus marqué qu'en Europe, mais un rebond plus ferme La forte baisse de la production au croisement de 2008 et 2009 n'est pas spécifique au Luxembourg, il s'agit d'un mouvement généralisé en Europe. Il constitue d'ailleurs une des raisons fondamentales de la baisse enregistrée au Luxembourg, qui exporte une grande partie de ses produits vers d'autres industries européennes. Au niveau européen, la crise s'est matérialisée en particulier dans deux domaines, très importants en termes de débouchés pour l'industrie luxembourgeoise: l'automobile et les matériaux destinés à la construction. Le profil de la production luxembourgeoise, comparé à celui enregistré en moyenne par l'ensemble des pays de la zone euro (cf. Graphique 5), révèle une décrue bien plus marquée et plus précoce. Cependant, en contrecoup, la reprise s'avère plus ferme à partir de l'été Sur le er trimestre 200, la production luxembourgeoise enregistre ainsi une hausse de pratiquement 5% sur un an 2, soit le meilleur résultat de la zone euro (juste après la Slovénie) qui elle se contente d'une progression de seulement 4% sur la même période. Indice janvier 2008 = janv-08 avr-08 Source: Eurostat juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 oct-09 Zone euro Belgique Allemagne France Luxembourg Graphique 6: Indicateurs avancés pour l'industrie de la zone euro En points janv-07 avr-07 juil-07 oct-07 janv-08 avr-08 Sources: Commission européenne, Markit Economics juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 oct-09 janv-0 Industrial confidence indicator (échelle de gauche) PMI - Manufacturing (échelle de droite) Cf Note de Conjoncture n 2-09, p En variation trimestrielle (i.e. par rapport au 4ème trimestre 2009), calculée sur la base des données désaisonnalisées, la progression est de l'ordre de 6% (contre 3.4% dans la zone euro). Les données du mois de mars 200 sont encore provisoires au moment de la rédaction. 3 Techniquement, il s'agit d'un indice dit "de diffusion". Toute valeur au-dessus du seuil de 50 points indique une expansion de l'activité et toute valeur inférieure à ce seuil indique une contraction. avr-0 janv En points 8 Note de conjoncture n -0

19 3. Activité par branches Graphique 7: Production du mois par branche Moyennes mobiles non centrées de 2 mois des indices en base décembre 2005= janv-06 juil-06 janv-07 juil-07 janv-08 juil-08 janv-09 juil-09 janv-0 Ensemble de l'industrie Industrie totale hors sidérurgie Sidérurgie Moyennes mobiles non centrées de 2 mois des indices en base décembre 2005= janv-06 juil-06 janv-07 juil-07 janv-08 juil-08 janv-09 Produits métalliques (exc.machines et équipements) Fabrication de machines et d'équipements juil-09 Fabrication de produits informatiques, électroniques, optiques et d'équipements électriques janv-0 Moyennes mobiles non centrées de 2 mois des indices en base décembre 2005= janv-06 juil-06 janv-07 juil-07 janv-08 juil-08 Production et distribution d'électricité et de gaz janv-09 juil-09 Première transformation de l'acier, production de métaux non ferreux, fonderie janv-0 Moyennes mobiles non centrées de 2 mois des indices en base décembre 2005= janv-06 juil-06 janv-07 juil-07 janv-08 juil-08 janv-09 juil-09 Industries alimentaires Fabrication de boissons et de tabac Industrie textile et d'articles d'habillement Matériel de transport et autres industries manufacturières janv-0 Moyennes mobiles non centrées de 2 mois des indices en base décembre 2005= janv-06 juil-06 janv-07 juil-07 janv-08 juil-08 Industrie chimique et pharmaceutique janv-09 Fabrication de verre, de produits réfractaires et de céramiques Matériaux de construction juil-09 janv-0 Moyennes mobiles non centrées de 2 mois des indices en base décembre 2005= janv-06 juil-06 janv-07 juil-07 janv-08 juil-08 janv-09 Industrie du papier et carton, imprimerie Fabrication de produits en caoutchouc Fabrication de produits en plastique juil-09 janv-0 Note de conjoncture n -0 9

20 3. Activité par branches Graphique 8: Production d'acier brut Graphique 9: Prix des produits industriels Indice janvier 2007 = Indices 2000= janv-07 avr-07 juil-07 oct-07 janv-08 avr-08 juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 oct-09 janv-0 avr-0 janv-00 janv-0 janv-02 janv-03 janv-04 janv-05 janv-06 janv-07 janv-08 janv-09 janv-0 Monde UE 27 Luxembourg Source: World Steel Association Industrie totale Industrie hors sidérurgie Net recul des prix industriels en 2009 Les prix à la production de l'industrie luxembourgeoise affichent un recul de plus de 8% en Cette baisse, plus importante que celle constatée au niveau européen (-5% en 2009), est essentiellement liée à l'évolution des prix des produits sidérurgiques, qui ont reculé de plus de 25% sur la même période. Hors sidérurgie, les prix industriels diminuent tout de même de plus de 2% en 2009, ce qui ne s'était pas produit depuis 999. Cette baisse des prix est largement liée à la dépression qui a touché l'ensemble des matières premières à partir de la fin Alors que les prix des matières premières se redressent depuis la mi-2009 (cf. Graphique 20), ce n'est qu'à partir de la toute fin de l'année (novembre) que les prix à la production de l'industrie semblent repartir à la hausse, en particulier du côté des produits alimentaires, des produits minéraux non-métalliques (verre, céramique, etc.) et des biens d'équipement. Graphique 20: Evolution des prix des matières premières Indices 2005= janv-05 avr-05 juil-05 oct-05 janv-06 avr-06 juil-06 oct-06 janv-07 avr-07 juil-07 oct-07 janv-08 avr-08 juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 oct-09 janv-0 Ensemble des matières premières Ensemble des matières premières hors énergie Energie Matières Premières Agricoles Source: IMF - Primary Commodity Prices (données basées sur les prix exprimés en dollars US) 20 Note de conjoncture n -0

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE n 1. La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives

NOTE DE CONJONCTURE n 1. La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives 25 NOTE DE CONJONCTURE n La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives Impressum Responsable de la publication Serge Allegrezza Rédaction Ferdy Adam Tom Haas Bastien Larue Cathy

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Perspectives Economiques Septembre 2015

Perspectives Economiques Septembre 2015 Perspectives Economiques Septembre 2015 Philippe WAECHTER Directeur de la Recherche Economique Compte Twitter: @phil_waechter ou http://twitter.com/phil_waechter Blog: http://philippewaechter.nam.natixis.com

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Prévisions économiques 2014-2015 BUDGET ECONOMIQUE. Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques. Institut des Comptes nationaux

Prévisions économiques 2014-2015 BUDGET ECONOMIQUE. Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques. Institut des Comptes nationaux Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques Institut des Comptes nationaux Prévisions économiques 2014-2015 Septembre 2014 Avenue des Arts 47-49 1000 Bruxelles E-mail : contact@plan.be http://www.plan.be

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Deuxième trimestre 2015

Deuxième trimestre 2015 Deuxième trimestre 2015 Contenu Perspectives économiques mondiales Perspectives sur les catégories d'actif Paul English, MBA, CFA vice-président principal, Placements Tara Proper, CFA vice-présidente adjointe,

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +3 1 6 99 Fax +3 1 31 97 TVA BE 3.1.34 RPM Bruxelles 14--8 Liens: observatoire du crédit Executive summary

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 26 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 26 ième

Plus en détail

La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme

La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme Editorial La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme Michel Didier L'attentisme qui se prolonge depuis plusieurs trimestres pèse sur l'activité économique. L'hésitation des clients

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE Conseil d orientation pour l emploi L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE L EMPLOI DEPUIS LA CRISE : UNE APPROCHE INTERNATIONALE Mai 2012 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 7 1 Première partie : Des évolutions du chômage

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

TABLEAUX STATISTIQUES

TABLEAUX STATISTIQUES Continentalisation Cahier de recherche 9-9 Décembre 199 ----------------------------- COMMERCE, CROISSANCE ET EMPLOI : LE CAS DU MEXIQUE TABLEAUX STATISTIQUES Afef Benessaieh et Christian Deblock Groupe

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail