ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS"

Transcription

1 ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS Recommandations dans la prise en charge des patients présentant sténose carotidienne ou vertébrale extra crânienne.

2

3 Recommandations pour écho-doppler dans l évaluation des patients asymptomatiques avec suspicion de sténose ou sténose connue. Classe I Recommandé dans le diagnostic initial (niveau C) Il est raisonnable de réaliser un écho-doppler devant un souffle carotidien chez un patient asymptomatique (Niveau C) Classe IIb Classe III (pas de bénéfice) Il est raisonnable de répéter annuellement un ED chez un patient porteur d une sténose sup. à 50% (niveau C) ED des TSAO chez un sujet asymptomatique peut être réalisé chez un patient porteur d une AOMI, d une coronaropathie, ou d un AAA (niveau C) ED des TSAO chez un sujet asymptomatique peut être réalisé chez un patient présentant au moins 2 FDR cardio-vasculaires (niveau C) Non indiqué dans le dépistage de sujets asymptomatiques sans FDR (niveau C) Pas chez les sujets présentant une maladie neurologique ou psychiatrique (niveau C) Pas chez les patients ne présentant pas d autre localisation artérielle.

4 Recommandations pour écho-doppler dans l évaluation des patients symptomatiques ou avec signes de sténose carotidienne extra crânienne. Classe I Prise en charge initiale par examen non invasif (niveau C) ED est recommandé pour détecter les sténoses carotidiennes (niveau C) RAM ou CT scan sont indiqués lorsque l ED n est pas accessible ou non contributif (niveau C) Lorsque la sténose n est pas significative pour être retenue comme cause, une échographie cardiaque peut être réalisée (niveau C) L association de tous les éléments obtenus est un critère qualité dans la prise en charge du patient (niveau C) Lorsqu aucune cause extra- craniale n est retenue, angiographie cérébrale (ARM, Angio scanner ou sélective ) sont réalisables (niveau C) Lorsque l imagerie non invasive ne conclue pas, angiographie cérébrale (ARM, Angio scanner ou sélective ) sont réalisables (niveau C) Lorsqu une lésion est diagnostiquée avec une indication chirurgicale, une imagerie par ARM, angioscan ou angiographie est indiqué pour objectiver des lésions non vue à l ED (niveau C) ARM sans contraste est raisonnable pour évaluer l extension de l atteinte (niveau C) IRM indiquée (niveau C) Angioscan en deuxième intention si CI à ARM (niveau C) Classe IIb ED chez les patients présentant des symptomes non systématisés (niveau C) Thrombose carotidienne à ED confirmation par ARM, Ascan ou artério (niveau C) Artério sélective chez patient insuffisants rénaux (niveau C)

5 Traitement HTA Classe I Traitement pour maintenir une PA en dessous de 140/90 mmhg (niveau A) Le traitement pour maintenir une PA en dessous de 140/90 mmhg est indiqué en dehors de la phase aiguë d une ischémie cérébrale. Classe I Arrêt du tabac (niveau B) Arrêt du tabac Traitement dyslipidémie Classe I Statine avec un objectif de LDL < 100 mg/dl (niveau B) Objectif LDL < 70 mg/dl chez les patients symptomatiques (niveau B) Si le traitement par statine est insuffisant pour arriver aux objectifs, association de médicaments (niveau B) Encas d intolérance aux statines, choix d une autre famille de médicaments (niveau B)

6 Traitement diabète Régime, activité physique et traitement médicamenteux avec un objectif de HbA1c < 7% (niveau A) Assocition de statines avec un objectif de LDL < 70 mg/dl (niveau B) Traitement antithrombotique Classe I Aspirine mg/j (niveau A) Clopidogrel ou Asasantine chez des patients smptomatiues sous aspirine(niveau B) plutôt qu association aspirine+ clopidegrel (niveau B) AAP plutôt qu anticoagulants oraux (niveau A) Si ACFA ou prothèse mécanique, AVK (INR 2 à 3) (niveau C) Si CI Aspirine autre que saignement, clopidogrel ou ticlopidine ( niveau C) Classe III (pas de bénéfice) HBPM ou HNF non recommandée (niveau B) Association aspirine clopidogrel non recommandée au-delà de 3 mois (niveau B)

7 Sélection pour revascularisation Classe I Classe IIb Classe III (Pas de bénéfice) Patients symptomatiques (<6 mois) avec lésion > 70% doivent bénéficier d un traitement chirurgical (niveau A) ou si > 50% avec imagerie invasive (niveau B) si le risque opératoire est inférieur à 6% Manœuvre endoluminale si CI à l endartérectomie (niveau B) Patients asymptomatique, cas par cas selon co-morbidité (niveau C) Préférer l endartérectomie chez asymptomatique > 70% si le risque opératoire est bas. (niveau A) Préférable de choisir endartérectomie vs Stenting chez les patients âgés d autant qu il existe des limites aux manœuvres endovasculaires, cou court (niveau B)Réaliser l intervention dans les 15 jours après AIT ou AVC (niveau B) Stenting prophylactique pour sténose entre 60 et 70% avec prudence sur patients sélectionnés (niveau B) Chez les patients à haut risque opératoire le bénéfice chirurgie/stenting/ BMT n est pas établi (niveau B) Pas de revascularisation si sténose < 50% (niveau A) Pas de revascularisation en cas de thrombose ancienne (niveau C) Pas en cas de lésions sévères précaires (niveau C)

8 Gestion péri opératoire (endartérectomie) Classe I Aspirine 81 à 325 mg/j recommandé avant et au long cours (niveau A) A la suite du premier mois suivant une endartérectomie, Aspirine ( mg), clopidogrel (75 mg) ou asasantine (2 fois par jour) peuvent être prescris en prophylaxie (niveau B) Recommander de controler la pression artérielle (niveau C) Examen neurologique documenté 24 h avant et après revascularisation (niveau C) Patch bénéfique (niveau B) Statine chez un patient bénéficiant d une endartérectomie quelque soit le taux de lipides sanguins (niveau B) Contrôle non invasif à M1, M6 et annuellement (niveau C) Gestion péri opératoire (stenting) Classe I AAP avant et au moins 30 jours suivants stenting (niveau C) Contrôle tensionnel avant et après (niveau C) Examen neurologique avant et 24 h après (niveau C) Protection embolique (niveau C) Contrôle non invasif M1, M6 et annuellement (niveau C)

9 Gestion péri opératoire (stenting) Classe IIb Classe III En cas de récidive sur hyperplasie intimale ou resténose chirurgie ou stenting sur les mêmes critères (niveau C) Indication de revascularisation en cas de diagnostic de lésion évolutive faisant craindre une thrombose iminente par ED ou autre technique (niveau C) Chez les patients asymptomatiques présentant une hyperplasie intimale, on pourrait entreprendre une revascularisation selon les même critères (niveau C) Pas de revascularisation chez les patients asymptomatiques avec une lésion < 70% (niveau C)

10 Recommandations pour l imagerie en cas de maladie vertébrale Classe I CT scan ou ARM chez patients avec symptomatologie postérieure ou vol sous clavier (niveau C) Indiqué chez patient avec occlusion carotidienne bilatérale ou unilatérale asymptomatique avec polygone de Willis incomplet (niveau C) ARM ou CT scan mieux qu ED (niveau C) Chez les patients symptomatiques (postérieur), évaluation des lésions et recherche de nouvelles lésions (niveau C) Artériographie si imagerie non invasive non contributive chez patient symptomatique (niveau C) Surveillance de revascularisation selon es même protocoles (niveau C)

11 Recommandations pour la prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire chez les patients avec une pathologie vertébrale Classe I Prise en charge médicamenteuse et modification du style de vie pour les FDR (niveau B) Si pas de CI, aspririne (75 mg à 325 mg) (niveau B) AAP dès laprise en charge pour AIT ou AVC, aspirine (81 à 325 mg, Asansantine, clopidogrel 75 mg) (niveau B) En cas de contre indication à l aspirine autre que saignement, Clopidogrel 75 mg ou Ticlopidine 250 mg fois deux sont souhaitables (niveau C)

12 Recommandations pour la prise en charge d une pathologie obstructive sous-clavière ou brachiocéphalique. Classe III Pontage sous clavier en cas d insuffisance vertébro-basilaire en rapport avec un vol sous clavier (niveau B) Stent en cas de haut risque opératoire (niveau C) Un geste de revascularisation quelqu il soit est aisonable en cas d accident vasculaire cérébral antérieur en rapport avec une atteinte carotide commune ou du tronc brachio-céphalique (niveau C) Un geste de revascularisation quelqu il soit est aisonable en cas de claudication du membre supérieur en rapport avec une atteinte sous-clavière ou du tronc brachio-céphalique (niveau C) Revascularisation de l artère sous clavière en cas de nécessité d utiliser l artère mammaire interne pour un pontage coranarien (niveau C) Patients asymptomatiques avec anisotension ou vol sous clavier pas de revascularisation en cas d utilisation de l artère mammaire interne (niveau C)

13 Recommandations concernant l évaluation des carotides et revascularisation avant chirurgie cardiaque. ED vdes carotides est raisonnable avant pontage coronarien chez les sujet d au moins 65 ans et chez ceux atteints d une pathologie coronaire gauche, hypertendus ou tabagiques, avec des antécédents AIT ou AVC ischémiques ou présentant un souffle carotidien (niveau C) Revascularisation si sténose > 80% symptomatique (niveau C) Classe IIb Il n y a pas de bénéfice établi d une revascularisation chez les sujets asymptomatiques (niveau C)

14 Recommandations pour la prise en charge des axes carotidiens sur fibromyodysplasie. Contrôle annuel (niveau C) Possible AAP (niveau C) Angioplastie +/- stenting chez patient symptomatique (niveau C) Classe III Pas de revascularisation chez les patients asymptomatiques (niveau C)

15 Recommandations pour la prise en charge des axes cervicaux sur Dissection. Classe I CTA, ARM et artériographie pour dissection carotidienne (niveau C) Classe IIb Patient symptomatique, héparine IV ou HBPM à dose anticoagulante avec relais AVK (INR 2-3) pendant 3 à 6 mois et suivi par AAP (niveau C) Angioplastie et stenting en cas d échec du traitement anticoagulant (niveau C) Un traitement anti hypertenseur n a pas fait ses preuves (niveau C)

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC S.ZEKRI*, N. DAMMENE-DEBBIH** *Service de Médecine Interne Clinique Arezki Kehal Hôpital Birtraria El Biar Alger **Service de Médecine Interne Hôpital Central de l Armée Ain

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Artériopathies périphériques : l essentiel des recommandations ESC 2011 traduites pour le site de la cardiologie francophone par le Dr Elie Arié.

Artériopathies périphériques : l essentiel des recommandations ESC 2011 traduites pour le site de la cardiologie francophone par le Dr Elie Arié. Artériopathies périphériques : l essentiel des recommandations ESC 2011 traduites pour le site de la cardiologie francophone par le Dr Elie Arié. Tableau 1 Classes de recommandation Classes de Définition

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Référentiel : A. Définition L artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est définie comme l obstruction

Plus en détail

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES = HEMORRAGIES MENINGEES Généralités - 2,8 / 100 000 hts - Age < 60 ans - Femmes : 60-70 % - Formes familiales : 10 % - Facteurs de risque : tabac, HTA, dyslipidémies -

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Dr Lacroix V- Pr Hammer F Service de Chirurgie Vasculaire Service de Radiologie Interventionnelle 8 mai 2010 Journée ECU-UCL Sténoses

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a 130 000 nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec 40 000 décès, il

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 PLAN PRINCIPAUX MESSAGES...4 INTRODUCTION...5

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC POSE D ENDOPROTHÈSE, PAR VOIE ARTÉRIELLE TRANSCUTANÉE Actes d angioplastie carotidienne avec stent MAI 2007 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Les AVC du sujet âgé. Le 12 octobre 2006 Dr V Golfier, Neurologue Hôpital de Saint Brieuc

Les AVC du sujet âgé. Le 12 octobre 2006 Dr V Golfier, Neurologue Hôpital de Saint Brieuc Les AVC du sujet âgé Le 12 octobre 2006 Dr V Golfier, Neurologue Hôpital de Saint Brieuc Introduction AVC = problème majeur de santé publique 1ère cause de handicap physique chez l adulte 2ème cause de

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Place de l angioplastie des artères cérébrales

Place de l angioplastie des artères cérébrales Place de l angioplastie des artères cérébrales Percutaneous transluminal angioplasty of brain arteries E. Houdart* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Toutes les artères destinées à la vascularisation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

AVC ischémique : diagnostic étiologique et prise en charge des artériopathies Sylvain Lanthier MD OD CSPQ

AVC ischémique : diagnostic étiologique et prise en charge des artériopathies Sylvain Lanthier MD OD CSPQ AVC ischémique : diagnostic étiologique et prise en charge des artériopathies Sylvain Lanthier MD OD CSPQ Professeur agrégé, Faculté de Médecine, Université de Montréal Directeur scientifique, Programme

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

DM : L ATHÉROSCLÉROSE

DM : L ATHÉROSCLÉROSE PARTIE II : Cœur et circulation Chapitre 1 : Vaisseaux sanguins et circulation sanguine DM : L ATHÉROSCLÉROSE Objectifs : Définir l athérosclérose Définir les facteurs de pathogénicité en lien avec la

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Prise en charge HTA 5 objectifs Faire le diagnostic Identifier les HTA secondaires Evaluer

Plus en détail

Angio-IRM. Vue d ensemble des troncs supra-aortiques et des artères cérébrales

Angio-IRM. Vue d ensemble des troncs supra-aortiques et des artères cérébrales Artère cérébrale antérieure Artère cérébrale moyenne Tronc basilaire Carotide interne Carotide externe Artère vertébrale Bifurcation carotidienne Carotide commune Artère sous-clavière Tronc brachio-céphalique

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 www.projetbecool.fr.nf D02 EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 DOSSIER N 2 ENONCE Un homme de 65 ans consulte pour une baisse brutale de la vision de l'œil droit lors d'une quinte de toux en relation avec

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE

PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE I. Consultation d anesthésie A. Interrogatoire et examen clinique : Recherche d une neuropathie dysautonomique o Dysautonomie cardiaque : Malaises, vertiges en orthostatisme,

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS

131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS 131d : Décrire les principes de la prise en charge au long cours La prise en charge de l AOMI vise à limiter la diffusion de la maladie

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes

Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes Evaluation clinique et angiographique du stenting des sténoses athéromateuses intracrâniennes Maryline KAUSS 1, Denis TRYSTRAM 2, Olivier NAGGARA 2, Nolween ROYER 1, Emmanuel TOUZE 3, Emmanuelle ADVENIER-IAKOVLEV

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Accident vasculaire cérébral invalidant

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Accident vasculaire cérébral invalidant ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Accident vasculaire cérébral invalidant Octobre 2014 ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD N 1 ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL INVALIDANT Ce

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Surveillance de l opéré vasculaire. DIU d échographie. L examen pré et postinterventionnel. Surveillance du geste de revascularisation

Surveillance de l opéré vasculaire. DIU d échographie. L examen pré et postinterventionnel. Surveillance du geste de revascularisation DIU d échographie module vasculaire DESC de médecine vasculaire L examen pré et postinterventionnel Gudrun Böge Médecin Vasculaire CHU de Montpellier-Nîmes Surveillance de l opéré vasculaire Surveillance

Plus en détail

Déficit neurologique récent. Dr N. Landragin CCA Neuro

Déficit neurologique récent. Dr N. Landragin CCA Neuro Déficit neurologique récent Dr N. Landragin CCA Neuro Question vague: couvre toute la neurologie... ou presque... comprendre une démarche diagnostique en neurologie...? Cas clinique n 1 Mlle M, 21 ans,

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOVASCULAIRE DES STENOSES CAROTIDIENNES A PROPOS DE 7 CAS

TRAITEMENT ENDOVASCULAIRE DES STENOSES CAROTIDIENNES A PROPOS DE 7 CAS TRAITEMENT ENDOVASCULAIRE DES STENOSES CAROTIDIENNES A PROPOS DE 7 CAS Mr M. BOUAYAD Mots clés : sténose carotidienne- accident vasculaire cérébral- angioplastiestent- protection cérébrale. SOMMAIRE Introduction...

Plus en détail

Les dissections des artères cervicocéphaliques représentent environ 20 %

Les dissections des artères cervicocéphaliques représentent environ 20 % REVUES GENERALES Neurologie G. MELIKSETYAN, H. HOSSEINI Service de Neurologie, Unité des Soins Intensifs Neurovasculaires, CHU Henri Mondor, CRETEIL. Manipulations cervicales et risque de dissection vertébrale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités.

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 novembre 2011 GINKGO BIOGARAN 40 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP: 498 213-5) Boîte de 90 (CIP: 498 214-1) Laboratoire BIOGARAN Ginkgo biloba Code ATC : N06DX01

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux

Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux AVC : définitions? AVC = installation soudaine ou rapide d un déficit neurologique focal d origine vasculaire présumée (international) AVC = développement

Plus en détail

Les hématomes extra-duraux (HED)

Les hématomes extra-duraux (HED) Les hématomes extra-duraux (HED) L hématome extra-dural Entre la face externe de la dure-mère et la table interne de la voûte crânienne Le plus souvent temporo-pariétal, frontal ou occipital Souvent secondaires

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Objectifs de formation

Objectifs de formation Objectifs de formation OBJECTIFS THÉORIQUES A - Généralités I - ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 111 - Anatomie du système circulatoire - Description et variations anatomiques - Projections cutanées, rapports et

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle,

Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle, Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle, multicentrique et prospective Re-Act 1 Consultant: Codman

Plus en détail

Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003

Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003 Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003 Pré-Requis : Module Appareil Urinaire DCEM1 Résumé : Les reins, régulateurs de l homéostasie

Plus en détail

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Dr F. ROUHART Service de Neurologie (CHU de BREST) Lundis de la santé : 30 mai 2005 Définitions Epidémiologie Rappels anatomiques Sémiologie Diagnostic différentiel

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE EDUCATION Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque THERAPEUTIQUE EN CARDIOLOGIE EXCEL.lnk 10 MARS 2011 JABOURECK OLIVIER, CH DOUAI. Qu est-ce que l Education Thérapeutique du Patient (ETP)?

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

STEMI / La Thrombolyse

STEMI / La Thrombolyse ESC STEMI / La Thrombolyse Les thrombolytiques activent la transformation du plasminogène en plasmine. La plasmine exerce une action protéolytique sur la fibrine des caillots mais aussi sur le fibrinogène

Plus en détail

La maladie de Takayasu

La maladie de Takayasu La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Takayasu. Elle ne se substitue

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES L hypertension artérielle (HTA) est une élévation anormale de la pression artérielle au repos. Son origine est multifactorielle, faisant intervenir des facteurs individuels et des facteurs d environnement.

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail