JOURNÉE D ÉTUDE RESSOURCES EN EAU NON CONVENTIONNELLES : UNE ALTERNATIVE A L IMPACT DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JOURNÉE D ÉTUDE RESSOURCES EN EAU NON CONVENTIONNELLES : UNE ALTERNATIVE A L IMPACT DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES."

Transcription

1 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE DES RESSOURCES HYDRAULIQUES ET DE LA PECHE JOURNÉE D ÉTUDE RESSOURCES EN EAU NON CONVENTIONNELLES : UNE ALTERNATIVE A L IMPACT DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Experience Tunisienne dans la gestion des Ressources en Eau Agadir Maroc le 26 Novembre 2015

2 CONSOMMATION EN EAU PAR HABITANT ET PAR AN M3/hab/an Ressources en eau très réduites: 480 m3/hab en m3/hab. en

3 Précipitations: 5.5Mm3 19.7Mm3 6Mm3 4.88Mm3 Climat : - Semi-aride à aride caractérisé par un régime pluviométrique IRREGULIER aussi bien à l échelle spatiale que temporelle. Une variabilité bioclimatique assez prononcée du nord au sud (1500 mm à l extrême Nord et 50 mm au sud). Facteurs climatiques très contrastés (sécheresse, pluies torrentielles, ).

4 DEPUIS L INDEPENDANCE : POLITIQUE DE GESTION DE L OFFRE - La stratégie décennale de mobilisation des ressources en eau : 1ère stratégie ; - Le programme complémentaire de mobilisation des ressources en eau : 2ème stratégie ; (Construction de grands barrages, barrages, lacs collinaires, forages, etc..); -La stratégie de Conservation des Eaux et du Sol : Aménagement des Bassins versants pour réduire l érosion des terres agricoles et lilmiter l envasement des barrages. 4

5 DEPUIS L INDEPENDANCE : POLITIQUE DE GESTION DE L OFFRE LA RECHARGE ARTIFICIELLE DES NAPPES EN TUNISIE Au cours de l année 2014, la recharge artificielle des nappes a touché 50 sites repartis sur 24 nappes. Le volume rechargé est de 38,4 millions m 3. Ce volume soit porté à 60 millions de m3 en Source Volume rechargé par source d eau (millions m 3 ) en 2014 Grands barrages Barrages collinaires Eaux usées traitées Total Volume rechargé 1,7 35,4 1,3 38,4 COLLECTES DES EAUX: unités; 25% de la population rurale dans le sud possèdent des systèmes de collectes des eaux pluviales pour usage comme eau potable.

6 DEPUIS L INDEPENDANCE : POLITIQUE DE GESTION DE L OFFRE L INTERCONNEXION DES BARRAGES ET LE TRANSFERT D EAU Objectif : Renforcement des interconnexions entre les infrastructures hydrauliques pour la sécurisation et la résilience aux changements climatiques.

7 MOBILISATION DES RESSOURCES EN EAU (2014) Quantités (Million m3/an) RESSOURCES EN EAU Potentiel mobilisable mobilisé % Structures Eaux de surface grands barrages, 253 barrages collinaires et 893 lacs collinaires Eaux souterraines Nappes profondes Nappes superficielles sondages 147 mille puits dont 70% sont équipés Total

8 QUALITE DE L EAU Ressources en eau sont caractérisées par la rareté (quantité et qualité) Ressources en eau avec une salinité >1,5g/l Eaux de surface avec une salinité >3g/l Nord 50% 30% 10% Eaux souterraines avec une salinité >3g/l Centre Sud 20% 50%

9 REPARTITION DE LA DEMANDE EN EAU 9

10 EXPLOITATION DES RESSOURCES EN EAU : AEP TAUX DE DESSERTE AEP Le taux de desserte global est de 97% dont 100 % en milieu urbain depuis les années 90 Le taux de desserte en milieu rural est de 94 % (50% par la SONEDE et 44% par les services du Génie Rural)

11 EXPLOITATION DES RESSOURCES EN EAU : IRRIGATION -La superficie irriguée a évolué d une manière continue proportionnellement au taux de mobilisation des ressources en eau. La superficie actuelle est de l ordre de ha en % de cette superficie dans le Nord (barrages), 39% dans le centre (nappes renouvelables) et 10% dans le sud (nappes fossiles). - Périmètre privé = ha - Périmètre public = ha

12 PROBLEMATIQUE ACTUELLE *Menaces qui pèsent sur la durabilité des ressources en eau - La rareté des ressources en eau et l accroissement de la demande; -La surexploitation des ressources en eau souterraines; - La pollution des ressources eau (cours d eau, nappes,.); - L envasement des retenues des barrages, des lacs collinaires, - La salinité relativement élevée des Ressources en eau; - Le gaspillage d eau et les pertes surtout au niveau du secteur irrigué - L impact des changements climatiques. - Sensibilité des régions envers le principe de transfert *Menaces -- qui pèsent sur la durabilité des infrastructures mises en place La gestion des infrastructures - Le recouvrement des couts surtout en milieu rural -Manque de sécurisation des systèmes existants 12

13 POLITIQUE ACTUELLE : GESTION DE LA DEMANDE Pour pallier à ces difficultés, une nouvelle approche basée sur la gestion de la demande a été instaurée depuis les années 90 et qui vient pour consolider la stratégie nationale de mobilisation et de conservation des ressources en eau lancée entre La gestion de la demande s articule autours des axes suivants : - La gestion intégrée des ressources en eau en valorisant les apports des années pluvieuses dans le but de diminuer les effets de sécheresse. - L économie de l eau et la maitrise de la demande dans tous les secteurs utilisateurs de l eau. - Le développement des ressources non conventionnelles en continuant l utilisation des eaux usées traitées dans l agriculture et le recours au dessalement de l eau. -la promotion de la gestion participative par les Groupements de Développement Agricoles (GDAs) ; -La protection des ressources en eau contre la pollution et contre la surexploitation des nappes. 13

14 LE DESSALEMENT DES EAUX (SITUATION ACTUELLE) La capacité de production totale cumulée est de m3/j repartie comme suit : *Stations de dessalement de la SONEDE Station Capacité (m3/j) Mise en service Eaux rutes g/l Conversion Kerkennah % Gabès % Zarzis % Jerba % Jerba Extension % Total *Stations de dessalement privées (hôteliers et industriels) Le nombre de stations est estimé à 27 stations pour une capacité cumulée de m3/j.

15 LE DESSALEMENT DES EAUX (SITUATION ACTUELLE Programme d amélioration de la qualité de l eau dans le Sud Tunisien -La mise en place de 18 stations de dessalement d une capacité totale de m3/j pour alimenter 740 mille habitants. Ce programme sera réalisé en deux phases : *Première phase : Concerne les groupements alimentés des eaux de qualité supérieure à 2 g/l. Elle concerne la réalisation de 10 stations de dessalement d une capacité totale de 36.2 mille m3/j au profit de 340 mille habitants : Avancement : 6 stations sur le point d être achevés d une capacité journalière de m3.. *Deuxième phase : Concerne les groupements alimentés des eaux de qualité entre 1.5 et 2 g/l. Elle concerne la réalisation de 8 stations de dessalement d une capacité totale de 32.5 mille m3/j au profit de 400 mille habitants.

16 LES PERSPECTIVES : LE DESSALEMENT D EAU DE MER 1-Projet de dessalement d eau de mer à Jerba Capacité : m3/j, osmose inverse Objectif : répondre aux besoins en eau de Jerba à l horizon 2025 Coût : 170 millions de dinars. Financement : KFW Avancement : en cours d exécution. 2-PROJET DE DESSALEMENT D EAU DE MER DE ZAARAT Capacité : m3/j, osmose inverse Objectif : répondre aux besoins en eau de Gabès et Médenine à l horizon 2025 Mode contractuel de réalisation : En fonction des résultats de l étude. Avancement : Etude de faisabilité en cours Financement du projet : environ 190 millions de dinars. La KFW a manifesté son intérêt pour le financement 3-PROJET DE DESSALEMENT DE SFAX Capacité : m3/j en 3 unités de m3/j chacune. Objectif : Répondre aux besoins en eau de la ville de sfax à l horizon 2025 Mode contractuel de réalisation : pas encore définie. Avancement : En cours d étude sous un financement de la JICA Financement : cout de 650 millions de dianrs pour m3/j

17 PROGRAMME NATIONAL D ECONOMIE D EAU: OBJECTIF: Economiser environ 30% des ressources en eau à l horizon Plan d action -Mise en place des systèmes d économie d eau à la parcelle et la mise en place des techniques modernes d irrigation à la parcelle. -l Audit obligatoire des grands consommateurs dans tous les secteurs agricole, industriel et touristique. -La mise en place d un programme annuel de réhabilitation de modernisation des PPI anciens -Le développement de l entretien préventif des réseaux. -Le développement d un programme de recherche de fuite, de régulation et de comptage dans les réseaux d eau potable et d irrigation. -Mise en place d une tarification adéquate qui incite à l économie d eau et la valorisation des ressources en eau.

18

19 % Evolution du taux d équipement en matériels d économie d eau d irrigation

20 TARIFICATION: Réforme de la tarification en tant qu instrument de recouvrement des coûts, mais surtout comme outil de gestion et d aide à la décision à la politique agricole, à la mise en valeur des terres aménagées et à la rationalisation de l exploitation de l eau d irrigation. Migration de la tarification monôme vers la tarification binôme qui permet de garantir l entretien et la maintenance des infrastructures mise en place et d encourager la mise en valeur des PPI.

21 Evolution de la tarification d eau d irrigation Le cout de revient du m3 d eau est de DT pour l exploitation et la maintenance et de DT avec renouvellement. Le tarif actuel n a pas augmenté depuis 2002 et il ne couvre que 30% des frais d exploitation et entretien et 21% si on tient compte du renouvellement. Traif Max 180 Tarif Min Tarif Moyen

22 Evolution de la tarification d eau Potable Pour l eau potable gérée par les services du Génie Rural : Le cout de revient moyen du m3 d eau est de 0.7 DT pour l exploitation et la maintenance mais sans renouvellement. Le tarif actuel variant de 0.2 DT/m3 et 1.25 DT/m3 avec une moyenne de 0.63 DT/m3 Taux de recouvrement des frais d exploitation et d entretien est de 67% Pour l eau Potable gérée par la SONEDE. Le cout de revient moyen du m3 d eau est de DT contre un tarif moyen de DT/m3. La tarification est progressive pour inciter à l économie d eau avec un tarif très faible pour les 20 premiers et le milieu rural de DT).

23 LES EAUX USEES TRAITEES L utilisation des EUT dans le secteur agricole, entre dans le cadre de la Stratégie Nationale de préservation des ressources en eaux conventionnelles et la recherche de ressources alternatives, dont les objectifs sont les suivants: - la protection des milieux récepteurs, - l économie en eau, - et l atténuation de l impact du déficit en eau particulièrement dans les zones à ressources limitées

24 LES EAUX USEES TRAITEES millions de m3 d eaux usées traitées à la fin de 2014 provenant de 110 stations d épuration de l ONAS - 90% des eaux usées sont domestiques. - Un faible volume représente des eaux industrielles, - Traitement en majorité au niveau secondaire, 2 STEP niveau tertiaire - Plus de 50% du volume des EUT sont produits dans la région de la capitale Tunis.

25 LES EAUX USEES TRAITEES -29 STEP produisant de l'ordre de 143 millions de m3 d'eut sont disponibles pour l usage agricole - Seulement un potentiel de 40 millions de m3 (soit 20 % du volume total des effluents traités) peuvent être utilisés dans 28 périmètres agricoles irrigués - le volume réutilisé est variable selon les années

26 PROGRAMME DE REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES: - Actuellement, 30% des eaux usées traitées (65 Mm3) sont réutilisées en irrigation de 9590 ha: Périmètres agricoles irrigués : 8100 ha (2% de la superficie irrigable du pays) Terrains de golf : 1040 ha Espaces verts : 450 ha - Une étude stratégique a été réalisée et relative à la possibilité du transfert des eaux usées traitées au centre du pays pour l'irrigation ou la recharge des nappes souterraines surexploitées.

27 PROBLEMATIQUES ES EAUX USEES TRAITEES -Situation géographique des STEP (50%) sur le littorale -l instabilité de la qualité de l eau fournie par l ONAS -L insuffisance de capacité de stockage au niveau des PI -Le faible taux d intensification et d exploitation malré le tarif préférentiel de 20 millimes/m3

28 LA SITUATION ACTUELLE DES GDA-GH D EAU POTABLE QUELQUES INDICATEURS RELATIFS À LA GESTION TECHNICO-FINANCIÈRE DES SAEP/GDA-GH Nombre des SAEP : 1700 Nombre de GDA-GH : 1327 GDA-GH Nombre d habitant desservies : 1.6 Million, Consommation spécifique : 55 l/hab./jr, Coût moyen : 0.7 DT/m3, Tarif appliqué : DT/m3. 11% 3% Prise en charge des frais d'exploitation et d'entretien des SAEP 19% 67% Décomposition des dépenses des SAEP/GDA-GH Acaht d'eau 27% Ent & Maint, 12% Salaires 33% Dep. pris en charge Dettes SONEDE Dettes CRDA Dettes STEG Energie 28%

29 LA SITUATION ACTUELLE DES GDA-GH D EAU POTABLE QUELQUES INDICATEURS RELATIFS À LA GESTION TECHNICO-FINANCIÈRE DES SAEP/GDA-GH Répartition des SAEP-GDA selon le niveau de fonctionnalité 24% 11% 25% GDA caractérisés par un bon niveau de fonctionnalité GDA caractérisés par un niveau moyen de fonctionnalité (type 1) 6% GDA caractérisés par un niveau moyen de fonctionnalité (type2) GDA caractérisés par un faible niveau de fonctionnalité 34% GDA non fonctionnels

30 LA SITUATION ACTUELLE DES GDA D IRRIGATION QUELQUES INDICATEURS RELATIFS À LA GESTION TECHNICO-FINANCIÈRE DES GDA/GH-PPI Nombre de GDA/PI : 1253 Superficie des PPI gérés par les GDA : ha Consommation en eau par hectare équipé - PPI du Nord : 1650 m 3 /ha/an - PMH du centre : 1870 m 3 /ha/an - Oasis (Kebili Gabes - Tozeur): m 3 /ha/an - Oasis (Gafsa): 7400m 3 /ha/an Décomposition des dépenses des GDA/PI 5% 25% 47% Main d'œuvre Achat d'eau Energie Entretien 23% Recettes des GDA/GH PI 51% 49% Prise en charge des coûts d'exploitation et d'entretien par les GDA-GH-PI 58% 27% 15% Créances des GDA auprès des bénéficaires Recette réalisées dettes envers les CRDA Dépenses pris en charge dettes envers la STEG

31 MERCI DE VOTRE ATTENTION

Expérience de l ONAS. Khalil ATTIA Président Directeur Général

Expérience de l ONAS. Khalil ATTIA Président Directeur Général Expérience de l ONAS Khalil ATTIA Président Directeur Général Tunis, 9 juillet 2009 Sommaire 1. Présentation de l ONAS 2. Financement des activités 3. Partenaires financiers 4. Participation du secteur

Plus en détail

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement TABLE RONDE DE HAUT NIVEAU Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement Gouvernements organisateurs (1) Ministere de l'energie et de l'eau, Mali (2) Gouvernement de la Tunisie 1. Introduction

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

Présentation des terres collectives Définition Importance

Présentation des terres collectives Définition Importance Ministère de l Intérieur Secrétariat Général Direction des Affaires Rurales Division des Systèmes d Information et de la Communication Service de l Information Géographique FIG 2011 Ahmed JKAOUA Présentation

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN?

PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN? À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN? pour quoi faire? Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) se définit par la diminution du trafic automobile, le développement des transports

Plus en détail

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décret n 2002-335 du 14 Février 2002, fixant le seuil duquel la consommation des eaux est soumise à un diagnostic technique, périodique et obligatoire des équipements,

Plus en détail

(communication du Departement de la Statistique, Le Caire, RAU)

(communication du Departement de la Statistique, Le Caire, RAU) mmmmmmmmmmmmmm / i CAS/2. WP/3 CCMMISSION ECONOMISE POUR L'AFRIQUE CONFERENCE DES STATISTICIENS AFRICAINS DEUXIEME CONFERENCE JUIN TUNIS, TUNISIE Point 5 a) de lfordre du jour provisoire REPUBLIQUE ARABE

Plus en détail

Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO

Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO Réunions du Conseil International du Cacao et des organes subsidiaires de l ICCO Zurich du 10 au 14/03/2014 Hôtel RADISON BLU Pierre Etoa Abena CT1 ONCC/NCCB Le travail d actualisation du Plan 2002 qui

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

FINANCEMENT DES PME : PROBLEMATIQUE & SOLUTIONS

FINANCEMENT DES PME : PROBLEMATIQUE & SOLUTIONS FINANCEMENT DES PME : PROBLEMATIQUE & SOLUTIONS Slim SIALA BFPME Unité Assistance, Identification & DéD veloppement BAD 11-14 14 décembre d 2006 Sommaire PROBLEMATIQUE EMPLOIS PROBLEMATIQUE FINANCEMENT

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Lien vers la présentation PowerPoint Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Bertrand REYSSET Chargé de mission adaptation au changement climatique, Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales

Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales Perspectives de l industrie tunisienne à l heure des chaînes de valeur mondiales Souhir TAKTAK, Présidente - Directrice Générale de la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME)

Plus en détail

7ÈME RENCONTRE TUNISO-ALLEMANDE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES. Les Energies Renouvelables en Tunisie

7ÈME RENCONTRE TUNISO-ALLEMANDE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES. Les Energies Renouvelables en Tunisie 7ÈME RENCONTRE TUNISO-ALLEMANDE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES Les Energies Renouvelables en Tunisie Abdelkarim GHEZAL Directeur des Energies Renouvelables Agence Nationale pour la Maitrise de l Energie

Plus en détail

Fonds Départemental pour l Environnement (FDE)

Fonds Départemental pour l Environnement (FDE) Fonds Départemental pour l Environnement (FDE) RÈGLEMENT I Nature des projets Le fonds départemental pour l environnement (FDE) concerne les projets d équipements relatifs à l amélioration des services

Plus en détail

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par :

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par : Avant propos Depuis le milieu des années 198, la Tunisie s est engagée sur la voie de l amélioration de l efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Des mesures ambitieuses

Plus en détail

Assainissement sain et eau potable pour l'école maternelle de Dominteni en Moldavie

Assainissement sain et eau potable pour l'école maternelle de Dominteni en Moldavie Rapport intermédiaire Assainissement sain et eau potable pour l'école maternelle de Dominteni en Moldavie Projet «Assainissement sain et eau potable pour l'école maternelle de Dominteni en Moldavie» 1.

Plus en détail

LE PDE DU COMMISSARIAT À L ENERGIE ATOMIQUE (CEA) DE GRENOBLE

LE PDE DU COMMISSARIAT À L ENERGIE ATOMIQUE (CEA) DE GRENOBLE LE PDE DU COMMISSARIAT À L ENERGIE ATOMIQUE (CEA) DE GRENOBLE A. LANCEMENT DE LA DEMARCHE A.1. Contexte Le CEA est situé en plein cœur du Polygone scientifique de Grenoble, à 15 minutes à pied du centre

Plus en détail

Présentation de la démarche

Présentation de la démarche PLAN LOCAL D URBANISME COMMUNE DE GUENGAT Présentation de la démarche Réunion avec la Commission PLU 23 août 2012 Conception Réalisation: GEOLITT - 7 Rue Le Reun - 29480 Le Relecq Kerhuon Tél : 02 98 28

Plus en détail

Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa

Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa Perspective de la Banque mondiale Benoît Bosquet, Banque mondiale Aperçu 1. Le rôle des forêts dans le développement 2. Le besoin

Plus en détail

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Développer les compétences pour mieux gérer l eau Novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE LES JOURNEES DE L OIEau EN 2011 «Les Journées de l OIEau» visent à apporter un éclairage

Plus en détail

La politique maritime intégrée en Tunisie

La politique maritime intégrée en Tunisie La politique maritime intégrée en Tunisie Ministère du Transport Direction générale de la marine marchande Youssef BEN ROMDHANE 16 avril 2013 1 Fondements d une politique maritime intégrée (PMI) en Tunisie

Plus en détail

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire Direction départementale des territoires de Saôneet-Loire Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire «Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique

Plus en détail

Exemple du service Hydraulique Assainissement de la Communauté d Agglomération de l Albigeois

Exemple du service Hydraulique Assainissement de la Communauté d Agglomération de l Albigeois Semaine de l eau Albi Fonlabour - Jeudi 7 février 2013 Exemple du service Hydraulique Assainissement de la Communauté d Agglomération de l Albigeois Présentation : Valérie VITHE Directrice Hydraulique

Plus en détail

Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec

Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec Plan de la rencontre 1. Portrait sectoriel de la dépendance au pétrole 2. Atelier 1: Diagnostic sectoriel

Plus en détail

1. Description du type d opération

1. Description du type d opération HERBE_08 - Entretien des prairies remarquables par fauche à pied Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description du type d opération L objectif de

Plus en détail

L agriculture familiale :

L agriculture familiale : MADAGASCAR Année Internationale de l Agriculture Familiale (AIAF) 2014 et Journée Mondiale de l Alimentation (JMA) 2014 L agriculture familiale : une chance pour la planète et pour Madagascar Sécurité

Plus en détail

Evaluation de l'efficacité environnementale des zones tampons en vue de limiter la contamination des eaux par les pesticides

Evaluation de l'efficacité environnementale des zones tampons en vue de limiter la contamination des eaux par les pesticides Evaluation de l'efficacité environnementale des zones tampons en vue de limiter la contamination des eaux par les pesticides Jean-Joël Gril, Julien Tournebize et Yves Nédélec, pour les équipes : «Pollutions

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

AGENDA 21 Agglo de Brive

AGENDA 21 Agglo de Brive AGENDA 21 Agglo de Brive Axe 1 : Promouvoir un développement économique respectueux des équilibres sociaux, environnementaux et territoriaux Objectif 1 : Développer les activités économiques qui participent

Plus en détail

Le Développement portuaire en Tunisie

Le Développement portuaire en Tunisie République Tunisienne Ministère du Transport Office de la Marine Marchande et des Ports Le Développement portuaire en Tunisie Mr SAMIR HAKIMI : Président Directeur Général G de l Office de la Marine marchande

Plus en détail

Colloque EPL AdCF. Politique foncière : de la stratégie à l opération d aménagement Maubeuge le 15 octobre 2009

Colloque EPL AdCF. Politique foncière : de la stratégie à l opération d aménagement Maubeuge le 15 octobre 2009 Colloque EPL AdCF Politique foncière : de la stratégie à l opération d aménagement Maubeuge le 15 octobre 2009 Stratégie foncière et marché local foncier le rôle de l EPF Nord Pas de Calais Intervention

Plus en détail

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie Journée de l Ingénieur 2012 RESSOURCES EN EAU EN TUNISIE: REALITES ET PERSPECTIVES 10 novembre 2012, Sfax, Tunisie Préparée

Plus en détail

INFRASTRUCTURE URBAINE ET PAYSAGèRE

INFRASTRUCTURE URBAINE ET PAYSAGèRE INFRASTRUCTURE URBAINE ET PAYSAGèRE INFRASTRUCTURE URB O G E R I N T E R N A T I O N A L Parc paysager à Riyadh en Arabie Saoudite. Cette réalisation modelée d'après Hyde Park, relève d enjeux techniques

Plus en détail

application sur un projet

application sur un projet Outil d'analyse de cycle de vie d'un quartier : application sur un projet Maxime Trocmé VINCI Construction France (Cellule Ecoconception) Olivier Lépinoy VINCI Immobilier (Aménagement et Grands Projets

Plus en détail

Direction Administrative et Financière APM BULLETIN COMMUNAUTAIRE FEVRIER 2015

Direction Administrative et Financière APM BULLETIN COMMUNAUTAIRE FEVRIER 2015 Direction Administrative et Financière APM BULLETIN COMMUNAUTAIRE FEVRIER 2015 1 SOMMAIRE I DECISIONS DU CONSEIL DE COMMUNAUTE DE FEVRIER 2015 : EAU ET ASSINISSEMENT Tarifs 2015 eau potable... p. 4 Tarifs

Plus en détail

Votre Revue de Presse Du 17 / 10 /2014 N 256. www.conect.org.tn

Votre Revue de Presse Du 17 / 10 /2014 N 256. www.conect.org.tn conect Votre Revue de Presse Du 17 / 10 / By N 256 Suivez nos actualités www.conect.org.tn technique.conect@hexabyte.tn // technique@conect.org.tn tel : +216 71231 402 // Fax : +216 71231059 Partenariat

Plus en détail

Bassin versant de la rivière Ferrée

Bassin versant de la rivière Ferrée Carte d identité n 19 OBV de la Côte-du-Sud L'Île-d'Orléans Montmagny Québec L'Islet Cette carte d identité dresse le portrait du bassin versant de la rivière Ferrée, inclus dans le territoire de l OBV

Plus en détail

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche Comité de suivi des programmes européens de la période 2007-2013 Dossier de Presse FSE FEDER FEADER FEP Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement

Plus en détail

Territoires Métropolitains Innovants: Technopoles et Pôles de compétitivité Tunis 19 & 20 Juin

Territoires Métropolitains Innovants: Technopoles et Pôles de compétitivité Tunis 19 & 20 Juin Territoires Métropolitains Innovants: Technopoles et Pôles de compétitivité Tunis 19 & 20 Juin Atelier n 5: «Le financement des technopoles et des pôles de compétitivité» Intervention de Madame GONGI Neila

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

Janvier 2015. Version 2.1. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC

Janvier 2015. Version 2.1. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Division Efficacité énergétique et énergies renouvelables Janvier 2015

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA 1 Principes, critères essentiels (en bleu) et critères désirés/recommandés (bleu clair). PRINCIPE 1 : Respect de la législation Critère

Plus en détail

La Gestion Participative de l Eau en Egypte

La Gestion Participative de l Eau en Egypte La Gestion Participative de l Eau en Egypte Agriculture traditionnelle le long du Nil 30 Sep. 2013 Eng. NAITO Kunihiko Chief Advisor, Projet de Renforcement du Transfert de la Gestion de l Eau (Projet

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR

ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR Schéma guide pour établir un cahier des charges d étude ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR DENOMINATION DE L'OPERATION Précisez Objet - Lieu Maître d ouvrage : Personne

Plus en détail

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Normes RSE dans l espace francophone Marrakech 13-14-15/12/05 1 Les normes marocaines Sommaire Bases de la norme Marocaine

Plus en détail

L ANME présente le plan solaire tunisien au Green Ifriqiya

L ANME présente le plan solaire tunisien au Green Ifriqiya L ANME présente le plan solaire tunisien au Green Ifriqiya L ANME vient d organiser un atelier sur l énergie solaire en Tunisie. L atelier est tenu en marge du Forum International de L'Investissement et

Plus en détail

Leçon n 5 : «La question de l accès à l eau»

Leçon n 5 : «La question de l accès à l eau» Leçon n 5 : «La question de l accès à l eau» Introduction : L eau douce est une ressource très inégalement répartie et tout le monde n a pas accès à une eau potable de qualité sur terre. La rareté de cette

Plus en détail

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise PLAN D ACTION Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010 2015 ENSEMBLE POUR UNE MÉTROPOLE DURABLE Le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 mobilise

Plus en détail

Situation énergétique de l Eurométropole de Strasbourg

Situation énergétique de l Eurométropole de Strasbourg PLAN-ER Landau 5 juin 2015 Situation énergétique de l Eurométropole de Strasbourg 1. Etat des lieux énergétique et objectifs Les facteurs pour atteindre les objectifs Situation énergétique actuelle 2.

Plus en détail

Point Focal National du Maroc

Point Focal National du Maroc Point Focal National du Maroc Amman 27-29 septembre 2005 Plan Historique Organisation du PFN Plan d action Réalisations Historique Le Maroc a participé au processus de création du SEMIDE depuis 1996 (Conférence

Plus en détail

Le réseau hydrographique

Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique de la MRC représente un milieu aquatique d environ 600 kilomètres de cours d eau et du double de rives. Le fleuve Saint-Laurent représente le grand collecteur

Plus en détail

Projet de plate-forme de stockage d énergie renouvelable et de production d hydrogène

Projet de plate-forme de stockage d énergie renouvelable et de production d hydrogène Projet de plate-forme de stockage d énergie renouvelable et de production d hydrogène HYBSEN - HYdrogène en Bretagne pour le Stockage d ENergie Renouvelable Le stockage de l énergie: 2 ème pilier de la

Plus en détail

La base de loisirs BL de l UCPA

La base de loisirs BL de l UCPA Étude de cas n 1 La base de loisirs BL de l UCPA 1. Présenter le schéma de gestion du pôle LSP et de la base de loisir BL. En quoi vous paraît-il cohérent avec le plan stratégique de l UCPA? La structure

Plus en détail

PASSEPORT TERRITORIAL SUD-EST SNCF IMMOBILIER ACTEUR DU DÉVELOPPEMENT URBAIN INNOVANT

PASSEPORT TERRITORIAL SUD-EST SNCF IMMOBILIER ACTEUR DU DÉVELOPPEMENT URBAIN INNOVANT SNCF IMMOBILIER ACTEUR DU DÉVELOPPEMENT URBAIN INNOVANT QUI SOMMES-NOUS? NOTRE ORGANISATION TERRITORIALE AU SERVICE DES ACTEURS LOCAUX SNCF IMMOBILIER EN QUELQUES CHIFFRES 12 MILLIONS DE M 2 de bâtiments

Plus en détail

L Empreinte de l eau, source de gouvernance

L Empreinte de l eau, source de gouvernance Mémoire L Empreinte de l eau, source de gouvernance Présenté à l Office de consultation publique de Montréal par Aqua Climax inc. 29 août 2013 Mémoire rédigé par : Bastien Guérard Aqua Climax info@aquaclimax.com

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COMMUNE de : DOSSIER de Mme / Mr : FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME Pour tous renseignements

Plus en détail

Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais

Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais ARRÊTÉ établissant le programme d actions régional en vue de la protection des eaux contre la pollution par les nitrates d origine agricole pour la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école Dossier Projet Electrification de l école d Issaogo La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école d Issaogo au Burkina Fasso, projet porté par les élèves et professeurs du

Plus en détail

SAINT-NAZAIRE. Pôle urbain et économique du littoral métropolitain. Contact : Grégory MARTINET : Agglomération de Saint-Nazaire 06 72 87 88 48

SAINT-NAZAIRE. Pôle urbain et économique du littoral métropolitain. Contact : Grégory MARTINET : Agglomération de Saint-Nazaire 06 72 87 88 48 SAINT-NAZAIRE Pôle urbain et économique du littoral métropolitain : Grégory MARTINET : Agglomération de Saint-Nazaire 06 72 87 88 48 LE RUBAN BLEU Un complexe commercial d un nouveau type pour le centre

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

LE DESSALEMENT EN TUNISIE: EXPERIENCE ET STRATEGIE MOHAMED ALI KHOUAJA MOR12-024

LE DESSALEMENT EN TUNISIE: EXPERIENCE ET STRATEGIE MOHAMED ALI KHOUAJA MOR12-024 LE DESSALEMENT EN TUNISIE: EXPERIENCE ET STRATEGIE MOHAMED ALI KHOUAJA MOR12-024. All rights reserved. Reproduction or redistribution in any form without the prior written permission of International Desalination

Plus en détail

Quelques points pour le lancement le 20 juin 2012 du premier programme de recherche tripartite consacré à la lutte contre la désertification en

Quelques points pour le lancement le 20 juin 2012 du premier programme de recherche tripartite consacré à la lutte contre la désertification en Quelques points pour le lancement le 20 juin 2012 du premier programme de recherche tripartite consacré à la lutte contre la désertification en Afrique, au cours de la Conférence des Nations Unies sur

Plus en détail

La démarche «industrielle» de réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du bassin de la Loire

La démarche «industrielle» de réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du bassin de la Loire La démarche «industrielle» Une contribution à la compétitivité économique des territoires ÉVOLUTION DU CONTEXTE D INTERVENTION Rôle croissant joué par le changement climatique comme révélateur des vulnérabilités

Plus en détail

Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT. relatif à la gestion des déchets. Vu :

Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT. relatif à la gestion des déchets. Vu : Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT relatif à la gestion des déchets L assemblée communale Vu : la loi cantonale du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD) ; le règlement du 20 janvier 1998

Plus en détail

Note technique. Du Certiphyto territorial réglementaire aux pratiques «zéro pesticide» dans l espace public.

Note technique. Du Certiphyto territorial réglementaire aux pratiques «zéro pesticide» dans l espace public. Note technique Du Certiphyto territorial réglementaire aux pratiques «zéro pesticide» dans l espace public. Table des matières Le Certiphyto territorial, une obligation réglementaire p 2 La priorité du

Plus en détail

La Ville et Veolia déterminent leur tarification respective du service de l eau :

La Ville et Veolia déterminent leur tarification respective du service de l eau : Avenant au contrat d eau potable Vers un prix plus juste de l eau à Avranches En France, le prix du service d eau couvre : - les charges de fonctionnement, - les charges d investissement de l ensemble

Plus en détail

Réglementation en matière de ressources alternatives en Flandre. Ingeborg Limbourg - Kris Van den Belt

Réglementation en matière de ressources alternatives en Flandre. Ingeborg Limbourg - Kris Van den Belt Réglementation en matière de ressources alternatives en Flandre Ingeborg Limbourg - Kris Van den Belt Vue d ensemble Vision eaux pluviales Séparation Récupération et réutilisation Infiltration Déversement

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique en Algérie

Les enjeux de la transition énergétique en Algérie Université Sétif 1 Faculté des Sciences Economiques, Sciences Commerciales et Sciences de Gestion Le Premier Colloque sur 7 8 avril 2015 Les enjeux de la transition énergétique en Algérie SENOUCI Benabbou

Plus en détail

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana - Fandrosoana LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à l assainissement

Plus en détail

Projet de fin d études

Projet de fin d études Projet de fin d études La voiture, un nouvel équipement du bâtiment? Etude de la synergie possible entre bâtiment à énergie positive et véhicule électrique ou hybride rechargeable Yves MARCOUX ENSIEG -

Plus en détail

Gestion des eaux littorales et marines quels outils pour l action?

Gestion des eaux littorales et marines quels outils pour l action? Gestion des eaux littorales et marines quels outils pour l action? 1 Directives Cadre Gestion des eaux littorales et marines quels outils pour l action? Outils de planification Directive Cadre sur l Eau

Plus en détail

10/03/2016. Forum du bâtiment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâtiment

10/03/2016. Forum du bâtiment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâtiment 10/03/2016 Forum du bâtiment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâtiment Les politiques publiques de la performance énergétique et environnementale et l innovation José Caire Directeur Villes

Plus en détail

MÉMOIRE déposé par. Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans. Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré. Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier

MÉMOIRE déposé par. Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans. Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré. Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier MÉMOIRE déposé par Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier Dans le cadre de la Consultation publique sur le Projet

Plus en détail

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau»

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau» NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES «le Pré Bourdeau» 55 b rue Gaston Boulet 76380 Bapeaume les Rouen TEL : 02.32.82.36.81 FAX : 02.35.76.96.50 contact@infraservices.fr

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GIRE : DEFINITION ET PRINCIPES

INTRODUCTION A LA GIRE : DEFINITION ET PRINCIPES SESSION DE FORMATION «EXPERTISE HYDROLOGIQUE ET GESTION INTEGREE DE L'EAU AUX ECHELLES NATIONALE ET REGIONALE» Ouagadougou, du 26 au 30 mars 2007 INTRODUCTION A LA GIRE : DEFINITION ET PRINCIPES Dr. Harouna

Plus en détail

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

les risques d investissements touristiques

les risques d investissements touristiques les risques d investissements touristiques Introduction Plan Première partie: Définitions d investissement Les intervenants au niveau des investissements touristiques au Maroc. La charte d investissement.

Plus en détail

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE UN LEVIER POUR LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES RURAUX Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L exemple de la Cuma Ecovaloris et de l association

Plus en détail

Le SIG comme système d aide à la décision spatialisée multiacteurs pour la gestion des sédimentsen région NPDC

Le SIG comme système d aide à la décision spatialisée multiacteurs pour la gestion des sédimentsen région NPDC Le SIG comme système d aide à la décision spatialisée multiacteurs pour la gestion des sédimentsen région NPDC Eric Masson, C. Audouit, O. Blanpain, F. Buyle-Bodin, D. Lahlou, H. Melin - Université Lille

Plus en détail

hydrosourcedavenir.com

hydrosourcedavenir.com hydrosourcedavenir.com L HYDROÉLECTRICITÉ AU QUÉBEC MY THES ET S 2011G1230F L HYDROÉLECTRICITÉ QUÉBÉCOISE, SOURCE D AVENIR L hydroélectricité est une importante source de gaz à effet de serre. Les émissions

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

«La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien.

«La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien. L eau 4 une ressource indispensable à ne pas gaspiller «La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien. Comment

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

les résidences principales en côtes d armor

les résidences principales en côtes d armor 266.353 résidences principales en : + 92.450 par rapport à (+ 53 ) 579.277 personnes habitant dans les résidences principales : + 69.774 par rapport à (+ 14 ) Progressions les plus fortes dans l espace

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : stratégies de réponse de la recherche

Agriculture et changement climatique au Sénégal : stratégies de réponse de la recherche INSTITUT SENEGALAIS DE RECHERCHES AGRICOLES Agriculture et changement climatique au Sénégal : stratégies de réponse de la recherche Dr Mbaye DIOP Maurizio BACCI Ziguinchor 15-17 juin 2015 Comprendre le

Plus en détail

FEDRE Forum européen

FEDRE Forum européen FEDRE Forum européen Changements climatiques: Energie et Mobilité Genève, 23-27 janvier 2006 1. Introduction Développement des biocarburants en Europe: situation actuelle et perspectives Dr E. Gnansounou

Plus en détail

Pour tout renseignement, contactez

Pour tout renseignement, contactez Le SMAGE des Gardons (Syndicat Mixte pour l Aménagement et la Gestion Equilibrée des Gardons) regroupe 120 communes adhérentes et le Conseil général du Gard, unis pour la gestion des Gardons et ses affluents

Plus en détail

Action FAE «Filière Agroénergétique»

Action FAE «Filière Agroénergétique» PLANIFICATION ET DÉVELOPPEMENT D'UN DISTRICT AGRO-ÉNERGETIQUE Action FAE «Filière Agroénergétique» Anna Lallai Massimo Rocchitta Murcia, 8-9 settembre 2011 Laore Agenzia regionale per lo sviluppo in agricoltura

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SPONSORING BAILLEURS DE FONDS PRIVES

DOSSIER DE DEMANDE DE SPONSORING BAILLEURS DE FONDS PRIVES DOSSIER DE DEMANDE DE SPONSORING BAILLEURS DE FONDS PRIVES 1. Structure-Contexte : Ce projet est proposé par le Contrat de Développement Local du Faucigny, en Haute-Savoie. Le CLD est un organe consultatif,

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN MOINS D ÉD ÉNERGIE ET PLUS D ÉD ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN Rencontres Suisses de l Electricité Beaulieu, 17 mars 2011 Massimiliano Capezzali, PhD Adjoint du Directeur Energy Center Ecole Polytechnique

Plus en détail

Zones d activités économiques et gestion économe des espaces agricoles

Zones d activités économiques et gestion économe des espaces agricoles Zones d activités économiques et gestion économe des espaces agricoles 1 / 25 Zones d activités économiques et gestion économe des espaces agricoles DDTM 62 / Cete Nord-Picardie Lille - 7 novembre 2013

Plus en détail

DIRECTRICE GENERALE Site web:www.fdl.mg

DIRECTRICE GENERALE Site web:www.fdl.mg MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE LA DECENTRALISATION FONDS DE DEVELOPPEMENT LOCAL RAHARINJATOVO HANITRA DIRECTRICE GENERALE Site web:www.fdl.mg Décret N 2007-530 du 11 Juin 2007, modifié

Plus en détail

Éditorial. Sommaire. Pourquoi un établissement. 29 juillet 2011 : naissance de l EPMP

Éditorial. Sommaire. Pourquoi un établissement. 29 juillet 2011 : naissance de l EPMP Éditorial Le Marais poitevin est un territoire exceptionnel, aux milieux naturels riches et diversifiés. J y suis très attachée. L Etablissement public du Marais poitevin est en charge de la gestion de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Décret n o 2007-1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l investissement immobilier

Plus en détail

Atelier GTEC 4: «Quelles activités et compétences en territoire de Figeac en 2030?» Composante 4 : Aménagement du territoire et mobilité

Atelier GTEC 4: «Quelles activités et compétences en territoire de Figeac en 2030?» Composante 4 : Aménagement du territoire et mobilité Atelier GTEC 4: «Quelles activités et compétences en territoire de en 2030?» Composante 4 : Aménagement du territoire et mobilité Cette fiche associe l ensemble des facteurs suivants et qui ont été retenus

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D'INTERVENTION FEADER 121-9 bis Aide aux économies d'énergie Plan de performance énergétique (PPE)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D'INTERVENTION FEADER 121-9 bis Aide aux économies d'énergie Plan de performance énergétique (PPE) Page 1 Mesure 121- Modernisation des exploitations agricoles Axe 1- Amélioration de la compétitivité des secteurs agricoles et forestiers Service instructeur Direction de l Alimentation, de l Agriculture

Plus en détail