Nouvelles images du cœur et des vaisseaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvelles images du cœur et des vaisseaux"

Transcription

1 Nouvelles images du cœur et des vaisseaux Scanner ou IRM? Indications, résultats. C Prost cardiologue

2 Nouvelles images du cœur et des vaisseaux 1 / Imagerie cardiaque 2 / Imagerie vasculaire

3 Monsieur RM, 75 ans - diabète de type 2 depuis 15 ans, HTA, dyslip. - suivi cardiologique depuis 2002, - en 2007, échocardiogramme normal et test d effort négatif avec BBG chrono-dépendant. - en 2010 : écho : FEVG vers 50 %, scintigraphie myocardique à la Persantine : hypofixation apicale et inférieure non réversible. FE 45 %. Ttt médical : IEC, bétabloquant, statine.

4 Monsieur RM

5 Monsieur RM : scintigraphie

6 Monsieur RM, 75 ans : AVC ischémique, thrombolysé à 40 minutes, aucune séquelle. Ramollissement secondairement hémorragique, Aspirine interrompue puis reprise fin juillet. - Aucun symptôme, ECG sinusal, BBG permanent, Holter normal. - échocardiogramme : VG dilaté, FE 20-25%. (Introduction d une AVK)

7 Monsieur RM, 75 ans

8 Monsieur RM, 75 ans

9 Monsieur RM, 75 ans

10 Monsieur RM, 75 ans Quel examen à la recherche d une coronaropathie (myocardiopathie ischémique)? fonction rénale normale, P : 86 kg, T : 173 cm - coronarographie? - nouvelle scintigraphie myocardique? - épreuve de stress (test d effort simple, écho avec perfusion de dobutamine)? - IRM cardiaque? - coroscanner?

11 Monsieur RM. Quel examen à la recherche d une coronaropathie? 1 / Coronarographie : - examen de référence, - mais injection de produit de contraste (60 ml) et ADO, irradiation (5 msv : 100 RP), 0,3 % de complication graves (AVC ), - surtout si une intervention coronarienne est envisagée (symptômes et forte probabilité) = technique diagnostique et thérapeutique ,44 sans l hospitalisation

12 Coronarographie

13 Monsieur RM. Quel examen à la recherche d une coronaropathie? 2 / Scintigraphie myocardique : - pas de produit de contraste, irradiation (22 msv = 7 fois l irradiation naturelle annuelle), - mais le bloc gauche gêne l analyse - 326,95 (+ EE 76,80 ), 483,80 avec redistribution, 272,46 si FEVG.

14 Monsieur RM. Quel examen à la recherche d une coronaropathie? 3 / Epreuve «de stress» : - test d effort simple : analyse des symptômes et de la repolarisation, - échocardiogramme à la dobutamine : analyse de la cinétique segmentaire VG à débits de perfusion : visualisation des zones ischémiques. - pas de produit de contraste, pas d irradiation, - mais le BBG perturbe la repolarisation et gêne l analyse de la cinétique segmentaire, - 163,30

15 Monsieur RM. Quel examen à la recherche d une coronaropathie? 4 / IRM cardiaque - imagerie morphologique des cp congénitales, des myocardiopathies (droites) du péricarde, des gros vaisseaux, des tumeurs cardiaques - pas d irradiation, mais produit de contraste, - et technique encore de seconde ligne pour la détection de l insuffisance coronaire ,71 (forfait technique 213,71 + acte intellectuel 69 )

16 IRM

17 Monsieur RM. Quel examen à la recherche d une coronaropathie? 5 / Coroscanner : - visualise portion proximale du réseau coronaire, - mais produit de contraste (80-100ml), irradiation (de 12 msv avec scanner 64 barrettes, à 5 msv au mieux si FC lente: idem coronarographie). Attention chez les jeunes, nécessité d une FC lente (béta-), rythme cardiaque régulier, pas d obésité excessive, ni dyspnée (apnée), - 127,28 (forfait technique 100,51 + acte intellectuel nouvelle imagerie 25,27 cardiovasculaire ,5 ).

18 Coroscanner

19 Coroscanner

20 Coroscanner

21 Nouvelles images du cœur et des vaisseaux 1 / Imagerie cardiaque 2 / Imagerie vasculaire

22 L écho-doppler Christian Doppler

23 Les TSA Angioscanner AngioMR

24 Les TSA Angioscanner : sténose du bulbe carotidien G étendue à la racine de la carotide interne

25 Aorte et artères des des MI Angio MR angioscanner

26 AngioMR ou angioscanner? Le point de vue du radiologue : - angioscanner : s apparente à l artériographie conventionnelle, est plus fiable s il y a des calcifications, donne meilleure quantif. et analyse des sténoses (supérieur même à l artério), - angiomr : équivalent à l angiographie numérisée, permet de voir la lumière, et l intracranien (AVC +++). Le point de vue du chirurgien : - angioscanner supérieur si présence de matériel (stent), si anévrisme (visualise paroi et contenu) ou si lésion occlusive ou calcifiée, - angiomr : surtout les carotides, examens répétés sans stents. (si insuffisance rénale : doppler puis 20 cc de pdc lors de l artério conventionnelle car gros volume de PDC pour angioscan MI). nouvelle imag.erie rdiovascuire

27 Quid des produits de contraste? Un réel problème. - Gadolinium : si MDRD < 30 ml/min, justifier l injection. Risque de Fibrose Systémique Néphrogénique avec certains produits gadolinés. Maladie de système rare mais grave. - produits iodés : à éviter si MDRD < 45 et surtout si diabète associé. Hydrater avant et après. Arrêt biguanides le jour même, les reprendre à h 48. Allergie à l iode semble vraiment exister. Si symptômes importants après une injection, prévoir nouvelle imagerie cardiovre consultation d allergologie avec test cutanés et bio.

28 Que retenir? Le coroscanner est une bonne alternative à la coronarographie, en cas de myocardiopathie mal étiquetée, en cas de BBG et surtout si l on pense que les coronaires sont perméables (Monsieur RM) Mais PDC et quelques contraintes Pour le réseau vasculaire, l angioscanner reste supérieur à l angiomr sauf si carotide / AVC ou nouvelle imagerie cardiovre examens répétés sans présence de stents.

29 Merci de votre attention Et merci aux Docteurs K. Bourdariat, A. François, H. Kayayan, F. Pelissier, nouvelle imagerie J. cardiovre Pineau C. Poulain-Veyre.

COROSCANNER EXAMEN TDM CARDIAQUE. Dr Abdoulaye Ndoye DIOP Maître de Conférences Agrégé

COROSCANNER EXAMEN TDM CARDIAQUE. Dr Abdoulaye Ndoye DIOP Maître de Conférences Agrégé COROSCANNER EXAMEN TDM CARDIAQUE Dr Abdoulaye Ndoye DIOP Maître de Conférences Agrégé INTRODUCTION Coeur = structure mobile dans le temps TDM multidétecteurs 32, 64, 128 Coroscanner : exploration non invasive

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008

Scanner et IRM. JN Dacher, Rouen. Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner et IRM JN Dacher, Rouen Séminaire Bordeaux-Mérignac, 2008 Scanner cardiovasculaire EP, AAT, AAA, dissection Le scanner devient rapidement un examen de référence dans le bilan diagnostique et le

Plus en détail

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011 VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE Docteur H. BELHAKEM 2011 En sport, savourons Le plaisir de ne pas forcer quitte à rester derrière! VMA = JO 2012 QUE DANS L ESPRIT LA VMA POURQUOI FAIRE? 1/ PARCE QUE C EST

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Analyse des échanges gazeux respiratoires à l exercice : un élément indispensable pour explorer la dyspnée de l athlète?

Analyse des échanges gazeux respiratoires à l exercice : un élément indispensable pour explorer la dyspnée de l athlète? Analyse des échanges gazeux respiratoires à l exercice : un élément indispensable pour explorer la dyspnée de l athlète? Le point de vue du cardiologue Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc Mise à jour avril

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Dr Lacroix V- Pr Hammer F Service de Chirurgie Vasculaire Service de Radiologie Interventionnelle 8 mai 2010 Journée ECU-UCL Sténoses

Plus en détail

Coronaropathie et Grossesse

Coronaropathie et Grossesse Coronaropathie et Grossesse Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation CHU de Grenoble 1 Introduction Fréquence basse des pathologies coronaires chez les femmes

Plus en détail

Le receveur limite. Des soucis lors du bilan pré- greffe. B Hurault de Ligny CHU Caen 16/11/12. Un candidat à la transplanta.

Le receveur limite. Des soucis lors du bilan pré- greffe. B Hurault de Ligny CHU Caen 16/11/12. Un candidat à la transplanta. Le receveur limite Des soucis lors du bilan pré- greffe B Hurault de Ligny CHU Caen CUEN, décembre 2012 Un candidat à la transplanta.on rénale Homme, 71 ans, Gs O +, asymptomatique Hémodialyse depuis Reins

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

LE COROSCANNER INDICATIONS ET METHODE. L Equipe des manipulateurs et le Dr Legghe du SCANNER DES BOIS BLANCS de LILLE

LE COROSCANNER INDICATIONS ET METHODE. L Equipe des manipulateurs et le Dr Legghe du SCANNER DES BOIS BLANCS de LILLE LE COROSCANNER INDICATIONS ET METHODE L Equipe des manipulateurs et le Dr Legghe du SCANNER DES BOIS BLANCS de LILLE PLAN 1. Rappels techniques 2. Indications 3. Déroulement de l examen 4. Conclusion 1-RAPPELS

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

AMO : Convention nationale Organismes gestionnaires Etablissements publics de soins et d hospitalisation. Grille n 8

AMO : Convention nationale Organismes gestionnaires Etablissements publics de soins et d hospitalisation. Grille n 8 Grille n 8 Tarifs forfaitaires des actes de cardiologie Grille n 8.1 orfait des actes d exploration cardiaque Ce forfait comprend : Le séjour comprenant deux jours d hospitalisation en secteur clinique

Plus en détail

Cardiomyopathie ou cœur d athlète? F. Carré

Cardiomyopathie ou cœur d athlète? F. Carré Cardiomyopathie ou cœur d athlète? F. Carré Service Explorations Fonctionnelles Unité Biologie et Médecine du Sport Hôpital Pontchaillou- Université Rennes 1 Rennes Athlète? Vous avez dit athlète? Entraînement

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

M.GHANNEM. Unité de cardiologie interventionnelle CH Gonesse

M.GHANNEM. Unité de cardiologie interventionnelle CH Gonesse RECOMMANDATIONS EUROPEENNES 2013 DANS L ANGOR STABLE Que retenir? M.GHANNEM Unité de cardiologie interventionnelle CH Gonesse L intitulé s est élargi L angor stable recouvre tout type de patient n ayant

Plus en détail

Cardiologie nucléaire. Tomoscintigraphie myocardique Angioscintigraphie cardiaque à l équilibre

Cardiologie nucléaire. Tomoscintigraphie myocardique Angioscintigraphie cardiaque à l équilibre Cardiologie nucléaire Tomoscintigraphie myocardique Angioscintigraphie cardiaque à l équilibre 1 Tomoscintigraphie myocardique Étude de la perfusion et de la viabilité myocardique 2 Rappels (1): Anatomie

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie:

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: - L Épreuve d effort d - L Échographie d effortd - L Échographie sous dobutamine - La Scintigraphie myocardique d effortd Sandrine

Plus en détail

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06)

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Dissection aortique: aspects atypiques et pièges diagnostiques

Dissection aortique: aspects atypiques et pièges diagnostiques Dissection aortique: aspects atypiques et pièges diagnostiques MD Crema, L Monnier-Cholley, O Azaiz, L Azizi, M Lewin, A Belkacem, C Hoeffel, JM Tubiana, L Arrivé Hôpital Saint-Antoine, Paris Introduction

Plus en détail

Les bonnes indications de l ECG d effort. Méthodologie et dépistage de l insuffisance coronaire. F DAVID AMMPPU METZ 14 février 2013

Les bonnes indications de l ECG d effort. Méthodologie et dépistage de l insuffisance coronaire. F DAVID AMMPPU METZ 14 février 2013 Les bonnes indications de l ECG d effort Méthodologie et dépistage de l insuffisance coronaire F DAVID AMMPPU METZ 14 février 2013 L ECG d effort (EE) dans 3 grandes indications 1 DIAGNOSTIC de l ischémie

Plus en détail

Imagerie du cholangiocarcinome (tumeurs de Klatzkin)

Imagerie du cholangiocarcinome (tumeurs de Klatzkin) Imagerie du cholangiocarcinome (tumeurs de Klatzkin) Ictère / cholestase biologique Echographie : dilatation des voies biliaires intra-hépatiques sans dilatation de la VBP : obstacle hilaire +++ parfois

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV Directeur: Pr. J. Schwitter Protocole Titre : RMC de stress pharmacologique Définition Examen fonctionnel

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

r. LECLERQ (Mise ligne 07/09/10 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

r. LECLERQ (Mise ligne 07/09/10 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes . Diagnostiquer un rétrécissement aortique Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Pr Florence Leclercq CHU MONTPELLIER Définition Rétrécissement de la voie d éjection ventriculaire

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Statistiques 2005 1/3 des AT mortels sont des accidents de trajets Triple Aptitude Aptitude Technique

Plus en détail

PCEM2, 18 novembre 2011. Scanner cardiaque

PCEM2, 18 novembre 2011. Scanner cardiaque PCEM2, 18 novembre 2011 Scanner cardiaque Dr Dominique BOULMIER - Département de Cardiologie et Maladies Vasculaires Dr Jean-François HEAUTOT et Antoine LARRALDE Pôle d Imagerie Médicale Phase hospitalière

Plus en détail

Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG)

Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG) Peut-on mieux sélectionner les patients insuffisants cardiaques ayant une indication à un défibrillateur automatique implantable (DAI) en prévention primaire? Evaluation de l apport diagnostique de la

Plus en détail

Imagerie L AORTE THORACIQUE. Partie 1. M El Hajjam et P Lacombe

Imagerie L AORTE THORACIQUE. Partie 1. M El Hajjam et P Lacombe Imagerie de L AORTE THORACIQUE Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe Imagerie non invasive (TDM, IRM, Echo ) Développement considérable 20 années Applications = 64 barrettes de détecteurs. d Aorte Artères

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

Occlusions coronaires chroniques

Occlusions coronaires chroniques Occlusions coronaires chroniques Indications et techniques de revascularisations N. BOUDOU Cardiologie, CHU RANGUEIL 12, 13 et 14 octobre 2010 1 Définition Pôle Cardiovasculaire et Métabolique Occlusion

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Sémiologie pancréatique

Sémiologie pancréatique Sémiologie pancréatique Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Pancréas Sémiologie Examens complémentaires:

Plus en détail

De CARDIO-ARHIF à CARDIO-ARSIF RESULTATS 2009

De CARDIO-ARHIF à CARDIO-ARSIF RESULTATS 2009 De CARDIO-ARHIF à CARDIO-ARSIF RESULTATS Bernard LIVAREK 16 èmes assises des Hôpitaux Généraux jeudi 25 Novembre 2010 : Année de transition Transition «Politique»: - G.Echardour remplaçé par Fr. Crémieux,

Plus en détail

Apport du scanner coronaire dual-source

Apport du scanner coronaire dual-source Apport du scanner coronaire dual-source O. Ghekiere (1), X. Hamoir (1), J-Y. Tricquet (2), L. Labaki (2), V. Hamoir (2) et J. Kirsch (1) (1) Département de Radiologie (2) Département de Cardiologie Clinique

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 www.projetbecool.fr.nf D02 EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 DOSSIER N 2 ENONCE Un homme de 65 ans consulte pour une baisse brutale de la vision de l'œil droit lors d'une quinte de toux en relation avec

Plus en détail

Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique

Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Conduite

Plus en détail

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed.

Coronarographie. par CT-scan en 2009. le point sur. E. De Benedetti P. Urban H. Hauser. 532 Revue Médicale Suisse www.revmed. le point sur Coronarographie par CT-scan en 2009 Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 532-7 E. De Benedetti P. Urban H. Hauser Drs Edoardo De Benedetti et Philip Urban Département cardiovasculaire Dr Hermann Hauser

Plus en détail

Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux

Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux AVC : définitions? AVC = installation soudaine ou rapide d un déficit neurologique focal d origine vasculaire présumée (international) AVC = développement

Plus en détail

HEMOBILIE ET IMAGERIE À propos de 2 cas

HEMOBILIE ET IMAGERIE À propos de 2 cas À propos de 2 cas B. Robert, C. Chivot, C. Gondry-Jouet, T. Yzet, H. Deramond SERVICE D IMAGERIE MEDICALE CHU AMIENS OBJECTIFS PEDAGOGIQUES - Connaître les principales étiologies des hémobilies et les

Plus en détail

Paris Mise à jour 10-04-09

Paris Mise à jour 10-04-09 Rééducation du Coronarien et Sports en Montagne Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour 10-04-09 Les réactions de l organisme àl altitude Définition biologique de l altitude 8000

Plus en détail

PRINCIPALES CARDIOPATHIES

PRINCIPALES CARDIOPATHIES PRINCIPALES CARDIOPATHIES - LES CARDIOPATHIES ISCHÉMIQUES - LES MYOCARDIOPATHIES DILATÉES - LES MYOCARDIOPATHIES HYPERTROPHIQUES - LES CARDIOPATHIES VALVULAIRES - LES CARDIOPATHIES RYTHMIQUES - LES MALADIES

Plus en détail

Comité pour les Métaux Stratégiques

Comité pour les Métaux Stratégiques Comité pour les Métaux Stratégiques Présentation de Guerbet Une entreprise totalement focalisée sur les produits de contraste, les dispositifs médicaux et les solutions innovantes, indispensables à l'imagerie

Plus en détail

PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS

PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS Résumé PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES GRAVES : PLACE DES BIOMARQUEURS Critères de gravité des PAC : Âge Type de bactérie Résistance aux ATB Immunodépression Co-morbidités PAC sévères : 10% PAC Mortalité

Plus en détail

133. Accidents vasculaires cérébraux

133. Accidents vasculaires cérébraux Sommaire 133. Accidents vasculaires cérébraux diagnostic, situations d urgence et prise en charge, attitude thérapeutique et suivi, prise en charge au long cours AVC ischémique phase aigue TDM sans injection

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE Le 01-03-05 Soins Infirmiers aux personnes atteintes d affections cardio-vasculaires Mr L HERONDEL LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE I Exploration radiologique vasculaire par cathétérisme A Aortographie

Plus en détail

S Brunot 1, P Réant 2, X Iriart 2, L Leroux 2, B Paviot 2, O Corneloup 1, V Latrabe 1, P Coste 2, S Lafitte 2, M Montaudon 1, F Laurent 1

S Brunot 1, P Réant 2, X Iriart 2, L Leroux 2, B Paviot 2, O Corneloup 1, V Latrabe 1, P Coste 2, S Lafitte 2, M Montaudon 1, F Laurent 1 Valeur prédictive de l angioscanner multicoupes6-coupes pour la détection des sténoses coronaires significatives. Comparaison avec la coronarographie. S Brunot, P Réant 2, X Iriart 2, L Leroux 2, B Paviot

Plus en détail

DOSSIER MÉDICAL DE BASE

DOSSIER MÉDICAL DE BASE FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE FOOTBALL COMMISSION MEDICALE DOSSIER MÉDICAL DE BASE (TOUS AGES ET NIVEAUX SAUF SENIORS LNF ET LIRF) JOUEUR : NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : (JOUR / MOIS / ANNEE) CLUB : 1.

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Evaluation du risque opératoire en chirurgie thoracique. Gaëlle DAURIAT Service de Pneumologie B et Transplantation Pulmonaire Hôpital Bichat

Evaluation du risque opératoire en chirurgie thoracique. Gaëlle DAURIAT Service de Pneumologie B et Transplantation Pulmonaire Hôpital Bichat Evaluation du risque opératoire en chirurgie thoracique Gaëlle DAURIAT Service de Pneumologie B et Transplantation Pulmonaire Hôpital Bichat Evaluation du risque respiratoire Évaluation du risque cardiaque

Plus en détail

Régulation de la pression artérielle. rielle. J.O. Fortrat. Régulation de la pression artérielle. étroite? Pourquoi une régulation

Régulation de la pression artérielle. rielle. J.O. Fortrat. Régulation de la pression artérielle. étroite? Pourquoi une régulation Plan généralg Régulation de la pression arté DC 1 Module cardio-vasculaire 2011/12 J.O. Fortrat Explorations Fonctionnelles Vasculaires CHU d'angers 1 1. Contexte 2. Établir la pression arté Régler la

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Introduction. 0 L utilisation du scanner cardiaque est en augmentation : 0 Scanner cardiaque : source d irradiation ++

Introduction. 0 L utilisation du scanner cardiaque est en augmentation : 0 Scanner cardiaque : source d irradiation ++ Introduction 0 L utilisation du scanner cardiaque est en augmentation : 0 Généralisation des scanners multicoupes 0 Amélioration des performances techniques (résolution temporelle+++) Outil incontournable

Plus en détail

Spécificités de la maladie coronaire de la femme

Spécificités de la maladie coronaire de la femme Spécificités de la maladie coronaire de la femme duction 2ics ite. Etienne PUYMIRAT Département de Cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes Déclaration d intérêt : Interventions

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

ST + au Quotidien. - Syndrome Coronarien Aigu - Diagnostics Différentiels

ST + au Quotidien. - Syndrome Coronarien Aigu - Diagnostics Différentiels ST + au Quotidien - Syndrome Coronarien Aigu - Diagnostics Différentiels Homme 36 ans Douleur thoracique typique évoluant depuis 1 h 15 minutes Signes indirects S.C.A. avec ST + de localisation antérieure

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

D.U. Cardiologie du sport PLAN CO-DIRECTEURS. Pr Daniel THOMAS Dr Richard AMORETTI

D.U. Cardiologie du sport PLAN CO-DIRECTEURS. Pr Daniel THOMAS Dr Richard AMORETTI D.U. Cardiologie du sport PLAN CO-DIRECTEURS Pr Daniel THOMAS Dr Richard AMORETTI Historique 1930 : PAUL CHAILLEY BERT CREE LA PHYSIOLOGIE DU SPORT 1950 : FERNAND PLAS CREE LA CARDIOLOGIE DU SPORT (premiers

Plus en détail

ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE

ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE Ischémie distale des doigts ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE Introduction L ischémie digitale est une

Plus en détail

Généralités Cardiologie du sport. Dr Richard AMORETTI

Généralités Cardiologie du sport. Dr Richard AMORETTI Généralités Cardiologie du sport Dr Richard AMORETTI Historique 1930 : PAUL CHAILLEY BERT CREE LA PHYSIOLOGIE DU SPORT 1950 : FERNAND PLAS CREE LA CARDIOLOGIE DU SPORT (premiers enregistrements ECG sur

Plus en détail

Proposition de Tarification Nationale de Référence faite par la CNSS et la CNOPS Le 21 Février 2006

Proposition de Tarification Nationale de Référence faite par la CNSS et la CNOPS Le 21 Février 2006 Proposition de Tarification Nationale de Référence faite par la CNSS et la CNOPS Le 21 Février 2006 GRILLE N 1: TARIFS DES LETTRES CLES ACTES MEDICAUX Désignation Lettres clés CNSS CNOPS CONSULTATION DE

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Cœur et maladies de systèmes: apport de l'irm cardiaque

Cœur et maladies de systèmes: apport de l'irm cardiaque Cœur et maladies de systèmes: apport de l'irm cardiaque A Khalil, R Boutekadjirt, Service de Radiologie, Pr P. Grenier Hôpital Pitié-Salpétrière E Auberton, B Cocheteux, B Brochu, P Cluzel Table de matières

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

Pathologies et médicaments cardiovasculaires

Pathologies et médicaments cardiovasculaires Pathologies et médicaments cardiovasculaires 2 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité physique et espérance de vie chez le cardiaque Cohorte de Framingham 5209

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE

PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE I. Consultation d anesthésie A. Interrogatoire et examen clinique : Recherche d une neuropathie dysautonomique o Dysautonomie cardiaque : Malaises, vertiges en orthostatisme,

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

TRAUMATISMES FERMÉS DU THORAX

TRAUMATISMES FERMÉS DU THORAX TRAUMATISMES FERMÉS DU THORAX Homme de 24 ans coup de batte de base-ball sur la paroi thoracique antérieure-gauche Quelle(s) est (sont) la (les) lésion(s) envisageable(s) la (les) plus probable(s)? Fractures

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES = HEMORRAGIES MENINGEES Généralités - 2,8 / 100 000 hts - Age < 60 ans - Femmes : 60-70 % - Formes familiales : 10 % - Facteurs de risque : tabac, HTA, dyslipidémies -

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE Physiopathologie / signes d alerte

INSUFFISANCE CARDIAQUE Physiopathologie / signes d alerte Physiopathologie / signes d alerte SYNDROME DU A L INCAPACITE DU CŒUR A FOURNIR UN DEBIT SANGUIN SUFFISANT POUR SATISFAIRE LES BESOINS METABOLIQUES DE L ORGANISME. SELON LA CAVITE ATTEINTE DE FACON EXCLUSIVE,

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence?

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence? Questions Dossier 1 : cas clinique Un homme de 76 ans est amené par les pompiers aux urgences de l hôpital pour malaise sur la voie publique. Il était en train de se promener à vélo lorsqu il a soudain

Plus en détail

Syndrome coronarien aigu à coronaires saines: une étiologie particulière

Syndrome coronarien aigu à coronaires saines: une étiologie particulière DU USIC Lyon 13/12/13 Syndrome coronarien aigu à coronaires saines: une étiologie particulière Clément Delmas Fédération des services de Cardiologie / Réanimation polyvalente CHU Rangueil-Toulouse Cas

Plus en détail