Créations et disparitions des entreprises en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Créations et disparitions des entreprises en France"

Transcription

1 Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises

2 La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges sociaux actifs en France A fin juin 2012, la France compte 10,3 millions d établissements actifs dont près de 8,6 millions de sièges sociaux. L Ile-de-France regroupe à elle seule un cinquième de ces établissements. Avec l Ile-de-France, les régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d Azur concentrent plus de 40% des établissements. D un point de vue sectoriel, le Bâtiment concentre un tiers des entreprises, soit deux fois plus que les Services collectifs (administrations, enseignement, ) et 3 fois plus que les Services aux entreprises. Région Nombre de sièges sociaux % Secteur Nombre de sièges sociaux % 1 Ile-de-France ,4% 1 Bâtiment et Travaux Publics ,2% 2 Rhône-Alpes ,8% 2 Services collectifs ,7% 3 Provence-Alpes-Côte-d azur ,2% 3 Services aux entreprises ,7% 4 Aquitaine ,9 % 4 Agriculture et Pêche ,5% 5 Languedoc-Roussillon ,5% 5 Services aux particuliers ,3% Total % Total % Comparé à l année dernière, le tissu économique se développe moins vite Porté par des créations d entreprises toujours supérieures aux disparitions, le tissu économique français est historiquement en croissance. Toutefois, ce rythme de croissance ralentit depuis un an. Il y a 12 mois, la disparition d une entreprise était compensée par la création de près de 2 entités. Aujourd hui, lorsqu une entreprise disparaît (par une cessation ou une défaillance), il ne se crée plus qu une entreprise et demi. Ainsi, sur le 1 er, le coefficient de dynamisme* des entreprises atteint 1,80 (contre 1,97 au 1 er semestre 2011), soit un recul de 9% en un an. Le recul de ce coefficient constaté en cette fin de 1 er semestre s explique par un ralentissement des créations d entreprises (-9% en un an) conjugué à une légère progression des cessations (+1%). Parallèlement, les défaillances poursuivent leur décrue depuis le début de cette année. Ces dernières, qui représentent moins de 20 % des disparitions, ne permettent pas de compenser la hausse des cessations. Nombre sur le 1 er Evolution sur un an Créations d établissements ,5% Défaillances d établissements ,6% Cessations d établissements ,9% Coefficient de dynamisme 1,80-9,0% Evolution du coefficient de dynamisme à chaque 1er semestre depuis 2010 par catégorie juridique 2,78 2,52 1,97 1,83 1,81 1,58 1,64 1,34 1,80 * Sur 6 mois, nombre de créations d entreprises rapporté au cumul des cessations et des défaillances d entreprises. S S S Entreprise individuelle Société commerciale Ensemble Focus sectoriel Secteur Coefficient de dynamisme* Médias & loisirs 2,68 Services collectifs 2,67 Energie 2,14 Biens d équipement du foyer 1,04 Agroalimentaire 0,95 Pharmacie 0,60 * Pour chaque entreprise qui disparaît, x entreprise se crée. Au 1 er, certains secteurs voient leur population d entreprises se renouveler plus vite que d autres avec des coefficients supérieurs à 2. Ainsi, le secteur des Médias & loisirs présente un coefficient de dynamisme de 2,68 (toutefois en baisse de - 2% par rapport au 1er semestre 2011). Cette performance est liée à un recul de 1% des disparitions sur un an. A l inverse, deux secteurs sont en-dessous du seuil de renouvellement : l Agroalimentaire et la Pharmacie avec des coefficients respectifs de 0,95 et 0,60. Concernant la Pharmacie, une forte baisse des créations est enregistrée avec -45% en un an.

3 Des créations en berne sur 4 semestres consécutifs Périmètre retenu pour les créations : créations ex-nihilo et réactivations. Net ralentissement de la décrue des créations la première moitié de l année 2012, Coface Services dénombre créations (toutes formes juridiques confondues), soit une baisse de 9% par rapport au 1 er semestre Les secteurs d activités les plus représentés en nombre de créations, sont, sans surprise, le Bâtiment et Travaux Publics avec 27% des créations, les Services aux entreprises et les Services aux particuliers avec respectivement 15% et 11% de nouvelles entités. Ensemble des créations ,0% Les créations d entreprises individuelles, qui représentent 57% de la totalité des créations, marquent à elles seules un recul de 10%. De leur côté, les nouvelles sociétés commerciales sont au nombre de sur le 1 er semestre, soit -6% en un an. En cette fin de premier semestre, deux secteurs réalisent néanmoins de belles performances. Tout d abord, l Energie avec une progression de 27%, suivi du secteur Bois papier carton avec une hausse de 20% en un an. Ces performances sont principalement liées au succès des énergies renouvelables et aux avantages fiscaux instaurés sur ces activités. Le statut d auto-entrepreneur sous vigilance orange Evolution sur un an Créations hors entreprises ,6% Créations d entreprises ,1% dont entreprises individuelles ,4% Sur les 12 derniers mois, nouvelles entités ont été enregistrées, soit une baisse de 11% sur un an. 56% de ces créations sont des entreprises individuelles ; bien que toujours majoritaire, cette catégorie est en recul de 17%. Cette baisse est principalement liée à l effondrement du statut d auto-entrepreneur. Ce statut lancé en janvier 2009 a connu un succès immédiat (facilité des démarches administratives, statut fiscal intéressant, ). Dès la fin de l année 2009, les créations d entreprises individuelles, comprenant les auto-entrepreneurs, augmentaient de plus de 100%. Passé l effet d aubaine de la première année pour ce nouveau statut, le nombre de créations a commencé naturellement à décroître. Ce phénomène a été probablement renforcé par les mesures plus restrictives mises en place par le gouvernement en Une nette phase de décrue du nombre de créations d auto-entrepreneurs est enregistrée à partir de fin février En fait, le volume de créations peut apparaître aujourd hui comme plus «normal». Pour mémoire, fin 2008, un peu moins de créations d entreprises étaient enregistrées. Près d un an plus tard, entreprises se créaient. Enfin, il est important de souligner que moins de la moitié des auto-entrepreneurs serait économiquement active selon l Agence centrale des organismes de sécurité sociale. Focus : Que deviennent les jeunes entreprises? Pour parler de dynamisme, Coface Services s est intéressée à l évolution et à la survie des créations récentes après les une, trois et cinq années suivant l immatriculation : Les entreprises créées au 1 er semestre 2011 représentaient environ entités. Un an plus tard, 79% de ces mêmes créations sont considérées actives. Près de 15% ont déjà fait l objet d une disparition via une cessation ou une liquidation judiciaire. Pour le solde (environ entités), une prise réelle d activité reste à confirmer. Les entreprises créées au 1 er semestre 2009 atteignaient un volume de dont les ¾ sous la forme d entreprise individuelle. Près de 30% de ces entreprises ont disparues aujourd hui. Celles considérées comme actives (près de ) ont peu évolué en taille. Pour 93% d entres-elles, le nombre de salariés ne dépasse pas une personne. Les entreprises salariant entre 2 et 9 personnes représentent 6% et la part des entreprises de plus de 10 salariés est inférieure à 1%. Soulignons tout de même que 24 entreprises créées il y a 3 ans salarient aujourd hui plus de 250 salariés. La moitié des entreprises créées il y a 3 ans et aujourd hui disparues appartenait aux secteurs du Service aux entreprises (19%), du Bâtiment et Travaux Publics (16%) et de la Distribution (16%). Concernant les entreprises créées il y a 5 ans, le constat est plus amer. Sur un peu plus de nouvelles entreprises, seulement 52% sont toujours en activité à ce jour. Néanmoins, les entreprises qui survivent se sont renforcées avec le temps. En effet, 11% d entre elles emploient entre 2 et 9 salariés et 2% plus de 10 salariés.

4 Au delà de la baisse des défaillances, des signes inquiétants Périmètre retenu pour les défaillances : redressements et liquidations judiciaires. Baisse continue des défaillances depuis le 1 er semestre 2010 Au premier, défaillances sont comptabilisées toutes formes juridiques confondues, dont ¾ de sociétés commerciales et un peu plus de en nom propre. Par rapport au 1 er, les défaillances ont reculé de 4%, avec un pic de 11% pour les seules entreprises individuelles. De leur coté, les sociétés commerciales enregistrent une baisse plus limitée de 1%. Le nombre de défaillances ne cesse de décroître depuis le 1 er semestre 2010 avec un record constaté à la fin de cette même année avec -7%. Les Très Petites Entreprises en particulier, qui représentent en moyenne 97% des défaillances, enregistrent depuis deux semestres consécutifs des évolutions inférieures à -4%. Des résultats qui cachent des phénomènes plus inquiétants Evolution sur un an Défaillances hors entreprises ,0% Défaillances entreprises ,4% Ensemble des défaillances ,6% Bien que peu représentatives en volume, les grandes et moyennes entreprises affichent des résultats préoccupants sur 7 semestres consécutifs. Du côté des PME (3% du total Evolution des défaillances chaque 1er semestre des défaillances), la hausse atteint 5% à la fin du 1 er semestre avec un triste record, réalisé fin février, à +7%. Pour les Grandes Entreprises, les évolutions sont plus dramatiques. A fin juin, par taille d'entreprise 63,7% 58,3% la hausse atteint 39%. En moyenne, depuis janvier 2012, 4 Grandes Entreprises font l objet d une défaillance chaque mois. Ces 38,9% 16,7% entités, à bout de souffle en termes de trésorerie, sont finalement 20,8% 11,3% tombées en cessation de paiement. C est donc sans surprise que le 9,3% niveau d emplois menacés est en forte progression. Sur le 1 er 5,0% 4,6% 0,0%, emplois sont dénombrés, soit une évolution de +9% par rapport au 1 er 0,7% 0,9% 0,7% 5,3% semestre ,6% 3,9% 14,3% Le secteur le plus fortement touché est celui de l Agroalimentaire 18,3% suite à la défaillance, courant juin 2012, du groupe Doux. S S S S S S Ce dernier, situé en Bretagne, emploie près de salariés. Les jeunes entreprises, à la trésorerie plus limitée, demeurent TPE PME GE naturellement les plus exposées au risque de défaillance. Au 1 er, près de la moitié des entreprises en faillite a moins de 5 ans d ancienneté. Néanmoins, face à des créations en berne, la part des jeunes entreprises défaillantes tend légèrement à se réduire. En 2008, elles représentaient en moyenne un peu plus de 56% de la totalité des défaillances. A l inverse, les entreprises de plus de 20 ans sont de plus en plus concernées. Depuis l an dernier, elles représentent plus de 10% des défaillances. En moyenne, ce sont donc près de entreprises de plus de 20 ans qui tombent en faillite chaque semestre, soit le double d avant la crise. Focus sectoriel La part la plus importante des entreprises défaillantes provient du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics, avec entités, en baisse de 5% sur un an. Ces défaillances représentent un chiffre d affaires cumulé de 2,8 milliards d euros et menacent un peu plus de salariés. Au second rang, les secteurs des Services aux particuliers et des Services aux entreprises enregistrent 25% des défaillances. Au 1 er, les trois secteurs enregistrant les plus fortes baisses par rapport à l année dernière sont les Produits minéraux et chimie, les Métaux ainsi que les Biens d équipements industriels avec respectivement -22%, -16% et -8%. Premières victimes de la crise financière car déjà fragilisés par une forte concurrence internationale, ces trois secteurs (4% du total des défaillances), comprennent nombre de grandes entreprises. Dans ces secteurs, le recul des faillites permet de diminuer significativement le nombre d emplois menacés. Concernant les Produits minéraux et Chimie, une défaillance représente en moyenne près de 2 millions d euros de chiffre d affaires et menace 21 salariés. Pour le secteur des Métaux, les entreprises défaillantes cumulaient un chiffre d affaires d un montant de 346 millions et menaçaient emplois, ce qui, en moyenne pour une entreprise défaillante, représente 1,4 million d euros de chiffres d affaires et 11 salariés. Enfin, le secteur de la Distribution comptabilise défaillances en 6 mois, soit une baisse de -6,4% en un an. C est le meilleur résultat enregistré pour ce secteur depuis 2006, avec moitié moins de salariés menacés comparé au 1 er semestre Les secteurs à suivre Vol. S Evolution Emplois menacés Emploi moyen Produits minéraux et chimie 73-22,3% Métaux ,3% Bien d équipements industriels 605-7,8% Energie ,3% Pharmacie ,7% Services financiers ,4% Pour une analyse plus complète des défaillances en France, se reporter au Panorama des défaillances de Coface.

5 Des cessations en légère progression de 1% Périmètre retenu pour les cessations : cessations d activités pures, cessions de fonds, fusions-absorptions et dissolutions. Les auto-entrepreneurs sur-représentés dans les cessations d entreprises Evolution sur un an Au 1 er, le nombre de cessations atteint , en hausse de 1% par rapport au 1 er. Cette évolution met fin à 4 semestres consécutifs de baisse. Sur les 12 derniers mois, le cumul est de , soit une augmentation identique de 1% sur un an. Cessations hors entreprises Cessations d entreprises Dont entreprises individuelles Ensemble des cessations ,8% -1,5% -8,9% +0,9% Les entreprises individuelles, qui représentent 65% des cessations, reculent de 9% en un an sur le 1 er. Cette performance est liée en réalité à un volume important de cessations courant Durant cette période, de nombreuses entreprises évoluant sous le statut d auto-entrepreneur ont fait l objet d une cessation suite à la mise en place de la nouvelle mesure de radiation, instituant la suppression automatique de l entreprise au-delà de 8 trimestres consécutifs de chiffre d affaires nul. A cette époque, plus de la moitié des cessations d entreprises individuelles était des auto-entrepreneurs. A l inverse, les cessations de sociétés commerciales, au nombre de sur le 1 er, augmentent de +26% en un an. En 2011, les évolutions étaient comprises entre -3% et -10%. La quasi-totalité des cessations (99,2%) concerne les TPE. Elles évoluent de +1% sur 12 mois. Concernant les moyennes et grandes entreprises au nombre de au 1 er, la progression atteint 13%. Consécutivement, le nombre d emplois concernés par les cessations augmente de 3% en un an, passant de près de à un peu plus de sur le premier semestre Il est important de préciser que tous les emplois concernés par les cessations ne disparaissent pas systématiquement. En effet, certaines formes de cessations comme les fusions-absorptions peuvent permettre le maintien des salariés dans les nouvelles structures Evolution des cessations à chaque 1er semestre depuis 2010 par catégorie juridique S S S Ensemble hors Entreprise commerciale Entreprise individuelle Société commerciale Focus sectoriel En volume, la moitié des cessations est issue de 3 secteurs d activités : le secteur du Bâtiment et Travaux Publics avec près de cessations en 6 mois, suivi des Services aux entreprises et des Services aux particuliers, respectivement avec et cessations d activités. Concernant le secteur du Bâtiment, une hausse des cessations de 13% est enregistrée en un an, alors qu elles reculaient encore de 4% à fin décembre Ce résultat s accompagne d un cumul d emplois concernés en hausse de 30%, à sur les 6 premiers mois de l année. Pour les Services aux entreprises, la progression atteint 5% en un an. Malgré une hausse en volume, l impact social est moindre (-26% en un an). Les emplois concernés dans ce secteur représentent néanmoins 11% du total. A l inverse, les cessations dans les Services aux particuliers baissent de 6% en un an, accompagné d un recul des emplois concernés de 36%, soit au total Ce secteur enregistre la 3 ème plus forte baisse en un an derrière les secteurs de la Pharmacie (-20%) et des Services collectif (-11%). Le secteur de la Pharmacie voit le nombre de ses cessations fortement reculer depuis près d un an avec des résultats toujours inférieurs à -10%. Cette tendance permet de ne pas alourdir le bilan des emplois concernés, avec en moyenne 4 salariés par entreprise. Dans les Services collectifs, un changement de tendance est observé depuis le printemps Dès cette période, les cessations reculent constamment jusqu à une performance de -11% à fin juin Les cessations de ce secteur augmentaient encore de 23% à fin septembre Néanmoins, cette baisse en volume n est pas suivie par celle des emplois concernés. Ceux-ci ont progressé de 10% sur les 6 premiers mois de l année. Ce contraste est lié à la cessation d un nombre plus important de Grandes Entreprises en début d année, environ 15 par mois, dont 5 sur le seul mois de juin Les secteurs à suivre Secteurs Evolution Emplois menacés Emploi moyen Pharmacie ,0% Services collectifs ,0% Produits minéraux et chimie ,1% Energie ,0% Télécommunication ,1% Bâtiment et travaux publics ,2%

6 Donnez de la couleur a votre portefeuille clients! L observatoire des entreprises Votre interlocuteur-conseil en études économiques examine avec vous la meilleure réponse à vos besoins, à chaque stade de votre développement. Suivez Coface Services sur Internet Siège social : 1 rue de l Union Rueil Malmaison - S.A. au capital de euros - R.C.S. Nanterre BUSD/15.1/ Solutions de Credit Management Tél : (0,15 / Min)

L observatoire. Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France. des entreprises. Avril 2013. www.cofaceservices.fr

L observatoire. Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France. des entreprises. Avril 2013. www.cofaceservices.fr Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France Avril 2013 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr Objet de l Etude Evolution en 2012 des créations, cessations et défaillances

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France NATIONAL - N 18 Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France Synthèse du «Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France» Altares, Février 2014 Objectifs o Eclairer

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

L observatoire. des entreprises. Dynamisme & risque Secteur Transports & logistique

L observatoire. des entreprises. Dynamisme & risque Secteur Transports & logistique L observatoire des entreprises Dynamisme & risque Secteur Transports & logistique N 13 - Mars 2014 SOMMAIRE Méthodologie & définitions 2 Nomenclature d activité Ellisphere 3 Synthèse 4 Transports & logistique

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

L observatoire. des entreprises. Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective

L observatoire. des entreprises. Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective L observatoire des entreprises Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective N 20 - Novembre 2014 En 2014, Coface Services devient Ellisphere et se recentre sur son métier de l

Plus en détail

PALMARES ALTARES DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES 3 ème TRIMESTRE 2015

PALMARES ALTARES DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES 3 ème TRIMESTRE 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE PALMARES ALTARES DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES 3 ème TRIMESTRE 2015 Les indicateurs passent enfin au vert avec 12 500 défaillances d entreprises sur le 3ème trimestre (-4,8%) Nette

Plus en détail

L observatoire. des entreprises. Focus sectoriel Moyens de transport

L observatoire. des entreprises. Focus sectoriel Moyens de transport L observatoire des entreprises Focus sectoriel Moyens de transport N 12 - Mars 2014 Nomenclature d activité Ellisphere Secteur Moyens de transport Automobile Commerce d autres véhicules automobiles Commerce

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Les défaillances d entreprises augmentent de 3,4 % sur le 1 er trimestre 2014

Les défaillances d entreprises augmentent de 3,4 % sur le 1 er trimestre 2014 1/5 défaillances et sauvegardes d entreprises : l analyse TRIMESTRIelle D altares Les défaillances d entreprises augmentent de 3,4 % sur le 1 er trimestre 2014 16 446 entreprises sont en cessation de paiement,

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012. Région Poitou-Charentes Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012 Région Poitou-Charentes Edito Avec les chiffres clés de l artisanat au 30 juin 2012, l observatoire économique régional de l

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2015 signe le meilleur chiffre depuis 2008.

Le 2 ème trimestre 2015 signe le meilleur chiffre depuis 2008. 1/5 PALMARES ALTARES DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES du 2 ème trimestre 2015 Le 2 ème trimestre 2015 signe le meilleur chiffre depuis 2008. 13 400 défaillances d entreprises, soit - 6,8 % par rapport au

Plus en détail

PANORAMA DEFAILLANCES

PANORAMA DEFAILLANCES 2 5 + Analyse globale des défaillances d entreprises Analyse des défaillances par secteurs De nouveaux chocs à assimiler 11 Pourquoi l austérité n est pas mortelle 13 DEFAILLANCES LES PUBLICATIONS ÉCONOMIQUES

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Les conséquences sur le tissu économique

Les conséquences sur le tissu économique Les conséquences sur le tissu économique Entreprises Entreprises L engouement pour les auto-entreprises se calme En Poitou-Charentes, 13 964 entreprises ont été créées en. Après une forte augmentation

Plus en détail

Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique

Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique Juin 2004 L Observatoire porte un regard attentif sur les SARL constituées avec

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES

L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES NEWSLETTER DÉCEMBRE 2015 Sous la direction d André Letowski L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES Ce mois-ci nous vous proposons 6 axes d analyses La conjoncture : une légère amélioration,

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

Statistiques et Commentaires

Statistiques et Commentaires La prévention de janvier à août 2005 A U T R I B U N A L D E C O M M E R C E D E P A R I S C'est une constante, la prévention constitue une priorité forte pour le Tribunal, comme en témoigne le nombre

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment Maj : 13 novembre 2012 Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment L artisanat du bâtiment enregistre pour le second trimestre consécutif une baisse de son activité. Les

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005

Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005 Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire,

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

ENTREPRISES. EVOLUTIONS 2 èmes trimestres 2013-2014. N 45 Sept 2014 Données au 30 juin 2014

ENTREPRISES. EVOLUTIONS 2 èmes trimestres 2013-2014. N 45 Sept 2014 Données au 30 juin 2014 Comparaisons 2 èmes trimestres 213 et 214 ENTREPRISES Créations d entreprises Liquidations judiciaires Crédits à l équipement Permis de construire de locaux Investissements des entreprises Chiffres d Affaires

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique.

Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique. Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique. 7 ème journée d études sur les faillites Université Paris Ouest Nanterre Jean-Luc CAYSSIALS Cécile GOLFIER Ludovic

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Synthèse Chapitres Au 1 er janvier 2015, en Alsace le nombre d établissements inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) est en augmentation, tandis que les

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Paris, 5 mai 2015 Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Croissance du chiffre d affaires : +5,3% à périmètre et change courants (+2,3%

Plus en détail

Dispositif d accompagnement d parisiennes sur la crise

Dispositif d accompagnement d parisiennes sur la crise Comité de suivi Parisien de la crise Document 4 Mai 2009 Cellule de crise CGPME Paris Ile de France Information & outils Dispositif d accompagnement d des PME parisiennes sur la crise La situation économique

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation Avril-Mai-Juin 20 Note trimestrielle N 30 Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation RESUME DE L EVOLUTION DU TRIMESTRE (Avril-Mai-Juin 20) Sensible progression Dans la continuité

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Mai L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active pour

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois?

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? 2. Emploi La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? Dans cette étude, nous dressons un bilan de la mesure récente du gouvernement concernant la défiscalisation

Plus en détail

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 LE SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER DANS LES COM DU PACIFIQUE Trois catégories d établissements de crédit 1 sont implantées dans les collectivités d outremer du Pacifique : les banques

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

Le suivi du financement des PME à la Banque de France

Le suivi du financement des PME à la Banque de France Le suivi du financement des PME à la Banque de France Elisabeth Kremp Observatoire des entreprises, Banque de France CNIS 9 avril 2010 1. La BdF dispose avec la Centrale des risques d une information riche

Plus en détail

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées L artisanat en Midi- Atlas Edition 2015 L Observatoire de l Artisanat de Midi- www.artisanat-mp.fr Sources : Observatoire de l artisanat Midi-, répertoire des métiers au 31/12/2014 URSSAF Midi- «Mieux

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

ENTREPRISES. Note de conjoncture Mars 2014. Direction des Entreprises et des Territoires. Situation au 4 avril 2014.

ENTREPRISES. Note de conjoncture Mars 2014. Direction des Entreprises et des Territoires. Situation au 4 avril 2014. Direction des Entreprises et des Territoires Note de conjoncture Mars 2014 Situation au 4 avril 2014 ENTREPRISES Immatriculations Statistiques cfe du 1er janvier 2014 au 31 mars 2014 Création Création

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Union régionale des Scop d Aquitaine

Union régionale des Scop d Aquitaine Union régionale des Scop d Aquitaine DOSSIER DE PRESSE AVEC LE SOUTIEN DE NOS PARTENAIRES : Sommaire Page 3 1) Les Scop, les salariés co-entrepreneurs Page 4 2) Un modèle entrepreneurial d actualité Page

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT EN 2014. Le 09 décembre 2015

IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT EN 2014. Le 09 décembre 2015 IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT EN 2014 Le AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr MÉTHODOLOGIE Principes de collecte Les statistiques ont été établies

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS

LES CHIFFRES CLÉS RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS LES CHIFFRES CLÉS RÉGION NORD-PAS-DE-CALAIS ÉDITION 2014 ÉCONOMIE LA PROPRETÉ EN NORD-PAS-DE-CALAIS Données économiques générales de la région > Les données de l ACOSS présentent des établissements, c

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015

Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015 embre 2012 Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015 ENTREPRISES Créations d entreprises Liquidations judiciaires Crédits à l équipement Permis de construire de locaux Investissements des entreprises

Plus en détail

Suivi des crédits aux entreprises en Nouvelle-Calédonie au 31 décembre 2014

Suivi des crédits aux entreprises en Nouvelle-Calédonie au 31 décembre 2014 Infos financières Avril 2015 Suivi des crédits aux entreprises en Nouvelle-Calédonie au 31 décembre 2014 À fin décembre 2014, l encours total des crédits aux entreprises atteint 533,4 milliards de F CFP

Plus en détail

La situation économique des Hautes-Pyrénées

La situation économique des Hautes-Pyrénées La situation économique des Hautes-Pyrénées Juillet 2009 CONTEXTE GENERAL Morosité ambiante des chefs d entreprises déjà constatée lors de l enquête de conjoncture en octobre 2008. Hautes-Pyrénées initialement

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail