Cycle de vie, Portefeuille et Simulations. Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cycle de vie, Portefeuille et Simulations. Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas"

Transcription

1 Cycle de vie, Portefeuille et Simulations Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas Les procédures ont été réalisées pour le cours cycle de vie et gestion de portefeuille du master 272 Ingénierie Economique et Financière. Cette section présente diverses procédures utilisées pour évaluer les résultats d'une stratégie d'investissement dans le cadre du cycle de vie. Typiquement, ces procédures ont pour objet d'évaluer les coûts et avantages de plans de retraites (par capitalisation) définis par des taux de cotisation et des portefeuilles d'investissement. Les procédures diffèrent par le mode d'évaluation, la complexité des stratégies, et les paramètres pris en compte. Dans les procédures les plus simples, on évalue la distribution des rendements moyens, les probabilités de ruine à l'âge de la retraite. Les paramètres des stratégies (contributions, structure du portefeuille) sont constants. Dans les procédures les plus complexes, on permet des stratégies dépendant de l'âge et on prend en compte le risque de mortalité aussi bien que les risques attachés aux rendements des titres. Pour évaluer les stratégies, on calcule alors les équivalents certains des stratégies. Les procédures (présentées ci-dessous) : simulation d'une loi normale multivariée Simulation d'investissements financiers de long terme équivalent certain d'une stratégie d'investissement de long terme optimisation d'un plan de retraite stratégies d'investissement avec horizon incertain stratégies d'investissement avec des stratégies conditionnelles au cycle de vie données utilisées dans les simulations

2 Simulation d une loi normale multivariée L'objet du fichier auquel renvoie cette page est de présenter le code d'une fonction permettant de simuler une loi normale multivariée. La procédure principale (de type sub) met ensuite en oeuvre cette fonction sur les données de la feuille "parametres" pour reporter les valeurs de 10 histoires possibles pour un portefeuille 60/40 (60% en actions, 40% en obligations). Pour télécharger le fichier Excel (avec les procédures), cliquer ci-dessous : Références Jackson, M. & Staunton, M. "Advanced modelling in finance using Excel and VBA ", Wiley, 2004 Riva, F. "Applications financières sous Excel en Visual Basic", Economica, 2005

3 Ambrosino, J.-Ph., L. Longre, C. Loos-Sparfel & J.-P. Mesters "VBA pour Microsoft Office 2007", Micro Application, 2007 Jelen, W. and T. Syrstad "VBA and Macros Microsoft Excel", Business Solutions, 2004 Ouvrages sur VBA

4 Simulation d investissements financiers de Long Terme L'objet de ces procédures est de simuler une stratégie de placement réalisé dans le cadre du cycle de vie. Les rendements des titres sont supposées suivrent une loi normale (identique) à chaque période. En fonction de la contribution fixée, du rythme de version de la pension (et des modalités), du portefeuille stationnaire déténu, on simule les trajectoires des revenus obtenus, on calcule les rendements moyens du portefeuille, les probabilités de ruine à différents agents. Les données doivent être mises sur la feuille "parametres". Ces données sont : l'âge initial, l'âge de la retraite, l'âge terminal (supposé certain), la valeur initiale du portefeuille; les caractéristiques des titres (rendements moyens, volatilités, corrélations); la structure du portefeuille utilisé; les paramètres de la contribution et de la politique de prélèvement après la retraite. La structure du portefeuille est supposée constante au cours du temps. La contribution est définie par un niveau initial et par son taux de croissance. Enfin le prélèvement est défini par un fixe et par le taux de liquidation du portefeuille. Le revenu versé à la retraite est donc donnée par : revenu versé en t = fixe + taux de liquidation * valeur du portefeuille en t La synthèse des résultats est sur la feuille "resultats". Les statistiques sur l'évolution de la richesse et des revenus (prélevés puis versés) sont sur les feuilles "revenus" et "richesse".

5

6 Les probabilités de ruine sont calculés sur la feuille "richesse" et certaines sont reportées sur la feuille "resultats".

7

8 Evaluation des stratégies d investissement de long terme Comment évaluer une stratégie d'investissement à long terme, par exemple un plan de retraite? La méthode proposée ici consiste à combiner les simulations de Monte Carlo avec un modèle d'utilité espérée (représentant les objectifs de l'investisseur). Cette dernière permet en effet de définir l'équivalent certain, i.e. ici le revenu certain et stationnaire perçu tout au long de la vie équivalent au profit de revenu obtenu. Le cadre d'analyse est donc celui du cycle de vie. Les rendements des titres sont supposées suivrent une loi normale (identique) à chaque période. En fonction de la contribution fixée, du rythme de version de la pension (et des modalités), du portefeuille stationnaire déténu, on simule les trajectoires des revenus obtenus, on calcule les rendements moyens du portefeuille, les probabilités de ruine à différents agents. La structure du portefeuille est supposée constante au cours du temps. La contribution est définie par un niveau initial et par son taux de croissance. Enfin le prélèvement est défini par un fixe et par le taux de liquidation du portefeuille. Les politiques de prélèvement combinent une part fixe et une part variable dépendante de la valeur du portefeuille. La pension de la période t (notée pt) est donc supposée être de la forme : pension en t = fixe + b*valeur du portefeuille en t

9 Les données doivent être mises sur la feuille "parametres". Ces données sont : l'âge initial, l'âge de la retraite, l'âge terminal (supposé certain), la valeur initiale du portefeuille; les caractéristiques des titres (rendements moyens, volatilités, corrélations); la structure du portefeuille utilisé; les paramètres de la contribution et de la politique de prélèvement après la retraite. La synthèse des résultats est sur la feuille "resultats". Les statistiques sur l'évolution de la richesse et des revenus (prélevés puis versés) sont sur les feuilles "revenus" et "richesse". Les probabilités de ruine sont calculés sur la feuille "richesse" et certaines sont reportées sur la feuille "resultats". En supposant que l'investisseur a des préférences à la von Neuman & Morgenstern (utilité espérée), avec la fonction puissance comme fonction d'utilité élémentaire, on est cette fois capable de calculer l'équivalent certain des trajectoires de consommation. Cet équivalent est calculé pour une espérance de vie exogène (fixée à 95 ans). Les valeurs obtenues pour l'équivalent certain illustre notamment l'impact du risque de ruine. Même à des niveaux faibles, celui-ci fait baisser considérablement la valeur de l'équivalent certain.

10

11 Optimisation d un plan de retraite A taux d'épargne donné et à structure de portefeuille donnée, comment doivent être fixés les paramètres de la politique de prélèvement sur le capital accumulé après la retraite? Dans ce fichier, en se plaçant dans un cadre classique (cycle de vie, stratégie stationnaire d'épargne et d'investissement, on utilise les simulations pour tenter de répondre à cette question. Le cadre d'analyse est celui du cycle de vie. Les rendements des titres sont supposées suivrent une loi normale (identique) à chaque période. En fonction de la contribution fixée, du rythme de version de la pension (et des modalités), du portefeuille stationnaire déténu, on simule les trajectoires des revenus obtenus, on calcule les rendements moyens du portefeuille, les probabilités de ruine à différents agents. La structure du portefeuille est supposée constante au cours du temps. La contribution est définie par un niveau initial et par son taux de croissance. Enfin le prélèvement est défini par un fixe et par le taux de liquidation du portefeuille. Les politiques de prélèvement combinent une part fixe déterminé à l'âge de la retraite et une part variable dépendante de la valeur du portefeuille. La pension de la période t (notée pt) est donc supposée être de la forme : pt=a*wretraite+b*wt où pt est la reraite versée à la période t, Wretraite est la richesse accumulée à l'âge de la retraite, Wt la richesse à la période t. En supposant que l'investisseur a des préférences à la von Neuman & Morgenstern (utilité espérée), avec la fonction puissance comme fonction d'utilité élémentaire, on est cette fois capable de calculer l'équivalent certain des trajectoires de consommation. Cet équivalent est calculé pour une espérance de vie exogène (fixée à 95 ans). Les valeurs obtenues pour l'équivalent certain illustre notamment l'impact du risque de ruine. Même à des niveaux faibles, celui-ci fait baisser considérablement la valeur de l'équivalent certain.

12 Les données doivent être mises sur la feuille "parametres". Ces données sont :

13 l'âge initial, l'âge de la retraite, l'âge terminal (supposé certain), la valeur initiale du portefeuille les caractéristiques des titres (rendements moyens, volatilités, corrélations); la structure du portefeuille utilisé; les paramètres de la contribution et de la politique de prélèvement après la retraite. La procédure principale réalise les étapes suivantes : simulation de l'univers des titres pour un horizon de cycle de vie; puis on réalise une double boucle sur les deux paramètres de la politique de prélèvement pour évaluer successivement les équivalents certains et les probabilités de ruine (après 15 ans de retraite). Les résultats stockés dans les deux tableaux des feuilles "statcomp - EC" et "statcomp - prob" donnent les graphiques 3D des autres feuilles. Ils révèlent le fort lien entre la probabilité de ruine et l'évolution de l'équivalent certain. En fait la corrélation entre ces deux variables est de -0,76!

14 Le fort impact de la probabilité de ruine sur l'équivalent certain impose que la valeur de a sera assez faible (de l'ordre de 1%) alors que la valeur de b sera de l'ordre de 4%. L'équivalent certain de cette politique optimale est de euros (certains et stationnaires de 25 à 85 ans) alors que le revenu annuel initial (à 25 ans) est de euros et que l'équivalent certain des revenus d'activité est de euros (toujours perçus entre 25 et 85 ans). Cette valeur reflète naturellement le fort impact des situations de ruine ou de revenus faibles pour un agent averse au risque.

15 Stratégies d investissement avec horizon incertain Dans la modélisation présentée ici, l'horizon d'investissement est incertain et déterminé par une table de mortalité. A chaque période, on simule donc le risque de décès conjointement aux rendements des titres - les deux risques étant supposés indépendants. La méthode proposée ici pour évaluer les stratégies d'investissement consiste à combiner les simulations de Monte Carlo avec un modèle d'utilité espérée (représentant les objectifs de l'investisseur). Cette dernière permet en effet de définir l'équivalent certain, i.e. ici le revenu certain et stationnaire perçu tout au long de la vie équivalent au profit de revenu obtenu. Pour évaluer l'impact de l'aversion au risque, on détermine successivement, l'équivalent certain en l'absence d'aversion à l'égard du risque, l'équivalent certain pour chaque histoire simulée (prenant en compte l'instabilité de la consommation de période à période), dont on calcule la moyenne (EC expost), et l'équivalent certain sur l'ensemble des histoires (EC ex ante). Pour rendre compte de la performance du portefeuille on calcule ses rendements annuels, son facteur de croissance. Le cadre d'analyse est donc celui du cycle de vie. Les rendements des titres sont supposées suivrent une loi normale (identique) à chaque période. En fonction de la contribution fixée, du rythme de version de la pension (et des modalités), du portefeuille stationnaire déténu, on simule les trajectoires des revenus obtenus, on calcule les rendements moyens du portefeuille, les probabilités de ruine à différents agents. La structure du portefeuille est supposée constante au cours du temps. La contribution est définie par un niveau initial et par son taux de croissance. Enfin le prélèvement est défini par un fixe, la valeur du portefeuille à la retraite, et par le taux de liquidation du portefeuille. Les politiques de prélèvement combinent une part fixe et une part variable dépendante de la valeur du portefeuille. La pension de la période t (notée pt) est donc supposée être de la forme : pension en t = fixe + a*(valeur du portefeuille à l'âge de la retraite) + b*(valeur du portefeuille en t)

16 Les données doivent être mises sur la feuille "parametres". Ces données sont : l'âge initial, l'âge de la retraite, l'âge terminal (supposé certain), la valeur initiale du portefeuille; les caractéristiques des titres (rendements moyens, volatilités, corrélations); la structure du portefeuille utilisé; les paramètres de la contribution et de la politique de prélèvement après la retraite. La synthèse des résultats est sur la feuille "resultats". Les statistiques sur l'évolution de la richesse et des revenus (prélevés puis versés) sont sur les feuilles "revenus" et "richesse". Les probabilités de ruine sont calculés sur la feuille "richesse" et certaines sont reportées sur la feuille "resultats". En supposant que l'investisseur a des préférences à la von Neuman & Morgenstern (utilité espérée), avec la fonction puissance comme fonction d'utilité élémentaire, on est cette fois capable de calculer l'équivalent certain des trajectoires de consommation. Cet équivalent est calculé pour une espérance de vie exogène (fixée à 95 ans). Les valeurs obtenues pour l'équivalent certain illustre notamment l'impact du risque de ruine. Même à des niveaux faibles, celui-ci fait baisser considérablement la valeur de l'équivalent certain.

17

18 Stratégies d investissement conditionnelles indexées sur le cycle de vie Dans la modélisation présentée ici, l'horizon d'investissement est incertain et déterminé par une table de mortalité. A chaque période, on simule donc le risque de décès conjointement aux rendements des titres - les deux risques étant supposés indépendants. La méthode proposée ici pour évaluer les stratégies d'investissement consiste à combiner les simulations de Monte Carlo avec un modèle d'utilité espérée (représentant les objectifs de l'investisseur). Cette dernière permet en effet de définir l'équivalent certain, i.e. ici le revenu certain et stationnaire perçu tout au long de la vie équivalent au profit de revenu obtenu. Par rapport aux autres modélisations, celle présentée ici permet de définir des stratégies conditionnelles au cycle de vie. Le taux d'épargne, les parts investies dans les titres sélectionnés peuvent être définis pour chaque âge possible. Le lancement de la procédure suppose que l'ait au préalable défini le fichier des données, et se déroule en 3 étapes: la définition de l'univers de titres; la définition des stratégies (d'épargne et de portefeuille); le lancement des simulations. Pour évaluer l'impact de l'aversion au risque, on détermine successivement, l'équivalent certain en l'absence d'aversion à l'égard du risque, l'équivalent certain pour chaque histoire simulée (prenant en compte l'instabilité de la consommation de période à période), dont on calcule la moyenne (EC expost), et l'équivalent certain sur l'ensemble des histoires (EC ex ante). Pour rendre compte de la performance du portefeuille on calcule ses rendements annuels, son facteur de croissance.

19 Les données doivent être mises sur les feuilles "parametres" et "stratégies". Ces données sont : l'âge initial, l'âge de la retraite, l'âge terminal (supposé certain), la valeur initiale du portefeuille; les caractéristiques des titres (rendements moyens, volatilités, corrélations); la structure du portefeuille utilisé; les paramètres de la contribution et de la politique de prélèvement après la retraite. La synthèse des résultats est sur la feuille "resultats". Les statistiques sur l'évolution de la richesse et des revenus (prélevés puis versés) sont sur les feuilles "revenus" et "richesse". Les probabilités de ruine sont calculés sur la feuille "richesse" et certaines sont reportées sur la feuille "resultats".

20

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER

CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER OBJECTIF Décision d'investissement? Comment un individu décide-t-il d'allouer sa richesse entre différents actifs (maison, actions, obligations,

Plus en détail

SECTION 1 : Connaissances et expérience

SECTION 1 : Connaissances et expérience SECTION 1 : Connaissances et expérience Question 1 : Vos connaissances en matière d investissements sont o plutôt faibles 0,0 o moyennes 5,0 o très bonnes 10,0 Question 2 : ACTIONS : Connaissez-vous ce

Plus en détail

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base

Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1 : Garantir la viabilité financière des régimes de base Indicateur n 1-6 : Suivi de la dette sociale portée par la CADES La loi organique

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2 Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 1 Trois différentes techniques de pricing... 3 1.1 Le modèle de Cox Ross Rubinstein... 3 1.2 Le modèle de Black & Scholes... 8 1.3 Méthode de Monte Carlo.... 1

Plus en détail

Modèle trimodal de calcul de l'inflation au Canada et son incidence sur l'indexation des rentes de régimes de retraite

Modèle trimodal de calcul de l'inflation au Canada et son incidence sur l'indexation des rentes de régimes de retraite Modèle trimodal de calcul de l'inflation au Canada et son incidence sur l'indexation des rentes de régimes de retraite Louis Adam, f.s.a., f.i.c.a. Professeur agrégé, École d actuariat, d Université Laval

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti»

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Question 1 : représenter graphiquement le taux de rentabilité du produit à capital garanti

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Petit déjeuner de l AFGAP Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Hélène Denis 7 avril 2005 Introduction Insuffisance de la provision mathématique à refléter les engagements de l assureur.

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes L3 Eco-Gestion/ Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion Plan 1 Rappels sur l utilité espérée La représentation des événements

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI)

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Fonds d investissement BMO 1 Découvrez les avantages du REEI Le régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) offre

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Chapitre 12 - Le choix d'un portefeuille. Plan

Chapitre 12 - Le choix d'un portefeuille. Plan Chapitre 12 - Le choix d'un portefeuille Plan Le choix de portefeuille et l'optimisation de portefeuille Combinaison d'un actif risqué et d'un actif sans risque la droite de couple risque-rentabilité le

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap

Pour les Canadiens atteints d un handicap BMO Fonds d investissement Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Le REEI met à la disposition des personnes handicapées un instrument d épargne et de placement

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

DOCUMENT FONCTIONNEL Analyse de sensabilité Monte Carlo Niveau 2 R

DOCUMENT FONCTIONNEL Analyse de sensabilité Monte Carlo Niveau 2 R DANS CE DOCUMENT, IL S'AGIT DE : Comment l analyse Monte-Carlo fonctionne-t-elle dans? Comment interpréter les résultats de l analyse de sensibilité Monte-Carlo? L analyse de sensibilité Monte-Carlo est

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Orientations générales de la politique de placement

Orientations générales de la politique de placement 16 juin 2009 Orientations générales de la politique de placement 1. La Mission du FRR 1.1 Créé par la loi n 2001-624 du 17 juillet 2001, le FRR s est vue confié pour mission par le législateur de «gérer

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Informations clés pour l'investisseur

Informations clés pour l'investisseur Informations clés pour l'investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants

Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants Les fonds en catégorie de société de Manuvie : des solutions de placement fiscalement avantageuses pour les épargnants Les fonds de placement structurés en catégorie de société offrent de multiples avantages

Plus en détail

Chapitre 13 - Le MEDAF

Chapitre 13 - Le MEDAF Chapitre 13 - Le MEDAF Plan Présentation et utilité du Medaf Deux propositions Tous les individus investissent dans le portefeuille de marché Les individus n'investissent pas dans les mêmes proportions

Plus en détail

SECURE ADVANTAGE REVENUS GARANTIS

SECURE ADVANTAGE REVENUS GARANTIS Complément de retraite à vie SECURE ADVANTAGE REVENUS GARANTIS Une troisième voie pour votre assurance vie DOCUMENT NON CONTRACTUEL Financement des retraites, un nouveau contexte NOUS VIVONS PLUS LONGTEMPS,

Plus en détail

VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS

VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION 30.30.014/00 09/08 Vous êtes dirigeant d entreprise et vous souhaitez octroyer à vous-même ou un avantage extra-légal de pension

Plus en détail

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé 1/46 Assurance, retraite et santé - F. Langot Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé F. Langot Univ. Le Mans (GAINS & IRA) Banque de France & PSE & Cepremap & IZA 2013-2014 2/46 Assurance,

Plus en détail

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible»

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Quand la trésorerie d une entreprise est positive, le trésorier cherche le meilleur placement pour placer les excédents.

Plus en détail

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Allemagne Merci de citer ce

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

PERP Lignage. Gestion Retraite Prévoir. Pour optimiser mon épargne-retraite. é s. m o

PERP Lignage. Gestion Retraite Prévoir. Pour optimiser mon épargne-retraite. é s. m o PERP Lignage Gestion Retraite Prévoir Pour optimiser mon épargne-retraite P R E P ies m o con é s e! sd Faite d'impôts E N T R E N O U S, C E S T F A C I L E D E S E C O M P R E N D R E Toutes les garanties

Plus en détail

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité Alexis DIRER LEO, Université d Orléans Co-écrit avec Rim Ennajar-Sayadi Journée

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Examen Gestion de portefeuille

Examen Gestion de portefeuille ESC Toulouse 2005 D. Herlemont Mastère BIF Examen Gestion de portefeuille Durée : 2 heures Les documents ne sont pas autorisés. Pour les questions à choix multiples, une ou plusieurs réponses peuvent être

Plus en détail

Les comptes d épargne libre d impôt. Une nouvelle façon d épargner

Les comptes d épargne libre d impôt. Une nouvelle façon d épargner Les comptes d épargne libre d impôt Une nouvelle façon d épargner Définition du CELI Un compte où le revenu de placement n est pas imposable Un niveau de cotisation annuelle maximal de 5 000 $ Les montants

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Notes sur les graphiques

Notes sur les graphiques Notes sur les graphiques Les fichiers comprennent notamment deux types de feuille : les feuilles de travail (dont la collection est Worksheets) et les feuilles graphiques (Charts). Celles-ci ne sont cependant

Plus en détail

COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION

COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION Association régie par la loi 1901 4, place Richebé 59 000 LILLE www.nordeuroperetraite.fr CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 19 MARS 2012 DE L'ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION

Plus en détail

Préparé par : Tél. : Téléc. : 29 octobre 2015

Préparé par : Tél. : Téléc. : 29 octobre 2015 Une illustration conçue pour : Préparé par : Tél. : Téléc. : Date : SSQ, Société d assurancevie inc. 29 octobre 2015 Page 1 de 10 Non valide s'il manque des pages Le produit Revenu garanti ASTRA vous offre

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen N.B. : Il faut toujours justifier sa réponse. 1. Qu'est-ce que l'axiomatique de Von Neumann et Morgenstern? La représentation des préférences des investisseurs

Plus en détail

EN BREF. Libressur Sélection Vie

EN BREF. Libressur Sélection Vie Libressur Sélection Vie Cherchez à faire fructifier votre capital en investissant à votre rythme tout en bénéficiant du cadre fiscal(1) avantageux de l assurance vie. EN BREF Libressur-Sélection Vie est

Plus en détail

Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte

Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte PRÉPAREZ VOTRE RETRAITE EN TOUTE LIBERTÉ Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte Le Livret RM : la solution retraite qui s POURQUOI PRÉPARER SA RETRAITE? Choisir

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

DU CONTRAT ARÉAS ASSURANCES, EN QUELQUES MOTS RACHAT DU CAPITAL

DU CONTRAT ARÉAS ASSURANCES, EN QUELQUES MOTS RACHAT DU CAPITAL PERP Multisupport Pourquoi est-il indispensable de préparer dès aujourd hui votre retraite? AUJOURD HUI, 10 ACTIFS FINANCENT DÉJÀ PLUS DE 5 RETRAITES. EN 2036, ILS INTERVIENDRONT POUR CELLES DE 8 PERSONNES.

Plus en détail

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève EBOOK Francesco Sgroi OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève Table des matières 1.1 Préambule du Conseil Patrimonial 1.2 Principe rendement/risque 1.3 Rendement 1.4 Risque 1.5 Tip 1 2.1 La Fiscalité

Plus en détail

ANNEXE. Variante à partir du modèle METRIC effets sur l'année 1983 des principales mesures décidées en Mars 1983.

ANNEXE. Variante à partir du modèle METRIC effets sur l'année 1983 des principales mesures décidées en Mars 1983. ANNEXE. Variante à partir du modèle METRIC effets sur l'année 1983 des principales mesures décidées en Mars 1983. Afin de préciser l'impact du plan d'accompagnement du réajustement monétaire de mars 1983,

Plus en détail

Diversifier votre épargne et préparer votre. retraite

Diversifier votre épargne et préparer votre. retraite Diversifier votre épargne et préparer votre retraite Pourquoi épargner pour demain? Pensez à demain le plus tôt possible en vous constituant un capital pour préparer votre retraite et compenser la baisse

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

FLASH Expert et Indépendance

FLASH Expert et Indépendance FLASH Expert et Indépendance 28 Février 2014 Depuis le mois de juin, tous les experts comptables peuvent consulter le dossier de leurs clients sur www.rsi.fr (hors professions libérales et ayants droits).

Plus en détail

RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE

RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE Conférence OEE 26 Novembre 2014 RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE Résultats de l étude de l OCDE Contexte et Motivation Questions que se posent les pouvoirs publics: La population

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Étude de cas Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Robert et Élizabeth : mise en contexte Robert et Élizabeth, un couple marié, tous deux âgés

Plus en détail

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 19 septembre 26 CIRCULAIRE CPA-26-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES OBJET : DISPENSE DE CONSTITUTION DE LA PROVISION COMPLÉMENTAIRE VISÉE

Plus en détail

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification.

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification. Table des Matières Information Personnelle Hypothèses de Planification Actifs et Passifs Profil de Risque Connaître Votre Client Objectifs du Portefeuille Questionnaire Personnel Confidentiel Préparé pour

Plus en détail

Secure Advantage Revenus Garantis

Secure Advantage Revenus Garantis Secure Advantage Revenus Garantis Conditions Générales en vigueur au 08/07/2013 Document non contractuel à caractère commercial réservé à l usage exclusif du conseiller financier. Il ne doit en aucun cas

Plus en détail

lcl 4 Horizons (Juin 2014) lcl 4 Horizons av (Juin 2014)

lcl 4 Horizons (Juin 2014) lcl 4 Horizons av (Juin 2014) et AV ne sont pas garantis en capital et présentent un risque de perte en capital lcl 4 Horizons éligible au compte-titres et au PEA lcl 4 Horizons av éligible à l assurance vie Commercialisation du 5

Plus en détail

Modèle de calcul des paramètres économiques

Modèle de calcul des paramètres économiques Modèle de calcul des paramètres économiques selon norme SIA 480 Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment Version 3.2 1. Introduction 1.1 Version Excel Le modèle de calcul a été développé

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

Les principaux produits d épargne retraite.

Les principaux produits d épargne retraite. 1 Les principaux produits d épargne retraite. 2 Contrats individuels Nom Type de contrat Public Fonctionnement Sortie Fiscalité Versement Nb de bénéficiaires / encours Loi Madelin PREFON CRH (CGOS), à

Plus en détail

DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION. Avenir Retraite. Vous accompagner dans vos décisions

DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION. Avenir Retraite. Vous accompagner dans vos décisions DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION Avenir Retraite Vous accompagner dans vos décisions Accompagnement Visibilité Engagements Garanties Prévoyance 3 //// VOTRE RETRAITE Accompagnement Visibilité

Plus en détail

R Euro Credit Cet OPCVM est géré par Rothschild & Cie Gestion Code Isin : FR0007008750 (Part C EUR)

R Euro Credit Cet OPCVM est géré par Rothschild & Cie Gestion Code Isin : FR0007008750 (Part C EUR) abc Informations Clés pour l'investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s'agit pas d'un document promotionnel. Les informations qu'il contient

Plus en détail

RETRAITES : ETAT DES LIEUX

RETRAITES : ETAT DES LIEUX RETRAITES : ETAT DES LIEUX IMPACT DES REFORMES LIBERALES LES ALTERNATIVES POUR DES RETRAITES SOLIDAIRES 1 Les retraites par répartition Principe : Une partie de la richesse produite par les travailleurs

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

LA LOI MADELIN Romain MALBOSC www.longin.fr

LA LOI MADELIN Romain MALBOSC www.longin.fr LA LOI MADELIN LA LOI MADELIN PREAMBULE Loi du 11/02/1994 permettant aux TNSNA de bénéficier de compléments de retraite et de prévoyance grâce à des cotisations déductibles du bénéfice imposable. LA LOI

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

trouvent; Le FERR est plus possible facteur assujetti

trouvent; Le FERR est plus possible facteur assujetti Fonds enregistrés de revenu de retraite Fonds enregistréss de revenu de retraite La plupart des Canadiens connaissent le régime enregistré d épargne-retraite (REER). Ils sont nombreux à s en servir pendant

Plus en détail

Mathématiques pures 30. Projet à l intention des élèves : Placements de croissance

Mathématiques pures 30. Projet à l intention des élèves : Placements de croissance Mathématiques pures 30 Projet à l intention des élèves : Placements de croissance Septembre 2005 Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

1. Votre profil de risque constitue la pierre angulaire d un bon conseil en investissement.

1. Votre profil de risque constitue la pierre angulaire d un bon conseil en investissement. Risque ou rendement : un choix essentiel! 1. Votre profil de risque constitue la pierre angulaire d un bon conseil en investissement. Le service de conseil en investissement personnalisé de KBC se base

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Phi est un contrat d assurance-vie

Phi est un contrat d assurance-vie unique Document non contractuel à caractère publicitaire. Pour connaître le détail et l étendue des conditions de garantie, reportez-vous aux conditions générales et particulières du contrat. Phi est un

Plus en détail

Pour fins d'illustration seulement. Rapport préparé pour M. Albert Client et Mme Louise Client

Pour fins d'illustration seulement. Rapport préparé pour M. Albert Client et Mme Louise Client Rapport préparé pour M. Albert Client et Mme Louise Client Préparé par Charles M. Courtier Conseiller ABC Gestion Privé Téléphone: 123-456-7890 Courriel: cmcourtier@email.com Date: 2014-12-30 INTRODUCTION

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence Conférence Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence «Assurance-vie, contrat de capitalisation et optimisation patrimoniale» NOVALFI «Gestion Cardinale, réconcilier prudence et performance»

Plus en détail

Multisupport. Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales

Multisupport. Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales PERP Multisupport Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales Pourquoi est-il indispensable de préparer dès aujourd hui votre retraite? Aujourd hui, 10

Plus en détail

Rapport préparé pour M. Jean Assurance et Mme Marie Assurance. Préparé par François Forget Planiste

Rapport préparé pour M. Jean Assurance et Mme Marie Assurance. Préparé par François Forget Planiste Rapport préparé pour M. Jean Assurance et Mme Marie Assurance Préparé par François Forget Planiste Téléphone: (514) 328-4405 Télécopieur: (514) 328-1538 Courriel: frforget@strategieimpact.com Date: 2015-02-11

Plus en détail

DTA 5 Examen de l institution de prévoyance conformément à l art. 52e al. 1 LPP

DTA 5 Examen de l institution de prévoyance conformément à l art. 52e al. 1 LPP DTA 5 Examen de l institution de prévoyance conformément à l art. 52e al. 1 LPP Version 2014 Bases légales LPP 52e al. 1, 65, 65c, 65d OPP2 art. 41, 41a, 44, 48, annexe à l art. 44 al. 1 Swiss GAAP RPC

Plus en détail

Pourquoi préparer votre retraite le plus tôt possible?

Pourquoi préparer votre retraite le plus tôt possible? PROFESSIONNELS DE SANTÉ : Pourquoi préparer votre retraite le plus tôt possible? P En moyenne, le passage à la retraite entraîne une baisse de 50% des derniers revenus d'activité. Les professionnels de

Plus en détail

Joël FOLENS et Fabrice RIVA. Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00

Joël FOLENS et Fabrice RIVA. Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00 M2 MATHÉMATIQUES ET FINANCE UNIVERSITÉ LILLE 1 GESTION DE PORTEFEUILLE ET MESURE DU RISQUE Joël FOLENS et Fabrice RIVA Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00 1. Présentation du projet L objectif

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure épargne 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Trading system : Trend following Breakout Janvier 1996 - Janvier 2009 Etude de la performance du système Le

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Le fractionnement d un revenu de retraite

Le fractionnement d un revenu de retraite SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 15 Le fractionnement d un revenu de retraite Il est maintenant possible de fractionner le revenu de retraite

Plus en détail

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié?

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Assurance Vie Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Novial Avenir Une solution Retraite adaptée à vos besoins AXA Prévoyance & Patrimoine Novial Avenir : un contrat adapté à vos besoins

Plus en détail

Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite

Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite IMPLEMENTED RISK MANAGEMENT CANADA INC. (GESTION IMPLÉMENTÉE DU RISQUE) Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite Nicholas Ricard, M.A écon. 18 et 19 avril 2013

Plus en détail

Bilan Protection Sociale & Rémunération. Etude réalisée pour Monsieur DUPONT. Le 25/04/2008

Bilan Protection Sociale & Rémunération. Etude réalisée pour Monsieur DUPONT. Le 25/04/2008 Bilan Protection Sociale & Rémunération Etude réalisée pour Monsieur DUPONT Le 25/04/2008 Contact : Madame MARTIN Casagande & Associés, Membre de PRAGMA 1 LES OBJECTIFS DE L ETUDE Votre système de rémunération

Plus en détail

L assurance dans la planification de la retraite

L assurance dans la planification de la retraite Carl Yergeau, MBA, CPA, CMA, Pl. Fin. Analyste Service de planification financière avancée L assurance dans la planification de retraite L assurance dans la planification de la retraite 2 octobre 2014

Plus en détail

Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité

Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité Processus par lequel on évalue la robustesse d un modèle économique en examinant

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de Franche-Comté)

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial social que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail