La chirurgie bariatrique : modalités de préparation. 3 ème journée de pathologie digestive Jeudi 17 avril 2017 Docteur Agnès Sallé Endocrinologue

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La chirurgie bariatrique : modalités de préparation. 3 ème journée de pathologie digestive Jeudi 17 avril 2017 Docteur Agnès Sallé Endocrinologue"

Transcription

1 La chirurgie bariatrique : modalités de préparation 3 ème journée de pathologie digestive Jeudi 17 avril 2017 Docteur Agnès Sallé Endocrinologue

2 Eléments de réflexion - Modalités de constitution de l obésité - Place de la masse musculaire 2

3 RAPPEL SUR LES MECANISMES DE DEVELOPPEMENT DE L OBESITE

4 Aspect quantitatifs La notion de balance énergétique DE liée à l AP 30% Thermogenèse alimentaire 10% Métabolisme de base 60% On met en réserve lorsqu on mange plus qu on ne dépense 4 Chez une personne très sédentaire le métabolisme de repos représente 70 à 75% de la dépense énergétique totale

5 Aspect qualitatifs Pourquoi les apports alimentaires augmentent-ils? La qualité de l alimentation change : Evolution de l offre et de la consommation alimentaires Diminution du budget destiné à l alimentation Diminution de la sensibilités de la perception du gras et du sucré chez les sujets obèses : Surconsommation d aliments hautement palatables et riches en énergie 5

6 Aspects qualitatifs Conséquences des modifications qualitatives : Déséquilibre des apports lipides /glucides de l alimentation Les capacités d oxydation de l organisme sont dépassées Stockage des lipides et des sucres simples consommés en excès dans le tissu adipeux - Hypertrophie du tissu adipeux : réversible - Hyperplasie du tissu adipeux : irréversible 6

7 Rôle des facteurs qui influencent le métabolisme de base 3 facteurs influencent la balance énergétique L alimentation Le Métabolisme L activité L hypométabolisme : Cause de prise de poids sans augmentation des apports Cause de résistance à la perte de poids Causes d hypométabolisme : Pertes de poids antérieures : dietes hyperprotéinées (Dukan, sachets...), restrictions sévères sans activité physique Insuffisance de masse musculaire (rôle de la sédentarité)

8 Impact sur les conditions de succès au long cours de la chirurgie bariatrique 8

9 Place de l acte chirurgicale Aide indéniable par son mécanisme d action notamment jusqu à 18 mois post opératoire : diminution des apports +/- diminution des capacités d absorption selon le type de chirurgie Attention à ne pas tout miser sur lui : Importance de l aspect qualitatif : stockage sous forme de graisses si l équilibre glucides complexes / lipides n est pas respecté Risques de malaises types dumping tardif précoce si l apport en sucres simples est trop important ou la prise des repas trop rapide Ne mets pas à l abris de la reprise des «troubles du comportement alimentaire» notamment grignotage et compulsions 9 Eviter ces écueils repose sur la préparation hygiéno diététique et psychologique préalable du patient qui peut être longue

10 Préparation médicale pluri disciplinaire 10

11 Essentielle 11 Amener le patient a adopter un mode de vie plus sain A terme l amener à apprécier ce nouveau mode de vie pour qu il dure Une approche globale : Pas uniquement basée sur l objectif final du patient : la chirurgie Basée sur la mise en œuvre de stratégie pour l aider à être à l écoute de son corps, de ses sensations Volet médical somatique : - Dépister et traiter les comorbidités Volet psycho comportemental : - Comprendre la relation au corps - Comprendre la relation à la nourriture Volet fonctionnel : - Réapprendre à bouger Volet nutritionnel - Acquérir des connaissances pour se libérer de la restriction, des interdits - Acquérir progressivement l équilibre alimentaire et le fractionnement

12 L élément fondamental Une prise en charge pluridisciplinaire Médecin Enseignant APA Psychologue Infirmière Diététicienne 12

13 Aspects nutritionnels

14 Aspects nutritionnels spécifiques à la chirurgie : le fractionnement de l alimentation Objectifs à atteindre au terme de la préparation 14

15 15

16 Aspects nutritionnels spécifiques à la chirurgie : le fractionnement de l alimentation Pourquoi exiger un fractionnement de l alimentation à vie? 16

17 17 Données personnelles : rôle du fractionnement méthodologie

18 18 Données personnelles : rôle du fractionnement sur les apports protéiques après chirurgie bariatrique

19 19 Données personnelles : rôle du fractionnement sur les apports caloriques après chirurgie bariatrique

20 20 Données personnelles : rôle du fractionnement sur la perte de poids après chirurgie bariatrique

21 21 Données personnelles : rôle du fractionnement sur la perte de poids après chirurgie bariatrique

22 Aspects activité physique adaptée

23 23

24 24

25 25

26 Le parcours pré opératoire en pratique : les différentes étapes de la préparation jusqu à la RCP

27 Patient candidat à la chirurgie bariatrique Chirurgien Endocrinologue Intégration du réseau Diététicienne Enseignant APA 4 mois après première cs diététique et APA Pneumologue Cardiologue Masse musculaire Cs diététique Cs psychologue Cs APA Synthèse Médicale HDJ «Bilan Intermédiaire» Hospitalisation 2 jours «Bilan de synthèse» Anesthésiste Gastro-entérologue Psychiatre Tests psychométriques Staff multidisciplinaire

28 Bilan intermédiaire : évaluation diététique Compte rendu synthétique

29 Bilan intermédiaire : évaluation psychologique -Entretien orienté sur - les motivations pour la chirurgie, - relations avec l alimentation, relations au corps - les connaissances : type de chirurgie, conséquences (traitement, hygiène de vie) - vécu du fractionnement, activité physique - capacité à maintenir l hygiène de vie, le suivi au long cours - soutien de l entourage - Évaluer les capacités de compliance au long cours - Mettre en évidence une fragilité nécessitant un soutien psychologique, un travail sur l image du corps

30 Bilan intermédiaire : évaluation activité physique - Évaluation objective : - capacité physique - mesure de masse musculaire (Impédancemétrie 50 khz, Jansen)

31 31 Conclusion

32 Finalités de la chirurgie bariatrique Améliorer la qualité de vie : Capacités fonctionnelles et physiques Contrôle des comorbidités Améliorer la corpulence : approcher les valeurs normales Passer d un statut d obésité morbide modérée surcharge pondérale corpulence normale Améliorer la composition corporelle : approcher les valeurs normales % de masse grasse et 48-50% de masse musculaire chez l homme % de masse grasse et 35à 40 % de masse musculaire chez la femme

33 Justification de nos exigences Influence de la préparation hygiéno-diététique sur la perte pondérale

34 MUSCULOSITE M36 Coeff. de régression MUSCULOSITE M36 vs %tage perte d'excè de poids M36 Terme cst. %tage perte d'excè de poids M36 Coefficient Erreur standardisée Coeff. standardisé Valeur de t 22,000 1,170 22,000 18,806,106,015,573 6, , , , , , ,5 Graphe de régression %tage perte d'excè de poids M36 Y = 22 +,106 * X; R^2 =,328 Corrélation entre le pourcentage de perte d excès de poids à 3 ans et le pourcentage de masse musculaire R² = 0,328, p< 0,0001

35 - perte d excès de poids après BPG dans notre série > celle de la littérature Rôle de l hygiène de vie : activité physique et alimentation

36 36 Illustration à partir de deux patients de 39 ans suivis depuis 7 ans

37 37 Merci pour votre attention

Prise de poids progressive (+10kg) depuis l arrêt du tabac il y a 5 ans. Pas de complications

Prise de poids progressive (+10kg) depuis l arrêt du tabac il y a 5 ans. Pas de complications Etude de cas pour le devoir sur table Patient diabétique de type2 Homme de 49 ans, marié, 2 enfants, DNID diagnostiqué il y a 2 ans traité par metformine, travail de bureau avec repas d affaire et sédentaire.

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 59 HERBANEWS SOMMAIRE Le calcium Rôles et besoin en calcium dans notre organisme Les recommandations et les sources alimentaires de calcium Les alternatives

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

Le diabète [Infographie] - 23/10/2015 - CEDUS

Le diabète [Infographie] - 23/10/2015 - CEDUS Le diabète [Infographie] - 23/10/2015 - CEDUS Voici une infographie pour tout savoir sur le diabète! Retrouvez toutes nos infographies dans la médiathèque de Sucre-Info. Définition Le diabète se caractérise

Plus en détail

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Réunion des infirmiers(e) hygiéniste CCLIN Paris Nord 1 Certification V 2014 : Procédure d évaluation externe

Plus en détail

Maintenir une perte de poids: une question de volonté? Maaike Kruseman & Isabelle Carrard, Professeures HES Nutridays, Berne, avril 2016

Maintenir une perte de poids: une question de volonté? Maaike Kruseman & Isabelle Carrard, Professeures HES Nutridays, Berne, avril 2016 Maintenir une perte de poids: une question de volonté? Maaike Kruseman & Isabelle Carrard, Professeures HES Nutridays, Berne, avril 2016 Le maintien de la perte de poids (MPP) Définition Perte intentionnelle

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Un élément de base de l évaluation du statut nutritionnel des patients Le calcul de l IMC, un geste à intégrer dans l examen clinique initial

Plus en détail

Mots clés : insulinothérapie fonctionnelle, diabète, insuline, diététique INTRODUCTION

Mots clés : insulinothérapie fonctionnelle, diabète, insuline, diététique INTRODUCTION Article de synthèse L insulinothérapie fonctionnelle (I.F.) ou Une approche différente du traitement du diabète de type I Nathalie Manderlier, diététicienne. Nancy Chique, infirmière d éducation du diabète.

Plus en détail

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Cours DES. 04/04/09 Pauline HOUSSEL Définition «Apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins nutritionnels d un patient» «Déficit d apport quantitatif,

Plus en détail

Balance d analyse corporelle Mode d'emploi

Balance d analyse corporelle Mode d'emploi Balance d analyse corporelle Mode d'emploi 1 La balance a été spécialement conçue pour évaluer votre poids, votre pourcentage de gras, votre pourcentage d hydratation, votre pourcentage de muscle et votre

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

QUELQUES STATISTIQUES

QUELQUES STATISTIQUES LE POINT SUR... Les collations Bien que les jeunes prennent habituellement deux repas sur trois à la maison, le nombre d heures passées en milieu scolaire signifie qu une certaine quantité d aliments doit

Plus en détail

Fédérer vos équipes pour positiver le changement

Fédérer vos équipes pour positiver le changement Fédérer vos équipes pour positiver le changement Cohésion et performance opérationnelle Le paramètre essentiel pour qu un changement devienne avant tout une opportunité pour l entreprise est la création

Plus en détail

tique et Diabète de type 2

tique et Diabète de type 2 Diététique tique et Diabète de type 2 Démarche éducative au RSND41 DU Education pour la santé / Education thérapeutique SALHI Latifa Diététicienne Réseau Santé Nutrition Diabète 41 Réseau Santé Nutrition

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

MODULE 2 ALIMENTATION ET SANTE

MODULE 2 ALIMENTATION ET SANTE 2.1 APPREHENDER LES PRINCIPES DE BASE D UNE ALIMENTATION EQUILIBREE Facteurs de diversité des habitudes alimentaires : Les habitudes alimentaires de chacun varient en fonction du contexte. Elles sont liées

Plus en détail

Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde.

Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde. ETUDE PERSONNELLE : Thyroïdectomie et prise de poids Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde. Cette glande s apparente à notre «Bouclier du bien-être» quotidien

Plus en détail

La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien. 33 Participants Réunion ouverte aux nouveaux diplômés 2014

La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien. 33 Participants Réunion ouverte aux nouveaux diplômés 2014 Activité AFDN - Région : Alpes Maritimes Thème La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien Date Jeudi 11 Décembre 2014 Nombre de participants 33 Participants Réunion ouverte aux

Plus en détail

Prévenir... l excès de cholestérol

Prévenir... l excès de cholestérol Prévenir... l excès de cholestérol 11 Apprenons à connaître cet ennemi : le cholestérol... Qu est-ce que c est? C est une graisse naturelle, indispensable à l organisme. En particulier, c est un constituant

Plus en détail

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Comment intégrer une démarche d' Education Thérapeutique du Patient dans notre Unité

Plus en détail

Propositions pour la formation continue

Propositions pour la formation continue Propositions pour la formation continue Collectif Alternatif Formation Collectif des 39 Constat : Le Développement Professionnel Continu (DPC) dans son concept même et dans sa mise en application ne correspond

Plus en détail

AFFÛTAGE PERTE DE POIDS

AFFÛTAGE PERTE DE POIDS AFFÛTAGE PERTE DE POIDS Table des matières Mécanisme du corps humain... 2 Le métabolisme de base... 2 Quand commencer sa diète?... 3 Comment s'y prendre?... 4 Vos meilleurs alliés pour la perte de poids...

Plus en détail

Beautysané la méthode

Beautysané la méthode Beautysané la méthode Depuis 30 ans, les hommes et les femmes font des régimes sans succès. 80% des sujets ayant suivi un régime ont repris le poids perdu : c est le phénomène du yoyo, avec en bonus quelques

Plus en détail

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr Recommandations pour l identification de consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hôpital de jour dans le cadre des missions régionales de l UCOG et des filières gériatriques.

Plus en détail

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010 2009 2013 Mesure 19 SOINS ET vie des malades Le traitement du cancer mars 2010 dans les établissements de santé en France en 2010 868 établissements de santé sont désormais autorisés à traiter les malades

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE -

CHIRURGIE BARIATRIQUE - CHIRURGIE BARIATRIQUE - CARENCES NUTRITIONNELLES ET VITAMINIQUES FMCDINAN 15 Juin 2016 1 CARENCES - CHIR. BARIATRIQUE Carences nutritionnelles fréquentes Dépendent : - du type de chirurgie (restrictive

Plus en détail

Préparation au Bachelor- Toulouse

Préparation au Bachelor- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation au Bachelor- Toulouse SOMMAIRE : I. Concours BACHELOR, pourquoi une

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée Par Eva MILESI Diététicienne DE Janvier 2011 Pourquoi cette prise en charge

Plus en détail

BILAN D ACTIVITÉ UNITÉ D HÉBERGEMENT RENFORCÉ LURE, CHI 70. «il était une fois un projet innovant» Besançon, IRTS, le 04 Février 2013

BILAN D ACTIVITÉ UNITÉ D HÉBERGEMENT RENFORCÉ LURE, CHI 70. «il était une fois un projet innovant» Besançon, IRTS, le 04 Février 2013 + BILAN D ACTIVITÉ UNITÉ D HÉBERGEMENT RENFORCÉ LURE, CHI 70. «il était une fois un projet innovant» Besançon, IRTS, le 04 Février 2013 - DR Christophe CANO médecin responsable, chef du Pole EHPAD - Christiane

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL ACCOMPAGNEMENT SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE OPTION «EN STRUCTURE»

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL ACCOMPAGNEMENT SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE OPTION «EN STRUCTURE» BACCALAUREAT PROFESSIONNEL ACCOMPAGNEMENT SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE OPTION «EN STRUCTURE» Guide d élaboration du plan de formation incluant les PFMP Document d aide à destination des équipes d établissement

Plus en détail

Baccalauréat technologique annale zéro

Baccalauréat technologique annale zéro éduscol Baccalauréat technologique Enseignement de Chimie, Biochimie, Sciences du Vivant Baccalauréat technologique annale zéro Annale zéro : Sciences et technologies de laboratoire Durée de la sous-épreuve

Plus en détail

Présentation des terres collectives Définition Importance

Présentation des terres collectives Définition Importance Ministère de l Intérieur Secrétariat Général Direction des Affaires Rurales Division des Systèmes d Information et de la Communication Service de l Information Géographique FIG 2011 Ahmed JKAOUA Présentation

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Diabète et grossesse

Diabète et grossesse Diabète et grossesse I. Définition du diabète gestationnel Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64.

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64. LIVRET D ACCUEIL Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie C.S.A.P.A L ASTROLABE 74, rue de Brest B.P. 97237 29 672 MORLAIX CEDEX Tel : 02.98.62.64.02 Fax : 02.98.62.64.77 Mail

Plus en détail

AUJOURD HUI ON MANGE BIO

AUJOURD HUI ON MANGE BIO AUJOURD HUI ON MANGE BIO EDITO Tout le monde connaît l adage «bien manger c est le début du bonheur». En choisissant d introduire des aliments bio dans les menus proposés aux écoliers, les villes de Stains

Plus en détail

Présentation des UE master 2 MOMMS Accréditation Rentrée 2016

Présentation des UE master 2 MOMMS Accréditation Rentrée 2016 Présentation des UE master 2 MOMMS Accréditation Rentrée 2016 Semestre 1 30 ECTS GOUV 201 Gouvernance du secteur sanitaire et médico-social Responsable : Marie-Line Cal Il s agit de mettre les futurs professionnels

Plus en détail

M.DELAPIERRE, Psychologue Hôpital Louis Mourier 1ere journée régionale de l obésité

M.DELAPIERRE, Psychologue Hôpital Louis Mourier 1ere journée régionale de l obésité M.DELAPIERRE, Psychologue Hôpital Louis Mourier 1ere journée régionale de l obésité La dimension psychologique est toujours présente dans l histoire d une prise de poids que ce soit dans les causes ou

Plus en détail

PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP

PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP Guide de l intervenant Responsabilité Alimentation Action Plaisir INTRODUCTION La Clinique Notre-Dame des Victoires est une ressource externe du Centre hospitalier Robert-Giffard

Plus en détail

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier Intérêt de l épreuve d effort musculaire dans le dépistage de la cytopathie mitochondriale chez des patients traités par inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH: étude pilote de 43

Plus en détail

LA MUSCULATION CHEZ LES JEUNES

LA MUSCULATION CHEZ LES JEUNES CADRE DE RÉFÉRENCE POUR L ENTRAÎNEMENT DE LA FORCE AVANT ET PENDANT LA PUBERTÉ Par: Noël Décloître B. Sc., Raymond Veillette B. Sc. SIMILITUDES & DIFFÉRENCES Système neuromusculaire SOURCE: ACSM S HEALTH

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE Candidat : Nom

Plus en détail

Que faut-il penser des Régimes Amaigrissants?

Que faut-il penser des Régimes Amaigrissants? Que faut-il penser des Régimes Amaigrissants? Université Ouverte 2015-2016 Uyen Nguyen MD, PhD un25.nguyen@yahoo.fr Régime santé ne rime pas avec privation 80: souris d 1/3 des portions 50% de durée de

Plus en détail

Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001

Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001 Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001 02/02/2016 Gilles LAURENT 06 21 83 16 58 Le management selon le système ISO 50001 Présentation de la norme Date

Plus en détail

Catalogue de formation

Catalogue de formation Catalogue de formation Déclaration d activité enregistrée sous le N 93.13.14086.13 auprès du Préfet de la Région Provence Alpes Côte d Azur A ce titre, les interventions peuvent faire l objet d un financement.

Plus en détail

12% Obèses dans notre pays

12% Obèses dans notre pays Introduction L obésité est un véritable problème de santé publique du fait de son épidémiologie galopante, touchant des sujets de plus en plus jeunes et avec des formes extrêmes, et/ou compliquées Introduction

Plus en détail

Baisse de 38% de la prévalence de la maladie d Alzheimer en 20 ans dans la population agricole

Baisse de 38% de la prévalence de la maladie d Alzheimer en 20 ans dans la population agricole COMMUNIQUE DE PRESSE Le 9 février 2015 Le Groupe AGRICA présente la dernière vague de résultats de l étude AMI, unique programme de recherche multidisciplinaire sur le vieillissement et la dépendance en

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 43 SOMMAIRE Le contrôle de poids Les chiffres clés Les principes du contrôle de poids Les objectifs Les habitudes alimentaires à adopter Le contrôle de poids

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014

Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014 Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014 P. Coti Bertrand Nutrition Clinique - EDM 1 Introduction La dénutrition est une maladie Santé et qualité de vie compromises La dénutrition

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. les LILAS

ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. les LILAS ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE les LILAS Les Lilas est une structure d accueil de jour thérapeutique gérée par AgeOptimum s.a.r.l. qui veille à la prise en charge individuelle ou en groupe des personnes

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER OUI! ET C EST À CAUSE DE LA CERTIFICATION Je déclare avoir un lien d intérêt avec le sujet traité : Je suis expert-visiteur

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION

PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION Intitulé du Parcours métiers SE FORMER AUX METIERS DE L'AIDE A DOMICILE n de l offre de formation 2015 4969 0948 Nom de

Plus en détail

POUR QUI? POURQUOI? COMMENT? «9 pommes en équilibre» qu est ce? «9 pommes en équilibre» et alors?(résultats ) «9 pommes en équilibre» le futur

POUR QUI? POURQUOI? COMMENT? «9 pommes en équilibre» qu est ce? «9 pommes en équilibre» et alors?(résultats ) «9 pommes en équilibre» le futur POUR QUI? POURQUOI? COMMENT? «9 pommes en équilibre» qu est ce? «9 pommes en équilibre» et alors?(résultats ) «9 pommes en équilibre» le futur Les femmes présentant une pathologie chronique antérieure

Plus en détail

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Lyon, le 25 mars 2015 Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Présentation des conclusions de l observatoire Blue@picil, créé par Bluelinea et le Groupe APICIL Une étude née de la

Plus en détail

Le diabète. Qu est- ce que le

Le diabète. Qu est- ce que le Le diabète Le diabète est une maladie insidieuse et sournoise. La plupart des personnes qui entendent le mot diabète pensent tout de suite aux conséquences négatives que le diabète non contrôlé apporte.

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

DES OUTILS PÉDAGOGIQUES

DES OUTILS PÉDAGOGIQUES DES OUTILS AU SERVICE DE LA FORMATION DE LA PERSONNE & DU Depuis plus de 70 ans, La Jeunesse au Plein Air milite pour le départ de tous les enfants en vacances. Elle soutient ainsi financièrement le départ

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 23 novembre 2010. Le recrutement

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 23 novembre 2010. Le recrutement Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 23 novembre 2010 Le recrutement Sommaire Les enjeux Les étapes Définition du projet Définition du besoin Présélection des candidats Entretien Intégration et

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB actualités Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly LA PRÉVENTION DU STRESS DANS

Plus en détail

Education thérapeutique (ETP) en cardiologie

Education thérapeutique (ETP) en cardiologie Education thérapeutique (ETP) en cardiologie L ETP couvre l ensemble des compétences et des processus nécessaires pour gérer au quotidien une maladie et un traitement. L ETP est un processus continu intégré

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA "#$%&$')*+,-./#/"#"0."0%$, "#$%&'&)&*&#$+,-%&.%-&*$/01&21#$%&'&34&*&#$56#3&$7 )#8.-6.&9:$1;$-&%+?*@?.$*&624#8.-6.&3A:$1;$-&%56#3&$7

Plus en détail

Solutions Challenge Test

Solutions Challenge Test Solutions Challenge Test Listeria, Salmonelle, crise alimentaire Maîtrisez vos risques microbiologiques Solutions Challenge Test Le Challenge Test est un protocole microbiologique dont l objectif est de

Plus en détail

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Cette nouvelle édition de CAP MATHS CP reste fidèle aux choix de la première édition. Ses fondements reposent toujours : Sur les recommandations des

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie

Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie Définition La Kinésiologie, considérée comme un art de l éducation, permet de découvrir son potentiel inné, de se responsabiliser et de se respecter

Plus en détail

Libre Forme 8 : la méthode pour perdre du poids d'où vous voulez!

Libre Forme 8 : la méthode pour perdre du poids d'où vous voulez! Libre Forme 8 : la méthode pour perdre du poids d'où vous voulez! Le 03/05/2011 - Karen Jégo - Validé par Dr Jean Michel Borys, médecin endocrinologue et nutritionniste L'objectif de la méthode Libre Forme

Plus en détail

L etiquette nutritionnelle

L etiquette nutritionnelle LE POINT SUR... L etiquette nutritionnelle 1L ÉTIQUETTE : UTILE POUR... Comparer plus facilement les produits; Vérifi er la valeur nutritive d un aliment; Augmenter ou diminuer l ingestion d un nutriment

Plus en détail

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent

Plus en détail

Languedoc-Roussillon Villeveyrac (34) Pays de Montpellier LES ROMARINS

Languedoc-Roussillon Villeveyrac (34) Pays de Montpellier LES ROMARINS Languedoc-Roussillon Villeveyrac (34) Pays de Montpellier LES ROMARINS E H P A D Un marché offrant une excellente rentabilité Le contexte actuel et à venir annonce une amélioration des conditions de vie

Plus en détail

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030.

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030. «AUTONOMIE : QUELLE NUTRITION?» Introduction : L alimentation permet de couvrir nos différents besoins qualitatifs et quantitatifs en nutriments, mais aussi de développer des liens sociaux et affectifs.

Plus en détail

Axe 6 : Maintenir les dynamiques sportives, culturelles, associatives et accompagner les jeunes vers l'autonomie

Axe 6 : Maintenir les dynamiques sportives, culturelles, associatives et accompagner les jeunes vers l'autonomie N de la mesure : 6.3.2 Axe 6 : Maintenir les dynamiques sportives, lles, associatives et accompagner les jeunes vers l'autonomie Action 6.3 : Former et éduquer les citoyens de demain Pilote : Finalité

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

Alcool et conduite : le réflexe éthylotest

Alcool et conduite : le réflexe éthylotest Dossier de presse Alcool et conduite : le réflexe éthylotest La lutte contre l insécurité routière est un enjeu de sécurité majeur tant sur le plan national que départemental. Pierre BAYLE, préfet de l

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr

vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr La PRÉVENTION Un enjeu majeur pour la Santé des assurés agricoles et leur famille Le programme de prévention

Plus en détail

Prise en charge du tabagisme chez les patients à haut risque: résultats des deux tours d un audit réalisé auprès de 22 médecins généralistes lorrains.

Prise en charge du tabagisme chez les patients à haut risque: résultats des deux tours d un audit réalisé auprès de 22 médecins généralistes lorrains. Prise en charge du tabagisme chez les patients à haut risque: résultats des deux tours d un audit réalisé auprès de 22 médecins généralistes lorrains. THÈSE pour obtenir le grade de DOCTEUR EN MÉDECINE

Plus en détail

ACCORD DU 7 OCTOBRE 2010 RELATIF À L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DU 7 OCTOBRE 2010 RELATIF À L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ESTHÉTIQUE-COSMÉTIQUE ET ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL LIÉ AUX MÉTIERS DE L ESTHÉTIQUE ET DE LA PARFUMERIE

Plus en détail

Constat. Quelques chiffres

Constat. Quelques chiffres La création d une au Centre Hospitalier Hornu-Frameries est venue d un constat simple : l obésité et le surpoids sont deux phénomènes sans cesse en augmentation. La personne victime du poids est souvent

Plus en détail

BTS MUC :DOSSIER DE METHODOLOGIE

BTS MUC :DOSSIER DE METHODOLOGIE DOMINIQUE TREILLES IFA CCI RODEZ SESSION 2010/2012 d.treilles@rodez.cci.fr site internet : http://ifarodez.unblog.fr BTS MUC :DOSSIER DE METHODOLOGIE EPREUVE PDUC «PROJET DE DEVELOPPEMENT DE L UNITE COMMERCIALE»

Plus en détail

Qu est-ce que l ostéoporose?

Qu est-ce que l ostéoporose? Qu est-ce que l ostéoporose? L ostéoporose est une maladie caractérisée par une diminution de la quantité de tissus osseux. Les os deviennent fragiles, poreux et se brisent facilement. L os est un tissu

Plus en détail

Étude portant sur les perceptions des Québécois et des Québécoises à l égard des écoles publiques

Étude portant sur les perceptions des Québécois et des Québécoises à l égard des écoles publiques Étude portant sur les perceptions des Québécois et des Québécoises à l égard des écoles publiques 507, place d Armes, bureau 700, Montréal (Québec) H2Y 2W8 Tél. : 514-982-2464 Téléc. : 514-987-1960 www.legermarketing.com

Plus en détail

Évaluation nutritionnelle pré-opératoire

Évaluation nutritionnelle pré-opératoire Évaluation nutritionnelle pré-opératoire Présenté par Virginie Lacombe, Dt.P. Marie-Noël Thouin, Dt.P. Programme de chirurgie bariatrique IUCPQ Le 15 octobre 2015 Plan de présentation Introduction Rôle

Plus en détail

Centre Hospitalier D Etampes

Centre Hospitalier D Etampes Centre Hospitalier D Etampes Offre des soins pour vos patients diabétiques En collaboration avec le réseau REVEDIAB SOMMAIRE AVEC LIENS CONSULTATION MEDICALE CONSULTATION DE DIETETIQUE CONSULTATION INFIRMIERE

Plus en détail

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an

SMPR mai 2014. Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts. En Suisse : 4 milliards / an Dr Stéphane Genevay Consultation multidisciplinaire du dos Service de Rhumatologie La lombalgie c est Plus gros pourvoyeur d année vécue avec un handicap 10% des patients les + chronique = 70% des coûts.

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

Direction des ressources humaines Document d information

Direction des ressources humaines Document d information Direction des ressources humaines Document d information Le projet de modernisation de la gestion de la rémunération des cadres et professionnels sur fonds courant 19 janvier 2007 1. Rappel du projet de

Plus en détail

Une meilleure maîtrise des techniques d extraction pour des vins rouges de qualité

Une meilleure maîtrise des techniques d extraction pour des vins rouges de qualité Lettre actualités n 36 septembre 2008 Une meilleure maîtrise des techniques d extraction pour des vins rouges de qualité SYNTHESE DES RESULTATS D ESSAIS DE L IFV SUR L INCIDENCE DU DELESTAGE E. Vinsonneau

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle.

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. BASE PNL 3 jours, soit 21 heures, en salle. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. "C est dans la qualité de nos échanges que

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES

MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-Direction de l Enseignement Supérieur 1 ter, avenue de Lowendal

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail