LA TÉLÉVISION. Les chaînes thématiques ralentissent la progression

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA TÉLÉVISION. Les chaînes thématiques ralentissent la progression"

Transcription

1 CONTRIBUE À L ÉQUILIBRE DU MARCHÉ EN VALEUR BRUTE Sur le premier semestre 2013, la télévision cumule 4,9 milliards d euros de recettes brutes. Le média génère donc un surplus de +120,3 millions d euros bruts quand le marché plurimédias totalise +92 millions d euros bruts. La saisonnalité du média annonce un premier trimestre à l équilibre (-0,3%) et une activité qui s accélère sur le deuxième trimestre où les recettes brutes progressent de +5%. Sur les 6 premiers mois de l année la télévision présente une évolution de +2,5% comparé à la même période l an dernier. Les chaînes thématiques ralentissent la progression du média Sur les 3 principaux segments de télévision, seules les chaînes thématiques présentent des recettes brutes en baisse, à hauteur de -15,6% et de façon permanente tous les mois. A l inverse, les chaînes historiques enregistrent un surplus brut de +1,2% soit 27% de l évolution de la télévision à fin juin. Cependant, ce résultat ne reflète pas l activité enregistrée par toutes les chaînes puisque TF1 clôt le semestre sur une note négative avec -1,9% de recettes brutes tandis que la publicité sur M6 progresse de +10% en valeur brute. De son côté, la régie France Télévisions accuse une baisse de -5,7% sur cette période. En volume, le segment observe une hausse de +10,4% sur la durée publicitaire et de +10,3% sur le nombre de spots. De plus, les annonceurs sont plus nombreux à y prendre la parole, soit 847 intervenants ce semestre contre 780 l an dernier à la même période. Concernant les chaînes de la TNT, leur activité en valeur présente une croissance à deux chiffres (+10,8%) avec une nouvelle manne publicitaire sur les 6 chaînes diffusées depuis le 12/12/2012 qui représentent 8,4% de part de marché sur le segment ce semestre. Ces dernières participent également aux bons résultats du segment en volume, lequel référence +9% d annonceurs, une durée publicitaire à 38,4% et un nombre de spots qui croit de +37,9%. Un média qui séduit toujours et qui recrute de nouveaux annonceurs Si la télévision enregistre une hausse de ses recettes brutes, c est notamment dû au nombre LA TÉLÉVISION d annonceurs qui évolue sur le média (+3,8%) puisque le budget moyen subit une légère baisse de -1,3%. Au total, la télévision référence annonceurs soit 63 intervenants supplémentaires vs le 1er semestre Parmi eux les plus gros budgets sont réalisés par le comparateur d assurance Les Furets.com avec 11 millions d euros bruts investis, suivi du groupe La Poste (9,2 millions d euros bruts), la banque PSA Finance (8,3 millions d euros bruts) et de la Halle (8 millions d euros bruts). 10

2 Au palmarès des annonceurs, seuls 3 intervenants présentent des budgets réduits tandis que les autres leaders augmentent leurs investissements bruts sur le média. On souligne d ailleurs une croissance à deux chiffres pour Peugeot (+32,2%), lui permettant ainsi de gagner 10 rangs dans le classement pour se positionner deuxième annonceur ce semestre. Le constructeur français renforce significativement ses campagnes gamme pour ses véhicules hybrides et utilitaires et, dans un même temps, communique sur ses nouveaux modèles tels que la 2008 (8,9 millions d euros bruts) et la RCZ (5,2 millions d euros bruts). De même, Reckitt Benckiser (+20,4%) et Citroën (+15,8%) augmentent sensiblement leurs enveloppes budgétaires brutes, tout comme Henkel qui fait son entrée au 10ème rang avec une hausse de +23,5% de ses investissements bruts qui se répercute sur l ensemble de sa gamme de produits. Pour Unilever, leader sur le média, la progression de ses investissements bruts est 3,5 fois supérieure à la moyenne du média à +8,8%. Pour cet annonceur, l effort s est davantage porté sur sa marque Signal dont le budget est multiplié par 2,7 ce semestre. Rappelons toutefois que l annonceur avait réduit ses investissements bruts de -6,7% au premier semestre 2012, en particulier sur les produits siglés Signal (-28%). Malgré cet effet de base, le montant brut investi cette année par l annonceur s élève à 99,1 millions d euros et dépasse le niveau de Les leaders renforcent leur prise de parole TOP 10 ANNONCEURS En millions d euros - 1er semestre 2013 vs 1er semestre 2012 Si les leaders, dont Ford (+83%), renforcent leurs prises de parole sur le média, ils n incarnent pas systématiquement la tendance de leur secteur d origine. En effet, alors que les premiers constructeurs automobiles augmentent leurs investissements bruts en télévision, le secteur enregistre un repli en valeur de -4% avec de lourds désengagements de la part notamment de Nissan et Huyndaï dont les budgets bruts respectifs sont réduits de moitié cette année. Pour Nissan, les coupes budgétaires concernent l ensemble de ses marques dont Micra qui est désormais absente des écrans. Même constat pour Hyundaï : les budgets des marques s amoindrissent sauf pour son modèle I40 qui représente néanmoins un investissement moindre (1,9 millions d euros bruts). De même, le secteur de la grande consommation est tout juste stable ce semestre (+0,3%) alors que les leaders précédemment cités (Unilever, Reckitt Benckiser et Henkel) présentent des hausses budgétaires significatives sans pouvoir tirer le marché. Ce dernier est pénalisé par le repli de deux annonceurs majeurs : Danone (- 40%) et Ferrero (-32%). Danone opère une restriction budgétaire de -26,3 millions d euros bruts et la moitié de cette compression touche sa marque Activia. Le fabricant cesse également de communiquer en télévision sur Gervais, Danacol et Jockey. Quant à Ferrero, le manque à gagner supporté par le média pèse -20,1 millions d euros bruts. Deux marques sont particulièrement concernées : Kinder Bueno et Nutella. Si l annonceur avait jusqu alors maintenu un niveau d investissements bruts 11

3 stable pour communiquer sur Kinder Bueno, le budget semestriel dédié à cette marque passe à 9,7 millions d euros bruts en 2013 contre 20,5 millions d euros en A noter que l annonceur n opère aucun transfert de budget sur les autres médias alors que sa communication pour Nutella subit des arbitrages pour adapter son discours, suite à la polémique autour de l huile de palme et la «taxe Nutella» envisagée par le gouvernement Ayrault. En effet, Ferrero réduit de -53,8% ses investissements en télévision pour Nutella et atteint désormais 6,7 millions d euros bruts. Dans un même temps, 3 millions d euros bruts sont investis en presse alors que la marque est historiquement peu présente sur ce média. Avec un format de doubles pages pleines, la marque se défend et insiste sur la qualité de fabrication de la célèbre pâte à tartiner. Une action relayée également sur le web via des vidéos instream et par la mise en place d un site dédié Au-delà de ces deux fabricants, la tendance est à la baisse pour le secteur de l alimentation avec -4,8% d investissements bruts semestriels en télévision tandis que l hygiène beauté (+4,4%), l entretien (+10,7%) et les boissons (+2,3%) évoluent de façon positive. Les établissements financiers sont en perte de vitesse ce semestre avec -3,1% en valeur brute avec un repli simultané de la part des banques (-5,6%) et des assureurs (-6,6%). Ces derniers poursuivent le désengagement déjà souligné l an dernier (-15,9%) et concernent cette année leurs offres de produits bancaires (-62,9%) ainsi que leur cœur de métier (-9,5%). Axa contribue largement à la diminution des investissements des assureurs avec -70% de baisse budgétaire, suivi de Gan et CNP qui cessent de communiquer ce semestre après avoir investi respectivement 6,3 millions d euros et 3,2 millions d euros bruts l an dernier. Concernant les banques, leurs prises de parole marquent le pas cette année alors qu elles présentaient une croissance à deux chiffres de leurs investissements au 1er semestre 2012 (+21,5%). Sur le premier semestre 2013, les investissements dédiés aux produits bancaires reculent de -13% avec un repli plus accentué sur l épargne (-15%). Mais c est surtout sur les services au particulier que les banques ont largement amoindri leurs investissements bruts (-61%) à l image de Caisse d Epargne, Crédit Agricole et ING Direct qui ont cessé de communiquer sur cette thématique. Néanmoins, dans cette tendance baissière, les banques ont tout de même augmenté leurs budgets sur l assurance habitation de façon significative. Les investissements bruts ont été multipliés par 6 pour atteindre 12,5 millions d euros soit 6% de l enveloppe globale des banques contre 1% l an dernier. Un TOP SECTEURS EN TELEVISION En millions d euros bruts (1er semestre 2013 vs 1er semestre 2012) 12

4 résultat principalement engendré par 3 annonceurs : Société Générale (7,4 millions d euros bruts), Crédit Mutuel (3 millions d euros bruts) et LCL (2,1 millions d euros bruts). MONTANTS INVESTIS PAR LES DISTRIBUTEURS EN TÉLÉVISION En millions d euros bruts (1er semestre 2013 vs 1er semestre 2012) La distribution ralentit également la croissance de la télévision avec des investissements bruts en repli -8,2% contre une croissance de +23,8% au premier semestre Les enseignes généralistes se désengagent plus fortement que les enseignes spécialisées (respectivement -21,2% et -7%). La majorité des distributeurs alimentaires opèrent des coupes budgétaires à l exception de Monoprix (2,9 millions d euros bruts) et E.Leclerc (2 millions d euros bruts). Carrefour perd son leadership en télévision du fait d un budget réduit de -29% alors qu il représentait la plus forte hausse l an dernier. Les enseignes spécialisées, diminuent leurs budgets moyens (-9,1%) qui atteint désormais un niveau inférieur comparé au 1er semestre Néanmoins, le média recueille les hausses budgétaires de La Halle, Castorama et Speedy sans pouvoir toutefois compenser les pertes émanant de Zalando (-47,5%), Darty (-87,1%) et Sarenza (-79,6%). A noter que depuis 2008, les enseignes spécialisées présentent des niveaux d investissements supérieurs à ceux des généralistes du fait d un nombre important d intervenants. En effet, on référence 114 distributeurs spécialisés en télévision sur le 1er semestre 2013 pour 240 millions d euros bruts contre 13 généralistes qui investissent 94,3 millions d euros bruts. Cela implique un budget moyen 3,4 fois plus important pour les enseignes alimentaires dont la présence est permanente sur les écrans de télévision. Le classement des secteurs indique par ailleurs de forts taux de croissance notamment pour le voyage tourisme dont les investissements bruts progressent de +18,8%. Deux principaux types d intervenants participent à ce résultat : les hôtels et les voyagistes. 13

5 L hôtellerie contribue pour 64% à la hausse sectorielle avec deux acteurs majeurs qui développent considérablement leur enveloppe budgétaire cette année. C est le cas de Trivago qui investit 22,7 millions d euros bruts ce semestre contre 6,4 millions l an dernier sur la même période, soit un budget multiplié par 3,5. De même, le groupe Accor passe de 2,5 millions d euros l an dernier à 17,9 millions en 2013 avec des campagnes signées Ibis, Mercure et Adagio et une présence simultanée sur les écrans classiques et sur les opérations de parrainage. Les télécommunications sont également en forte progression sur le média avec +18,6% d investissements bruts. Un résultat qui serait encore plus encourageant si les annonceurs issus de la personnalisation de téléphone n avaient pas réduit de moitié leur prise de parole en valeur. Néanmoins, le marché reste dynamique grâce aux communications liées à la 4G et aux appareils de télécommunication de type smartphone. Quant aux voyagistes, la hausse de leurs investissements bruts s élève à +24,8% ce semestre. La majorité des annonceurs suit cette tendance, à l image de Costa Croisières qui multiplie par 6 son budget. De plus, le média accueille deux intervenants majeurs que sont Expedia et Easyvoyage lesquels investissent respectivement 6 millions d euros bruts et 4,1 millions d euros bruts. Au final, l ensemble des annonceurs du voyage contribue pour 27% à la hausse du secteur en télévision. 14

Année de PUB. Un marché publicitaire au ralenti

Année de PUB. Un marché publicitaire au ralenti Année de PUB 2013 Un marché publicitaire au ralenti LE POINT MÉTHODOLOGIE La veille publicitaire de KANTAR MEDIA Ad intelligence est un outil de mesure qui a pour but de calculer la pression publicitaire

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

Adex Report Suivi mensuel des investissements publicitaires plurimédias Aout 2013 vs Aout 2012

Adex Report Suivi mensuel des investissements publicitaires plurimédias Aout 2013 vs Aout 2012 Adex Report Suivi mensuel des investissements publicitaires plurimédias Aout 2013 vs Aout 2012 METHODOLOGIE SYNTHESE VALEURS VOLUME MEDIAS PDM MEDIAS PLURIMEDIA TOP 10 CUMUL TOP 10 MOIS PRESSE MAGAZINES

Plus en détail

2009, UNE ANNÉE SANS GAGNANT

2009, UNE ANNÉE SANS GAGNANT 2009, UNE ANNÉE SANS GAGNANT 26 January 2010 POINT MÉTHODOLOGIE Le pôle Investissements Publicitaires de KANTAR MEDIA recense et valorise les campagnes publicitaires plurimedia (presse, radio, télévision,

Plus en détail

Cumul 01/01/2008 à 31/12/2008

Cumul 01/01/2008 à 31/12/2008 Investissements publicitaires 2008 : un peu de soleil dans l eau froide. Le panorama de l année 2008 est maussade, pour tous les médias sauf pour Internet et encore, la fin de l année pour le numérique

Plus en détail

Année de Pub 2015. Evolution du marché publicitaire

Année de Pub 2015. Evolution du marché publicitaire Evolution du marché publicitaire AdTrends 2015: la baisse du marché publicitaire s atténue AdTrends, baromètre cross media de l activité publicitaire en net estimé réalisé en partenariat avec France Pub

Plus en détail

BAROMÈTRE INTERNET Bilan 2009 vs 2008. 5 février 10

BAROMÈTRE INTERNET Bilan 2009 vs 2008. 5 février 10 BAROMÈTRE INTERNET Bilan 2009 vs 2008 5 février 10 LA MESURE DU MEDIA INTERNET UN PARTENARIAT IAB-SRI-KANTAR PÉRIMÈTRE DE LA PIGE KANTAR MEDIA SUR LE WEB 2 LA MESURE DU MEDIA INTERNET UN PARTENARIAT IAB-SRI-KANTAR

Plus en détail

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1 C O M M U N I Q U E Boulogne-Billancourt, le 29 décembre 2009 Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif au bilan de l audience TV et de la publicité TV

Plus en détail

Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient

Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient Après une année 2011 stable, les recettes publicitaires des médias enregistrent, en valeur nette, une baisse significative de - 4,6%

Plus en détail

Le marché publicitaire de la vidéo

Le marché publicitaire de la vidéo Le marché publicitaire de la vidéo Octobre 2003 Service des études Des statistiques et de la prospective SOMMAIRE Objectifs... 3 Synthèse... 4 I. Publicité vidéo sur les chaînes hertziennes... 5 LA TÉLÉVISION

Plus en détail

Repeat. Conjoncture publicitaire. aami. Février 2015. Powered by. Str atégie, Achats et Pr og r amming Media

Repeat. Conjoncture publicitaire. aami. Février 2015. Powered by. Str atégie, Achats et Pr og r amming Media Repeat Str atégie, Achats et Pr og r amming Media Conjoncture publicitaire Février 2015 aami Powered by L AAMi, «Association des Agences Media Indépendantes», regroupe les agences suivantes : Anacrouse,

Plus en détail

La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36)

La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36) La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36) La famille distribution-vad se classe en 7 e position des annonceurs de la TV hertzienne. Elle totalise 5,7 %

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Le marché perd un point de moins au 1 er semestre (par rapport à la même période de l année précédente)

Le marché perd un point de moins au 1 er semestre (par rapport à la même période de l année précédente) 1 ER SEMESTRE 2015 Le marché perd un point de moins au 1 er semestre (par rapport à la même période de l année précédente) LES EVOLUTIONS À RETENIR S1 2014 / S1 2013 S1 2015 / S1 2014 POINT* gagné Total

Plus en détail

Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais

Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais Merci de mentionner «Source IREP FRANCE PUB 2013» Pour toute reproduction de ces résultats. Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais Au 1 er semestre 2013, les recettes publicitaires nettes

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Déroulement. Dossier 6 Le marché, l offre et la demande. Dossier 7 Les secteurs institutionnels. Dossier 8 Le droit et ses sources

Déroulement. Dossier 6 Le marché, l offre et la demande. Dossier 7 Les secteurs institutionnels. Dossier 8 Le droit et ses sources Gep éditions, 2011 ISBN : 978-2-84425-796-3 Le référentiel L'environnement économique, juridique et institutionnel Caractériser le marché de l entreprise et définir l offre et la demande. Identifier les

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

BAROMÈTRE INTERNET 2010 vs 2009

BAROMÈTRE INTERNET 2010 vs 2009 BAROMÈTRE INTERNET 2010 vs 2009 9 February 2011 LA MESURE DU MEDIA INTERNET - IAB-SRI-KANTAR PÉRIMÈTRE DE LA PIGE KANTAR MEDIA SUR LE WEB Tous les formats display incluant : bannières liens contextuels

Plus en détail

Internet, relais de croissance. Bilan 2008 vs 2007

Internet, relais de croissance. Bilan 2008 vs 2007 Internet, relais de croissance Bilan 2008 vs 2007 La mesure du media internet un partenariat IAB-SRI-TNS Périmètre de la pige TNS media intelligence sur le web tous les formats display incluant : - bannières

Plus en détail

LE MARCHÉ PUBLICITAIRE FRANÇAIS EN 2012 Un marché de nouveau en baisse

LE MARCHÉ PUBLICITAIRE FRANÇAIS EN 2012 Un marché de nouveau en baisse Source IREP FRANCE PUB 2012 LE MARCHÉ PUBLICITAIRE FRANÇAIS EN 2012 Un marché de nouveau en baisse LES RECETTES PUBLICITAIRES DES MÉDIAS - 3,5% LES DÉPENSES DE COMMUNICATION DES ANNONCEURS - 1,3% Les recettes

Plus en détail

Internet maintient le rythme. Bilan 1 er semestre 2008 vs 1 er semestre 2007

Internet maintient le rythme. Bilan 1 er semestre 2008 vs 1 er semestre 2007 Bilan 1 er semestre 2008 vs 1 er semestre 2007 Les grands indicateurs du 1 er semestre 2008 Une croissance décevante du marché publicitaire plurimedia Montant et évolution des investissements publicitaires

Plus en détail

Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009. Telecom, Media, Entertainment

Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009. Telecom, Media, Entertainment Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009 Telecom, Media, Entertainment Syndicat des Régies Internet Le SRI en 2009, c est 15 membres qui adhèrent à une charte qualité et défendent l

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009 Faits marquants semestrielle VP + VUL (S1 2008 S2 2009) o Europe 30 pays : + 0,2 point de part de marché (6,3 %

Plus en détail

Kantar Media présente son bilan publicitaire annuel : Une Année de Pub 2012. I. Panorama du marché publicitaire plurimédia 2012

Kantar Media présente son bilan publicitaire annuel : Une Année de Pub 2012. I. Panorama du marché publicitaire plurimédia 2012 Communiqué de presse Chambourcy, le 04 février 2013 Kantar Media présente son bilan publicitaire annuel : Une Année de Pub 2012 Avec 27,9 milliards d euros d investissements publicitaires bruts plurimédia,

Plus en détail

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0%

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Les recettes publicitaires nettes des médias s élèvent en 2013 à 13,3 milliards,

Plus en détail

70% des publicités vidéo in-stream sont visualisées jusqu au bout

70% des publicités vidéo in-stream sont visualisées jusqu au bout 10 choses à savoir sur la publicité vidéo in-stream La publicité vidéo in-stream représente une énorme opportunité pour les annonceurs. En fait, c est l un des segments les plus en vogue de la publicité

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Créations et disparitions des entreprises en France

Créations et disparitions des entreprises en France Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 Mars 2012 - 2-1. Le financement des entreprises Le financement des investissements d équipement : le rebond de l activité

Plus en détail

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013,

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013, Points 7 forts BILAN 213 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE 213, DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE La balance commerciale de la Polynésie française continue

Plus en détail

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group ONMEDIA Dossier Décembre 2011 2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group 2011-2012 : croissance mondiale au ralenti Dans son rapport publié en septembre dernier, le FMI prédit

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015

Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre 2015 Communiqué de presse Boulogne-Billancourt, le 22 octobre Amélioration des performances opérationnelles publiées au 3 ème trimestre portée par les performances d Antalis et les premiers impacts positifs

Plus en détail

Observatoire du rayonnement numérique. Top 10 des Constructeurs Automobiles (France)

Observatoire du rayonnement numérique. Top 10 des Constructeurs Automobiles (France) Observatoire du rayonnement numérique Top 10 des Constructeurs Automobiles (France) Préambule Dans un marché français plutôt morose (-14,4% immatriculations sur le premier semestre 2012 source: Comité

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des n 20 octobre Suivi de la collecte et des placements Suivi de des la collecte 12 principaux et des assureurs-vie placements à fin des mars 12 2015 principaux assureurs-vie à fin mars 2015 n XX n 49 mars

Plus en détail

COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION

COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION Association régie par la loi 1901 4, place Richebé 59 000 LILLE www.nordeuroperetraite.fr CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 19 MARS 2012 DE L'ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Croissance des ventes encourageante au premier trimestre

Croissance des ventes encourageante au premier trimestre Croissance des ventes encourageante au premier trimestre CA TTC T1 2011 : + 3,9% à taux de changes courants, +2,1% à taux de changes constants + 0,6% en comparable hors essence, ajusté de l effet calendaire

Plus en détail

RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010

RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010 RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010 Présentation du Groupe Jean-Hugues Duban Responsable Relations Investisseurs Chiffres clés PSA Peugeot Citroën Deux marques puissantes, différenciées et complémentaires

Plus en détail

infos Viniflhor vins & cidres n 153 m a i 2 0 0 8

infos Viniflhor vins & cidres n 153 m a i 2 0 0 8 Viniflhor infos n 153 m a i 2 0 0 8 vins & cidres 12 rue Henri Rol-Tanguy - 93555 Montreuil-sous-Bois - Tél. : 01 73 30 33 00 - Fax : 01 73 30 35 90 - www.viniflhor.fr Bilan annuel 2007 des ventes de vins

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Bilan e-commerce 2014. Conférence de Presse Ministère de l économie, de l industrie et du numérique 27 janvier 2015

Bilan e-commerce 2014. Conférence de Presse Ministère de l économie, de l industrie et du numérique 27 janvier 2015 Bilan e-commerce Conférence de Presse Ministère de l économie, de l industrie et du numérique 27 janvier 2015 Bilan e-commerce Carole DELGA Secrétaire d'état chargée du Commerce, de l'artisanat, de la

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 20 avril 2011 Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Progression de +5,8% du chiffre d affaires en données publiées et

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

OTE DE CONJONCTURE DU MARCHÉ

OTE DE CONJONCTURE DU MARCHÉ NOTE DE CONJONCTURE DU MARCHÉ DES ASSURANCES 1ER TRIMESTRE 2 011 EVOLUTION DE LA PRODUCTION : Le chiffre d affaires directes 1 réalisé par le secteur durant le 1 er trimestre 2011 est estimé à 24,,1 milliards

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Paris, le 17 mai 2006 Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Résultat brut d exploitation : 1 502 millions d euros (+ 46,7 %) Résultat net part du groupe : 1 385 millions d euros (+ 53,0 %) Coefficient

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros Communiqué de presse Paris, le 19 janvier 2010 Chiffre d affaires 2009 : -7,9% en données comparables Dans un environnement économique encore sévèrement touché par la crise, Chiffre d affaires des Services

Plus en détail

Infos financières Décembre 2014

Infos financières Décembre 2014 Infos financières Décembre 14 Évolutions monétaires à Saint-Pierre-et-Miquelon au septembre 14 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Conséquence d une activité mondiale plus faible que prévu

Plus en détail

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Guillaume Wemelbeke* Depuis la crise survenue à la fin 2008, la production européenne de produits agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Une année stable. Bilan

Une année stable. Bilan Bilan Une année stable 16 Encore une fois, on a assisté en 2012 à une augmentation, bien que moins marquée, des investissements publicitaires, ainsi qu à des changements qui façonneront le visage de l

Plus en détail

DÉCLARATION INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION POUR LA

DÉCLARATION INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION POUR LA DÉCLARATION INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION POUR LA PÉRIODE SE CLÔTURANT LE 30 SEPTEMBRE 2011 Compte tenu de la cession d Avis Europe, qui a pris effet le 3 octobre 2011, ce communiqué ne concerne que les

Plus en détail

Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009. Telecom, Media, Entertainment

Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009. Telecom, Media, Entertainment Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009 Telecom, Media, Entertainment Syndicat des Régies Internet Le SRI en 2009, c est 15 membres qui adhèrent à une charte qualité et défendent l

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Tendances du Marché Publicitaire

Tendances du Marché Publicitaire Tendances du Marché Publicitaire Rapport 2015/04 Compte-rendu mensuel de l évolution du marché suisse de la publicité Les points culminants en avril 2 Pression publicitaire pour l ensemble du marché 3

Plus en détail

Le temps de la convalescence? Les recettes publicitaires des médias : -2,5% Les dépenses de communication des annonceurs : -1,6%

Le temps de la convalescence? Les recettes publicitaires des médias : -2,5% Les dépenses de communication des annonceurs : -1,6% Le temps de la convalescence? Les recettes publicitaires des médias : -2,5% Les dépenses de communication des annonceurs : -1,6% Les recettes publicitaires nettes des médias s élèvent en 2014 à 13 milliards,

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Executive summary DGMIC Janvier 2010 Florence Le Borgne Tiffany Sauquet f.leborgne@idate.fr t.sauquet@idate.fr Tel.:

Plus en détail

Baromètre Kidioui.fr Août 2015 Un climat propice à l achat automobile grâce à une remise moyenne à son plus haut niveau

Baromètre Kidioui.fr Août 2015 Un climat propice à l achat automobile grâce à une remise moyenne à son plus haut niveau Baromètre Kidioui.fr Août 2015 Un climat propice à l achat automobile grâce à une remise moyenne à son plus haut niveau Au mois d août, l impact des nouveautés apparues au printemps a été moins ressenti

Plus en détail

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 Depuis 2003, l Observatoire établit des statistiques de fraude sur les cartes de paiement de type «interbancaire» et de type «privatif», sur la base de données recueillies

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Impact du placement produit

Impact du placement produit Semaine 21 du 24 au 30 mai 2010 Impact du placement produit L agence L ère du temps, avec le soutien du Syndicat national de la publicité télévisée (SNPTV), a recensé et analysé les preuves d effi - cacité

Plus en détail

Communiqué de presse. 2013-2012 en % 1 er Trimestre 38,240 41,759 42,853 41,349-8,4% en millions 2013 2012 2011 2010

Communiqué de presse. 2013-2012 en % 1 er Trimestre 38,240 41,759 42,853 41,349-8,4% en millions 2013 2012 2011 2010 Communiqué de presse «Luxembourg Ad Report 2013» : 151,9 millions euros d investissements bruts dans la publicité en 2013 au Grand-Duché de Luxembourg Luxembourg, le 17 mars 2014 Selon le Luxembourg Ad

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 Juillet 2014 RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients Forte

Plus en détail

Résultats du 1 er trimestre 2012

Résultats du 1 er trimestre 2012 Résultats du 1 er trimestre 2012 Bonne performance de l offre 100 % en ligne Poursuite de la conquête bancaire en France 17 000 nouveaux comptes courants 13 400 nouveaux comptes d épargne bancaire Forte

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

Note de conjoncture n 28

Note de conjoncture n 28 Mars 2014 L'Observatoire Economique et Social Note de conjoncture n 28 Volet 2 : Santé et accidents du travail Fin octobre 2013, les remboursements de soins de ville et des cliniques privées sont en repli,

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

Thème : La consommation des ménages

Thème : La consommation des ménages Thème : La consommation des ménages Vous effectuez votre période de PFMP au sein du magasin ZARA, grande surface spécialisée dans le prêt-à-porter féminin, implantée dans le centre commercial Cap 3000

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

Communiqué de presse. Chiffre d affaires du troisième trimestre. Perspectives 2012. Nanterre, le 23 octobre 2012

Communiqué de presse. Chiffre d affaires du troisième trimestre. Perspectives 2012. Nanterre, le 23 octobre 2012 Nanterre, le 23 octobre 2012 Hausse de 7,9% du chiffre d affaires consolidé au 3 ème trimestre. Fort ralentissement de la production automobile en Europe attendu au 4 ème trimestre Chiffre d affaires du

Plus en détail

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Relations presse : Christel Lerouge Tél. : 01 47 54 50 71 Relations Investisseurs : Vincent Biraud Tél. : 01 47 54 50 87 Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Chiffre d

Plus en détail

La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g

La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g Contact: Agence PRESSE Contact: CPoR Devises Bettina MANNINA François de LASSUS 06 09 82 51 35 04 91 26 02

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail

Auchan crée le discount responsable

Auchan crée le discount responsable Semaine 5 du 1 er au 7 février 2010 Au programme cette semaine Auchan crée le discount responsable Après le discount utile, le discount responsable. Décidément, le discount est tendance. Les distributeurs

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Adrem Flash. E-newsletter 18 juin 2013. Investissements publicitaires - Avril 2013

Adrem Flash. E-newsletter 18 juin 2013. Investissements publicitaires - Avril 2013 (keur) (keur) Adrem Flash ONMEDIA Les investissements publicitaires de la période janvier-avril 2013 s élèvent à plus de 1.1 milliard d euros, soit 3% de moins que l an dernier. Évolution du total des

Plus en détail