Chefs d entreprise : Qu est-ce qui les motive?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chefs d entreprise : Qu est-ce qui les motive?"

Transcription

1 L INTERVIEW Martine Gilles : «Une entreprise, même petite, doit être performante» R F : 3,00 DOSSIER Chefs d entreprise : Qu est-ce qui les motive?

2

3 // DOSSIER Chefs d entreprise Qu est-ce qui les motive? Sommaire // // L INTERVIEW Martine Gilles Une entreprise, même petite, doit être performante 4 // TABLEAU DE BORD Indicateurs de performance 7 // DOSSIER Chefs d entreprise : qu est-ce qui les motive? 9-13 // MADE IN CÔTE-DOR 15 // ENTREPRENDRE EN CÔTE-D OR Création d entreprises Auto-entrepreneurs : à savoir avant de vous lancer Équipements Espace en Plus : le self stockage dans tous ses états 19 ÉDITO Ces chefs d entreprise qui carburent à la motivation Du jeune créateur au chef d entreprise confirmé ; du chercheur que rien ne destinait à l entreprenariat à celui qui le porte de façon quasi-génétique ; de celui qui se trouve en difficultés au «créateur en série», autant de personnes et de parcours uniques pour un seul but : entreprendre. Et s il est bien une chose qu ils ont en commun, c est la motivation. Une motivation qu il leur faut garder en permanence, quelle que soit la complexité de l environnement économique. Comment faire? C est tout l objet de notre dossier. Avoir l envie d entreprendre passe par la découverte de métiers et de savoir-faire, la rencontre d hommes et la visite d entreprises. Bonne nouvelle, «Entrez dans l entreprise!», c est tout ça à la fois, et pendant deux jours, les 26 et 27 mars, près de 50 entreprises ouvriront leurs portes. Consultez la liste et inscrivez-vous sur Cette opération illustre bien notre volonté de valoriser des hommes, des entreprises, des territoires. À cette promesse, nous avons ajouté des objectifs, dont celui de rompre l isolement du chef d entreprise. Un bel exemple : 31 clubs d entreprises et plus de 1000 entreprises qui ont choisi de connecter leurs expériences au sein du RECO (Réseau Entreprises Côte-d Or). Vous avez la motivation de les rejoindre alors connectez-vous sur Bonne lecture! Patrick Laforêt, Président de la CCI Dijon Benoît de Charette, Président de la CCI Beaune // L ACTUALITÉ DES CCI DE CÔTE-D OR L École des Managers de Dijon ouvre ses portes I-IV // PASSION D ENTREPRENEUR Retour d ascenseur 21 // DANS L AIR DU TEMPS Coaching Coach d entreprise : pour qui, pour quoi? 23 // L ÉCO DES TERRITOIRES Aménagement du territoire Les CCI de Côte-d Or prennent la main // VU AILLEURS Export Le V.I.E., une expérience concluante 29 // ARRÊT SUR IMAGE Comme si vous y étiez 30 3 N 23 Mars Avril 2010

4 // L interview Martine Gilles Une entreprise, même petite, doit être performante Quand elle quitte Nolay, à 18 ans, elle n est munie que de son seul certificat d études. Revenue 30 ans plus tard dans son village natal, Martine Gilles dirige THPS, une entreprise de propreté qui emploie une centaine de personnes. Retour sur un sacré parcours. Photo : J.-M. Schwartz BIO express 1956 naissance à Nolay 1970 obtention du certificat d études 1975 intègre l entreprise Michel Meyer SA comme aidecomptable 1991 intègre THP dont elle devient le PDG en crée THPS dont elle est la gérante Née à Nolay, vous y dirigez aujourd hui une entreprise. Pourtant, l instituteur du village n aurait pas forcément misé sur vous, n est-ce pas? Martine Gilles : Tout à fait! J étais une élève «en échec scolaire» comme on dit aujourd hui. C est un terme réducteur que je n aime pas car ce n est pas parce qu on n est pas bon élève qu on ne réussit pas sa vie professionnelle et j espère que mon témoignage redonnera du courage aux jeunes. Comment avez-vous mené votre barque dans une société où, malgré tout, les diplômes sont importants? M. G. : Après le certificat d études, j ai préparé, en trois ans, un diplôme d aide-comptable que je n ai pas eu! À 18 ans, je me suis mariée et je suis partie vivre à Montbéliard, où j ai travaillé comme aide-comptable au sein de l entreprise de montage industriel Michel Meyer. Six mois après mon arrivée, suite au départ du comptable, le Pdg m a proposé de prendre la relève. Par la suite, je lui ai demandé pour quelle raison il m avait fait cette proposition. Il m a répondu : «J ai vu que vous aviez un bon état d esprit.» C est peut-être ça le secret de la réussite Chacune de mes évolutions professionnelles correspond à une opportunité que j ai saisie. Autant je n aimais pas l école, autant j aime l action qu apporte la vie d une entreprise! En 1991, vous intégrez la société Techniques Hygiène et Propreté (THP), à Mulhouse, avec pour objectif de redresser une entreprise au bord du dépôt de bilan. Quelle a été votre méthode? M. G. : Cette société perdait un million de francs. Redresser financièrement l entreprise, c est le challenge que m a proposé un des actionnaires. J ai hésité quelques semaines avant de me lancer, d abord en qualité de responsable administrative et commerciale, ensuite en qualité de Pdg, actionnaire et administrateur. Je me suis retrouvée sur un terrain inconnu, l action commerciale, dans un métier plus complexe qu on ne le croit, qui demande qualité, productivité, gestion fine du personnel Comment ai-je fait? J ai vérifié tous les postes, pour limiter les gaspillages : l achat d un ordinateur, etc. Puis j ai retroussé mes manches, pour aller chercher de nouveaux marchés, tout en me formant auprès de l INHNI *. Il m a fallu deux ans pour rééquilibrer les comptes de l entreprise. Ma réussite, ou plutôt notre réussite, est due aux nombreux collaborateurs qui ont rejoint l entreprise durant toutes ces années. Ils avaient sans aucun doute eux aussi «un bon état d esprit» Apprendre à manager, avec le recul, c est du respect, de la justice, de l autorité et beaucoup de patience. 4 MAGAZINE ÉCONOMIQUE DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CÔTE-D OR

5 Vous êtes restée 16 ans chez THP où, de 40 salariés, vous avez permis à l entreprise d atteindre les 400 salariés. Pourquoi avoir tout quitté, pour revenir à Nolay? M. G. : J ai développé THP en ouvrant cinq autres établissements : Monbéliard, Saint-Louis, Colmar et Mosheim. Le 14 janvier 2003, j ai ouvert l agence de Nolay parce que j avais envie de revenir aux sources, même si ce n est pas facile après 30 ans d être acceptée dans un village qui m a vue partir en adolescente timide et revenir en chef d entreprise décidé. Je souhaitais aussi me recentrer sur une entreprise de taille plus humaine. Fin 2005, j ai créé une nouvelle entité indépendante, Technicité Hygiène et Propreté Services (THPS), une SARL dont je suis gérante, avec pour associés mes deux enfants. THPS a racheté le fonds de commerce à THP SA. Depuis 2005, l entreprise s est considérablement développée? M. G. : Nous sommes passés de 20 salariés à une centaine aujourd hui. Autant en Alsace les clients étaient majoritairement impliqués dans les secteurs industriel et tertiaire, autant l activité se centre ici sur le tourisme, avec beaucoup d hôtels et de chambres d hôtes, auxquels il faut ajouter les maisons de vin et tonnelleries. Ma règle : ne pas dépasser les 30 % de «gros» clients. Cela exige un travail de fourmi. Je mise beaucoup sur le relationnel. Mes clients sont mes meilleurs porte-parole, par exemple au sein du Club des entreprises de la Côte de Beaune, dont je suis adhérente, où j ai retrouvé des clients et où j ai fait la connaissance d entreprises dans des activités très différentes. Je suis aussi présidente de l UCIA ** de Nolay où nous nous efforçons, avec mes collègues, de dynamiser l économie du village. Et là aussi, il faut du courage Nous avons créé une manifestation professionnelle, qui a vu le jour en 2007 à Nolay et qui a lieu tous les deux ans. Elle permet aux commerçants, artisans, industriels et aux associations, tous locaux, de se faire connaître. Avez-vous senti les effets de la crise chez vos clients? M. G. : Si un client doit diminuer ses charges, le budget de la propreté est en première ligne, mais cela n a pas empêché THP Services d augmenter son chiffre d affaires de 23 % en Parce que nous pouvons proposer des solutions intermédiaires à nos clients : modifier le cahier des charges,etc. Il ne s agit surtout pas de pleurer sur l économie mondiale! Il faut toujours faire preuve de courage en allant conquérir de nouveaux marchés. Je suis aujourd hui secrétaire générale du syndicat patronal Grand-Est Propreté. Cela me permet d avoir le point de vue de l ensemble des professionnels et d amener dans mon entreprise un service plus performant, car contrairement aux idées reçues notre métier est un métier d avenir et dynamique. Je travaille par exemple au sein d un comité de pilotage qui élabore actuellement une charte sur le développement durable. Une entreprise, même petite, doit être à la pointe dans son domaine d activité. NOS PERFORMANCES // Un chiffre d affaires de euros (+ 23 % en 2009) // Pascal Evrard, premier au concours des laveurs de vitre de Bourgogne Franche-Comté, septième au concours européen LES PERSONNES CLÉS // «Les clients!» // Stéphanie Laage, chargée des ressources humaines // Pascal Evrard, contremaître // Justine Sennepart, secrétaire comptable // Sans oublier l ensemble des collaborateurs EN SAVOIR + THPS 67 rue de la République Nolay * INHNI : Organisme de formation et de conseil du secteur de la propreté et des services associés. ** UCIA : Union Commerciale Industrielle et Artisanale de Nolay 5 N 23 Mars Avril 2010

6 Pour ceux qui savent qu on est plus efficace quand on est bien informé. GESTION DES FLUX DES INFORMATIONS CLAIRES ET RAPIDES POUR MIEUX GÉRER VOS FLUX FINANCIERS La maîtrise des flux bancaires et financiers est capitale pour une entreprise. C est pourquoi les experts en région des Banques Populaires vous proposent aujourd hui des outils qui optimisent la gestion des frais professionnels, les échanges sécurisés dématérialisés, la vente des produits à distance, l organisation de la transmission des ordres bancaires, la centralisation des recettes, la gestion de la trésorerie ou la simplification des règlements fournisseurs. De quoi garder le contrôle. 6 MAGAZINE ÉCONOMIQUE DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CÔTE-D OR

7 // Tableau de bord Indicateurs de performance Structure commerciale de l agglomération dijonnaise (Source : CCI Dijon - Extrait de l étude «Les activités commerciales et de services de l Agglomération Dijonnaise» en vente au centre de documentation de la Chambre de Commerce et d Industrie de Dijon.) services recensés 35 % 30 % 25 % 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % 1,9 % Pressing 12,6 % cellules dont commerces et services Coiffure 8,2 % Banques Ets financiers 33,7 % Hôtels - Cafés Restaurants 14,5 % Services Commerces 55,1 % 44,9 % Réparation et commerces auto Agences de voyages 1,4 % 0,8 % 2,0 % Services artistiques Cinémas Réparations (cordonneries ) cellules commerciales pour une surface de vente de m 2 28,2 % 22,6 % 0,1 % 21,2 % 9,1 % Autres commerces spécialisés Équipement personne Équiment maison Santé Alimentation 18,9 % 13,0 % Grands magasins 2,2 % 29,9 %* 27,4 % 24,3 % 24,9 % Services divers * dont 28,7 % de bricolage 11,3 % de sport 11,1 % de librairie 3,2 % Flashs Dernières publications L Agglomération dijonnaise en fiches Janvier 2010 Les activités commerciales et de services des quatre grands pôles commerciaux de l Agglomération Dijonnaise (document en vente) Octobre 2009 Les cellules commerciales et de services de l Agglomération dijonnaise (document en vente) Octobre 2009 Les cellules commerciales et de services du centre-ville de Dijon (document en vente) Septembre 2009 Les centres commerciaux de Dijon et de l Agglomération dijonnaise ( document en vente) Décembre 2009 Tableau de bord de l économie Côted orienne (document téléchargeable : Février2010 Surface de vente de plus de 300 m 2 par canton en Haute Côte-d Or Sources : CCI Beaune et CCI Dijon, septembre 2009 En nombre de cellules En surface de vente La Haute Côte-d Or en chiffres Nombre de salariés du secteur privé au 1 er janvier 2009 Nombre de salariés % des salariés de la HCO dans la Côte-d Or Auxois- Morvan Pays châtillonnais Haute Côte-d Or % Industrie B et TP * ,8 16,0 Commerce ,5 8,8 Services privés ** ,7 7,3 Total ,0 10,4 * Industrie Agro et alimentaire, de biens de consommation, de biens d équipements, de biens intermédiaires, industrie automobile, l énergie et la construction ** Activités financières, immobilières, services aux entreprises, aux particuliers, éducation, santé, actions sociales, administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire et transports (Source : ASSEDIC, données provisoires au ) 7 N 23 Mars Avril 2010

8 // Restaurants et salles de séminaires

9 DOSSIER Chefs d entreprise : Qu est-ce qui les motive? Certains sont animés par le goût des responsabilités. D autres ont fait le choix de l indépendance, du challenge Mais s il devait y avoir un point commun à tous les chefs d entreprise, qu ils débutent ou affichent une expérience confirmée, commerçants ou industriels, ce serait sûrement le désir de vivre une aventure humaine à part. Comme en témoignent les huit chefs d entreprise que nous avons rencontrés.

10 GÉRALDINE PELLETIER : LICENCIÉE, ELLE CRÉE SON EMPLOI «Je voulais mon indépendance» EN SAVOIR + Vitamines et vous 6 route de Saint-Seine Francheville Licenciée pour raison économique, Géraldine Pelletier en a profité pour créer son propre emploi. De facto, elle est devenue chef d entreprise. «Je venais de passer sept ans à faire du secrétariat pour une entreprise travaillant dans l industrie automobile. C était l occasion de passer à autre chose. Comme je voulais mon indépendance, j ai réfléchi et j ai décidé de créer une épicerie fine. Un vrai défi pour moi.» Vitamines et vous est ainsi venue au monde, en octobre 2008, avec de modestes moyens. Géraldine Pelletier n a, en effet, investi que euros afin de réduire les risques. Le temps de mieux connaître son nouveau secteur d activité. Rétrospectivement, elle ne regrette pas ce choix. «À cause du contexte, c est assez difficile. Je vais finir cette année et, en fonction de mes résultats, je tirerai des conclusions. Mais je suis toujours très motivée parce que j aime mon indépendance, mes produits, le contact avec les gens. Je me rends compte que lorsqu on est chef d entreprise on a des soucis jour et nuit, mais je préfère cette vie à celle que j avais avant. Je ne connais pas la routine», dit-elle avec le sourire. Vitamines et vous est aujourd hui une épicerie fine originale en ce sens qu elle n existe pas sous la forme d une boutique. Géraldine Pelletier a, là aussi, fait un vrai choix : elle travaille différemment. Elle vend des produits haut de gamme tantôt à domicile, tantôt sur les marchés gourmands, marchés de Noël ou marchés artisanaux, mais également en exposant ses produits dans des lieux aussi variés que les comités d entreprise, les hôtels, les maisons de retraite ou encore les offices de tourisme. JORDAN AZUELOS : NOUVEAU DANS LE MÉTIER «Je suis attiré par l idée du challenge» EN SAVOIR + Bourgogne Énergie Solaire 1 bd de Champagne Tour Elithis Dijon Jordan Azuelos est un jeune homme qui ne perd pas de temps. La preuve? À 25 ans, il compte déjà une dizaine de collaborateurs et depuis le 4 janvier 2010, son entreprise Bourgogne Énergie Solaire occupe pas moins de 150 m 2 de bureaux au sein de la Tour Elithis flambant neuve. De quoi donner le tournis à de nombreux entrepreneurs en herbe. Mais, à ses yeux, il n y a là rien de très surprenant : «Dans ma famille, les chefs d entreprise sont nombreux. J ai grandi au milieu de cette évidence. J ai toujours su que je me lancerais un jour.» Après avoir bénéficié des conseils de la CCI Dijon, Jordan Azuelos a investi avec conviction des milliers d euros. Et peu importe la crise économique : «Pour moi, elle n a pas été un frein car elle n a pas touché le secteur dans lequel je voulais travailler. Au contraire, elle a servi de moteur. Soit on se laisse abattre par la crise, soit on se bat pour y faire face et passer la vague». Surmotivé, il ambitionne de hisser le plus rapidement possible Bourgogne Énergie Solaire au rang de numéro un sur le marché à la mode de l énergie renouvelable, en Bourgogne. Conscient des nombreuses difficultés inhérentes au métier de chef d entreprise, le goût de l aventure est pour Jordan Azuelos plus fort que les doutes : «Entre les risques en tous genres, les nuits très courtes, les responsabilités diverses et variées et l investissement de ses fonds propres, il y a effectivement beaucoup de difficultés. Mais quand ça marche, c est une vraie fierté. Pour moi, c est un choix de vie. Je sais qu il implique des efforts, des sacrifices, mais je suis attiré par l idée du challenge.» 10 MAGAZINE ÉCONOMIQUE DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CÔTE-D OR

11 FRANÇOIS VASSARD : UNE HISTOIRE DE FAMILLE «C est une très belle aventure!» EN SAVOIR + Régis Martelet 22 rue de La Brot Dijon Cedex Dans la famille Vassard, tout le monde travaille pour l entreprise de transport et de logistique Régis Martelet, du nom de son fondateur. Le père, Roland Vassard, entré dans la maison en 1975, en est devenu l actionnaire unique en Il préside aujourd hui avec son épouse le conseil de surveillance de cette entreprise. Depuis 2010, les trois enfants sont au directoire : François en est le président, Bénédicte est à la direction des ressources humaines et Élodie à la direction administrative, financière et juridique. Les études des trois enfants les prédestinaient à occuper ces différents postes : commerce pour Nous sommes fiers d être indépendants François, psychologie pour Bénédicte et droit pour Élodie. L entreprise Régis Martelet c est aujourd hui 37 millions d euros de chiffre d affaires, 220 personnes, 150 moteurs et m 2 de surfaces couvertes avec une offre de service diversifiée sur une zone géographique large. «Nous sommes fiers d être indépendants. Il n y a que le marché qui nous oriente. Si nous voulons développer une activité en particulier, aucun autre actionnaire ne va venir nous imposer ses directives. Nous avons les coudées franches, c est ce qui nous permet de mettre en application notre slogan : «L imagination et le transport!», affirme François Vassard, avant d ajouter : «C est une très belle aventure. Je pense que c est grâce à cet esprit familial et indépendant que nous avons pour leitmotiv d apporter de «la chaleur ajoutée» et de faire en sorte que nos salariés et clients ne soient pas de simples numéros.» 2010, année du 150 e anniversaire de l entreprise Régis Martelet, s annonce sous les meilleurs auspices. PATRICK RICHARDET : MALGRÉ LES DIFFICULTÉS, IL Y CROIT «Cette entreprise, c est ma vie!» EN SAVOIR + Peignot Mécanique ZA Les Écugnières Precy-sous-Thil La crise? Peignot Mécanique l a subie de plein fouet. En 2009, son chiffre d affaires a connu une baisse de 50 %. Cette entreprise spécialisée dans la mécanique de précision, la mécano-soudure et la maintenance sur sites, a été victime de la santé économique de ses plus gros clients. «Quand les grosses entreprises s enrhument, les plus petites comme nous toussent aussi», affirme son dirigeant Patrick Richardet. Si celui-ci est fier d avoir préservé les emplois de tous ses salariés, il ne cache pas que l année écoulée a été très dure. Mais à la question qui consiste à savoir comment il a fait pour garder l envie dans un tel contexte, sa réponse ne se fait pas attendre : «Cette entreprise, c est ma vie. Depuis 1974, je tourne, je fraise, je soude J ai débuté chez Peignot Mécanique comme salarié, j en suis devenu actionnaire en 1987 et, depuis 2003, j en ai pris la direction. On va relever les manches et ça va repartir.» Autrement dit, pour rien au monde Patrick Richardet n abandonnerait la direction de son entreprise. Non seulement il aime chercher des solutions aux problèmes qui ne manquent pas de se poser jour après jour, mais il apprécie d avoir à changer de casquette tout au long de la journée. «Certains pensent que les chefs d entreprise n ont que l objectif de s en mettre plein les poches. C est vrai dans certains grands groupes, mais ce n est pas le cas chez les dirigeants de PME. Pour nous, l entreprise c est notre bébé. On y a tout mis : notre vie personnelle, etc. On joue le jeu à fond», confie-t-il. 12 MAGAZINE ÉCONOMIQUE DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CÔTE-D OR

12 JEAN-PHILIPPE GIRARD : EXPERT EN CRÉATION D ENTREPRISES Le goût d entreprendre Jean-Philippe Girard est l un des poids lourds de l économie bourguignonne. Mais cela ne l empêche pas de regarder dans le rétroviseur avec humilité : «Quand j ai créé Eurogerm, en 1989, il s agissait d une aventure humaine. Il était impossible d imaginer ce qu il en serait vingt ans plus tard. Et puis nous avons saisi notre chance. Eurogerm a grandi plus vite que prévu.» De la chance, peut-être, sûrement, mais pas seulement. Jean- Philippe Girard a, en effet, incontestablement la bosse des affaires. Après Eurogerm groupe agro-alimentaire de tout premier plan avec un CA de 52 millions d euros en 2009 c est avec brio qu il a continué à entreprendre, à développer de nouvelles activités. En 1994, il devient ainsi copropriétaire du golf de Norges avec Jacques Laffite et Denis Liébé, puis actionnaire du circuit automobile de Prenois. Aujourd hui, Jean-Philippe Girard est également président de la Fédération Nationale des Banques Populaires, la banque qui lui a fait confiance quand il a créé Eurogerm. Sans compter que par le biais de ACG Participations et Rubis Capital Bourgogne, il est présent dans une dizaine de secteurs d activité différents : «Je ne m engage jamais seul dans une entreprise, mais toujours avec deux ou trois associés complémentaires. Je suis pour la complémentarité dans l action. Ce n est pas l argent qui me motive, mais le porteur de projet et le projet. Prendre des participations minoritaires, accompagner ces participations sont pour moi énergisant. Cela me permet d être toujours en mouvement et me dispense de tomber dans la routine que je redoute plus que tout. J ai toujours eu le goût d entreprendre.» EN SAVOIR + Eurogerm 2 rue Champ Doré Saint-Apollinaire JEAN DESMON : UN ANCIEN TOUJOURS AUSSI PASSIONNÉ «Ce furent dix années extrêmement riches» L avenir de la planète étant en jeu, aujourd hui, tout le monde est conscient que le recyclage est une priorité. Pour Jean Desmon, cela fait trente ans qu elle est au centre de sa vie. En 1980, il débute comme chauffeur au sein du groupe Soulier, leader européen du recyclage. Une dizaine d années plus tard, il devient directeur d agence pour la Générale des Eaux avant de créer Reval Services, en 1998, avec son associé Hervé Gouverneur : «On traitait tout : le papier, le carton, le plastique. Au début, on a commencé avec un petit tonnage quotidien, mais nous avons fini par recycler environ tonnes par an», se souvient-il. Jean Desmon parle au passé parce qu en 2008 il a revendu Reval Services au groupe SITA Suez. De cette décennie passée à la tête de son entreprise, Jean Desmon en parle avec émotion. Il se souvient, en effet, que sans un appel du pied de son ami Hervé Gouverneur, jamais il n aurait connu les joies du métier de chef d entreprise : «Sans lui, je ne me serais pas lancé. Il a constitué un heureux déclic. Si je n étais pas devenu chef d entreprise, je serais indéniablement passé à côté de quelque chose. J ai beaucoup aimé le fait de devoir prendre des décisions en peu de temps, la gestion du personnel, la nécessité de chercher de nouveaux débouchés Ce furent vraiment dix années extrêmement riches.» EN SAVOIR + Reval Services Route de Gray Saint-Apollinaire N 23 Mars Avril 2010

13

14 // Made in Côte-d Or Flashs Marmelure & Confitade Dégus tations au naturel D un côté, des voisins, puis des clients qui ont voulu continuer à les déguster De l autre, deux amies, passionnées de confitures, marmelades, gelées et autres condiments aigres-doux vinaigrés qui souhaitaient concilier vie professionnelle et vie de famille en milieu rural. Tels sont les ingrédients de la réussite depuis bientôt trois ans pour Cécile Ayad et Dominique Laforce aujourd hui co-associées au sein de Marmelure & Confitade à Villaines-les-Prévôtes ( Leur secret : la transformation de fruits et légumes par leurs soins, pour réaliser, dans un espace dédié à domicile, des compositions originales, à partir des productions saisonnières de leurs vergers et potagers respectifs. Résultat : 90 produits différents, des commandes en développement, des perspectives de développement à l international. Raids équipements Frissons et plaisir pour airsofteurs Un magasin où sont proposés à la vente plus de 300 répliques d airsoft de très faible puissance (moins de 2 joules) et les accessoires appropriés, un stand de tir et une aire de jeu (environ 700 m 2 ) en intérieur et un terrain de jeu dès le printemps prochain sur les communes d Ahuy et d Hauteville-lès-Dijon, prochainement un atelier de réparation Le concept global est unique en France, à l initiative de Gérald Graziani ( le jeune gérant de Raids Équipements à Marsannay-la- Côte. Son entreprise, créée en octobre 2009, a vocation à faciliter en toute sécurité l airsoft. Ses adeptes, les airsofteurs, pratiquent le tir avec des billes en plastique sans aucun danger avec des répliques d airsoft. Cette activité ludique est encadrée par des professionnels, dans le cadre de scénarios très variés, associant plaisir, détente et frissons à la portée de tous. La convivialité est au rendez-vous. Jacquenet-Malin Manches d outils dans tous leurs états L activité principale de l entreprise est restée depuis sa création, en 1912, la fabrication de manches d outils en bois. Secret de la longévité et du développement de Jaquenet-Malin à Touillon près de Montbard ( dirigée par Bruno Jacquenet, arrière-petit-fils du fondateur : les investissements constants dans les équipements, l aménagement et la modernisation des postes de travail, la formation de son personnel, une présentation moderne en magasin des 400 références produits de la société. Et deux constantes : le tri et le recyclage de ses déchets. Résultat : une clientèle nationale dans des secteurs très diversifiés : travaux publics, horticulture, jardinage. Handirect Routage citoyen Depuis le 1 er janvier 2010, la Société Handirect Services est reconnue «Entreprise Adaptée». Une labellisation en cohérence avec la charte citoyenne qui s impose à tout franchisé du réseau national Handirect et à laquelle adhère bien évidemment la boutique dijonnaise, ( créée et dirigée par Philippe Rondeau depuis novembre Traduction concrète : recruter au moins 80 % de salariés handicapés. Challenge réussi puisque des clients de référence lui font confiance pour réaliser différents travaux administratifs : CCI Dijon, Caisse d Épargne Bourgogne Franche-Comté, Radiance Bourgogne, mais aussi des concessionnaires automobiles comme Espace Premium Honda ou bien des commerçants comme Les As du Placard à Dijon ou la Bijouterie Lacagne à Beaune pour ne citer qu eux. Saisie, impression, gestion de fichiers, mailing, mise sous pli, conditionnement, routage sont ainsi réalisés sous 48 h à 72 h chrono, délai de rigueur, pour de petits volumes 200 documents ou des volumes importants jusqu à documents. Ahuy Hautevillelès-Dijon Marsannayla-Côte Villainesles-Prévôtes 15 N 23 Mars Avril 2010

15 // Entreprendre en Côte-d Or Flashs WB Vision Contrôle optimal Présente depuis plusieurs années dans le monde de l industrie, la vision industrielle est une forme de contrôle non destructeur des processus de fabrication. Elle s effectue à l aide d une caméra pour la prise d images et le traitement des défauts des produits sur les lignes de production. Les systèmes de vision industrielle présentent de nombreux avantages : un contrôle précis, une mesure répétitive et objective, un temps de calcul rapide En la matière, l une des dernières réalisations de WB Vision consiste à valider plusieurs contrôles sur une bouteille de vin : le niveau du liquide à l intérieur de la bouteille, la présence de l étiquette, de la capsule. EN SAVOIR + WB Vision 4 c, rue Jacques de Molay Beaune wbvision.free.fr Com une image Une communication 100 % sur mesure Motiver son équipe, séduire ses prospects, réussir son événement, fidéliser sa clientèle, faire la différence, remercier Autant de raisons pour une entreprise d avoir recours aux services de Com une image. Cette société créée en 2005, aujourd hui 100 % féminine, s est en effet spécialisée dans l objet d image afin d offrir à ses clients une communication sur mesure. En 2010, Com une image a décidé d axer ses propositions sur le développement durable avec de nouvelles matières comme le lin, le chanvre, le bambou qui remplacent avantageusement le PVC, et des produits 100 % personnalisables issus d une production française. EN SAVOIR + Com une image 27 bld Albert Einstein Dijon Cedex ADEE electronic Fusadee : parafoudre pour photovoltaïque Quand François Girard crée, en 1978, la société ADEE (Applications Domestiques de l Électricité et de l Électronique), c est avec la volonté de développer une innovation : le délesteur proportionnel destiné à gérer et réguler les installations de chauffage électrique. Depuis, fort logiquement, le cœur de métier de ADEE electronic a évolué. Mais cette entreprise continue d innover, notamment avec son produit baptisé Fusadee, un parafoudre. Aujourd hui, ADEE electronic, qui compte 21 salariés, entend développer ce système de protection pour les installations photovoltaïques. EN SAVOIR + ADEE electronic 300 rue des Arts et Métiers Pont-de-Pany SPIE L art d aménager le cadre de vie Leader européen des services en génie électrique, mécanique et climatique, de l énergie et des systèmes de communication, SPIE accompagne les collectivités et les entreprises dans la conception, la réalisation, l exploitation et la maintenance de leurs installations. Responsable commercial pour la Bourgogne, Hubert Morel souligne que SPIE a notamment «apporté des solutions techniques performantes à des clients aussi variés que le CEA Valduc, les trois centres de tri de La Poste à Dijon ou encore une soixantaine de gares SNCF». Aujourd hui et pour la phase 2 jusqu en 2013, SPIE a un nouveau défi de taille : l équipement électrique et la plomberie sanitaire de l hôpital du Bocage, à Dijon. Un défi qui devrait être relevé car SPIE a déjà l expérience des hôpitaux de Chalon-sur-Saône, Dôle, Lons-le-Saunier ou encore Auxerre. EN SAVOIR + SPIE 3 rue Bastogne BP Saint-Apollinaire Pont-de- Pany Saint- Apollinaire 16 MAGAZINE ÉCONOMIQUE DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CÔTE-D OR

16 // Entreprendre en Côte-d Or Auto-entrepreneurs : à savoir avant de vous lancer Accompagné et conseillé par sa CCI, tout porteur de projet devra faire un choix parmi les nombreux statuts qui s offrent à lui : SA, SARL, EURL Le dernier né, l autoentrepreneur, possède, comme tous les autres, des avantages et des inconvénients. Votre situation correspond à ce statut? Vous êtes tenté par ce challenge, mais vous vous posez des questions? Le vrai-faux en huit réponses. TÉMOIGNAGE Le point de vue d un banquier Un an après l entrée en vigueur du régime de l autoentrepreneur, l ensemble des acteurs économiques est en mesure de livrer une première analyse. Aux yeux de Gérard GRUER responsable local du marché des professionnels à la Caisse d Épargne de Bourgogne-Franche-Comté, il s agit d un statut plein d avenir : «Je pense qu il existe quelques belles perspectives d avenir parmi les nombreux autoentrepreneurs qui se lancent. Mais à mon sens ce statut est une passerelle vers un régime différent. Preuve en est que parmi les 500 comptes bancaires que nous avons ouverts en 2009 pour des autoentrepreneurs, seulement un sur cinq réalise un chiffre d affaires proche du plafond autorisé par la loi.» Quoi qu il en soit, un an après, forte de ce constat, la Caisse d Épargne ne regrette pas d avoir été l une des premières enseignes bancaires à se positionner sur ce nouveau segment : «Nous souhaitions être un acteur de référence sur ce marché propre à la création d entreprises. Parmi les avantages de notre offre, nous proposons notamment un forfait de compte rémunéré à 0,5 %, plafonné à 2500 euros. Pour nous, il s agit d une offre de service à succès.» CRÉATION D ENTREPRISES L auto-entrepreneur est un vrai chef d entreprise VRAI : L auto-entrepreneur est un authentique chef d entreprise, avec les responsabilités civiles et pénales que cette fonction implique. Il s agit d un entrepreneur individuel, régulièrement déclaré, muni d un numéro d identification à l INSEE qui bénéficie de formalités simplifiées (déclaration auprès du CFE de la Chambre de Commerce et d Industrie ou de la Chambre de Métiers et de l Artisanat ou par inscription via Internet). Il peut prétendre à l Aide au Chômeur Créateur Repreneur d Entreprise (ACCRE). L auto-entrepreneur peut exercer toutes les activités sous ce régime FAUX : Certaines activités ne peuvent être déclarées sous le régime de l auto-entrepreneur, notamment celles qui relèvent du régime social agricole, les activités immobilières, le transport, les agents commerciaux, les activités pour lesquelles l inscription au RCS est exigée par la loi ainsi que celles qui sont exclues du régime fiscal de la micro-entreprise. Il y a un décalage entre l activité et le paiement des cotisations sociales FAUX : Le paiement des cotisations sociales se fait au choix DCG&A 17 N 23 Mars Avril 2010

17 // Entreprendre en Côte-d Or CRÉATION D ENTREPRISES L auto-entrepreneur paye son impôt sur le revenu de son activité en temps réel VRAI : L auto-entrepreneur peut opter pour le versement libératoire de l impôt sur le revenu, qu il paiera trimestriellement ou mensuellement. À condition que le revenu du foyer fiscal de référence de l avant-dernière année ne dépasse pas : pour une personne seule ; pour un couple ; pour un couple avec deux enfants. Comme pour les cotisations sociales, le montant de l impôt sur le revenu correspond à un pourcentage du chiffre d affaires réalisé (1 % pour la vente de marchandises, 1,7 % pour les prestations de service, 2,2 % pour les activités libérales). de l auto-entrepreneur, mensuellement ou trimestriellement. La somme payée correspond à un pourcentage du chiffre d affaires réalisé (12 % pour la vente de marchandises, 21,3 % pour les prestations de services, 18,3 % pour les activités libérales). S il n y a pas d encaissement, il n y a pas de paiement. On peut être auto-entrepreneur quel que soit le chiffre d affaires réalisé FAUX : L entreprise individuelle doit relever du régime fiscal de la micro-entreprise, c est-à-dire réaliser un chiffre d affaires ne dépassant pas : euros pour une activité de vente de marchandises, d objets, de fournitures, de denrées à emporter ou à consommer sur place ou pour une activité de fourniture de logement ; euros pour les prestations de services relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BNC). L auto-entrepreneur ne récupère pas la TVA VRAI : L auto-entrepreneur est obligatoirement soumis au régime fiscal de la micro-entreprise. Il ne récupère pas la TVA sur ses achats et ne la facture pas sur ses ventes. Ses factures doivent comporter la mention «TVA non applicable, article 293 B du CGI». L auto-entrepreneur a peu d obligations adminis tra tives VRAI : Seule la tenue d un livre-journal détaillant les recettes est obligatoire. Il est cependant préconisé de conserver l ensemble des factures et pièces justificatives relatives aux achats, ventes et prestations de services réalisées. Par ailleurs, la souscription d une assurance professionnelle pour toutes les activités exercées est obligatoire. L auto-entrepreneur peut exercer une activité réglementée sans diplôme et sans autorisation d exercice FAUX : Le régime d auto-entrepreneur ne dispense pas d être titulaire des diplômes ou autorisations nécessaires à l exercice de l activité déclarée (ex : bâtiment, automobile, de brocante, commerce ambulant, esthétique ). ZOOM Les auto-entrepreneurs en Côte-d Or 360 des 800 rendez-vous individuels réalisés par les conseillers à la création d entreprise de la CCI Dijon ont abordé la question du régime de l auto-entrepreneur. En 2009, le CFE de la CCI Dijon a enregistré 789 créations d entreprises «classiques» et 400 auto-entrepreneurs se sont déclarés par l intermédiaire de la CCI Dijon. En 2009, il y aurait eu 960 inscriptions d autoentrepreneurs en Côte-d Or. En Côte-d Or : 75 % des auto-entrepreneurs font de l achat pour revendre (63 % sont commerçants ambulants et 37 % sont commerçants sédentaires). 25 % des auto-entrepreneurs sont des prestataires de services. Les secteurs qui ont le vent en poupe : commerce (31 %) service aux entreprises (14,8 %) conseil et formation (12 %) services à la personne (10 %). (Source : observatoire CCI Entreprendre en France créateurs interrogés) EN SAVOIR + Espace Entreprendre /46 C.F.E MAGAZINE ÉCONOMIQUE DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CÔTE-D OR

18 // Entreprendre en Côte-d Or ÉQUIPEMENTS Espace en Plus : le self stockage dans tous ses états Proposer en location des espaces de stockage en libre accès et sécurisés C est le challenge que Claude Estivalet, créateur et gérant d Espace en Plus, partage avec sa fille Camille Estivalet, directrice de l entreprise. L art et la manière de se partager efficacement les rôles sur un secteur très porteur en gérant la plus grande surface disponible sur l agglomération dijonnaise. EN SAVOIR + Espace en Plus Zone Dijon CapNord Rue-en-Rosey St-Apollinaire Saint- Apollinaire Après avoir porté haut et fort les couleurs d Estivalet Technygiène, spécialisée dans le nettoyage industriel et l assainissement et qu il avait lui-même créée il y a plus de 20 ans, Claude Estivalet a cédé son activité en Mais sa passion d entreprendre est restée intacte. Traduction concrète : la création le 15 avril 2009 d une sarl, «Espace en Plus», implantée sur la zone Dijon Cap Nord à Saint-Apollinaire, dont il est le gérant. Le nouveau métier de Claude Estivalet : le self stockage, c est-à-dire la mise à disposition par location d un lieu de stockage sécurisé et normalisé. Sur m 2 de surface, Espace en Plus abrite 160 boxes, 68 boîtes aux lettres pour domiciliation entreprise, 72 casiers à vins, 26 garages, et comprend 90 places de parking en extérieur, accessibles 24 heures sur 24, avec contrôle d accès par digicode et surveillés par caméras. Des entreprises sous-traitantes et artisanales sont déjà clientes d Espace en Plus pour y entreposer du matériel. «J avais constaté une réelle pénurie de terrains et d espaces de stockage, pour les TPE et les PME implantées sur l agglomération dijonnaise dont le développement se trouvait pour Des entreprises sous-traitantes sont déjà clientes cette raison directement retardé voire remis ou annulé. Jusqu ici, celles qui souhaitaient s agrandir devaient envisager de s éloigner fort loin de Dijon : un frein financier et un temps passé trop important pour qu elles sautent le pas. Mon activité va donc pouvoir les aider très directement, avec des incidences sans doute favorables sur la création d emplois», précise-t-il. Avec une extension prévue à m 2 fin 2010, Claude Estivalet table sur une croissance de son activité orientée vers des secteurs diversifiés. «Mais je ne souhaitais pas me lancer dans cette nouvelle aventure tout seul. Camille, ma fille, avait rallié la Côte-d Or en 2008 pour des raisons professionnelles. Dès le départ, je l ai associée à la création d Espace en Plus», tient-il à préciser. L évidente connivence entre le père et la fille est enracinée dans la confiance de leurs compétences respectives : le premier s appuyant sur un savoir-faire reconnu en tant qu ancien prestataire de services et sa connaissance du tissu économique et industriel bourguignon, la seconde sur une double formation universitaire et en management avec en particulier l obtention d un mastère spécialisé du Groupe ESC Dijon Bourgogne et des expériences professionnelles de référence dans l encadrement, la gestion commerciale, l informatique et la communication. Et une envie affirmée que Camille Estivalet partage avec Claude Estivalet bon sang ne saurait mentir de s impliquer à la direction d une entreprise. 19 N 23 Mars Avril 2010

19 CHATEAU DE POMMARD L'écrin idéal de vos événements professionnels un-618.com Pour tout renseignement Tél. +33 (0) Château de Pommard, à 5 mn de la sortie Beaune centre par les autoroutes A6 et A37

20 // Passion d entrepreneur ANDRÉ GOICHOT Retour d ascenseur André Goichot est propriétaire et président directeur général de la maison de vins qui porte son nom, située avec son magasin de vente, La Ronde des Vignerons, à Beaune. Il est également le président du C.S. Beaune, le seul club de rugby côte-d orien inscrit en Fédérale 2. BIO express 1959 naissance à Merceuil 1979 obtention d un bac scientifique 1982 rejoint l entreprise familiale dont il devient le PDG en élu président du C.S. Beaune EN SAVOIR + Société: Maison André Goichot Avenue Charles de Gaulle Beaune Club : Du vin au rugby, il y a un sacré fossé ou n est-ce qu une idée? André Goichot : Depuis mon enfance, ma passion, c est le sport. Dès 10 ans, je faisais de l athlétisme à Beaune en compétition puis, adolescent, du handball en milieu scolaire. Mon seul désir était de faire du sport mon métier. Mais mon père, qui avait créé sa propre entreprise de négoce en vins, n a pas accepté mes projets sportifs. Il a souhaité que j intègre sa société, ce que j ai fait après des études d œnologie et quelques regrets au départ! Mais il a su très vite me transmettre sa propre passion : le vin. Et comment êtes-vous passé de l athlétisme au rugby? A. G. : J ai fait du rugby lorsque j étais étudiant. Mais je me suis investi davantage dans ce sport lorsque j ai inscrit mes garçons au club de Beaune. Personnellement, je n ai jamais oublié les bénévoles qui se sont occupés de nous, enfants (Danny et Claude Hennequin, Michel Pousson, M.Barthet ). Je souhaitais faire la même chose qu eux, me sentant redevable de leur générosité. Je me suis occupé de l école de rugby de 1985 à Mais la gestion de l entreprise et la vie familiale étant difficiles à concilier, j ai dû avec regret interrompre mon activité au C.S. Beaune. L arrivée de mon fils aîné dans l entreprise m a soulagé dans mon emploi du temps et m a permis de réintégrer le club, il y a trois ans. Depuis cette saison, vous êtes même président du CS Beaune. N y a-t-il pas un grand décalage entre vos deux activités? A. G. : Absolument pas! Structurer le club, tenir une comptabilité rigoureuse et la soumettre à la FFR, gérer les relations entre les joueurs Tous ces actes sont très proches de ceux exercés en entreprise. Il faut consacrer beaucoup de temps, être très souvent disponible pour les réunions, plusieurs fois par semaine, pour les trois entraînements hebdomadaires et pour les matches tous les week-ends. C est un problème : je crains que les jeunes gens, aujourd hui, n aient plus toujours l âme bénévole Pas de regrets, que du bonheur? A. G. : Parfois, je me dis que j aurais mieux fait de rester couché! Il y a des problèmes financiers à régler car nous sommes en permanence à la recherche de sponsors et donc d argent. Bien que notre budget soit passé de à euros, depuis mon arrivée, nous sommes encore à ce jour «le Petit Poucet» de la poule. Mon objectif est d atteindre euros dans les deux ans à venir. C est un pari difficile dans la conjoncture économique actuelle : beaucoup d entreprises ont réduit leur participation. Or les dons des sponsors représentent la moitié de notre budget et nous avons dix salariés (dont deux joueurs) à rémunérer. Quel intérêt peut-on avoir à soutenir votre club? A. G. : C est important, tout d abord pour l image de notre ville. Nous nous occupons de 150 enfants tous les mercredis et samedis après-midi et nous sommes, grâce à eux, les ambassadeurs de la région. À chaque réception d après match, avec notre club des sommeliers, nous faisons découvrir aux joueurs et aux dirigeants venant de toute la France notre région et nos vins. Nous avons d ailleurs pour projet la création d un coffret de vins de Bourgogne à l effigie du C.S. Beaune. Notre ville rayonnera ainsi dans tous les clubs de notre poule et portera haut et fort les couleurs de la Bourgogne! 21 N 23 Mars Avril 2010

21 Professionnels Rejoignez la banque n de la relation client (1) (1) Super Trophée de la Meilleure banque 2009, décerné par le magazine Le Revenu, sur la base d une enquête auprès de clients et de 270 critères, dont l innovation technologique et la qualité de la relation client. Annonceur : Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Centre Est Europe et Caisses affiliées (Aquitaine, Alsace, Bourgogne, Champagne, Franche-Comté, Ile-de-France, Lorraine, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes) 34, rue du Wacken Strasbourg RCS B

22 // Dans l air du temps COACHING Coach d entreprise : pour qui, pour quoi? EN SAVOIR + CCI Dijon L École du dirigeant International Coach Federation France ZOOM Démocratiser le coaching De la PME au grand groupe industriel, les entreprises ont désormais recours au coaching. Mais de nombreux dirigeants hésitent encore à se lancer, faute de savoir en quoi consistent les services d un coach. Ni gourou, ni psy, ni meilleur ami, le coach serait plutôt une paire de lunette doublée d un miroir. Qu est-ce que c est qu un coach? «Quelqu un qui aide une personne ou une équipe à trouver elle-même la solution à son problème.» Yves Noirot, lui-même coach, chef d entreprise et président de la Chambre professionnelle des consultants de Bourgogne, décrypte un métier plutôt mal connu. «Le coach n a pas de solution, contrairement au consultant qui conseille un chef d entreprise en s appuyant sur une formation ou sur une expérience professionnelle.» S il n apporte pas de solution, par quel moyen peut-il être efficace? «Pour qu un chef d entreprise réorganise bien sa société, il doit commencer par se réorganiser lui-même. C est là que le coaching permet de réussir, en travaillant sur la relation, le comportement, les notions de confiance en soi et en l autre et de connaissance de soi et des autres.» Ni gourou ni psy, le coach ne peut être efficace que si son client est prêt à changer et à œuvrer lui-même. Aider le coaché à être clairvoyant, ne pas émettre de jugement mais se positionner sur un pied d égalité, comme un Difficile de déterminer soi-même si l on a besoin d une formation, d une prestation de conseil ou de coaching. C est la raison pour laquelle l École du dirigeant de la CCI Dijon propose aux chefs d entreprise un pré-diagnostic, «une sorte de gare d aiguillage», précise son animateur Philippe Bugeau. «Notre objectif est de démystifier et de démocratiser le coaching, et pas seulement pour les entreprises qui ont de gros moyens.» L École du dirigeant prépare aussi les futurs coachés à accepter le regard d un tiers sur leur façon de manager, et à remettre en cause leur propre mode de fonctionnement. observateur à la neutralité bienveillante, voilà la mission du coach. Mission qui, bien que la profession ne soit pas actuellement réglementée, doit répondre à quelques règles de base. Elle doit notamment faire l objet d un contrat fondé sur un objectif mesurable et daté, ce qui permet au coaché non seulement d éviter les mauvaises surprises côté budget, mais aussi de parer au risque de dépendance. Prise de fonction, relations conflictuelles Autres obligations du coach : il doit avoir déjà mené un travail sur lui-même, et être supervisé par un pair. «Le superviseur est une soupape en cas de problème entre le coach et le coaché», indique Yves Noirot. En outre, le coach doit lui-même continuer à évoluer par une démarche de formation permanente, et s engager à respecter des règles déontologiques telles que l absolue confidentialité. S il connaît nécessairement le monde de l entreprise, en revanche, il n a pas besoin pour être efficace de connaître le secteur d activité de son client, puisqu il ne donne pas de conseil. Quant aux raisons pour lesquelles un chef d entreprise fait appel au coaching, elles sont multiples : changement d organisation dans l entreprise, prise de fonction, relations conflictuelles D ailleurs, celui qui a recours à un coach n a pas toujours déterminé avec précision le point critique qui lui pose problème. La mission commence donc avec l identification de l objet de cette mission. Est-ce là un aveu d échec de la part de l entrepreneur? Au contraire, affirme Yves Noirot : «À mon sens, la responsabilité de tout dirigeant passe par son évolution. C est une preuve d intelligence et de respect pour ses collaborateurs, et un gage de pérennité pour son entreprise.» Et de conclure : «Dommage que les prestations de coaching ne puissent pas passer en budget de formation, contrairement à ce qui se pratique dans les pays anglo-saxons.» 23 N 23 Mars Avril 2010

23

24 // L éco des territoires AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Les CCI de Côte-d Or prennent la main Les CCI de Dijon et Beaune ont initié et développent depuis plusieurs années des projets structurants pour l aménagement du territoire de la Côte-d Or et de la Bourgogne. Les zones d activités, le terminal de Pagny, la plateforme multimodale de Perrigny, l Aéroport Dijon-Bourgogne autant de réalisations où les CCI ont été force de proposition et d action dans l intérêt des chefs d entreprise et du territoire. Les Chambres de Commerce et d Industrie de Côted Or ont toujours contribué à la mise en valeur de leurs territoires. À la tête de la Direction Aménagement du Territoire, Jean-François Damongeot, rappelle en effet que les CCI sont traditionnellement des aménageurs : «Avant que la compétence ne revienne aux communautés de communes et communautés d agglomération, la CCI Dijon a aménagé la zone d activité de Longvic (330 hectares). Récemment, elle a été l ensemblier du Terminal rail route Dijon-Bourgogne de Perrigny. Et la CCI Beaune et la CCI Dijon qui formeront bientôt une CCI Côte-d Or unique, sont majoritaires de la société de gestion et d exploitation de la plateforme multimodale Pagny Terminal.» Les Chambres de Commerce et d Industrie possèdent donc un réel savoir-faire en terme d aménagement et entendent faire valoir la voix du ZOOM CAPP21 en appui La nouvelle Direction Aménagement du Territoire coiffe la cellule CAPP21, spécialisée dans le «conseil et solutions d implantation auprès des porteurs de projets structurants ou très conséquents», précisent ses chargés de mission Emmanuel Bughin et Anne-Gaëlle Arbez. Puisque tout projet d implantation a besoin d appuis, d informations et de réseaux, la CCI a créé, en 2009, cette structure interdirectionnelle, située à la confluence de l animation économique et du conseil à l entreprise. «Nous sommes partenaires des agences de développement, comme Beaune Saône Auxois Développement, mais aller prospecter n est pas notre métier.» Quant à ses outils, ils sont sans équivalent. CAPP21 bénéficie tout d abord des ressources de Baseco, «une mine d informations qui peuvent être moulinées à la demande sur des thématiques économiques et sociodémo graphiques». La cellule a mis en œuvre aussi une bourse des locaux d activité et des terrains, et un système d informations géographiques qui recensent sur le département chaque parcelle où l implantation d un projet est éventuellement envisageable. Sans oublier l expertise financière et la connaissance urbanistique internes à la CCI, et le réseau de partenaires acteurs et financeurs. 25 N 23 Mars Avril 2010

25 Prévadiès, première mutuelle interprofessionnelle de France. Prévadiès, mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, n RNM Siège social : 143, rue Blomet Paris. DirCom - 02/10 C est parce que nous connaissons très bien les entreprises qu ensemble nous protégeons encore mieux vos salariés. Par une connaissance approfondie du tissu socio-économique local. Par une expertise des risques spécifiques à vos différents métiers. Par un accompagnement juridique et technique sur-mesure. Par la mise en place d actions de prévention santé au sein de votre entreprise. Aujourd hui, plus de entreprises font confiance à Prévadiès (prix d un appel local)

26 // L éco des territoires AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE EN SAVOIR + monde économique dans les dossiers qui relèvent de la compétence des collectivités : «La CCI ne peut plus être considérée comme une entité qui n aurait pas légitimité à être consultée.» Pour exemple, une réflexion est lancée avec le Grand Dijon pour que les besoins du monde économique soient bien pris en compte dans le dossier dijonnais du tramway. «Les entreprises constatent que leur taxe transport a été doublée et qu il y aura beaucoup de contraintes pendant les travaux. Elles se demandent donc quels seront les avantages obtenus pour elles et leurs salariés», explique Jean-François Damongeot. À défaut d avoir été consultées à l origine, elles peuvent être écoutées : le tramway et ses alternatives doivent être en mesure d apporter une solution à leurs besoins en termes de tracés, d horaires, etc. Un organe pertinent pour alerter les élus Ce dossier déjà très avancé montre qu il est indispensable d intervenir en amont, dès l ébauche des projets structurants. Quitte à ce que les CCI s autosaisissent si besoin est. Ou à organiser la réflexion des différents acteurs du territoire : «Dans certains dossiers, nous sommes très éloignés du centre de décision, constate Jean-François Damongeot. Le TGV Rhin-Rhône par exemple. Il s agit d une opération nationale dans laquelle la voix locale pourrait se faire entendre, mais à condition d être concertée au préalable.» Les CCI possèdent ainsi la structure adéquate pour se positionner comme chefs de file. Outre ses missions réglementaires de gestion d équipements (lire encadré) et sa fonction consultative sur les projets structurants, la nouvelle direction est aussi un organe particulièrement pertinent pour alerter les politiques sur les enjeux économiques de leur territoire. «La CCI est un important producteur d études, reprend Jean-François Damongeot. Nous devons capitaliser sur cette connaissance fine du territoire pour aviser les élus.» En lien avec la Direction des Études Économiques, il s agira de mettre en pratique les études réalisées en leur donnant une orientation prospective. À l heure de la décentralisation, les collectivités ont besoin de nouvelles sources d informations : «La CCI pourra monter en puissance dans ce domaine auprès des collectivités territoriales qui n ont pas la capacité de mener ces études en interne.» Sans concurrencer les cabinets privés, la Direction Aménagement du Territoire, avec ses précieuses ressources, a en effet toute compétence pour jouer un rôle de conseil en matière de bonnes pratiques de l aménagement. ZOOM Deux équipements à développer Outre l Aéroport Dijon-Bourgogne, deux équipements publics majeurs créés et/ou gérés par les CCI concernent l Aménagement du Territoire. Tout d abord, le Terminal Dijon-Bourgogne. La plateforme rail-route de Perrigny-lès-Dijon a en effet été relancée en 2009 avec deux liaisons régulières vers Le Havre et Fos-sur-Mer, grâce à l action des partenaires économiques et institutionnels dont la CCI Dijon. Et bien sûr le Technoport de Pagny, dans lequel le réseau consulaire est très impliqué associant les CCI de Beaune, de Dijon, de Saône-et-Loire et du Jura. Au terme de la fusion entre les deux Chambres de Commerce et d Industrie, «la CCI de Côte-d Or détiendra plus de 50 % de la SAS», commente Maurice Methy, chargé de mission pour le compte du Syndicat mixte du Technoport. L activité vrac a connu un fort développement en 2009 (+ 30 %). L effort portera plus particulièrement sur les containers cette année avec le soutien du Port de Marseille (PAM) entré récemment au capital de la SAS. 27 N 23 Mars Avril 2010

27

28 // Vu ailleurs EXPORT Le V.I.E. une expérience concluante À l aide du Volontariat International en Entreprise (V.I.E.), dispositif soutenu par l Agence française pour le développement international des entreprises Ubifrance, Eurogerm se développe sur le continent africain. Depuis le Sénégal, le jeune Fabrice Cottez parcourt l Afrique de l Ouest pour diffuser les améliorants de boulangerie de la marque côte-d orienne BP boulangerie en poche, il ne pouvait rêver mieux : «Le VIE m a tout de suite intéressé parce que cela me permettait de partir découvrir un coin du globe. Je ne le regrette pas.» Dix-huit mois avant le terme de son séjour, il est ravi : «C est vraiment passionnant. Les boulangers africains aiment qu on leur attache de l importance, qu on se déplace jusqu à eux. Ils apprécient le fait que les produits Eurogerm que je leur propose, des améliorants de boulangerie et des pains spéciaux, soient préalablement testés en France, vendus à des prix attractifs et livrés avec des process d utilisation.» EN SAVOIR + CCI International Bourgogne Yves Louaisil Service des formalités internationales CCI Dijon Emmanuelle Gentilhomme CCI Beaune : Maria Prevost Ubifrance Valérie Merle Fabrice Cottez mesure tous les jours combien sa mission de Volontaire International en Entreprise (VIE), au Sénégal, est importante. «En Afrique, le pain est un aliment de base. Les Africains mangent du pain avec tout. Il leur sert vraiment de complément nutritif.» Depuis septembre 2009, Fabrice Cottez mesure tous les jours combien sa mission de Volontaire International en Entreprise (V.I.E.), au sein d Eurogerm Sénégal, filiale du groupe côte-d orien Eurogerm, est importante. Au sein des pays de l UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine), il ne chôme pas : contrôle de la qualité des productions locales d Eurogerm, formation de personnel local, assistance technique auprès de la clientèle, développement de produits adaptés au marché local À 21 ans, avec ses BEP pâtissier et Une expérience concluante Chez Eurogerm, leader dans les ingrédients et auxiliaires technologiques vendus aux boulangers industriels, l expérience du VIE est également jugée concluante à tout point de vue. Serge Momus, directeur de l export, explique : «Ce dispositif permet à un jeune de l entreprise d avoir une expérience internationale dans un cadre administratif et financier très attractif pour nous. L organisme Ubifrance et le Conseil Général nous aident en effet considérablement en assumant une grande partie du salaire de notre expatrié.» Outre ces avantages logistiques et économiques, Eurogerm apprécie également le dispositif VIE pour ce qu il lui offre comme perspectives sur son marché : «La présence de Fabrice Cottez au Sénégal participe au développement de notre filiale en Afrique de l Ouest. Mécaniquement, ce développement va augmenter les ventes d Eurogerm Dijon en direction du continent africain. Et son retour d expérience va nous permettre d adapter nos produits et leur utilisation, mais aussi à l avenir de disposer d un homme prêt à partir sur une nouvelle mission à l étranger.» Pour l heure, Fabrice Cottez a encore du pain sur la planche au Sénégal. Sa mission se termine en effet en août Pour sa plus grande joie. 29 N 23 Mars Avril 2010

29 // Arrêt sur image Comme si vous y étiez et 2. Inauguration du salon Loisiroscope : Didier Martin, représentant du Grand Dijon, Patrick Laforêt, Président de la Chambre de Commerce et d Industrie de Dijon et François Sauvadet, Président du Conseil Général de Côte-d Or sur le stand Aéroport Dijon Bourgogne. Jean-Marc Petit, responsable du développement commercial de l Aéroport Dijon Bourgogne présente les vols vacances pour l été et 4. L ambassadeur de Cuba, Orlando Requeiro, accueilli à la CCI Dijon par son Président, Patrick Laforêt et par une délégation de chefs d entreprise de la CGPME. Orlando Requeiro a exprimé sa volonté de travailler à des rapprochements entre son pays et la Bourgogne. La visite s est poursuivie par la «traditionnelle» signature du livre d or et la remise d un sceau protocolaire. 5. et 6. Daniel Lefebvre, Directeur de l Aéroport Dijon Bourgogne, accueille les principaux décideurs de l événementiel parisien pour une soirée de rêve éveillé «découverte de la Bourgogne», organisée par Bourgogne Events, en partenariat avec Charter Connections. 5 6 Alain Doire (Bourgogne Tourisme) 7. La Banque de France présente les résultats de l enquête «Les entreprises en Bourgogne : bilan 2009 et perspectives 2010» en présence de Patrick Laforêt, Président de la CCI Dijon, Laurence Kin, Banque de France, Pierre du Peloux, Directeur Régional de la Banque de France ; Jean-Louis Paquet, Président de la Fédération Française du Bâtiment Côte-d Or et William Forestier, Président de la Chambre de métiers et de l artisanat de la Côte-d Or MAGAZINE ÉCONOMIQUE DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CÔTE-D OR 8. La Journée Portes Ouvertes du Groupe ESC Dijon Bourgogne du 16 janvier dernier a permis au grand public de rencontrer les directeurs et les étudiants, de s informer sur l ensemble des programmes du Groupe et de visiter le Campus. Cet événement marque le début des manifestations qui rythmeront en 2010 l anniversaire des 110 ans de l École.

30 VOUS ALLEZ ENTENDRE PARLER DE NOUS! BIOMASSE ÉNERGIE VERTE EN BOURGOGNE. Demain, la part des énergies renouvelables dans la production d électricité nationale conception/rédaction tempsréel Dijon - 02/10 doit être portée à 23 %. Il faudra alors compter sur BIOVAL ENVIRONNEMENT. Implanté en Bourgogne, BIOVAL ENVIRONNEMENT a imaginé un modèle économique unique en se positionnant sur la totalité de la filière biomasse : collecte du bois, transformation en bio-combustible, valorisation énergétique. Aujourd'hui, BIOVAL ENVIRONNEMENT se tourne vers les forestiers et les agriculteurs pour réussir son pari : faire vivre l'énergie verte en Bourgogne. BIOVALENVIRONNEMENT LA NATURE AU SERVICE DE L HOMME. L HOMME AU SERVICE DE LA NATURE

31 1 ÈRE ÉQUIPE D INGÉNIERIE EN BOURGOGNE [TOUS LOTS TECHNIQUES] INGENIERIE GENERALE DE LA CONSTRUCTION CONSTRUIRE // REHABILITER // RESTRUCTURER // PROJETS «CLÉ EN MAIN» // ASSISTANCE À MAÎTRISE D OUVRAGE // Solutions en Développement Durable - HQE - BBC SERVICES EN GESTION TECHNIQUE DE PATRIMOINE IMMOBILIER DIAGNOSTICS D ETAT DU PARC IMMOBILIER // AUDITS ENERGETIQUES // PLANS DE MAINTENANCE PLURIANNUELS // SOLUTION INFORMATIQUE EN GESTION TECHNIQUE DU PATRIMOINE DESTINÉE AUX : COLLECTIVITÉS // ADMINISTRATEURS DE BIENS // CONTACTS // Dijon - Paris - Besançon Tél.:

32 Photo Photodisc

33 La soirée dédiée à la transmission familiale, le 3 mars dernier, à la CCI Dijon, a réuni des représentants des conseils avocats, experts comptables, notaires pour répondre aux questions techniques des cédants et repreneurs familiaux. Parmi les questions évoquées, les procédures d engagement de conservation de titres ainsi que les dernières nouveautés en matière fiscale, le principe de préparation des repreneurs internes (autant enfants que salariés) avec la présentation du parcours de formation de l École des Managers, totalement adapté aux besoins de la plupart des repreneurs familiaux. Des témoins ont aussi évoqué le fait qu il fallait préparer son plan d action de reprise et que la formation est un temps idéal pour le formaliser. «Apprendre à manager, à gérer, à anticiper, à organiser, à commercialiser Tels sont les maîtres mots de cette formation. Suite au diagnostic exhaustif de l entreprise, plusieurs projets concrets sont menés à terme et sont suivis de près par des intervenants très impliqués et très professionnels. La diversité de métiers des participants offre une vision élargie sur la profession de «chef d entreprise». De plus, l esprit d équipe étant inculqué dès le départ, il se crée une forte complicité et une grande confiance entre les participants et les intervenants. Cette formation m a permis d avoir une vision complète de la société et d apporter des solutions aux divers problèmes du quotidien. À ce jour, les progrès considérables réalisés avec l aide de toute l équipe (direction, intervenants et participants) me permettront d accéder à la tête de la société dans les meilleures conditions possibles».

34 «En participant à cette formation, je prépare ma seconde reconversion professionnelle. L entreprise Elithis, que j ai choisie et à laquelle je suis associé dans le cadre du contrat de professionnalisation pour mener à bien la formation, est emblématique de ce qui peut se faire dans le domaine du développement durable. C est aussi choisir de s orienter vers un secteur très porteur.»

35 INFOS PRATIQUES Depuis son lancement il y a un an, l Incub ESC Dijon a fait la preuve de son efficacité. Sur les sept porteurs de projets l ayant intégré début 2009, trois d entre eux sont déjà devenus chefs d entreprise. À leur actif, deux créations (une agence de communication et un portail Internet) et une reprise d entreprise (une miroiterie). La prochaine commission de sélection doit se prononcer sur des projets de reprise et création d entreprise dans le domaine du vin, des nouvelles technologies, ainsi que sur un projet d entrepreneuriat social en Afrique. L Incub ESC Dijon est une figure de proue de l entrepreneuriat au sein de l École, qui fait du management entrepreneurial une des dimensions centrales de sa mission d enseignement et de recherche depuis plusieurs années. Associée à des acteurs de référence en soutien à la création d entreprise (Réseau Entreprendre Bourgogne, Bourgogne Angels et CCI Dijon), cette structure est une véritable valeur ajoutée pour le territoire. Devenir chef d entreprise ne s improvise pas. Pour informer les porteurs de projet, la CCI Dijon a mis en place un dispositif en trois étapes, dans ses locaux, place Jean Bouhey à Dijon. M 1) Des réunions générales sur le thème «Se mettre à son compte» sans inscription ise en ligne du portail de la soustraitance : préalable présentent les différentes étapes de la création, l accompagnement de l École du Créateur, le statut de l auto-entrepreneur. Elles ont lieu lundi de 16 h 30 à 18 h 30, mercredi de 14 h 30 à 16 h 30 et vendredi de 9 h à 11 h. rencontres donneurs d ordre/sous-traitants ; 2) Des sessions d une heure et demie, sur inscription préalable, sont proposées accompagnement d entreprises au MIDEST, sur les thèmes suivants : l évaluation de la capacité à entreprendre, l étude de enquêtes bi-annuelles donneurs d ordre marché, la préparation des comptes prévisionnels, la découverte du panorama et sous-traitants Toutes ces actions des aides, la définition de la structure juridique, fiscale et sociale, le formalisme. s inscrivent dans le cadre de l opération Un calendrier de ces sessions est remis en réunion générale. R MES, (Ressources et Méthodes pour 3) Les porteurs de projets peuvent rencontrer des conseillers ou des spécialistes les Entreprises de Sous-Traitance en dans le cadre de rendez-vous individualisés. Bourgogne) conduite depuis 2008 par la CCI Dijon qui s implique aux côtés des CCI de Bourgogne. Pas de croissance possible sans développement commercial. Il fait lui aussi partie des accompagnements proposés par la CCI Dijon pour les entreprises de la soustraitance en Bourgogne en deux étapes : une alternance de séances en groupe sur 5 jours et un suivi individuel au sein de chaque entreprise en 9 séances d une demijournée. Cette action de terrain qui s inscrit dans la durée, sur 8 à 12 mois, permet à la fois d aider les entreprises à structurer leur organisation commerciale et à développer leur chiffre d affaires. À moyen terme, elle facilitera les coopérations, les partenariats et l instauration d une image forte de la sous-traitance bourguignonne. Le 12 janvier dernier à l Hôtel Ibis, à Beaune, Gérard Morice, Président de la Commission Tourisme de la CCI Beaune, a souhaité passer la main pour le pilotage du Club Hôtelier du Sud Côte-d Or et maintenir ainsi une dynamique au sein du Club. C est donc Stéphane Guyot qui lui succède, avec la volonté de poursuivre l action entreprise et développée par son prédécesseur. Son leitmotiv : que le Club soit force de propositions et privilégie l efficacité. Après un passage à l école hôtelière de Poligny, puis quelques haltes de Lyon à Narbonne, à Dijon, en passant par la Corrèze, c est finalement à Beaune que Stéphane Guyot choisit de s établir en Depuis cinq ans, il supervise l exploitation de plusieurs hôtels en Bourgogne et Franche-Comté. Le Club a cette année trois champs d actions : formation-emploi dans l hôtellerie, développement des partenariats sur l événementiel, observation de l activité hôtelière.

CAP vers la RSE. Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance. Pratique

CAP vers la RSE. Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance. Pratique CAP vers la RSE Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance Pratique Le MEDEF remercie les personnes qui ont contribué par leur expertise à la rédaction de ce guide :

Plus en détail

Les SCOP et les coopératives d activités en Ile de France :

Les SCOP et les coopératives d activités en Ile de France : Direccte ÎLE-DE-FRANCE Direc on régionale des entreprises, de la concurrence, de la consomma on du travail et de l emploi études sectorielles Les SCOP et les coopératives d activités en Ile de France :

Plus en détail

Guide : COMMENT ACHETER UNE PME

Guide : COMMENT ACHETER UNE PME Guide : COMMENT ACHETER UNE PME HEC Montréal et Desjardins vous autorisent à reproduire, distribuer et communiquer le présent guide pour des fins non commerciales à la condition de respecter l intégralité

Plus en détail

Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly

Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly Pour une fonction publique audacieuse et Business friendly Rapport Mars 2014 L Institut Montaigne est un laboratoire d idées think tank créé fin 2000 par Claude Bébéar et dirigé par Laurent Bigorgne. Il

Plus en détail

Première partie Le paysage des services publics en France... 19

Première partie Le paysage des services publics en France... 19 Sommaire Sommaire Avant-propos... 9 Introduction générale... 13 Première partie Le paysage des services publics en France... 19 Secteur public, service public, collectivités publiques, fonction publique

Plus en détail

CRÉER SON ASSOCIATION

CRÉER SON ASSOCIATION LES GUIDES CONSEILS DE LA CAISSE D EPARGNE CRÉER SON ASSOCIATION Du projet aux statuts CAISSE D EPARGNE Tout le monde a entendu parler des associations, connaît quelqu un qui est bénévole ou membre d une

Plus en détail

& CHANGEMENT. Télétravail : codes et enjeux d une organisation hors les murs. Sortir de la «zone grise» Expérimenter Contractualiser

& CHANGEMENT. Télétravail : codes et enjeux d une organisation hors les murs. Sortir de la «zone grise» Expérimenter Contractualiser N 353 JANVIER/FÉVRIER 2014 ravail & CHANGEMENT Télétravail : codes et enjeux d une organisation hors les murs Sortir de la «zone grise» Expérimenter Contractualiser Bimestriel du Réseau Anact pour l amélioration

Plus en détail

ravail Améliorer la qualité de vie au travail : des pistes pour agir Numéro spécial NUMÉRO SPÉCIAL MAI/JUIN 2007 Revue de la qualité de vie au travail

ravail Améliorer la qualité de vie au travail : des pistes pour agir Numéro spécial NUMÉRO SPÉCIAL MAI/JUIN 2007 Revue de la qualité de vie au travail ravail & CHANGEMENT NUMÉRO SPÉCIAL MAI/JUIN 2007 Revue de la qualité de vie au travail Numéro spécial Améliorer la qualité de vie au travail : des pistes pour agir Bimestriel du réseau Anact pour l amélioration

Plus en détail

La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012

La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012 La démarche qualité dans les services à la personne GUIDE PRATIQUE 2012 2 Présentation générale du guide Ce guide pratique est destiné à l ensemble des organismes de services à la personne. Il propose

Plus en détail

L économie sociale et solidaire est-elle une alternative?

L économie sociale et solidaire est-elle une alternative? Marc Chatelain L économie sociale et solidaire est-elle une alternative? Pour représenter l économie sociale et solidaire (ESS), on cite le plus souvent des chiffres : 10 % de l emploi en France, 2,3 millions

Plus en détail

& CHANGEMENT. Accompagner le travail des jeunes. Concevoir l activité Préserver la santé Adapter le management

& CHANGEMENT. Accompagner le travail des jeunes. Concevoir l activité Préserver la santé Adapter le management Revue de la qualité de vie au travail ravail & CHANGEMENT N 342 MARS/AVRIL 2012 Accompagner le travail des jeunes Concevoir l activité Préserver la santé Adapter le management ARGUMENTS (P. 4 À 8) Dominique

Plus en détail

La reprise d une entreprise artisanale

La reprise d une entreprise artisanale La reprise d une entreprise artisanale CONTACT ENTREPRISE Création d entreprise et affaires juridiques Remarque : La Chambre des Métiers a apporté le plus grand soin à la rédaction de la présente brochure.

Plus en détail

accueillir une résidence réflexions & propositions

accueillir une résidence réflexions & propositions accueillir une résidence réflexions & propositions I n t r o d u c t i o n... 5 Qu est-ce qu une résidence?... 7 Les partenaires concernés Les différents types de résidence Pourquoi s engager dans une

Plus en détail

O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE SE METTRE À SON COMPTE. Des conseils pour démarrer

O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE SE METTRE À SON COMPTE. Des conseils pour démarrer O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE C O L L E C T I O N " Q U E S T I O N S " SE METTRE À SON COMPTE Des conseils pour démarrer SE METTRE À SON COMPTE DES CONSEILS POUR DÉMARRER Février

Plus en détail

Les Repères de l Avise

Les Repères de l Avise COOPÉRATION 2014 MUTUALISATION REGROUPEMENT SEPTEMBRE Les Repères de l Avise Les groupements d employeurs du secteur non-marchand MUTUALISATION ET SÉCURISATION DES EMPLOIS RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

Plus en détail

GUIDE DE LA FORMATION POUR LES SIAE

GUIDE DE LA FORMATION POUR LES SIAE CONSEILS ENJEUX PARTENAIRES PRATIQUES DISPOSITIFS GUIDE DE LA FORMATION POUR LES SIAE > POURQUOI UN GUIDE DE LA FORMATION À DESTINATION DES SIAE? Au-delà de leur grande diversité, les 5 000 structures

Plus en détail

Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est»

Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est» 12 Les comités régionaux du tourisme des régions du «Grand Est» PRESENTATION La répartition des compétences dans le domaine du tourisme entre l Etat et les collectivités territoriales est basée sur les

Plus en détail

l ancrage territorial et la mise en valeur du patrimoine Guide pratique Favoriser l approvisionnement local et de qualité en restauration collective

l ancrage territorial et la mise en valeur du patrimoine Guide pratique Favoriser l approvisionnement local et de qualité en restauration collective l ancrage territorial et la mise en valeur du patrimoine Guide pratique Favoriser l approvisionnement local et de qualité en restauration collective Édito La restauration collective est au cœur de notre

Plus en détail

ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER

ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER Guide pratique apprentissage dans la fonction publique hospitalière ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER Guide pratique de l apprentissage dans la fonction hospitalière

Plus en détail

CÔTÉ ENTREPRISES (P. 7 À 12) Métallurgie Reclassement : faire valoir les acquis. Tous secteurs Des entreprises face à leurs seniors

CÔTÉ ENTREPRISES (P. 7 À 12) Métallurgie Reclassement : faire valoir les acquis. Tous secteurs Des entreprises face à leurs seniors N 302/MAI-JUIN 2005-5 Revue de la qualité de vie au travail ravail & CHANGEMENT Gérer les âges : quel avenir pour les quinquas? ENJEUX (P. 2,3) Redonner une place aux quinquas dans l entreprise ARGUMENTS

Plus en détail

Les PME qui grandissent

Les PME qui grandissent Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? kpmg S.A. Édito Les PME sont des entreprises décidément pas comme les autres. Observer, comprendre, anticiper et enfin aider

Plus en détail

Guide pour la création d'un hébergement de tourisme rural dans le. Bas-Rhin. www.gites-de-france-alsace.com

Guide pour la création d'un hébergement de tourisme rural dans le. Bas-Rhin. www.gites-de-france-alsace.com Guide pour la création d'un hébergement de tourisme rural dans le Bas-Rhin www.gites-de-france-alsace.com Sommaire 4 Histoire des Gîtes de France 6 L accueil Gîtes de France 7 I. Qui peut réaliser et accueillir?

Plus en détail

Peut-on faire confiance à son prestataire? Application à la prestation logistique

Peut-on faire confiance à son prestataire? Application à la prestation logistique Peut-on faire confiance à son prestataire? Application à la prestation logistique Virginie LANGLET Consultante SAP, Unilog ITS, Diplômée ISLI 2006 virginie.langlet@unilog.fr Le marché de la prestation

Plus en détail

organiser un festival culturel

organiser un festival culturel organiser un festival culturel les guides pratiques d animafac Couverture : pitslampphotographie2 / Benoit Gasquet / Festival Silhouette Edito Se lancer dans l organisation d un festival culturel n est

Plus en détail

Chefs d entreprise facilitez vos relations avec vos banques

Chefs d entreprise facilitez vos relations avec vos banques Chefs d entreprise facilitez vos relations avec vos banques Avant propos En cinq ans d activité, la Médiation du crédit aux entreprises a reçu plus de 40 000 dossiers d entreprises qui rencontraient des

Plus en détail

VOUS AVEZ LE TALENT... NOUS AVONS LES MÉTIERS GUIDE DES MÉTIERS DE LA BANQUE

VOUS AVEZ LE TALENT... NOUS AVONS LES MÉTIERS GUIDE DES MÉTIERS DE LA BANQUE VOUS AVEZ LE TALENT... NOUS AVONS LES MÉTIERS GUIDE DES MÉTIERS DE LA BANQUE SOMMAIRE I3 QUELQUES REPÈRES 04 SE FORMER 08 Les formations initiales 09 Les formations en alternance 12 La formation professionnelle

Plus en détail

CHANGEMENT. Absentéisme: le débat est ouvert. définir comprendre agir. Revue de la qualité de vie au travail ravail

CHANGEMENT. Absentéisme: le débat est ouvert. définir comprendre agir. Revue de la qualité de vie au travail ravail Revue de la qualité de vie au travail ravail N 329 JANVIER/FÉVRIER 2010 & CHANGEMENT Absentéisme: le débat est ouvert définir comprendre agir ARGUMENTS (P. 4 À 8) Jean-René Buisson (Medef), Jean-François

Plus en détail

Créer plein de petits Stanley

Créer plein de petits Stanley N 2 mai 2011 GRAND DOLE TGD Le bilan p4 Économie Black & Decker débarque sur Innovia p8 Un pôle gare en construction p11 Créer plein de petits Stanley Champagne! Ou Crémant, pour faire plus local. C'est

Plus en détail

CLÔTURE DES ASSISES DU TOURISME 19 juin 2014

CLÔTURE DES ASSISES DU TOURISME 19 juin 2014 CLÔTURE DES ASSISES DU TOURISME 19 juin 2014 CLÔTURE DES ASSISES DU TOURISME 19 juin 2014 Le tourisme est un secteur stratégique pour l économie française : il représente plus de deux millions d emplois

Plus en détail

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS WWW.SERVICE-CIVIQUE.GOUV.FR Préambule Seule personne auprès du volontaire nommément désignée dans le contrat d engagement de Service Civique,

Plus en détail