LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE"

Transcription

1 LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE Daniel April Chef du bureau Enquêtes sur la radiodiffusion et la télédistribution, Statistique Canada Le commerce électronique, plus précisément le commerce par internet, est un phénomène qui intéresse beaucoup les décideurs et les économistes. Les uns affirment que cette nouvelle méthode d échange de biens et de services remplacera graduellement les systèmes de distribution existants du commerce de détail et de gros, et estiment qu un tel changement aura des répercussions appréciables sur le marché du travail et sur les pratiques commerciales ; les autres affirment que le commerce par internet est simplement un système de distribution complémentaire qui n aura pas un effet significatif sur les systèmes traditionnels. La plupart d entre eux semblent être d accord sur le fait qu il est dangereux de prendre du retard pour ce qui est de la mise en œuvre et de l utilisation de cette nouvelle technologie. En l absence de renseignements de base sur la propension des ménages et des entreprises à adopter cette nouvelle technologie, sur le taux d adoption de cette technologie et sur l ampleur du phénomène, il est très difficile d évaluer l effet actuel et potentiel du commerce par internet. Dans le passé, Statistique Canada et des compagnies du secteur privé ont publié un certain nombre d indicateurs connexes. Toutefois, il n existait aucune donnée statistique officielle sur la valeur du commerce électronique et aucun ensemble de données global sur la propension au commerce électronique et sur son adoption par les entreprises, les organismes et les ménages du Canada. Afin de répondre à la demande accrue de données de ce genre, Statistique Canada a préparé et mené une enquête sur les technologies de l information et des communications et le commerce électronique, puis a ajouté des questions liées au commerce électronique à son enquête sur l utilisation de l internet par les ménages. La mesure de la valeur du commerce électronique a posé un défi appréciable. Il a fallu s entendre sur une définition et mettre au point une stratégie d enquête pour la vaste population des entités pouvant participer au commerce électronique. Le présent exposé décrit l expérience du Canada pour ce qui est de la collecte des données sur le commerce électronique. On y trouve un aperçu des thèmes abordés, de l élaboration du contenu des enquêtes, de la stratégie et des méthodes adoptées, de même que des principaux résultats. L enquête sur les technologies de l information et des communications et le commerce électronique L enquête sur les technologies de l information et des communications et le commerce électronique (ETICCE) a ciblé des entreprises et des organismes et s est penchée sur les trois thèmes suivants : l utilisation des technologies de l information et des communications (TIC), les ventes de biens et services par internet, les obstacles à l utilisation de l internet pour le commerce électronique. Il s agissait de la première tentative de Statistique Canada de recueillir ce genre d information de façon aussi globale. Dans le plan original, on voulait répondre aux questions ci-dessous : Utilisation des TIC Dans quelle proportion les organismes utilisent-ils ou prévoient-ils d utiliser diverses (10) TIC? Dans quelle proportion les employés ont-ils accès à un ordinateur personnel, au courrier électronique et à l internet? Quels types de connexion (largeur de bande) les utilisateurs de l internet emploient-ils? À quoi sert l internet? À quoi servent les sites Web? Quels sont les coûts d établissement, d entretien et de mise à niveau d un site Web? Statistique.net 125

2 Ventes par internet Dans quelle proportion les organismes acceptent-ils des commandes de biens et services par internet? Quelle est la valeur des commandes passées par des clients (avec ou sans paiement en direct) par internet? Dans quelle proportion ces commandes représentent-elles des ventes à des particuliers et à des entreprises ou des organismes? Dans quelle proportion ces commandes représentent-elles des ventes à des résidents et à des non-résidents? Obstacles à l utilisation de l internet pour le commerce électronique Quelles sont les raisons de ne pas acheter ou de ne pas vendre par internet? En fin de compte, l enquête a permis de répondre à un sous-ensemble de ces questions. Afin d obtenir un bon taux de réponse, on a limité le nombre de questions pour le suivi téléphonique. Néanmoins, le taux de réponse à certaines questions, notamment celles qui se rapportent à la catégorie de clients ou à la résidence des clients, a été trop faible pour que l on puisse compiler des estimations de qualité. Le contenu de l enquête a été conçu en collaboration avec Industrie Canada, ministère chargé de l établissement de politiques, et on a employé une définition du commerce électronique correspondant à la définition «étroite» proposée par le Groupe de travail sur les indicateurs pour la société de l information (GT/ISI, ou WPIIS en anglais pour Working Party on Indicators for the Information Society) de l OCDE. Les répondants ont été priés d indiquer la valeur des commandes reçues par internet, par extranet et par échange de données informatisé (EDI) par internet, peu importe que le paiement soit versé en direct. On a exclu les ventes effectuées au moyen d un réseau EDI interne. La plupart des questions au sujet de l utilisation des TIC correspondaient à celles d enquêtes semblables menées en Australie et dans les pays nordiques. L ETICCE a été menée entre octobre 1999 et mars 2000 ; elle a porté sur la période de douze mois allant du 1 er janvier 1999 au 31 décembre Elle visait toutes les branches d activité économique, sauf la construction, les administrations locales, l agriculture, les pêches, la chasse et le piégeage. Quelque entreprises et organismes ont reçu le questionnaire. Le plan de sondage a été emprunté à l enquête sur les dépenses en immobilisations. Le plan de cette enquête tient compte du besoin de publier des estimations au niveau provincial et selon le secteur d activité (Système de classification des industries de l Amérique du Nord). Le tirage de l échantillon se fait à l aide de deux strates : une strate à tirage complet, toutes les unités étant échantillonnées avec certitude, et une strate à tirage partiel, la sélection se fondant sur un processus aléatoire simple. Une réponse complète ou partielle a été reçue de 65 % des unités admissibles actives. En cas de non-réponse, on a rajusté le poids des répondants ; en cas de non-réponse à une question, on a eu recours à l imputation, sauf lorsque la non-réponse à une question était trop faible pour que l on puisse compiler des estimations de qualité. Afin de déterminer si la non-réponse avait suscité une erreur systématique dans les estimations, on a mené une enquête de non-réponse par téléphone. On a posé à un échantillon de non-répondants une série de questions clés servant à déterminer si les réponses étaient significativement différentes de celles des répondants. Les résultats n ont indiqué aucune différence appréciable. Résultats Indicateurs de propension La pénétration des technologies de l information et des communications de base était assez élevée. Les ordinateurs personnels étaient utilisés dans la plupart des organismes du secteur privé (82 %) et du secteur public (100 %). En réalité, la pénétration de cette technologie semble avoir atteint un maximum car très peu de non-utilisateurs prévoient devenir des utilisateurs. La majorité des entreprises et des organismes avaient également recours au courrier électronique et à l internet. La présence d un site Web était beaucoup plus courante pour des organismes du secteur public qu elle ne l était dans le secteur privé (cf. figure 1). 126 Insee Méthodes

3 Figure 1. Pénétration d'un choix de TIC Com. électr. Site Web Courriel Internet Ordin. perso privé public Pénétration de l internet Les organismes du secteur privé qui utilisaient l internet représentaient 75 % de l activité économique. La pénétration de l internet variait appréciablement d un secteur à l autre. Les taux de pénétration étaient élevés dans des secteurs où les entreprises ont l habitude d utiliser, de créer, de traiter ou de diffuser l information dans le cadre de leurs activités principales. C était le cas du secteur de l industrie de l information et de l industrie culturelle, du secteur des services professionnels, scientifiques et techniques, et du secteur des services d enseignement privé (cf. figure 2). La pénétration de l internet était également élevée dans des secteurs constitués principalement de grandes entreprises comme c est le cas du secteur des services publics, de la finance et de l extraction minière. Figure2. Secteurs affichant la plus forte pénétration d'internet Information Services publics Professionnel Enseignement Finance Fabrication Commerce de gros Extraction minière Pénétration Utilisation prévue % d'empl. ayant accès Si les plans des non-utilisateurs qui prévoient d utiliser l internet sont mis en œuvre, le taux de pénétration dépassera 75 % dans tous les secteurs ci-dessus sauf un. De façon générale, les employés dans les secteurs où la pénétration de l internet est la plus élevée avaient de meilleures chances d avoir accès à cette technologie. On a observé une exception notable : 63,7 % des entreprises manufacturières étaient branchées, mais 20,4 % seulement de leurs employés avaient accès à l internet. L accès était probablement limité en grande partie aux cadres administratifs et aux vendeurs. Statistique.net 127

4 Les entreprises relevant de secteurs exerçant des activités comportant traditionnellement un contact direct avec le grand public avaient un taux inférieur d utilisation de l internet. Ainsi, les taux de pénétration dans le secteur de l hébergement et des services de restauration, le secteur du commerce de détail et celui des services personnels étaient inférieurs à 45 %. Toutefois, le secteur du commerce de détail a affiché la plus forte proportion de non-utilisateurs qui prévoient d adopter la technologie (16 %). Il a été mentionné que les organismes du secteur public sont bien branchés. On peut en dire autant de leurs employés (cf. figure 3). Toutefois, on a constaté une différence appréciable entre le secteur de la santé et de l assistance sociale d une part, et celui des administrations publiques et de l enseignement d autre part. L internet est devenu un outil de travail pour les éducateurs, mais il est peu utilisé dans le secteur de la santé et des services sociaux. Figure 3. Accès des employés à un choix de TIC Secteur public Secteur public Admin. publiques Santé et social Enseignement OP Courriel Internet Présence d un site Web La présence d un site Web est probablement le meilleur indicateur provenant de l enquête de la propension des entreprises et des organismes à s adonner au commerce électronique. Une telle présence est une indication que l organisme considère l internet comme un moyen efficace de communiquer avec les clients, les investisseurs et d autres intéressés, et de les informer. Figure 4. Présence Web Choix de secteurs Secteur privé Information Enseignement Arts, spect. et loisirs Héb. et rest. Gestion de soc. Foresterie % des entreprises % de l'activité 128 Insee Méthodes

5 Un peu plus de 40 % des entreprises du secteur privé ayant recours à l internet avaient une présence Web (cf. figure 4). Ensemble, elles représentaient presque 45 % de l activité (revenus d exploitation) du secteur. Le secteur de l industrie de l information et de l industrie culturelle et celui des services d enseignement privé étaient les chefs de file au Canada pour ce qui est d une présence Web avec 69 % et 59 % des entreprises respectivement. Le secteur forestier affichait la plus faible proportion (17,4 %) d entreprises ayant une présence Web. Les entreprises du secteur des services publics ayant une présence Web représentaient 90 % de l activité de ce secteur, reflétant la forte concentration d activité dans ce secteur. En réalité, l importance économique des entreprises ayant une présence Web dépassait leur importance numérique dans tous les secteurs sauf un, celui des arts, spectacles et loisirs. Une présence Web était répandue dans le secteur public, surtout pour ce qui est des administrations publiques (89,5%) et des services d enseignement (98,4%). Ces organismes représentaient la plus grande partie de l activité de ces secteurs. Ventes et achats par internet Relativement peu d entreprises s adonnaient à la vente ou à l achat de biens par internet. Une entreprise sur quatre environ branchée à l internet s en servait pour l achat de biens et services, et près d une entreprise sur cinq s en servait pour la vente de biens ou services. Cela représentait 13,8 % et 10,1 % de toutes les entreprises, respectivement. La majorité des entreprises non branchées à l internet estimaient qu il ne s agit pas là d un moyen approprié de vendre les biens ou services qu elles produisent. La majorité des entreprises ont également manifesté une préférence pour le modèle commercial existant. L achat par internet était chose plus courante pour les entreprises. La proportion des entreprises faisant des achats par internet était plus élevée que la proportion effectuant des ventes par internet dans 13 des 18 secteurs de l économie canadienne. Parmi les entreprises qui faisaient des achats par internet, celles du secteur de l industrie de l information et de l industrie culturelle étaient les seules à représenter plus de 50 % de l activité de leur secteur. Les entreprises des secteurs suivants représentaient plus de 30 % de l activité : services professionnels, scientifiques et techniques ; finance et assurances ; services publics ; services d enseignement privé ; fabrication. Parmi les entreprises qui effectuaient des ventes par internet, celles du secteur de l industrie de l information et de l industrie culturelle étaient les seules à représenter plus de 25 % de l activité du secteur. Les achats par internet étaient chose beaucoup plus courante parmi les organismes du secteur public. Près de la moitié des utilisateurs de l internet de ce secteur le faisaient. Les organismes du secteur des services d enseignement, en particulier, avaient adopté cette méthode. Les ventes par internet n étaient pas aussi répandues. Seulement 15 % des organismes du secteur public ont indiqué qu ils pratiquaient cette activité. Commerce électronique Commandes de clients reçues par internet À la fin de 1999, les commandes de clients passées par internet demeuraient un phénomène relativement marginal. La valeur totale des commandes de clients reçues par internet par des entreprises du secteur privé représentait 4,2 milliards de dollars, soit 0,2 % du total des revenus d exploitation du secteur (tableau 1). Les secteurs suivants ont affiché les ventes par internet les plus élevées : fabrication (900 millions de dollars) ; commerce de détail (610,6 millions de dollars) ; industrie de l information et industrie culturelle (552,7 millions de dollars) ; hébergement et services de restauration (429,3 millions de dollars) ; services professionnels, scientifiques et techniques (406,1 millions de dollars) ; finance et assurances (320,8 millions de dollars). Ensemble, ces secteurs ont représenté 77,0 % du chiffre total des ventes par internet dans le secteur privé en Deux secteurs seulement ont réalisé 1 % ou plus de leurs ventes par internet : celui de l hébergement et des services de restauration (1,3 %) et celui de l industrie de l information et de l industrie culturelle (1,0 %). Cela s explique probablement, en partie, par le fait que les consommateurs ont de meilleures chances d utiliser l internet pour la réservation d un logement, l achat de livres et l acquisition d information, de logiciels et de musique, qui sont tous des produits de ces secteurs. Statistique.net 129

6 Tableau 1. Poids des ventes par internet selon les secteurs Secteur industriel Montant et pourcentage des ventes par internet en millions de dollars Ventes par internet Revenu d exploitation % du revenu d exploitation Fabrication 900, ,2 Commerce de détail 610, ,3 Industrie de l information et industrie culturelle 552, ,0 Hébergement et services de restauration 429, ,3 Services professionnels, scientifiques et techniques 406, ,8 Finance et assurances 320, ,1 Transport et entreposage 164, ,3 Commerce de gros 156, ,1 Services immobiliers et services de location et de location à bail 114, ,3 Autres services, sauf les administrations publiques 27, ,1 Services publics 15, ,1 Extraction minière et extraction de pétrole et de gaz 15, ,0 Soins de santé et assistance sociale privés 10, ,1 Autres secteurs industriels 456, ,4 Ensemble du secteur privé 4 179, ,2 Obstacles au commerce électronique Le plus souvent, les entreprises du secteur privé ont cité une préférence pour leur modèle commercial actuel et l insuffisance de l internet comme moyen de vendre leurs produits comme raisons de ne pas adopter le commerce électronique. Plus de 50 % des entreprises du secteur privé n ayant pas recours à l internet considéraient ces facteurs comme très importants ou comme importants dans leur prise de décision. Ces deux facteurs occupaient le premier ou le deuxième rang dans tous les secteurs de l économie sauf trois (commerce de gros, commerce de détail, finance et assurances). Dans ce dernier secteur, la sécurité était la principale préoccupation ; dans le cas des grossistes et des détaillants, la sécurité occupait le deuxième rang après la préférence pour le modèle commercial actuel. Il est probable que les détaillants et les établissements financiers, en particulier, étaient influencés par les inquiétudes du grand public vis-à-vis de la sécurité de l internet. Les perceptions sont largement les mêmes pour les entreprises qui ont recours à l internet. Près de la moitié d entre elles ont manifesté une préférence pour le modèle commercial actuel, et près du tiers estimait que l internet n était pas un outil de vente approprié (facteur très important ou important). L enquête sur l utilisation de l internet par les ménages L enquête sur l utilisation de l internet par les ménages (EUIM) est menée depuis Elle a comme objectif principal de mesurer les progrès accomplis en vue de l atteinte de l un des objectifs du gouvernement canadien, celui d être le pays le plus branché du monde. L enquête porte sur quatre thèmes principaux : la mesure dans laquelle, et l endroit où, les ménages canadiens utilisent l internet ; 130 Insee Méthodes

7 le type d activité par internet et le temps que l on y consacre ; les caractéristiques des utilisateurs et des non-utilisateurs de l internet ; le montant et le type d achats faits par internet. L enquête a lieu en novembre, chaque année, sous forme de supplément de l enquête mensuelle sur la population active. Cinq ménages sur six sont priés de participer. En 1999, ménages étaient admissibles, et 84,2 % d entre eux ont répondu. L échantillon a permis de publier des données au niveau provincial et à celui des régions métropolitaines de recensement. La collecte de l information se fait pour le ménage dans son ensemble, plutôt qu en fonction des personnes au sein du ménage. Cela suggère qu il n est pas possible de compter les utilisateurs particuliers de l internet ou d en établir le profil. Parmi les principaux résultats de l enquête, mentionnons ceux-ci : En 1999, 41,8 % des ménages utilisaient régulièrement l internet, comparativement à 29,4 % en Le taux d utilisation à domicile est passé de 16 % à 28,7 % au cours de la même période. Près des deux tiers des utilisateurs à domicile ont recours à l internet chaque jour. Les activités internet les plus fréquentes sont les suivantes : courriel, survol, recherche d information, jeux. Les ménages à revenu élevé et à taux de scolarité élevé ont de meilleures chances d être branchés. C est également le cas des familles ayant des enfants âgés de moins de 18 ans. 19 % des utilisateurs habituels à domicile achètent des biens par internet. Cela représente le double du nombre observé en ,7 % des utilisateurs habituels à domicile effectuent des opérations bancaires électroniques par internet; 27,1 % d entre eux obtiennent de la musique par internet. Des renseignements sur le nombre et le type d achats par internet, et sur les caractéristiques des ménages qui s adonnent à cette activité, seront bientôt diffusés dans un document d analyse intitulé «Le magasinage sur Internet au Canada, 1999» (no 56F0004MIF01003 au catalogue), Statistique Canada, Ottawa. Travaux à venir L enquête sur les technologies de l information et des communications et le commerce électronique (ETICCE) aussi bien que l enquête sur l utilisation de l internet par les ménages (EUIM) seront menées pour l année de référence L ETICCE sera une version abrégée de l enquête de Les résultats des deux enquêtes sont attendus vers le milieu de De futures stratégies sont également à l étude. Les discussions se poursuivent à Statistique Canada quant à la stratégie permettant d obtenir des données sur le commerce électronique. On pourrait ajouter des questions aux enquêtes annuelles et infra-annuelles existantes sur les branches d activité. Cette stratégie aurait l avantage de fournir des échantillons plus grands et de permettre une analyse selon les caractéristiques des entreprises. Toutefois, ces enquêtes ne sont souvent pas aussi actuelles que les enquêtes transsectorielles, et la rapidité de diffusion est particulièrement importante pour ce genre de données. Une autre façon de procéder serait d utiliser des enquêtes infra-annuelles existantes, notamment pour les mesures de volume. Des enquêtes sectorielles trimestrielles ou mensuelles permettraient d observer plus fréquemment un phénomène qui évolue rapidement. Toutefois, il faut éviter de porter atteinte à la rapidité de diffusion normalement associée à ces enquêtes. Une autre façon de procéder serait de lancer une nouvelle enquête trimestrielle, axée sur les entreprises et transsectorielle, qui porterait expressément sur le volume de commerce électronique et des questions connexes. Le cas échéant, les frais de démarrage seraient un facteur, mais l avantage serait bien sûr la possibilité de suivre de près un phénomène en pleine évolution. Statistique.net 131

8 Conclusion Ces enquêtes ont été lancées afin d observer l adoption par les ménages, les entreprises et les organismes du Canada des technologies de l information, en général, et leur propension à adopter le commerce électronique, en particulier. Le recours à l internet est une condition préalable à l adoption du commerce électronique. Le Canada semble s approcher rapidement d une masse critique pour ce qui est des utilisateurs de l internet. À l heure actuelle, il est probable que plus de la moitié des ménages canadiens comptent au moins un utilisateur habituel de l internet, et que près de 60 % des entreprises du secteur privé sont branchées. Et pourtant, le commerce électronique demeure un phénomène relativement marginal. Une forte proportion des entreprises ne perçoit toujours pas l internet comme un choix viable ou comme un complément des modèles de distribution existants, et relativement peu de ménages ont adopté le magasinage en direct. Toutefois, nous assistons peut-être au début d un changement culturel fondamental. Souvent, de tels changements fondamentaux semblent marginaux au départ, mais deviennent rapidement des phénomènes importants. De récents exemples sont les communications mobiles et l internet. La pertinence des bureaux de statistique dépend largement de leur aptitude à surveiller ce genre d évolution dès le début. 132 Insee Méthodes

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Bulletin mensuel sur le marché du travail

Bulletin mensuel sur le marché du travail Technologie numérique et utilisation d'internet, 2013 Les entreprises canadiennes ont vendu pour plus de 136 milliards de dollars de biens et de services sur Internet en 2013, en hausse par rapport à 122

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Location et location à bail de matériel automobile

Location et location à bail de matériel automobile N o 63-242-X au catalogue. Bulletin de service Location et location à bail de matériel automobile 2006. Faits saillants Le total des revenus des sociétés de location et de location à bail du matériel automobile

Plus en détail

Services de réparation et d entretien

Services de réparation et d entretien N o 63-247-X au catalogue. Bulletin de service Services de réparation et d entretien 2010. aits saillants Le secteur des services de réparation et d entretien a affiché des revenus de 22,5 milliards de

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE-DÉPÔTS DU CANADA RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PRIMES DIFFÉRENTIELLES

SOCIÉTÉ D ASSURANCE-DÉPÔTS DU CANADA RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PRIMES DIFFÉRENTIELLES COMPLÉMENT D INFORMATION SOCIÉTÉ D ASSURANCE-DÉPÔTS DU CANADA Le 20 août 2004 RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PRIMES DIFFÉRENTIELLES Après l examen exhaustif de son barème de primes différentielles, la

Plus en détail

PLACEMENT EN LIGNE - NORD-DU-QUÉBEC

PLACEMENT EN LIGNE - NORD-DU-QUÉBEC Juin 215 PLACEMENT EN LIGNE - NORD-DU-QUÉBEC Emploi-Québec, dans sa volonté de favoriser l équilibre entre l offre et la demande, s assure que les postes soient comblés et que la main-d œuvre disponible

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

L utilisation des TIC par les PME canadiennes et québécoises PLUS DE 2 000 PME SONDÉES

L utilisation des TIC par les PME canadiennes et québécoises PLUS DE 2 000 PME SONDÉES L utilisation des TIC par les PME canadiennes et québécoises PLUS DE 2 000 PME SONDÉES L utilisation des TIC par les PME canadiennes et québécoises PLUS DE 2 000 PME SONDÉES Grâce à la participation financière

Plus en détail

S@voir.stat. Points saillants

S@voir.stat. Points saillants SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Bulletin S@voir.stat Mars 2014 Volume 14, numéro 2 Prochain bulletin S@voir.stat Le prochain numéro du bulletin portera sur les dépenses

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Principales statistiques relatives aux petites entreprises Juillet 2010

Principales statistiques relatives aux petites entreprises Juillet 2010 Direction générale de la petite entreprise et du tourisme Principales statistiques relatives aux petites entreprises Juillet 2010 www.ic.gc.ca/statistiquespe Pour obtenir des exemplaires supplémentaires

Plus en détail

Glossaire TERMES GÉNÉRAUX

Glossaire TERMES GÉNÉRAUX Glossaire TERMES GÉNÉRAUX Chercheur d emploi Personnes au chômage dont sont exclues les personnes mises à pied temporairement ainsi que celles qui occuperont un emploi prochainement. Chômage de longue

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Indice canadien de report de la retraite Sun Life

Indice canadien de report de la retraite Sun Life Indice canadien de report de la retraite Sun Life Rapport sur l Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014 La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières À propos de l Indice canadien

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC BAROMÈTRE DE COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES EN TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS AU QUÉBEC L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES

Plus en détail

Qualité et limites des données

Qualité et limites des données Qualité et limites des données Le Registre des entreprises s appuie en grande partie sur les données obtenues au cours de l inscription à un numéro d entreprise (NE) auprès de l Agence de revenu du Canada

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit

Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit En Suisse, la majorité des détenteurs de cartes de crédit utilise au moins une fois par semaine ce moyen de paiement. Comment les consommateurs

Plus en détail

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure Révisé: le 2 novembre, 2005 TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU LE MOINS ÉLEVÉ (S) (basé sur FND013.TTL) TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU MOYEN (M) (basé sur FND037.TTL) Titre et code séquentiel au niveau

Plus en détail

Le point sur la «dollarisation» du Canada

Le point sur la «dollarisation» du Canada Le point sur la «dollarisation» du Canada John Murray, conseiller, James Powell, département des Relations internationales, et Louis-Robert Lafleur, département des Recherches* Dans la présente note, les

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Jeux de hasard juillet 2009

Jeux de hasard juillet 2009 juillet 2009 Les recettes nettes tirées des loteries, des appareils de loterie vidéo (ALV), des casinos et des machines à sous à l extérieur des casinos gérés par l État ont augmenté de façon soutenue,

Plus en détail

Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013

Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013 Portrait régional de la rénovation au Québec 2010-2013 Table des matières Faits saillants... 5 1) La rénovation, une composante importante du secteur de l habitation... 8 Graphique 1 : Répartition des

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

Appel à tous. Rapport

Appel à tous. Rapport Appel à tous Rapport Cet appel à tous concerne la politique sur le remboursement des frais kilométriques () de vos employés, à savoir si elle a été ajustée à la suite de la flambée du prix de l essence.

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2003 Série socio-économique 03-002 Évaluation des investissements de fonds éthiques et socialement responsables dans des projet de logements locatifs abordables pour personnes

Plus en détail

Taux d entrée et de sortie d entreprises au Canada : un portrait sur 30 ans

Taux d entrée et de sortie d entreprises au Canada : un portrait sur 30 ans N o 11 626 X au catalogue N o 038 ISSN 1927-5048 ISBN 978-0-660-22597-5 Document analytique Aperçus économiques Taux d entrée et de sortie d entreprises au Canada : un portrait sur 30 ans par Ryan Macdonald

Plus en détail

Àune époque lointaine, mais dont plusieurs

Àune époque lointaine, mais dont plusieurs Utilisation de l ordinateur au travail Katherine Marshall Àune époque lointaine, mais dont plusieurs se souviennent encore, les machines à écrire, les services de dactylographie, les doubles au carbone,

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

Les nouveaux propriétaires emménagent : l'achat de meubles

Les nouveaux propriétaires emménagent : l'achat de meubles N o 11-621-MIF au catalogue N o 012 ISSN: 1707-0511 ISBN: 0-662- 76775-6 Document analytique Analyse en bref Les nouveaux propriétaires emménagent : l'achat de meubles par Jane Lin Division de la statistique

Plus en détail

PRÉVISIONS SALARIALES

PRÉVISIONS SALARIALES - Dossier spécial - PRÉVISIONS SALARIALES 2 0 1 4 Mot du président L accès à une main-d œuvre de qualité, à un coût concurrentiel, constitue une des principales conditions de la prospérité. Voilà pourquoi

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi :

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi : Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée sur les entreprises Industrie des services de restauration et de débits de boissons Année de référence 1999 Les statistiques financières de l industrie

Plus en détail

Enquête sur le comportement du consommateur à l égard de l Internet et des technologies de la communication

Enquête sur le comportement du consommateur à l égard de l Internet et des technologies de la communication Enquête sur le comportement du consommateur à l égard de l Internet et des technologies de la communication 1. Avant-propos... 1 2. Note de synthèse... 2 3. L enquête... 3 3.1. Equipements dont disposent

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

De l immobilier et du Hockey!

De l immobilier et du Hockey! De l immobilier et du Hockey! Cercle Finance du Québec Restaurant Michelangelo - Québec Mercredi 28 octobre 2015 Mario Lefebvre Président-directeur général Institut de développement urbain du Québec mlefebvre@iduquebec.com

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Option de souscription en dollars américains

Option de souscription en dollars américains Option de souscription en dollars américains Qu il s agisse de fonds d actions canadiennes, américaines ou étrangères, de fonds de titres à revenu ou de fonds équilibrés, Fonds communs Manuvie est heureuse

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Les incidences économiques des ventes et achats résidentiels réalisés par le biais du système MLS au Canada et dans les provinces

Les incidences économiques des ventes et achats résidentiels réalisés par le biais du système MLS au Canada et dans les provinces Les incidences économiques des ventes et achats résidentiels réalisés par le biais du système MLS au Canada et dans les provinces Les incidences économiques des ventes et achats résidentiels réalisés

Plus en détail

Productivité : le Québec est-il en retard?

Productivité : le Québec est-il en retard? Institut de recherche et d informations socio-économiques Mai 2014 Note socio-économique Productivité : le Québec est-il en retard? Dans l espace public, plusieurs intervenant e s s inquiètent d une présumée

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015 Portrait du marché hypothécaire québécois www.jlr.ca PORTRAIT DU MARCHÉ HYPOTHÉCAIRE QUÉBÉCOIS Le marché hypothécaire se transforme et l équipe de JLR a décidé de faire le point

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Article. L Internet : un nouveau mode de collecte au Recensement. par Anne-Marie Côté, Danielle Laroche

Article. L Internet : un nouveau mode de collecte au Recensement. par Anne-Marie Côté, Danielle Laroche Composante du produit n o 11-522-X au catalogue de Statistique Canada La série des symposiums internationaux de Statistique Canada : recueil Article Symposium 2008 : Collecte des données : défis, réalisations

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

FERR RRQ CRÉDITS D IMPÔT

FERR RRQ CRÉDITS D IMPÔT FERR Fonds enregistré de revenu de retraite RRQ Régime de rentes du Québec SV Programme fédéral de la Sécurité de la vieillesse CRÉDITS D IMPÔT FERR. Page 03 RRQ....Page 06 SV...Page 13 Crédits d impôts..

Plus en détail

Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014

Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014 Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014 Bruxelles, le 10 septembre 2014 Le SPF Economie publie l édition 2014 de son Baromètre annuel de la société

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

N o 71-544-XIF au catalogue. Produits et services de l Enquête sur la population active

N o 71-544-XIF au catalogue. Produits et services de l Enquête sur la population active N o 71-544-XIF au catalogue Produits et services de l Enquête sur la population active 2006 Comment obtenir d autres renseignements Toute demande de renseignements au sujet du présent produit ou au sujet

Plus en détail

NETGOUV MICRO-ENTREPRISES PORTRAIT DE L UTILISATION DES SERVICES GOUVERNEMENTAUX EN LIGNE PAR LES MICRO-ENTREPRISES DU QUÉBEC AVEC LA COLLABORATION DE

NETGOUV MICRO-ENTREPRISES PORTRAIT DE L UTILISATION DES SERVICES GOUVERNEMENTAUX EN LIGNE PAR LES MICRO-ENTREPRISES DU QUÉBEC AVEC LA COLLABORATION DE NETGOUV MICRO-ENTREPRISES PORTRAIT DE L UTILISATION DES SERVICES GOUVERNEMENTAUX EN LIGNE PAR LES MICRO-ENTREPRISES DU QUÉBEC AVEC LA COLLABORATION DE TABLE DES MATIÈRES LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES...

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Enquête sociale générale - 2010 Aperçu sur l'emploi du temps des Canadiens

Enquête sociale générale - 2010 Aperçu sur l'emploi du temps des Canadiens N o 89-647-X au catalogue Enquête sociale générale - 2010 Aperçu sur l'emploi du temps des Canadiens Juillet 2011 Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de

Plus en détail

9/12/2012 CCCR-CCRC 1 1. Comment diversifier ses revenus Modèles d entreprises sociales. Ethel Côté

9/12/2012 CCCR-CCRC 1 1. Comment diversifier ses revenus Modèles d entreprises sociales. Ethel Côté Comment diversifier ses revenus Modèles d entreprises sociales Ethel Côté 30 années d expérience en développement économique communautaire, coopératif, social et solidaire. Formation, accompagnement, mobilisation

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Incidence des tendances de marketing

Incidence des tendances de marketing Incidence des tendances de marketing La publicité au Canada joue un rôle important dans l économie canadienne avec des dépenses qui devraient atteindre plus de 23,3 milliards de dollars en 211. Dépenses

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

Sondage sur les compétences financières des internautes québécois

Sondage sur les compétences financières des internautes québécois www.som.ca MONTRÉAL 1180, rue Drummond Bureau 620 Montréal (Québec) H3G 2S1 T 514 878-9825 QUÉBEC 2136, chemin Sainte-Foy Bureau 200 Québec (Québec) G1V 1R8 T 418 687-8025 Sondage sur les compétences financières

Plus en détail

Bienvenue au Canada. Bureau international des services fiscaux. Étudiants étrangers

Bienvenue au Canada. Bureau international des services fiscaux. Étudiants étrangers Bienvenue au Canada Bureau international des services fiscaux Étudiants étrangers Objectif de la séance Vous renseigner sur la façon de remplir une déclaration de revenus à titre de nouvel arrivant au

Plus en détail

1. CONTEXTE. Définition du commerce de gros dans le SCIAN

1. CONTEXTE. Définition du commerce de gros dans le SCIAN RAISONS DES DIFFÉRENCES ENTRE LES ESTIMATIONS FONDÉES SUR LA CTI ET CELLES FONDÉES SUR LE SCIAN POUR L ENQUÊTE MENSUELLE SUR LE COMMERCE DE GROS ET DE DÉTAIL (EMCGD) 1. CONTEXTE Par suite de la conclusion,

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

37.0% 35.0% 30.0% 12.0% 10.0% 10.0% 10.1% 4.0% 6.0% 6.8%

37.0% 35.0% 30.0% 12.0% 10.0% 10.0% 10.1% 4.0% 6.0% 6.8% Intentions de vote Le 21 mars 2011 Conservateurs 39, Libéraux 28 MÉTHODOLOGIE Dans le cadre d un sondage téléphonique par échantillons aléatoires réalisé du 12 mars au 15 mars, la firme Nanos Research

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION Cadre conceptuel du tableau de bord des indicateurs d accès à Internet et de son utilisation dans les ménages et les entreprises

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza

Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94. Ludovico Bracci Susanna Mantegazza Les investissements en logiciels en Italie : méthodologie et estimations pour les années 1990-94 Ludovico Bracci Susanna Mantegazza ISTAT Département des comptes nationaux et de l analyse économique 1.

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail